Navigation – Plan du site
Revue des livres
Notes de lectures

Eric Posner et Cass Sustein (eds), Law and Happiness

Claudia Senik
p. 269-274
Référence(s) :

Eric Posner et Cass Sustein (eds), Law and Happiness, Chicago: The University of Chicago Press, 2010, 358 pages, ISBN-13 978-226-67601-2

Texte intégral

CoverAfficher l’image
Crédits : The University of Chicago Press

1Cet ouvrage réunit les contributions à une conférence sur le thème “Law and Happiness”, que l’on pourrait traduire par « Institutions et bonheur », ou « Bonheur et politiques publiques », organisée par Eric Posner et Cass Sustein à la Law School de l’Université de Chicago en juin 2007.

2Contrairement à de nombreux ouvrages consacrés à l’économie du bonheur, ce volume s’inscrit d’emblée dans une littérature déjà mûre, avec l’objectif d’en évaluer l’utilité du point de vue de l’amélioration des institutions et de la politique publique. Il s’agit donc de réflexions sur la manière d’obtenir des recommandations de politique publique à partir des données subjectives de bien-être. Ce livre se place donc dans une démarche normative.

3Ce positionnement fait l’originalité de l’ouvrage. En effet, le courant de recherche fondé sur les données subjectives de bien-être est plutôt caractérisé par une démarche positive, descriptive, visant à mettre au jour des phénomènes autrement difficile à observer. Ce corpus de recherche a notamment mis en évidence les phénomènes d’adaptation au cours du temps, et l’importance des comparaisons entre individus et groupes sociaux. C’est en effet dans le domaine des interactions sociales hors-marché que la contribution de cette littérature est la plus considérable.

4L’ouvrage édité par Eric Posner et Cass Sustein s’appuie sur ces avancées ; il tient pour acquis l’importance de l’adaptation hédonique à laquelle sont sujets les individus, et la relativité de l’utilité qui découle des comparaisons sociales. Il s’interroge alors sur l’usage que le politique peut faire de ces nouvelles données.

5Plusieurs questions sont abordées. Toutes concernent la relation entre économie du bonheur subjectif et économie normative du bien-être. La mesure du bien-être subjectif remplit-elle les conditions nécessaires à l’approche normative ? Peut-elle être mise à son service ? Plusieurs exemples d’application sont examinés. Peut-on recourir aux données subjectives dans le cadre de l’approche juridique de l’indemnisation des victimes ? Ces données peuvent-elles être utilisées dans le cadre de l’évaluation des politiques publiques en terme d’analyse coût-bénéfice ? Pour la définition de la politique fiscale ? Pour l’évaluation du coût social de la criminalité ?

6Au total, si la plupart de ces articles reconnaissent l’utilité et la contribution de ces nouvelles données à la connaissance des fondements du bien-être, un accord quasi-unanime se dégage pour estimer qu’il est difficile de les mettre directement au service de la politique publique, notamment pour fournir des évaluations précises et chiffrées des variations de bien-être attendues de telle ou telle mesure.

7Le premier article, de Paul Dolan et Tessa Peasgood plaide pour l’inclusion de mesures de bien-être subjectives dans la batterie des critères d’évaluation des politiques publiques. L’article de Martha Nussbaum répond au précédent. Adoptant un point de vue résolument normatif, il évalue l’intérêt des notions de bonheur et de satisfaction dans la vie, et, surtout, s’interroge sur la possibilité de mesurer le bien-être comme s’il s’agissait d’une intensité unidimensionnelle, qui permettrait d’additionner les plaisirs et les peines. Comme d’autres philosophes attachés à la notion de capacités (elle propose d’ailleurs une liste personnelle des capacités humaines fondamentales), l’auteur insiste sur le caractère primordial des libertés individuelles et des principes moraux et sur le fait que ces derniers ne sauraient se réduire aux sensations de plaisir ou de déplaisir. La politique publique doit conserver les capacités en ligne de mire, et ne pas s’engouffrer dans une naïveté normative consistant à mesurer le bien-être subjectif pour en faire sa boussole – prévient-elle.

8Les phénomènes d’adaptation et de comparaisons occupent une grande place dans les discussions contenues dans cet ouvrage. Comment, dans ces conditions, se demandent Christopher Hsee, Fei Xu et Ningyu Tang, maximiser le bien-être, de manière durable ? Cette approche « hédonomique » et non plus économique (« hedonomics » versus « economics ») recommande de privilégier les investissements dans les activités moins sensibles à l’adaptation. Il s’agit également de privilégier les activités dont la valeur est intrinsèque et absolue, et non extrinsèque et relative. En particulier, les biens favorables à la santé, à l’environnement et à l’intégration sociale sont de nature à engendrer un bien-être résistant à l’usure du temps et indépendant du regard d’autrui. Les auteurs suggèrent un test original pour identifier la nature d’un bien : il s’agit de comparer le niveau de deux groupes de personnes qui jouissent de quantités différentes de ce bien. La différence de bien-être est-elle plus grande entre les deux groupes ou au sein de chaque groupe ? Dans le premier cas, le bien est certainement source de bien-être intrinsèque. Dans le deuxième cas, le bien est de nature à susciter une utilité extrinsèque, relative plutôt qu’absolue.

9Plusieurs articles abordent la question de l’estimation des dommages et intérêts : dans quelle mesure peut-on utiliser les déclarations de bien-être subjectif pour évaluer les pertes hédoniques à compenser ?

10L’article de Cass Sunstein aborde la question délicate de la manière dont les tribunaux et les assurances doivent évaluer les dommages subis par les personnes victimes de problèmes de santé, d’accidents ou d’agression, de manière à déterminer les dédommagements à leur verser, tout en tenant compte de l’adaptation hédonique. Le phénomène d’adaptation, s’il n’est pas bien pris en compte a priori, risque en effet de conduire à une surestimation de la perte de bien-être hédonique entraînée par les accidents. Or il est souvent négligé et sous-estimé. De plus, les conséquences des accidents sont souvent surestimées, notamment à cause du biais d’attention : le fait de focaliser son attention sur un problème conduit à en exagérer l’importance relative.

11Lorsque le système légal confie à un jury le soin d’estimer cette perte, afin de la compenser sous forme de dommages civils par exemple, ce problème de mesure est important. Il faudrait donc réviser à la baisse le montant de la perte de bien-être estimée a priori par le jury. Cependant, les auteurs notent que le phénomène d’adaptation n’est pas universel. Les douleurs chroniques, les maladies mentales ou encore le bruit, par exemple, sont des maux auxquels on ne s’habitue pas et dont les conséquences ne s’atténuent pas avec le temps.

12Surtout, l’opposition entre bonheur et capacités soulève une difficulté de taille. Même sans perte de bien-être hédonique, une perte de capacités ne devrait-elle pas donner lieu à un dédommagement ? L’article de Peter Ubel et George Lowensetein insiste également sur le fait que les dommages et intérêts versés aux victimes d’accidents ne peuvent être uniquement destinés à compenser la perte de bien-être hédonique subie par les victimes. Si ces dernières s’habituent rapidement, même à l’invalidité ou la cécité, cela ne signifie pas pour autant que les dommages doivent être faibles, car les capacités perdues sont, elles, considérables.

13Andrew Oswald et Nick Powdthavee envisagent, quant à eux, l’évaluation de la perte de bien-être causée par le veuvage ou la perte d’un enfant ou d’un parent proche. Des mesures de bien-être et de détresse mentale se montrent sensibles à de tels deuils, même si des signes d’adaptation sont également visibles. Cependant, avant de pouvoir estimer précisément l’équivalent-revenu de ces chocs, les auteurs insistent sur le fait qu’il est nécessaire de surmonter le problème de l’endogénéité du revenu par rapport à la personnalité et à la santé mentale des individus.

14Cette première série de contributions prend ainsi pour acquis le fait que les individus s’habituent à leurs conditions de vie, à leurs handicaps, à leurs problèmes de santé, même s’il s’agit de paralysie, d’insuffisance pulmonaire ou de cécité. Cette hypothèse est pourtant fragile. Dans la mesure où elle s’appuie sur le bien-être subjectif déclaré par ces personnes, il faut tenir compte des effets de cadrage : sans doute les individus répondent-ils à la question de la satisfaction dans la vie ou du bonheur en interprétant l’échelle comme l’ensemble des possibles, conditionnellement à leur handicap éventuel, qui est pris comme une donnée. Cela ne signifie nullement qu’ils ne seraient pas plus heureux sans ce handicap. La disposition à payer pour se débarrasser de ce handicap, même si elle est un peu surévaluée par un biais d’attention, comme le suggère Cass Sustein, est tout de même assez haute pour qu’on ne puisse pas imaginer un degré d’adaptation total. De plus, certaines études (Oswald et Powdthavee, 2008) ont montré que les personnes qui devenaient handicapées ne s’adaptaient jamais totalement à leur condition. Ubel et Loewenstein eux-mêmes reconnaissent ce problème et évoquent les biais d’ancrage et le phénomène de réinterprétation des échelles de bonheur par les individus en fonction de l’état de santé qu’ils considèrent comme la référence de base. Les auteurs évoquent d’ailleurs alors une méthode alternative d’évaluation des dommages par le TTO (« time trade-off »). Cette méthode montre que le nombre d’années en bonne santé que les individus se déclarent prêts à sacrifier pour retrouver leur état de santé initial ne varie pas au cours du temps. De même, les personnes en bonne santé et celles qui souffrent déjà d’un problème de santé semblent évaluer le retour ou la préservation de leur état de santé de la même manière (en terme de nombre d’année en bonne santé à sacrifier). Au total, l’adaptation au handicap semble très incomplète.

15L’article de Matthew Adler et Eric Posner envisage l’application de l’économie du bonheur à l’analyse coût-bénéfice. L’idée est d’utiliser la méthode des variations compensatrices afin de calculer un équivalent monétaire aux grandeurs non marchandes envisagées (en passant par le bien-être subjectif comme unité de mesure commune). Là encore, le problème de l’adaptation complique l’exercice. Selon les auteurs, la pierre de touche de l’analyse coût-bénéfice devrait être le préférentialisme bien informé. Plus le bien-être subjectif des individus est proche de leurs préférences bien informées, plus grande sera alors la validité de la méthode des variations compensatrices fondées sur le bien-être subjectif.

16L’article de Mark Cohen vient illustrer cette aporie en appliquant la méthode des variations compensatrices à l’évaluation du coût de l’insécurité et de la criminalité locale. Alors que ces variables régionales ont peu d’impact sur le bien-être, l’effet d’avoir soi-même été victime d’un cambriolage est considérable. Enfin, le sentiment d’insécurité est bien plus corrélé au bien-être subjectif que le taux réel de criminalité locale.

17Dans un esprit différent, l’article de David Weisbach illustre la fécondité des données de bien-être subjectif qui permettent d’enrichir les hypothèses des modèles de fiscalité optimale. La littérature sur le bonheur a mis au jour le phénomène de statut relatif. Comment intégrer ce dernier dans les modèles de fiscalité optimale ? En réalité, les modèles de statut ne conduisent pas nécessairement à recommander une plus forte redistribution du revenu.

18Dans un esprit descriptif, l’article de Betsey Stevenson et Justin Wolfers suit l’évolution des inégalités de bien-être subjectif aux Etats-Unis depuis les années 1970. Cette étude a été l’une des premières à mettre en évidence la tendance à l’homogénéisation du bien-être subjectif au cours des épisodes de croissance. Cette conjecture a été récemment généralisée par Andrew Clark, Sarah Flèche et Claudia Senik (2014). Elle provient essentiellement d’une chute des écarts de bien-être au sein des différents groupes de la population. Aux Etats-Unis, on assiste également à la disparition d’une grande partie des écarts de bonheur entre jeunes et vieux, entre Blancs et Noirs et entre hommes et femmes. En un sens, ce fait stylisé nous informe sur l’un des bienfaits de la croissance, à savoir la réduction des inégalités sociales en matière de bien-être subjectif. De ce point de vue, il s’agit bien d’une contribution de cette littérature au débat de politique économique.

19Enfin, Jonathan Haidt, Patrick Seder et Selin Kesebir insistent sur le sentiment d’appartenance au groupe, et la transe collective, comme source de bien-être intense. Fondateurs de capital social, ces « grands moments de la conscience collective » (Durkheim) doivent être favorisés par la politique publique, à condition qu’ils conservent un format réduit, de manière à susciter l’épanouissement individuel plutôt que l’oppression par la soumission à une foule trop grande et potentiellement dangereuse. Il est également important que l’individu soit acteur, et non pas uniquement spectateur, de ce mouvement collectif. Enfin, les moments les plus solidement fondateurs d’un sentiment d’appartenance au groupe sont ceux durant lesquels les différences hiérarchiques et fonctionnelles entre les membres du groupe sont abolies. L’article conclue à la nécessité de penser la notion de bonheur collectif, et non uniquement de bonheur individuel.

20Au total, cet ouvrage souligne les difficultés à surmonter afin de mettre les données de bien-être subjectif au service de la politique publique. Proscrivant l’application naïve de ces données, ses conclusions sans complaisance dessinent la voie à suivre de manière extrêmement stimulante.

Haut de page

Bibliographie

Andrew J. Oswald et Nick Powdthavee. 2008. Does Happiness Adapt? A Longitudinal Study of Disability with Implications for Economists and Judges. Journal of Public Economics, 92(5-6): 1061-1077.

Clark Andrew, Sarah Flèche et Claudia Senik. 2014. The Great Happiness Moderation. Forthcoming in A. Clark et C. Senik (eds), Happiness and Economic Growth: Lessons from Developing Countries. Oxford: Oxford University Press. Working paper version: “Economic Growth Evens-Out Happiness: Evidence from Six Surveys”, PSE WP 2014-032, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudia Senik, « Eric Posner et Cass Sustein (eds), Law and Happiness », Œconomia, 4-2 | 2014, 269-274.

Référence électronique

Claudia Senik, « Eric Posner et Cass Sustein (eds), Law and Happiness », Œconomia [En ligne], 4-2 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 26 avril 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/814

Haut de page

Auteur

Claudia Senik

Université Paris-Sorbonne et Paris School of Economics PSE, senik@pse.ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org