Navigation – Plan du site
Varia

Albert O. Hirschman (1915-2012) : la Résistance à tout prix

Resistance at any price : Albert O. Hirschman (1915-2012)
Annie L. Cot
p. 459-485

Résumés

Albert O. Hirschman fut un historien de la pensée économique érudit et inventif, qui a laissé des grands textes d’histoire des idées, dont la caractéristique, rétrospectivement, est d’avoir accompagné – et parfois même d’avoir suscité – plusieurs des principales mutations historiographiques de la discipline au cours des quarante dernières années. L’article met en perspective les principales contributions de Hirschman dans ce domaine.

Haut de page

Texte intégral

Albert O. Hirschman en Colombie en 1962

© Hernán Díaz

« Les Passions et les Intérêts […], qui a été pour moi un livre d’une grande importance, est vraiment le fruit d’une création libre. Je ne l’ai écrit contre personne. Je crois qu’il a représenté pour moi une découverte vraie, libre, des connexions entre certaines idées. La rédaction de cet essai m’a procuré un plaisir durable : écrire et se sentir pour ainsi dire libre de découvrir des choses, sans devoir prouver que quelqu’un s’est trompé. Un cas assez singulier.  »
A.O. Hirschman, La morale secrète de l’économiste, (1997, 130)

  • 1 Au tout début de son « Avant-propos » à la réédition de Les Passions et les Intérêts (Sen, 1997, ix (...)

1« Albert Hirschman est l’un des grands intellectuels de notre temps », écrivait Amartya K. Sen en 19971 :

  • 2 « Un sujet », poursuit-il, « qui reçoit peu d’attention et encore moins de respect à notre époque, (...)

« Ses écrits ont transformé notre compréhension du développement économique, des institutions sociales, du comportement humain ainsi que de la nature et des implications de nos identités, de nos loyautés et de nos engagements. Dire de ce livre [Les Passions et les Intérêts] qu’il constitue l’une des meilleures contributions de Hirschman est une affirmation forte. Et cette affirmation est d’autant plus forte que ce livre est un livre […] d’histoire de la pensée économique » (Sen, 1997, ix)2.

  • 3 Voir A. O. Hirschman (1977 ; 1984c ; 1982 ; 1976 ; 1984a ; 1982a ; 1988 ; 1991).

2Parmi ses très nombreux apports aux sciences sociales de la seconde moitié du XXe siècle, Albert O. Hirschman, mort le 10 décembre 2012 à l’âge de quatre-vingt-dix sept-ans, a été, on l’oublie parfois, un historien de la pensée érudit et inventif. Les Passions et les Intérêts, L’économie comme science morale et politique, « Grandeur et décadence de l’économie du développement », “On Hegel, Imperialism and Structural Stagnation”, « Against Parsimony », « How the Keynesian Revolution Was Exported from America », Shifting Involvements, Deux siècles de rhétorique réactionnaire3 sont autant de grands textes d’histoire des idées, dont la caractéristique, rétrospectivement, est d’avoir accompagné – et parfois même d’avoir suscité – plusieurs des principales mutations historiographiques de la discipline au cours des quarante dernières années : le décloisonnement entre théories économiques et doctrines politiques, la révision des grands héritages du XIXe siècle (Marx, Max Weber), l’ouverture du corpus à la sociologie et à l’anthropologie, le rôle assigné à la biographie et à l’autobiographie, l’intérêt porté à la rhétorique dans la construction des argumentaires analytiques – sans oublier le regard précis et lucide porté sur les conséquences analytiques de cette nouvelle fonction professionnelle qui se développe tout au long de la seconde moitié du XXe siècle : l’expertise économique, dont il fut à la fois l’un des premiers représentants et l’un des premiers à proposer l’analyse critique.

1. La Résistance à tout prix

  • 4 L’anecdote est racontée avec humour dans le discours prononcé par Albert Hirschman lors de la remis (...)
  • 5 Il en gardera le souvenir suivant : « Je me souviens cependant du climat réactionnaire de l’Ecole d (...)
  • 6 Dans un essai autobiographique consacré à son amitié avec Jürgen Kuczynski, Hirschman décrit cet ép (...)
  • 7 Muni d’une lettre de recommandation de l’universitaire italien Eugenio Colorni, cousin éloigné de S (...)
  • 8 Notamment avec Abba Lerner, qui se trouve aussi à la LSE (Hirschman, 1997, 33).
  • 9 Antifasciste et résistant, Colorni incarnera durablement pour Hirschman la figure de l’intellectuel (...)

3Hirschman associait souvent ses découvertes théoriques aux évènements qui avaient jalonné sa propre vie : une vie qui résume le XXe siècle et se confond à la fois avec le destin de l’Europe et avec le déplacement, après guerre, du centre de la pensée vers les Etats-Unis. Né à Berlin en 1915, fils d’un chirurgien réputé, Otto Albert (dit OA) Hirschmann – il changera l’orthographe de son nom et l’ordre de ses prénoms en 1942 en arrivant aux Etats-Unis – s’engage à seize ans dans les rangs des Jeunesses socialistes du SPD et participe aux premiers faits de résistance contre les nazis. En avril 1933, le lendemain de l’enterrement de son père, il quitte l’Allemagne pour Paris, où il cherche à poursuivre ses études d’économie. Il prend contact avec un ami d’ami de son père, médecin lui aussi, Robert Debré, dont le fils, Michel, le détourne de son projet de s’inscrire à l’Ecole libre des sciences politiques et l’engage à suivre les enseignements de l’Ecole des hautes études commerciales4. Hirschman suit ce conseil et, après deux ans passés à HEC5, il part pour Londres où, muni d’une bourse pour la London School of Economics, il suit les cours de Hayek et de Robbins, découvre les travaux de Keynes6, rencontre Sraffa pour « une longue et belle conversation » à Cambridge7 et participe à des séminaires sur les nouveaux préceptes keynésiens de politique économique8. La guerre civile espagnole le conduit ensuite à Barcelone, où il rejoint pour quelques mois les rangs de l’armée Républicaine – « Je me rendais compte que le fascisme était en train de progresser et que je ne pouvais pas assister à ces évènements sans rien faire », dira-t-il plus tard à propos de cet engagement (Hirschman, 1997, 37). Pris dans les conflits entre communistes, socialistes et trotskystes espagnols, il revient à Trieste chez sa sœur Ursula, où il poursuit son cursus d’économie, soutient en 1938 sa thèse sur l’expérience du franc Poincaré et la politique monétaire française des années 1920 et 1930 et s’engage comme courrier entre Paris et Trieste dans le groupe de résistants antifascistes dirigé par son beau-frère, le philosophe socialiste Eugenio Colorni9.

  • 10 Les étrangers avaient obtenu ce droit après les accords de Munich.
  • 11 Sous le surnom de « Beamish ». On se reportera ici à l’introduction rédigée par Albert Hirschman à (...)

4Chassé d’Italie par les lois antisémites qui viennent d’être votées en Italie, Hirschman se réinstalle à Paris, où il collabore aux travaux de l’Institut de recherche économique et sociale – l’IRES – dirigé par Charles Rist et Robert Marjolin. Engagé comme volontaire étranger dans l’armée française10, enrôlé le jour même de la déclaration de guerre, il est incorporé dans une unité de volontaires allemands et italiens pendant la drôle de guerre. Il entre ensuite dans la clandestinité sous le nom d’Albert Hermant et rejoint Marseille où il accueille Varian Fry, dont il devient l’adjoint11. Fry avait réuni à New-York des fonds destinés à mettre sur pied un Centre de secours, le Emergency Rescue Committee, chargé d’exfiltrer vers New York intellectuels et artistes pourchassés par les Allemands : ils seront plus de deux mille à passer la frontière espagnole, parmi lesquels André Breton, Max Ernst, Hannah Arendt et Heinrich Blücher, Alma Mahler, Anna Seghers, Lion Feuchtwanger, Wilfredo Lam, Heinrich Mann, Arthur Koestler, Jacques Hadamard, Marcel Duchamp ou Marc Chagall.

  • 12 Albert Hirschman reviendra souvent en France et choisira la photo de sa carte d’identité française (...)
  • 13 Il s’agissait là de l’un des premiers procès d’après-guerre pour violation des Accords de La Haye. (...)

5Alors qu’il est sur le point d’être arrêté, Albert Hirschman passe la frontière des Pyrénées, rejoint Lisbonne et embarque pour New-York en décembre 194012. Aux Etats-Unis, il obtient une bourse de la fondation Rockefeller, est nommé Research Fellow à Berkeley et commence à rédiger son premier ouvrage, National Power and the Structure of Foreign Trade, réflexion théorique nourrie de cette histoire européenne récente sur les liens qui existent entre la puissance politique d’une nation et sa capacité à tirer parti de l’ordre économique international. Quelques mois plus tard, à la suite du bombardement de Pearl Harbor, il quitte Berkeley, s’engage dans l’armée américaine, est envoyé en Algérie, puis sert à Rome d’interprète lors de l’un des premiers procès d’un criminel de guerre allemand, Anton Dostler13.

6De retour aux Etats-Unis en 1945, rejoint à Washington le groupe des « keynésiens américains » au sein du Federal Reserve Board et travaille, pendant toute la durée du plan Marshall, au « Programme de reconstruction européenne ».

7En 1952, recommandé par la World Bank, il part pour Bogotá comme expert financier auprès du nouveau Conseil national de la planification de Colombie. Il reste trois ans en Colombie, d’abord auprès du Conseil de la planification, puis comme expert indépendant, avant de revenir aux Etats-Unis et de s’engager dans une carrière universitaire : à Yale de 1956 à 1958, à Columbia de 1958 à 1964, à Harvard de 1964 à 1974, puis, définitivement, à l’Institute for Advanced Study de Princeton.

8Son expérience sud-américaine le conduit très vite à écrire dans le domaine, alors très récent, de l’économie du développement. Premier pilier de ce qu’il conçoit comme une trilogie, The Strategy of Economic Development paraît en 1958. Hirschman y discute l’idée de rationalités cachées et plaide, au nom de ce qu’il nommera plus tard a bias for hope, en faveur du principe d’une « croissance non équilibrée », fondée sur les déséquilibres mêmes qui caractérisaient la situation économique, sociale et politique des pays d’Amérique Latine. Suivent les deux autres volets de la trilogie — Journeys Toward Progress : Studies of Economic Policy-Making in Latin America en 1963 et Development Projects Observed en 1967 —, puis deux recueils d’essais rétrospectifs : en 1971, A Bias for Hope : Essays on Development and Latin America et en 1986, The political economy of Latin American development : seven exercises in retrospection.

9L’intérêt que Hirschman avait appris, en Colombie, à porter aux « rationalités cachées » et aux conditions théoriques et institutionnelles de la croissance économique, se déplace ensuite vers un cadre analytique plus général.

10En 1970, Exit, Voice and Loyalty l’engage sur la voie de la critique de l’hypothèse de rationalité économique – voie qu’avaient alors déjà commencé d’explorer Herbert Simon et Amartya K. Sen. La fil directeur de cette série de courts essais, qui consiste à déplier la représentation monolithique des comportements en intégrant les relations entre le refus (exit /la désertion) et le combat politique (voice/l’expression), contribue largement à élargir l’audience de sa pensée au delà des cercles des spécialistes du développement.

  • 14 « Deux constatations sont à l'origine du présent essai, note-t-il dès la première page du livre. La (...)

11Sept ans plus tard, Les Passions et les Intérêts. Justifications politiques du capitalisme avant son apogée prolonge la réflexion engagée sur les économies en développement et inaugure de nouvelles recherches en histoire des idées économiques et politiques. L’objet du livre consiste à explorer la genèse de la question des « conséquences politiques de la croissance économique » (Hirschman, 1977, 7)14 en proposant une histoire croisée des représentations des comportements individuels et collectifs depuis le XVIIe siècle, dans les deux domaines de la philosophie politique et de l’économie politique – alors encore in statu nascendi.

  • 15 Sur cette conception interprétative, on se réferera au texte programmatique intitulé « Our View of (...)

12Ce thème du nécessaire croisement des disciplines se trouve aussi au cœur des séminaires qu’il anime avec son complice de la School of Social Science de Princeton, l’anthropologue Clifford Geertz, où s’élaborent les fondements d’une histoire « interprétative » des idées économiques (interpretive history), analysées au miroir de leurs relations avec la culture et la politique15.

13Quelques années plus tard, Shifting Involvements est marqué au sceau de ce même croisement disciplinaire, ici non plus en diachronie mais en synchronie, lorsque la notion de « déception » (deceit) permet à Hirschman de théoriser les liens qui unissent, d’une part, le cycle de l’engagement et du désengagement politique et, de l’autre, celui de la consommation de masse et de l’avènement de gouvernements autoritaires.

14En 1991, Deux siècles de rhétorique réactionnaire revient une fois encore sur ces mêmes thèmes en mettant en lumière, depuis le XVIIIe siècle, les thématiques récurrentes du refus du progrès qui jalonnent l’histoire des idées économiques et politiques : la rhétorique de l’effet pervers (perversity), celle de l’inanité (inanity) et celle de la mise en péril des acquis antérieurs (jeopardy).

15Le projet intellectuel trouve dans ces quatre ouvrages son unité, qui consiste à dépasser les frontières de la théorie économique pour l’éclairer, en retour, à partir de ses inextricables relations avec le politique. Et pour cela, à mobiliser l’histoire des théories, à s’intéresser à la genèse des représentations des comportements, au contenu moral des argumentaires – en un mot, à revenir, toujours, à la question de ces « justifications politiques des sociétés de marché » qui avaient servi de sous-titre au travail fondateur exposé dans Les Passions et les Intérêts.

2. Les Passions et les Intérêts 

16Car c’est bien là la question centrale à laquelle Albert Hirschman revient dans tous ses travaux d’histoire des idées : comment « l’esprit du capitalisme » s’est-il constitué ? Comment les sociétés modernes sont-elles passées des passions à la raison, puis de la raison aux intérêts ? Comment les activités lucratives, jusque-là tout juste tolérées par la morale, se sont-elles transformées en Bferuf ou en vocation, au sens de Benjamin Franklin ?

  • 16 Cette section s’appuie largement sur Cot (2003) et Cot (2010).

17Telle est l’ambition inaugurale de The Passions and the Interests16 : mettre en perspective l’invention de l’économie politique en retraçant cette « mutation prodigieuse » qui va de l’idéal héroïque de la « vaine gloire » à l’approbation sociale du désir d’enrichissement. Pour servir cette ambition, Hirschman s’arrête sur quelques moments forts, empruntés indifféremment à l’histoire des théories économiques, à l’histoire des sciences ou à l’histoire des idées politiques. Du côté des fondements : le renouveau machiavélien de la théorie de l’Etat, l’émergence, au XVIIe siècle, du modèle scientifique galiléen, puis, un siècle plus tard, l’affirmation de la nécessité de traiter les hommes « tels qu’ils sont ». Viennent ensuite deux étapes essentielles, franchies au cours du XVIIIe : l’idée de « main invisible », telle qu’elle s’affirme progressivement sous les plumes de Vico, de Mandeville, de Montesquieu, de Smith – ou telle qu’elle affleure sous les traits de la « ruse de la raison » hégélienne ; et le thème des passions compensatrices, esquissé au XVIIe siècle par Bacon et Spinoza et repris ensuite par Hume – « rien ne peut contrarier ou freiner l’élan de la passion qu’un élan contraire » (cit. in Hirschman, 1977, 27) –, par Vauvenargues – « les passions s’opposent aux passions et peuvent servir de contrepoids » (ibid., 29), par d’Holbach ou encore par Helvétius.

18Tout semble alors mûr pour faire de l’intérêt un « nouveau paradigme ». Hirschman remonte ici encore à Machiavel, dont l’entreprise d’émancipation de l’interesse et de la ragione di stato vis-à-vis des règles de la morale fonde la tradition de pensée qui sera développée, en France par Henri de Rohan et La Rochefoucauld, en Angleterre par Shaftesbury, Hume et Smith.

  • 17 Montesquieu, De l’esprit des lois, 1748, XXI, 16 (20).

19Dès lors, l’intérêt apparaît comme un facteur de prévisibilité et d’équilibre – et donc d’ordre social. C’est la thèse du « doux commerce », proposée par Montesquieu – et que Marx brocardera cent ans plus tard. Elle conduit à centrer la réflexion sur l’argument central du libéralisme des Lumières : les relations d’entraînement qui sont supposées se nouer entre croissance économique et progrès politique. Pour Montesquieu, bien sûr, dont Hirschman place cette citation en exergue de son « Avant-propos » : « Et il est heureux pour les hommes d’être dans une situation où, pendant que leurs passions leur inspirent la pensée d’être méchants, ils ont pourtant intérêt de ne pas l’être. »17 Mais aussi pour Steuart, qui considère l’intérêt économique comme le moyen de limiter l’exercice arbitraire du pouvoir et la « folie du despotisme ». Ou encore pour John Millar, lorsqu’il analyse la manière dont les marchands se sont organisés « avec l’uniformité d’une machine » contre les passions des princes.

20L’intérêt est donc ici d’abord jugé à l’aune de ses avantages politiques : d’où une dissonance entre la thèse défendue par Hirschman et celle des auteurs du XVIIIe siècle qui lui trouvaient avant tout une justification économique –Quesnay et Smith, qui auraient en commun, selon Hirschman, de voir d’abord l’intérêt comme le moyen de condamner la gabegie liée à l’exercice du pouvoir politique. Pour Quesnay, en plaidant la cause d’un « despotisme légal » qui saurait s’opposer au despotisme arbitraire des monarchies absolues ; pour Smith, en voyant dans « l’effort naturel de chaque individu pour améliorer sa condition » le moyen de surmonter les « mille obstacles absurdes » liés à « la sottise des lois humaines » (Hirschman, 1977, n. 141, 94).

  • 18 Ce point est développé par Hirschman dans un article rédigé après Les Passions et les Intérêts : «  (...)

21Hirschman, lui, voit dans l’émergence de la notion d’intérêt comme l’aboutissement du conflit qui avait alimenté les trois demi-siècles qui séparent le pamphlet de Rohan, De l’intérêt des princes et des Etats de la chrétienté, des Recherches sur la Nature et les Causes de la Richesse des Nations de Smith. C’est ce qui le conduit à voir en Smith l’auteur qui a déplacé l’opposition entre les passions et les intérêts vers l’articulation entre intérêt individuel et intérêt général – et ainsi à confondre passions et intérêts jusqu’à transformer l’intérêt en tautologie18 –, contribuant ainsi de manière décisive à autonomiser l’économie vis-à-vis de la philosophie politique en lui assignant un domaine tout à la fois restreint et clairement délimité.

22Le XIXe siècle met en cause ce « paralogisme de composition » (fallacy of composition) selon lequel les intérêts privés conduisent au bien public. Précédé par Barnave et Ferguson, Tocqueville prévient contre les conséquences néfastes du progrès économique pour la liberté des citoyens – lorsque « le goût des jouissances naturelles se développe (...] plus rapidement que les Lumières et que les habitudes de la liberté » (Hirschman, 1977, 111) : lorsque l’intérêt économique produit des passions politiques qui peuvent se révéler liberticides.

23Hirschman conclut l’ouvrage en comparant sa thèse à celle de Max Weber. En décrivant l’activité capitaliste comme conséquence indirecte et involontaire de la recherche d’un salut personnel, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme privilégierait la version d’un « assaut donné de l’extérieur à un système préexistant d’idées et de rapports socio-économiques » (Hirschman, 1977, 8). Cependant que Hirschman analyse « l’esprit du capitalisme » comme un mobile interne destiné à éviter l’effondrement politique de la société –résultat, donc, d’une évolution endogène, longtemps recherchée, et non plus exogène. Ce qui a pour effet de lui permettre de poursuivre la réflexion théorique sur ce jeu inextricable des passions et des intérêts qui continue, deux siècles plus tard, à structurer nos sociétés contemporaines.

3. Jeux de mots, jeux de miroirs : Albert O. Hirschman comme historien des idées

  • 19 Le terme est utilisé par Hirschman (1993).

24L’ « histoire conceptuelle »19 a toujours été convoquée par Albert Hirschman (voir par exemple Hirschman, 1993, page). Elle lui sert à revenir sur son expérience à la Fed, à classer analytiquement les théories du développement, à étudier les fondements politiques de la croissance économique, à croiser le fer avec les thèses néo-libérales en vigueur pendant les années Reagan et Bush. Mais au-delà de ces utilisations, toujours érudites et subtiles, Hirschman a incontestablement marqué l’historiographie des idées économiques en accompagnant à sa façon – souvent en innovant, parfois en les suscitant – les principales mutations qui se sont fait jour depuis les années quatre-vingt.

25On retiendra ici quelques thèmes, non exhaustifs, de ces effets de miroirs au travers desquels les principales lignes de réflexion qui ont conduit à renouveler l’historiographie des théories économiques se retrouvent ou se reflètent dans les écrit de Hirschman : 3.1. sur les frontières du corpus analysé par les historiens de la pensée économique ; 3.2. sur l’intérêt porté au thème de la circulation des idées économiques, que cette circulation soit pensée en synchronie ou en diachronie ; 3.3. sur la revendication d’une méthodologie bottom-up comme réponse à la démarche top-down adoptée jusque-là par la grande majorité des historiens de la pensée économique ; 3.4. sur l’association entre histoire des théories économiques et réflexion critique sur les hypothèses fondatrices de la discipline ; et enfin 3.5. sur les « affinités électives » qui rapprochent les écrits de Hirschman de certains des thèmes qui ont contribué à renouveler le cadre historiographique de la discipline depuis les années « post-modernes ».

3.1. Trespassing, ou « l’art d’empiéter »

26Le premier de ces jeux de miroirs, le plus discuté par la communauté des historiens de la pensée économique, porte sur le corpus que choisit d’analyser Hirschman. Un corpus large, dont les deux principales caractéristiques portent 1. sur le refus des cloisonnements disciplinaires entre l’économie et la philosophie politique et 2. sur la nécessité de laisser une place importante aux textes auparavant considérés comme des textes « mineurs », des textes « administratifs » ou des textes « de vulgarisation ».

27Ouvrage princeps en France sur le premier point, Homo aequalis de Louis Dumont (Dumont, 1976) avait ouvert la voie d’une réflexion sur les conditions théoriques qui avaient présidé à l’autonomisation de l’économie politique naissante vis-à-vis de la morale et de la politique. Publié la même année – et traduit en français trois ans plus tard –, Les Passions et les Intérêts survient à point nommé pour proposer une autre grille de lecture, qui permet de prolonger l’analyse au-delà de la fin du XVIIIe siècle et de réintroduire dans l’histoire de la discipline l’épaisseur des relations conflictuelles qu’elle entretient depuis trois siècles avec l’espace de la délibération politique.

28Ce refus de cantonner le corpus aux seuls textes d’analyse économique stricto sensu rencontre deux courants historiographiques qui se développaient parallèlement : l’ « histoire intellectuelle » (Geistegeschichten) chère à Richard Rorty, d’une part (Rorty, 1994) ; le projet de « révision » de la lecture des classiques anglais proposée par Donald Winch dans son ouvrage de 1978, Adam Smith’s Politics. An Essay in Historiographic Revision, d’autre part (Winch, 1978).

  • 20 Ces analyses ont, depuis, contribué à alimenter un vif regain d'intérêt pour les fondements utilita (...)

29S’éloignant des cadres analytiques hérités de Marx, Sraffa ou Schumpeter, Hirschman s’intéresse ainsi à des thèmes peu fréquentés de la Richesse de Nations, comme la relation ambivalente de Smith avec la notion de richesse matérielle, longuement étudiée dans Shifting Involvments20, aux écrits de Quesnay sur le luxe, à l’analyse de Simmel sur les repas comme illustration de la dimension collective des biens privés, ou encore aux thèses développées par Keynes à la fin de la Théorie générale sur l’enrichissement comme substitut à la quête destructrice du pouvoir politique.

30Plus tard, lorsque vient, avec la notoriété nouvelle que lui a apporté Les Passions et les Intérêts, le temps des recueils d’essais, les titres de Hirschman traduisent tous cette volonté de dépasser ce qu’il nomme la « mono-économie » pour effacer et « transgresser » les frontières qui séparent les disciplines : Essays in trespassing : economics to politics and beyond ; Shifting involvements ; Morality and the social sciences : a durable tension ; L’économie comme science morale et politique ; Vers une économie politique élargie ; ou encore Crossing boundaries.

  • 21 Voir notamment Hirschman (1963), Hirschman (1967) ou Hirschman (1988).

31Il n’y a pas là seulement la marque de l’intérêt porté dans tous ses travaux aux manières qu’a eu l’économie, au cours de son histoire, de s’articuler avec plusieurs disciplines voisines sur des thèmes communs : la philosophie politique, bien sûr, mais aussi l’histoire, la sociologie, la démographie, la psychologie ou encore, si présente dans les nombreuses références faites aux travaux de Clifford Geertz, l’anthropologie. Il s’agit aussi d’intégrer d’autres corpus aux matériaux qui permettent de faire l’histoire de la discipline : celui, nous l’avons vu, de certains textes considérés comme « mineurs », mais aussi celui de la littérature des directives de politique économique ou des rapports d’experts, qui permet d’évaluer l’impact administratif et politique des textes de théorie économique21.

  • 22 Carmine Donzelli, Marta Petrusewicz et Claudia Rusconi. Voir Hirschman (1997), 113, où il rappelle (...)

32Reste un dernier aspect, essentiel pour Hirschman : ces transgressions disciplinaires et académiques constituent aussi le moyen d’explorer de nouveaux territoires ou de nouvelles hypothèses analytiques. « L’idée de ‘trespassing’, pour moi, est centrale », remarque-t-il dans un long entretien autobiographique accordé à trois chercheurs italiens en 199322.

Mon premier livre, déjà, était un livre de franchissement, de l’Histoire à l’Histoire des idées et de l’Histoire des idées à la théorie. Les efforts que je peux faire pour me confiner dans un domaine spécifique me rendent malheureux : quand il me semble qu’une idée peut être vérifiée dans un autre champ, je suis heureux de m’aventurer dans cette direction. Il me semble que c’est une façon simple et utile de découvrir des sujets ‘de la même famille’ (ibid, 95-96, notre traduction).

33Les développements de l’historiographie récente lui ont donné raison : ce bonheur est en passe de devenir contagieux parmi les chercheurs en histoire de la pensée économique.

3.2. La circulation des idées économiques

  • 23 On pense évidemment ici au programme de recherche proposé par Bob Coats dans la toute première livr (...)

34Ce deuxième élargissement du corpus exploré par Albert Hirschman le conduit à s’intéresser à un sujet qu’il qualifie de « fascinant » : « celui de la transmission et de la diffusion des idées économiques qui deviennent des instruments de pouvoir politique » (Hirschman, 1988, 4).23

35Ici encore, Hirschman rejoint les recherches historiographiques les plus novatrices de l’époque sur la circulation des théories économiques : en synchronie, leur circulation géographique ou territoriale ; en diachronie, l’analyse précise de la succession de leurs phases de reconnaissance et d’abandon.

  • 24 « De fait, poursuit Hirschman, avant Keynes, il n’existait aucune position théorique respectable en (...)

36L’exercice est plusieurs fois proposé pour les idées keynésiennes. Ou, plus exactement, pour l’analyse de « la réexportation des idées et des doctrines keynésiennes à partir des Etats-Unis dans la période d’après-guerre » (Hirschman, 1988, 4, souligné dans l’original), dont Hirschman compare souvent le destin à celui des doctrines du libre échange au XIXe siècle, notant que la période au cours de laquelle ces deux corpus ont connu une forme « d’hégémonie intellectuelle » (ibid., 5) dans leur siècle correspond aux mêmes décennies : 1840-1870 pour les doctrines libre-échangistes ; 1940-1970 pour les leçons de politique économique proposées par les « keynésiens américains ». Cet écho chronologique n’a pas pour enjeu d’« insinuer l’idée d’une quelconque régularité des intervalles au cours desquels les doctrines économiques influentes connaitraient des mouvements de flux et de reflux que l’on pourrait comparer à ceux des écoles de peinture, comme l’impressionnisme ou l’expressionnisme abstrait » (ibid., 5). Hirschman cherche plutôt à mettre en relief trois caractéristiques communes à ces deux épisodes. 1. Une nouvelle doctrine économique acquiert d’abord son rôle d’influence à l’intérieur de la principale puissance, à la fois militaire et économique, de l’époque. 2. C’est seulement dans une deuxième période que cette puissance hégémonique cherche à exporter cette doctrine et à l’imposer aux autres nations. 3. En dépit de la puissance de conviction de cette nation exportatrice, cette doctrine peut se heurter, assez rapidement, à de nombreuses résistances, dont les plus acharnées se situent à l’intérieur même de la nation exportatrice. Avec toutefois deux différences essentielles entre les histoires des deux doctrines : 1. l’unité entre le pays inventeur et le pays exportateur pour la doctrine du libre échange (l’Angleterre) et leur dualité dans le cas de la théorie keynésienne, inventée en Angleterre mais développée entre 1938 et 1945 aux Etats-Unis (à Harvard d’abord, puis dans les grandes agences d’Etat : le Federal Reserve Board, le Trésor, le Budget) et « exportée » après la guerre seulement, notamment par le truchement essentiel du plan Marshall. Et 2. le rôle politique essentiel joué par le keynésianisme : en Grande-Bretagne, où il a offert « une base commune entièrement nouvelle à des positions entre lesquelles n’existait précédemment aucune zone intermédiaire »24 ; aux Etats-Unis, où il a permis de « rallumer le sens civique en une période cruciale de [leur] histoire récente : l’accession au statut de superpuissance. » (ibid., 15).

3.3. Bottom-up versus top-down

37Cette série d’élargissements du corpus – aux essais mineurs d’auteurs du XVIIIe siècle, aux textes rattachés à d’autres disciplines ou aux textes administratifs chargés de mettre en œuvre les politiques macroéconomiques – conduit directement à ce qui fait l’originalité épistémologique de la démarche de Hirschman : la défense d’une méthodologie bottom-up opposée aux lectures top-down devenues dominantes depuis la Seconde Guerre mondiale.

38Hirschman a souvent plaidé la cause de cette approche pragmatique de la théorie économique, défendant inlassablement la nécessité de partir de situations concrètes – d’utiliser une « lanterne empirique » (Hirschman, 1997, 81) – pour évaluer l’ensemble des dimensions d’un problème (puzzle) afin de proposer des solutions qui passent, parfois, par « les itinéraires les plus insolites » (ibid.). 

  • 25 Voir Hirschman (1984a).

39Subtilement enraciné dans une tradition institutionnaliste – même s’il s’est parfois dit « un peu hérissé » d’être classé parmi « les économistes ‘athéoriques’ ou ‘antithéoriques’, voire ‘institutionnalistes’« (Hirschman, 1995, 130) lorsque ces étiquettes conduisaient à minimiser la portée théorique de ses analyses –, Hirschman a toujours critiqué avec fermeté les apories de la seule démarche top-down et sa principale conséquence : la « parcimonie » des modèles proposés25.

  • 26 Qu’il nomme alternativement « possibilisme » ou, empruntant le concept à Kierkegaard, « passion du (...)

40Cette critique méthodologique des modèles standard se décline doublement. D’abord dans le rejet de l’uniformisation de la grille d’analyse de la théorie économique qui a suivi la Seconde Guerre mondiale : ce que Hirschman appelle le « mono-économisme », qu’il associe à la physics envy et à ses corollaires — la recherche de lois universelles, la mathématisation de la théorie et l’essor de la modélisation — et qu’il oppose à cette « passion du possible » qu’il revendique continûment dans l’ensemble de son œuvre26. C’est ce qu’il résume en évoquant sa collaboration avec Michel Crozier. « Notre travail sur le changement social n’a donc pas du tout pour but la découverte de ‘lois’ du mouvement ou du changement. Il part plutôt de l’idée qu’en accumulant des expériences concrètes de changement nous saurons acquérir la faculté de reconnaître la Gestalt du changement imminent, l’éclosion de nouvelles constellations qui se prêtent à l’action pour le changement. » (ibid., 199)

  • 27 On retrouve dans cette position de Hirschman l’héritage du scepticisme dont Keynes faisait preuve à (...)

41Un deuxième aspect, plus local, concerne la critique qu’il adresse à l’utilisation d’instruments statistiques et économétriques comme outils de prévision macroéconomique. Il y a là le corollaire de la thèse précédente : tout comme la conception « mono-économique » ne saurait produire que des lois universelles laissant peu de place aux spécificités institutionnelles ou aux rationalités cachées, les statistiques ne sauraient produire qu’une conception mécanique et linéaire de la prévision27 :

  • 28 (ici dans une traduction revue, ALC) .

Je me suis toujours opposé à la méthodologie de certains spécialistes des sciences sociales, en particulier des sociologues, qui observent ce qui s’est passé dans cinquante pays et prétendent déduire de cette observation ce qui devrait arriver à l’avenir. Ils sont alors dépourvus d’instruments face à des ‘exceptions importantes’ comme celle de l’arrivée au pouvoir de Hitler en Allemagne. C’est la raison pour laquelle j’ai toujours éprouvé de l’antipathie à l’égard de certains types de recherches en sciences sociales. J’ai toujours été plus intéressé par l’élargissement du champ des possibles, par ce qui pourrait arriver, que par la prédiction, sur la base d’un raisonnement statistique, de ce qui arrivera effectivement. La recherche de la probabilité statistique selon laquelle certains évènements se produiront réellement dans l’ordre du social m’intéresse assez peu. Ce qui m’intéresse plutôt est de découvrir la possibilité qu’un événement, qu’il soit positif ou négatif, se vérifie. J’ai toujours estimé que lorsqu’un événement positif se produisait, il était le résultat d’un concours de circonstances extraordinaires. [...] Je ne suis tout simplement pas intéressé par les prévisions ; elles ne font partie ni de mes centres d’intérêt, ni de mes ressorts théoriques. (Hirschman, 1997, 96-98)28

  • 29 Posture qui lui était d’ailleurs contemporaine.

42L’opposition entre bottom-up et top-down est ici plus fine que lorsqu’elle mettait face à face les économètres de la Cowles Commission et ceux du NBER dans le cadre de la controverse qui voyait s’affronter Koopmans à Vining dans les colonnes du Quarterly Journal of Economics. C’est plutôt de la posture de la « micro-histoire » de Carlo Ginzburg que l’on pourrrait rapprocher la position de Hirschman29 : la nécessité d’ancrer la théorie dans les aspects multiples de la réalité, la prise en compte d’un corpus élargi aux textes « mineurs », la place faite au hasard, un intérêt porté aux circulations des idées entre les domaines académiques constitués et entre les différentes sphères de la société. En un mot, la volonté d’intégrer tous les hors-champ de l’analyse standard.

43Cela sans pour autant refuser l’abstraction lorsque le besoin s’en fait sentir : « Je dois dire que j’éprouve de temps à autre le besoin de me livrer à des théorisations abstraites ; autrement dit je ne suis pas totalement ‘antithéorique’ : je ne me sens ni totalement hostile à la parcimonie, à la simplicité du raisonnement, ni entièrement favorable à la complexité » (Hirschman, 1997, 94). Et c’est encore ce même espace de pluralisme méthodologique qu’il évoque à propos de la didactique qu’il adopte parfois dans ses textes théoriques :

En d’autres termes, je crois que je cherche à concilier le désir de théorisation, mais aussi le goût de la théorie, d’un côté, et la gêne que m’inspire la théorisation poussée à l’extrême, de l’autre. Telle est la raison pour laquelle, en général, dans la première partie de mes écrits j’introduis un schéma, que je m’emploie à critiquer, à assortir de limites, dans la seconde partie. (ibid., 123)

3.4. Un intellectuel « franc-tireur »

44On reviendra plus tard sur cette démarche « d’autosubversion » de ses propres thèses. Elle accompagne un autre trait original du travail de Hirschman en histoire de la pensée économique : la fonction critique qu’il assigne à l’histoire des idées.

45Deux exemples permettent d’illustrer cette position d’intellectual maverick – de franc-tireur intellectuel – vis-à-vis des « positions théoriques respectables » et des regards convenus portés sur la théorie économique : 1. l’utilisation de l’histoire des théories économiques pour discuter les analyses du développement et 2. la critique de la notion de rationalité qui occupe une partie des recherches de Hirschman depuis Les Passions et les Intérêts.

  • 30 « The rise and decline of development economics », in A. O. Hirschman (1981b), dont la traduction f (...)
  • 31 Incarnée par Theodore W. Schultz ou Walt Rostow.
  • 32 Telle serait la position de Paul Rosenstein-Rodan, Kurt Mandelbaum, Ragnar Nurkse, Arthur Lewis ou (...)

461. On a déjà évoqué l’utilisation que fait Hirschman de l’histoire de la pensée économique pour analyser et classer les principales thèses qui structuraient le domaine de l’économie du développement, comme dans cet essai, brillant, sur « L’essor et le déclin de l’économie du développement »30, où Hirschman propose de structurer le domaine de l’économie « du développement et de la périphérie » en quatre grands courants, chacun rapporté à son traitement de deux « postulat théoriques fondamentaux » : l’acceptation ou le rejet du mono-économisme et l’affirmation ou la négation du principe des avantages réciproques en matière de commerce international. Deux théories acceptent le principe de l’existence d’une seule science économique, fondée « sur un certain nombre de théorèmes simples, mais ‘puissants’ et universellement valables, ce qui fait qu’il n’existe qu’une seule science économique ‘tout comme il n’existe qu’une physique’« (Hirschman, 1981a, 727) : la théorie « orthodoxe »31 et la théorie de Marx, qui se trouvent ainsi unies sous la bannière du mono-économisme, tout en divergeant sur la question de la réciprocité des avantages, acceptée par la théorie « orthodoxe » et critiquée par Marx. Deux autres théories se séparent de la thèse du mono-économisme : les théories néo-marxiennes du développement - qui nient également le principe de la réciprocité des avantages et pensent les rapports entre « centre » et « périphérie » comme des rapports d’échange inégal – et les théories du développement, nées de « la déconsidération sans précédent dans laquelle était tombée l’économie orthodoxe à la suite de la grande crise de 1929 [et] de la victoire également sans précédent remportée sur l’orthodoxie par […] la Révolution keynésienne des années trente » (ibid.729). Théories, qui, tout en affirmant une spécificité structurelle des pays en développement – ce « qui [rend] une bonne partie de l’analyse économique orthodoxe inopérante et trompeuse » (ibid., 728) et conduit à « la création d’un édifice théorique distinct » (ibid., 728)32 – acceptent le principe des avantages réciproques dans les rapports entre pays développés et sous-développés. De là une analyse fine des alliances qui se nouent et se dénouent entre ces quatre groupes, dont la moins surprenante n’est pas cette « peu sainte alliance des néo-marxistes et des néo-classiques » (ibid., 739) contre la jeune économie du développement.

47En guise de conclusion, Hirschman revient à la thèse développée dans Les Passions et les Intérêts, selon laquelle la nouvelle forme empruntée par ce mépris que les économistes ont toujours porté à ces pays, « dits ‘rudes et barbares’ au XVIIIe siècle, puis ‘arriérés’ au XIXe, enfin ‘sous-développés’ de nos jours » (ibid, 742), serait de réduire l’ensemble de leurs problème à la seule pauvreté. De telle manière que, « tout comme le négociant ‘doux’ et ‘innocent’ du XVIIIe siècle, ces pays auraient seulement des intérêts et pas de passions. » (ibid., 742 ; souligné dans l’original).

482. Plus originale, plus « subversive » aussi, la seconde démarche consiste à s’appuyer sur les travaux d’histoire des idées pour construire une critique générale du postulat de rationalité.

49Exit, Voice and Loyalty, puis Les Passions et les Intérêts avaient préparé le terrain. En développant les fondements des analyses proposées avant lui par Herbert Simon et Amartya Sen, Hirschman a activement contribué à la constitution d’un nouvel espace de recherche sur la notion de rationalité.

  • 33 Cette proximité intellectuelle et amicale des deux auteurs mériterait une analyse plus détaillée, q (...)
  • 34 Voir Shifting Involvements. Private Interests and Public Action, où Hirschman compare les rôles res (...)
  • 35 Hirschman (1989), dont le titre a été traduit en français par « Opinions opiniâtres et démocratie »
  • 36 Par exemple dans « Against Parsimony » (Hirschman, 1984a), ou, à nouveau, dans l’article qu’il publ (...)

50Relue rétrospectivement, la réflexion s’organise en deux temps. Etroitement associées aux travaux d’Amartya Sen33, une première série de recherches critiquent les hypothèses de base de la théorie micro-économique « standard » sur la base d’un argumentaire à la fois historique et logique. Plaidant avec Sen contre le « principe de parcimonie » (Hirschman, 1984a, 89), Hirschman veut construire une « économie morale » sur le modèle de « l’économie politique »34 en élargissant la définition du bien-être des individus à la liberté d’opinion – à ces « opinions opiniâtres » auxquelles il consacre un article (Hirschman, 1989)35 – et, plus généralement, à ces « libertés positives » que Sen, quelques années plus tard, nommera capabilités36.

  • 37 En particulier dans « Confessions d’un dissident : retour sur Stratégie du développement économique (...)
  • 38 Notamment dans Ethique et économie : A. K. Sen (1987).
  • 39 Les enjeux d’intérêts des premiers les rendant facilement négociables, tandis que les enjeux symbol (...)

51Un deuxième volet, lui aussi esquissé dans Exit, Voice and Loyalty, redéfini dans Les Passions et les Intérêts et prolongé par Deux siècles de rhétorique réactionnaire, propose un autre élargissement : non plus de la notion de bien-être, mais de la définition de la rationalité que retient la théorie micro-économique traditionnelle, ici étendue à une gamme large de « sentiments », moraux autant que citoyens : l’engagement, le refus, l’altruisme, le sentiment d’appartenir à une communauté, la contestation, la négociation, la fierté, la déception. Les recherches de Hirschman mêlent ici trois éléments : 1. l’inspiration critique de ses premiers écrits sur l’économie du développement et de ses travaux sur la différence entre « effet de persuasion » et « effet de recrutement »37 ; 2. les écrits de Sen sur l’engagement (commitment)38 ; et 3. la distinction qu’il emprunte à Lewis Coser entre conflits « divisibles », liés à des enjeux économiques de répartition et de redistribution des richesses, et conflits « indivisibles », liés à l’identité, religieuse, linguistique ou ethnique des individus39.

  • 40 On peut citer ici en exemple les recherches de Margaret Gilbert (Gilbert, 1996 et Gilbert, 2000).

52Ces trois éléments permettent à Hirschman de revenir, une fois encore, sur les héritages des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles et d’élargir la réflexion aux sociétés contemporaines. Ils fourniront la matière de nombreux développements contemporains de philosophie politique sur l’engagement de groupe, la responsabilité ou les ressorts de l’action politique et citoyenne40.

3.5. Quelques affinités électives paradoxales entre le « Dr. Akward » et certaines inspirations post-modernes

  • 41 Voir par exemple Hirschman (1995, 135-136 ou 198-199).

53Dernier point, enfin : les affinités électives – le mot est souvent utilisé par Hirschman, parfois en français, parfois en allemand, empruntant le titre du roman de Goethe, Die Wahlverwandtschaften – entre ses travaux et le développement d’un corpus de lectures « postmodernes » de l’histoire des théories économiques. En étant l’un des premiers à porter l’attention sur la physics envy41 qui taraude les économistes, sur la rhétorique de la discipline, ou en insistant sur le rôle de la biographie – et de l’autobiographie – comme grille de lecture des textes économiques, Hirschman fait, une fois encore, bouger les enjeux disciplinaires et historiographiques de l’histoire des théories économiques et propose de nouveaux moyens d’en réévaluer à la fois les contenus analytiques et la portée doctrinale.

  • 42 Voir Donald N. McCloskey (1985); ou, sous son nom actuel, Deirdre N. McCloskey (1994).
  • 43 Qu’il emprunte ici à Thomas Humphrey Marshall.

54Inaugurée par Deirdre McCloskey42, l’analyse de la rhétorique des discours économiques est un thème encore peu exploré lorsque Hirschman publie Deux siècles de rhétorique réactionnaire. La différence entre les deux lectures porte sur l’objet analysé. Là où McCloskey pointe d’abord le rôle central tenu par la formalisation (mathématique, graphique, statistique, économétrique) du discours, théorique et appliqué, tenu par les économistes, Hirschman s’intéresse, avec la même volonté de déconstruction, aux figures argumentatives de la théorie. Partant de la succession historique reconnue comme canonique entre les droits civiques et l’égalité au XVIIIe siècle, les droits politiques et le principe du suffrage universel au XIXe siècle et les droits économiques et sociaux conférés par le principe de protection sociale au XXe siècle43, il décortique les trois figures rhétoriques qui se sont opposées à cette progression des droits. La thèse de l’effet pervers (perversity) – selon laquelle « toute action qui vise directement à améliorer un aspect quelconque de l’ordre politique, social ou économique ne sert qu’à agraver la situation que l’on cherche à corriger » (Hirschman, 1991, 22) – pour Burke, Joseph de Maistre, Le Bon, Spencer, ou, plus récemment, Murray ou Glazer. La thèse de l’inanité (futility) – selon laquelle « toute tentative de transformation de l’ordre social est vaine » (ibid, 22) –, fondée sur une “loi de l’absence de mouvement” et reprise par les théoriciens italiens des élites (Mosca, Pareto ou Michels) contre le principe du suffrage universel. Ou la thèse de la mise en péril (jeopardy) – selon laquelle « le coût de la réforme envisagée est trop élevé, en ce sens qu’elle rique de porter atteinte à de précieux avantages ou droits précédemment acquis » (ibid., 22) – que défendait Benjamin Constant, que reprendra Hayek, et que Hirschman relie ici à la distinction proposée par Isaiah Berlin entre liberté positive et liberté négative.

55On le voit, la lecture porte ici plus sur le contenu analytique de l’argumentation que sur les modes de mise en forme, mathématique ou économétrique, du raisonnement. Mais le travail d’archéologie est parallèle à celui qui est à l’œuvre dans les écrits de McCloskey, qui consiste à mettre au jour un au-delà des discours économique et politique, mêlés, toujours, pour en discuter la structure commune.

  • 44 Dont il dira plus tard qu’ « il fût le résultat de (s)on expérience personnelle, lorsqu’à plusieurs (...)

56Une autre de ces « affinités électives » associe les travaux de Hirschman aux réflexions post-modernes. Elle concerne la fonction centrale accordée à la biographie et l’autobiographie comme grille d’analyse des textes. A certains égards, Hirschman a toujours appliqué, avant la lettre, les règles de « symétrie » dont David Bloor fera plus tard l’un des piliers du « Strong program » chargé de renouveler les fondements de la sociologie des sciences. Ici encore, selon deux modes distincts. 1. Le premier consiste à s’appuyer sur sa propre biographie pour nourrir sa réflexion théorique et la mettre en miroir avec ses expériences concrètes : c’est la démarche de son premier livre, National Power and the Structure of Foreign Trade (Hirschman, 1945), de la trilogie qu’il consacre à l’économie du développement à partir de son expérience en Amérique latine, de Exit, Voice and Loyalty44 ou de ses textes sur l’histoire de la circulation internationale des politiques économiques d’inspiration keynésienne :

Mon récit de la révolution keynésienne et de son exportation depuis les Etats-Unis après le Seconde Guerre mondiale […] contient une bonne part d’autobiographie : jamais je n’aurais pu l’écrire si je n’avais eu une expérience de première main – empreinte d’une certaine ambivalence – du groupe des ‘keynésiens américains’ de 1946 à 1952, à l’époque du plan Marshall, dans le cadre de mes fonctions au Federal Reserve Board à Washington. (Hirschman, 1995, 12)

  • 45 Syndrome remarquablement bien analysé par Ana Maria Bianchi (Bianchi, 2011).

57On retrouve la même inspiration autobiographique dans les analyses de la fonction d’expert, ou d’« expert en mission », dont Hirschman décrit le « syndrome » (visiting economist syndrom) avec l’acuité que lui ont donné ses expériences sud-américaines45. En premier lieu sur l’origine institutionnelle des experts : ceux-ci sont soit des experts en mission envoyés par les organisations internationales, soit des étudiants de retour des grandes universités occidentales.

On envoie les jeunes gens étudier dans les universités américaines et européennes et, à leur retour, ils croient tout savoir et tout connaître, sans avoir tiré le moindre enseignement de l’expérience des Anciens qui ont toujours vécu en Amérique latine. Du moment qu’ils ont fait leurs études à Harvard, Princeton, Munich ou Oxford, ils s’imaginent tout savoir (Hirschman, 1997, 108).

58Ensuite, le « syndrome », que Hirschman définit par « l’habitude d’émettre des avis et des prescriptions péremptoires, appuyés sur des principes et des remèdes économiques considérés comme universellement valides […] cela sur la base d’une connaissance réduite au strict minimum de l’état du patient » (Hirschman, 1984b, 93, cit. in Bianchi, 2011, 233). Et, pour conclure, une réflexion sur les fonctions « magiques » de l’expertise et le statut « d’idoles » attribué aux experts.

Les missions peuvent généralement être considérées comme une forme immature d’assistance technique, où les experts arrivent comme des money doctors ou comme des sortes de magiciens et sont, dans un premier temps, considérés avec terreur et obéis en tout, avant de faire, nécessairement, l’objet d’un renversement complet de l’opinion, qui conduit à les considérer comme extrêmement nocifs et à les traiter comme des idoles qui doivent être détruites. (Hirschman papers, box 9, cit. in Bianchi, 2011, 233)

592. Le deuxième mode d’exercice de cette version qui lui est propre du « principe de symétrie » consiste pour Hirschman à relire et à « revisiter » ses écrits théoriques passés – comme il le fait dans ses derniers essais sur l’économie du développement, dans l’article qu’il consacre à une relecture des thèses développées dans Exit, Voice and Loyalty (Hirschman, 1980) ou dans les textes rassemblés dans Rival Views of Market Society – avec, note-t-il, « pour objectif essentiel de remettre en question, d’amender, de nuancer et, en général, de ‘compliquer’ quelques unes de mes propositions antérieures » (Hirschman, 1995, 9). Cela selon un processus de doute ou d’« autosubversion » : « Lorsque ce genre d’activités se fit particulièrement prononcé, je lui trouvais une appellation : j’étais, et il me plaisait d’être, ‘autosubversif’« (ibid., 9).

  • 46 Parlant ainsi de « forme de narcissisme largement pratiquée et acceptée » (ibid., 69).
  • 47 Un emprunt légèrement décalé selon Hirschman, qui rappelle que dans le pamphlet où il l’utilise, «  (...)

60Hirschman discute à plusieurs reprises la fonction épistémologique de ces « études rétrospectives et de reformulation » (ibid., 9) et en évoque plusieurs motivations possibles : une « forme aigüe » de « l’esprit d’escalier », le désir de répondre à d’éventuels détracteurs, la volonté d’ajouter de nouveaux arguments à l’appui d’une thèse, la découverte a posteriori d’un lien entre l’ouvrage revu et d’autres ouvrages antérieurs – autant de fiertés d’auteur qu’il détaille avec ironie46. Mais l’objectif qu’il s’assigne en se livrant à cet exercice est autre. Il s’agit de relire pour « subvertir » – selon un terme emprunté à Nietzsche (Hirschman, 1995, 88)47 qu’il se plaît à détourner au moment même où « ce croquemitaine de la guerre froide qu’est la subversion »(Hirschman, 1995, 10) fait l’objet de toutes les attaques dans la doxa politique américaine des années McCarthystes.

61Subvertir ses propres idées, ses propres thèses, comme manière de progresser, satisfaire à cette « propension » qu’il revendique « à fureter, à miner, voire à contredire les propositions [qu’il a] avancées » (ibid, 9, 33) :

Oui, la subversion, a été, je l’avoue, un trait permanent de ma personnalité. Il m’est fréquemment arrivé dans la vie, de reprendre et de réexaminer les mêmes idées, ce qui m’ouvrait de nouvelles pistes, où je croisais de nouveaux sentiers et de nouveaux tournants. (Hirschman, 1997, 82-83) 

62Mieux encore : Hirschman se plaît à « proclamer haut et fort que se livrer à cette activité est chose vertueuse et séduisante » (Hirschman, 1982, 82) :

Tout comme Bachelard disait du refoulement freudien que c’était ‘une activité normale, une activité nouvelle, mieux une activité joyeuse’, se livrer à l’autosubversion peut être effectivement une activité positive et agréable. […] Wittgenstein, dit-on, confia un jour qu’il ne pouvait se sentir réellement actif que lorsqu’il changeait de position philosophique pour élaborer autre chose’. A un moment ou à un autre de sa vie, l’autosubversion peut être en effet le moyen par excellence de se renouveler. (ibid., 82-83)

  • 48 Le complexe (mania) de l’échec (fracaso).

63Cette position d’observateur critique de ses propres travaux a ainsi souvent conduit Albert Hirschman à un processus permanent de relecture et de réécriture, où l’ironie, le doute, la distance, le recul critique sur d’anciens concepts ou d’anciennes formulations remis sur l’établi, sont pensés et décrits comme sources d’idées nouvelles. Comme a aussi été source d’idées nouvelles son goût pour les mots et les jeux de mots. Exit, voice, loyalty, bias for hope et son antagoniste fracasomania48, commitment to doubt, possibilism, perversity, futility, jeopardy constituent autant de notions inventées par lui, forgées pour contourner les obstacles érigés par la pensée « orthodoxe » et s’approcher de la complexité des situations et des concepts chargés de les décrire.

  • 49 Comme « Miasma is Siam’s aim », cit. in Hirschman (1997), 120, ou ces palindromes envoyés à sa fill (...)
  • 50 Toujours dans le même entretien, Hirschman raconte combien il a été a été « heureux » le jour où il (...)

64C’est souvent en jouant avec les mots que ce grand amateur de palindromes – qu’il envoyait à ses amis sous l’intitulé et la signature palindromiques des Senile Lines du Dr. Awkward –, faisait apparaître des idées nouvelles49 : « J’aime à jouer avec les mots, à inventer de nouvelles expressions », confie-t-il dans l’entretien de 1993, « je crois qu’il y a beaucoup plus de sagesse dans les mots qu’on ne le pense généralement…. » (Hirschman, 1997, 117). Comme lorsque la « quête du bonheur » (pursuit of happiness), inscrite parmi les droits fondamentaux au fronton de la Déclaration des droits américaine, s‘inverse sous sa plume – dans le cadre de la polémique qui l’opposait alors à Mancur Olson sur la logique de l’action collective – en « bonheur de la quête » (happiness of pursuit), pour désigner le bonheur qu’il y a à participer à l’action publique50. Ou lorsqu’il retourne l’expression wisdom of hindsight (la sagesse rétrospective) en son symétrique, folly of foresight : cette illusion de la prévision parfaite, dont la dénonciation constitue l’un de ses emprunts majeurs et répétés à l’œuvre de Keynes.

Conclusion

65Des palindromes aux jeux avec les mots et sur les mots, il y a bien là la revendication d’une véritable et originale heuristique de recherche : encore et toujours le maverick.

66Cette autosubversion permanente, ce goût pour les écrits méconnus, ce rejet des lois universelles, cette recherche gourmande des rationalités cachées des systèmes économiques et politiques, cet appétit à débusquer les artifices rhétoriques las plus solidement établis, ont certes sans doute coûté à Albert Hirschman le prix de la banque de Suède à la mémoire d’Alfred Nobel, pour lequel il a plusieurs fois été proposé. La dissidence a souvent un prix.

67Il reste l’œuvre – originale, multiple, on l’a vu à propos du champ de l’histoire des idées, nourrie de littérature, d’histoire et de philosophie. Et, comme en filigrane, ce bonheur de penser d’un auteur qui, toute sa vie, s’est toujours nourri de résistances : contre les dictatures aux heures noires de la guerre ; contre les « connaissances interdites » ; contre les enfermements disciplinaires ; ou encore contre ces « pessimismes » qu’il voyait comme autant d’obstacles à « l’éclosion de nouvelles constellations » et au changement social. Plus que sa catégorisation dans telle ou telle école analytique, c’est cette heuristique - le « bonheur » ou la liberté de penser en dehors des cadres préétablis - qui marquera son inscription dans cette histoire des idées qu’il a tant pratiquée.

Haut de page

Bibliographie

Adelman, Jeremy. 2013. Worldly Philosopher : The Odyssey of Albert O. Hirschman. Princeton, NJ : Princeton University Press.

Bianchi, Ana Maria. 2011. Visiting-Economists Through Hirschman’s Eyes. European Journal of the History of Economic Thought, 18 (2), 217-242.

Casanova, Jean-Claude. 1990. Albert O. Hirschman. In Doctorats Honoris Causa. Paris : Institut d’études politiques et Fondation Nationale des Sciences Politiques, 9-13.

Cot, Annie L. 2003. Albert O. Hirschman : Les passions et les intérêts. In Michel De Vroey, Xavier Greffe, Jérôme Lallement,, (dir.). Dictionnaire des grandes œuvres économiques. Paris : Dalloz, 207-214.

Cot, Annie L. 2010. Albert O. Hirschman : An Intellectual Maverick. The Tocqueville Review/La revue Tocqueville, 31 (2), 61-79.

Dumont, Louis. 1976. Homo aequalis. Genèse et épanouissement de l’idéologie économique. Paris : Gallimard.

Foxley, Alejandro, McPherson, Michael S., et O’Donnell Guillermo, (dir.). 1986. Development, Democracy, and the Art of Trespassing : Essays in Honor of Albert O. Hirschman. Notre Dame, IN : University of Notre Dame Press.

Frobert, Ludovic et Ferraton, Cyrille. 2003. L’enquête inachevée. Introduction à l’économie politique d’Albert O. Hirschman. Paris : Presses Universitaires de France.

Fry, Varian. 1992. Assignment Rescue : an Autobiography. With an introduction by Albert O. Hirschman. New York, NY : Scholastic. Tr. fr. de Édith Ochs. Livrer sur demande : quand les artistes, les dissidents et les Juifs fuyaient les nazis : Marseille 1940-1941. Préface de Charles Jacquier. Avant-propos d’Albert Hirschman. Marseille : Agone, 2008.

Gilbert, Margaret. 1996. Living Together : Rationality, Sociality, and Obligation. Lanham, MD: Rowman and Littlefield.

Gilbert, Margaret. 2000. Sociality and Responsibility : New Essays in Plural Subject Theory. Lanham, MD: Rowman and Littlefield.

Hess, Andreas. 1999. ‘The Economy of Morals and Its Applications’ : An Attempt to Understand Some Central Concepts in the Work of Albert O. Hirschman. Review of International Political Economy, 6 (3): 338-359.

Hirschman, Albert O. 1945. National Power and the Structure of Foreign Trade. Berkeley, CA: University of California Press.

Hirschman, Albert O. 1958. The Strategy of Economic Development. New Haven, CT : Yale University Press. Tr. fr. de Françoise Pons. Stratégie du développement économique. Paris : Editions Ouvrières, 1964.

Hirschman, Albert O. 1963. Journeys Toward Progress : Studies of Economic Policy-Making in Latin America. New York, NY : Twentieth Century Fund.

Hirschman, Albert O. 1967. Development Projects Observed. New Haven, CT : Yale University Press.

Hirschman, Albert O. 1970. Exit, Voice and Loyalty : Responses to Decline in Firms, Organizations and States. Cambridge, MA : Harvard University Press. Tr. fr. de Claude Besseyrias. Face au déclin des entreprises et des institutions. Paris : Editions Ouvrières, 1973. Réédition. Défection et prise de parole. Paris : Fayard, 1995.

Hirschman, Albert O. 1971. A Bias for Hope : Essays on Development and Latin America. New Haven, CT : Yale University Press.

Hirschman, Albert O. 1976. On Hegel, Imperialism and Structural Stagnation. Journal of Development Economics, (3), 1-8.

Hirschman, Albert O. [1977], 1997. The Passions and the Interests. Political Arguments for Capitalism before its Triumph. Princeton, NJ : Princeton University Press. Tr. fr. de Pierre Andler. Les passions et les intérêts. Justifications du capitalisme avant son apogée. Paris : Presses Universitaires de France, 1980. Réédition : Twentieth Anniversary Edition with a Foreword by Amartya Sen. Princeton, NJ : Princeton University Press, 1997.

Hirschman, Albert O. 1980. Exit, Voice, and Loyalty : Further Reflections and a Survey of Recent Contributions. The Milbank Memorial Fund Quarterly. Health and Society, 58 (3): 430-453.

Hirschman, Albert O. 1981a. Grandeur et décadence de l’économie du développement. Annales. Economie, Sociétés, Civilisations, 36 (5) : 725-744. Traduction française par Pierre Andler de Hirschman (1982b).

Hirschman, Albert O. 1981b. Essays in Trespassing. Economics to Politics and Beyond. Cambridge : Cambridge University Press. Une version française de deux autres de ces essais est publiée dans Hirschman (1984b).

Hirschman, Albert O. 1982a. Shifting Involvements. Private Interest and Public Action. Princeton, NJ : Princeton University Press. Tr. fr. de Martine Leyris et Jean-Baptiste Grasset. Bonheur privé, action publique. Paris : Fayard, 1983.

Hirschman, Albert O. 1982b. The Rise and Decline of Development Economics. In The Theory and Experience of Economic Development : Essays in Honor of Sir W. Arthur Lewis, Mark Gersovitz et al., (dir.). London : Allen and Unwin.

Hirschman, Albert O. 1984a. Against Parsimony : Three Easy Ways of Complicating Some Categories of Economic Discourse. The American Economic Review, 74 (2): 89-96.

Hirschman, Albert O. 1984b. A Dissenter’s Confession : Revisiting The Strategy of Economic Development. In Gerald M. Meier, Dudley Seers, (dir.). Pioneers in Development. Oxford : Oxford University Press.

Hirschman, Albert O. 1984c. L’économie comme science morale et politique. Tr. fr. de Pierre Andler, Isabelle Chopin et Catherine Malamoud. Préface de François Furet. Paris : Hautes Etudes/Gallimard-Le Seuil.

Hirschman, Albert O. 1986a. Rival Views of Market Societies and Other Recent Essays. New York, NY : Viking Press and Penguin. Réédition avec une nouvelle préface. Cambridge, MA : Harvard University Press, 1992. Une version française de deux de ces essais est publiée dans Hirschman (1984c), et une traduction de quatre autres essais figure dans Hirschman (1986c).

Hirschman, Albert O. 1986b. The Political Economy Of Latin American Development : Seven Exercises In Retrospection. San Diego, CA : The Center for US-Mexican studies, University of California ; Notre Dame, IN : The Helen Kellogg Institute for International Studies, University of Notre Dame.

Hirschman, Albert O. 1986c. Vers une économie politique élargie. Tr. fr. de Albert O. Hirschman avec la collaboration d’Isabelle Chopin. Paris : Editions de Minuit.

Hirschman, Albert O. 1988. How the Keynesian Revolution Was Exported from America. Challenge, 31(6), 4-7. In Unconventional Wisdom : Essays in Honor of John Kenneth Galbraith, Sam Bowles, Richard Edwards, William Shepherd, (dir.). Boston, MA : Houghton Mifflin, 1989.

Hirschman, Albert O. 1989. Having Opinions - One of the Elements of Well-Being ? The American Economic Review, 79 (2), 75-79.

Hirschman, Albert O. 1991. The Rhetoric of Reaction : Perversity, Futility, Jeopardy. Cambridge, MA : Harvard University Press. Tr. fr. de Pierre Andler. Deux siècles de rhétorique réactionnaire. Paris : Fayard.

Hirschman, Albert O. 1992. Introduction. In Varian Fry (1992).

Hirschman, Albert O. 1993. Exit, Voice, and the Fate of the German Democratic Republic : An Essay in Conceptual History. World Politics, 45(2), 173-202.

Hirschman, Albert O. 1995. A Propensity To Self-Subversion. Cambridge, MA : The President and Fellows of Harvard College. Tr. fr. de Pierre-Emmanuel Dauzat. Un certain penchant à l’auto-subversion. Paris : Fayard, 1995.

Hirschman, Albert O. 1997. La morale secrète de l’économiste. Entretiens avec Carmine Donzelli, Marta Petrusewicz et Claudia Rusconi. Tr. fr. par Pierre-Emmanuel Dauzat à partir du texte italien, Passaggi di frontiera. I luoghi e le idee di un percorso di vita. Rome : Donzelli, 1994. Paris : Les Belles Lettres.

Hirschman, Albert O. 1998. Crossing Boundaries : Selected Writings. New York : Zone Books.

Hont, Istvan. 2005. Image 1000000000000001000000010C7A980C.pngJealousy Of Trade : International Competition And The Nation-State In Historical Perspective. Cambridge, MA : Belknap Press of Harvard University Press.

Lazzeri, Christian. 1999. Intérêt privé et intérêt public au XVIIe siècle. Une critique de la raison d’Etat/ In C. Lazzeri et D. Reynié, (dir.). Politiques de l’intérêt. Besançon : Annales de l’Université de Franche-Comté.

McCloskey, Donald. 1985. The Rhetoric of Economics. Madison, WI : University of Wisconsin Press.

McCloskey, Deirdre N. 1994. Knowledge and Persuasion in Economics. Cambridge, MA : Cambridge University Press.

Meldosi, Luca. 1995. Discovering the Possible. The Surprising World of Albert O. Hirschman. Notre Dame, IN : University of Notre Dame Press.

Rodwin Lloyd, Schön Donald A., (dir.). 1994. Rethinking the Development Experience : Essays Provoked by the Work of Albert O. Hirschman. Washington : Brookings Institutions.

Rosanvallon, Pierre. 1979. Le Capitalisme utopique. Histoire de l’idée de marché. Paris : Le Seuil.

Rorty, Richard. 1984. The Historiography of Philosophy : Four Genres. In Richard Rorty, J. B. Schneewind, Quentin Skinner, (dir.). Philosophy in History. Essays on the Historiography of Philosophy. Cambridge, MA : Cambridge University Press, 49-75.

Rothschild, Emma. 2001. Economic sentiments : Adam Smith, Condorcet, and the Enlightenment. Cambridge, MA : Harvard University Press.

Sen, Amartya K. 1987. On Ethics and Economics. Oxford : Blackwell.

Sen, Amartya K. 1993. Internal Consistency of Choice. Econometrica, 61 (3), 495-521.

Sen, Amartya K. 1997. Foreword. In Albert O. Hirschman ([1977] 1997), ix-xix.

Teitel, Simon (dir.). 1992. Towards a New Development Strategy for Latin America : Pathways from Hirschman’s Thought. Baltimore : Baltimore, MD: Johns Hopkins University Press.

Wilber , Charles K. et Jameson Kenneth P. 1992. Albert O. Hirschman ». In Warren J. Samuel (dir.). New Horizons in Economic Thought. Appraisals of Leading Economists. Cheltenham : Edward Elgar, 106-128.

Winch, Donald. 1978. Adam Smith’s Politics : an Essay in Historiographic Revision. Cambridge, MA : Cambridge University Press.

Haut de page

Notes

1 Au tout début de son « Avant-propos » à la réédition de Les Passions et les Intérêts (Sen, 1997, ix).

2 « Un sujet », poursuit-il, « qui reçoit peu d’attention et encore moins de respect à notre époque, et qui a à peu près complètement disparu des programme d’économie des principales universités à travers le monde.. » (Sen, 1997, ix).

3 Voir A. O. Hirschman (1977 ; 1984c ; 1982 ; 1976 ; 1984a ; 1982a ; 1988 ; 1991).

4 L’anecdote est racontée avec humour dans le discours prononcé par Albert Hirschman lors de la remise d’un doctorat Honoris Causa à Sciences Po en  1989: voir « Comment je n’ai pas étudié à Sciences Po »  (in Hirschman, 1995, 167-172).

5 Il en gardera le souvenir suivant : « Je me souviens cependant du climat réactionnaire de l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales, qui m’inspirait plus ou moins de dégoût. » (Hirschman, 1997, 84).

6 Dans un essai autobiographique consacré à son amitié avec Jürgen Kuczynski, Hirschman décrit cet épisode de son séjour à Londres. « J’apprends énormément en me mettant à l’école d’autres réfugiés qui, tels Hans Landsberg et George Jaszi, attendent avec impatience la parution de la Théorie générale de Keynes : elle paraît alors que je suis à la London School, aussitôt se forme une immense queue à la librairie de l’école. » (Hirschman, 1995, 150).

7 Muni d’une lettre de recommandation de l’universitaire italien Eugenio Colorni, cousin éloigné de Sraffa, qui avait épousé en 1935 la sœur aînée d’Albert, Ursula Hirschmann  (Hirschman, 1997, 34, belle en français dans le texte) et Adelman, 2013, 125).

8 Notamment avec Abba Lerner, qui se trouve aussi à la LSE (Hirschman, 1997, 33).

9 Antifasciste et résistant, Colorni incarnera durablement pour Hirschman la figure de l’intellectuel engagé. Arrêté par le gouvernement de Mussolini en septembre 1938, il sera fusillé par les milices fascistes en mai 1944.

10 Les étrangers avaient obtenu ce droit après les accords de Munich.

11 Sous le surnom de « Beamish ». On se reportera ici à l’introduction rédigée par Albert Hirschman à la réédition par le Musée de l’Holocauste de Washington de l’autobiographie de Varian Fry : Hirschman (1992), reprise in Hirschman (1995), 177-180.

12 Albert Hirschman reviendra souvent en France et choisira la photo de sa carte d’identité française de Résistant, sur laquelle il apparaît sous le nom d’Albert Hermant, l’air très jeune, le regard à la fois doux et dense, pour la couverture de ses Mémoires, A propensity to self-subversion: Hirschman (1995).

13 Il s’agissait là de l’un des premiers procès d’après-guerre pour violation des Accords de La Haye. Albert Hirschman était alors rattaché à une unité de l’Office des Services Stratégiques (OSS) (cf. Hirschmann, 1997, 61).

14 « Deux constatations sont à l'origine du présent essai, note-t-il dès la première page du livre. La première est que la science sociale de notre temps n'est pas parvenue à élucider la question des conséquences politiques de la croissance économique. La seconde est que ces conséquences sont souvent désastreuses. »  (Hirschman, 1977, 7).

15 Sur cette conception interprétative, on se réferera au texte programmatique intitulé « Our View of Social Science », rédigé par Hirschman et Geertz – avec l’aide de Quentin Skinner et William Sewell — à l’appui d’une demande de fonds auprès de la Mellon Foudation et du National Endowment for the Humanities, destinée à financer un programme de trois ans intitulé « Advanced Study of the Process of Social Change ». L’approche intérpretative y est définie comme « résolument multi-disciplinaire, comparative et internationale » — et donc comme tournant le « dos à la science sociale américaine mainstream » (Albert O. Hirschman Papers, Princeton Seeley G. Mudd Library, box 4, folder 12, quoted in Adelman, 2013, 540).

16 Cette section s’appuie largement sur Cot (2003) et Cot (2010).

17 Montesquieu, De l’esprit des lois, 1748, XXI, 16 (20).

18 Ce point est développé par Hirschman dans un article rédigé après Les Passions et les Intérêts : « Le concept d’intérêt : de l’euphémisme à la tautologie », in Hirschman (1976a) pour la version anglaise et Hirschman (1986c) pour la traduction française.

19 Le terme est utilisé par Hirschman (1993).

20 Ces analyses ont, depuis, contribué à alimenter un vif regain d'intérêt pour les fondements utilitaristes des théories économiques des XIXe et XXe siècles – et ouvert la voie aux travaux ultérieurs de Christian Lazzeri, de Emma Rothschild, de Pierre Rosanvallon ou de Istvan Hont sur ces mêmes thèmes : voir parmi d’autres travaux, Lazzeri (1999), Rosanvallon (1979), Rothschild (2001) ou Hont (2005).

21 Voir notamment Hirschman (1963), Hirschman (1967) ou Hirschman (1988).

22 Carmine Donzelli, Marta Petrusewicz et Claudia Rusconi. Voir Hirschman (1997), 113, où il rappelle que la notion de trespassing a été traduite par « l’art d’empiéter » par les auteurs de sa Festschrift (Foxley, McPherson et O’Donnell, 1986).

23 On pense évidemment ici au programme de recherche proposé par Bob Coats dans la toute première livraison de la revue History of Political Economy. L’expression exacte utilisée par Hirschman est : « that become politically powerful » : Hirschman (1988), 4. Cet article était destiné aux « Mélanges Galbraith » édités par Samuel Bowles, Richard Edwards, et William Shepherd.

24 « De fait, poursuit Hirschman, avant Keynes, il n’existait aucune position théorique respectable entre la planification centralisée d’un côté, le laissez-faire traditionnel de l’autre » (Hirschman, 1995, 218, souligné par moi, ALC)

25 Voir Hirschman (1984a).

26 Qu’il nomme alternativement « possibilisme » ou, empruntant le concept à Kierkegaard, « passion du possible » : voir Hirschman (1995, 196).

27 On retrouve dans cette position de Hirschman l’héritage du scepticisme dont Keynes faisait preuve à l’égard de certains usages de l’économétrie.

28 (ici dans une traduction revue, ALC) .

29 Posture qui lui était d’ailleurs contemporaine.

30 « The rise and decline of development economics », in A. O. Hirschman (1981b), dont la traduction française (utilisée dans cet article) a été publiée dans Annales. Economie, Sociétés, Civilisations en 1981 : Hirschman (1981a).

31 Incarnée par Theodore W. Schultz ou Walt Rostow.

32 Telle serait la position de Paul Rosenstein-Rodan, Kurt Mandelbaum, Ragnar Nurkse, Arthur Lewis ou encore Alexander Gershenkron.

33 Cette proximité intellectuelle et amicale des deux auteurs mériterait une analyse plus détaillée, qui dépasse le cadre de cet article. Elle est de plus doublée d’une proximité familiale : Amartya Sen avait épousé en 1973 la fille d’Eugenio Colorni et d’Ursula Hirschmann, Eva Colorni, à laquelle il rend un bel hommage intellectuel posthume dans l’article qu’il tire de son allocution présidentielle de 1984 à l’Econometric Society (Sen, 1993, note 1, 495), ainsi que dans la notice autobiographique qu’il rédige pour le site Nobelprize.org : « In the reorientation of my research, I benefited greatly from discussions with my wife, Eva Colorni, with whom I lived from 1973 onwards. Her critical standards were extremely exacting, but she also wanted to encourage me to work on issues of practical moment. Her personal background involved a fine mixture of theory and practice, with an Italian Jewish father (Eugenio Colorni was an academic philosopher and a hero of the Italian resistance who was killed by the fascists in Rome shortly before the Americans got there), a Berlinite Jewish mother (Ursula Hirschman [sic] was herself a writer and the brother [sic] of the great development economist, Albert Hirschman), and a stepfather who as a statesman had been a prime mover in uniting Europe (Altiero Spinelli was the founder of the "European Federalist movement," wrote its "Manifesto" from prison in 1941, and officially established the new movement, in the company of Eugenio Colorni, in Milan in 1943). Eva herself had studied law, philosophy and economics (in Pavia and in Delhi), and lectured at the City of London Polytechnic (now London Guildhall University). She was deeply humane (with a great passion for social justice) as well as fiercely rational (taking no theory for granted, subjecting each to reasoned assessment and scrutiny). She exercised a great influence on the standards and reach that I attempted to achieve in my work (often without adequate success). Eva was very supportive of my attempt to use a broadened framework of social choice theory in a variety of applied problems: to assess poverty; to evaluate inequality; to clarify the nature of relative deprivation; to develop distribution-adjusted national income measures; to clarify the penalty of unemployment; to analyze violations of personal liberties and basic rights; and to characterize gender disparities and women's relative disadvantage. »

34 Voir Shifting Involvements. Private Interests and Public Action, où Hirschman compare les rôles respectifs accordés au cours de l’histoire des sociétés modernes à l’action publique (la vita activa) et à la poursuite des intérêts privés.

35 Hirschman (1989), dont le titre a été traduit en français par « Opinions opiniâtres et démocratie ».

36 Par exemple dans « Against Parsimony » (Hirschman, 1984a), ou, à nouveau, dans l’article qu’il publie en 1989 dans l’American Economic Review sous le titre « Having Opinions - One of the Elements of Well-Being ? » (Hirschman, 1989).

37 En particulier dans « Confessions d’un dissident : retour sur Stratégie du développement économique », in Hirschman (1984b, 96 sq).

38 Notamment dans Ethique et économie : A. K. Sen (1987).

39 Les enjeux d’intérêts des premiers les rendant facilement négociables, tandis que les enjeux symboliques des seconds les situent du côté des passions et, ainsi, de la guerre plus que de la négociation: voir « Des conflits sociaux comme piliers de la société démocratique de marché», in Hirschman (1995).

40 On peut citer ici en exemple les recherches de Margaret Gilbert (Gilbert, 1996 et Gilbert, 2000).

41 Voir par exemple Hirschman (1995, 135-136 ou 198-199).

42 Voir Donald N. McCloskey (1985); ou, sous son nom actuel, Deirdre N. McCloskey (1994).

43 Qu’il emprunte ici à Thomas Humphrey Marshall.

44 Dont il dira plus tard qu’ « il fût le résultat de (s)on expérience personnelle, lorsqu’à plusieurs reprises (au cours de ses années d’administration ou de conseil), (il s’est) heurté à la question ‘défection/protestation’. » (Hirschman, 1997, 78).

45 Syndrome remarquablement bien analysé par Ana Maria Bianchi (Bianchi, 2011).

46 Parlant ainsi de « forme de narcissisme largement pratiquée et acceptée » (ibid., 69).

47 Un emprunt légèrement décalé selon Hirschman, qui rappelle que dans le pamphlet où il l’utilise, « Nietzsche contra Wagner », Nietzsche parle de « Selbstüberwindung » (ibid., note19).

48 Le complexe (mania) de l’échec (fracaso).

49 Comme « Miasma is Siam’s aim », cit. in Hirschman (1997), 120, ou ces palindromes envoyés à sa fille Katia, qui mélangent l’anglais, le français, l’allemand , l’espagnol: « ojo / eye / Die ID! / Dieu, tue ID! / Nie Sein! / Très en été belle bête ne sert / Amo idioma / État: State / Io: moi / Io: I" (correspondance privée avec K. Salomon, mars 2013).

50 Toujours dans le même entretien, Hirschman raconte combien il a été a été « heureux » le jour où il a trouvé ce jeu de mots (Hirschman, 1997, 117).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Albert O. Hirschman en Colombie en 1962
Crédits © Hernán Díaz
URL http://oeconomia.revues.org/docannexe/image/157/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie L. Cot, « Albert O. Hirschman (1915-2012) : la Résistance à tout prix », Œconomia, 3-3 | 2013, 459-485.

Référence électronique

Annie L. Cot, « Albert O. Hirschman (1915-2012) : la Résistance à tout prix », Œconomia [En ligne], 3-3 | 2013, mis en ligne le 30 janvier 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/157 ; DOI : 10.4000/oeconomia.157

Haut de page

Auteur

Annie L. Cot

Centre d’économie de la Sorbonne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Annie.Cot@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org