Navigation – Plan du site
Revue des livres

Ragip Ege et Herrade Igersheim (eds), Freedom and Happiness in Economic Thought and Philosophy, From Clash to Reconciliation

Pierre Garrouste
p. 323-330
Référence(s) :

Ragip Ege et Herrade Igersheim (eds), Freedom and Happiness in Economic Thought and Philosophy, From Clash to Reconciliation, Abingdon : Routledge, 2011, 302 pages, ISBN: 978-0415579483

Texte intégral

1L’ouvrage collectif édité par Ragip Ege et Herrade Igersheim est d’un très grand intérêt. Il propose, c’est son premier objectif, d’évaluer la pertinence et les conséquences de la distinction faite par Rawls entre libéralisme du bonheur et libéralisme de la liberté. Le premier, le libéralisme du bonheur, est celui qui est proposé par l’utilitarisme (le plus grand bonheur du plus grand nombre) alors que le second affirme que le principe premier du libéralisme est la liberté (politique et civile). Du côté du libéralisme du bonheur, on compte généralement Bentham, Mill père, ou encore Sidgwick, tandis que Kant, Hegel, Mill fils défendraient le libéralisme de la liberté. Rawls se réclame lui-même du libéralisme de la liberté. Le second objectif de l’ouvrage est d’opérer une réconciliation entre ces deux notions. Il est divisé en trois parties. Dans la première, Freedom and happiness in the light of the Rawlsian opposition, les différents auteurs essayent d’évaluer l’origine et la pertinence de la position de Rawls en se référant à la lecture que ce dernier fait des auteurs dont il s’inspire ou qu’il critique. Dans la deuxième, Freedom and happiness in other traditions of liberalism, toward a reconciliation, les différents chapitres présentent des auteurs qui n’ont pas nécessairement de lien direct avec la distinction de Rawls mais qui présentent l’intérêt d’éclairer l’analyse du libéralisme, et in fine de proposer une approche alternative à celle de Rawls. La troisième partie, Freedom, happiness and preferences, applied analysis regroupe des chapitres qui s’appuient sur des éléments plus ‘contemporains’ en matière d’analyse économique.

2La lecture de ce livre demande beaucoup de concentration, tant les différentes contributions sont riches et synthétiques. Tous les auteurs, qui sont d’éminents spécialistes de leurs domaines, ont en effet relevé le défi suivant : comment, dans une moyenne de dix sept pages, exposer un argumentaire clair sur un sujet difficile, en étant tout à la fois concis et précis. C’est, je crois, ce qui rend cet ouvrage remarquable, et les auteurs comme les éditeurs doivent en être remerciés.

3La première partie comprend cinq articles dédiés à différents économistes et philosophes auxquels Rawls se réfère ou qui ont inspiré son œuvre.

4Rima Hawi, dans « Rawls the reconstruction of a democratic thought », évalue les influences ‘utilitaristes’ de Rawls. Elle montre que Rawls se démarque des fondateurs de l’utilitarisme tels que Hume, ou encore Sidgwick. Elle détermine ensuite les limites que Rawls développe quant à la possibilité de recourir à l’idée que la théorie du contrat social pourrait être une solution aux limites de l’utilitarisme. Elle montre enfin que Rawls s’inspire et se démarque des thèses de Mill, Kant ou encore Hegel pour fonder le libéralisme de la liberté. Ce chapitre éclaire parfaitement l’origine de la distinction faite par Rawls entre le libéralisme du bonheur et libéralisme de la liberté.

5Dans « Hume’s Treatise of Human Nature and ‘liberalism of freedom’ », Daniel Diatkine commence par l’étude d’un anachronisme : l’utilisation de la notion de libéralisme pour caractériser la conception humienne alors que ce mot n’existait pas à son époque. Il montre ensuite que la théorie de la justice de Hume ne peut être pensée qu’à partir de la notion d’artifice. La notion de promesse est, dans cette perspective, centrale, alors même que les individus n’ont aucun intérêt à respecter leurs promesses. Daniel Diatkine conclut sur l’idée que seul le sentiment de culpabilité permet d’expliquer que les individus respectent leurs engagements. Cette idée a d’ailleurs été développée par l’analyse économique et tend à être validée par l’économie expérimentale.

6Jean-Daniel Boyer et Charlotte Le Chapelain, dans « Smith and Condorcet on instruction and the Rawlsian opposition », défendent l’idée que, si Smith et Condorcet peuvent être considérés comme porteurs d’une conception du libéralisme de la liberté, c’est au risque de simplifications excessives. Le libéralisme de Smith est indissociable de l'existence d’une instruction publique et d’une justice impartiale et celui de Condorcet est également un libéralisme du bonheur. Pour Condorcet, si les individus sont inégaux au regard de leurs talents, ils doivent être égaux au regard de leurs droits naturels. L’instruction est un moyen de garantir cette égalité, d’une part en donnant aux moins talentueux les connaissances minimales leur permettant d’échapper à la domination des plus talentueux, d’autre part en produisant des connaissances scientifiques qui engendrent le progrès économique.

7Pour Smith, on sait que la division du travail peut entraîner la stupidité des individus. Ce phénomène doit être corrigé par l’instruction publique, qui devra donner des connaissances minimales aux individus, garantir leur capacité mentale et participer à leur éducation morale. Quant à la liberté et à la justice, l’État doit les garantir toutes deux mais son intervention doit être minimale et impartiale. De ce fait, l’instruction publique doit être décentralisée (et non centralisée). Condorcet, à l’opposé, est partisan d’un système d’instruction publique national organisé de façon pyramidale.

8Nathalie Sigot signe « John Stuart Mill and Jeremy Bentham, between the liberalism of freedom and the liberalism of happiness ». Elle propose de comparer les utilitarismes de Bentham et de Mill pour tenter de résoudre l’hésitation de Rawls quand à la classification des deux auteurs dans les ‘catégories’ du libéralisme. Rawls, en effet considère que Bentham est porteur d’un libéralisme de la liberté quand Mill est un libéral du bonheur. Elle montre que si les deux auteurs ont des conceptions proches de la sphère privée, ils diffèrent quant à leur représentation de la nature humaine : Bentham considère que les individus peuvent changer leurs comportements, mais qu’ils ne peuvent changer leur nature, tandis que pour Mill – à travers la notion de ‘progressive being’ – les individus peuvent changer leur nature.

9Dans « Is Jevons a liberal of happiness ? », Pelin Sekerler Richiardi compare les conceptions de Bentham et de Jevons en matière d’utilitarisme et de libéralisme. Elle montre que Jevons reprend à son compte la définition benthamienne de la notion d’utilité tout en prenant soin de distinguer ce qui relève, dans les plaisirs et les peines, de l’économie d'une part et des sciences morales d'autre part. Sur cette base, Jevons peut alors appliquer le raisonnement mathématique en privilégiant, dans un premier temps, les dimensions quantitatives (intensité et durée) de l’utilité. Quand il passe du bien-être économique collectif à l’utilité sociale et à la réforme sociale, Jevons resterait fidèle aux conceptions de Bentham. Pour Jevons en effet, la redistribution se justifie si la perte d’utilité pour celui (le riche) à qui l’on prélève une part du revenu est compensée par le gain d’utilité pour celui (le pauvre) qui voit son revenu augmenter. Jevons met également en évidence l’existence de biens qui peuvent multiplier l’utilité (biens publics) – il prend l’exemple des bibliothèques publiques – ou engendrer des retombées (spillover) en termes d’éducation (pour les bibliothèques), ce qui est source de réduction de la pauvreté (Pelin Sekerler Richiardi parle à ce propos d’externalités intertemporelles). Enfin, même si la liberté est une condition au bonheur, elle peut le contrarier (le travail des femmes les empêche d’élever correctement leurs enfants). Cependant, liberté et bonheur peuvent être réconciliés grâce à l’intervention de l’Etat.

10Dans la deuxième partie, les auteurs présentent des traditions qui ne sont pas nécessairement liées directement à l’œuvre de Rawls.

11Karl-Heinz Schmidt, dans « German Historical School and the question of liberalism » s’interroge sur le rôle de l’Ecole Historique Allemande dans la mise en place d’un système de sécurité sociale en Allemagne. Il montre que l’Ancienne et la Nouvelle Ecole Historique Allemande ont activement participé aux débats sur la question sociale et le problème du travail. Schmoller, Schäffle et Wagner ont été parmi les plus actifs avec des avis différents sur les solutions à apporter à ces problèmes. La création de la Verein für Socialpolitik (Association pour une Politique Sociale) en octobre 1873, puis les conférences régulières qu’elle a organisées ont permis de confronter les positions et de tenter leur rapprochement. Ces débats ont fortement inspiré les lois (1883, 1884 et 1889) constitutives d’un nouveau système d’assurance sociale sous l’égide de l’empereur et de son chancelier Otto von Bismark. Même si on aurait préféré que les citations en allemand soient traduites en anglais, Karl-Heinz Schmidt met bien en évidence le rôle de l’Ecole Historique Allemande dans la constitution d’un système d’assurance sociale, tout en laissant ouverte le rattachement des auteurs de cette Ecole au libéralisme du bonheur ou du libéralisme de la liberté.

12Shirine Saberan, dans « On the liberalism of Walras », a pour ambition de montrer qu’une lecture de Walras fondée sur la différence entre justice distributive et justice commutative permet de réconcilier les deux formes de libéralisme rawlsien (du bonheur et de la liberté). Selon elle, à partir de la notion de bien en s’appuyant sur la différence entre justice distributive et justice commutative, on peut définir les éléments d’un libéralisme de la liberté chez Walras. Si on introduit la notion d’utilité, alors on peut montrer que Walras développe un libéralisme du bonheur. Elle conclut en argumentant de façon convaincante qu’in fine Walras est partisan d’un socialisme du bonheur.

13Dans « Balancing freedom and order, the liberalism of Adolph Lowe », Harald Hagemann, montre que le libéralisme social de Lowe ne peut s’expliquer sans référence à sa biographie. Inspiré à la fois par Marx et Schumpeter, il tente de répondre à la question : comment des cycles sont-ils possibles ? Pour ce faire, alors qu’Hayek fonde son analyse du cycle sur l’existence d’un système d'interdépendances verticales de la structure de production, Lowe met l’accent sur des interdépendances horizontales. La montée du fascisme l’oblige à émigrer en Angleterre d’où il partira pour les Etats-Unis en 1940, et provoque un changement considérable dans son programme de recherche, changement consacré par son ouvrage Economics and Sociology (1935) dans lequel il défend l’interdisciplinarité dans les sciences sociales. À partir d’une comparaison entre l’Allemagne et la Grande-Bretagne, Lowe tente ensuite de montrer que la social-démocratie est la forme la plus favorable socialement et politiquement. Pour Harald Hagemann, le libéralisme de Lowe est clairement un libéralisme de la liberté au sens de Rawls.

14Riccardo Soliani, dans « Some notes about Croce and Einaudi on liberismo and liberalismo », poursuit un double objectif ; d’une part, reconstruire le débat entre les deux intellectuels, et d’autre part, mettre en évidence les liens entre les notions présentées par les deux penseurs et celles de libéralisme de la liberté et libéralisme du bonheur de Rawls. Pour Benedetto Croce, le libéralisme est compatible avec différents systèmes économiques. Pour lui, la liberté est identifiée à la dignité humaine. De fait, si le liberismo est une catégorie de l’économie politique, le liberalismo est du domaine de la philosophie. De ce fait, le premier renvoie au monde de la quantité, le second à celui de la qualité et de l’esprit. Pour Einaudi, au contraire, sans liberté économique pas de libéralisme (au sens de liberalismo). Il défend l’idée que sans droit de propriété individuelle le libéralisme est impossible car le développement humain est alors contraint. De ce fait le capitalisme monopoliste tout comme le communisme sont des ennemis de la liberté car ils contraignent le comportement humain. Pour Riccardo Soliani il existe une grande proximité entre le liberismo et le libéralisme du bonheur d’une part et le liberalismo et le libéralisme de la liberté de l’autre. Il considère que pour Einaudi, le libéralisme du bonheur est un préalable nécessaire au libéralisme de la liberté.

15Dans « Liberty and independence, Rousseau’s real freedom examined », Jimena Hurtado montre qu’en utilisant la notion rousseauiste de liberté, les notions d’autorité et de liberté ne sont pas antagonistes. Elle appuie son argumentaire sur l’analyse faite par Brint du ‘dialogue’ entre Constant et Rousseau. Jimena Hurtado montre que la notion de liberté réelle n’est pas synonyme d’indépendance dans la mesure où cette liberté doit être défendue par la société. L’être humain est donc dépendant, pour satisfaire ses besoins, de la société dans laquelle il vit et qui lui permet alors d’être libre. Cette liberté n’est pas réductible à la liberté politique ou la liberté de choix. Elle est fondamentalement liée à la reconnaissance de la dépendance nécessaire de tout être humain.

16Ragig Ege et Benoît Walraevens reviennent dans « G.W.F. Hegel, toward a reconciliation » sur l’idée de Rawls selon laquelle le libéralisme d’Hegel est un libéralisme de la liberté. Pour eux, même si Hegel insiste sur le fait que le politique (l’Etat) domine l’économique (la société civile), cela ne signifie pas qu’il ne considère pas la société commerciale comme un élément essentiel de la défense du bonheur humain. Pour Hegel, lecteur attentif des économistes anglo-saxons, le passage du particulier à l’universel est réalisé par l’activité des hommes mais sans qu’ils en aient conscience. Cette explication de la Main Invisible conduit Hegel à une redéfinition de la division du travail qui oblige l’homme à vivre en communauté. À travers l’analyse des relations entre l’Etat et la société civile qui renvoient à deux réalités différentes, Ragig Ege et Benoît Walraevens montrent que, si Hegel est un défenseur du libéralisme de la liberté, il ne faut pas en conclure que la défense du bonheur n’est pas un élément essentiel de son œuvre.

17La troisième et dernière partie est plus théorique, au sens où les auteurs s’attachent à utiliser les outils les plus récents de l’analyse économique.

18« Interpersonal comparisons with or without formal welfarism » permet à Claude d’Aspremont d’effectuer un certain nombre de précisions concernant la théorie du choix social. Il distingue la prise de décision collective, par exemple le vote, de l’évaluation des états sociaux, dont l’économie du bien-être est une illustration. Cette seconde branche est liée à la distinction entre le bon (good) et le juste (right). Sur cette base, Claude d’Aspremont propose une typologie des approches en matière de théorie du choix social. Ce que l’auteur entreprend ensuite, de façon très convaincante, est de construire une approche unifiée qui permette d’étudier les deux types de théorie et de montrer que le Principe de Différence de Rawls peut être analysé du point de vue du welfarisme formel tout comme peut l’être l’utilitarisme, et ce même si l’approche de Rawls exige que soit satisfaites les conditions d’ordinalité et de comparabilité.

19André Lapidus, dans « The possibility of a welfare policy in a world of emotion-driven individuals, a Humean point of view » s’interroge sur la possibilité de mettre en place une action politique qui résolve le fossé existant chez Hume entre la décision et la passion. En effet si l’individu peut décider et agir en étant mu par ses émotions alors il se peut que sa décision soit sous-optimale. Il est alors possible, dans un cadre humien, qu’en toute connaissance de cause un individu décide de ne pas obtenir son maximum de bonheur. Le problème de la maîtrise de la relation entre passion et bonheur vient de ce que cette relation est telle qu’elle constitue une fonction croissante puis décroissante, de même que la relation entre passion et plaisir. La condition pour qu’une autorité publique résolve ce problème serait alors qu’il ait un contrôle sur les conséquences des choix des individus, ce qui supposerait un contrôle sur la part émotionnelle de ces choix. La solution est alors de développer l’éducation et le ‘raffinement dans les arts’ de façon à ‘tranquilliser’ les individus, c'est-à-dire limiter la force des émotions.

20Dans « On rights and social choice » Maurice Salles revient sur le théorème de Sen qui stipule que la forme faible de la rationalité collective (absence de cycle dans l’ordre des préférences pour les états sociaux), le principe de pareto-optimalité faible, et la condition de libéralisme minimal (un individu peut être décisif dans l’ordre des préférences pour les états sociaux quel que soit cet ordre pour un autre individu) sont en conflit. En d’autres termes, il est impossible dans le cadre du welfarisme, fondé sur l’idée que la seule information pertinente pour définir un jugement normatif concerne l’utilité, de définir une fonction de choix social. Maurice Salles introduit une condition de libéralisme minimal limité, c'est-à-dire de véto partiel et plus faible que celle de Sen. Ceci lui permet de retrouver le théorème d’impossibilité de Sen à ceci près qu’au moins deux états sociaux (sur au moins quatre) pour lesquels les préférences des individus divergent ne sont pas les mêmes.

21Caroline Guibet Lafaye et Emmanuel Picavet cosignent « Do we gain from exchange at all? On some lessons drawn from Rousseau ». Ils reviennent sur la thèse d’une incompatibilité pour Rousseau entre le marché libre et le bien-être des individus. Les échanges monétaires provoquent en effet à la fois prospérité et ruine comme Rousseau l’écrit dans le projet de constitution pour la Corse. Caroline Guibet Lafaye et Emmanuel Picavet montrent que pour Rousseau l’augmentation inconsidérée des échanges entraîne amour de soi et envie dans la mesure où les préférences sont variables et donc sont susceptibles de changer si les interactions économiques et sociales changent.

22Claire Pignol propose une lecture originale des Choses de Georges Perec. Dans « Can metaranking express the misfortune of consumption ? A discussion of Things by G. Perec » elle montre que la notion de métaclassement (metaranking) due à Sen et reprise par Hirschman, contrairement à l’interprétation de Galbraith, est de nature à rendre compte du phénomène de changement des préférences introduit par Perec. Elle montre que dans Les choses, la frustration, l’impossible satiété, l’impossibilité de choisir sont les conséquences de l’augmentation effrénée de la quantité de biens disponibles. Claire Pignol discute ensuite la proximité nuancée entre l’analyse de Perec et la notion de métaclassement, c'est-à-dire un classement sur les classements des préférences.

23Antoinette Baujard et Herrade Igersheim co-écrivent « Reconstructing preferences in a voting context, some clues from experimental data on voting rules ». Elles reprennent l’idée présentée par Claire Pignol de métaclassement en utilisant des données expérimentales de vote. L’idée est de mettre en évidence les effets des procédures de vote sur les préférences individuelles. Antoinette Baujard et Herrade Igersheim montrent l’existence de deux effets, le filtrage et l’endogénéité, le premier étant lié à l’information requise pour une procédure de vote donnée, le second renvoyant à la modification des préférences des individus une fois traduites dans un bulletin de vote. Après avoir montré l’existence de ces deux effets dans des expériences de votes par évaluation et par approbation, elles comparent les effets de filtrage et d’endogénéité pour ces procédures de vote.

24Dans « Metaranking as reconciliation » Ragip Ege et Herrade Igersheim concluent cet ouvrage en insistant sur l’objectif de ce livre : révéler le caractère concret d’une réconciliation entre le libéralisme de la liberté et le libéralisme du bonheur. Ils montrent que cette réconciliation passe par la mobilisation de la notion de métaclassement.

25Pour finir, les économistes spécialistes de la théorie du choix social, de la justice, de l’histoire de la pensée économique, ou encore les philosophes, trouveront un intérêt incontestable à cet ouvrage.

26Cet avis peut être cependant légèrement nuancé par le caractère assez éclectique de ce livre. L’articulation libéralisme du bonheur et de la liberté apparaît parfois comme un prétexte permettant de justifier la présence de ces articles d’un grand intérêt au sein d’un ouvrage commun. Chacun des chapitres aurait en effet pu faire l’objet d’une publication dans une très bonne revue. Quoi qu’il en soit, cet ouvrage est d’une grande qualité scientifique et mérite l’attention.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Garrouste, « Ragip Ege et Herrade Igersheim (eds), Freedom and Happiness in Economic Thought and Philosophy, From Clash to Reconciliation », Œconomia, 3-2 | 2013, 323-330.

Référence électronique

Pierre Garrouste, « Ragip Ege et Herrade Igersheim (eds), Freedom and Happiness in Economic Thought and Philosophy, From Clash to Reconciliation », Œconomia [En ligne], 3-2 | 2013, mis en ligne le 30 janvier 2014, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/310

Haut de page

Auteur

Pierre Garrouste

Université de Nice-Sophia Antipolis et GREDEG (CNRS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org