Navigation – Plan du site
Revue des livres

Ben Fine et Alfred Saad-Filho, The Elgar Companion to Marxist Economics

Laurent Baronian
p. 487-490
Référence(s) :

Ben Fine et Alfred Saad-Filho, The Elgar Companion to Marxist Economics, Edward Elgar, 2012, 419 pages, ISBN 978-1848445376

Texte intégral

1Si des doutes pouvaient encore subsister sur le regain de vigueur de l’économie marxiste dans les pays anglo-saxons et asiatiques, cet Elgar Companion aura le mérite de les dissiper pour de bon. Par la richesse thématique de ses entrées notamment, l’ouvrage fait apparaître que la vitalité retrouvée du marxisme gagne désormais les disciplines les plus variées (économie, histoire et sociologie bien sûr, mais aussi sciences politiques, écologie, géographie, études de genre, études culturelles). Il faut saluer ses maîtres d’œuvre d’y avoir fait place. Ben Fine et Alfred Saad-Filho poursuivent en cela l’action de leur département School of Oriental and African Studies (SOAS) de l’Université de Londres qui contribue à l’essor de la recherche marxiste au travers notamment de la revue Historical Materialism et de colloques internationaux ouverts à toutes les sciences sociales. L’ouvrage accueille en effet une grande diversité de thèmes, traités sous la forme d’entrées écrites par des chercheurs confirmés provenant d’Europe et des Etats-Unis, mais aussi de Turquie, d’Inde, de Corée, de Chine ou d’Afrique du Sud. Quelques entrées ont été confiées à des jeunes chercheurs, pour la plupart rattachés à SOAS, ou encore à des marxistes issus du monde politique ou syndical.

2Or malgré la spécialité économique du manuel, certaines des entrées non économiques font partie des plus instructives, comme celle sur l’écologie (« Ecology and the environment ») où l’on apprend que le concept circulait bien avant la publication du Capital, mais que ses liens étroits avec le darwinisme social expliqueraient pourquoi Marx n’ait pas approfondi ses remarques sur la destruction de l’environnement par l’extension de la production capitaliste. On y fait remarquer aussi que le marxisme n’a pas attendu les mouvements écologistes modernes pour se préoccuper de ces questions. Ainsi Lénine montrait un réel souci pratique de préserver l’environnement naturel et l’auteure, Barbara Harriss-White, rappelle judicieusement l’existence de courants écologistes parmi les soviets, avant leur mise au silence à l’ère de par Staline.

3Mais on appréciera également la qualité des notices concernant des aspects économiques du socialisme réel bannis de la plupart des courants marxistes actuels, ainsi « Market socialism » et « Centrally planned Economy ». Dans cette dernière entrée, Dic Lo et Yu Zhang soulignent l’importance du modèle chinois de planification décentralisée dans la transition à l’économie capitaliste, par contraste avec la centralisation soviétique, et notent avec ironie combien la polémique sur les tendances bureaucratiques de la planification dans toutes ses variantes s’appuie bien davantage sur un cadre conceptuel néoclassique que marxiste, dans la mesure où les parties prenantes « do not address the issue of bureaucratic control other than as an obstacle to the market (soft individual budget constraint or systemic consequences of inflexible prices) » (46).

4Enfin les articles relatifs à l’histoire intellectuelle du marxisme d’après-guerre constituent d’excellents bilans, soit sur les débats anciens (en particulier l’entrée Neo-Ricardianism), soit sur la portée de certains courants d’inspiration marxiste. Au sujet des théories de la régulation et des structures sociales de l’accumulation, Stavros Mavroudeas explique à juste titre la portée nécessairement limitée des approches qualifiées de théories « middle-range ». Par là il entend les théories combinant certaines catégories abstraites héritées de Marx avec des catégories exprimant les phénomènes les plus concrets du capitalisme contemporain, en adoptant à chaque fois la méthodologie du moment. « These trends began with a relativized structuralism and, eventually, evolved towards post-structuralism and post-modernism. … Hence, it prioritized economics and structure during its first phase, and politics and subjectivity in its later phase, especially as its postulation of a post-Fordist regime proved theoretically ill-founded and empirically grounded in, at most, a small number of marginal phenomena » (309). Si ces approches ont permis de saisir les transformations institutionnelles du capitalisme d’après-guerre, elles en pénètrent la nature en sacrifiant la vue d’ensemble et tombent en désuétude aussitôt qu’intervient une nouvelle période de changement.

5En revanche l’ouvrage déçoit quelque peu là où réside justement toute l’actualité du marxisme économique. On regrettera par exemple que pour « Finance, finance capital et financialization » Thomas Marois se contente de résumer les quelques ouvrages importants sur le capital financier : Le capital financier d’Hilferding et Limits to Capital de David Harvey, tandis qu’il n’aborde la financiarisation qu’en reprenant les vues de B. Fine et A. Saad-Filho intéressantes mais bien insuffisantes au regard de l’énorme littérature développée depuis la crise de 2008. De même l’entrée « Crisis Theory » se borne à définir les crises de surproduction chez Marx comme résultat périodique de la concurrence des capitaux dans leur tendance à produire le maximum de plus-value possible. Aucune mention n’est faite des lois générales de la production capitaliste sur lesquelles Marx s’appuie pour expliquer cette tendance à la surproduction. Comment alors ne pas tirer la conclusion des approches marxistes concurrentes des crises (sous-consommation, baisse du taux de profit ou disproportion) que « While the tendency to crisis might be inherent in capitalism, the determinants and characteristics of any particular crisis are always singular, embedded in the concrete characteristics of capital accumulation at a particular time and place, not reducible to a single abstract determinant » (95) ? L’auteur semble prouver le caractère complexe des crises par la multiplicité des approches théoriques, alors qu’il aurait fallu au contraire expliquer cette complexité elle-même à partir de l’unité des lois de l’accumulation.

6D’une manière plus générale, l’excessive prudence des auteurs traitant des catégories et concepts du Capital laisseront sans doute perplexe le lecteur néophyte. Malgré les affirmations répétées sur l’importance et la richesse de Marx, la génération des marxistes post-68 (en charge des concepts de base et des questions de méthode dans l’ouvrage) peinent à réaffirmer la force théorique de la loi de la valeur-travail, de la baisse tendancielle du taux de profit, de la transformation des valeurs en prix, etc., après des décennies de débats et de polémiques usants. Tout se passe comme si l’histoire leur donnait raison en pratique de se réclamer de concepts sur lesquels en théorie ils avaient cédé l’essentiel. On se retranche alors dans des consensus a minima. Ainsi la loi de la valeur n’est plus présentée comme une loi déterminant l’échange entre marchandises et comme le fondement ultime des crises, mais plus simplement « as a mode of investigating how labour is globally organized and reorganized under the influence of a world dominated by capitalism » (199). Ou bien à propos de la baisse du taux de profit : « The LTRPF and its counteracting tendencies provide a framework, but no more than that. The challenge then is to explain the historical reality of significant periods both of falling and of rising profitability. » (303).

7Ce scepticisme de fond coexistant avec la variété des formes de reprise des problématiques marxistes font de cet Elgar Companion un livre témoin au double sens du terme : témoignage d’une période où le marxisme académique est tiraillé entre des concepts auxquels il ne croit plus et les urgences de l’histoire ; passage de témoin à une génération de chercheurs critiques qui pressentent les virtualités de l’œuvre de Marx pour concevoir et définir le sens des problèmes actuels. Ce retour à Marx augure de nouvelles connexions entre disciplines, étant donné que le marxisme reste la seule approche théorique qui a inscrit dans son acte de naissance la construction d’une science sociale unifiée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Baronian, « Ben Fine et Alfred Saad-Filho, The Elgar Companion to Marxist Economics », Œconomia, 3-3 | 2013, 487-490.

Référence électronique

Laurent Baronian, « Ben Fine et Alfred Saad-Filho, The Elgar Companion to Marxist Economics », Œconomia [En ligne], 3-3 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/77

Haut de page

Auteur

Laurent Baronian

Paris III Sorbonne-Nouvelle and PHARE

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org