Navigation – Plan du site
Revue des livres

Marc Fleurbaey, Fairness, Responsibility and Welfare

Herrade Igersheim
p. 97-104
Référence(s) :

Marc Fleurbaey, Fairness, Responsibility and Welfare, Oxford, Oxford University Press, 2012, 308 pages, ISBN: 978-0199653591

Texte intégral

Fairness, Responsibility and Welfare - coverAfficher l’image
Crédits : Oxford University Press

1Lors de la première édition de l’ouvrage de Marc Fleurbaey en 2008, la revue Œconomia telle que nous la connaissons maintenant n’existait pas encore. C’est donc tout naturellement à l’occasion de la sortie en paperback de ce même ouvrage qu’une recension lui est consacrée. On ne peut que souligner le fait que sa parution initiale n’a laissé indifférents ni les économistes, ni les philosophes, comme en témoignent les nombreux commentaires élogieux qu’a déjà récoltés à l’époque son auteur, Marc Fleurbay, aujourd’hui professeur à l’Université de Princeton : « cela sera l’une des références les plus importantes tant pour les économistes que pour les philosophes dans le domaine de la justice distributive » (Schwettmann, 2012, 185, toutes les traductions sont de moi) ; « l’ouvrage de Fleurbaey est une contribution de référence à ce champ en plein essor » (Roemer, 2011, 134), etc. Je ne peux que m’associer à ces appréciations tant louangeuses que méritées. Il s’agit dans le cadre de cette recension d’en comprendre les raisons.

2Fairness, Responsibility and Welfare est l’occasion pour Marc Fleurbaey de faire un bilan de ses travaux dans le domaine de l’économie du bien-être et, plus précisément, puisqu’il en est un des principaux promoteurs, de l’ensemble des recherches s’efforçant d’intégrer la responsabilité individuelle au sein des théories de la justice distributive. Tout d’abord, rappelons brièvement les principaux enjeux de ce courant relativement récent. Avec Théorie de la justice (1971), Rawls, en tournant le dos à l’utilitarisme et au welfarisme, renouvelle les théories de la justice et introduit un concept inédit de responsabilité selon lequel les individus ne sont pas responsables de la position qu’ils occupent dans la société, mais de la poursuite de leurs fins. Même si, pour certains auteurs dont Guillarme (1999, 132), la position de Rawls aboutit à un paradoxe et oscille « entre la thèse de l’explication causale pure et celle de l’autonomie parfaite », il n’en reste pas moins que la théorie rawlsienne constitue une référence incontournable pour bon nombre de théoriciens. D’après Fleurbaey (2002), l’héritage rawlsien comporte deux éléments fondamentaux : il s’agit de « la légitimité profonde de la recherche d’égalité ; et d’un certain libéralisme au sens américain du terme ». En effet, il n’est pas question, pour Rawls, d’égaliser les accomplissements de tous car chacun est libre de poursuivre sa propre conception de la vie bonne. Les individus sont donc tout à la fois libres et responsables de leurs choix. Entre égalité et libéralisme, est ici introduite l’idée d’un égalitarisme sélectif. Les théories de Dworkin (1981a ; 1981b), Sen (1985 ; 1992), Arneson (1989 ; 1990), Cohen (1989 ; 1990) ou encore Roemer (1996 ; 1998) s’inscrivent dans la lignée de Rawls. Depuis Fleurbaey (1995), il est classique de considérer que ces théories se distinguent de deux manières : d’une part, au niveau de la distinction entre les éléments pour lesquels l’individu est considéré comme responsable et ceux qui sont imputés à ses circonstances (justice cut) ; d’autre part, en fonction de la méthode de compensation envisagée. Concernant la question du justice cut, tandis qu’un premier groupe de théoriciens définit l’espace de la responsabilité individuelle par les préférences (Rawls, Dworkin), un second comprenant Sen, Arneson, Cohen et Roemer considèrent que les individus sont uniquement responsables des décisions qu’ils contrôlent parfaitement. Par ailleurs, en ce qui concerne les méthodes de compensation, Rawls et Dworkin prônent l’égalité des ressources, Arneson, Cohen, Sen, Roemer défendant plutôt l’égalité des opportunités.

3Dans l’ouvrage qui nous occupe ici, Marc Fleurbaey poursuit deux objectifs majeurs : d’une part, il s’agit de développer un cadre analytique unifié grâce auquel il est possible d’évaluer, à l’aide de critères issus de différents principes éthiques, ce que la prise en compte de la responsabilité implique en termes distributifs. Lesdits critères, précise l’auteur, peuvent être perçus comme des raffinements ou des extensions des fonctions de préférences sociales de l’économie du bien-être traditionnelle. Ce premier objectif occupe les neuf premiers chapitres de l’ouvrage. D’autre part, dans le chapitre final et à l’appui des développements précédents, Marc Fleurbaey s’attache à proposer et à défendre une approche originale, appelée « égalité de l’autonomie (equality of autonomy) ». Présentée comme une variante des théories contemporaines de la justice distributive évoquées ci-dessus, elle combine un certain nombre de concepts mobilisés par ces dernières tout en ayant pour but d’en éviter les écueils essentiellement liés, aux dires de l’auteur, à une prise en compte insatisfaisante de la responsabilité individuelle.

4Avant de tenter d’apprécier si et en quoi ces deux objectifs sont atteints dans le corps de l’ouvrage, une remarque concernant la méthodologie adoptée ici s’impose. Il est dit en effet que « cet ouvrage est aussi une tentative de dialogue entre l’économie et la philosophie » (2). Cela est matérialisé concrètement dans le texte par une séparation explicite entre les parties plus formalisées (marquées par une étoile) et celles qui le sont moins, ceci constituant bien sûr un clin d’œil appuyé à Collective Choice and Social Welfare (1970) où Sen mettait en avant la même ambition. Au-delà, cette méthodologie est déjà celle défendue dans l’introduction de Théories économiques de la justice. En effet, selon Fleurbaey (1996), une théorie de la justice – alliant théories philosophique et économique – doit être développée en trois étapes : 1) sélectionner une théorie philosophique de la justice prônant certaines valeurs morales ; 2) en dériver un ou plusieurs axiomes ou critères reflétant de manière convaincante ces valeurs : il s'agit là d'opérer un travail interprétatif chargé d'assurer la conformité des valeurs morales retenues et des axiomes développés ; 3) le troisième temps qui relève principalement de l'analyse logique étudie la compatibilité mutuelle des axiomes. Pour Fleurbaey (1996), le travail analytique ou « positif » regroupe les deuxième et troisième étapes : il est donc situé en aval des théories philosophiques de la justice qui relèvent, quant à elles, du « normatif ». On pourrait soutenir que Fairness, Responsibility and Welfare renverse la logique précédente étant donné que les neuf premiers chapitres explorent davantage le côté positif, tandis que le dixième chapitre s’apparente à une théorie philosophique de la justice qui trouverait son pendant positif en la solution équivalente-égalitaire (ou, plus précisément, en la famille de solutions équivalentes-égalitaires).

5Comme il a été indiqué plus haut, les neuf premiers chapitres de l’ouvrage ont pour objet de développer un cadre formel qui permet l’analyse des conséquences de la prise en compte de la responsabilité individuelle. Les chapitres 1 et 2 présentent un modèle simple dans lequel les circonstances d’un individu et sa responsabilité sont clairement observables et déterminent son bien-être, ce dernier augmentant de plus via des transferts monétaires. L’incompatibilité entre le principe de compensation (qui neutralise les talents, « à effort égal, réalisations égales ») et le principe de récompense naturelle (qui laisse aux individus la responsabilité de leurs choix, « à talent égal, transfert égal ») est rappelée. Pour la contourner, plutôt que d’affaiblir l’un et l’autre principe, Marc Fleurbaey opte en faveur de la solution équivalente-égalitaire qui revient à donner la priorité au principe de compensation sur le principe de récompense naturelle tout en recourant uniquement à des comparaisons intra-personnelles ordinales de bien-être (les plus faibles qui soient, donc) puisque, grâce à un scénario contrefactuel, chaque individu se compare à une situation de référence où tous ont les mêmes circonstances. Dans les chapitres 3 à 5, les hypothèses précédentes sont relâchées peu à peu et les questions d’incitation introduites. Dans un contexte de second rang, le chapitre 3 montre notamment que la solution équivalente-égalitaire s’adapte aisément à ces nouvelles conditions, mais que les contraintes d’incitations impliquent un degré plus important de récompense naturelle. Les chapitres 4 (premier rang) et 5 (second rang) étudient les inégalités de talents ; à nouveau, les solutions équivalentes-égalitaires sont particulièrement examinées. Les chapitres 6 à 9 intègrent au sein du modèle différents questionnements relatifs à l’économie du bien-être et les examinent tour à tour. Le chapitre 6 porte en particulier sur la notion d’option luck développée par Dworkin, à première vue condamnable, car d’après Marc Fleurbaey, les individus ne sauraient être tenus pour responsables d’avoir été chanceux ou pas. Le chapitre 7 montre qu’il est possible de « pardonner » à ceux qui ont gaspillé leurs chances initiales en leur offrant un nouveau départ (fresh start) si l’on substitue l’idée de liberté à celle de responsabilité (« l’idée de liberté contient l’idée de nouveaux départs, et par conséquent pousse dans le sens du pardon », 178). Une politique de ce type associerait transferts et contraintes, ce qui revient à diminuer la liberté ex ante afin de garantir la liberté ex post (« les nouveaux départs augmentent la liberté pour toute la vie ; ils ne sont pas conçus pour augmenter la liberté initiale », ibid.). Le chapitre 8, de manière a priori inattendue, explore un principe utilitariste de la récompense, alternatif au principe libéral de la récompense et peu étudié dans la littérature. Ce dernier consiste à maximiser la somme des utilités individuelles lorsque les individus sont totalement responsables de leur accomplissement. Ses implications sont comparées à celles du principe libéral. Le chapitre 9 clôt la première partie de cet ouvrage et montre que la construction d’un indice d’inégalités des opportunités est possible. Ainsi, la première partie de l’ouvrage Fairness, Responsibility and Welfare offre un panorama tout à la fois large et rigoureux des multiples questionnements abordés par les théories modernes de la justice distributive. Elle les envisage, de plus, au sein d’un même cadre analytique, ce qui permet d’appréhender leurs ressemblances et divergences. Le premier objectif de l’ouvrage est donc, à ce titre, parfaitement atteint.

6Tournons-nous à présent vers le second objectif poursuivi par Marc Fleurbaey, celui de proposer une variante originale aux théories contemporaines de la justice distributive qu’il nomme « égalité de l’autonomie ». L’approche suggérée par Marc Fleurbaey comporte deux piliers majeurs : d’une part, tous les individus doivent être pourvus d’un panier de libertés de base telles que statut égal, minimum garanti de subsistance, éducation… (basic freedom requirement) ; d’autre part, pour les individus qui bénéficient de ce panier, la priorité aux plus démunis s’applique via la solution équivalente-égalitaire (priority to the worst-off via Egalitarian-Equivalence), ce qui implique que les individus sont tenus pour responsables de leurs préférences cardinales, mais pas ordinales. En d’autres termes, un accomplissement équivalent pour les individus faisant preuve des mêmes préférences ordinales est requis (principe de compensation), tandis que des différences de satisfaction peuvent exister entre ces mêmes individus si leurs préférences cardinales ne sont pas similaires (principe de récompense). Dans le cadre de cette recension, je ne pourrai pas aborder tous les questionnements et commentaires que cette proposition suscite. Je me contenterai ici d’en évoquer deux : la question de la lutte contre le « consentement aux inégalités » (Rosanvallon, 2011) et les liens entre responsabilité et liberté.

7Si l’approche suggérée par Marc Fleurbaey s’inscrit pleinement dans le célèbre débat lancé par Sen en 1980 « égalité de quoi ? », il est surtout question ici de ne pas céder au « mythe de l’équité » (Fleurbaey, 2006, 28) qui consiste à renoncer à un idéal d’égalité pour un concept plus ou moins défini d’équité et sert, en dernière instance, à tolérer les inégalités. On retrouve là les idées d’« inégalités acceptables » ou d’« inégalités justes », popularisées depuis quelques années et parfois imputées – à tort – à Rawls. Cette prise en compte grossière de la responsabilité implique alors de troquer la notion d’égalité des résultats pour une notion floue d’égalité des chances. Or, « le fait de renier l’égalité des résultats pour se contenter de l’égalité des chances, sans plus de précision, ouvre la voie aux inégalités de conditions les plus fortes que l’on puisse concevoir » (Fleurbaey, 2006, 33). Et même si, pour Marc Fleurbaey, les théories développées par Rawls, Sen ou encore Roemer ne pensent pas de manière si fruste la responsabilité, elles partagent malgré tout les écueils évoqués plus haut : « Rawls est prêt à mettre la famine à la carte des surfers » (272) et « dans [l’]approche [de Sen], on ne se demande plus si l’individu qui jeûne a de véritables opportunités nutritionnelles » (272). Concernant l’approche de Roemer, les problèmes se posent lorsque la responsabilité n’est pas unidimensionnelle, n’est pas distribuée de manière équivalente pour tous les types ou encore lorsque le bien-être n’est pas strictement monotone par rapport à cette dernière (219). Ainsi, Marc Fleurbaey a toujours été particulièrement attentif à cette difficulté majeure, à savoir, ce qu’il advient de l’individu qui a gaspillé ses chances (ou ses biens premiers, sa capabilité…). La société doit-elle l’abandonner en considérant qu’il est responsable de son faible niveau d’accomplissement ou doit-elle lui octroyer une seconde chance, voire une troisième, une quatrième, etc. ? Sur ce point, la réponse de Marc Fleurbaey est on ne peut plus claire, tant dans ses écrits antérieurs (voir par exemple Fleurbaey, 1995 ; 2005 ; 2006) que dans Fairness, Responsability and Welfare. En effet, l’ouvrage commence d’emblée par dénoncer l’idée selon laquelle la notion de responsabilité individuelle justifierait la situation des « pauvres non méritants (undeserving poor) », continue par un chapitre consacré aux « nouveaux départs (fresh starts) » (chap. 7) et plaide finalement en faveur du « gaspilleur en série (serial squanderer) ». Pour répondre à cette exigence, Marc Fleurbaey développe, dit-il, non pas une théorie de l’égalité des opportunités, mais une théorie axée sur les résultats. Ainsi, l’égalité de l’autonomie défend un « égalitarisme sélectif axé sur les résultats (outcome-selective egalitarianism) » tout en prenant en considération – ce que ne faisait pas l’approche par les « fonctionnements premiers (primary functionings) » qui remonte à 1995 –, la responsabilité qu’exerce l’individu au sein de sa sphère privée, c’est-à-dire l’ensemble des relations sociales y compris les relations personnelles (à ce sujet, voir la note 41, 270), ce qui me semblerait mériter de plus amples justifications. A ce titre, Marc Fleurbaey assume pleinement le fait que l’égalité de l’autonomie s’apparente à une théorie compréhensive, et non seulement politique, de la justice puisqu’elle ne s’en tient aucunement à l’individu en tant que citoyen mais s’intéresse également à sa sphère privée : « l’égalité des ressources et de tous les fonctionnements et libertés qui importent aux individus ne peut pas être totalement abritée sous le parapluie d’une citoyenneté égale et démocratique » (270). Pour rendre compte de ces différents éléments, Marc Fleurbaey va user des liens entre responsabilité et liberté de manière singulière. Cela fera l’objet de mon deuxième commentaire sur l’égalité de l’autonomie.

8Les relations entre liberté et responsabilité sont complexes, les frontières entre ces deux notions souvent poreuses. Selon la vision des théories contemporaines de la justice, axée sur l’égalité des opportunités, c’est parce que les individus sont libres de poursuivre leur propre conception du bien qu’ils sont responsables de la manière dont ils utilisent les ressources mises à leur disposition pour ce faire. Liberté et responsabilité seraient donc selon cette lecture intrinsèquement liées, voire complémentaires. Pourtant, il semble que les propos de Fleurbaey quant au fait de « prendre la liberté comme une valeur fondamentale pour une justification différente de la responsabilité » (254) vont dans un tout autre sens. Contre une responsabilité de type backward-looking, punitive et susceptible de tolérer des inégalités, il s’agit avec l’égalité d’autonomie de privilégier une responsabilité de type forward-looking qui garantit à tout moment aux individus de pouvoir poursuivre les fins qu’ils souhaitent, même passé l’instant « canonique » ou la starting gate, même s’ils ont « gaspillé » leurs chances par le passé. C’est là l’objet du premier pilier de l’égalité d’autonomie et certainement de la première partie du second (compensation) et l’on croit comprendre à ce stade que la responsabilité de type backward-looking a été en quelque sorte remplacée par la liberté, elle-même correspondant à une responsabilité de type forward-looking. Dans cette optique, ces deux conceptions de la responsabilité semblent donc plutôt s’exclure l’une l’autre. Mais une autre forme de responsabilité réapparaît dans la deuxième partie du second pilier (récompense) : les individus sont en effet responsables de leurs préférences cardinales, c’est-à-dire de leur satisfaction. Et l’auteur de préciser que « même si la notion de responsabilité morale, pierre angulaire de l’égalitarisme de la chance (luck egalitarianism), a été rejetée ici car inadaptée à la construction d’une théorie de la justice distributive, nous avons vu que les concepts développés dans cet ouvrage sont toujours utiles pour penser une notion de responsabilité qui occupe un rôle secondaire par rapport à une notion beaucoup plus élémentaire de liberté » (275). A quoi correspond donc cette notion secondaire de responsabilité ? Est-elle de type backward-looking en ce sens qu’elle est susceptible d’engendrer des inégalités de satisfaction pour des individus pourvus des mêmes préférences ordinales et des mêmes accomplissements, ce qui reviendrait finalement à punir les ambitieux, voire les idéalistes ? Quoi qu’il en soit, on voit qu’il reste là un peu de place pour la responsabilité individuelle « standard », ce qui me permet de situer l’égalité de l’autonomie par rapport aux autres théories de la justice en termes de justice cut. Dans un espace unidimensionnel fini, la coupe proposée par Rawls entre circonstances individuelles et responsabilité occupe une place intermédiaire. Celle de l’approche par les capabilités se situe au-delà c’est-à-dire que ladite approche considère davantage d’éléments expliquant les accomplissements comme des circonstances que la théorie rawlsienne. En effet, Sen rejette les biens premiers en tant qu’equalisandum car ces derniers, dit-il, ne prennent pas suffisamment en compte la diversité humaine. La coupe que constitue l’approche EOp (Equality of Opportunity principle) de Roemer (1996, 1998) va plus loin que celle de Sen puisqu’il s’agit pour l’auteur, grâce à la mesure statistique de la responsabilité qu’il développe, d’égaliser les différents niveaux d’accomplissements que peuvent atteindre les individus en fonction de leur type et de leur degré d’effort. A ce titre, certains commentateurs n’hésitent pas à qualifier la théorie de Roemer d’une théorie d’équité des accomplissements plutôt qu’une théorie d’égalité des opportunités (voir Igersheim, 2006). En proposant d’égaliser les niveaux d’accomplissements des individus faisant preuve des mêmes préférences ordinales et compte tenu des critiques adressées par Marc Fleurbaey à l’EOp, je crois que la coupe de l’égalité d’autonomie est en bout de ligne, encore après celle de Roemer.

9Il est une seconde manière d’aborder les liens entre liberté et responsabilité dans l’égalité de l’autonomie, via la question de la priorité de la liberté sur la responsabilité. En d’autres termes, le basic freedom requirement et le principe de compensation ont priorité sur le principe de récompense. Dans le cadre de cette approche, cela revient à dire que le perfectionnisme a priorité sur le respect des préférences individuelles : « le perfectionnisme […] intervient ici parce qu’il existe certaines libertés de base […] qui devraient être imposées aux individus, qu’ils les aiment ou pas, car sinon nous ne traitons plus d’une société d’agents libres et autonomes » (264). Plus remarquable encore, et même si des analyses complémentaires se doivent d’être menées pour affirmer cela de manière certaine, il semblerait à première vue que nous retrouvions là la priorité de la sphère politique ou de l’individu-citoyen (respect des libertés de base) sur la sphère de l’individu-bourgeois (respect des préférences) ou, en termes rawlsiens, du raisonnable sur le rationnel.

10En définitive, si Fairness, Responsability and Welfare doit être indubitablement considéré comme un ouvrage incontournable pour quiconque s’intéresse de près ou de loin aux théories de la justice, il n’en reste pas moins que le second objectif poursuivi par Marc Fleurbaey ne semble pas complètement abouti. En effet, l’égalité de l’autonomie me paraît susciter encore de multiples interrogations que l’exposé du chapitre 10 n’épuise pas. Si cela constitue la faiblesse (toute relative) de l’ouvrage, cela fera, dans le futur, la force de cette approche qui ne pourra que gagner en envergure à l’appui des nombreux articles qui ne manqueront pas de l’analyser plus avant.

Haut de page

Bibliographie

Arneson, Richard J. 1989. Equality and Equal Opportunity for Welfare. Philosophical Studies, 56(1): 77-93.

Arneson, Richard J. 1990. Liberalism, Distributive Subjectivism, and Equal Opportunity for Welfare. Philosophy and Public Affairs, 19(2): 158-194.

Cohen, Gerald A. 1989. On the Currency of Egalitarian Justice. Ethics, 99(4): 906-944.

Cohen, Gerald A. 1990. Equality of What? On Welfare, Goods and Capabilities. Recherches Economiques de Louvain, 56(3/4): 357-382.

Dworkin, Ronald. 1981a. What is Equality? Part 1: Equality of Welfare. Philosophy and Public Affairs, 10(3): 185-246.

Dworkin, Ronald. 1981b. What is Equality? Part 2: Equality of Resources. Philosophy and Public Affairs, 10(4): 283-345.

Fleurbaey, Marc. 1995. Equal Opportunity or Equal Social Outcome? Economics and Philosophy, 11(1): 25-55.

Fleurbaey, Marc. 1996. Théories économiques de la justice. Paris : Economica.

Fleurbaey, Marc. 2002. La priorité aux plus démunis. Le Monde – 4 Février 2002.

Fleurbaey, Marc. 2005. Freedom with forgiveness. Politics, Philosophy and Economics, 4(1): 29-67.

Fleurbaey, Marc. 2006. Capitalisme ou Démocratie ? L’alternative du XXIème siècle. Paris : Grasset.

Guillarme, Bertrand. 1999. Rawls et l’égalité démocratique. Paris : Presses Universitaires de France.

Igersheim, Herrade. 2006. A.K. Sen et J.E. Roemer : une même approche de la responsabilité ? Revue de Philosophie Economique, 7(2): 25-46.

Rawls, John. 1971. A Theory of Justice. Cambridge, MA : Harvard University Press.

Roemer, John E. 1996 Theories of Distributive Justice. Cambridge, MA : Harvard University Press.

Roemer, John E. 1998. Equality of Opportunity. Cambridge, MA : Harvard University Press.

Roemer, John E. 2011. Marc Fleurbaey, Fairness, Responsibility and Welfare. Journal of Economic Inequality, 9(1): 129-135.

Rosanvallon, Pierre. 2011. La société des égaux. Paris, Seuil.

Schwettmann, Lars. 2012. Marc Fleurbaey: Fairness, Responsibility and Welfare. Social Choice and Welfare, 38: 181-185.

Sen, Amartya K. 1970. Collective Choice and Social Welfare. San Francisco, CA : Holden Day.

Sen, Amartya K. 1980. Equality of What? In S. McMurrin (ed.), Tanner Lectures on Human Values, Vol. 1. Cambridge : Cambridge University Press.

Sen, Amartya K. 1985. Commodities and Capabilities. Amsterdam : North-Holland.

Sen, Amartya K. 1992. Inequality Reexamined. Oxford : Clarendon Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Herrade Igersheim, « Marc Fleurbaey, Fairness, Responsibility and Welfare  », Œconomia, 4-1 | 2014, 97-104.

Référence électronique

Herrade Igersheim, « Marc Fleurbaey, Fairness, Responsibility and Welfare  », Œconomia [En ligne], 4-1 | 2014, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/475

Haut de page

Auteur

Herrade Igersheim

CNRS et BETA, Université de Strasbourg. igersheim@unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org