Navigation – Plan du site
Russian Political Economy from Utopia to Social Engineering, part II

Le statut épistémologique des lois économiques du socialisme dans le Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS

The Epistemological Status of the Economic Laws of Socialism in Political Economy issued by the Economics Institute of the Academy of Sciences of the U.S.S.R.
Jérôme Lallement
p. 189-221

Résumés

Cet article examine quelques-uns des débats qui ont accompagné la rédaction du Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS, publié en 1954. Dès la révolution d’Octobre, la Russie soviétique a été confrontée à des problèmes économiques gigantesques, et ces problèmes économiques ont soulevé indirectement la question épistémologique du statut des lois qui régissent l’ordre économique : Les lois économiques sont-elles universelles ou relatives ? Historiques ou transhistoriques ? Rédigé sur ordre de Staline, le Manuel d’économie politique (1954) donne la réponse officielle de l’URSS à la question du statut des lois économiques, en reconnaissant qu’il existe des lois économiques propres à l’économie socialiste. Amendant ainsi la promesse de Marx d’un saut dans le « royaume de la liberté », le Manuel affirme qu’il existe des contraintes objectives qui s’imposent à l’économie socialiste et qui justifient, par exemple, la persistance de la valeur dans l’économie soviétique. Les analyses du Manuel établissent ainsi un constat désenchanté qui rappelle certaines analyses de Marx énonçant, en dépit de son historicisme, des lois économiques universelles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Samuelson, dans son bestseller Economics (16e édition de 1998), résume très bien cette conviction q (...)
  • 2 Parmi les tenants de ce relativisme, il faut citer Marx, bien sûr, mais aussi, plus près de nous, d (...)

1L’économie politique classique est née, au XVIIIe siècle, des tentatives pour expliquer les phénomènes économiques à partir de méthodes similaires à celles utilisées dans les sciences naturelles. Une conséquence importante de l’utilisation de ces méthodes a été de pousser les économistes à concevoir les lois économiques sur le modèle des lois qui régissent le monde physique. Cette conception des lois économiques comme régularités universelles et intemporelles est aujourd’hui encore largement dominante chez les économistes1. Mais elle a aussi suscité des critiques de la part de ceux qui, au contraire, soulignent que les catégories économiques sont relatives à une époque et à un environnement spécifique. Si les lois économiques sont propres à un système social et à un moment historique, alors on ne saurait les transposer sans précaution d’un pays à un autre ou d’une époque à une autre2. D’où une question générale : les lois économiques sont-elles historiques ou transhistoriques ? Existe-t-il des lois économiques universelles, valides en tout temps et en tout lieu ? Ou bien les lois économiques sont-elles toujours relatives à une époque, à un lieu ? Cette question générale s’est posée de manière exemplaire à propos de l’économie soviétique. Et comme la révolution soviétique s’est réclamée du marxisme, on pourrait logiquement penser que ces questions furent résolues à la lumière de la pensée de Marx.

2Le mode d’organisation de la société communiste est fourni par la formule « de chacun selon ses capacités à chacun selon ses besoins » (Marx, 1875, 1420). La formule implique deux choses : d’une part, une société d’abondance et d’autre part, une nouvelle conception du travail.

    • 3 Si Marx a souvent critiqué les utopistes, il a aussi repris à son compte nombre de leurs idées. Cf.(...)
    • 4 Dans l’Anti-Dühring, Engels modifie un peu la formulation de Marx en parlant du « bond de l’humanit (...)

    La formule « à chacun selon ses besoins » due à Prosper Enfantin, exprime un précepte saint-simonien et montre l’influence du socialisme utopique sur la pensée de Marx3. À la fin du livre III du Capital, Marx évoque l’utopie fouriériste pour célébrer le passage de l’« empire de la nécessité » au « règne de la liberté » : « À la vérité, le règne de la liberté commence seulement à partir du moment où cesse le travail dicté par la nécessité et les fins extérieures ; il se situe donc, par sa nature même, au-delà de la sphère de la production matérielle proprement dite » (Le Capital, vol. 2, 1487-1488)4. Bien évidemment, l’objectif « à chacun selon ses besoins » ne peut être réalisé que dans le cadre d’une société d’abondance libérée de la rareté.

  1. Cette libération de l’homme vis-à-vis des nécessités matérielles permet de faire émerger une conception du travail entièrement nouvelle. Le travail n’est plus une obligation, le moyen de vivre, il devient « le premier besoin de la vie » (1875, 1420), la manifestation de la créativité humaine, le moyen pour les hommes de réaliser leur essence d’être humain (Manuscrits de 1844).

  • 5 Lénine parle de « la première phase de la société communiste, que l’on appelle ordinairement social (...)

3Évidemment, cette terre promise communiste est encore loin quand Marx, en 1875, rédige la Critique du programme de Gotha. A la fin du 19e siècle, les modalités de passage du capitalisme au communisme restent une question essentiellement théorique. Marx souligne que, entre le capitalisme et la phase supérieure du communisme, il y aura une première phase, de transition. « Entre la société capitaliste et la société communiste, se situe la période de transformation révolutionnaire de l’une en l’autre. À cette période correspond également une phase de transition politique, où l’État ne saurait être autre chose que la dictature révolutionnaire du prolétariat» (Marx, 1875, 1429) Depuis Lénine, on appelle souvent socialisme, cette phase intermédiaire entre le capitalisme et le communisme, ce socialisme étant caractérisé par la formule « à chacun selon son travail »5.

4Après les travaux de Marx qui indiquaient le dépassement des contradictions du capitalisme par l’avènement d’un nouveau mode de production, la question du fonctionnement d’une économie socialiste est restée, dans un premier temps, une question purement théorique et, bien sûr, politique. Mais la question a pris une autre tournure au lendemain de la révolution de 1917 : la société soviétique a été confrontée à des questions concrètes qu’il fallait résoudre immédiatement. La question d’une économie politique du socialisme est devenue brûlante et il a bien fallu inventer des règles de fonctionnement pour cette nouvelle économie. Comment fonctionne une économie socialiste ? Cette interrogation fait surgir une multitude de questions préalables. Qu’entent-on par économie socialiste : une société où les moyens de production sont appropriés collectivement, un mode de production volontariste et dépendant des décisions des hommes (de la société), une pure fiction, ou bien telle ou telle société existant réellement (par exemple, l’économie soviétique entre 1917 et les années 1980) ? Un mode de production socialiste obéit-il à des lois économiques ? S’agit-il de lois immanentes qui s’imposent aux individus et aux institutions, ou bien les décisions collectives conscientes d’institutions ou d’hommes peuvent-elles instituer des règles volontaristes, discrétionnaires, par opposition aux lois immanentes du mode de production capitaliste ?

5Le problème est d’autant plus complexe qu’il entremêle plusieurs questions étroitement imbriquées qui contribuent à obscurcir les débats et à brouiller les arguments. Tout d’abord, on ne trouve pas chez Marx une théorie achevée et complète du socialisme ou un modèle de fonctionnement d’une telle économie et la société communiste était, pour lui, une utopie, certes désirable, mais encore très lointaine. De plus l’expression d’économie politique du socialisme, aujourd’hui, suggère un mélange indissociable de positif (partir de ce qui existe ou de ce qui a existé pour en faire la théorie) et de normatif (inventer les canons d’une utopie, une économie socialiste idéale vers laquelle il serait bon de se diriger). Si l’on veut tenir compte de l’expérience soviétique (ou chinoise, cubaine etc.), il est difficile de séparer ce qui s’est produit dans la réalité de l’économie soviétique (les phénomènes ‘objectifs’, le socialisme réel) et la représentation apologétique, destinée à montrer la supériorité du système socialiste. Les arguments sont surdéterminés par des enjeux politiques.

  • 6 Sur la couverture du Manuel ne figure pas d’autre auteur autre que “Académie des sciences de l’URSS (...)
  • 7 Dans son ouvrage, Staline précise : « Il faut un manuel pouvant servir de livre de chevet à la jeun (...)
  • 8 Ce choix présente l’inconvénient d’occulter toute la littérature sur le “socialisme réel”, qui a po (...)

6Curieusement, un des résultats (non voulu) de ces discussions sur l’économie socialiste a été de faire émerger l’idée que, au-delà des caractéristiques propres des modes de production capitaliste et socialiste, il y avait des constantes universelles que l’on retrouve dans toutes les sociétés. Ce qui ouvrirait la possibilité d’énoncer des vérités économiques universelles et transhistoriques. On s’appuiera ici sur les positions officielles du régime soviétique à propos des lois économiques du socialisme, exposées d’abord par Joseph Staline en 1952, puis dans le Manuel d’économie politique, premier ouvrage officiel consacré à l’économie du socialisme, publié à la demande de Staline, par l’Institut d’économie de l’Académie des sciences de l’URSS en 19546. Il fallait trouver un exposé représentatif de ce que pouvait être une théorie économique du socialisme7. Le choix de l’opuscule de Staline et du Manuel permet de délimiter précisément un champ d’investigation circonscrit aux positions officielles des autorités soviétiques et donne les moyens de comparer les positions de Marx et celles de la pensée soviétique officielle sur la question des lois économiques, de leur contenu, de leur champ de validité et de leur statut épistémologique8.

7Sur la base du corpus choisi (l’opuscule de Staline de 1952 et le Manuel d’économie politique de 1954), il s’agit de spécifier les lois économiques du socialisme et de préciser leur statut épistémologique : lois relatives à un mode de production spécifique ou lois universelles ? En partant du principe, énoncé par Marx, que les lois immanentes du mode de production capitaliste sont relatives à ce mode de production, il convient de se demander s’il existe des lois économiques ayant le même statut pour une économie socialiste (c’est-à-dire s’il existe une économie politique du socialisme), si certaines lois du mode de production capitaliste persistent dans une économie socialiste, voire dans un système communiste, et, du même coup, si certaines régularités économiques ne sont pas transhistoriques.

8On examinera d’abord, dans une première section les difficultés de la construction d’une théorie officielle de l’économie politique du socialisme en Union soviétique. La deuxième section traite de l’ambivalence des lois économiques du socialisme telles qu’elles sont formulées dans le Manuel. La troisième partie revient sur de possibles lois économiques transhistoriques et pose la question de savoir si, après l’expérience soviétique, une relecture attentive de la pensée de Marx ne conduit pas à admettre des lois économiques naturelles, encore valables dans une société communiste.

1. Les difficultés de la construction d’une économie politique du socialisme

9Comment fonctionne une économie socialiste ? Un texte bien connu d’Engels dans l’Anti-Dürhing, a été souvent sollicité pour suggérer un début de solution aux problèmes d’une économie socialiste :

La quantité de travail social que contient un produit n’a pas besoin […] d’être constatée par un détour ; l’expérience quotidienne indique quelle quantité est nécessaire en moyenne. La société peut calculer simplement combien il y a d’heures de travail dans une machine à vapeur, dans un hectolitre de froment de la dernière récolte […]. Donc, dans les conditions supposées, […] la société […] n’attribue pas […] de valeur aux produits. Elle n’exprimera pas le fait simple que les cent m2 de tissu ont demandé pour leur production disons mille heures de travail, sous cette forme louche et absurde qu’ils vaudraient mille heures de travail. Certes la société sera obligée de savoir même alors combien il faut de travail pour produire chaque objet d’usage. Elle aura à dresser le plan de production d’après les moyens de production, dont font tout spécialement partie les forces de travail. Ce sont en fin de compte les effets utiles des divers objets d’usage, pesés entre eux et par rapport aux quantités de travail nécessaire à leur production, qui détermineront le plan. Les gens régleront tout très simplement sans intervention de la fameuse « valeur ». (Engels, 1878, 348-349)

10Ce texte, qui a servi de bible à de nombreux économistes soviétiques, soulève quelques uns des problèmes à résoudre pour élaborer une planification rationnelle :

    • 9 La présentation dialectique du communisme comme ‘suppression-conservation-dépassement’ (Aufhebung) (...)

    On observera d’abord que, malgré tous ses efforts, Engels peine à se détacher des catégories du mode de production capitaliste et que le mode de production socialiste est toujours pensé en référence au mode de production capitaliste9.

  1. Le premier problème que doit résoudre une économie socialiste est de choisir quels biens doivent être produits et en quelles quantités, et pour cela, il faut mesurer les effets utiles des différents produits. D’où une cascade de questions. Comment mesurer les effets utiles ? On sait que, dans Le Capital, la valeur d’usage des marchandises est mesurée en unités physiques (litres de lait, tonnes de fer, mètres de tissu). Mais c’est précisément la diversité de ces mesures (diversité qui renvoie à la diversité physique des biens permettant de satisfaire des besoins variés) qui exclut toute comparaison entre les valeurs d’usage. Comment comparer l’utilité de produits hétérogènes ? Qui détermine l’utilité sociale des produits ? Qui choisit les biens et les quantités à produire : le Plan, les soviets, les consommateurs, le marché … ?

  2. Ensuite, il faut mesurer les quantités de travail nécessaire. S’agit-il du travail effectivement dépensé, ou du travail socialement nécessaire ? Comment prendre en compte la variété des qualifications du travail, ainsi que le travail daté incorporé dans les équipements et les machines ?

  3. Comment comparer entre elles ces grandeurs (effets utiles et quantités de travail) pour pouvoir rapporter les produits à leur coût en travail et planifier la production des différents produits ? Sur quelles bases déterminer les quantités devant être produites ?

  • 10 On fait ici référence au passage du livre 1er du Capital : « Représentons-nous enfin une réunion d’ (...)

11Ces interrogations en induisent d’autres sur la nature des calculs rationnels de la planification socialiste, si l’on postule que ces calculs doivent s’affranchir de la valeur ? S’agit-il de calculs monétaires, mais alors qu’en est-il de la monnaie, et comment sont fixés les prix monétaires ? Ou bien s’agit-il de calculs économiques, mais sur la base de quelles grandeurs ? Si ces grandeurs sont des quantités physiques, comment sont-elles agrégeables ? Dans le mode de production capitaliste, ces problèmes sont résolus par le jeu de loi de la valeur et par la dialectique de la valeur d’usage et de la valeur d’échange. Comment une société socialiste peut-elle résoudre rationnellement ces problèmes en s’affranchissant de la loi de la valeur qui régit le capitalisme ? Posées abstraitement, dans une optique purement spéculative, ces questions n’avaient pas trouvé de réponses satisfaisantes au début du XXe siècle et la révolution de 1917 les a rendues concrètes et brûlantes, mais sans leur apporter de solution. Les problèmes à résoudre se sont révélés beaucoup plus délicats et complexes dès lors qu’il ne s’agissait plus seulement d’imaginer une « réunion d’hommes libres »10, mais d’organiser concrètement la vie économique de plusieurs millions de soviétiques.

1.1 Les débats

  • 11 Voir par exemple Barnett et Zweynert (2008), Brus (1961), Chambre (1955, 1974), Baslé (1979, 1985), (...)
  • 12 Le mot de transition, outre sa dimension dynamique, laisse entendre que l’on va du moins bien au mi (...)

12À partir des années 1920, les débats sur la construction d’une économie socialiste n’ont pas cessé en Union soviétique avec l’économie de guerre, l’échec des tentatives de suppression de la monnaie, la Nouvelle Économie Politique (NEP), les débuts de la planification … Le volontarisme politique s’est heurté à la dure réalité des choses. La question de la dynamique de l’accumulation socialiste a cristallisé les oppositions : fallait-il respecter l’équilibre du développement des deux secteurs de production, les biens de consommation (essentiellement l’agriculture) et les moyens de production, ou pouvait-on imposer un transfert de surplus massif du secteur agricole vers l’industrie lourde pour permettre l’accumulation socialiste primitive ? On ne résumera évidemment pas ici ces débats11. Les arguments échangés s’insèrent dans un mouvement dynamique qui doit conduire du capitalisme au communisme via une période qualifiée par Lénine de socialiste. Le capitalisme obéit à des lois immanentes qui renvoient à l’empire de la nécessité. Le communisme devrait correspondre à un saut qualitatif qui inaugure le règne de la liberté. Malheureusement, le règne de la liberté est resté aussi lointain en 1917 que longtemps après. Très utilisé dans les années 1930 et 1940, un argument, purement idéologique, a consisté à dire qu’il s’agissait d’une transition12. Cette transition est certes difficile, certes plus longue que prévue, mais les lendemains qui chantent sont proches : « Tenez bon, camarades. Sinon vous, du moins vos enfants vivront un avenir radieux. »

  • 13 Rappelons que, comme beaucoup d’autres, Boukharine et Preobrajensky, les deux plus grands économist (...)

13Différents arguments ont été avancés pour expliquer les difficultés de l’économie soviétique. Une des dimensions du problème a été l’absence d’une économie politique du socialisme. La théorie économique du régime soviétique s’est construite très lentement, largement dépendante des questions du moment, et souvent avec un temps de retard par rapport aux évènements : par exemple, la période du communisme de guerre a été théorisée par Nicolas Boukharine dans son Économie de la période de transition (1920), à peine un an avant le début de la NEP. Mais ces réflexions, tout comme les débats entre Boukharine et Preobrajensky, au moment de la NEP, n’expriment que des positions individuelles à une époque où les problèmes collectifs ne peuvent être posés, pensés et résolus qu’à partir du moment où une position officielle a été exprimée13. « C’est en 1936, au moment où la Constitution intronisée par Staline consacre la ‘victoire définitive’ du socialisme en URSS, qu’intervient la décision d’écrire un manuel officiel d’économie politique. » (Chavance, 2000, 240). Il faut codifier l’ordre économique comme cela a été fait pour l’ordre politique. La tâche est complexe car elle suppose qu’aient été préalablement résolues des questions théoriques, doctrinales et politiques redoutables.

  • 14 « Dans la société coopérative fondée sur la propriété collective des moyens de production, les prod (...)
  • 15 Cette conception « téléologique » admet que le plan peut fixer des objectifs volontaristes ; elle s (...)

14On se limite ici à une seule question, celle de l’existence de lois économiques propres au socialisme. Il s’agit de savoir si, dans une économie socialiste, il existe des lois économiques intangibles qui s’imposent, et si, par conséquent, le volontarisme économique est étroitement limité, voire impossible, du fait de ces lois intangibles. Ce qui revient à admettre que l’économie socialiste, comme le système capitaliste, doit se plier à certaines contraintes économiques alors que Marx (1875) avait pensé la transition vers le communisme comme une rupture radicale avec les lois économiques propres à la société capitaliste. Pour Marx, la valeur disparaît dès « la première phase du communisme » (phase que Lénine appelle socialisme) et, avec elle, les lois économiques, la réification des rapports de production et le fétichisme de la marchandise14. Ce qui a justifié la tentative d’économie sans monnaie. L’échec de cette tentative a soulevé la question longuement débattue de l’existence des lois économiques en régime socialiste. En s’inspirant d’Engels pour qui « le gouvernement des personnes fait place à l’administration des choses » (1878, 320), Boukharine défend l’idée que l’économie politique disparaît au profit d’une science de l’organisation de la production. En régime socialiste, il n’y a de place que pour une « science descriptive et normative de l’économie soviétique » selon Boukharine, ou pour une « technologie sociale » selon Preobrajenski (cf. Chambre, 1955, 439). Boukharine et Preobrajenski reprenaient tous les deux la thèse de Marx pour qui la loi de la valeur disparaissait dès la première phase de la transition et, pour eux, la planification « téléologique » devait énoncer des objectifs à long terme15. Cette conception entendait marquer la rupture qualitative du socialisme par rapport au capitalisme en refusant toute idée de loi économique et en évacuant par là toute possibilité d’élaborer une théorie économique du régime soviétique. Une conséquence de cette position est de faire de la planification le seul objet de la politique économique et de réduire l’économie politique à n’être qu’une science descriptive de l’économie soviétique.

  • 16 Les certitudes sur les positions admises et celles qui sont interdites sont difficiles à établir, m (...)

15Pourtant ce refus d’une théorie économique du socialisme, refus associé au volontarisme de la politique économique mise en œuvre en URSS, va être abandonné au profit d’une position antithétique, acquise à l’existence de lois économiques propres au socialisme et, finalement, la possibilité d’une théorie économique du socialisme deviendra la position officielle16. À l’instar de quelques autres économistes, Nicolai Voznessensky, directeur du Gosplan de 1938 à 1948, soutenait que le socialisme scientifique ne pouvait nier le rôle de la loi de la valeur, en fixant les prix de détail ou l’évaluation des pertes et des profits des entreprises dans une économie socialiste.

La loi de la valeur ne régit pas seulement la distribution des marchandises, mais aussi la répartition des ressources entre les différentes branches de l’économie. […] Le planificateur est tenu d’observer certaines proportions dans l’industrie et dans l’agriculture, entre la production de biens de consommation et de biens d’équipement, entre le développement de la production et des transports, entre l’investissement et la consommation. (Voznessensky, 1948, 108-109)

  • 17 Certaines idées de Voznessensky seront reprises par Staline qui nomme ce dernier membre suppléant d (...)

16On sait que Staline a assisté au début des années 1940 à différentes réunions consacrées aux questions économiques et qu’il a dit avoir été convaincu, en 1941, de la possibilité d’admettre que la loi de la valeur pouvait s’appliquer dans une société socialiste (Kaser, 2008, 143)17. En 1943, dans le numéro 7-8 de la revue Pod Znamenem Marksisma (Sous la bannière du marxisme), organe théorique du Parti communiste soviétique, paraît un article programmatique, non signé, « Niektoriié voprosy priepodavaniia politicheskoï ekonomii » (Quelques questions sur l’enseignement de l’économie politique) qui met fin à la prohibition de la loi de la valeur. « Le texte publié en 1943 dans Pod Znamenem Marksisma, sur l’enseignement de l’économie politique est le premier à poser la problématique qui sera désormais celle de l’économie politique du socialisme. » (Chavance, 1980, 115) Cet article affirme que, contrairement à ce qui était enseigné jusque là, la loi de la valeur, en tant que loi régulant les relations d’échange au moyen de la valeur travail, doit être prise en compte dans le cadre d’une économie socialiste et il condamne le volontarisme associé à la conception téléologique de la planification :

Les erreurs de l’enseignement antérieur qui dénie le fonctionnement de la loi de la valeur en économie socialiste a créé des difficultés insurmontables pour expliquer l’existence dans le socialisme de catégories telles que la monnaie, les banques, le crédit, etc. La compréhension du rôle et de la signification de la loi de la valeur dans le socialisme permet d’éclairer correctement tous ces problèmes, dans un ensemble strictement logique, en partant de la prémisse que, dans le socialisme aussi, la loi de la valeur fonctionne, et en recherchant ensuite les spécificités essentielles de son fonctionnement dans le socialisme. (Anonyme, 1943, 523)

  • 18 Brus signale que les discussions de Staline avec les économistes à propos de la rédaction du Manuel(...)
  • 19 L’ouvrage de Staline, publié en 1952, comprend d’abord un texte de 50 pages « Remarques relatives a (...)

17L’article de 1943 constitue « un revirement inattendu, semblable à un coup de tonnerre dans un ciel serein : la reconnaissance de l’action de la loi de la valeur en régime socialiste. » (Brus, 1961, 123)18 La question était suffisamment importante pour que, en 1951, Staline intervienne personnellement dans la discussion et publie ensuite le contenu de ses interventions orales dans un petit livre, Les problèmes économiques du socialisme en URSS(1952)19. L’objet explicite de l’intervention de Staline est de faire des remarques sur le projet de manuel et de trancher un certain nombre de débats qui opposaient ses rédacteurs en indiquant les positions officielles qui doivent être défendues, tout particulièrement à propos de la loi de la valeur.

  • 20 Il faut toutefois signaler un premier manuel de Iosif Lapidus et Konstantin Ostrovityanov, mais, éd (...)
  • 21 Des articles et des ouvrages ont été publiés dans les années 1930 autour de polémiques comme, par e (...)

18Un signe de la complexité des débats est qu’il a fallu attendre 1954, soit 37 ans après la révolution d’octobre, pour que paraisse en Union soviétique le premier Manuel d’économie politique consacré à l’économie du socialisme20. C’est la première publication en URSS d’un ouvrage officiel sur l’économie politique du socialisme21. Dans la mesure où l’ouvrage est rédigé avec l’assentiment des autorités en charge de la conduite des affaires du pays, et donc de Staline, le Manuel est évidemment une source de premier choix pour connaître à la fois les références théoriques des économistes soviétiques, et l’interprétation que les dites autorités pouvaient donner de leur pratique en matière d’organisation des activités économiques. Cet ouvrage, non signé, publié par l’Institut d’économie de l’Académie des sciences de l’URSS, est l’œuvre collective d’une dizaine d’auteurs. Toutes ses parties ont été âprement discutées, ce qui explique que sa gestation ait été aussi longue. L’intervention personnelle de Staline, en 1951, témoigne de l’importance des enjeux.

  • 22 Rappelons que l’on s’intéresse ici au statut des lois économiques, ce qui ne représente qu’un point (...)

19On retiendra ici deux débats tranchés par Staline : le premier concerne la possibilité d’une économie politique du socialisme, c’est-à-dire sur la possibilité d’énoncer des lois économiques pour une économie socialiste, le second porte sur les différents types de lois économiques existantes dans une économie socialiste22.

1.2. Staline et la possibilité d’une économie politique du socialisme

20À la fin des années 1940, Staline va imposer l’idée qu’une théorie économique du socialisme est possible et que cette théorie doit être exposée dans le Manuel dont la rédaction est alors en cours. Pour cela Staline revient sur la position des économistes qui, comme « le camarade Iarochenko », reprennent les arguments de Boukharine en soutenant :

  • 23 « Le camarade Iarochenko » est un personnage mystérieux, apparemment suffisamment important pour qu (...)

qu’après la suppression du capitalisme, on doit supprimer l’économie politique. […] Le camarade Iarochenko ramène les problèmes de l’économie politique du socialisme aux problèmes de l’organisation rationnelle des forces productives, aux problèmes de planification de l’économie nationale, etc. Mais il se trompe gravement. Les problèmes de l’organisation rationnelle des forces productives, de la planification de l’économie nationale, etc., sont l’objet non pas de l’économie politique, mais de la politique économique des organismes dirigeants. Ce sont deux domaines qu’on ne doit pas confondre. […] Encombrer l’économie politique des problèmes de la politique économique, c’est la tuer en tant que science. (Staline, 1952, 78)23

  • 24 À l’appui de son propos, Staline cite l’Anti-Dühring : « Les forces socialement agissantes agissent (...)

21À propos des lois économiques, Staline affirme deux choses. Premièrement, dans une économie socialiste, il y a des lois économiques qui s’imposent et qui sont aussi intangibles que les lois de la nature. « Ainsi, les lois de l’économie politique sous le socialisme sont des lois objectives qui reflètent la régularité des processus intervenant dans la vie économique indépendamment de notre volonté. » (Ibid., 10). Le caractère intangible de ces lois n’interdit pas que l’on puisse les utiliser pour atteindre des fins librement choisies, à condition de les connaître et de se soumettre à leur caractère inexorable24. Cependant les lois de l’économie politique, à la différence des lois naturelles, ne sont pas éternelles ; leur validité est limitée à une période historique déterminée, c’est-à-dire à un mode de production spécifique. Si donc le mode de production est modifié, ces lois perdent leur caractère de nécessité et sont remplacées par d’autres lois. Par exemple, en régime socialiste :

La loi du développement harmonieux de l’économie nationale a surgi en contrepoids à la loi de concurrence et d’anarchie de la production sous le capitalisme. Elle a surgi sur la base de la socialisation des moyens de production, après que la loi de concurrence et d’anarchie de la production a perdu sa force. (Ibid., 9)

22Deuxièmement, ce changement de loi ne se fait pas de manière volontariste ; il obéit à des règles. Par exemple, Staline cite la loi de correspondance entre les rapports de production et les forces productives. « La loi économique de correspondance nécessaire entre les rapports de production et le caractère des forces productives se fraie depuis longtemps la voie dans les pays capitalistes. » (Ibid., 8) Cette loi de correspondance est la clef du passage d’un mode de production à un autre ; c’est elle qui ouvre la possibilité d’un dépassement du capitalisme et qui rend possible le passage au socialisme ; c’est elle qui déterminera le passage au communisme. Cette loi, qui survit au capitalisme et contribue à organiser le socialisme, est donc une loi transhistorique et cela repose la question de savoir s’il existe des lois économiques qui s’imposent à toutes les sociétés. La réponse de Staline consiste à distinguer deux types différents de lois économiques.

  • 25 Cette position montre bien la tendance stalinienne à privilégier les forces productives. « Les forc (...)

23Staline distingue les lois de l’histoire et les lois économiques stricto sensu. Les lois de l’histoire, premier type de loi, commandent l’évolution des modes de production et le passage d’un mode de production à un autre. Elles expriment le matérialisme historique que, dans un opuscule de 1937, Le matérialisme dialectique et le matérialisme historique, Staline avait défini de la manière suivante : « La clé qui permet de découvrir les lois de l’histoire de la société, doit être recherchée non dans le cerveau des hommes, mais dans le mode de production pratiqué par la société à chaque période donnée de l’histoire, dans l’économique de la société » (Staline, 1937, 22). L’histoire de l’humanité est une succession de modes de production. Les changements de mode de production « commencent toujours par le changement et le développement des forces productives et, avant tout, des instruments de production » (Ibid., 23)25. La loi qui rend intelligible le passage d’un mode de production à un autre est la loi de correspondance nécessaire entre les forces productives et les rapports de production. Elle est longuement décrite dans le chapitre 40 du Manuel. On aurait donc là une loi économique vraie en tous temps et en tous lieux, bref une loi transhistorique.

24Les lois économiques, le deuxième type de lois, sont propres à un mode de production ; ce sont des régularités nécessaires qui s’imposent aux individus. Les lois immanentes du capitalisme étudiées par Marx (la loi de la valeur ou la baisse tendancielle du taux de profit) rentrent dans cette catégorie ; elles ne sont valides que dans les sociétés capitalistes. De même les lois économiques du socialisme ne valent que dans les sociétés socialistes. Et ces lois économiques relatives à un mode de production disparaissent avec lui. C’est d’elles qu’il faut maintenant parler.

2. Les lois économiques du socialisme

25À propos des lois économiques du socialisme, on peut soulever deux problèmes. Premièrement, Quelles raisons justifient l’existence de lois économiques propres au socialisme, comme il en existe pour le mode de production capitaliste ? Deuxièmement, si les lois économiques du socialisme sont formulées avec les mêmes termes que celles du mode de production capitaliste, il ne s’en suit pas nécessairement que ces termes aient le même contenu dans les deux modes de production : c’est ce que la dialectique de la forme et du contenu tente d’expliquer.

2.1. Le statut épistémologique des lois économiques du socialisme

  • 26 Si l’URSS a connu une croissance spectaculaire de sa capacité de production (ce qui était l’objecti (...)
  • 27 Le Manuel (438) reprend l’affirmation de Staline : « Nier la caractère objectif des lois économique (...)

26Dans les années 1940 et 1950, la question de l’existence de lois économiques du socialisme correspond à enjeu très fort dans le contexte de la guerre froide et des résultats décevants de l’économie soviétique au regard de la croissance du niveau de vie individuel26. Tout d’abord, c’est seulement à la condition qu’il existe des lois objectives que l’on peut tenter de formuler une théorie économique du socialisme. « Nier cette thèse [l’existence de lois économiques du socialisme], c’est au fond nier la science ; or nier la science, c’est nier la possibilité de toute prévision, - c’est donc nier la possibilité de diriger la vie économique. » (Staline, 1952, 10)27 Derrière l’enjeu proprement scientifique, se profile immédiatement un autre enjeu : la possibilité de diriger l’économie soviétique. En affirmant l’existence de lois économiques propres au socialisme, Staline écarte toute position purement volontariste qui laisserait croire, naïvement, que l’État soviétique est totalement libre d’agir dans la sphère économique parce que « le pouvoir soviétique ‘peut tout’, que ‘rien ne l’embarrasse’, qu’il peut abolir les lois de la science, former des lois nouvelles» (Ibid., 11) L’objectif est de protéger les dirigeants soviétiques contre les critiques de ceux qui oublient ou qui nient l’existence de lois économiques du socialisme et qui réclament des résultats immédiats. Si l’URSS ne réussit pas mieux ou plus vite, c’est parce qu’il y a des lois économiques qui s’imposent aux dirigeants, et qui interdisent toute intervention volontariste qui entrerait en contradiction avec ces lois. Mais, en même temps, la connaissance de ces lois définit une marge d’intervention pour diriger l’économie et montre les limites à l’intérieur desquelles une action discrétionnaire est possible.

27On se limite ici aux lois économiques du socialisme exposées dans le Manuel d’économie politique de 1954, qui donne la version officielle du fonctionnement d’une économie socialiste. Parmi les lois du socialisme, le Manuel énumère « la loi économique fondamentale du socialisme, la loi du développement harmonieux, proportionné de l’économie nationale, la loi de l’élévation constante de la productivité du travail, la loi de l’accumulation socialiste et d’autres encore » (Manuel, 1954, 437).

  • 28 D’une manière générale, le Manuel reprend, sans guillemets, de nombreuses formulations des Problème (...)
  • 29 Une interprétation possible serait de dire que la satisfaction des besoins individuels est une néce (...)

28La loi économique fondamentale du socialisme reprend la formulation de Staline : « Assurer au maximum la satisfaction des besoins matériels et culturels sans cesse croissants de toute la société, en développant et en perfectionnant sans cesse la production socialiste sur la base d’une technique supérieure » (Staline, 1952, 43, cité dans le Manuel, 440)28. Comme d’autres lois économiques du socialisme, cette loi peut difficilement être considérée comme une loi objective. Elle énonce avant tout un but à atteindre, la satisfaction maximale des besoins, en perfectionnant la production. C’est une norme, pas une régularité intangible29. Pour la plupart d’entre elles, ces lois contiennent en effet un mélange de volontarisme et de constats objectifs qui rend difficile leur comparaison épistémologique avec les lois du capitalisme formulées dans Le Capital. Les lois du mode de production capitaliste sont des lois immanentes qui s’imposent aux individus, alors que les lois du socialisme telles qu’elles sont exprimées dans le Manuel sont des lois qui laissent une large place au volontarisme. On rejoint ici le point de vue de Bernard Chavance lorsqu’il souligne la « dialectique apologétique » complexe des lois économiques du socialisme. Le Manuel présente une « liste hétéroclite » de lois qui sont à la fois de « simples postulats normatifs, déductions d’une essence abstraite du socialisme posée a priori » et « une transposition plus ou moins déguisée ou mystifiée des lois du capitalisme ou de l’économie marchande selon la tradition marxiste» (2000, 242)

29Prenons par exemple, la loi du développement de l’économie socialiste :

La loi du développement harmonieux, proportionné, de l’économie nationale est le régulateur de la production socialiste ; c’est en fonction de cette loi que s’effectue la répartition des moyens de production et de la main d’œuvre entre les différentes branches de l’économie socialiste. Cette loi exige une gestion planifiée de l’économie socialiste, l’utilisation la plus complète et la plus efficace des ressources matérielles, de la main-d’œuvre et des ressources financières du pays. (Manuel, 453)

30Cette loi n’est pas une loi objective. Elle a surtout un contenu programmatique : il s’agit de spécifier les objectifs du plan, lesquels ne sont évidemment pas des lois mais des choix. Si l’on poursuit la lecture du Manuel pour apprendre quels principes objectifs pourraient guider la planification, la seule réponse est que le Parti communiste établit le plan de manière à respecter la loi fondamentale du socialisme. Au-delà d’une autojustification des choix du Parti, on ne trouve aucun principe objectif qui pourrait éclairer le choix de l’accumulation au détriment de la consommation, des consommations collectives plutôt que de la consommation privée, etc. Le Manuel finit d’ailleurs par énoncer deux propositions qui se contredisent : « La loi du développement harmonieux de l’économie nationale est une loi économique objective. Elle donne aux organismes d’État la possibilité de planifier correctement la production sociale. » (Ibid., 458) Si cette loi est objective, quel est son contenu exact ? La formulation donnée dans la citation un peu plus haut n’en dit rien. Quant à la planification, elle est présentée tantôt comme une exigence de la loi du développement de l’économie socialiste (Ibid., 453), tantôt comme une possibilité donnée aux organismes d’État. On a du mal à comprendre comment l’objectivité de la loi rend possible l’intervention volontariste de la planification. Les auteurs du Manuel, peut-être conscients du vide que recouvre la formule du développement harmonieux de l’économie socialiste, livrent alors des considérations triviales sur la cohérence nécessaire de la planification qui doit prévoir les moyens convenables à la réalisation des objectifs du plan : par exemple prévoir la livraison de la tôle nécessaire à la fabrication du nombre d’automobiles prévu par le plan. Mais on ne trouve rien dans le Manuel sur les marges de manœuvre dont disposent les planificateurs.

31Le Manuel énonce aussi une loi de la répartition :

En régime socialiste, la loi économique de la répartition selon le travail veut que les biens matériels soient répartis en raison directe de la quantité et de la qualité du travail fourni par les travailleurs recevant un salaire égal pour un travail égal, indépendamment du sexe, de l’âge, de la race ou de la nationalité. La rétribution du travail répond aux exigences de cette loi, dans l’industrie comme dans l’agriculture. (Ibid., 483)

  • 30 Sur la lutte des classes en URSS, voir les travaux de Charles Bettelheim (1974, 1977, 1982).

32Ici encore, cette formulation n’a évidemment rien à voir avec une loi scientifique objective. La loi énonce une norme souhaitable pour la répartition, qui n’est en rien comparable avec l’immanence des lois de la répartition dans une société capitaliste. Dans une société capitaliste, le partage de la valeur obéit à des nécessités impératives : il faut reproduire les conditions de la production, conditions matérielles, mais aussi sociales. Le partage de la valeur doit permettre la reproduction des forces productives matérielles et intellectuelles, mais aussi des rapports sociaux de production. Il s’agit là d’une nécessité qui s’impose aux individus et dont le non-respect, quelle qu’en soit la cause, provoque un déséquilibre inévitable du processus de production, c’est-à-dire une crise qui peut prendre des formes variées : surproduction, dévalorisation du capital, faillite, destruction des forces productives, licenciements, chômage... A contrario, la loi de la répartition en régime socialiste énonce une norme de justice dont la transgression n’entraine aucune conséquence économique inéluctable. Pour reprendre la précision donnée par le Manuel, il est évident que l’inégalité possible de la rétribution des travailleurs dans l’agriculture et dans l’industrie n’entraine aucune crise inéluctable qui remettrait en cause la poursuite de la production. Mais il est aussi clair que l’affichage d’une inégalité des rétributions selon le secteur de production pose des problèmes politiques. Or toutes les lois économiques du socialisme énoncées dans le Manuel laissent croire qu’il n’y a plus de conflits de classe : « Alors que les lois économiques du capitalisme traduisent l’exploitation croissante du travail par le capital, les lois économiques du socialisme traduisent les rapports de coopération et d’entraide fraternelles entre travailleurs libérés de toute exploitation. » (Ibid., 438)30

33D’une manière générale, l’énoncé des lois du socialisme se fait sur le modèle typique suivant : le Manuel pose d’abord une règle générale sous la forme d’un idéal à atteindre, puis indique le rôle essentiel de l’État et du plan dans la mise en œuvre de cette règle. Dit autrement, les lois de l’économie sont des normes générales que la planification traduit en décisions spécifiques dont l’objectif affiché est de se rapprocher autant que possible de la norme idéale exprimée dans la loi. Les lois économiques du socialisme ont donc un statut contradictoire. Elles sont présentées dans le Manuel tout à la fois comme des lois scientifiques qui s’imposent, même à l’État soviétique, et, en même temps, comme des instruments discrétionnaires aux mains des dirigeants, ménageant ainsi la possibilité pour le plan d’une intervention volontariste afin de réaliser les objectifs de l’État et du Parti. Cette ambivalence contradictoire des lois qui affirment simultanément leur caractère scientifique de lois nécessaires et le rôle volontariste de la planification conduite par les autorités politiques se traduit souvent par l’énoncé de lois qui prennent une allure téléologique : les lois de l’économie socialiste sont moins des énoncés scientifiques que des énoncés normatifs fixant des objectifs à atteindre, comme par exemple : « assurer au maximum la satisfaction des besoins matériels et culturels sans cesse croissants » (Manuel, 440). On est évidemment très loin des lois immanentes du système capitaliste telles que Marx les a définies.

34La différence de statut épistémologique des lois économiques du capitalisme et du socialisme apparaît particulièrement nettement à propos de la valeur. Si, dans le mode de production capitaliste, la loi de la valeur s’impose à tous et déploie ses conséquences de manière inéluctable, dans la société socialiste, la loi de la valeur peut être manipulée pour atteindre des objectifs choisis de manière discrétionnaire. La loi de la valeur existe dans l’économie soviétique (Staline, 1952 ; Manuel, 1954). Elle existe là où il y a marchandise et production marchande, mais elle se heurte au fait que l’économie soviétique juxtapose des secteurs marchands (les biens de consommation) et des secteurs socialistes où les moyens de production appartiennent à l’État (l’industrie lourde). Quand l’État, au nom de l’intérêt collectif, décide de s’affranchir de la loi de la valeur, pour imposer des prix sans lien avec la valeur, comment l’économie peut-elle trouver un équilibre et une cohérence ? La réponse est assez ambiguë :

Ces camarades [qui pensent que la valeur doit régler les proportions de la répartition du travail entre les branches et les taux d’échange entre les biens] oublient que la loi de la valeur ne peut être la régulatrice de la production que sous le capitalisme, alors qu’existent la propriété privée des moyens de production, la concurrence, l’anarchie de la production, les crises de surproduction. Ils oublient que la sphère d’action de la loi de la valeur est limitée chez nous par la propriété sociale des moyens de production, par l’action de la loi de développement harmonieux de l’économie nationale,- elle est donc limitée aussi par nos plans annuels et quinquennaux qui sont le reflet approximatif des dispositions de cette loi. (Staline, 1952, 25-26)

35Le volontarisme finirait-il par l’emporter sur les lois économiques ?

2.2. La dialectique de la forme et du contenu

36On ne peut manquer d’être frappé par le fait que tous les débats soviétiques à propos de l’économie du socialisme recourent à des catégories conceptuelles directement empruntées au mode de production capitaliste : marchandise, valeur, salaire, monnaie, etc. La similitude des termes ne signifie pas pour autant que ceux-ci aient la même signification dans une économie capitaliste et dans une économie socialiste. Pour éclairer cette affirmation, il convient de reprendre la distinction de Marx entre la forme et le contenu.

37Dans le Capital, comme dans tous ses écrits, Marx distingue soigneusement la forme d’apparition des phénomènes et leur contenu (Macherey, 1965). Le contenu désigne une essence permanente qui peut prendre des formes historiques variables. Par exemple la satisfaction des besoins humains à l’aide de « richesses », c’est-à-dire de choses utiles, est une caractéristique permanente de toutes les sociétés humaines ; mais c’est seulement dans les sociétés capitalistes que les richesses prennent la forme de marchandises, c’est-à-dire d’objets produits par du travail salarié et destinés à être échangés sur les marchés. À l’aide de cette distinction forme/contenu, Marx précise que la valeur d’une marchandise est une réalité inobservable qui se manifeste sous des formes variées. Le contenu de la valeur (le temps de travail abstrait socialement nécessaire) n’apparaît jamais directement, mais se présente sous des formes plus ou moins dissimulées : la valeur d’échange est une forme d’apparition de la valeur, le prix de production est une forme transformée de la valeur d’échange ; de même le prix de marché, etc.

  • 31 A propos du débat sur la loi de la valeur, voir les textes de Trotski, Preobrajensky, Boukharine et (...)

38Les débats sur l’économie politique du socialisme ont utilisé à de nombreuses reprises cette distinction entre forme et contenu, distinction qui a suscité une abondante littérature, aux limites de la scolastique. On se borne ici à soulever quelques questions à propos de la persistance de la loi de la valeur dans les sociétés socialistes31. Dans la mesure où des échanges, avec des prix payés par l’acheteur au vendeur, ont régulièrement lieu dans l’économie socialiste, il est, assez logique de chercher à savoir si ces prix ont quelque chose à voir avec les prix du mode de production capitaliste, si les prix pratiqués sont déterminés par la valeur et, dans le cas contraire, comment ils sont déterminés. Dans ce débat, la distinction entre forme et contenu de la valeur a été très largement utilisée pour justifier la persistance des échanges marchands, des prix, de la monnaie, etc. dans les économies socialistes : si ces formes perdurent dans une économie socialiste, elles renvoient à un contenu différent de celui qu’elles ont dans le mode production capitaliste.

39Dans le mode de production capitaliste, la loi de la valeur stipule que la valeur d’une marchandise est déterminée par le temps de travail socialement nécessaire à sa production. Les conséquences de cette formulation (énoncée tout au début du Capital) occupent les trois livres du Capital. Parmi les innombrables conséquences de cette affirmation fondatrice, on peut préciser que la loi de la valeur assure plusieurs fonctions économiques essentielles à l’intérieur du mode de production capitaliste :

  • la répartition du travail social entre ses différents emplois ;

  • la circulation des marchandises (échangées en fonction de leur valeur) ;

  • l’exploitation des travailleurs. Les capitalistes achètent la force de travail à sa valeur (le salaire) et vendent les marchandises produites à leur valeur. Dans le processus de production, les salariés produisent un surplus, la plus-value, qui est la propriété légale du capitaliste. Cette appropriation de la plus-value par le capitaliste constitue l’exploitation ;

  • le fétichisme. Dans le mode de production capitaliste, les marchandises paraissent s’échanger contre des marchandises (ou contre de la monnaie), alors que, en réalité, ce qui s’échange, c’est du travail abstrait, producteur de valeur et de plus-value. La dissimulation de l’exploitation se fait grâce au fétichisme qui laisse croire que l’échange est un rapport, neutre, entre des choses alors qu’il s’agit d’un rapport social entre les salariés qui vendent leur force de travail et les capitalistes qui achètent cette force de travail, achat et vente qui ne peuvent avoir lieu qu’à l’intérieur d’une structure historique très spécifique, le capitalisme Le fétichisme de la marchandise est le paroxysme de cette dissimulation de la réalité dans le système capitaliste. D’où, a contrario, la transparence du socialisme décrit par Marx ou par Engels, où la quantité de travail devrait apparaître directement, sans avoir à emprunter la « forme louche et absurde » de la valeur (Engels, 1878, 349) ;

  • la répartition de la plus-value sous forme de profit. Dans le capitalisme concurrentiel, la répartition des profits proportionnellement au capital avancé est une solution à la question de la répartition de la plus-value ;

  • la reproduction du système de production (reproduction des moyens de production mais aussi des rapports de production). Ici encore, le jeu de la loi de la valeur résout ces exigences sans que les capitalistes aient besoin de faire autre chose que de chercher à obtenir le profit le plus élevé possible pour leurs propres capitaux.

40C’est là le contenu (au moins une partie) de la loi de la valeur dans le mode de production capitaliste. Un des avantages de la loi de la valeur (du point de vue des capitalistes) est que toutes ces fonctions sont remplies de manière immanente, sans que les individus aient conscience de participer à ces fonctions indispensables à la reproduction du système économique. La loi de la valeur cristallise toutes les difficultés économiques du capitalisme et explique tant les crises que l’exploitation et l’aliénation.

  • 32 Cela pose la question de savoir comment a été choisie la théorie économique qui devait s’imposer (v (...)

41La question de la loi de la valeur a été un point crucial des débats économiques en URSS. Après la révolution de 1917 et jusqu’à la fin des années 1930, conformément à la position de Marx, la loi de la valeur était conçue comme incompatible avec le socialisme. La planification des années 1930, téléologique et volontariste, exclut toute référence à la loi de la valeur qui ne pourrait que contredire le contenu des plans. « Boukharine et Preobrajensky, s’ils différaient radicalement sur de nombreux autres points, s’accordaient au moins pour dire que la loi de la valeur n’avait pas sa place dans l’économie socialiste » (Nove, 1974, 183). L’objectif de l’économie soviétique est fixé par le parti, en 1939 : « atteindre et de dépasser le niveau de production par tête des principaux pays capitalistes ». La référence à la loi de la valeur n’a pas sa place ici puisque le volontarisme présuppose que le plan peut s’affranchir de la loi de la valeur. Aussi lorsque, en 1941, « Staline reconnaît avoir été convaincu de la possibilité d’admettre que le concept de valeur soit applicable au socialisme » (Kaser, 2008, 143), le renversement de position est complet32. On a vu plus haut que l’article anonyme de 1943 consomme officiellement la rupture avec la thèse de Marx sur la disparition de la valeur. C’est alors qu’il a fallu trouver une construction intellectuelle qui permette de faire une différence entre les économies capitalistes, soumises à la loi de la valeur, et les sociétés socialistes où la valeur, si elle perdure, a un tout autre statut et une tout autre place : elle ne joue pas dans tous les secteurs et elle joue un rôle très différent de celui d’une loi immanente.

  • 33 Il y a aussi d’autres cas d’échanges marchands : les échanges de la production privée des kolkhozie (...)

42Le recours à la distinction entre forme et contenu va permettre de soutenir que la forme valeur continue d’exister dans le socialisme (voir, par exemple, Staline, 1952 ; Manuel d’économie politique, 1954 ; Brus, 1961 ; Bettelheim, 1971 ; Chavance, 1979 et 1980 ; Baslé, 1985). Mais, dans les sociétés socialistes, le contenu de la valeur est différent de ce qu’il est dans le mode de production capitaliste. La persistance de la valeur dans la société socialiste est justifiée par la persistance d’échanges marchands entre le secteur industriel, où les produits appartiennent « au peuple tout entier », c’est-à-dire à l’État socialiste (Manuel, 485), et les kolkhozes, où la production appartient au groupe coopératif kolkhozien33. Ces échanges marchands (achat et vente) donnent lieu au paiement d’un prix en monnaie et s’accompagnent d’un transfert de propriété. On a donc bien ici toutes les apparences d’échanges semblables à ceux du mode de production capitaliste. Bernard Chavance (1980, 226) montre bien qu’aucun des arguments invoqués pour affirmer la persistance de la valeur en économie socialiste n’est admissible et que les références à Marx sont largement manipulées.

  • 34 On ne discute pas ici la réalité de toutes les affirmations qui suivent, on s’intéresse seulement à (...)

43Pourtant, explique le Manuel, il faut aller au delà des apparences et voir que, si les formes semblent identiques, le contenu est radicalement différent. Car ce qui s’échange, ce ne sont pas des marchandises capitalistes. Celles-ci sont produites avec du travail salarié et des moyens de production appropriés privativement par des capitalistes. Entre les marchandises de la société soviétique et les marchandises capitalistes, les différences sont nombreuses34 :

  • En dehors de la petite propriété individuelle des kolkhoziens sur leur lopin de terre, il n’y a pas de propriété privée, mais une propriété collective du peuple sur les moyens de production ; même la terre reste la propriété collective et elle ne peut pas être vendue. Les moyens de production sont répartis par le plan (et non pas échangés) en fonction des besoins (et non pas en fonction des profits). Cette affectation des moyens de production laisse l’État propriétaire de ceux-ci, avec la possibilité de les réaffecter autrement si nécessaire.

  • Il n’y a pas d’achat et de vente de force de travail puisqu’il n’y a plus de capitalistes.

  • Le travail des individus est directement du travail social, puisqu’il a été affecté collectivement. « Dans les entreprises d’État, le travail est socialisé à l’échelle nationale, et les produits du travail appartiennent donc à toute la société, incarnée par l’État socialiste. Dans les kolkhozes, le travail est socialisé dans le cadre de chaque artel [association de travailleurs] agricole, et les produits du travail sont donc la propriété de l’artel. » Seule exception, le travail des kolkhoziens dans leur exploitation auxiliaire personnelle, qui, selon le Manuel, ne joue, « qu’un rôle subalterne. » (Manuel, 488)

  • Les prix ne sont pas déterminés par la loi de la valeur, mais sont fixés par l’État en fonction de ses priorités.

  • La monnaie est une monnaie marchandise dont la valeur est définie par un poids d’or déterminé.

  • 35 Staline soutient que ce qui est « conservé (dans l’économie socialiste), ce sont la forme, l’aspect (...)
  • 36 « En limitant la loi de la valeur, en s’en rendant maître et en l’utilisant méthodiquement, le soci (...)

44La persistance des formes de la valeur, c’est-à-dire d’échanges de biens contre un prix, ne doit pas masquer le caractère nouveau du système socialiste35. La nouveauté tient au fait que les prix pratiqués dans les échanges à l’intérieur d’une économie socialiste ne sont pas dérivés des valeurs, mais volontairement manipulés par les planificateurs, ce qui manifeste bien que l’on a rompu avec les lois immanentes du mode production capitaliste pour introduire une dose de volontarisme propre au socialisme36. « Si, en régime capitaliste, la loi de la valeur agit comme une force aveugle qui domine les hommes, dans l’économie socialiste l’action de la loi de la valeur est au contraire étudiée, prise en considération et utilisée par l’État pour planifier l’économie nationale. » (Ibid., 491)

45Ce que le Manuel dit à propos de la persistance de la loi de la valeur dans l’économie socialiste est répété à propos de toutes les lois économiques du socialisme. Si les formes de ces lois paraissent parfois proches de celles du capitalisme, leur contenu est censé être radicalement différent puisqu’il laisse une place importante à l’intervention volontariste de l’État socialiste.

46Ces arguments posent deux questions, la première sur le contenu des lois économiques du socialisme, la deuxième sur leur statut épistémologique. Commençons par la première question sur le contenu des lois du socialisme. Si les prix socialistes sont en partie le résultat de choix volontaristes, quelle est la marge de choix ? Les prix peuvent-ils être choisis de manière totalement discrétionnaire, ou bien doivent-ils respecter des lois et, si oui, lesquelles ? Ces précisions ne sont jamais explicitées. Et les explications économiques du Manuel à propos de ces lois sont systématiquement remplacées par des considérations politiques. Par exemple, à propos de la fixation des prix, qui apparaît comme un instrument économique essentiel aux mains de l’État, le Manuel précise :

Lorsqu’il planifie les prix, l’État socialiste prend en considération et utilise la loi de la valeur. Le problème du bien-fondé économique des prix planifiés est de la plus grande importance pour le développement de l’économie nationale. « Tous les principaux problèmes économiques, et par suite politiques, de l’État soviétique interfèrent dans le problème des prix. L’établissement de rapports corrects entre la paysannerie et la classe ouvrière, le développement interdépendant et réciproquement conditionné de l’agriculture et de l’industrie… la garantie du salaire réel, la consolidation du tchervonets (billet de 10 roubles, note du traducteur)… tout cela est fonction du problème des prix. » [Extrait de la résolution de l’Assemblée plénière de février 1927 du Comité central du Parti communiste (bolchévik) de l’URSS]

L’État établit les prix de manière à compenser les dépenses et à assurer une certaine rentabilité aux entreprises. (Manuel, 491)

47Là où l’on attend une explicitation économique du contenu de la loi de la valeur dans une économie socialiste, le Manuel renvoie à une analyse politique des rapports conflictuels entre les paysans et la classe ouvrière, datant de 1927. La référence à la rentabilité des entreprises reste floue, sans aucune précision supplémentaire. Il semble que l’explicitation du contenu des lois économiques du socialisme reviendrait à énoncer des lois transhistoriques comme, par exemple, la contrainte, pour un système socialiste comme pour n’importe quel système économique, de pouvoir au moins se reproduire à l’identique, sauf à disparaître. Mais le Manuel reste muet sur ce point. Comme le note Chambre : « L’étude de l’action de la loi de la valeur en régime soviétique, telle qu’elle est exposée par le Manuel d’économie politique, pose donc autant de problèmes qu’elle en résout, sinon plus. » (1955, 451)

48Le statut épistémologique des lois du socialisme n’est pas plus clair que leur contenu. L’utilisation volontariste de lois, dont le contenu reste insaisissable, fait apparaître une contradiction logique : l’État socialiste utilise la loi de la valeur pour réaliser ses objectifs contenus dans la loi fondamentale de l’économie socialiste. Mais qu’est-ce qu’une loi qui peut être manipulée ? Ce n’est plus une loi objective, ce n’est plus une régularité qui s’impose aux hommes. Il semble que le Manuel n’échappe pas à la contradiction suivante : d’une part, affirmer que l’État soviétique ne peut pas tout (Staline, 1952) et qu’il y a des impératifs économiques qui s’imposent, ce qui est reconnu en disant qu’il y a des lois objectives de l’économie socialiste, tout en affirmant d’autre part que l’État dispose de moyens d’action efficaces (primat de la production des moyens de production sur la production des moyens de consommation, planification, politique des prix, choix des investissements, politique monétaire, etc.). Les lois économiques apparaissent ici comme un rideau de fumée pour justifier par une pseudoscience économique des choix en réalité exclusivement politiques. Ce sont ces choix politiques qui déterminent le développement de la théorie économique pendant cette période (Barnett et Zweynert, 2008, 6). Importe moins la teneur des arguments théoriques mis en avant que l’étendue du pouvoir et le poids politique de ceux qui les soutiennent.

49Finalement, les lois de l’économie socialiste ne sont pas des lois nécessaires qui, comme dans le mode de production capitaliste, agissent « comme une force aveugle qui domine les hommes » (Manuel, 491) ; l’État soviétique peut, au contraire, les utiliser pour « développer et faire progresser l’économie socialiste dans la voie du communisme. » (Ibid., 439). Malheureusement, le contenu de ces lois reste énigmatique, il n’est jamais explicité et la marge de manœuvre de l’État n’est jamais clairement énoncée. Ce qui laisse penser que le Manuel n’était pas du tout destiné à formuler les lois économiques du socialisme, mais qu’il visait plutôt à confirmer le rôle central de l’appareil d’État soviétique dans la conduite de la politique économique en affirmant que les lois économiques sont maitrisées par l’État. Mais en même temps, il fallait exonérer l’État des mauvais résultats de l’économie soviétique. Pour cela, le Manuel, à la suite de Staline, réaffirme qu’il y a des lois intangibles et que l’État ne peut pas tout. La question essentielle, celle des marges de manœuvre restant dans l’ombre, il est alors possible d’invoquer des contraintes objectives (les lois économiques du socialisme), sans les formuler (le Manuel reste flou) pour le plus grand avantage de l’appareil d’État dont les résultats économiques peuvent ainsi échapper à toute critique.

3. Le fantôme des lois économiques transhistoriques

50Les débats sur l’économie politique du socialisme ont réactivé la question de l’existence de lois économiques universelles. Alors qu’au départ, Marx apparaissait comme le critique le plus virulent de la naturalisation de l’économie par les économistes classiques, différentes références sont faites par Marx, et par les économistes soviétiques qui se réclament de lui, à des contraintes économiques incontournables qui s’apparentent à des lois universelles, transhistoriques, vraies en tous lieux.

51Dans les écrits de Marx, on trouve quelques observations sur des contraintes économiques dont il affirme le caractère universel. Donnons quelques exemples de lois économiques dont Marx laisse entendre qu’elles sont universelles.

    • 37 Dans la conclusion du livre III du Capital, Marx énonce la même idée : « Tout comme l’homme primiti (...)

    Le travail est une nécessité pour produire les conditions d’existence matérielles, dans toutes les sociétés. « Un enfant sait que toute nation périrait si elle cessait le travail, je ne dis pas une année mais quelques semaines seulement. » (Marx, Lettre à Kugelmann, 11 juillet 1868)37 Certes, le passage au communisme suppose une société d’abondance « mais l’empire de la nécessité n’en subsiste pas moins. » (Marx, 1867, vol. II, 1488) Autrement dit, même dans la société communiste, le règne de la nécessité ne disparaitra pas : il faudra encore travailler pour vivre.

    • 38 Ce qui sous-entend le caractère universel de la division du travail.

    Le travail doit être réparti entre les différentes productions38. « Chaque enfant sait également que les masses de produits correspondant aux différentes quantités de besoin exigent des masses différentes, et quantitativement déterminées, de la totalité du travail social. » (Marx, Lettre à Kugelmann, 11 juillet 1868) Mais il y a plusieurs manières de répartir le travail. Dans la production capitaliste, c’est la loi de la valeur qui opère cette répartition de manière aveugle, à travers l’offre et la demande. Dans une économie socialiste, qui vise à s’affranchir de la régulation aveugle (et ex post) du capitalisme, le plan déterminera la répartition du travail social, ce qui reste une nécessité. « Il est self evident [en anglais dans le texte original en allemand, JL] que la forme déterminée de la production sociale ne supprime nullement cette nécessité de la répartition du travail social en proportions déterminées mais ne peut que modifier son mode de manifestation. » (Ibid., souligné par Marx)

    • 39 Toutes les sociétés humaines produisent une quantité de richesses supérieure à la quantité nécessai (...)

    La production d’un surplus est une caractéristique générique du travail humain. « En tant que travail accompli au-delà des besoins immédiats, le surtravail devra toujours exister. » (Marx, 1867, vol. 2, 1486) Toutes les sociétés produisent un surplus, pas une plus-value qui est la forme que prend le surplus dans le mode de production capitaliste, mais un surplus qui représente un excédent par rapport aux exigences de la reproduction sans accumulation39. La production d’un surplus est la condition de l’évolution et du changement historique. En l’absence de surplus, la société serait immobile.

  1. La répartition du produit social ne peut être réglée par des considérations purement volontaristes. C’est ce qu’affirme Marx dans la Critique du programme de Gotha (1875) en montrant que la règle du « droit au produit intégral du travail », suggérée par Lassalle, est impossible tout simplement parce qu’il y a des lois économiques générales. Lassalle suggérait, pour partager la production en toute justice, que chaque travailleur reçoive le produit intégral de son travail. Marx récuse cette proposition en expliquant qu’avant d’attribuer à chaque travailleur une partie du produit, il faut d’abord opérer des prélèvements pour remplacer les moyens de production usés, pour accumuler afin d’« élargir la production » et enfin pour constituer un fonds de réserve et d’assurance contre les accidents. Ces déductions « sont une nécessité économique ». Reste l’autre partie destinée à la consommation. Mais avant de procéder à sa répartition entre les travailleurs, il faut encore déduire : « les frais généraux d’administration qui ne concernent pas la production, […] le fonds destiné à la satisfaction communautaire des besoins, tels que écoles, hygiène publique, etc., […] le fonds destiné à ceux qui sont dans l’incapacité de travailler » handicapés, travailleurs âgés, etc. (Marx, 1875, 1417-1418).

52Le droit égal réclamé par Lassalle est un droit bourgeois. L’égalité réelle consiste dans un droit proportionnel. Par là, il faut entendre une répartition du revenu qui, après tous les prélèvements nécessaires explicités par Marx, attribue à chaque individu une part proportionnelle au travail fourni. Ce que Staline énoncera d’une manière plus brutale : « sous le régime socialiste, […] les produits sont répartis d’après le travail fourni et suivant le principe : qui ne travaille pas ne mange pas » (Staline, 1937, 27). Pour notre propos, contentons-nous d’observer que le droit intégral au produit du travail est impossible à mettre en œuvre parce que la distribution du produit social doit respecter des contraintes et qu’il y a des lois économiques qui s’imposent. Certes, tous les prélèvements énoncés par Marx ne sont pas sur le même plan, mais remplacer les moyens de production usés ou couvrir les frais généraux d’administration obéit aux nécessités de la reproduction de tout système économique.

  • 40 Les trois premières lois décrites ci-dessus pourraient très facilement être interprétées comme des (...)

53Il y a donc, même chez Marx, des lois économiques universelles, sur le modèle des lois naturelles40. Dans la lettre à Kugelmann déjà citée, Marx ajoute une remarque troublante. « Les lois naturelles ne peuvent jamais être abolies en général. Ce qui peut se modifier, dans des situations historiques différentes, c’est seulement la forme sous la quelle ces lois se manifestent. » (Marx, Lettre à Kugelmann, 11 juillet 1868) Autrement dit, il y a des lois naturelles en économie, vraies en tout temps et en tout lieu, comme les lois de la nature, c’est-à-dire des lois économiques universelles auxquelles on ne peut échapper. Mais ces lois naturelles se manifestent sous des formes différentes selon le mode de production en vigueur. Cette affirmation soulève deux questions. Premièrement, quelles sont ces lois naturelles ? Deuxièmement, quelles formes ces lois sont-elles susceptibles de prendre ? Malheureusement ni Marx, ni le Manuel d’économie politique n’apporte de réponses structurées et complètes.

4. Conclusion : l’utopie communiste

54Le slogan « de chacun selon ses capacités à chacun selon ses besoins » (Marx, 1875) est une utopie désirable qui semble s’affranchir de toute contrainte économique. La version soviétique officielle de l’économie politique du socialisme souligne au contraire que la disparition des lois économiques n’est pas à l’ordre du jour, ni dans le socialisme, ni dans le communisme. Dans une société socialiste, si l’on suit le Manuel de l’Académie des sciences de l’URSS, les lois économiques sont en partie celles du mode de production capitaliste, mais transformées et manipulées pour le plus grand bonheur de tous. Et le statut épistémologique des lois économiques du socialisme, tel qu’il est présenté dans le Manuel, semble celui de normes souhaitables plutôt que celui de régularités objectives. La société communiste suppose une société d’abondance. Toutefois, une lecture attentive de Marx et du Manuel montre que la société communiste reste soumise à des impératifs économiques, à des lois économiques indépassables. C’est une utopie, mais cette utopie reste raisonnable, peut-être réalisable, précisément en ce qu’elle refuse l’impossible : l’utopie reste encadrée par des lois « naturelles ».

  • 41 La propriété collective des moyens de production, l’économie planifiée sans crises, la disparition (...)
  • 42 C’est le point de vue défendu par Van Parijs (1985).

55Même si Marx s’en est toujours défendu, son communisme emprunte beaucoup aux socialistes utopistes français41. Lorsqu’il évoque le saut de l’empire de la nécessité dans le règne de la liberté qui caractérise le communisme, Marx opère une distinction entre deux types de travail qui coexisteront dans la société communiste. L’un est destiné à assurer la production des conditions d’existence matérielles. Avec le progrès des forces productives, ce temps de travail sera considérablement réduit, mais il demeurera nécessaire de travailler pour vivre, car « […] l’empire de la nécessité n’en subsiste pas moins. C’est au-delà que commence l’épanouissement de la puissance humaine qui est sa propre fin, le véritable règne de la liberté qui, cependant, ne peut fleurir qu’en se fondant sur ce règne de la nécessité. La réduction de la journée de travail est la condition fondamentale de cette libération » (Marx, 1867, vol. II, 1488). On peut tirer deux conclusions de ce texte de Marx. Même dans la société communiste le travail contraint a une place nécessaire : il faut que les hommes travaillent pour produire leurs conditions d’existence matérielles. C’est une loi économique transhistorique que le Manuel d’économie politique reprend à son compte. Mais si la société d’abondance n’est pas une société de l’oisiveté, il faut aussi admettre que plus le travail nécessaire est réduit, plus il y a de place pour le travail libre créateur que l’homme accomplira par plaisir pour réaliser son essence d’être humain. Et ceci laisse entendre que la société socialiste pourrait déjà préfigurer la société communiste en réduisant progressivement le temps de travail nécessaire au profit du travail libre, sans diminuer pour autant le niveau de vie42. Que le travail nécessaire demeure inévitable est, pour les uns, décevant (c’est le signe que, finalement, rien n’aura radicalement changé), mais, pour les autres, rassurant (c’est le gage que le communisme n’est pas complètement utopique).

Je remercie Amanar Akhabbar et François Allison de m’avoir invité à l’atelier d’histoire de la pensée économique sur la théorie économique et les statistiques en Russie et en URSS, organisé à l’université de Lausanne par le Centre Walras Pareto les 4 et 5 septembre 2009. Les discussions lors de cette rencontre m’ont incité à corriger mon travail qui a, en outre, bénéficié des remarques de deux rapporteurs anonymes et des conseils des éditeurs de ce numéro. Je remercie tous ceux qui m’ont aidé à améliorer ce texte, entre autres Pierrick Dechaux et Amanar Akhabbar, avec une mention spéciale pour ce dernier dont je n’ai pas toujours suivi les avis afin que reste vraie la formule habituelle selon laquelle je suis seul responsable des erreurs qui pourraient subsister.

Haut de page

Bibliographie

Académie des sciences de l’URSS, Institut d’économie. [1954] 1956. Manuel d’économie politique. Trad. fr. de la 2e édition (1955). Paris : Éd. Sociales.

Akhabbar, Amanar. 2014. La Direction centrale de la statistique et la Balance de l’économie nationale de l’URSS en 1923-24. Œconomia – History/Methodology/Philosophy, 4(2): 147-188, ce numéro.

Anonyme. 1943. Niektoriié voprosy priepodavaniia politicheskoï ekonomii [Quelques questions sur l’enseignement de l’économie politique]. Pod znamieneiem Marksisma [Sous la Bannière du marxisme], n°7-8. Toutes les citations sont faites à partir de la traduction anglaise, « Teaching of Economics in the Soviet Union », American Economic Review, 1944, 34(3): 501-530.

Barnett, Vincent et Joachim Zweynert (dir.). 2008. Economics in Russia, Studies in Intellectual History. Aldershot : Ashgate.

Baslé, Louis. 1979. L’élaboration de l’économie politique du socialisme en Union Soviétique. 1917-1954. Recherche critique et historique sur les thèmes de l’idéologie économique du marxisme-léninisme. Thèse de doctorat, Université Paris X Nanterre.

Baslé, Louis. 1985. « Loi de la valeur » et « socialisme-communisme ». Quelques réflexions. In Gilles Dostaler (dir.), Un échiquier centenaire. Théorie de la valeur et formation des prix. Paris : La Découverte, Québec : Presses de l’université du Québec, 215-225.

Bettelheim, Charles. 1971. Calcul économique et formes de propriété. Paris : Maspéro.

Bettelheim, Charles. 1974. Les Luttes de classes en URSS – Première période, 1917-1923. Paris : Seuil/Maspéro.

Bettelheim, Charles. 1974. Les Luttes de classes en URSS – Deuxième période, 1923-1930. Paris : Seuil/Maspéro.

Bettelheim, Charles. 1982. Les Luttes de classes en URSS – Troisième période, 1930-1941. Tome I : Les dominés, tome II : Les dominants, Paris : Seuil/Maspéro.

Bettelheim, Charles. 1968. La transition vers l’économie socialiste. Paris : Maspéro.

Brus, Wlodzimierz (1961), Olgone problemy funkcjonowania godspodarki socjalstycznej. Varsovie : PWN. Trad. fr. Problèmes généraux du fonctionnement de l’économie socialiste. Paris : Maspéro, 1968.

Chambre, Henri. 1955. Le marxisme en Union Soviétique. Idéologie et institutions. Paris : Seuil.

Chambre, Henri. 1974. L’évolution du marxisme soviétique. Théorie économique et droit. Paris : Seuil.

Chavance, Bernard. 1979. Les bases de l’économie politique du socialisme. Essai d’histoire critique (1917-1954). Thèse de doctorat, Université Paris X Nanterre.

Chavance, Bernard. 1980. Le capital socialiste. Histoire critique de l’économie politique du socialisme (1917-1954). Paris : Le Sycomore. Cet ouvrage reprend environ un tiers de la thèse de doctorat de Bernard Chavance, 1979.

Chavance, Bernard. 1985. La dialectique utopique du capitalisme et du communisme chez Marx. In Bernard Chavance (dir.). (1985), Marx en perspective. Paris : Éd. de l’EHESS, 121-134.

Chavance, Bernard (dir.). 1985. Marx en perspective. Paris : Éd. de l’EHESS.

Chavance, Bernard. 2000. La théorie de l’économie socialiste dans les pays de l’Est entre 1917 et 1989. In Alain Béraud et Gilbert Faccarello (dir.), Nouvelle Histoire de la Pensée Economique. Paris : La Découverte, tome 2, 235-262.

Dallemagne, Jean-Luc et P. Vallerant (préface). 1972. Le Débat soviétique sur la loi de la valeur [textes de Trotsky, Preobrajensky, Boukharine et alii]. Paris : Maspéro.

Dumont, Louis. 1977. Homo aequalis. Genèse et épanouissement de l’idéologie économique. Paris: Gallimard.

Engels, Friedrich. [1878] 1950. Anti-Dühring. Trad. fr. Paris: Éd. Sociales.

Jaffé, William. 1980. Walras’s Economics as Others See It. Journal of Economic Literature, 18(2): 528-549.

Kaser, Michael. 2008. The Debate on the Law of Value in the USSR, 1941-53. In Vincent Barnett et Joachim Zweynert (dir.), Economics in Russia, Studies in Intellectual History. Aldershot, Ashgate, 141-155. Ce chapitre est la version révisée d’un texte publié en français : Le débat sur la loi de la valeur en URSS – étude rétrospective 1941-1953. In Annuaire de l’URSS 1965. Paris : CNRS, 1966, 555-569.

Lénine. [1917] 1966. L’État et la Révolution. Trad. fr. Pékin : Éd. en langues étrangères.

Macherey, Pierre. [1965] 1973. À propos du processus d’exposition du Capital. In Roger Establet et Pierre Macherey, Lire le capital, vol. IV. Paris : Maspéro, 5-46.

Marx, Karl. [1844] 1968. Économie et philosophie (Manuscrits parisiens). In œuvres. Économie, vol. 2. Paris : Gallimard.

Marx, Karl. [1859] 1965. Critique de l’économie politique. In œuvres. Économie, vol. 1. Paris : Gallimard.

Marx, Karl. [1867-1879] 1965-1968. Le Capital. In œuvres. Économie, vols. I et II. Paris : Gallimard.

Marx, Karl. [1868]. Lettre à Kugelman. In Karl Marx et Friedrich Engels, Œuvres choisies en deux volumes. Moscou : Éd. du progrès, vol. II, sans date, 506-507.

Marx, Karl. [1875] 1965-1968. Critique du programme de Gotha. In œuvres. Économie, vol. I. Paris : Gallimard.

Marx, Karl. 1965-1968. œuvres. Économie, trad. fr. 2 vols. Paris: Gallimard.

Marx, Karl et Friedrich Engels. [1845] 1968. L’idéologie allemande. Paris : Éd. Sociales.

Marx, Karl et Friedrich Engels. [1847] 1968. Manifeste du parti communiste. Paris: Éd. Sociales.

Nove, Alec. 1974. Some Observations on Bukharin and His Ideas. In Chimen Abramsky et Beryl Williams (dir.), Essays in Honour of E.H. Carr. Londres : Macmillan, 183-203.

Polanyi, Karl. [1944] 1983. La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps. Trad. fr. Paris : Gallimard.

Polanyi, Karl et Conrad Arensberg. [1944] 1975. Les systèmes économiques dans l’histoire et la théorie. Trad. fr. Paris : Larousse.

Sahlins, Marshall. 1976. Âge de pierre, âge d’abondance. Trad. fr. Paris : Gallimard.

Samuelson, Paul A. et William D. Nordhaus. [1998] 2000. Economics, 16e édition. Trad. fr., Économie. Economica : Paris.

Staline, Joseph. [1937] 1945. Le matérialisme dialectique et le matérialisme historique. Trad. fr. Paris : Éd. Sociales.

Staline, Joseph. 1952. Les problèmes économiques du socialisme en URSS. Trad. fr. Paris: Éd. Sociales.

Sutela, Pekka. 2008. Soviet Economics after Stalin: Between Orthodoxy and Reform. In Vincent Barnett et Joachim Zweynert (dir.), Economics in Russia, Studies in Intellectual History. Aldershot : Ashgate, 157-172.

Van Parijs, Philippe. 1985. Marx, l’écologisme et la transition directe du capitalisme au communisme. In Bernard Chavance (dir.), Marx en perspective. Paris : Éd. de l’EHESS, 135-155.

Voznessensky, Nicolai. [1947] 1948. Voennaya ekonomika SSSR v period otechestvennoi voiny. Moscou : Politizdat. Trad. fr. de la 2e éd. L’économie de guerre en URSS 1941-1945. Paris : Librairie de Médicis, 1948.

Walras, Auguste et Léon Walras. 1987-2005. Auguste et Léon Walras. Œuvres économiques complètes. Éditées par Pierre Dockès, Pierre-Henri Goutte, Claude Hébert, Claude Mouchot, Jean-Pierre Potier et Jean-Michel Servet, 14 vol. Paris : Economica.

Walras, Léon. [1874-1877] 1988. Éléments d’économie politique pure. In Walras et Walras (1987-2005). vol. VIII : Éléments d’économie politique pure.

Haut de page

Notes

1 Samuelson, dans son bestseller Economics (16e édition de 1998), résume très bien cette conviction que les lois économiques sont universelles et intemporelles : « Toute société humaine, que ce soit une nation industrielle avancée, une économie à planification centrale, ou une nation tribale isolée- est inévitablement confrontée à trois problèmes économiques fondamentaux. Toute société doit trouver un moyen de déterminer quelles marchandises sont produites, comment elles le sont et pour qui elles le sont. De fait ces trois questions fondamentales d’organisation économique - quoi, comment et pour qui – sont aussi cruciales aujourd’hui qu’à l’aube de la civilisation humaine. » (Samuelson et Nordhaus 1998, 8) Il n’est pas sans intérêt pour notre propos de noter que, si Samuelson a toujours défendu cette caractérisation de l’économie comme une science naturelle, la formulation a évolué. Dans des éditions plus anciennes d’Economics, Samuelson écrivait : « Toute société, qu’elle consiste en un État communiste totalement collectivisé, en une tribu polynésienne, en une nation industrielle capitaliste, en une famille de Robinsons suisses ou en un Robinson Crusoë (et l’on pourrait presque ajouter : en une ruche d’abeilles), doit résoudre d’une façon quelconque trois problèmes économiques fondamentaux. »

2 Parmi les tenants de ce relativisme, il faut citer Marx, bien sûr, mais aussi, plus près de nous, des auteurs comme Karl Polanyi (1944), Karl Polanyi et Conrad Arensberg (1957), ou encore Louis Dumont (1977) ou Marshall Sahlins (1972).

3 Si Marx a souvent critiqué les utopistes, il a aussi repris à son compte nombre de leurs idées. Cf. Chavance (1985).

4 Dans l’Anti-Dühring, Engels modifie un peu la formulation de Marx en parlant du « bond de l’humanité du règne de la nécessité dans le règne de la liberté » (cité par le Manuel, 1954, 437).

5 Lénine parle de « la première phase de la société communiste, que l’on appelle ordinairement socialisme, […] » (Lénine 1917). Le terme de socialisme n’a jamais été utilisé par Marx dans le sens où Lénine l’emploie. Marx parle plutôt de « première phase de la société communiste » en l’opposant à la « phase supérieure de la société communiste » (1875, 1420). Pourtant, on conservera ici ce terme de socialisme, dans son acception léniniste, dans la mesure où les débats soviétiques sur l’économie politique du socialisme ont été assez systématiquement formulés avec les catégories intellectuelles de Lénine.

6 Sur la couverture du Manuel ne figure pas d’autre auteur autre que “Académie des sciences de l’URSS, Institut d’économie”. Dans la suite, on identifiera les citations extraites de cet ouvrage en indiquant simplement : Manuel, suivi de la page.

La première édition du Manuel est publiée en 1954, l’année qui suit la mort de Staline. Sa disparition n’a pas eu d’effets immédiats sur le contenu du Manuel qui est resté l’expression officielle de la pensée économique soviétique pendant au moins deux décennies. Les deux premières éditions restent marquées par le stalinisme. La traduction française est faite à partir du texte de la 2e édition de 1955. Les éditions suivantes, surtout l’édition de1959 et, dans une moindre mesure, celle de 1962, intègrent des modifications liées aux décisions des Congrès du parti ou à celles du Comité central. Dans l’édition de 1959, la modification essentielle consiste, pour tenir compte de la critique du culte de la personnalité formulée au 20e Congrès du parti, à remplacer la référence à Staline à propos de la loi fondamentale du socialisme par une référence à une brochure de Lénine, publiée en 1917, dont le contenu est assez proche des idées de Staline, même si le texte de Lénine est un peu forcé par les auteurs du Manuel en faveur de leur position (cf. Chambre, 1974, 53-57).

7 Dans son ouvrage, Staline précise : « Il faut un manuel pouvant servir de livre de chevet à la jeunesse révolutionnaire non seulement à l’intérieur du pays, mais aussi au-delà de ses frontières. » Il ajoute quelques lignes plus bas : « Au reste, étant donné le niveau insuffisant de la formation marxiste de la plupart des Partis communistes étrangers, ce manuel pourrait être d’une grande utilité aussi pour les cadres communistes plus âgés de ces pays. » (Staline, 1952, 48-49)

8 Ce choix présente l’inconvénient d’occulter toute la littérature sur le “socialisme réel”, qui a porté un regard critique sur la manière dont l’URSS résolvait ses problèmes économiques. Mais ce serait un travail dépassant le cadre de cet article, dont l’objet est la question du statut épistémologique des lois de l’économie socialiste.

9 La présentation dialectique du communisme comme ‘suppression-conservation-dépassement’ (Aufhebung) des contradictions du capitalisme biaisera souvent les débats en incitant systématiquement à définir le communisme comme le contraire ou l’antithèse du capitalisme (négation de la négation). D’où une tendance systématique à présenter le communisme à partir du capitalisme, mieux connu, et à transposer dans le mode de production socialiste les catégories propres au mode de production capitaliste. Pourtant, comme le remarque justement Louis Baslé : « la transition n’est pas pensable dans les catégories de Marx » (Baslé, 1985, 215). On reviendra sur cette question dans la section 2.

10 On fait ici référence au passage du livre 1er du Capital : « Représentons-nous enfin une réunion d’hommes libres travaillant avec des moyens de production communs, et dépensant, d’après un plan concerté, leurs nombreuses forces individuelles comme une seule et même force de travail social. […] Le produit total des travailleurs unis est un produit social. Une partie sert de nouveau comme moyen de production et reste sociale ; mais l’autre partie est consommée et, par conséquent, doit se répartir entre tous. Le mode de répartition variera suivant l’organisme producteur de la société et le degré de développement historique des travailleurs. Supposons pour mettre cet état de choses en parallèle avec la production marchande, que la part accordée à chaque travailleur soit en raison de son temps de travail. Le temps de travail jouerait ainsi un double rôle. D’un côté, sa distribution dans la société règle le rapport exact des diverses fonctions aux divers besoins ; de l’autre, il mesure la part individuelle de chaque producteur dans le travail commun, et en même temps la portion qui lui revient dans la partie du produit commun réservée à la consommation. Les rapports sociaux des hommes dans leurs travaux et avec les objets utiles qui en proviennent restent ici simples et transparents dans la production aussi bien que dans la distribution. » (Marx, 1867, vol. 1, 613)

11 Voir par exemple Barnett et Zweynert (2008), Brus (1961), Chambre (1955, 1974), Baslé (1979, 1985), ou Chavance (1979, 1980, 2000) ainsi que, dans ce numéro, la contribution d’Amanar Akhabbar (2014), intitulée « La Direction centrale de la statistique et la Balance de l’économie nationale de l’URSS en 1923-24 », sur Pavel Illitch Popov et les controverses, durant la NEP, entre les tenants de la position génétiste et ceux de la position téléologique quant à la politique économique et à la planification.

12 Le mot de transition, outre sa dimension dynamique, laisse entendre que l’on va du moins bien au mieux (même si ce mieux n’est pas parfait, il est quand même mieux que ce qu’il remplace). La capacité incantatoire du mot est immense et sera largement sollicitée, tant par les apologistes que par les critiques de l’URSS. Cf. , par exemple, le livre de Charles Bettelheim, La transition vers l’économie socialiste (1968). Le terme de transition sera à nouveau utilisé, après 1989, pour parler du passage des ex pays communistes à l’économie de marché.

13 Rappelons que, comme beaucoup d’autres, Boukharine et Preobrajensky, les deux plus grands économistes du régime, ont été tous les deux éliminés par Staline. Boukharine, quoiqu’il ait soutenu la prise du pouvoir par Staline, est jugé lors d’un procès spectaculaire en 1937 qui s’achève par sa condamnation à mort. Malgré une vague de protestations internationales, Boukharine est exécuté le 15 mars 1938. Soupçonné de trotskisme, Préobrajensnsky est exclu du Parti communiste pour la deuxième fois en janvier 1933, arrêté par la Guépéou et condamné à trois ans d’exil. Il est liquidé en juillet 1937, sans doute sur ordre de Staline. On ignore les conditions exactes de sa mort. Sa disparition a été accompagnée de sévères représailles contre sa famille.

14 « Dans la société coopérative fondée sur la propriété collective des moyens de production, les producteurs n’échangent pas du tout leurs produits ; de même, le travail incorporé dans ces produits n’apparaît pas ici comme valeur de ces produits, comme une qualité qu’ils possèdent ; en effet contrairement à ce qui se passait dans la société capitaliste, […] ils existent désormais de façon immédiate, en tant que partie intégrante du travail total. » (Marx, 1875, 1418)

15 Cette conception « téléologique » admet que le plan peut fixer des objectifs volontaristes ; elle s’oppose à la conception « génétiste » pour laquelle le plan se contente de prolonger et d’adapter les tendances passées (Kaser 2008). En 1939, le Congrès du Parti, assigne à l’économie soviétique la tâche d’atteindre et de dépasser la production par tête des principaux pays capitalistes. Il s’agit d’égaler la production par tête des pays capitalistes, mais pas la consommation à cause de « l’encerclement capitaliste » que subissent les pays socialistes. La consommation par tête ne deviendra un objectif que lorsque les objectifs de production auront été atteints ; l’URSS pourra alors s’affranchir de « l’encerclement capitaliste » et augmenter la consommation des masses. La référence à l’augmentation de la consommation apparaît dans la 3e édition du Manuel (1959), mais disparait de la 4e (1962).

16 Les certitudes sur les positions admises et celles qui sont interdites sont difficiles à établir, mais un indice de l’évolution de la position officielle est fourni par le fait que Lev Leontief, Konstantin Ostrovityanov et Evgeny Varga, trois économistes qui admettaient l’existence de la loi de la valeur en régime socialiste, deviennent membres correspondants de l’Académie des sciences de l’URSS en 1939 (Kaser, 2008, 142).

17 Certaines idées de Voznessensky seront reprises par Staline qui nomme ce dernier membre suppléant du Polit Buro en 1941, puis membre permanent en 1947 ; pourtant Voznessensky, accusé lors de « l’affaire de Léningrad » (série de procès de dirigeants du parti communiste) sera liquidé sur ordre de Staline en 1950 (Kaser 2008).

18 Brus signale que les discussions de Staline avec les économistes à propos de la rédaction du Manuel ne furent jamais publiées, mais que l’article de 1943, non signé, fut « distribué par la suite aux établissements universitaires à titre de document d’orientation » (Brus, 1961, 123). Il est vraisemblable que Leontiev, alors directeur du comité de rédaction de la revue Pod Znamenem Marksisma (Sous la bannière du marxisme) ait contribué à la rédaction de l’article avec Ostrovityanov et Voznessensky.

19 L’ouvrage de Staline, publié en 1952, comprend d’abord un texte de 50 pages « Remarques relatives aux questions économiques soulevées à la discussion de novembre 1951 », des réponses ou des dénonciations d’erreurs de camarades, et enfin le « Discours au XIXe congrès du Parti communiste de l’Union soviétique ». Sur les circonstances de son élaboration ainsi que sur les autres ouvrages d’économie publiés dans les années 1960, voir le travail très documenté d’Henri Chambre (1974) ou Kaser (2008).

20 Il faut toutefois signaler un premier manuel de Iosif Lapidus et Konstantin Ostrovityanov, mais, édité en 1928, ce manuel est évidemment totalement dépassé par les évènements, la NEP puis la planification (Kaser, 2008). L’idée d’un manuel officiel est lancée en 1936, mais la rédaction du Manuel s’est révélée très complexe. Sur les circonstances de sa rédaction, voir Kaser (2008), Chavance (1980, 2000), Brus (1961) ou Chambre (1955, 1974).

21 Des articles et des ouvrages ont été publiés dans les années 1930 autour de polémiques comme, par exemple, celle qui opposa Preobrajensky et Boukharine à propos des modalités d’accumulation socialiste, mais on ne trouve pas d’ouvrage autorisé fournissant l’image officielle complète de l’économie du socialisme.

22 Rappelons que l’on s’intéresse ici au statut des lois économiques, ce qui ne représente qu’un point de vue partiel sur l’ensemble de ces écrits.

23 « Le camarade Iarochenko » est un personnage mystérieux, apparemment suffisamment important pour que Staline le critique longuement dans Les problèmes économiques du socialisme en URSS, mais dont on n’a jamais trouvé aucune trace. Il semble avoir été inventé par Staline pour les besoins de son exposé (Kaser, 2008, 153).

24 À l’appui de son propos, Staline cite l’Anti-Dühring : « Les forces socialement agissantes agissent tout à fait comme les forces de la nature : aveugles, violentes, destructrices tant que nous ne les connaissons pas et ne comptons pas avec elles. Mais une fois que nous les avons reconnues, que nous en avons saisi l’activité, la direction, les effets, il ne dépend plus que de nous [de] les soumettre de plus en plus à notre volonté et d’atteindre nos buts grâce à elles. » (Engels, 1878, 318-319, cité par Staline, 1952, 93) Léon Walras utilise le même argument. Après avoir montré que la détermination des prix obéit à des lois naturelles qui s’imposent aux individus, Walras ajoute : « Cela ne veut pas dire du tout que nous n’ayons aucune action sur les prix. De ce que la pesanteur est un fait naturel, obéissant à des lois naturelles, il ne s’ensuit pas que nous n’ayons jamais qu’à la regarder faire. Nous pouvons ou lui résister ou lui donner libre carrière selon qu’il nous convient ; mais nous ne pouvons changer son caractère et ses lois. Nous ne lui commandons, comme on [Francis Bacon, J.L.] l’a dit, qu’en lui obéissant. De même pour la valeur. » (Walras, 1874, 51)

25 Cette position montre bien la tendance stalinienne à privilégier les forces productives. « Les forces productives ne sont pas seulement l’élément le plus mobile et le plus révolutionnaire de la production. Elles sont aussi l’élément déterminant du développement de la production. » (Staline, 1952, 24) Et cela explique l’obsession de la croissance de l’industrie lourde en URSS, au détriment de la consommation individuelle. Comme le dit le chapitre 40 du Manuel, consacré au « Passage graduel du socialisme au communisme » : « Pour passer au communisme, il est nécessaire que l’URSS résolve la tâche économique fondamentale de rattraper et de dépasser au point de vue économique, c’est-à-dire pour la production par habitant, les pays capitalistes les plus développés. » (Manuel, 623)

26 Si l’URSS a connu une croissance spectaculaire de sa capacité de production (ce qui était l’objectif poursuivi), la croissance de la consommation n’a pas suivi la même progression, ce qui explique les jugements négatifs sur les résultats de l’économie soviétique. L’objectif était de rattraper la productivité des pays capitalistes, mais pas leur niveau de consommation, et lorsque Strumilin déclara, en 1937, que « l’objectif fondamental de la production devient la consommation », il fut accusé d’être contre-révolutionnaire (Kaser, 2008, 144).

27 Le Manuel (438) reprend l’affirmation de Staline : « Nier la caractère objectif des lois économiques du socialisme, ce serait liquider l’économie politique du socialisme en tant que science, priver la société socialiste de la possibilité de prévoir le cours des évènements dans la vie économique du pays et d’assurer la direction de l’économie nationale ». L’aventurisme n’est pas loin, fait remarquer le Manuel.

28 D’une manière générale, le Manuel reprend, sans guillemets, de nombreuses formulations des Problèmes économiques du socialisme en URSS de Staline.

29 Une interprétation possible serait de dire que la satisfaction des besoins individuels est une nécessité absolue, faute de quoi les individus se soulèveraient pour organsier la contre révolution. Ce serait oublier que le holisme du régime ne fait aucune place aux individus, à leurs attentes ou à leurs souhaits. Les comportements individuels sont complètement déterminés par les structures de classe et les positions sociales ; la dictature du prolétariat postule que, par nature, l’État central exprime la volonté des masses.

30 Sur la lutte des classes en URSS, voir les travaux de Charles Bettelheim (1974, 1977, 1982).

31 A propos du débat sur la loi de la valeur, voir les textes de Trotski, Preobrajensky, Boukharine et alii rassemblés par Dallemagne et Vallerant (1972). Voir aussi Baslé (1979, 1985) et Chavance (1979, 1980).

32 Cela pose la question de savoir comment a été choisie la théorie économique qui devait s’imposer (voir Sutela, 2008). Kaser (2008) tente de reconstruire les méandres politiques qui ont conduit à la volte-face sur la valeur. À l’évidence les arguments scientifiques avaient beaucoup moins de poids que l’opinion de Staline. La mort de Staline changera évidemment complètement la donne pour les discussions économiques ultérieures des années 1960 et 1970. Au sujet de cette volte-face de Staline, rappelons que ce dernier était coutumier de ces retournements. Dans les années 1920, il avait d’abord soutenu la « droite » du Parti pour éliminer les thèses de Trotski et ses thèses industrialistes anti-NEP, pour ensuite, en 1928, une fois Trotski exclu du Parti, se retourner contre la droite du Parti, à commencer par Boukharine, et lancer le premier plan quinquennal (1928-1932) et mettre en œuvre la politique industrialiste volontariste auparavant prônée par les trotskistes.

33 Il y a aussi d’autres cas d’échanges marchands : les échanges de la production privée des kolkhoziens, ou encore les échanges des entreprises d’État qui produisent des biens de consommation individuels vendus aux travailleurs.

34 On ne discute pas ici la réalité de toutes les affirmations qui suivent, on s’intéresse seulement à leurs conséquences épistémologiques sur le statut des lois économiques du socialisme. Chavance (1980, 131) souligne que l’argumentation de Staline (1952) et celle de l’article de 1943 ne sont pas identiques, mais que les deux argumentations coexistent dans le Manuel.

35 Staline soutient que ce qui est « conservé (dans l’économie socialiste), ce sont la forme, l’aspect extérieur des anciennes catégories économiques du capitalisme ; quant au fond, ces catégories ont changé radicalement, selon les nécessités du développement de l’économie nationale, de l’économie socialiste » (1952, 57).

36 « En limitant la loi de la valeur, en s’en rendant maître et en l’utilisant méthodiquement, le socialisme s’assure un immense avantage sur le capitalisme. C’est grâce à cette limitation que l’action de la loi de la valeur n’a pas en URSS de conséquences destructrices comme les crises, alors qu’en régime capitaliste, malgré les rythmes lents d’accroissement de la production, elle entraîne des crises périodiques de surproduction, le chômage, la destruction d’une partie des forces de production. » (Manuel, 494)

37 Dans la conclusion du livre III du Capital, Marx énonce la même idée : « Tout comme l’homme primitif, l’homme civilisé est forcé de se mesurer avec la nature pour satisfaire ses besoins, conserver et reproduire sa vie ; cette contrainte existe pour l’homme dans toutes les formes de sociétés et sous tous les types de production. » (Marx, 1867, vol. II, 1487)

38 Ce qui sous-entend le caractère universel de la division du travail.

39 Toutes les sociétés humaines produisent une quantité de richesses supérieure à la quantité nécessaire pour une reproduction à l’identique. Si elles produisaient moins, elle disparaitraient. Mais la production d’un surplus ne signifie pas nécessairement que ce surplus sera accumulé : il peut être donné, consommé ou détruit (voir, par exemple, Sahlins, 1976).

40 Les trois premières lois décrites ci-dessus pourraient très facilement être interprétées comme des contraintes anthropologiques plutôt que comme des lois économiques.

41 La propriété collective des moyens de production, l’économie planifiée sans crises, la disparition des classes sociales, la suppression du travail salarié, la transformation de l’État sont des idées des utopistes, reprises par Marx (cf. Chavance, 1985).

42 C’est le point de vue défendu par Van Parijs (1985).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Lallement, « Le statut épistémologique des lois économiques du socialisme dans le Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS », Œconomia, 4-2 | 2014, 189-221.

Référence électronique

Jérôme Lallement, « Le statut épistémologique des lois économiques du socialisme dans le Manuel d’économie politique de l’Académie des sciences de l’URSS », Œconomia [En ligne], 4-2 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/818 ; DOI : 10.4000/oeconomia.818

Haut de page

Auteur

Jérôme Lallement

CES (Université Paris1-CNRS) et Université Paris Descartes, MSE 106-112 Bd. de l’Hôpital 75013 Paris, jerome.lallement@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org