Navigation – Plan du site
Time in Economics, part II

Futurité, la temporalité économique chez J. R. Commons

Futurity: Economic Temporality According to J. R. Commons
Jean-Jacques Gislain
p. 239-270

Résumés

J. R. Commons propose une conception originale de la temporalité économique fondée sur le principe de futurité. C’est une contribution majeure à l’analyse économique. Dans une première section, le principe de futurité sera présenté dans sa généralité. Dans la suivante, sera examiné comment ce principe est au fondement de la théorie commonsienne de l’action économique. Ensuite, une section sera consacrée au contenu institutionnel de la futurité ordonnant l’activité économique. Enfin, sera mis en évidence le rôle fondamental que joue la futurité dans la caractérisation de la forme la plus moderne du capital et correspondant à l’expression plénière du capitalisme : le capital intangible.

Haut de page

Texte intégral

La futurité est le principe le plus important de l’économie. (Commons, 1934b, 125)

  • 1 La pluralité est bien analytique car, par exemple, « le principe de futurité est séparable en pensé (...)
  • 2 Les cinq principes deviennent alors des « hypothèses logiques, faites dans le but d’atteindre une i (...)

1Dans son autobiographie, John Rogers Commons (1862-1945) nous dit que c’est en 1907 que lui est venue l’idée de la futurité comme principe le plus important de l’économie et donc de la science économique (1934b, 125). Mais ce n’est qu’en novembre 1924, quelque temps après la publication de Legal Foundations of Capitalism (1924a), que Commons propose, dans un manuscrit (1924b), la notion de futurité. C’est aussi dans ce manuscrit que la problématique centrale d’Institutional Economic (1934a) est inaugurée. En effet, Commons y présente les quatre fonctions à l’œuvre dans la réalité économique et donc composantes de la science économique : l’efficacité, la rareté, la futurité et la coutume. L’année suivante, Commons (1925a, 1925b) ajoute une cinquième fonction – la catégorie de fonction devenant maintenant celle de principe – la souveraineté. Quelques mois plus tard, Commons (1926) propose de différencier, d’une part, ce qu’est, en particulier, une théorie économique analytique se fondant uniquement sur un seul de ces principes, d’autre part, ce qu’est, en général, la théorie économique fonctionnelle synthétisant les diverses analyses économiques fondées respectivement sur l’un ou l’autre des cinq principes. Ce projet d’élaboration d’une théorie économique englobante, bien que analytiquement plurielle1 et à causalités multiples, prendra le nom de théorie économique institutionnaliste dans la version finale de Institutional Economic en 1934. Ces cinq principes seront aussi à la base du mode d’exposition que Commons reprendra dans son dernier ouvrage (1939, 1950)2.

  • 3 Sur les contributions analytiques de Commons fondées sur l’ensemble de ces divers principes, et en (...)

2Pour Commons, les théories économiques passées se sont essentiellement construites sur les deux premiers principes. Le principe d’efficacité a été au fondement de l’analyse économique des classiques, d’A. Smith à K. Marx, et celui de rareté de l’analyse néoclassique (Commons, 1934b, 125). Il reste donc les trois autres types d’analyse fondés respectivement sur les principes de coutume, de futurité et de souveraineté pour compléter la totalité de la théorie économique institutionnaliste. Dans le cade restreint de cet article, nous nous intéresserons spécifiquement au principe de futurité, celui-ci étant pour Commons le principe de temporalité spécifique à l’économie et donc à son étude3.

  • 4 De façon plus générale, l’intégration de la temporalité dans les sciences sociales pose de nombreus (...)

3En introduisant ce principe de futurité et les analyses qui en découlent, Commons offre-t-il une contribution significative à la compréhension de l’activité économique ? La réponse à cette question est relative à l’état de la connaissance dans ce domaine à l’époque de Commons et encore de nos jours. La prise en compte du « temps » dans les théories économiques a posé et pose encore de nombreuses difficultés méthodologiques (Mouchot, 1978)4.

4L’approche néoclassique de la temporalité se heurte à l’une de ses hypothèses fondamentales concernant sa théorie de l’action : le postulat de rationalité de l’homo oeconomicus se projetant dans l’avenir grâce à sa capacité d’anticipation rationnelle. Comme le souligne J-P. Dupuy, au cœur de cette approche réside une aporie : « les agents économiques sont supposés se déterminer par rapport à un avenir plus ou moins parfaitement connu mais qu’ils supposent donné, alors même que ce sont eux qui le déterminent » ; et ainsi, « il faut supposer des agents se voyant en position de décider, donc, d’une manière ou d’une autre, d’influer sur le cours des évènements, alors qu’ils croient que l’avenir est déjà inscrit quelque part » (Dupuy, 1991, 98). De plus, il faut supposer que « tous les agents adhèrent à une seule et même vision de l’économie, en clair qu’ils sont tous néoclassiques et qu’il n’y a en définitive qu’une façon de raisonner juste en économie, selon les préceptes néoclassiques » (Parent, 2013, 95). De son côté, l’approche d’inspiration keynésienne se heurte au principe d’incertitude radicale lorsqu’il est question d’analyser comment les « esprits animaux » des acteurs économiques se comportent en situation intertemporelle. Certes, des contributions intéressantes ont été proposées dans cette optique (Shackle, 1957, 1964) mais sans vraiment déboucher sur une théorie de l’action économique satisfaisante du fait même de l’existence jugée incontournable de cette incertitude radicale. Pour leur part, les approches structuralistes, adoptant essentiellement une méthodologie holiste évacuant la problématique de la théorie de l’action économique, se centrent sur la dimension d’historicité du temps économique et son caractère d’irréversibilité (Boyer et al., 1991). En procédant de la sorte, ce genre d’approche se trouve confronté à une alternative : soit accepter l’existence de déterminismes qui guident cette historicité (lois historiques du mode production, sentiers de dépendance, etc.) et dans ce cas l’analyse économique est de l’histoire économique rétrospective et prospective en fonction de ce que nous connaissons présentement de ces déterminismes ; soit accepter qu’il n’y a pas de déterminisme historique (les approches évolutionniste, néo-schumpeterienne, etc.), mais dans ce cas le paradigme qui s’impose n’est plus celui de l’histoire mais celui de la biologie et de sa temporalité spécifique faite de variation et de sélection. Ces deux types d’approche ne sont pas inintéressants, notamment concernant l’analyse de très long terme, mais elles font l’impasse sur la temporalité propre de l’activité économique individuelle, celle-ci étant subsumée par des logiques historiques ou évolutionnistes.

5Face à ces difficultés, nous nous proposons de montrer que l’introduction par Commons d’une conception originale de la temporalité économique fondée sur le principe de futurité est une contribution majeure à l’analyse économique. Dans cette optique, dans une première section, le principe de futurité sera présenté dans sa généralité. Dans la suivante sera examiné comment ce principe est au fondement de la théorie commonsienne de l’action économique. Ensuite, une section sera consacrée au contenu institutionnel de la futurité ordonnant l’activité économique. Enfin, sera mis en évidence le rôle fondamental que joue la futurité dans la caractérisation de la forme la plus moderne du capital et correspondant à l’expression plénière du capitalisme : le capital intangible.

1. Le principe de futurité

  • 5 En français le mot « futurité » est peu utilisé, sauf parfois dans la philosophie phénoménologique. (...)
  • 6 « C’est simplement un cas spécial du principe d’anticipation, ou de prévision, que nous nommons le (...)

6Fidèle à une longue tradition quant à la hiérarchie des catégories théoriques, Commons classe le principe au-dessus du concept et lui accorde donc un ordre de généralité plus important. Commons donne au principe de futurité une grande place dans la théorie institutionnaliste en lui consacrant plus de deux cent cinquante pages sur les neuf cents d’Institutional Economics (1934a). Le principe de futurité est celui qui introduit dans la théorie institutionnaliste la dimension de l’analyse économique liée à la temporalité de l’activité humaine et sa causalité propre. Commons ne nie pas que le temps a un sens chronologique selon la flèche rectiligne orientée passé-présent-futur, il remet en question le sens de la causalité spécifiquement inscrite dans la temporalité de l’activité humaine. Alors que pour les faits physiques, la temporalité et la causalité ont le même sens, en revanche, concernant l’activité humaine, et en particulier l’activité économique, la causalité à l’œuvre dans la temporalité est différente. Elle a un sens orienté selon une flèche en boucle passé-futurité-présent. Le passé génère une futurité qui conditionne l’activité présente orientée vers le futur. En termes de causalité, le passé a pour effet la futurité qui est la cause du présent. Pour l’activité humaine, la futurité5 n’est pas le futur, celui-ci étant par définition incertain ou inconnu, mais ce que les humains savent, plus ou moins raisonnablement, et subissent, de façon plus ou moins contraignante ou libératrice, comme futur envisageable pour leur activité6, c’est-à-dire « le monde du futur incertain de l’économie institutionnelle » (1931, 657). Quelle est la raison de cette spécificité humaine de la causalité temporelle appliquée à l’activité ?

7Dans une optique très darwinienne, Commons l’attribue à la nécessité de la survie. Alors que les animaux ont des instincts qui les guident dans cette activité de survie, les humains n’ont que leur volonté et le cadre institutionnel plus ou moins sécurisé dans lequel cette volonté se déploie intentionnellement. Ce sont ces deux angles d’étude complémentaires, d’une part, celui s’attachant à la volition humaine s’inscrivant dans la futurité comme déterminant de l’activité présente, d’autre part, celui concernant les institutions composant la futurité, qui constituent le cadre analytique commonsien de la temporalité en économie. Ce sont ces deux angles d’étude, en lien avec le principe de futurité, qui conduisent respectivement à une théorie de l’action économique et à une théorie des institutions économiques, et que nous allons présenter dans les deux prochaines sections. Mais avant cela, il nous parait nécessaire de présenter comment Commons en est arrivé à une telle conception de la temporalité de l’activité économique. Deux sources principales peuvent être évoquées, celle des économistes qui l’ont précédé dans cette voie et celle de la philosophie pragmatiste.

8Commons considère que les théories économiques passées ont évolué concernant leur conception de la temporalité et ainsi « à la grande différence de celui de la science physique, le concept de temps en science économique s’est déplacé depuis le temps passé de la théorie classique et communiste vers le temps présent de la théorie hédoniste, jusqu’à devenir le temps futur de l’attente, des risques, des objectifs et de la planification » (1934a, 389). Les théories économiques dont la temporalité s’appuie sur le principe des causes finales, paraissent à Commons les plus intéressantes, en particulier les théories d’origine autrichienne. Très tôt dans son parcours intellectuel, Commons (1893) reconnaît la pertinence de la conception du temps économique proposé par Eugen von Böhm Bawerk (1888). Il considère que c’est grâce à lui « que le temps futur a acquis une position réellement fonctionnelle dans la théorie économique » (1925a, 377), en particulier, parce qu’il a élaboré « l’idée de la valeur décroissante actuelle des biens futurs » (1934a, 16). Toutefois, il lui reproche de n’avoir pas complètement exploité l’idée de la temporalité spécifique en économie en conservant une conception trop matérielle du capital (1925a, 377).

  • 7 Sur la convergence en termes de réformes monétaires entre Commons et I. Fisher, voir W. J. Barber ( (...)

9En 1907, Commons se déclare en faveur de la position d’Irving Fisher concernant la conception du capital. Commons critique la vision de l’économie politique orthodoxe qui considère que le capital est un stock et que sa valeur est son coût de remplacement. Il est en faveur, à l’exemple d’I. Fisher (1906), de la vision de l’économie des affaires (business economics) qui appréhende le capital dans sa capacité à générer des revenus futurs et dont la valeur est la capitalisation de ces revenus (1907, 121). Mais en 1924, Commons considère que si « Irving Fisher a parfaitement démontré la proposition selon laquelle le ‘capital’ est la valeur actualisée du revenu net anticipé, en revanche, sa notion première de la propriété comme étant des choses physiques détenues pour sa propre utilisation par un propriétaire, l’a égaré en attribuant la source de ce revenu à des choses physiques » (1924a, 168)7.

10L’économiste qui l’a le plus influencé dans sa conception de la temporalité économique, reconnaît Commons, est Henry Dunning MacLeod (1856, 1867). Il lui attribue la paternité d’avoir « entièrement séparé la propriété de sa matérialité et d’avoir construit son système sur la négociabilité des dettes résultant de l’aliénation ou de l’acquisition de la propriété » (1933, 92). De plus, MacLeod a été le premier à « caractériser le ‘présent’ comme un point zéro mobile entre le futur avenir et le passé révolu » (1933, 94) et, de la sorte, à distinguer, dans son économie de la négociabilité des dettes, la spécificité du capital incorporel (incorporeal property). Un premier pas, selon Commons, pour concevoir que « la propriété est la futurité institutionnelle (property is institutional futurity) » (1933, 95) ou encore que « la futurité est l’essence du versant propriétaire de la marchandise » (1934a, 394). Toutefois, Commons reproche à MacLeod d’avoir commis la faute de conserver encore un certain fondement matériel à sa notion de dette (1933, 93).

  • 8 « L’hypothèse de nomenclature revient à supposer possible une description d’un ensemble de choses, (...)
  • 9 « Böhm-Bawerk surchargea sa futurité subjective de concepts technologiques d’efficience, tout comme (...)
  • 10 « Le temps n’existe pas dans l’objet d’étude des sciences physiques. Il est placé là par l’expérien (...)
  • 11 C’est en ce sens que Commons utilise fréquemment le terme d’ « économie propriétarienne » (propriet (...)

11En somme, Commons reproche à ces précurseurs de ne pas s’être suffisamment détachés de l’hypothèse de nomenclature8, en particulier, de ne pas avoir compris qu’avec le principe de futurité la propriété et le capital pouvaient se détacher de toute matérialité9. Et ce détachement a pour origine la spécificité du temps pour l’activité humaine10. Alors que, d’un point de vue matériel, le temps est le même au passé, au présent et au futur pour les sciences physiques, en revanche, pour les sciences sociales, et en particulier pour l’économie, une différenciation du temps s’opère entre, d’une part, le temps présent et passé qui s’inscrit dans la matérialité de ce qui est ou a été, d’autre part, le temps de la futurité qui lui s’inscrit dans les projections dans le futur, de ce qui sera(pas) si les anticipations (ne)sont(pas) réalisées. Dans le passé et le présent, les objets économiques sont des marchandises, objet de l’analyse économique orthodoxe, dans la futurité ce sont des propriétés, objet de l’économie institutionnaliste11. Ainsi pour Commons :

Les biens matériels sont de simples accumulations physiques du passé jusqu’au point présent du temps. Ils n’existent pas en tant que propriété ou valeur pour l’être humain jusqu’à ce que, à partir du point présent du temps, une futurité leur soit attribuée. Car la propriété (propriété corporelle ou incorporelle) est toujours un droit présent à un usage ou une vente futurs de biens matériels, immédiatement ou reportés dans le futur. Les biens matériels, en tant que simples existences physiques, sont toujours dans le passé. Ils n’ont en eux-mêmes pas de futurité. Mais la propriété et l’évaluation de ces biens matériels regardent toujours vers le futur. Les deux sont séparés par un point mobile du temps, le présent, instant où les biens matériels finissent, parce qu’ils n’ont pas d’anticipations ; mais leur propriété et valeur commencent à ce point mobile du temps, le présent, parce qu’ils sont l’objet des anticipations humaines (1934a, 406-407).

  • 12 Sur généralement l’influence de la philosophie pragmatiste sur Commons, voir Y. Ramstad (1986), P. (...)

12Devant l’insuffisance des théories économiques passées, Commons se tourne vers la philosophie pragmatiste pour élaborer les fondements d’une conception de la temporalité économique en accord avec l’objet de la science économique soumis au principe de futurité12.

  • 13 Ce concept de futurité est aussi présent dans la phénoménologie de V. Jankelevitch (1974) et de P. (...)
  • 14 La référence à la notion de futurité dans les études jamesiennes est d’ailleurs assez limitée (Nagl (...)
  • 15 «  Nous utilisons le terme “pragmatisme” toujours au sens scientifique de Peirce en tant que méthod (...)
  • 16 En général, c’est surtout Peirce qui est présenté comme ayant eu la plus grande influence sur Commo (...)
  • 17 Commons (1934a, 150-151) donne uniquement comme références aux écrits de Peirce : les six articles (...)

13Le concept de futurité est peu présent chez les fondateurs américains du pragmatisme13. Seul William James aborde la question du sens de la futurité (sense of futurity) à propos de l’habitude comme facteur de rationalité, c’est-à-dire assurant une certaine fluidité de la pensée concernant l’avenir (1879, 97-98), mais il n’élabore pas plus14. D’ailleurs Commons se réfère assez peu à W. James. Il souligne plutôt l’influence de la philosophie de Charles Sanders Peirce et de John Dewey sur lui et il précise que, dans le domaine de la philosophie sociale, il suit « le pragmatisme social de Dewey ; tandis que dans notre méthode scientifique nous suivons le pragmatisme de Peirce. L’un est un pragmatisme scientifique – une méthode de recherche - ; l’autre est le pragmatisme des êtres humains – l’objet de la science économique » (1934a, 150-151)15. Toutefois, peu d’indices dans l’œuvre de J. Dewey (1972-1985) sont présents concernant la question de la futurité. L’influence « méthodologique » de C. S. Peirce (1931-1958) semble avoir été plus prégnante16, bien que Commons ne semble pas avoir eu une connaissance étendue de l’œuvre de Peirce17. Il faut alors admettre, qu’avec son concept de futurité, Commons offre bien une contribution originale à la philosophie pragmatiste. Mais comment en arrive-t-il à la conclusion que « Pragmatism is Futurity » (1934a, 152) ?

  • 18 Dès 1925, Commons défend la conception selon laquelle la « futurité est commune aux sciences économ (...)

14Commons adhère à la maxime pragmatiste de Peirce selon laquelle : « Considérer quels sont les effets pratiques que nous pensons pouvoir être produits par l’objet de notre conception. La conception de tous ces effets est la conception complète de l’objet » (Peirce,1878, 297 ; Commons, 1934a, 152). L’application de cette maxime à l’activité humaine se traduit de la façon suivante : d’une part, l’ « objet de la conception » devient l’activité qui mobilise l’acteur, d’autre part, la « conception de tous les effets pratiques que nous pensons pouvoir être produits par l’objet de notre conception » devient la futurité de cet acteur relativement à cette activité, c’est-à-dire tout ce que l’acteur pense que cette activité implique pratiquement. Ce sont les effets pratiques attendus de l’activité qui donnent un sens à cette activité et de la sorte la conditionne. Pour agir, l’acteur doit se projeter dans le futur en considérant les éventuelles conséquences pratiques envisageables de son activité. Ces dernières, constitutives de la futurité, sont alors déterminantes pour l’action. Commons en tire la conclusion que toute science humaine doit être une « science de la futurité » car le « principe de futurité domine l’activité humaine [...] les hommes vivent dans le futur mais agissent dans le présent » (1934a, 58, 84)18. Ce tropisme de la futurité, conditionnant la volonté d’agir, entraîne, pour la logique de l’action, « que cela change l’idée de causalité. Cela place définitivement la causalité dans le futur plutôt que dans le passé » (1934a, 7) et, d’un point de vue logique, l’« effet précède sa cause » (1939a, 130). En somme, Commons applique au temps de l’activité humaine la maxime pragmatiste en mettant l’accent sur les conséquences pratiques attendues de l’activité, et celles-ci sont la futurité. L’acteur devient alors « un corps entier en action […], un acteur créatif orienté vers le futur, manipulant le monde extérieur et les autres en vue de conséquences anticipées » (1934a, 17). Dans ces conditions, souligne Commons, il est impératif pour les sciences humaines, et en particulier pour la science économique, de construire « une science de la futurité » (1943a, 84).

  • 19 Selon la formule de G. H. Mead : « Le passé est un débordement du présent. Il est orienté à partir (...)
  • 20 Et d’un point de vue évolutionnaire, « la nouveauté de tout futur requiert un nouveau passé » (Mead (...)
  • 21 Il est à noter que la futurité dont il est question ici a peu à voir avec le « futur causal » de la (...)

15Cette importance de la futurité sur l’activité ne signifie pas que le passé n’a pas d’influence sur elle. Bien au contraire, mais c’est par son impact sur la futurité que s’exerce cette influence. De plus, le passé est lui-même construit tel qu’il est appréhendé présentement par l’acteur cherchant à se projeter dans l’avenir. Le passé considéré par l’acteur est seulement celui qui l’informe sur sa futurité. La chaîne complète de causalité de l’activité est donc un cercle où le présent est à l’origine du passé, en tant que passé présent à l’esprit19, et ce passé ainsi compris présentement permet d’envisager l’avenir20, c’est-à-dire la futurité qui détermine l’action présente21. Selon quel processus se construit cette futurité et pourquoi « l’homme vit dans le futur mais agit dans le présent » (Commons, 1934a, 59, 84) ?

2. Futurité et théorie de l’action

  • 22 Sur d’autres développements concernant cette question, voir J.-J. Gislain (2002, 2011a).
  • 23 D’autres institutionnalistes comme T. Veblen (1899, 1914), ou certains de ses continuateurs jusqu’à (...)

16Le principe de futurité, tel que nous venons de présenter dans sa généralité, offre à Commons un support important pour l’élaboration de sa théorie de l’action économique22. En science sociale, toute théorie de l’action s’inscrit plus largement dans une conception de la nature humaine. Commons fonde sa conception de la nature humaine sur l’idée darwinienne selon laquelle les êtres vivants sont mus pas la volonté de vivre. Alors que chez de nombreux êtres vivants cette volonté se concentre dans des pulsions instinctives issues de l’évolution23, chez les êtres humains, cette volonté, que Commons appelle le vouloir (willingness), est surtout orientée à partir de la futurité. Le dispositif intentionnel de l’activité humaine s’inscrit dans une temporalité régie par le principe de futurité car « l’homme est un être dans le temps » (1935, 477). Ainsi, l’acteur se projette (Ramstad 1990) dans un avenir (à-venir) putatif constitué d’un ensemble de (im)possibilités pour son devenir. La futurité est le domaine de l’intentionnalité et constitue pour l’activité autant de « réalités » à-venir, de futuribles (futures) (1924a, 257). Pour Commons :

L’être humain agit dans le présent, en vue de ce qu’il anticipe qui arrivera dans le futur ; de la sorte, la théorie de la causalité qui devrait être appliquée en théorie économique est la théorie de l’anticipation. Son acte présent est causé par ce qu’il anticipe dans le futur. En d’autres termes, dans toutes ces affaires qui nous concernent, la causalité n’est pas dans le passé mais dans le futur (1929, 61).

  • 24 Analogiquement, on pourrait dire que le futurité est au futur ce que la validité est à la vérité, c (...)

17La futurité n’a donc pas la même réalité que le futur, ce qui arrivera, elle est ce que l’acteur appréhende comme ce qui arriverait si ses attentes sur le monde n’étaient pas infirmées24. Mais comment se construisent ces attentes ? Commons, là encore reste fidèle à la philosophie pragmatiste.

  • 25 « la futurité est le champ mental des idées d’un but à réaliser dans le futur immédiat ou éloigné, (...)
  • 26 En ce sens la futurité n’a pas de rapport avec les « anticipations rationnelles » de la théorie néo (...)

18Les acteurs appréhendent leur futurité à partir de la signification (meaning) qu’ils attribuent à l’avenir. Pour Commons, la signification est « une construction mentale active d’idées sélectionnées et transformées intérieurement afin d’explorer et de comprendre la complexité des activités extérieures » (1934a, 17). Concernant la futurité, la signification a pour objet ce à quoi il est raisonnablement (im)possible de s’attendre, et ces attentes sont relatives aux futures conséquences des actions présentes25. Si cette signification est suffisamment valable, c’est-à-dire non infirmée par l’expérience, elle se stabilise en croyance (belief) sur les états du monde avenir. Cette croyance devient alors le guide de l’activité, une règle d’action (rule of action) pour le présent et constitue ainsi un élément possible du registre d’actions selon lequel se déploie la volonté de l’acteur en direction de l’avenir. Si cette règle d’action s’avère efficace dans sa répétition, elle devient une habitude d’action (habit of action), c’est-à-dire un élément du registre ordinaire de l’activité : une routine (routine). Ainsi, concernant la connaissance de la réalité pour l’acteur, si une croyance sur l’avenir a une certaine pérennité du fait de son effectivité avérée et répétée – les conséquences pratiques attendues se réalisant –, elle devient alors une hypothèse habituelle (habitual assumption), c’est-à-dire un guide pour l’action présente actualisée. Dans le domaine de la connaissance pratique, une hypothèse habituelle est ainsi l’analogue d’une règle d’action dans le domaine de l’activité. L’une comme l’autre, de par leur effectivité récurrente, offrent à l’acteur un registre d’activité fondé sur la répétition et la similarité. La dimension plus ou moins risquée, plus ou moins bien actualisée, de l’activité dépend alors de la sécurité d’anticipation (security of expectation) garantie par les hypothèses habituelles. Ces qualités de la futurité déterminent donc les degrés de pouvoir et de sécurité de l’activité. Plus la futurité d’un acteur est pleine d’hypothèses habituelles et de règles d’action efficientes, plus ses perspectives d’avenir seront sécurisées, et plus ainsi il sera apte à projeter sa volonté dans l’à-venir, à être un sujet en devenir. De ce point de vue, la futurité peut être comprise comme un monde « d’anticipations ordonnées » (1934a, 58)26.

  • 27 Au sens de l’ « instrumentalisme » de John Dewey.

19Toutefois, la futurité n’est jamais totalement sécurisée, elle possède toujours un certain degré d’incertitude. Cette dernière réside dans la dimension aléatoire irréductible du futur. La futurité est toujours plus ou moins incomplète et donc jamais totalement sécurisée par l’appareillage instrumental27 des hypothèses habituelles actuelles. Le degré d’incertitude de la futurité se situe ainsi entre la routine et la pure spéculation, entre des anticipations rationnelles et des anticipations purement adventices, entre des attentes raisonnables et des prophéties divinatoires. Un élément important d’incertitude de la futurité réside dans le caractère de complémentarité ou de limitation des facteurs nécessaires à l’activité. L’activité est routinière (routine) lorsque les facteurs complémentaires ne sont pas un obstacle à sa réalisation, et est stratégique (strategic) dans les cas où des facteurs en limiteront la portée.

  • 28 Sur ces aspects, voir J.-J. Gislain (2006).
  • 29 Sur la dimension évolutionnaire de la futurité, voir J.-J. Gislain (1999).

20En situation d’échec de la performance conditionnée par la futurité, c’est-à-dire lorsque les effets attendus de l’action prescrite par une hypothèse habituelle ne sont pas conformes aux prédictions, ou en situation d’incomplétude de la futurité, c’est-à-dire lorsqu’aucune hypothèse habituelle n’est disponible face à une situation envisagée, alors l’intelligence de l’acteur doit être mobilisée. Pour Commons, suivant encore en cela la philosophie pragmatiste de C. S. Peirce et John Dewey, l’intelligence se déploie sur le mode abductif de l’enquête, c’est-à-dire selon la méthode de circularité autocorrective entre induction et déduction (Tool, 1994), de sorte à élaborer une nouvelle hypothèse habituelle opératoire, une nouvelle règle d’action actualisée à effets prédictibles valables. La futurité est donc toujours plus ou moins incomplète, provisoire et ambulatoire28. Elle subit un processus continuel d’adaptation évolutive29.

21En somme, la « réalité » pragmatique de l’activité dépend de la qualité de la futurité de l’acteur, de la plus ou moins bonne performance de l’ensemble de ses hypothèses habituelles lui servant de guides comportementaux. La qualité de l’action présente dépend de la qualité de son actualisation. L’ampleur et l’efficacité du déploiement de la volonté d’agir de l’acteur dépendent ainsi de son contrôle sur les effets attendus de son action, de l’étendue de sa maîtrise sur le monde futur.

  • 30 Il faut comprendre ce concept d’”action collective” autrement que comme l’action d’un “collectif” d (...)

22Le type de contrôle sur la futurité est crucial car il délimite la frontière entre l’autonomie de l’acteur et l’hétéronomie qu’il subit, entre sa liberté d’action et son contrôle par l’action collective (collective action)30. Commons ne nie pas qu’il existe une part de l’activité qui soit “libre”. Elle est faite de croyances et d’habitudes personnelles et elle relève d’une futurité autonome que l’acteur s’est construite lui-même. Dans ce domaine d’activités autonomes, l’acteur n’est pas soumis à une autorisation sociale pour agir, car il ne s’inscrit pas dans une perspective commune (Mead, 1932c).

  • 31 Commons (1934a) propose une typologie des transactions économiques en trois types régis respectivem (...)
  • 32 Voir le tableau infra.
  • 33 Pour Commons, un groupe actif (going concern) peut être concrètement tout groupement humain comme, (...)
  • 34 Commons définit le groupe actif (going concern) comme « une action concertée existant tant que le g (...)
  • 35 « La solution de Peirce au problème métaphysique de la réalité ultime et fondamentale est, non pas (...)
  • 36 « C’est la différence que nous ferons entre biais et science, et entre habitude et coutume. Le biai (...)

23Toutefois, pour Commons, l’activité « en société » et, en particulier l’activité économique, est une activité sociale, plus précisément une activité transactionnelle dont la futurité est sous contrôle de l’action collective. Les acteurs sont des trans-acteurs s’inscrivant dans des transactions économiques, c’est-à-dire des relations économiques impliquant plusieurs intervenants interagissant en concert31. Ces transactions, assignant à chaque transacteur une position réciproque selon des « situations » spécifiques32, sont elles-mêmes circonscrites dans des groupes actifs (going concerns)33, des groupements humains en devenir dans lesquels les comportements transactionnels sont régis par des règles opérantes de conduite (working rules) et où donc, l’action individuelle est sous contrôle de l’action collective34. Dans ces conditions, la futurité des transacteurs s’exerce le plus souvent comme une puissance hétéronome à laquelle ils sont soumis communément. Pour Commons, toujours fidèle au pragmatisme de C. S. Peirce, le principe cognitif sur lequel repose cette activité transactionnelle « n’est pas un préjugé individuel, mais un consensus social d’opinion. Le réel est ce qui a les caractères indépendants de ce que quiconque en particulier pourrait penser qu’il est » (1934a, 152)35. L’hétéronomie impersonnelle de la futurité ne s’impose donc pas sous la forme d’habitudes individuelles mais plutôt comme des habitudes sociales, une sorte d’intentionnalité collective. Commons regroupe ces dernières sous le concept de coutume, la forme première du vivre ensemble prescrit par une futurité ayant une signification commune pour les membres d’un même groupe actif36. La « coutume est une sorte de contrainte imposée aux individus par l’opinion collective sur ce que l’on ressent et fait pareillement » (1934a, 153) et son impersonnalité s’affirme grâce à sa « répétition par un groupe de personnes changeantes continuellement » (1934a, 155).

  • 37 Qui est proche du concept de « perspective commune » de G. H. Mead (1932c).

24En appréhendant ainsi l’activité, on ne peut plus dire que le transacteur est un “individu”, au sens d’un être autonome dont l’action réside dans sa volonté libre. Commons qualifie ce transacteur d’« esprit institué » (institutionalized mind) (1934a, 73) ou de « personnalité instituée » (1934a, 874), c’est-à-dire un transacteur institué mû par un ensemble de croyances et d’habitudes socialement construites qui contrôle (contraint, libère, accroit) son action individuelle. Commons propose ainsi une conception conforme à la psychologie sociale pragmatiste de G. H. Mead (1934 ; Albert et Ramstad, 1998), il caractérise le transacteur comme étant « un système de relations, et il change avec l’action collective dans laquelle il est partie et produit » (1939, 144). Dès lors, la futurité des transacteurs peut être qualifiée de futurité significative commune37. Cette dernière prescrit aux transacteurs d’inscrire leur activité, selon une intentionnalité collective, dans l’action collective propre à chacun de leurs divers groupes actifs d’appartenance. La futurité significative commune est composée d’un ensemble de règles opérantes de conduite que les transacteurs suivent pour se projeter dans l’avenir, et ceci de concert avec les autres membres du groupe actif partageant le même devenir collectif. Pour Commons, « le principe des groupes actifs est l’action concertée vers des fins envisagées dans le futur » (1934a, 619-620). La futurité significative commune définit l’actualité de l’activité transactionnelle présente.

  • 38 « Les transactions sont fondées sur des anticipations du futur immédiat ou de l’avenir lointain qui (...)
  • 39 Commons utilise bien le terme de « futurité objective » (1934a, 418).

25Cette futurité significative commune est d’autant plus contrôlante sur la façon dont les transacteurs individuels projettent leur volonté dans le futur que le groupe actif d’appartenance est régi par une action collective organisée, que les règles opérantes de conduite sont formelles et donc impersonnelles. Le contrôle de cette futurité significative commune est d’autant plus prégnant que celle-ci bénéficie d’une autorité et d’une légitimité à la hauteur de la puissance de la réalité du futur qu’elle propose. Lorsque son actualité est garantie38, elle acquiert alors un statut d’objectivité qui s’impose aux volontés individuelles de par la sécurité des anticipations qu’elle assure39. Et puisque « dans ce processus d’organisation le tout est plus grand que la somme de ses parties, la personnalité de chaque individu organisé est plus grande et plus capable que la personnalité des individus inorganisés » (1939, 163), la futurité significative commune se présente aux transacteurs comme une réalité sociale objective. Elle est la « réalité » actuelle de leur activité.

26Ainsi construite sur la base du contrôle de la futurité significative commune sur l’activité des transacteurs individuels, la théorie de l’action de Commons rejoint alors sa théorie de l’institution. Cette dernière a pour objet le contenu de l’hétéronomie qui actualise l’activité, c’est-à-dire comment « dans les dimensions de la futurité du temps présent, permises par les anticipations des institutions, l’organisme humain convertit de futurs événements en action présente » (1934a, 640).

3. Futurité et théorie de l’institution

  • 40 De façon générale, pour Commons « le temps est un concept tout à fait institutionnel » (1934a, 642)
  • 41 En ce sens on pourrait dire que l’institution est « performative », elle « dit » la réalité de l’ac (...)
  • 42 Cette dialectique, commune à l’approche pragmatiste, empêche de classer Commons dans l’une ou l’aut (...)

27En cherchant à comprendre la détermination de l’activité d’un point de vue pragmatiste, Commons mobilise le principe de futurité et, ce faisant, en arrive à concevoir l’institution comme étant le contenu de la futurité40. L’institution est alors comprise comme le guide actuel de l’activité. C’est elle qui s’impose, par-delà les singularités individuelles, comme la réalité objective de l’activité des transacteurs41. Commons inverse ainsi en partie le lien de causalité entre l’action individuelle et l’institution. En partie seulement car, comme nous l’avons vu, l’activité individuelle n’est pas totalement sous contrôle de l’action collective, une certaine part d’autonomie reste à l’acteur. Mais surtout, comme on l’a vu aussi, l’acteur individuel est celui dont la volonté de se projeter dans le futur, donne une signification à la futurité et, de la sorte, concourt à la formation d’une futurité significative commune. Cette dernière est présente à l’esprit de l’acteur individuel et, ce faisant, la fait vivre comme institution, c’est-à-dire fait de l’acteur individuel un transacteur, un acteur individuel dont l’activité est concertée. Cependant, dans cette dialectique micro-macro42, action-institution, la prégnance institutionnelle est déterminante car le principe de réalité de l’activité réside essentiellement dans la futurité significative commune guidant l’action instituée. Les transacteurs économiques vivent dans un même monde « futuristique » et agissent donc en conséquence dans le présent de l’économie ainsi instituée. Les questions analytiques qui se posent à Commons sont alors : quel est le mode opératoire de la détermination de l’activité par l’institution ? La réponse de Commons est la « causalité institutionnelle ». Quelle est la nature des entités causales que sont les institutions ? Commons ne fournit pas de réponse globale à cette question. Il ne propose que des descriptions, des conceptualisations et des analyses des rôles de ces entités. Nous proposons de les regrouper dans un même ensemble : le troisième monde institutionnel, celui de l’intentionnalité collective, de la futurité significative commune.

28Nous avons vu en introduction que Commons considère la théorie institutionnaliste comme une approche multicausale. L’« analyse » économique peut se déployer selon le principe choisi parmi les cinq possibles (efficacité, rareté, futurité, coutume, souveraineté). Concernant le principe de futurité, le type de causalité que Commons propose pour l’analyse est la causalité institutionnelle (institutional causation) (1934, 8), c’est-à-dire la détermination de l’activité par la futurité instituée. Pour Commons on :

trouve toujours la futurité, non dans la production et la consommation, mais dans les persuasions et coercitions des transactions de marchandage, les ordres et obéissances des transactions de direction, les argumentaires et plaidoyers des transaction de répartition, qui détermineront ultimement la production et la consommation. Dans ces négociations et décisions, qui sont l’essence de l’économie institutionnelle, ce sont toujours la production future et la consommation future qui en sont l’enjeu, car les négociations déterminent le contrôle légal qui devra précéder le contrôle physique (1934a, 7).

  • 43 Conformément à sa conception de la causalité multiple, Commons affirme : «  je ne pense pas que la (...)

29La causalité institutionnelle, particulièrement prégnante en économie43, a une temporalité qui lui est propre, celle orientée selon une flèche en boucle passé-futurité-présent. Dans cette boucle, la futurité s’exprime sous la forme des institutions contrôlant l’activité des transacteurs.

30Paradoxalement, les institutions peuvent apparaître comme des entités du passé du fait de leur pérennité. Mais, en réalité, elles sont (dans) la futurité, elles contrôlent, en termes de règles opérantes de conduite, ce que (ne)doivent(pas), (ne)peuvent(pas) ou (ne)pourraient(pas) faire les transacteurs dans le futur. Commons a analysé la grammaire et la sémantique des arrêts de cour de justice énonçant, à l’occasion de leurs jugements aux États-Unis par la Cour Suprême, le contenu du contrôle institutionnel en matière économique. Commons en propose une synthèse représentable sous la forme du tableau I :

Chacune des cases, selon la catégorie concernée de socialité (colonne), résume les positions réciproques dans lesquelles les transacteurs se situent quant à leur futurité.

  • 44 Ce ne sont ici que des exemples particuliers et postulés arbitrairement à des fins d’illustration. (...)

31Par exemple, dans la transaction de marchandage de la relation salariale (la négociation d’achat-vente de la force de travail), concernant l’action collective, l’employeur est généralement en position de pouvoir (il dispose d’un plus grand choix d’opportunités) et d’immunité (la plupart de ses critères de sélection sont discrétionnaires) alors que réciproquement le salarié est en position de responsabilité (il faut trouver un emploi) et d’incapacité (il ne peut imposer ses critères d’embauche) ; concernant les règles opérantes de conduite, l’employeur généralement peut ou pourrait étendre son activité (l’embauche de plusieurs personnes) alors que réciproquement le salarié ne doit pas et ne peut pas faire de même (une seule offre d’emploi étant disponible) ; concernant les statuts économiques, l’employeur est généralement en situation de sécurité (comme propriétaire de l’activité) et de liberté (décider d’embaucher ou pas) alors que réciproquement le salarié est en position de vulnérabilité (pas le choix de ne pas accepter l’emploi) et de conformité (accepter l’offre d’embauche telle que proposée par l’employeur) ; et concernant les relations sociales, l’employeur est généralement en position de droit (comme employeur-propriétaire) ou de non droit (embaucher au noir, discriminer, etc.) alors que réciproquement le salarié est en position de devoir (respecter le contrat de travail) ou non devoir (démissionner)44.

32En somme, ce tableau présente un état de ce que la futurité offre comme modalités d’activité envisageable aux transacteurs. Pour ces derniers, il est le format objectif de leurs intentions réalistes. Il exprime la réalité de chaque transacteur comme « personnalité instituée ». La futurité, grâce à son contrôle institutionnel, objective l’activité des transacteurs dans un monde commun concerté, et cela selon une intentionnalité collective régie par la futurité significative commune, c’est-à-dire les institutions. Dans l’exemple choisi, le résultat sera (ou pas) un contrat de travail et un salaire négociés dans le cadre de ce contrôle institutionnel.

33Ainsi, l’activité transactionnelle n’est pas autonome, elle s’exerce dans/selon un groupe actif (going concern) : une entreprise, un syndicat, une administration, un État, etc. Au sein de chaque groupe actif, l’activité commune se déroule selon les attentes partagées quant à ce qui est plus ou moins « normal » de penser et de faire ensemble. Le groupe actif est une société de destins partagés, le lieu d’une intentionnalité collective. La futurité de chaque transacteur s’inscrit nécessairement dans un devenir en commun ayant des sens, c’est-à-dire des significations et des orientations, partagés. Chaque transacteur est ainsi soumis à un contrôle social du vivre ensemble dépassant son individualité mais lui offrant un avenir envisageable avec autrui. Ce « supplément » à l’individualité de chaque transacteur en fait une « personnalité instituée ». Ainsi, selon Commons :

  • 45 L’approche pragmatiste de la futurité, que développe Commons à propos de l’inscription de l’action (...)

l’homme est plus que l’organisme, il est institutionnisme (institutionism), et c’est seulement l’esprit institutionnalisé qui fait évoluer cette dimension-temps remarquable de l’activité économique à laquelle nous donnons le nom de futurité. La futurité est institutionnelle – l’enfant en bas âge et l’homme isolé, comme un animal, ne sauraient peu ou rien à son sujet. Cette extension institutionnelle du cerveau de l’organisme, dans le futur éloigné, est inséparable de son extension dans l’espace lointain. Et ce sont ces deux extensions institutionnalisées de l’activité du cerveau qui rendent possibles les groupes actifs modernes, fortement développés dans l’industrie et dans le gouvernement donnant des ordres dans le monde entier et s’imposant aux générations à venir. […] Le concept du temps est construit seulement par l’esprit institutionnalisé (1934a, 639)45.

  • 46 Sur ce thème, voir L. Bazzoli et V. Dutraive (2014).

34Le « contrôle social » institutionnel, constitutif de la personnalité instituée du transacteur, s’exerce, comme l’indique le tableau ci-dessus, sur le mode de la réciprocité de deux positions opposées, sinon contraires, quant à leurs « pouvoirs » respectifs d’action. Comme le souligne à nombreuses reprises Commons, l’action collective contraint, libère ou accroit l’action individuelle (1934a, 73). Quels que soient leurs caractères « raisonnables » d’un point de vue normatif, ce à quoi Commons consacre de nombreux développements46, il est impossible de dissocier ces positions réciproques. Dans tous les groupes actifs, la futurité distribue réciproquement les (im)possibilités transactionnelles.

35Commons n’aborde pas la question cruciale de la caractérisation de la nature ontologique des institutions constitutives de la futurité. Pourtant, il nous fournit tous les éléments pour répondre à cette question. En effet, il est clair pour Commons, s’inscrivant en cela dans la tradition de la sociologie économique (Gislain et Steiner, 1995), que l’(trans)action instituée est un fait social. Elle ne relève pas de l’autonomie d’un acteur, de sa construction rationnelle a priori grâce à sa raison suffisante. Elle est la production historique du processus évolutionnaire (Gislain, 1999) de la vie en commun dans des groupes actifs, de multiples situations de transactions d’où émergent, par l’expérience commune, les institutions constitutives de la futurité qui s’imposent à tous. Quelles que soient les situations historiques ou géographiques d’activité des groupes actifs, la futurité instituée impose sa normativité, et celle-ci est le plus souvent conforme à l’état des rapports sociaux, des conflits et des compromis temporaires dont elle est issue. Dans chaque groupe économique actif, les transacteurs sont des esprits institués par la futurité qui sécurise plus ou moins leurs anticipations, leur donne plus ou moins de pouvoir transactionnel.

  • 47 Concernant la temporalité, ce troisième monde de la futurité n’est pas le « temps comme tel (…) tro (...)

36Dans ces conditions, la futurité et toutes ses déterminations institutionnelles, ne relèvent ni de la singularité et de l’autonomie individuelles, avec sa subjectivité interne introspective et « rationnelle », ni de l’altérité matérielle externe aux individus, elles relèvent d’un troisième monde. Celui-ci, conformément à la philosophie pragmatiste, ne s’inscrit pas dans la logique cartésienne sans temporalité spécifique à l’activité humaine et articulée sur la dualité des deux mondes de l’extériorité objective et de l’intériorité subjective. Ce troisième monde est un monde futuristique (futuristic), pour utiliser les termes de Commons47, et ce « futur anticipé, qui existe seulement dans la pensée, est quantitatif et objectif » (1935, 476). Il est celui des institutions qui objectivent l’activité transactionnelle en contrôlant les intentions actualisées des transacteurs. Il est, d’un point de vue objectif (Commons, 1934a, 521, 523), l’univers mental, partagé par les transacteurs économiques, contrôlant de concert leurs actions économiques individuelles. Il est le lieu d’une intentionnalité collective, d’ «  une extension institutionnelle du cerveau de l’organisme dans le futur » (Commons, 1934a, 639).

37Du point de vue de la philosophie réaliste, qui est celle de la philosophie pragmatiste de C. S. Peirce (Tiercelin, 1993, 11-14) et à laquelle adhère Commons, il est tentant de faire une analogie entre les universaux et les institutions. Les uns et les autres jouent le même rôle de généralité, les uns dans le domaine du sens, les autres dans le domaine de l’activité. De la même façon dont les universaux s’actualisent dans la désignation d’un objet particulier (« le chien » s’actualise en un animal concret nommé Médor) les institutions s’actualisent dans l’activité transactionnelle concrète (en restant dans le cadre de l’exemple ci-dessus, « le pouvoir » de l’employeur recruteur et « la responsabilité » du candidat salarié dans la transaction de marchandage salarial – case en haut à gauche du Tableau I – pourraient s’actualiser concrètement, selon le cas propre de la formule de la transaction à l’étude, en situations réciproques où l’employeur recruteur déciderait et le candidat salarié se soumettrait à cette décision). Comme les universaux, les institutions ont une capacité sémantique, elles donnent des significations à l’activité, mais, de plus, elles ont une capacité performative ; elles guident et « ordonnent » l’activité.

38Toutefois, différemment des universaux, les institutions se caractérisent par leur mode d’inscription dans la temporalité. Elles appartiennent à la futurité, au domaine mental des intentions plutôt qu’à celui de la vérité éternelle. Comme les universaux, elles sont certes dans la signification mais leur sémantique a trait à l’avenir, à l’activité dorénavant. De plus, elles sont évolutionnaires et ambulatoires plutôt qu’éternelles.

39Enfin, la question ultime est la suivante : la futurité et les institutions qui la composent existent-elles objectivement, au-delà de la subjectivité des transacteurs ? Commons fournit une réponse positive sans ambigüité :

Les individus commencent comme bébés. Ils apprennent la coutume du langage, de la coopération avec les autres individus, à œuvrer à des fins communes, à des négociations pour éliminer les conflits d’intérêt, à se subordonner aux règles opérantes des nombreux groupes dont ils sont membres. [...] Plutôt que des individus isolés dans un état de nature, ils sont toujours des participants à des transactions, membres d’un groupe dans lequel ils vont et viennent, citoyens d’une institution qui vivait avant eux et vivra après eux (1934a, 73-74).

  • 48 Quoi qu’il puisse bien se concrétiser parfois par des formes très réelles et très matérielles, tell (...)
  • 49 Tardivement Commons a été tenté de nommer la forme opératoire des institutions des institutes (1938 (...)

40Le troisième monde de la futurité et de ses composantes institutionnelles existent donc bien. Certes, il n’est pas réel au sens d’une présence matérielle48, mais il est bien réel au sens d’une réalité vivante qui conditionne concrètement l’activité, quelles que soient les individualités ; il s’affirme en tant que fait social49. C’est ce qui explique, selon Commons, que dans tout groupe actif, « dans ce processus d’organisation, le tout est plus grand que la somme de ses parties, et la personnalité de chaque individu organisé est plus grande et plus capable que la personnalité des individus inorganisés » (1950, 132). Le « plus » dans ce tout constitué de l’ensemble de l’activité des personnalités des transacteurs, par rapport à ce qui serait la somme des individus autonomes, est le troisième monde de la futurité et des institutions qui le composent. La futurité « augmente » les individus en en faisant des personnalités aptes à l’activité commune à-venir. Cette augmentation est plus ou moins à l’avantage des transacteurs car, comme le Tableau I ci-dessus les résume, leurs positions transactionnelles réciproques sont plus ou moins des situations de liberté, de pouvoir, de sécurité, etc. En ce sens, la futurité est aussi le lieu institutionnel de la reproduction des rapports sociaux, avec les dominations et inégalités que cela entraîne. Son rôle est aussi de maintenir l’« ordre institutionnalisé ». D’un point de vue normatif, Commons propose de rendre, par la réforme institutionnelle, cette reproduction et ses effets plus « raisonnables ».

4. Futurité et capital intangible

41Pour Commons, comme nous venons de le voir, l’activité transactionnelle économique est conditionnée par la futurité et les institutions qui la composent. Cependant, Commons ne réduit pas son analyse du rôle de la futurité uniquement à ce domaine. Pour lui, la futurité doit être prise en considération, et son impact caractérisé, dans tous les aspects de la vie économique, c’est-à-dire, de façon générale, tout ce qui concerne « le transfert présent d’un droit de contrôle qui prendra effet dans la production future, la consommation future ou le futur processus de travail » (1934a, 5). Parce qu’elle est centrale pour la compréhension du capitalisme moderne chez Commons, nous aborderons ici uniquement la question de la relation entre futurité et capital. Deux éléments de cette relation sont importants : les dimensions de la temporalité de la futurité quant au rendement du capital et le rôle crucial que joue la futurité dans la forme la plus évoluée du capital, le capital intangible.

  • 50 Commons reconnaît à Gustav Cassel d’avoir aussi théoriquement distingué « la propension à attendre (...)

42Commons (1934, 520-521) défend l’idée selon laquelle la futurité possède deux dimensions temporelles différentes lorsqu’il est question du rendement du capital. L’une de ces dimensions concerne la futurité appréhendée temporellement comme laps de temps, c’est-à-dire « un intervalle anticipé entre un point présent du temps et un point futur du temps » (1934a, 407). Pour le capital engagé dans cette dimension, par exemple à l’occasion d’un prêt, la futurité est vécue comme une attente (waiting), comme une remise à plus tard (postponement) et son expression économique est l’intérêt ; la rémunération de l’attente. L’autre dimension temporelle de la futurité concerne le flux du temps, c’est-à-dire « une succession anticipée d’événements » (1934a, 407), la répétition de temps ponctuels qui se perpétue aussi longtemps que le capital est engagé, dans une activité productive ou un placement financier par exemple. La futurité est alors comprise sur le mode d’une prise de risque (risking) étant donnée la prévision (forecasting) plus ou moins sécuritaire qu’elle offre. L’expression économique en est alors le profit. Ces deux dimensions de la futurité, nous dit Commons, sont souvent inséparables dans les faits, mais leur différenciation analytique permet une compréhension plus fine de la façon dont le capital s’inscrit dans la temporalité économique50. Par ailleurs, pour Commons, la seconde dimension temporelle de la futurité concernant le capital, celle en termes de flux-risque-profit, est la plus caractéristique du capitalisme moderne, en particulier sous sa forme de capital intangible.

43Dès 1893, Commons propose une conception originale de ce genre de capital. Il l’élabore à partir d’une conception du droit selon laquelle les droits économiques sont des droits légaux, c’est-à-dire des moyens de contrôle, garantis par la force publique, sur les actions des autres (1893, 62). Les droits sont donc essentiellement des relations entre citoyens avant d’être des relations aux choses. De plus, ils sont le plus souvent des faisceaux de droits (bundle of rights) (1893, 92) de toutes sortes, publics ou privés, partiels ou généraux, dont Commons nous offre une description détaillée dans le domaine économique (monopole, exclusivité, patente, franchise, copyright, etc.). A ces droits, comme aux autres accordés souverainement par l’État et qui offrent à ceux qui les détiennent des positions de rente de situation, s’ajoutent d’autres rentes de situation (good-will) non représentées par un titre légal bien qu’elles puissent être transférées par contrat privé. Ces autres rentes de situation (good-will) sont, pour Commons, à l’origine d’un genre de capital qui a échappé jusqu’à présent à la théorie économique : le capital intangible (intangible capital). Celui-ci n’est ni du capital corporel (corporal capital), c’est-à-dire du capital matériel physiquement identifiable, ni du capital incorporel (incorporal capital), c’est-à-dire du capital immatériel mais bien tangible comme droit légal concrétisé dans un titre légal. Le capital intangible est, pour Commons, la forme la plus évoluée du business moderne comme réalité industrielle et comme forme de capitalisation financière (1893, 89-91). Commons date la naissance légale d’apparition du capital intangible au moment où la Cour Suprême des États-Unis a, après 1890, adopté une nouvelle signification concernant la propriété, celle de propriété ‘‘intangible’’ (1933, 99), c’est-à-dire, en particulier, « le droit de fixer les prix en refusant à autrui ce dont il a besoin mais qu’il ne possède pas » (1934a, 3). De façon générale, « la propriété intangible est le droit de prendre des quantités espérées et de les évaluer à partir des ventes espérées de biens ou de services » (1934a, 522).

44Commons a analysé en détail les diverses facettes de l’évolution historique de ce capital intangible dans ses Legal Foundations of Capitalism (1924a). T. Veblen (1904) a aussi introduit le concept de capital intangible mais Commons y ajoute l’idée que, pour ce genre de capital, l’« intangibilité réside non dans la simple immatérialité mais dans le fait d’être affaire de futurité » (1950, 106). La futurité est ce qui permet l’existence du capital intangible car ce dernier est justement le mode d’inscription spécifique du capital dans l’avenir économique. On ne peut pas posséder ce qui n’existe pas encore mais il est possible d’en avoir une expression économique putative, un capital « futuristique », et son existence légale est le capital intangible.

  • 51 « La rente de situation d’un groupe actif est l’anticipation quantifiable que des transactions écon (...)

45Une propriété intangible repose généralement (1937, 342) sur une rente de situation (good-will) qui peut prendre la forme de « brevet, copyright, marque de commerce, rente de situation, réputation d’affaires, bon crédit, droit d’opérer une affaire, droit d’accès à un marché du travail, droit d’accès à un marché de biens ou à un marché monétaire, tout ce qui a une valeur présente basée sur des transactions anticipées d’achat ou de vente, s’empruntant ou se prêtant, s’embauchant ou se débauchant » (1924a, 159), et, en général, toute forme économique qui a « ses fondations dans le futur » (1924a, 163)51. La rente de situation (good-will), permettant l’existence d’une propriété intangible, fait que le capital intangible « n’est pas un concept subjectif, il est la répétition anticipée de transactions profitables » (1933, 102), ou encore, il est « la détention présente de produits futurs ou de monnaie future dérivés de la vente de services et produits futurs » (1934a, 421).

46Le capital intangible est le concept qui rend le mieux compte de l’essence du capitalisme car « l’entrepreneur, lorsqu’il achète une marchandise n’achète pas un bien physique – il achète l’anticipation d’un revenu monétaire futur obtenu par la vente de la marchandise » (1934a, 429). De façon générale, cela implique que « du point de vue de l’homme d’affaires, toute valeur marchande est un capital » (1924a, 159) et tout « actif est une propriété intangible incluant tout ce qui peut être vendu » (1924a, 158). De la sorte, le concept de capital intangible révèle « le véritable attribut du temps, attribut selon lequel les flux attendus de dépenses et de revenus déterminent, aussi bien en droit qu’en économie, la valeur actualisée des groupes actifs et des emplois des travailleurs » (1925a, 378).

47Ainsi compris sous sa forme intangible, le concept de capital perd alors toute correspondance temporelle inversée avec le concept d’épargne. Ce dernier renvoie à un résultat du passé alors que le premier, dont l’expression de la valeur est « l’anticipation escompté du revenu futur » (1934a, 455), renvoie à la futurité. Ces deux formes du temps économique ne sont pas symétriques. Le temps économique passé, celui de l’épargne, est conforme à l’idée du temps physique ; sa cause est le passé et son effet présent a une matérialité tangible. En revanche, le temps économique de la futurité, qui est celui du capital, est le temps des anticipations humaines dont les effets sont putatifs et, pour cette raison, ne peuvent être qu’« escomptés », au double sens d’attendus et de vendables à l’escompte. Pour ces raisons, Commons soutient que « la signification moderne du capital est entièrement séparée de la signification obsolète de l’épargne » (1934a, 456). De la sorte, sur la base du principe de futurité, la théorie économique institutionnaliste commonsienne déconnecte totalement le capital de l’épargne.

  • 52 Il est fait référence ici à la fameuse fièvre spéculative sur les oignons de tulipe à Amsterdam en (...)
  • 53 Commons parle alors de « fonds de commerce industriel des travailleurs » (1934a, 421).

48Ainsi abordé théoriquement, le capital, sous sa forme conceptuelle plénière du capital intangible et sous sa forme concrète plénière du capital financier, s’exprime selon sa pure logique capitaliste. Tout ce qui, dans la futurité, peut apparaître comme une rente de situation (good-will), est du capital, c’est-à-dire la source d’un flux de revenus futurs. On peut alors en conclure que selon cette optique commonsienne concernant la nature du capital et la logique du capitalisme, leur expression plénière réside moins dans la « marchandisation » de toute chose que dans la « capitalisation » de toute chose, devenant ainsi chose « économique », c’est-à-dire dont la futurité offre l’opportunité d’une source de revenu futur. Dans cette optique, le vecteur de la financiarisation, c’est-à-dire de la forme opératoire concrète prise par le capital intangible, a une puissance illimitée tant une telle source peut prendre de multiples formes, de l’oignon de tulipe52 au contrat de travail53.

  • 54 Cela est aussi vrai pour d’autres approches qui pourraient intégrer la problématique de la futurité (...)

49Bien sûr, nous n’avons pas épuisé tous les aspects de l’analyse commonsienne relative au principe de futurité. Nous nous sommes concentrés sur les fondements de cette analyse. Comme objets d’étude, auraient aussi pu être abordés : ce que Commons appelle la psychologie négociationnelle, c’est-à-dire cette dimension de la théorie de l’action économique qui doit nécessairement intégrer le processus de négociation des transacteurs quant à leur mode d’inscription dans la futurité ; le processus de valuation économique à causalités multiples, dont la causalité institutionnelle régie par le principe de futurité ; l’institution de la monnaie, non pas tant intermédiaire dans les transactions qu’instance d’objectivation, grâce à la mesure monétaire de la valeur anticipée et/ou escomptée des droits sur les objets économiques dans la futurité ; la théorie quantitative de la monnaie où, à l’inverse de la version fisherienne, la relation causale va de la variation de prix vers la variation de la masse monétaire, la monnaie étant créée par le système bancaire pour satisfaire aux transactions inscrites dans la futurité ; la corrélation du droit et de l’économie fondée sur la futurité ; la conception commonsienne de la raisonnabilité comme critère de normativité de l’économie relevant nécessairement de la futurité, en particulier la sécurisation des anticipations ; etc. En somme, l’étude du principe de futurité, pièce centrale de l’institutionnalisme commonsien, présente toutes les caractéristiques d’un programme de recherche fructueux en sciences économiques54. L’étude des principes de coutume et de souveraineté, les deux autres principes que Commons ajoute à ceux traditionnels d’efficacité et de rareté, présentent aussi ces mêmes caractéristiques.

  • 55 Une lecture strictement structuraliste de Commons peut toutefois être proposée (Théret, 2001).
  • 56 Pour une excellente application du principe de futurité à la compréhension de l’évolution des insti (...)

50À la question posée en introduction sur la pertinence pour la théorie économique du principe de futurité proposé par Commons, certaines réponses peuvent maintenant être apportées. Son grand intérêt est de permettre d’échapper aux trois travers méthodologiques concernant la temporalité et respectivement signalés chez les autres approches économiques. Les apories de l’individualisme méthodologique fondé sur l’homo oeconomicus à anticipations rationnelles de l’approche néoclassique sont évitées dans la théorie de l’action pragmatiste proposée par Commons. Grâce au principe de futurité, les transacteurs voient leurs anticipations plus ou moins sécurisées sans devoir recourir à une quelconque omniscience divinatoire. Les institutions, opérant comme intentionnalité collective, se chargent de fournir aux transacteurs les hypothèses habituelles régissant leur devenir. L’existence de ce troisième monde institutionnel, qui ordonne grâce au principe de futurité les activités économiques dans la durée, permet aussi de comprendre comment les transacteurs peuvent échapper en partie aux incertitudes radicales de l’activité économique mises en évidence par la tradition keynésienne. La futurité n’étant pas le futur, une part d’incertitude demeure par-delà les transactions routinières, notamment en l’absence de moyen complémentaire d’action, ouvrant ainsi un espace transactionnel stratégique. L’intelligence abductive (au sens de Peirce et Dewey) des transacteurs leur permet alors de se projeter dans l’avenir sur le mode de la résolution de problème. Ce dernier aspect évolutionnaire de l’approche commonsienne permet ainsi de compléter ce que la dimension temporelle essentiellement fondée sur l’historicité empêche les approches structuralistes de saisir55. Par-delà ces questions méthodologiques, nous avons vu aussi comment, notamment concernant les objets d’analyse, le principe de futurité ouvre une perspective très intéressante pour la compréhension de la logique fondamentalement « temporalisée » du capitalisme56, et cela, en particulier, grâce au concept de capital intangible.

Je remercie Sylvie Morel et Bruno Théret ainsi que les rapporteurs de la Revue Œconomia pour leurs remarques pertinentes.

Haut de page

Bibliographie

Adair, Philippe. 2013. Cycle de crédit et politique monétaire : le monétarisme de John Rogers Commons. Cahiers d’Économie Politique, 64: 45-74.

Albert, Alexa et Yngve Ramstad. 1997. The Social Psychology Underpinnings of Commons’s Institutional Economics: The Significance of Dewey’s Human Nature and Conduct. Journal of Economic Issues, 31(4): 881-916.

Albert, Alexa et Yngve Ramstad. 1998. The Social Psychology Underpinnings of Commons’s Institutional Economics II: The Concordance of George Herbert Mead’s “Social Self” and John R. Commons’s “Will”. Journal of Economic Issues, 32(1): 1-46.

Atkinson, Glen .2009. Going Concerns, Futurity and Reasonable Value. Journal of Economic Issues, 43(2): 433-440.

Atkinson, Glen et Charles J. Whalen. 2011. Futurity, cornerstone of Post-Keynesian Institutionalism. In Charles J. Whalen (ed.), Financial Instability and Economic Security after the Great Recession. Cheltenham (UK): Edward Elgar, 53-75.

Barber, William. J. 2001. From divergence to convergence. Irving Fisher and John R. Commons as champions of monetary reforms. In Jeff E. Biddle et al. (eds), Economic Broadly Considered. London: Routledge, 94-106.

Bazzoli, Laure. 1999. L’économie politique de John R. Commons. Paris: L’Harmattan.

Bazzoli, Laure et Vévonique Dutraive. 2014. D’une démocratie créatrice à un capitalisme raisonnable. Revue Économique, 65(2): 357-372.

Becker, Howard S. 1963. Outsiders. Paris: A. M. Métailié. 1985.

Benetti, Carlo et Jean Cartelier. 1980. Marchands, salariat et capitalistes. Paris: F : Maspéro.

Böhm Bawerk, Eugen von. 1888. The Positive Theory of Capital. London: Macmillan. 1891.

Boyer, Robert et al. 1991. Les figures de l’irréversibilité en économie. Paris: Éditions de l’EHESS.

Cassel, Gustav. 1903. The Nature and Necessity of Interest. London: Macmillan.

Castoriadis, Cornelius. 1990. Le monde morcelé. Paris: Seuil.

Commons, John R. 1893. The Distribution of Wealth. New York: MacMillan.

Commons, John R. 1907. Political economy and business economy: comments on Fisher’s capital and income. The Quarterly Journal of Economics, 22(1): 120-125.

Commons, John R. 1924a. Legal Foundations of Capitalism. New York: Macmillan.

Commons, John R. 1924b. Notes on the Four Functions in Economic Theory. John R. Commons Papers, State Historical Society of Wisconsin, Madison (US Mss., 21A, Box 13, Folder 6).

Commons, John R. 1925a. Law and Economics. Yale Law Journal, 34(February): 371-382.

Commons, John R. 1925b. Reasonable Value. Madison, Wisconsin. Réédité par Malcom Rutherford, Warren J. Samuels et Charles J. Whalen. Research in Economic Thought and Methodology. 2008, 26B: 235-307.

Commons, John R. 1926. Notes on Analytical and Functional Economics. In Warren J. Samuels (ed.), Research in the History of Economic Thought and Methodology. 1996. Archival Supplement 5: 69-102.

Commons, John R. 1929. Stabilization, Hearings before the Committee on Banking and Currency. H. R. 11806, Washington, United States Government Printing Office, 56-104, 423-444.

Commons, John R. 1931. Institutional Economics. American Economic Review, 21(4): 648-657.

Commons, John R. 1932. Institutional Economics: Comment. American Economic Review, 22(2): 264-268.

Commons, John R. 1933. Materialistic, Psychological, Institutional Economics. Economic Essays in Honour of Gustav Cassel. London: Allen & Unwin, 89-103.

Commons, John R. 1934a. Institutional Economics. New York: Macmillan.

Commons, John R. 1934b. Myself. New York: Macmillan.

Commons, John R. 1935. The Place of Economics in Social Philosophy. Journal of Social Philosophy, October: 7-22. In (1996, II) : 475-486.

Commons, John R. 1937. Value in Law and Economics. In Law, a Century of Progress, 1835-1935. New York: New York University Press, 332-345.

Commons, John R. 1938. La valeur raisonnable dans l’économie politique américaine. Introduction à l’étude du droit comparé. Recueil d’études en l’honneur d’Édouard Lambert. Paris: Société anonyme du recueil Sirey, 383-398.

Commons, John R. 1939. Investigational Economics. In Research in Economic Thought and Methodology. 1998. Archival supplement 7: 39-326.

Commons, John R. 1950. The Economics of Collective Action. K. H. Parsons (ed.), Madison: University of Wisconsin Press. 1970.

Commons, John R. 1996. John R. Commons : Selected Essays. M. Rutherford et W. J. Samuels (eds), London: Routledge, 2 vol.

Derrida, Jacques. 1993. Spectres de Marx. Paris: Galilée.

Derrida, Jacques. 2003. Voyous. Deux essais sur la raison. Paris: Galilée.

Descombes, Vincent. 1996. Les institutions du sens. Paris: Minuit.

Dewey, John. 1972-1985. The Early Works, 1882-1898; The Middle Works, 1899-1924; The Later Works, 1925-1953. J. A. Boydston (ed.), Carbondale: Southern Illinois University Press, 37 vol. 

Dubar, Claude et Jens Thoemmes (dir.). 2013. Les temporalités dans les sciences sociales. Toulouse: Octares.

Dupuy, Jean-Pierre. 1991. Temps du projet et temps de l’histoire. In Robert Boyer et al. Les figures de l’irréversibilité en économie. Paris: Éditions de l’EHESS, 97-134.

Fisher, Irving .1906. The Nature of Capital and Income. New York: Macmillan.

Geyer, Denton L. 1914. The Pragmatic Theory of Truth as Developed by Peirce, James and Dewey. Urbana: University of Illinois.

Gislain, Jean-Jacques. 1999. Les conceptions évolutionnaires de T. Veblen et J. R. Commons. Économies et Sociétés, 35, Hors série: 47-65

Gislain, Jean-Jacques. 2000a. L’artifice économique chez T. Veblen et J. R. Commons : surplus et rareté, pouvoir et ordre. Cahiers du GRATICE : L’institutionnalisme, histoire et analyse, 19: 37-57.

Gislain, Jean-Jacques. 2000b. La naissance de l’institutionnalisme : Thorstein Veblen. In Alain Béraud et Gilbert Faccarello (dir.), Nouvelle histoire de la pensée économique. Volume III. Paris: La Découverte, 74-115.

Gislain, Jean-Jacques. 2002. Causalité institutionnelle : la futurité chez J-R. Commons. Économie & Institutions, 1(1): 47-66.

Gislain, Jean-Jacques. 2003a. L’institution des relations industrielles : le cadre analytique de J. R. Commons. Économie & Institutions, 1(2): 9-56.

Gislain, Jean-Jacques. 2003b. L’émergence de la problématique des institutions en économie. Cahiers d’Économie Politique, 44: 19-50.

Gislain, Jean-Jacques. 2004. Futurité et toposité : situlogie des perspectives de l’action. Géographie, Économie, Société. 6(2): 203-219.

Gislain, Jean-Jacques. 2006. Le processus d’innovation sociale : un cadre d’analyse institutionnaliste pragmatiste. In Paul A. Lapointe et Guy Bellemare (dir.), Innovations dans le travail et l’emploi. Recherches empiriques et perspectives théoriques. Québec: Presses de l’Université Laval, 237-274.

Gislain, Jean-Jacques. 2011a. Pourquoi l’économie est-elle nécessairement instituée ? Une réponse commonsienne à partir du concept de futurité. Interventions Économiques, 42, 19p.

Gislain, Jean-Jacques. 2011b. Le darwinisme méthodologique de Veblen. Économie & Institutions, 17: 7-23.

Gislain, Jean-Jacques et Philippe Steiner. 1995. La sociologie économique 1890-1920. Paris: PUF.

Hall, Edward T. 1983. La Danse de la vie. Temps culturel, temps vécu. Paris: Seuil. 1984.

Heidegger, Martin. 1927. Être et le temps. Paris: Gallimard, 1986. Voir aussi la traduction de Emmanuel Martineau en édition numérique hors commerce.

Hodgson, Geoffrey M. 2004. The Evolution of Institutional Economics. London: Routledge.

James, William. 1879. Le sentiment de rationalité. In La Volonté de Croire. 1896. Paris: Flammarion. 1916, 83-130.

Jankelevitch, Vladimir 1974. L’irréversible et la nostalgie. Paris: Flammarion.

Kahn, Axel. 2007. L’Homme, ce roseau pensant : essai sur les racines de la nature humaine. Paris: Nil.

Kirat, Thierry et Laurent Vidal (dir.). 2011. Le capitalisme au futur antérieur. Bruxelles: Bruylant.

Klein, Étienne. 2004. Les tactiques de Chronos. Paris: Flammarion.

Liebhafsky, E. E. 1993. The Influence of Charles Sanders Peirce on Institutional Economics. Journal of Economic Issues, 27(3): 741-754.

MacLeod, Henry D. 1856. The Theory and Practice of Banking. London: Longmans. 1923. 2 vol. 

MacLeod, Henry. D. 1867. The Elements of Economics. London: Longmans. 1881, 2 vol.

Mead, George. H. 1929. La nature du passé. In La philosophie du temps en perspective. Paris: Éditions de l’EHESS, 2012, 167-174.

Mead, George H. 1932a. Les implications du self. In La philosophie du temps en perspective. Paris: Éditions de l’EHESS, 2012, 149-164.

Mead, George H. 1932b. Passé, passage et causalité. In La philosophie du temps en perspective. Paris: Éditions de l’EHESS, 2012, 175-180.

Mead, George H. 1932c. La réalité objective des perspectives. In La philosophie du temps en perspective. Paris: Éditions de l’EHESS, 2012, 181-191.

Mead, George H. 1934. L’esprit, le soi et la société. Paris: PUF. 2006.

Mirowski, Philip. 1987. The philosophical bases of institutionalist economics. In Mark R. Tool (ed.), Evolutionary economics. Armonk: Sharpe, vol. I, 1988, 51-88.

Morel, Sylvie .2000. Les logiques de la réciprocité. Paris: PUF.

Mouchot, Claude. 1978. Temps et sciences économiques. Paris: Economica.

Nagl, Ludwig. 2004. The Insistence on Futurity: Pragmatism Temporal Structure. In William Egginton et Mike Sandbothe (eds), The Pragmatic Turn in Philosophy. New York: State University of New York Press, 11-29.

Olson, Mancur. 1965. Logique de l’action collective. Paris: PUF, 1978.

Parent, Antoine. 2013. L’analyse économique est-elle intemporelle ? In Claude Dubar et Jens Thoemmes (dir.), Les temporalités dans les sciences sociales. Toulouse: Octares, 93-98.

Parsons, Kenneth H. 1942. John R. Commons Point of View. The Journal of Land and Utility, 18(3): 245-266. In Commons, 1950, 341-375.

Parsons, Kenneth H. 1970. Foreword. In Commons, 1950, vii-xvi.

Peirce, Charles S. 1878. Comment rendre nos idées claires ? In Textes anticartésiens. Paris: Aubier, 1984, 287-308.

Peirce, Charles S. 1923. Chance, Love and Logic. New York: Harcourt, Brace & Co.

Peirce, Charles S. 1931-1958. Collected Papers. Cambridge, MA: Harvard University Press. 8 vol. 

Ramstad, Yngve. 1986. A Pragmatist’s Quest for Holistic Knowledge: The Scientific Methodology of John R. Commons. In Warren J. Samuels (ed.), 1988. Institutional Economics. Aldershot: E. Elgar, vol. II, 138-176.

Ramstad, Yngve. 1990. The Institutionalism of John R. Commons: Theoretical Foundations of a Volitional Economics. In Warren.J. Samuels (ed), Research in the History of Economic Thought and Methodology, 8: 53-104.

Renault, Michel. 2000. Évolutionnisme et pragmatisme : Veblen, Dewey, Commons, Fondements philosophiques. Cahiers du GRATICE, 19: 181-206.

Ricœur, Paul. 1983-5. Temps et récit. Paris: Seuil, 3 vol.

Schnell, Alexander (dir). 2007. Le temps. Paris: Vrin.

Searle, John R. 1995. La construction sociale de la réalité. Paris: Gallimard, 1998.

Shackle, George L. S. 1957. Time in Economics. Amsterdam: North Holland.

Shackle, George L. S. 1964. Décision, déterminisme et temps. Paris: Dunod, 1967.

Théret, Bruno 2001. Saisir les faits économiques : la méthode Commons. Cahiers d’économie politique, 40-41: 79-137.

Tiercelin, Claudine. 1993. C. S. Peirce et le pragmatisme. Paris: PUF.

Tool, Mark R. 1994. An Institutionalist Mode of Inquiry: Limitations of Orthodoxy. In Philip A. Klein (ed.), The Role of Economic Theory. Dordrecht : Kluwer, 197-227.

Veblen, Thorstein B. 1899. Théorie de la classe de loisir. Paris: Gallimard. 1970.

Veblen, Thorstein B. 1904. The Theory of Business Enterprise. New York: Charles Scribner’s Sons. 1927.

Veblen, Thorstein B. 1914. The Instinct of Workmanship. New York: Huebsch, 1922.

Haut de page

Notes

1 La pluralité est bien analytique car, par exemple, « le principe de futurité est séparable en pensée mais inséparable dans les faits des principes de rareté et d’efficacité » (Commons, 1934a, 389).

2 Les cinq principes deviennent alors des « hypothèses logiques, faites dans le but d’atteindre une interprétation et une compréhension systématiques de la diversité du monde. Ce sont des instruments pour la recherche. La validité de ces hypothèses réside dans leur usage fructueux » (1939, 97-98).

3 Sur les contributions analytiques de Commons fondées sur l’ensemble de ces divers principes, et en particulier sur ceux de la coutume et de la souveraineté, voir l’ouvrage général de L. Bazzoli (1999).

4 De façon plus générale, l’intégration de la temporalité dans les sciences sociales pose de nombreuses difficultés. Voir sur cette question Dubar et Thoemmes (2013).

5 En français le mot « futurité » est peu utilisé, sauf parfois dans la philosophie phénoménologique. Au Québec, il sert à nommer, dans les concours, les « espoirs », en particulier les jeunes chevaux qui promettent pour l’avenir.

6 « C’est simplement un cas spécial du principe d’anticipation, ou de prévision, que nous nommons le principe de futurité, une caractéristique de tout comportement humain » (1934a, 84).

7 Sur la convergence en termes de réformes monétaires entre Commons et I. Fisher, voir W. J. Barber (2001) et P. Adair (2013).

8 « L’hypothèse de nomenclature revient à supposer possible une description d’un ensemble de choses, qualifiées de biens ou de marchandises, antérieurement à toute proposition relative à la société. En d’autres termes, les formes sociales spécifiques (échange, production, etc.) s’édifient sur un substrat neutre : la nature ou le monde physique dont il est possible de parler en premier lieu » (Benetti et Cartelier, 1980, 94).

9 « Böhm-Bawerk surchargea sa futurité subjective de concepts technologiques d’efficience, tout comme MacLeod surchargea sa futurité juridique de métaphores physiques » (Commons 1934a, 398-399).

10 « Le temps n’existe pas dans l’objet d’étude des sciences physiques. Il est placé là par l’expérience humaine. Les choses matérielles, et même la vie animale, n’ont pas d’idée du temps. Elles vont simplement de l’avant sans y penser. Mais l’homme, par son activité sociale du langage et la fabrication d’outils en vue d’une utilisation future, construit une séquence de temps futur qu’il projette et observe dans le monde autour de lui. A la longue, à partir de sa propre activité, il construit l’idée abstraite du temps » (Commons, 1934a, 406).

11 C’est en ce sens que Commons utilise fréquemment le terme d’ « économie propriétarienne » (proprietary economics) comme synonyme d’économie institutionnaliste (institutional economics).

12 Sur généralement l’influence de la philosophie pragmatiste sur Commons, voir Y. Ramstad (1986), P. Mirowski (1987), A. Albert et Y. Ramstad (1997, 1998) et M. Renault (2000).

13 Ce concept de futurité est aussi présent dans la phénoménologie de V. Jankelevitch (1974) et de P. Ricœur (1983-85), et surtout dans celle de Martin Heidegger (1927). Chez ce dernier il apparait comme le « souci » essentiel concernant la « temporellité » et sa fin irréversible, la mort. Dans la traduction d’Emmanuel Martineau en édition numérique hors commerce, le concept d’« avenant » chez Heidegger approche l’idée de futurité chez Commons sans vraiment lui être analogue du fait, notamment, de son origine phénoménologique plutôt que pragmatiste. Sur les différentes philosophies du temps, voir A. Schnell (2007). L’hypothèse selon laquelle la spécificité de l’humanité résiderait dans la capacité des êtres humains à anticiper, c’est-à-dire à se projeter dans une futurité, est aussi défendue par certains scientifiques (Kahn 2007).

14 La référence à la notion de futurité dans les études jamesiennes est d’ailleurs assez limitée (Nagl 2004).

15 «  Nous utilisons le terme “pragmatisme” toujours au sens scientifique de Peirce en tant que méthode d’investigation, mais nous considérons que Peirce ne l’a utilisé que pour les sciences physiques où il n’y a ni futur, ni objectif, alors que James et Dewey s’en sont toujours servi pour les sciences humaines, où le sujet d’étude est lui-même un être pragmatique toujours orienté vers le futur et donc toujours motivé par des objectifs » (1934a, 655).

16 En général, c’est surtout Peirce qui est présenté comme ayant eu la plus grande influence sur Commons (Parsons, 1942, 343; 1970, xiii; 1985, 762; Ramstad, 1986, 1076-1079; Mirowski, 1987, 1025-1027; Liebhafsky, 1993, 748-749).

17 Commons (1934a, 150-151) donne uniquement comme références aux écrits de Peirce : les six articles de 1877-1878 publiés dans Popular Science Monthly et réédités dans Chance, Love, and Logic (1923), c’est cette dernière édition que cite Commons; et les quatre articles de 1905-1906, publiés dans The Monist et dont Commons ne donne aucune citation. Comme littérature secondaire sur Peirce, Commons (1934a, 156) ne mentionne que D. L. Geyer (1914), dont il ne cite d’ailleurs aucun passage.

18 Dès 1925, Commons défend la conception selon laquelle la « futurité est commune aux sciences économique et juridique et les distingue des sciences physiques. Quand les économistes ont fondé leurs théories sur des analogies avec les sciences physiques, desquelles le principe d’efficacité est dérivé, ils représentaient la conduite humaine comme une résultante de forces physiques qui poussaient l’homme du passé dans le présent. L’individu était l’objet de lois “naturelles” auxquelles il ne pouvait pas déroger. La soi-disant “ loi de l’offre et de la demande”, dérivée du principe de rareté, était une force physique de cette sorte. Et en accord avec ce qui précède, le concept de temps, dans les sciences physiques, est celui d’un flux d’événements procédant inévitablement d’un antécédent vers un conséquent. Mais lorsque nous regardons la volonté humaine (human will), ou plutôt le vouloir humain (human willingness), comme la force avec laquelle la science économique a à faire, en contraste avec les forces physiques de la gravitation, de l’électricité, de la mécanique, et ainsi de suite, alors nous trouvons que ce sont les espoirs et les craintes, les attentes et les précautions, la prévoyance et l’impatience, inscrites dans le futur qui déterminent ce qui sera fait dans le présent. Nous avons, en économie et en droit, plusieurs termes indiquant cet aspect futuriste du temps comme motif, intention, projet, besoin, désir, sécurité, investissement, propriété, actifs, dettes, intérêt, capital - en fait, le concept de valeur lui-même, autour duquel tourne la théorie économique, aussi bien que la théorie juridique, est une synthèse de tous ces autres concepts de futurité et, comme tel, est toujours un concept de l’importance présente des choses, des personnes et des classes de personnes en vue de leur usage et comportement attendus dans un futur immédiat ou éloigné. C’est en vérité, ce principe de futurité qui change le concept usuel de la nature humaine développé par les économistes » (1925a, 377). Voir aussi G. Atkinson (2009, 435-437).

19 Selon la formule de G. H. Mead : « Le passé est un débordement du présent. Il est orienté à partir du présent » (1929, 170). Voir aussi G. H. Mead (1932a, 149-164). Sur cette question, Commons reconnaît aussi s’inspirer explicitement de la philosophie de David Hume (Commons, 1934a, 147) mais dans la version remaniée pragmatiste de C. S. Peirce pour qui « le temps est un instant de temps contenant en lui le passé, le présent et le futur » (Commons, 1934a, 153).

20 Et d’un point de vue évolutionnaire, « la nouveauté de tout futur requiert un nouveau passé » (Mead, 1932b, 177).

21 Il est à noter que la futurité dont il est question ici a peu à voir avec le « futur causal » de la physique relativiste ou avec le mathématicien Hermann Minkowski et ses « cônes de lumière » où le présent se situe aux pointes de deux cônes inversés : le « futur causal » (le cône supérieur) et le « passé causal » (le cône inférieur). Sur les débats actuels concernant la notion de temps en science physique, voir É. Klein (2004). La futurité chez Commons n’est pas non plus assimilable à ce que Jacques Derrida appelle l’« à-venir », et que les philosophes américains traduisent souvent par futurity, c’est-à-dire la promesse d’un avenir meilleur, socialiste (Derrida, 1993) et démocratique (Derrida, 2003). Le concept de futurité n’entre pas non plus dans la typologie en forme de mandala des différents temps de E. T. Hall (1983, 238).

22 Sur d’autres développements concernant cette question, voir J.-J. Gislain (2002, 2011a).

23 D’autres institutionnalistes comme T. Veblen (1899, 1914), ou certains de ses continuateurs jusqu’à nos jours (Hogdson, 2004), ont cherché à mettre au jour les « instincts » de la nature humaine qui seraient le résultat de la longue adaptation humaine à ses conditions de vie. Pour une critique de cette position, voir J.-J. Gislain (2011b). Sur certaines différences entre Veblen et Commons, voir J.-J. Gislain (1999, 2000a. 2000b, 2003b).

24 Analogiquement, on pourrait dire que le futurité est au futur ce que la validité est à la vérité, c’est-à-dire toutes les bonnes raisons de croire que c’est (ce sera) la vérité (le futur).

25 « la futurité est le champ mental des idées d’un but à réaliser dans le futur immédiat ou éloigné, par les moyens d’activités présentes s’empressant d’aller de l’avant vers ce dessein » (Commons, 1950, 193).

26 En ce sens la futurité n’a pas de rapport avec les « anticipations rationnelles » de la théorie néoclassique actuelle, ces dernières étant présentées comme une connaissance objective par l’acteur expert du futur tel qui se réalisera indubitablement. « Ce n’est pas un état rationnel de la société qui détermine l’action, c’est un ensemble merveilleusement irrationnel et complexe d’anticipations auquel sont confrontés les participants aux transactions » (Commons, 1934a, 683).

27 Au sens de l’ « instrumentalisme » de John Dewey.

28 Sur ces aspects, voir J.-J. Gislain (2006).

29 Sur la dimension évolutionnaire de la futurité, voir J.-J. Gislain (1999).

30 Il faut comprendre ce concept d’”action collective” autrement que comme l’action d’un “collectif” d’individus en tant qu’entité sociale agissant comme un “individu collectif” (Olson, 1965). Pour la tradition pragmatiste, le concept d’“action collective” doit être compris comme l’ensemble des (trans-)actions individuelles par/dans un collectif. La définition qu’en donne H. Becker est à cet égard éclairante : l’action collective est « l’ajustement réciproque des lignes d’action », c’est-à-dire que les individus « font ce qu’ils font avec un œil sur ce que les autres ont fait, sont en train de faire, ou sont susceptibles de faire dans le futur. Les individus cherchent à ajuster mutuellement leurs lignes d’action sur les actions des autres perçues ou attendues. On peut appeler action collective le résultat de tous ces ajustements, surtout si l’on garde présent à l’esprit que le terme ne renvoie pas aux seules actions collectives explicitement concertées, mais recouvre toute les activités que l’on peut considérer comme accomplies par un certain nombre de gens agissant ensemble » (Becker, 1963, 205-206). Commons (1934a) différencie action collective inorganisée et organisée selon que les transactions individuelles dans l’action collective sont régies par des règles opérantes de conduite (working rules) informelles ou formelles. Commons a été tenté d’utiliser le concept d’ « action concertée » (1931), mais il a fini par conserver celui d’ « action collective » que l’on pourrait aussi traduire par « activité collective ».

31 Commons (1934a) propose une typologie des transactions économiques en trois types régis respectivement par un principe: les transactions de marchandage (rareté), de direction (efficacité) et de répartition (souveraineté). Pour Commons, appréhender l’économie d’un point de vue transactionnel implique nécessairement d’intégrer dans la théorie économique la dimension du temps alors que « le concept de temps pouvait ne pas avoir d’importance tant que la théorie économique en restait aux marchandises, sans passer aux transactions » (1934a, 84).

32 Voir le tableau infra.

33 Pour Commons, un groupe actif (going concern) peut être concrètement tout groupement humain comme, par exemple, une association, une entreprise, un syndicat, un État, etc.

34 Commons définit le groupe actif (going concern) comme « une action concertée existant tant que le groupe est actif et anticipe de futures transactions profitables. Quand la futurité s’arrête, le groupe arrête d’aller » (1933, 99-100).

35 « La solution de Peirce au problème métaphysique de la réalité ultime et fondamentale est, non pas un biais individuel, mais un consensus social d’opinion. Le réel est ce dont les caractéristiques sont indépendantes de ce que telle ou telle personne peut penser qu’elles sont. L’opinion destinée à mettre finalement d’accord tous les chercheurs est ce que nous appelons la vérité, et l’objet de cette opinion est le réel. C’est ainsi que j’expliquerais la réalité » (1934a, 152).

36 « C’est la différence que nous ferons entre biais et science, et entre habitude et coutume. Le biais est l’opinion individuelle. La science est le consensus d’opinion. L’habitude est la répétition individuelle. La coutume est une sorte de contrainte sociale imposée aux individus par l’opinion collective de ceux qui ressentent et agissent de la même façon » (1934a, 153).

37 Qui est proche du concept de « perspective commune » de G. H. Mead (1932c).

38 « Les transactions sont fondées sur des anticipations du futur immédiat ou de l’avenir lointain qui sont garanties par cette action collective que sont les institutions de la propriété » (1934a, 86).

39 Commons utilise bien le terme de « futurité objective » (1934a, 418).

40 De façon générale, pour Commons « le temps est un concept tout à fait institutionnel » (1934a, 642).

41 En ce sens on pourrait dire que l’institution est « performative », elle « dit » la réalité de l’activité et de la sorte détermine sa réalisation. Cette conception rejoint en bonne partie celles, respectivement, de J. R. Searle (1995) et de V. Descombes (1996).

42 Cette dialectique, commune à l’approche pragmatiste, empêche de classer Commons dans l’une ou l’autre des cases de la dichotomie individualisme méthodologique – holisme.

43 Conformément à sa conception de la causalité multiple, Commons affirme : «  je ne pense pas que la causalité institutionnelle exclut d’autres causalités, cependant elles sont les causes instrumentales par lesquelles l’économie institutionnelle ou volitionnelle opère dans toutes sortes de transactions qui toujours s’orientent vers les conséquences futures » (1932, 268).

44 Ce ne sont ici que des exemples particuliers et postulés arbitrairement à des fins d’illustration. Rigoureusement, selon les principes méthodologiques de l’analyse commonsienne, il faudrait faire une étude de cas et, sur la base de la formule de transaction pertinente, en déduire-induire abductivement des résultats empiriques adéquats au cas considéré. Pour une analyse commonsienne complète de toutes les transactions de la relation salariale, voir J.-J. Gislain (2003a). « La formule d’une transaction est une configuration mentale et une unité de recherche qui n’est pas une copie de la réalité mais un moyen intellectuel de la comprendre » (Commons, 1934a, 59). Pour une application de cette méthodologie en matière de politique publique, voir S. Morel (2000).

45 L’approche pragmatiste de la futurité, que développe Commons à propos de l’inscription de l’action instituée dans la temporalité, peut aussi être développée à propos de la toposité, l’inscription de l’action dans l’espace institué (Gislain 2004).

46 Sur ce thème, voir L. Bazzoli et V. Dutraive (2014).

47 Concernant la temporalité, ce troisième monde de la futurité n’est pas le « temps comme tel (…) troisième terme qui rend possible de parler du temps subjectif et du temps objectif en tant que temps » que propose C. Castoriadis (1990, 247).

48 Quoi qu’il puisse bien se concrétiser parfois par des formes très réelles et très matérielles, telles que certaines instances de « maintien de l’ordre institutionnel » (justice, police, milice patronale, etc.).

49 Tardivement Commons a été tenté de nommer la forme opératoire des institutions des institutes (1938, 396)

50 Commons reconnaît à Gustav Cassel d’avoir aussi théoriquement distingué « la propension à attendre et la propension à courir des risques » (Commons, 1934a, 503).

51 « La rente de situation d’un groupe actif est l’anticipation quantifiable que des transactions économiques profitables pourraient être négociées, conclues et respectées dans l’avenir, en transigeant avec des personnes qui n’avaient auparavant pas de droits légaux ou éthiques pour acheter, vendre, ou fournir » (1935, 478).

52 Il est fait référence ici à la fameuse fièvre spéculative sur les oignons de tulipe à Amsterdam en 1637.

53 Commons parle alors de « fonds de commerce industriel des travailleurs » (1934a, 421).

54 Cela est aussi vrai pour d’autres approches qui pourraient intégrer la problématique de la futurité dans leur corpus théorique; voir par exemple G. Atkinson et C. J. Whalen (2011).

55 Une lecture strictement structuraliste de Commons peut toutefois être proposée (Théret, 2001).

56 Pour une excellente application du principe de futurité à la compréhension de l’évolution des institutions juridiques du capitalisme moderne, voir Kirat et Vidal (2011).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://oeconomia.revues.org/docannexe/image/2696/img-1.png
Fichier image/png, 177k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Gislain, « Futurité, la temporalité économique chez J. R. Commons », Œconomia, 7-2 | 2017, 239-270.

Référence électronique

Jean-Jacques Gislain, « Futurité, la temporalité économique chez J. R. Commons », Œconomia [En ligne], 7-2 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/2696 ; DOI : 10.4000/oeconomia.2696

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Gislain

Centre de Recherche sur les Innovations Sociales (CRISES), Québec, Jean-Jacques.Gislain@rlt.ulaval.ca.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org