Navigation – Plan du site
Revue des livres

Antoine Missemer, Nicholas Georgescu-Roegen, pour une révolution bioéconomique

Roxana Bobulescu
p. 105-109
Référence(s) :

Antoine Missemer, Nicholas Georgescu-Roegen, pour une révolution bioéconomique, Lyon : ENS Editions, 2013, 134 pages, ISBN : 978-2-84788-402-9

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : ENS Editions

1« La profession des économistes subira un changement curieux : au lieu d’être exclusivement préoccupés de croissance économique, les économistes chercheront des critères optimaux pour planifier la décroissance» (Georgescu-Roegen 1982, 19). Voici une affirmation prophétique appartenant à un auteur qui connaît aujourd’hui une sortie des oubliettes et un regain d’intérêt croissant. Connu et reconnu surtout dans les milieux écologistes et de la décroissance, il émerge peu à peu de la marginalisation grâce à la redécouverte de ses travaux scientifiques et de ses apports qui donnent de lui une image bien différente de celle, – radicale et caricaturale –, dans laquelle il avait été confiné depuis plusieurs décennies.

2C’est à cette mission de redécouverte intellectuelle que contribue l’ouvrage d’Antoine Missemer. Si les exégèses en langue anglaise sont nombreuses (plusieurs livres lui ont été dédiés : Bonaiuti, 2011 ; Mayumi, 2001 ; Mayumi et Gowdy, 1999 ; Dragan et al., 1993), il était temps d’enrichir également la réflexion en langue française, restée jusqu’ici assez modeste. Le lecteur francophone peut se réjouir de trouver dans cet ouvrage un complément bienvenu à la publication des principaux travaux de Georgescu-Roegen dans un volume intitulé La décroissance (2008), préfacé et commenté par Jacques Grinevald et Ivo Rens. Antoine Missemer propose un rééquilibrage des héritages intellectuels à travers une relecture qui se veut plus modérée, plus réformiste que révolutionnaire, et qui réconcilie Georgescu-Roegen avec les tendances plus mesurées de l’économie écologique.

3L’ouvrage est organisé en deux parties. La première partie est consacrée à la présentation de l’économiste d’origine roumaine émigré aux Etats Unis en 1948 et à une revue de ses apports majeurs à la science économique. La seconde partie est la reproduction d’un texte original en français paru dans la Revue d’Economie Politique (1978) et intitulé « De la science économique à la bioéconomie ». Ce texte est très bien choisi. Il s’agit d’un écrit de synthèse, qui apporte un éclairage nouveau sur les fondements de la bioéconomie en tant que science étudiant le « mode de vie particulier de l’humanité en tant qu’espèce biologique. » (87).

4Dès l’introduction, l’ouvrage défend une lecture globale de l’œuvre de Georgescu-Roegen. Il prend en considération la cohérence d’ensemble des travaux de cet auteur et dépasse ainsi le clivage entre sa période « standard » et la période « bioéconomique » marquée par la parution d’Analytical Economics (1966). C’est en effet cette dernière période qui concrétise également sa rupture avec le paradigme économique dominant, rupture qui a contribué à sa marginalisation progressive.

5Georgescu-Roegen a une conception particulière de l’activité économique. Le premier chapitre du présent ouvrage se concentre sur les fondements théoriques de cette conception en proposant deux clés de lecture. La première clé est la scientificité de l’économie. Georgescu-Roegen engage les économistes à abandonner la mécanique newtonienne en faveur de la thermodynamique classique. Le nouveau référent scientifique des économistes devrait s’enrichir également de la biologie évolutionniste. Ces deux référents scientifiques – que nous pouvons qualifier de « biophysiques » – posent les bases épistémologiques de la révolution bioéconomique. Georgescu-Roegen insiste sur la nature qualitative et irréversible des processus économiques. La seconde clé de lecture proposée par Antoine Missemer est le lexique polymorphe à travers lequel la science économique – alias la bioéconomie – prend en compte non seulement les concepts arithmomorphiques (mesurables, quantifiables), mais aussi les concepts dialectiques qui sont « des termes complexes, multidimensionnels, relatifs au contexte dans lequel ils sont employés » (26). Sur cette base, les caractéristiques qualitatives essentielles des processus économiques doivent être prises en compte. L’activité économique est encastrée dans les processus naturels ; elle est donc soumise au temps irréversible de la thermodynamique et des processus biologiques. L’économie est la science de l’évolution exosomatique, des temps longs de l’histoire. Antoine Missemer explique l’importance de ces deux clés de lecture dans la compréhension du processus de production construit par Georgescu-Roegen, notamment de l’impact de la seconde loi de la thermodynamique, appelée aussi la loi de l’entropie. Pour synthétiser l’approche du processus de production à la lumière de la loi de l’entropie, j’ai choisi cette citation du livre : « Pendant longtemps, les économistes ont aimé dire que rien ne pouvait s’obtenir gratuitement. Mais la loi de l’entropie est plus sévère que cela : non seulement rien n’est gratuit par rapport à l’environnement, mais en plus, tout coûte toujours plus cher qu’il ne vaut. » (52). Cette belle présentation aurait pu être complétée par celle de la fonction de demande, car Georgescu-Roegen a également réalisé une reconstruction de la fonction d’utilité à travers la critique de la fonction standard (Lenfant 2013, Zamagni, 1999).

6Le deuxième chapitre présente la révolution bioéconomique et le « programme bioéconomique minimal » de Georgescu-Roegen en s’appuyant sur le texte reproduit en deuxième partie. Il a le mérite de dresser en une vingtaine de pages un panorama des principales découvertes de l’approche bioéconomique de cet auteur : l’extension du deuxième principe thermodynamique à la matière (intitulé aussi la loi de la dégradation de la matière ou quatrième principe thermodynamique), l’importance des ressources et les conséquences sociales des inégalités d’accès à ces ressources au niveau international, le scepticisme quant au progrès technique comme solution à la crise écologique à venir, les risques de conflits majeurs liés à l’épuisement progressif des stocks de ressources énergétiques, pour ne citer que les plus importantes. Afin de répondre à ces enjeux majeurs, Georgescu-Roegen avait développé une approche normative sous forme d’un « programme bioéconomique minimal », présenté en 12 principes dans le texte reproduit en deuxième partie (contre 8 principes dans un texte plus ancien de 1975). Antoine Missemer a regroupé ces douze principes en trois grandes catégories : les propositions techniques (développement de l’énergie solaire, l’agriculture biologique, les réflexions sur le « nouveau Prométhée »), les propositions de régulation publique (dépenses détournées de l’économie de guerre et orientées vers la survie de l’espèce à travers l’aide au développement, la durabilité des biens) et les propositions éthiques (prise en compte des générations futures, sobriété, justice et tempérance).

7Le troisième chapitre intitulé « Halte à la (dé)croissance » est polémique et surprenant. Dans sa tentative de rapprochement posthume de Georgescu-Roegen avec les économistes standard et les représentants du courant écologique modéré (promoteurs du développement durable), l’auteur tente ici de le dissocier de l’aile plus radicale de l’écologie, en l’occurrence du courant de la décroissance. La polémique est nourrie par la confrontation des écrits de Georgescu-Roegen avec une certaine frange des « objecteurs de croissance » (Latouche, Bayon) qui ont été à l’origine du mouvement français de la décroissance. Malheureusement, cette idée n’est pas suffisamment étayée dans le livre. L’auteur ne fait qu’opposer la vision de Georgescu-Roegen avec certaines idées radicales comme l’anti-développement ou la position anti-économique, sans vraiment les développer et sans pour autant aborder le courant dans toute sa complexité et sa diversité. Les « objecteurs de croissance » sont un mouvement de la société civile qui développe en parallèle sa propre réflexion et qui, bien qu’initiateur du courant international, n’en est aujourd’hui qu’une partie. D’ailleurs, remarquons que le terme « de-growth » n’existait pas en anglais, il est une traduction récente du mot français « la décroissance » lié à l’internationalisation du mouvement. Georgescu-Roegen avait utilisé le mot anglais « decline ». Ainsi, des chercheurs comme Kallis, Kerschner, Martinez-Allier (2012) forment le groupe de recherche de Barcelone intitulé « Research and Degrowth » et proposent une « économie de la décroissance » (« Economics of De-growth ») basée sur le concept de « décroissance économique socialement soutenable » (SSED – « Socially Sustainable Economic De-growth », voir Martinez-Alier et al. 2010). Durant la période récente, à travers ces auteurs et la publication de leurs travaux dans Ecological Economics, le courant de la décroissance a gagné sa légitimité au sein de la communauté de l’économie écologique au sens large en sortant ainsi de la marginalité.

8Georgescu-Roegen voyait dans la croissance une accélération du processus entropique par l’utilisation intensive menant à l’épuisement du stock d’énergie terrestre, alors qu’une alternative énergétique fiable n’a pas encore vu le jour (le développement du solaire est une solution imparfaite). Pour se donner le temps d’une découverte capitale qui puisse résoudre cette crise écologique, ce n’était que du bon sens de sa part d’incriminer l’obsession de la croissance (Growth-mania) et par cette modération temporaire donner une chance à notre espèce de survivre. Il a conçu le « programme bioéconomique » de survie à long terme et la question que nous devons nous poser est laquelle des deux approches - Développement durable ou Décroissance - est la plus à même de le réaliser ? Georgescu-Roegen ne croyait pas au développement durable, qu’il qualifia de « faux remède » ou « poudre de perlimpinpin » (« snake oil », correspondance avec Kozo Mayumi, 1992, dans Bonaiuti 2011, 41). L’histoire lui a donné raison, car le concept est aujourd’hui galvaudé, assimilé au « greenwashing ». Cependant, la « Growth-mania » ne doit pas être remplacée par la « Degrowth-mania », car ce serait remplacer un fétichisme par un autre (Martinez-Alier et al. 2010).

9La lecture de l’ouvrage d’Antoine Missemer nourrira la réflexion des historiens de la pensée économique mais également, du fait de l’actualité de ses enjeux, des chercheurs, étudiants et d’un public plus large. Les lecteurs feront l’expérience d’un texte très vivant et maniant les concepts avec élégance.

Haut de page

Bibliographie

Bonaiuti, Mauro (eds.). 2011. From Bioeconomics to Degrowth. Georgescu-Roegen’s “New Economics” in Eight Essays. Londres : Routledge.

Dragan, Constantin, Eberhard Seifert et Mihai Demetrescu. 1993. Entropy and Bioeconomics – in Honour of Georgescu-Roegen. Milan : Nagard.

Georgescu-Roegen, Nicholas. 1982. La dégradation entropique et la destinée prométhéenne de la technologie humaine. Économie appliquée, XXXV(1-2): 1-26.

Kerschner, Christian. 2010. Economic De-Growth vs. Steady-State Economy. Journal of Cleaner Production, 18(6): 544-551.

Kallis, Giorgios, Christian Kerschner, et Joan Martinez-Alier. 2012. The Economics of Degrowth. Ecological Economics, 84: 172-180.

Lenfant, Jean-Sébastien. 2013. Georgescu-Roegen, Marshak and Quandt on the Modeling of the Consumer in the 1950s. Paper presented at the European Society for the History of Economic Thought Conference, Kingston Business School, 16-19 May 2013.

Martinez-Alier, Joan, Pascual, Unai, Franck-Dominique Vivien, et Edwin Zaccai. 2010. Sustainable De-Growth : Mapping the Context, Criticism and Future Prospects of an Emergent Paradigm. Ecological Economics, 69: 1741-1747.

Mayumi, Kozo 2001. The Origins of Ecological Economics. The Bioeconomics of Georgescu-Roegen. Londres : Routledge.

Mayumi, Kozo et John Gowdy (eds.). 1999. Bioeconomics and Sustainability : Essays in Honor of Nicholas Georgescu-Roegen. Cheltenham : Edward Elgar.

Zamagni, Stefano. 1999. Georgescu-Roegen on Consumer Theory: an Assessment. In Mayumi et Gowdy (1999), 103-124.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roxana Bobulescu, « Antoine Missemer, Nicholas Georgescu-Roegen, pour une révolution bioéconomique », Œconomia, 4-1 | 2014, 105-109.

Référence électronique

Roxana Bobulescu, « Antoine Missemer, Nicholas Georgescu-Roegen, pour une révolution bioéconomique », Œconomia [En ligne], 4-1 | 2014, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/408

Haut de page

Auteur

Roxana Bobulescu

Grenoble Ecole de Management. Roxana.bobulescu@grenoble-em.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org