Navigation – Plan du site
Revue des livres
Comptes rendus

Juliet Johnson, Priests of Prosperity. How Central Bankers Transformed the Postcommunist World

Adrien Faudot
p. 579-584
Référence(s) :

Juliet Johnson, Priests of Prosperity. How Central Bankers Transformed the Postcommunist World, Ithaca: Cornell University Press, 2016, 312 pages, ISBN 978-150170022-4.

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Cornell Press

1Professeure de Sciences Politiques à McGill, Juliet Johnson nous livre dans Priests of Prosperity les résultats d’un long travail de recherche – démarré en 1999 – appuyé par de nombreux entretiens avec des banquiers centraux dans les pays d’Europe de l’Est et de l’ancien espace soviétique. La chute de l’Union Soviétique et les crises économique et idéologique qui l’ont accompagnée ont généré un véritable défi pour les banquiers centraux des pays occidentaux. Il s’agissait pour ceux-ci de promouvoir et implanter rapidement un modèle de banque centrale devenu incontestablement dominant en Occident. C’est le récit que propose de faire l’ouvrage, les sept chapitres présentant différentes étapes du processus de promotion et d’implantation du modèle.

2L’ouvrage part de l’affirmation selon laquelle les banquiers centraux forment une communauté épistémique. Communauté car d’une part les banquiers centraux constituent un groupe dont les membres se rencontrent régulièrement, relativement isolé du reste de la société, mais international, intégrant des banquiers centraux à travers la planète. Epistémique d’autre part, car selon une opinion largement partagée, la communauté détient et produit les connaissances relatives à la banque centrale et à la politique monétaire.

3Cette communauté épistémique des banquiers centraux, Juliet Johnson en rappelle les principes dans le premier chapitre de son ouvrage. Sa langue de travail, l’anglais, que les banquiers centraux ont dû rapidement apprendre au besoin. Ses foyers, en dépit de la participation nombreuse de banquiers centraux de pays en développement et en transition, se situent en Occident, au sein des institutions qui organisent ces rencontres, à la tête desquelles on trouve la Banque des Règlements Internationaux, le Fonds Monétaire International, et la Banque Centrale Européenne. Ses références universitaires forment également un point commun unificateur : la communauté est devenue mature avec l’avènement du monétarisme et la construction de la zone euro, celle-ci étant basée sur une conception technocratique et conservatrice de la banque centrale.

4Le second chapitre rapporte la manière dont le modèle moderne de banque centrale a été transplanté dans les pays de l’espace postcommuniste. Le modèle est parvenu jusqu’aux décideurs de ces pays en s’appuyant principalement sur la combinaison de coercition (au moyen de pressions et de conditionnalité par le FMI ou l’Union Européenne), et de socialisation (s’appuyant sur le prestige du modèle néolibéral, les croyances placées dans sa capacité à stabiliser les économies nationales ont été forgées dans les rencontres internationales du réseau d’économistes et de banquiers centraux). Il s’est ensuite révélé assez flexible pour réussir la transplantation malgré les différences de contextes nationaux.

5Le troisième chapitre expose de quelle manière l’indépendance a été choisie par les élites des pays de l’espace post-soviétique : en présence d’une défiance généralisée vis-à-vis des institutions qui régissaient les économies soviétiques, et en proie à une incertitude radicale, les élites de ces pays se sont tournées vers un modèle d’indépendance de banque centrale qui bénéficiait alors d’un consensus international. L’indépendance a toutefois été ratifiée dans des contextes nationaux différents, ce que l’auteure expose à travers l’étude comparative de la Russie, de la Tchécoslovaquie, du Kirghizstan, et de la Hongrie.

6Le chapitre 4 nous plonge au cœur du processus de transformation des banques centrales. Il décrit en détail les rôles respectifs des principales institutions impliquées : la Banque des Règlements Internationaux, le FMI, et la BCE, cette dernière devenant rapidement extrêmement influente auprès des gouvernements des pays post-communistes, particulièrement les pays d’Europe Centrale et Orientale candidats à l’intégration dans l’Union Européenne. Le MAE (Monetary and Exchange Affairs), une institution sous mandat du G7 coordonnée par le FMI, a organisé les premières formations des cadres des banques centrales des pays post-communistes en répartissant les pays à former dans différentes formations offertes par des pays « donateurs », ce qui est exposé dans un tableau (87). Le chapitre étudie ensuite plus précisément les rôles, bien souvent complémentaires, de cinq institutions majeures : la Bank of England, la Deutsche Bundesbank, le Fonds Monétaire International, le Joint Vienna Institute – une initiative associant à Vienne la banque centrale autrichienne et les principales institutions financières internationales –, et le Financial Services Volunteer Corps, qui fut formé à l’initiative de Georges Bush père. C’est l’Europe, plus que les Etats-Unis, qui fournit le plus d’efforts pour la transplantation. L’auteure explique cela par le fait que les banquiers centraux européens, qui venaient d’être impliqués dans la constitution de la zone euro, formaient un réseau intégré et fraîchement mobilisé, intéressés non pas par leur propre enrichissement mais par l’expérience concrète de « l’aide » et le défi que représentait alors la transition des économies post-communistes.

7Les chapitres 5 et 6 s’intéressent au paradoxe que représente la transplantation pourtant achevée d’un modèle de banque centrale occidentale à des pays qui ne disposaient pas des corps politiques et sociaux pour l’accepter complètement. L’implication d’instances internationales (FMI ou BCE) a souvent été décisive, parfois en exerçant des pressions sur les gouvernements. Ces pressions ont eu cependant pour conséquences de fragiliser un peu plus la légitimité des banques centrales devant les corps politiques nationaux, ce qui est apparu à l’occasion de divergences importantes entre responsabilités nationales et connexions transnationales. Dans les cas de la République Tchèque et de la Hongrie (chapitre 5) la « bataille pour l’adoption de l’euro » a révélé les dissonances entre la volonté des banques centrales d’intégrer l’Union Economique et Monétaire, et les gouvernements préférant freiner cette adhésion. La banque de Russie, étudiée plus précisément dans le chapitre 6, est également décrite comme ayant poursuivi dans les années 1990 des objectifs proches de ceux des banques centrales occidentales, au point de s’éloigner de la réalité de l’économie russe (194).

8Le dernier chapitre traite de la fragilisation de la communauté transnationale suite à la crise de 2008. La rhétorique utilisée par les banquiers centraux s’est trouvée affaiblie par une crise qu’ils n’ont su ni empêcher ni même prévoir. Sur la défensive, les banquiers centraux se sont vus reprocher, entre autres, une négligence dans la capacité à superviser et réguler les systèmes bancaires et financiers. Le consensus apparent dans les années 1990 a été fragilisé, y compris dans les économies avancées où la crise s’est manifestée en premier. Dans les pays où les principes de la communauté transnationale semblaient moins bien soudés, les banquiers centraux ont connu les plus grandes difficultés à maintenir leur cap. Les cas de la Hongrie de Victor Orbán et de la Russie de Vladimir Poutine sont étudiés là aussi en détail. Pour Orbán, la communauté transnationale des banquiers centraux s’apparente à un agent de la globalisation. Le dirigeant hongrois a promu une vision alternative, plus nationaliste, de la banque centrale hongroise, celle-ci ayant pour tâche conjointe la stabilité des prix mais aussi le soutien actif de la politique du gouvernement. La Banque de Russie a, elle, choisi d’accentuer une politique de stabilité des prix appuyée par Poutine qui cherchait, particulièrement à partir de 2012, à améliorer la crédibilité du rouble, l’objectif sous-jacent étant sa promotion et la diminution de la dépendance au dollar. La crise ukrainienne et ses conséquences sur l’économie russe ont toutefois ramené la banque centrale russe à des préoccupations de court terme, discrétionnaires, qui l’ont éloignée des principes de la communauté transnationale.

9Priests of Prosperity est d’une lecture agréable et s’appuie sur une étude extrêmement fouillée du milieu des banquiers centraux et des institutions financières internationales. Il sera par exemple difficile de retenir les multiples détails opérationnels des institutions fournis et accompagnés de nombreux noms d’acteurs impliqués, qu’il s’agisse des banques centrales sujettes à transformation ou bien des organisations formatrices, tant les références sont nombreuses tout au long de l’ouvrage. L’analyse de la transplantation du modèle de banques centrales est particulièrement convaincante tant le phénomène s’observe avec un parallélisme surprenant dans les divers pays étudiés. Notons que l’auteure met toutefois à part de son étude un certain nombre de pays post-communistes dont elle juge qu’ils sont restés des régimes autoritaires et fermés à des réformes libérales impliquant, entre autres, l’indépendance de la banque centrale, comme l’Azerbaïdjan, le Tadjikistan, le Turkménistan, l’Ouzbékistan, ou la Biélorussie (59).

10Si Johnson s’efforce de rappeler la manière dont cette transplantation a tenu compte des réalités nationales, il apparaît clairement à la lecture que la transplantation a été un pan relativement méconnu de la « thérapie de choc », les recommandations des banquiers centraux de ces pays étant rarement inspirées des situations locales. Par exemple, les banquiers centraux des pays post-communistes sont, d’après une étude statistique de Johnson, défavorables à l’idée que les banques centrales devraient promouvoir l’emploi, alors même que les taux de chômage dans ces pays ont été, et restent encore, pour certains d’entre eux, préoccupants. La conception de la tâche des banquiers centraux apparaît en grande partie exogène aux économies post-communistes, inculquée lors des rencontres organisées par les institutions occidentales. C’est sans doute pour cette même raison que les banquiers centraux de ces pays considèrent la Federal Reserve comme la meilleure Banque Centrale au monde (pour près de la moitié d’entre eux), puis la Bundesbank et enfin la Bank of England (113). La communauté des banquiers centraux n’est pas neutre ni géographiquement ni politiquement ; elle est un pan important de l’hégémonie néolibérale.

11Les chercheurs qui s’intéressent aux banques centrales en tant qu’institutions économiques et aux politiques que celles-ci véhiculent trouveront un intérêt certain dans l’ouvrage, qui aborde avec un regard original l’autorité monétaire. Son originalité tient à la manière dont Johnson a été amenée à s’intéresser plus particulièrement aux banques centrales, puisque c’est à l’occasion d’une étude menant à un ouvrage antérieur, qu’elle fut saisie et frappée par l’importance prise par la communauté épistémique des banquiers centraux dans plusieurs pays postcommunistes. Son regard est donc initialement étranger à ces institutions. Par la suite, de nombreux entretiens avec des cadres de banques centrales et l’étude des discours et des rapports fournis par ces autorités monétaires ont conforté ses premières observations.

12L’auteure insiste dans le chapitre 3 sur la notion d’indépendance des banques centrales, et y revient aux chapitres 5 et 6 pour montrer comment l’indépendance de ces institutions a dû être mise entre parenthèses lorsque des gouvernements souverains se sont trouvés en désaccord sur certains sujets, notamment dans le cadre du processus d’intégration européenne. Juliet Johnson souligne bien que lorsque les principes de la banque centrale sont remis en question à une échelle domestique, le rôle de la communauté épistémique transnationale, relayé par les économistes et les médias, est alors majeur pour obtenir un consensus sur l’indépendance de la banque centrale (39). Ces observations auraient toutefois pu être complétées par une analyse des dimensions politique et symbolique des choix relatifs à la banque centrale. Acter son indépendance constitue une décision politique en soi. D’une part, parce que contrairement à une vision dominante qui affirme que les banques centrales, aujourd’hui légalement indépendantes, prennent une forme qui tiendrait compte des erreurs du passé par une sorte de progrès continu de la connaissance, la banque centrale dans sa version contemporaine est basée sur des principes en réalité conservateurs, « déguisés en modernes », que Vernengo (2016) associe à l’époque victorienne. Les règles de la banque centrale correspondent à celle d’un régime particulier d’accumulation : « Central banks are institutions that adapt to the needs of the dominant political coalitions to serve specific accumulation regimes » (Vernengo, 2016, 459). D’autre part, une indépendance de jure peut être une indépendance de facto uniquement parce que des forces politiques parviennent à asseoir ce principe. Les banques centrales ont ainsi fourni dans l’histoire des exemples d’illusion légaliste (Orléan, 2008), révélée par la capacité des gouvernements souverains à balayer des règles constitutionnalisées dès lors que celles-ci ne bénéficient plus d’un consensus largement partagé au sein de leur société. Les épisodes de crise permettent de « dévoiler » la dimension politique de l’institution monétaire.

13La communauté des banquiers centraux serait sans doute un objet de recherche d’un intérêt moindre si elle n’avait pas montré sa capacité à développer un appareil de formation et de normalisation aussi puissant, capable d’influencer la politique économique de tant de pays. Le sujet est vaste et interdisciplinaire ; l’ouvrage de Juliet Johnson représente une avancée pour notre connaissance de la communauté des banquiers centraux et des banques centrales.

Haut de page

Bibliographie

Orléan, André. 2008. Monetary beliefs and the power of central banks. In Jean-Philippe Touffut (ed.), Central Banks as Economic Institutions. Cheltenham : Edward Elgar, 7-21.

Vernengo, Matías. 2016. Kicking Away the Ladder, Too: Inside Central Banks. Journal of Economic Issues, 50(2): 452-460.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrien Faudot, « Juliet Johnson, Priests of Prosperity. How Central Bankers Transformed the Postcommunist World », Œconomia, 6-4 | 2016, 579-584.

Référence électronique

Adrien Faudot, « Juliet Johnson, Priests of Prosperity. How Central Bankers Transformed the Postcommunist World », Œconomia [En ligne], 6-4 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/2485

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org