Navigation – Plan du site
Revue des livres

André Orléan, L’Empire de la Valeur. Refonder l’économie

Patrice Baubeau
p. 491-496
Référence(s) :

André Orléan, L’Empire de la Valeur. Refonder l’économie, Paris : Seuil, 2011, 443 pages, ISBN 978-021054378

Texte intégral

1Auteur de nombreux ouvrages et articles d’économie portant principalement sur la monnaie et la finance, André Orléan est également l’un des fondateurs en France d’une approche hétérodoxe de l’économie connue sous le nom « d’économie des conventions ». Ce positionnement théorique et épistémologique apparaît important car il explique en partie l’intérêt qu’un historien peut trouver dans la lecture de son dernier opus, dont le sous-titre, « refonder l’économie », dévoile la véritable ambition.

2C’est en effet non du point de vue de l’économie (Pignol, 2012) ou de la sociologie (Bessy, 2013) mais de l’histoire qu’il s’agit de rendre compte de ce livre ambitieux et foisonnant qui brasse les siècles et les disciplines académiques dans le but de permettre à celles-ci de fournir une représentation plus adéquate du réel. La nécessité, notamment en économie, d’une telle refondation semble en effet attestée par sa faillite presque complète – en tout cas en Europe – à anticiper, à prévenir, à faire face et enfin à sortir de la crise qui s’est manifestée à partir de l’été 2007, comme l’attestent de nombreux ouvrages d’introspection académique parus ces dernières années (Lo, 2012). Mais loin d’une simple déploration, André Orléan déploie une analyse de la finance de marché et de sa crise dans la troisième partie de son ouvrage, qui vient à la fois ancrer ce dernier dans l’actualité et valider sa démarche conceptuelle. Il justifie ainsi, conceptuellement et empiriquement, la remise en cause du postulat fondamental de l’économie classique : une approche centrée sur la valeur supposée propre aux biens et services échangés sur le marché, indépendamment des formes sociales qui affectent ces échanges.

3Comme l’explique en détail la première partie (chapitres 1 à 3), cette approche entraîne en effet trois fictions. La première fiction consiste dans l’affirmation d’une valeur substantielle, c’est-à-dire préexistant l’appréciation individuelle ou sociale des acteurs. Cette théorie de la valeur connaît deux variantes. Dans la première (théorie classique, Marx comme Ricardo), le travail incorporé dans le bien considéré fonde sa valeur, et le prix de marché gravite autour de cette valeur. Dans la seconde (théorie marginaliste, Walras ou Menger) la valeur repose sur l’utilité du bien ou du service considéré pour l’individu, mais il ne s’agit pas d’un pur individualisme, car sinon ces utilités seraient purement psychologiques et donc incommensurables. En fait, selon la théorie, les acteurs individuels se contentent d’ordonner leurs préférences avant de confronter leurs offres et leurs demandes sur le marché, sans que cette confrontation ne modifie l’ordre de leurs préférences. Le marché, justement, est l’objet de la seconde fiction : il s’agit non d’un lieu concret, mais d’un mécanisme concurrentiel et centralisé d’allocation des biens et services, par la seule vertu d’une enchère fixant le prix, lequel à « l’équilibre » correspond à la valeur substantielle. La troisième fiction, implicite, fait le pont entre les deux premières (le monde des biens et le mécanisme qui régit leur échange) en postulant des individus à la fois totalement socialisés, puisqu’ils partagent tous les mêmes normes de calcul et la même liste des biens et services disponibles (l’hypothèse de nomenclature) et totalement anomiques, puisque leurs décisions de vente et d’achat ne sont jamais influencées par celles des autres individus, ou alors de manière strictement équivalente : comme l’écrit Samuelson, « There is no one any different in the system, no outsider – so to speak – » (Samuelson, 1958, 471). Bref, dans l’ordre, trois phénomènes préexistent à la production et à l’échange : la valeur, les marchés et les homo œconomicus. Ils permettent ce qu’André Orléan nomme la « séparation marchande », c’est-à-dire « l’autonomie des décisions privées de production et d’échange » (145), mais décisions limitées à un éventail très restreint de choix du fait de la « vision hypercentralisée » de la socialisation des acteurs, centrée sur l’énonciation des prix par le secrétaire de marché (147).

4Bizarrerie supplémentaire, mais nécessaire à la cohérence conceptuelle de ce système de fictions, l’approche orthodoxe (2e partie, chapitre 4) dispose que le recours à la monnaie est théoriquement inutile mais pratiquement important : les biens et les services s’échangeant en réalité contre d’autres biens et services, on pourrait, et donc on devrait de ce fait, s’en passer. Ce dernier point explique l’importance de la « fable du troc » – étudiée notamment par J.-M. Servet – ce récit imaginaire des origines de la monnaie justifiant comment le « voile monétaire » est venu se poser sur le réseau des échanges réels. Ainsi, la monnaie, inutile à l’économie néoclassique au plan conceptuel, apparaît pourtant comme un instrument essentiel du réalisme de la représentation économique, car elle permet seule de respecter l’autonomie des acteurs, la décentralisation de leurs décisions, les différences de divisibilité des biens et services échangés et les décalages temporels entre les actes de vente et les actes d’achat. Pour l’historien, elle est aussi une institution centrale des sociétés humaines, et son caractère marginal ou dérivé au sein de la plupart des modèles économiques demeure une source d’étonnement : la démarche d’André Orléan ne peut donc que susciter son intérêt.

5Un peu comme J.-M. Keynes dans la Théorie générale, André Orléan ne souhaite toutefois pas jeter le bébé de la science économique avec l’eau du bain néoclassique, mais ramener la théorie dominante à sa pertinence « en régime ». C’est pourquoi après avoir critiqué les concepts fondamentaux de l’économie orthodoxe dans la première partie de l’ouvrage, André Orléan les renverse véritablement dans la deuxième partie (chapitres 4 et 5), qui revient sur les apories de la théorie néoclassique de la monnaie et de la valeur. C’est aussi à partir de ces chapitres que l’auteur interpelle le plus directement les autres sciences sociales.

6En somme, sa critique vise à établir trois points, fondés en partie sur la recherche empirique et en partie sur des présupposés épistémologiques. On y retrouve un certain nombre d’assertions partagées de fait par la plupart des représentants des autres sciences sociales – voir à cet égard, du point de vue du monde anglo-saxon, la mise au point de David Graeber (2011) – et en particulier l’idée que le modèle de l’homo œconomicus n’est pas une représentation satisfaisante de l’homo socialis, encastré dans sa culture, son milieu, ses représentations. En découle que ni le marché, ni la liste des biens et services offerts aux transactions ne préexistent aux besoins ou aux désirs des agents. Lesdits agents ne sont ni omniscients, ni séparés des autres et leur identité même repose sur des rapports de concurrence et de coopération qui se donnent à voir notamment dans les phénomènes d’imitation, de « mimétisme », selon une approche très influencée par René Girard. Or ce mimétisme a deux conséquences clés : il « dramatise » les désirs d’acquisition, dans une rivalité qui n’a pas de solution négociée ; il suscite la possibilité de biens incarnant la valeur mais sans que cette valeur soit fondée sur une substance objective, seulement sur une intense rivalité.

7Dès lors, la valeur n’est pas une conséquence de l’incorporation d’une substance (le travail) ou d’un équilibre de marché des utilités (le prix walrassien), mais le fruit d’un accord social, d’une convention, qui porte à la fois sur l’instrument de mesure et sur les conditions d’évaluation de cette valeur. La dimension spéculaire de la recherche du bien le plus désirable, celui qui comble la recherche d’être de l’acteur, se déploie dans son étude angoissée du choix effectué par les autres, qui font de même. Cette situation de violent chaos ne se stabilise que par la formation d’une échelle des valeurs incarnée dans un bien unanimement élu : la monnaie. Cette dernière n’est ainsi qu’une convention sociale, dont la valeur apparaît antérieure à la valeur de marché. Pour Orléan, la valeur, qui se donne à voir dans et par la monnaie, est une « puissance » qui découle de cette confrontation du corps social à lui-même à travers un processus de violence et de régulation de cette violence : la « polarisation mimétique ».

8La troisième partie applique cette critique et ces propositions d’explication de la valeur comme convention au monde de la finance. En effet, la finance est particulièrement sensible à la détermination autoréférentielle, déjà analysé par Keynes, de la valeur par « polarisation mimétique » : le prix d’un actif financier ne reflète pas seulement son rendement mais aussi l’anticipation de la variation de son prix. Dès lors, la hausse peut nourrir la hausse, ou la baisse nourrir la baisse, aboutissant à ces phénomènes d’overshooting fréquents sur les marchés d’actifs. La croyance qui s’est répandue à partir des années 1970 dans le caractère auto-régulé des marchés a favorisé une conception assimilant prix de marché et valeur fondamentale (296). La valeur de marché a ainsi remplacé toutes les autres conventions de valorisation, rendant extrêmement fragile, parce que sujet à des enchaînements infinis, l’ensemble du système en cas d’incertitude radicale : c’est ainsi que la crise déclenchée en 2007 a pu s’étendre, de proche en proche, à tous les marchés et à tous les acteurs interconnectés par une même définition de la valeur. Au-delà d’une critique du fonctionnement des marchés financiers, André Orléan dénonce donc la double imposture d’une science économique qui cherche moins à comprendre ce qui est qu’à conformer le réel à sa propre norme et d’une ingénierie financière qui s’est présentée comme réductrice des risques – alors que les crises financières n’ont fait que se multiplier depuis quarante ans.

9Cet éclairage de l’histoire immédiate à partir d’une analyse de la valeur comme norme sociale justifie le message qu’André Orléan adresse aux autres sciences sociales : « une véritable refondation de l’économie passe nécessairement par l’affirmation de son appartenance à part entière aux sciences sociales », car « le fait économique est un fait social comme les autres » (186). Mais pour résoudre la coupure épistémologique entre l’économie et les autres sciences sociales, pour procéder à leur fertilisation croisée, il faut tenir compte, nous dit André Orléan, des acquis méthodologiques de l’économie et notamment de sa capacité à tester des modèles rigoureux. La méfiance à l’égard de la science économique ne doit d’ailleurs par masquer l’essentiel, à savoir que toutes les sciences sociales procèdent par abstraction et construisent, pour ce faire, des modèles. C’est ce qui permet à André Orléan de proposer, de manière très stimulante, un renouvellement du dialogue entre sciences sociales, à partir non des objets, mais de l’anthropologie dont elles sont, parfois de manière trop implicite, le véhicule, en s’appuyant pour ce faire sur une perspective qu’il qualifie de durkheimienne (199 et sq.).

10L’exposé sur les origines des monnaies soulève néanmoins la question des conditions d’une telle intégration. En effet, André Orléan reconnaît finalement une origine unique à la monnaie : la « polarisation mimétique ». Ce glissement du pluriel au singulier permet certes une montée en généralité, moment essentiel de la formulation d’un modèle, qu’il soit de nature économique ou idéale-typique, mais revient aussi à construire un nouveau récit des origines de la monnaie, qui à certains égards se donne comme une nouvelle fable, une « genèse conceptuelle » comme le reconnaît d’ailleurs l’auteur dans un texte écrit avec Frédéric Lordon (Lordon et Orléan, 2007). Or cette origine est infalsifiable par un processus de pure intellection, comme l’était avant elle le récit mengérien de la saleableness du bien le plus liquide. Se pose alors le problème de la réduction à l’unité de la variété monétaire à laquelle l’historien ou l’ethnographe est confronté et qui se traduit simultanément par la complémentarité et la concurrence des monnaies (Kuroda, 2008).

11Certes, à un certain niveau de généralité, l’explication d’André Orléan est à la fois convaincante et vraisemblable. Elle éclaire l’histoire et fournit à l’historien une clé d’interprétation utile, notamment lorsque la confrontation monétaire est aussi celle des structures sociales et politiques, comme dans le cadre colonial. Mais à ce niveau de généralité, la monnaie risque de devenir un concept peu distinct de celui de richesse ou de liquidité, ou encore de pouvoir ou de capacité. Surtout, répondre à la question de l’auto-fondation (économique) de la société par un seul objet, la monnaie, pose deux problèmes : l’hypothèse d’un état de nature initial, non polarisé, et celle de la nature nécessairement monétaire de la socialisation qui s’ensuit. Or, comme l’a exposé précisément Granovetter (1985), ce recours à un état de nature antérieur correspond toujours à une conception sous-socialisée (l’économie orthodoxe) ou sur-socialisée (un néo-institutionnalisme totalisant) de l’humain. Et que la monnaie soit indubitablement, comme l’affirme André Orléan, un « objet social total » (selon l'expression célèbre de Marcel Mauss), ne signifie pas qu’il soit le seul, ni même le plus signifiant. C’est bien pourquoi peuvent coexister, au sein d’une même société, plusieurs valeurs dont les étalons sont plus ou moins convertibles les uns dans les autres – un phénomène, l’auteur le rappelle, qui demeure dans nos sociétés où domine pourtant en théorie une all-purpose money (Viviana Zelizer, 1994).

12Mais est-ce le plus important ? Ce qu’on attend d’un bon livre d’économie, ce sont des outils intellectuels pour penser des « régimes » d’échange, même et surtout si ces régimes sont en crise. C’est la double force de cet ouvrage : il pense en régime, et il pense les crises de régime. Pour l’historien, pour le spécialiste des sciences sociales, il offre donc le double mérite d’une lecture aiguë des fondations anthropologiques des théories économiques dominantes, ainsi qu’un arsenal intellectuel permettant de mieux saisir ce qui reste à la frontière de tous nos savoirs : le changement, la rupture. Et c’est peut-être à ce titre que cette économie-là est la plus hétérodoxe : elle nous parle d’aujourd’hui et explique clairement les sources de l’échec de la finance de marché à tenir ses promesses, et de nos sociétés à en accepter le diagnostic.

Haut de page

Bibliographie

Bessy, Christian. 2013. Quelle sociologie des institutions pour refonder l’économie ? L’Année sociologique, 63(1) : 263-292.

Cartelier, Jean. 1996. La Monnaie. Paris : Flammarion.

Graeber, David. 2011. Debts. The first 5,000 years. New York, Melville House.

Granovetter, Mark. 1985. Economic Action and Social Structure : The Problem of Embeddedness. The American Journal of Sociology, 91(3) : 481-510.

Kuroda, Akinobu. 2008. What is the complementarity among monies ? An introductory note. Financial History Review, 15(1) : 7-15.

Lo, Andrew W. 2012. Reading about the Financial Crisis : A Twenty-One-Book Review. Journal of Economic Literature, 50(1) : 151-178.

Orléan, André et Frédéric Lordon. 2007. Genèse de l’Etat et genèse de la monnaie : le modèle de la potentia multitudinis. Revue du MAUSS permanente, en ligne le 29 avril 2007 : http://www.journaldumauss.net/spip.php?article80

Pignol, Claire. 2012. L’empire de la valeur. Quelle critique de la théorie (néo)-walrassienne ? Revue de la régulation, 12, 2e semestre, en ligne le 18 décembre 2012 : http://regulation.revues.org/9865

Samuelson, Paul. 1958. An exact consumption-loan model of interest with or without the social contrivance of money. Journal of Political Economy, 66(6) : 467-482.

Servet, Jean-Michel. 2001. Le troc primitif, un mythe fondateur d'une approche économiste de la monnaie. Revue numismatique, 6e série, t. 157 : 15-32.

Zelizer, Viviana. 1994. The Social Meaning of Money. Pin money, paychecks, poor relief and other currencies. New York : Basic Books.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Baubeau, « André Orléan, L’Empire de la Valeur. Refonder l’économie  », Œconomia, 3-3 | 2013, 491-496.

Référence électronique

Patrice Baubeau, « André Orléan, L’Empire de la Valeur. Refonder l’économie  », Œconomia [En ligne], 3-3 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/81

Haut de page

Auteur

Patrice Baubeau

Université Paris Ouest Nanterre / IDHE

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org