Navigation – Plan du site
Revue des livres
Notes de lectures

Heinrich von Stackelberg, Foundations of a pure cost theory

Tarik Tazdaït
p. 255-259
Référence(s) :

Heinrich von Stackelberg, Foundations of a Pure Cost Theory, Damien Bazin, Lynn Urch et Rowland Hill (tr), Springer, 2013, 142 pages, ISBN 978-3-642-34537-1

Texte intégral

couvertureAfficher l’image
Crédits : Springer

1Avec Foundations of a Pure Cost Theory, Damien Bazin, Lynn Urch et Rowland Hill nous rendent un service inestimable, en proposant la traduction de l’ouvrage Grundlagen einer Reinen Kostentheorie publié par Heinrich von Stackelberg en 1932 qui reprend les termes de sa thèse de doctorat soutenue en 1930. Ce service est d’autant plus inestimable que l’on connaissait de longue date l’existence de cet ouvrage mais sans pour autant en percevoir l’ensemble du contenu. En effet, à sa parution, l’ouvrage n’avait pas vraiment dépassé le cercle des économistes allemands dont les commentaires figuraient dans des revues de langue allemande. Les seuls articles de l’époque rédigés en anglais et fournissant des éléments d’appréciations quant au contenu de l’ouvrage sont deux surveys portant sur les développements de la théorie économique, l’un de l’économiste hollandais Jan Tinbergen (1934) et l’autre de l’économiste anglais John Richard Hicks (1935).

2Tinbergen (1934, 19-20) fait référence à Stackelberg dans une section consacrée à la détermination du prix selon les formes de marché. Nous y apprenons que Stackelberg a étudié la question de l’intégration verticale entre une entreprise amont et une entreprise aval et a caractérisé le prix que l’entreprise amont doit tarifer quand elle maximise le profit joint. Hicks (1935, 6-7), pour sa part, évoque Stackelberg dans une synthèse consacrée à la théorie du monopole. Il reprend à son compte la démonstration avancée par Stackelberg pour illustrer la difficulté à étudier le cas d’un monopole en production jointe (on parle aujourd’hui plus couramment d’un monopole multiproduit), c’est-à-dire le cas d’une entreprise qui produit plusieurs biens hétérogènes et dispose d’un pouvoir de monopole pour chacun de ces biens. Ayant montré le problème posé par l’analyse d’un monopole multiproduit, Hicks ajoute, sans plus de précision, qu’une solution a été apportée par Stackelberg.

3Au regard de ces maigres informations, la seule chose que l’on peut affirmer c’est que l’ouvrage de Stackelberg semble s’articuler autour de problèmes d’économie industrielle, se positionnant à la limite de la concurrence imparfaite. Cela en fait un auteur de son époque tant celle-ci est marquée par l’essor des analyses relatives à la concurrence imparfaite. Toutefois, jusqu’à la fin des années 1980, nous n’en saurons pas beaucoup plus sur les apports de son ouvrage car les mentions se feront de plus en plus rares, avec néanmoins une constante : les quelques citations extraites de l’ouvrage le seront quasi-exclusivement en référence au traitement du monopole multiproduit.

4C’est à partir des années 1990 qu’une série d’articles, s’insérant dans l’histoire de la pensée économique et portant sur l’œuvre de Stackelberg, évoqueront de façon explicite son ouvrage de 1932. Deux de ces articles se démarquent tout particulièrement, ceux d’Arnold Heertje (1996) et de Stefan Baumgärter (2001). Le premier nous livre une information de taille en insistant sur le fait que Stackelberg avait, dès 1932, abordé la question de la concurrence imparfaite, à travers le cas du duopole, et qu’il avait avancé des intuitions avant-gardistes. Le second revient sur le monopole multiproduit pour présenter le raisonnement adopté par Stackelberg et montrer combien la solution est à la fois rigoureuse et originale.

5Ainsi, en dehors du monopole multiproduit, les éléments relatifs à l’ouvrage de 1932 ne nous sont parvenus qu’au compte-gouttes. Maintenant que nous disposons de sa traduction anglaise, les lecteurs non germanistes pourront enfin apprécier l’ampleur et le caractère novateur des thèses de Stackelberg.

6Foundations of a Pure Cost Theory se compose de quatre chapitres qui s’articulent autour de la production (chapitre 1), des coûts en monoproduction (chapitre 2), des coûts en production jointe (chapitre 3) et de la structure de l’économie de marché (chapitre 4). Plus simplement, l’ouvrage aborde le lien entre les coûts, la production et les formes de marché. Cela fait écho au débat célèbre initié par Piero Sraffa dans l’Economic Journal, notamment à sa critique de l’approche marshallienne des relations entre coût et quantité produite, débat dans lequel en 1926 est soulevée la question de l’interdépendance des marchés. C’est d’ailleurs cet article qui marque l’origine de la « révolution » de la concurrence imparfaite. Pourtant, bien qu’il fasse référence aux auteurs précurseurs de ce type de questionnement (Cournot, Bertrand, Pareto et d’autres), Stackelberg ne cite aucunement Sraffa.

7Cet oubli, ou méconnaissance, n’enlève rien au sérieux et au caractère rigoureux de ses raisonnements s’appuyant sur le formalisme mathématique et la représentation graphique. Les différents résultats mis en valeur sont synthétisés en 39 propositions. Nous n’insisterons pas sur les résultats de l’ouvrage car une autre façon de mettre en perspective son contenu est de revenir sur certaines des idées ou intuitions qui y sont formulées et qui sont annonciatrices des développements futurs que va connaître la théorie économique. Ces intuitions suffisent à révéler la perspicacité de Stackelberg.

8Par exemple, en introduisant les concepts nécessaires à sa réflexion, Stackelberg établit une classification des formes de marché qu’il se propose d’étudier. C’est ainsi qu’il situe entre le monopole et le libre marché ce qu’il appelle « le marché modifié » (18) que l’on qualifierait aujourd’hui de concurrence imparfaite. Plus précisément, l’ouvrage traite de la libre concurrence, du monopole, du monopole bilatéral, du duopole et de l’oligopole (Stackelberg préférant parler de polyopole). Selon ces termes, le marché modifié correspond au cas le plus proche de la réalité et se caractérise (1) par une offre divisée entre plusieurs entreprises indépendantes les unes des autres, (2) par un prix unique découlant de la demande agrégée, (3) sachant que cette demande agrégée est répartie entre les différentes entreprises selon des proportions plus ou moins fixées. Il ajoute que ces proportions résultent de divers facteurs sociaux à l’image de l’habitude, de la réputation, de la publicité ou des relations personnelles. Les facteurs sociaux de Stackelberg sont à rapprocher des dépenses commerciales de Sraffa (1926) qui y incluait les dépenses de publicité, les facilités accordées aux clients et la représentation commerciale. Il n’examine pas ces éléments mais a parfaitement conscience de leur impact. C’est justement ce qu’il souligne lorsqu’il précise qu’une entreprise peut accroître ses ventes si elle engage des dépenses de publicité et qu’elle les verrait diminuer si elle ne maintenait pas la promotion de son produit. Or, ces éléments qui, selon Stackelberg, jouent un rôle majeur, ne constitueront de véritables programmes de recherche qu’à partir des années 1970-1980 : on parlera d’habitudes avec les modèles de routines et d’inertie, de réputation avec les modèles en information incomplète, de publicité avec les modèles de prix-limite et de différenciation par la qualité, et des relations personnelles avec les développements sur la confiance. Autant de thèmes qui continuent encore aujourd’hui de susciter des travaux.

9Dans les pages 91-92, Stackelberg propose une typologie du duopole (à un bien homogène) selon le comportement des entreprises. Il discerne trois cas de figure. Dans le premier, chacune des entreprises cherche à influencer l’offre de l’autre, auquel cas « un équilibre est impossible » et Stackelberg parle de duopole de Pareto. En fait, Stackelberg nomme duopole de Pareto ce que la littérature appelle plus communément le duopole de Bowley. Il y remédiera dans son ouvrage de 1934. Derrière l’idée de l’impossibilité d’un équilibre, il faut comprendre que l’équilibre est instable et non pas qu’il y a absence d’équilibre. Dans le deuxième, « chaque entreprise se comporte comme si elle était incapable d’influencer l’offre de l’autre et chacune d’elle l’accepte comme une donnée » ; un équilibre est alors possible et il correspond à un équilibre de Cournot. Enfin, le troisième cas décrit une situation où l’une des entreprises prend l’offre de l’autre comme une donnée tandis que cette dernière exploite sa concurrente pour obtenir une quantité qui lui procure un profit plus élevé ; là encore il est spécifié la possibilité d’un équilibre. Ces cas sont présentés sans aucune analyse mathématique, uniquement du point de vue de l’intuition. Le dernier cas n’est identifié à aucun concept d’équilibre dans le texte, et pourtant on y retrouve le principe de ce que l’on appellera par la suite l’équilibre de Stackelberg et que l’on fait remonter à son ouvrage de 1934. Ainsi, l’équilibre de Stackelberg trouve son intuition dans l’ouvrage de 1932 en attendant le formalisme qui en fera l’un des concepts les plus importants.

10Un autre point intéressant est une remarque toujours en rapport au duopole. Pour remédier au cas de figure où il y a instabilité de l’équilibre, Stackelberg suggère une solution selon les termes suivants : « les entreprises doivent en venir à se mettre d’accord et doivent compléter le mécanisme économique qui, dans ce cas, est insuffisant, par le recours à la politique économique » (92). Se dégage l’idée que les entreprises gagneraient à coopérer, et pour ce faire, il leur revient de se mettre d’accord en déterminant le moyen le plus à même d’y aboutir. Aucune théorie rigoureuse n’est avancée pour étayer cet aspect mais, à l’inverse de ses prédécesseurs, Stackelberg ne postule pas l’existence d’une entente mais note qu’il doit exister une façon de la construire car il est dans l’intérêt des entreprises d’atteindre une telle situation. Cela sous-tend l’idée de coalition dont le cadre formel ne tardera pas à être posé par Von Neumann et Morgenstern (1944). Le terme d’accord (agreement) employé par Stackelberg est par ailleurs caractéristique de la théorie des jeux coopératifs où les accords contractés sont irrévocables.

11En étudiant la dynamique au sein d’un secteur d’activité, Stackelberg relève que, en raison du progrès technique, la tendance est à l’accroissement de la taille des entreprises. Cela aurait pour conséquence une réduction du nombre d’entreprises de la branche considérée qui devrait mener à une situation d’oligopole. Selon lui, une telle évolution pourrait être ralentie, entre autres, par les habitudes, les asymétries informationnelles ou les difficultés de calcul. De nouveau, l’idée d’habitude revient, celle-ci étant synonyme d’inertie, à laquelle s’ajoute la question informationnelle ; ce qui n’est pas très éloigné de la notion de réputation précédemment rappelée. Ainsi, les mêmes arguments sont de nouveau adoptés pour justifier ce qui ne ressort pas du calcul. Ce n’est pas le fait qu’ils soient introduits de façon ad hoc qui est ici marquant, mais l’insistance de Stackelberg à y recourir, nous stipulant implicitement que l’on ne peut s’en passer, même s’il n’avait pas l’idée d’un formalisme en mesure de les saisir. En ce sens, il ne se trompait pas comme le montreront les développements à venir de la théorie économique. En outre, s’appuyer sur l’argument des difficultés de calcul quand tout l’ouvrage repose sur la maximisation du profit, c’est soit admettre la possibilité d’une autre règle de décision, soit faire indirectement référence à la question de l’incertitude. Dans un cas comme dans l’autre, son propos a encore un caractère prémonitoire.

12De façon générale, les intuitions ne font pas défaut et soulignent tout l’intérêt de cet ouvrage dont les historiens de la pensée ne manqueront pas de se saisir pour le resituer dans les débats liés à la concurrence imparfaite. Quand on pense que cet ouvrage est le fruit d’une Thèse de doctorat, rédigée de façon limpide, toute en cohérence, avec de nombreux résultats et sur seulement 131 pages (dans sa version originale), on ne peut être qu’admiratif face à une telle réalisation.

Haut de page

Bibliographie

Baumgärtner, Stefan. 2001. Heinrich von Stackelberg on joint production. European Journal of the History of Economic Thought, 8(4) : 509-525.

Heertje, Arnold. 1996. On Stackelberg’s oligopoly theory. Journal of Economic Studies, 23(5/6) : 48-57.

Hicks, John Richard. 1935. Annual survey of economic theory: the theory of monopoly. Econometrica, 3(1) : 1-20.

Sraffa, Pierro. 1926. The laws of returns under competitive conditions. Economic journal, 36(144) : 535-550.

Tinbergen, Jan. 1934. Annual survey of significant developments in general economic theory. Econometrica, 2(1) : 13-36.

Von Neumann, John et Oskar Morgenstern. 1944. Theory of Games and Economic Behavior. Princeton: Princeton University Press.

Von Stackelberg, Heinrich. 1934. Marktform und gleichgewicht. Wien: Springer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tarik Tazdaït, « Heinrich von Stackelberg, Foundations of a pure cost theory », Œconomia, 4-2 | 2014, 255-259.

Référence électronique

Tarik Tazdaït, « Heinrich von Stackelberg, Foundations of a pure cost theory », Œconomia [En ligne], 4-2 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 22 juin 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/376

Haut de page

Auteur

Tarik Tazdaït

CIRED – CNRS – EHESS – Ecole des Ponts ParisTech. tazdait@centre-cired.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org