Navigation – Plan du site
Business Cycles, Money and Economic Policy

Sismondi et l’analyse des crises économiques

Sismondi and the Analysis of Economic Crises
Richard Arena
p. 179-197

Résumés

L’objet de cette contribution est de proposer une reconstruction analytique globale de la théorie des crises économiques de Sismondi à partir de ses principales œuvres. Cette reconstruction présente deux traits principaux. D’un côté, l’approche des crises de Sismondi révèle une évolution de sa pensée dans le temps depuis la Richesse Commerciale où Sismondi s’avère très smithien jusqu’aux Études sur l’Économie Politique où des développements étonnamment modernes apparaissent, en particulier en matière de monnaie et de crédit. D’un autre côté, cette évolution ne remet pas en cause la cohérence du cadre théorique adopté par Sismondi qui reste classique mais intègre progressivement des éléments liés aux nouveaux aspects des crises économiques observées par l’auteur.

Haut de page

Texte intégral

1L’objet de cette contribution est de montrer comment Sismondi développa tout au long de sa vie une théorie des crises économiques qui ne supposait pas l’abandon mais au contraire l’extension de la conception classique des activités de production et d’échange. Le rejet de la loi des débouchés par Sismondi et sa prise en compte des dimensions bancaires et monétaires de la production et de l’accumulation du capital ne conduisent pas en effet à substituer une autre conception à cette dernière mais à montrer pourquoi celle-ci autorise en fait une vision d’ensemble – cohérente – des crises économiques. Cette vision prend appui principalement sur un certain nombre de travaux d’interprétation des apports de Sismondi à l’analyse économique que nous avons menés depuis plus d’une trentaine d’années (cf. la bibliographie jointe à cet article). Elle permet d’abord de distinguer les crises de marché (section 1), les crises industrielles (section 2) et les crises monétaires et bancaires (section 3). Ces différentes crises ne sont pas logiquement incompatibles et peuvent se superposer. Elles dépendent aussi du rôle économique joué par l’Etat et illustrent notamment la relation sismondienne entre théorie économique et philosophie politique soulignée récemment par Pascal Bridel (Bridel, 2009) auquel est dédié ce travail.

1. Les crises de marché

2C'est essentiellement à partir des Nouveaux Principes (Sismondi, [1819] et [1827], 1971 et 1975) que Sismondi développa une théorie des crises économiques qui constitue davantage un développement qu’une négation de la théorie classique anglaise. En ce sens et malgré ce que beaucoup d’historiens de la pensée économique ont prétendu quant à l’hétérodoxie des Nouveaux Principes, l’approche de Sismondi reste enracinée dans la tradition classique, même si elle renouvelle sa représentation des crises économiques (pour un exposé de cette assertion, on peut se reporter à Arena, 1981). Dans cet ouvrage, Sismondi privilégie en effet clairement une conception de l’activité économique fondée sur un schéma circulaire et reproductif accordant une place centrale aux phases successives des avances, de la production et des reprises. Toutefois, Sismondi innove principalement à propos de la troisième de ces phases. Si l'on excepte la Richesse Commerciale (Sismondi, [1803] 2012, tome II) que Sismondi lui-même assimilait à une simple réexposition de la Richesse des Nations d'Adam Smith (Sismondi, [1819 et 1827] 1971, 88, note 1), tous les écrits économiques postérieurs abandonnent en effet explicitement la loi de Say et, ce faisant, l'hypothèse de prévision parfaite retenue par David Ricardo. On comprend de ce point de vue la remarque suivante, souvent citée : « Nous arrivons (...), comme M. Ricardo, à trouver qu'à la fin de la circulation, si elle n'est nulle part arrêtée, la production aura créé une consommation ; mais c'est en faisant abstraction du temps et de l'espace, comme feraient les métaphysiciens allemands » (Sismondi, « Sur la balance des consommations avec les productions » texte reproduit in Sismondi, [1819 et 1827] 1971, 343).

3L'origine de l'abandon de la loi de Say est attribuée clairement par Sismondi à l'existence d'une économie de marché décentralisée. Dans ce contexte, les décisions de production des entrepreneurs sont fondées sur de véritables anticipations : elles sont, en effet, antérieures à toute « connaissance du marché » et le producteur se trouve ainsi confronté à une incertitude qui n'existait pas dans le cas de « l'homme isolé » (cf. le chapitre 1 de Sismondi [1819 et 1827] 1971). Si le marché existe, le consommateur et l'entrepreneur sont en effet deux personnages distincts dont les comportements sont indépendants. En particulier, Sismondi donne toute sa signification à la succession temporelle des phases et, introduisant une conception séquentielle du temps, il suppose que les décisions des entreprises sont logiquement et chronologiquement antérieures à celles des consommateurs. Dès lors, les premiers de ces agents ne connaissent pas avec exactitude les besoins de la demande future : l'épaisseur du temps séquentiel est un obstacle infranchissable :

Celui qui vit de la richesse commerciale dépend d'un public métaphysique, d'une puissance invisible, inconnue dont il doit satisfaire les besoins, prévenir les goûts, consulter les volontés ou les forces ; qu'il doit deviner sans qu'elle parle et qu'il ne peut s'exposer à mal entendre, sans risquer sa subsistance et sa vie sur chaque mauvais calcul. (op. cit., 245)

Mais plus le commerce s'étend, plus les échanges se multiplient entre des pays éloignés, plus il devient impossible aux producteurs de mesurer exactement les besoins du marché qu'ils doivent pourvoir. (Sismondi, « La politique des revenus » in Sismondi, 1981, 54)

4L'importance de cette incertitude est particulièrement forte dans le cadre du processus inter-périodique de reproduction : « la totalité de ce que (la société) produit est destinée à la consommation ; et si ses produits annuels, apportés sur le marché auquel ils sont destinés, n'y trouvent point de consommateurs, la reproduction est arrêtée, et la nation se ruine au sein de l'abondance » (Sismondi, [1819 et 1827] 1971, 108). Si on admet avec Sismondi des erreurs possibles d'anticipation, encore faut-il s'interroger sur leur durée : Ne sont-elles que transitoires et disparaissent-elles dans le cadre d'ajustements ? Sont-elles, au contraire, cumulatives et aboutissent-elles à un état de crise durable ? Deux premiers éléments de réponse peuvent d'ores et déjà être introduits, qui rendent improbable l'existence de mécanismes auto-correcteurs d'ajustement.

5Le premier a trait à la faiblesse des informations dont disposent les entrepreneurs. Sismondi semble pencher pour une conception pré-knightienne de l'incertitude : les prévisions sont des comportements de « divination» et les connaissances dont bénéficient les agents sont purement « conjecturales» (op. cit., 246). Les conséquences de cette ignorance sont doubles. En premier lieu, les entrepreneurs ne savent que peu de choses sur leurs concurrents : « l'obscurité est le nombre et les moyens des autres marchands, ses concurrents, qui vendent en rivalité avec lui » (op. cit., 247-248). Ainsi, « chacun ne songe qu'à lui-même, et au lieu de se demander si ses efforts augmenteront réellement le revenu social, il travaille seulement à s'en attribuer la plus grosse part aux dépends des autres, et souvent pour y parvenir, le plus court moyen est de diminuer la part de tous » (Sismondi, 1981, 54). En second lieu, les entrepreneurs anticipent avec difficulté les mouvements de la demande. La difficulté est d'ailleurs d'autant plus grande que les déterminants essentiels de cette demande – c’est-à-dire, pour Sismondi, « le nombre des consommateurs, leurs goûts, l'étendue de leur consommation et celle de leur revenu » (Sismondi, [1819 et 1827] 1971, 246-247) – sont eux-mêmes en perpétuelle évolution, lorsque plusieurs périodes de reproduction se succèdent.

6Un second élément amenuise encore davantage les chances d'une égalisation naturelle de l'offre et de la demande. Sismondi suppose en effet que le système capitaliste de marché sécrète une véritable tendance structurelle à l'accumulation du capital productif à laquelle sont soumis les entrepreneurs. Dès lors, « chaque producteur, au lieu de se régler sur la demande générale, proportionne son activité à la quantité de capitaux qui se trouvent à sa disposition. Ce sont toujours les moyens de produire qu'il considère, et non les moyens de consommer » (op. cit., 253). La volonté des entreprises d'utiliser à plein une capacité de production toujours plus grande, s'avère ainsi constituer l'un des facteurs essentiels de la surproduction. La possibilité d'une surproduction durable est l'un des apports majeurs de Sismondi à la théorie classique de la reproduction. Certes, les classiques admettaient l'éventualité de surproductions transitoires mais ils pensaient que celles-ci finiraient toujours par se réduire. Sismondi définit, à l'inverse, les conditions qui rendent compatibles la conception classique de la reproduction et l’apparition de crises longues. Si celles-ci se caractérisent, le plus souvent pour Sismondi, par des phénomènes de mévente, elles impliquent aussi, dans un deuxième temps, une sous-utilisation des capacités de production que concrétise la réaction des producteurs : le chômage et la surcapitalisation sont alors des conséquences inévitables (op. cit., 241-242).

7Cette première esquisse de l’origine des crises de marché est confirmée par l’approche de la formation des prix retenue par Sismondi (Arena, 1982). En effet, dans les Nouveaux Principes, le « prix de l'acheteur » se détermine d'une manière très différente de celle du « prix du vendeur ». Le consommateur « ne cherche point ce que la chose coûte mais les conditions sous lesquelles il pourrait en obtenir une autre qui la remplacerait» (Sismondi, [1819 et 1827] 1971, 251). Il ne prend en compte que le revenu dont il dispose et le désir qu'il a du bien offert par les producteurs. Comme le prix de marché de l’approche classique, le prix de l'acheteur n'est pas le résultat de ce qu'il convient habituellement d'appeler la loi de l'offre et de la demande. Ces deux forces ne se manifestent pas en effet simultanément et symétriquement sur le marché sismondien. La quantité et le prix offerts se déterminent dans une phase logiquement et chronologiquement antérieure à celle du marché. Les décisions des consommateurs se prennent donc sur la base de la connaissance parfaite des seules variables de la production (cf. « Examen d'une réfutation des Nouveaux Principes d'économie politique publiée dans la Revue d'Edimbourg par un disciple de M. Ricardo », in Sismondi, [1819 et 1827] 1971, 327). En outre, les quantités produites sont aussi les quantités offertes. Elles sont déterminées en début de période et ne peuvent être modifiées avant la suivante. Cette hypothèse est le résultat de l'introduction du temps séquentiel qui engendre un avenir incertain : la flexibilité des variables d'offre n'est pas pré-walrasienne mais pré-keynésienne. Le mode d'articulation des « prix du vendeur » et « de l'acheteur» décrit par Sismondi comprend deux aspects traditionnellement distingués par la théorie classique : le premier porte sur les conditions qui autorisent l'apparition d'une divergence entre les deux prix ; le second est relatif aux mécanismes de réduction éventuelle de cette divergence.

8Pour ce qui est du premier concept, trois cas sont distingués par Sismondi conformément à la tradition classique anglaise. Le premier des trois est celui dans lequel la demande effective et l'offre sont égales : les prix du producteur et de l'acheteur coïncident alors. Le deuxième correspond à la situation d'une offre excédentaire (cf. « Examen d'une réfutation... » op. cit., 327). Les vendeurs sont alors en position de faiblesse face aux consommateurs. Si, en effet, ils s'obstinaient à vouloir vendre au prix du vendeur, ils s'exposeraient à une mévente partielle (cas d'une constance de la demande) ou totale (cas du jeu d'un effet de substitution en faveur d'un autre bien) (Sismondi, [1819 et 1827] 1971, 251). La demande va ainsi pouvoir imposer le prix de l'acheteur sur le marché et le fixer à un niveau qui permettra l'égalisation des quantités offertes et demandées. La mévente est ainsi évitée mais le prix de vente est alors inférieur au « prix coûtant ». Le troisième cas, enfin, est celui d'une demande excédentaire (cf. « Examen d'une réfutation... » op. cit., 327). Le marché ne peut être soldé par un ajustement de l'offre puisque celle-ci s'identifie à la production et ne possède qu'une flexibilité périodique. En fait, le mécanisme effectif sera différent : au prix du vendeur, la demande constate qu'elle est contrainte. Dès lors, une partie des consommateurs va accepter un prix plus élevé pour pouvoir satisfaire entièrement ses besoins. Le prix de l'acheteur sera donc supérieur au prix du vendeur ; il engendrera ainsi une demande réduite puisque certains des consommateurs potentiels initiaux auront été découragés. Au prix du marché, l'offre et la demande s'égaliseront et le profit obtenu par les entrepreneurs sera plus élevé que le profit ordinaire. La deuxième étape du processus classique de gravitation (telle que, d'ailleurs, Sismondi la décrit dans la Richesse Commerciale) met en œuvre des mécanismes concurrentiels auto-correcteurs qui assurent la réduction de la divergence prix naturel - prix de marché. C'est dans le cadre de cette deuxième étape que l'approche sismondienne développée dans les textes économiques postérieurs à la Richesse Commerciale se distingue de la théorie classique.

9Pour le comprendre, revenons au deuxième cas : celui d'une offre excédentaire. Alors que la divergence entre prix naturel et prix de marché était transitoire chez les classiques, elle devient durable chez Sismondi. L'auteur des Nouveaux Principes considère en effet que les mécanismes auto-correcteurs de la théorie classique sont enrayés par la mobilité imparfaite, voire impossible des facteurs de la production. Il en est ainsi du travail en raison de la spécialisation des salariés, mais également du capital en raison des contraintes de complémentarité et d'indivisibilité des équipements. Enfin, la psychologie des producteurs les conduit à n'abandonner leur branche d'activité qu'au dernier moment de l'existence de leurs entreprises, « après avoir causé, chez tous ceux qui contribuaient à faire naître (la production) une perte et de capitaux, et de revenus, et de vies humaines qu'on ne peut calculer sans frémir » (Sismondi, [1819 et 1827] 1971, 249). Une différenciation durable des taux de rentabilité des entreprises peut alors apparaître en raison d'une inégalité de longue période entre prix coûtant et prix de marché. Les crises de marché deviennent ainsi possibles et menacent le processus même de reproduction : les reprises des producteurs peuvent de plus assurer un profit très faible ou même être inférieures aux avances. On pourrait toutefois penser que la flexibilité périodique des variables de la production permet de corriger, à l'occasion du cycle de production suivant, les erreurs de prévision qui ont créé la divergence des prix. Sismondi souligne d'ailleurs que l'observation de cette divergence constitue l'un des fondements des nouvelles anticipations (op. cit., 248). Les facteurs liés à la méconnaissance du marché, déjà évoqués, vont toutefois rendre insuffisante cette observation : l'ignorance de la demande et de ses variations, l'ignorance de l'offre formulée par les concurrents et l'existence des contraintes structurelles d'accumulation du capital vont empêcher l'apparition d'une tendance à la convergence des prix.

10Un autre facteur doit, en outre, être souligné qui, tout à la fois renforce et éclaire les précédents : la structure macroéconomique des revenus qui découle des choix de la production peut engendrer une demande souhaitée dont la composition physique ne coïncide pas avec celle de l'offre. La possibilité de l'inadéquation résulte évidemment de la mauvaise connaissance du marché. Sismondi illustre cette possibilité par deux exemples significatifs.

11Le premier est celui où « on crée (pour la société) beaucoup plus d'objets de luxe que les riches ne perçoivent de revenus de leurs capitaux » (op. cit., 127). Admettons, dans ce contexte, que, conformément aux hypothèses sismondiennes, la thésaurisation volontaire soit impossible. La dépense nationale sera alors égale à la production nationale. Supposons, en outre, que la demande physique potentielle des entrepreneurs (au-delà du remplacement des avances) ne comprenne que des biens-capitaux destinés à l'accumulation et des biens de luxe destinés à la consommation. Si, à la suite des choix décentralisés de la production, l'offre ne comprenait que des biens de luxe, la mévente ou la « sous-vente» serait inévitable : en effet, la « classe» capitaliste aurait le moyen mais non le besoin d'acheter ces seuls biens de luxe et la « classe» salariée n'en aurait ni la possibilité ni peut-être d'ailleurs la volonté puisque sa consommation n’inclut que des biens de subsistance.

12Le deuxième exemple proposé par Sismondi est celui où l' « on crée pour les pauvres beaucoup plus d'objets de subsistance non pas qu'ils n'en peuvent consommer, mais qu'ils n'obtiennent de revenu en échange de leur travail » (op. cit., 127-128). Ce cas peut, par exemple, s'identifier formellement à celui dans lequel le surproduit ou le surplus ne comprend que des biens de subsistance. Là encore, des difficultés d'écoulement apparaissent : les entrepreneurs ont les moyens d'acheter ces biens mais ces derniers ne correspondent pas à leurs goûts ; les salariés souhaiteraient certes les consommer mais ils n'en ont pas les moyens. Beaucoup d'autres situations seraient imaginables dans lesquelles la composition du surplus s'avérerait incompatible avec la structure macroéconomique des revenus. Elles confirmeraient simplement que cette incompatibilité peut engendrer des « sous-ventes » ou des méventes partielles alors même que le système ne suppose pas l'existence d'une thésaurisation volontaire.

13Toutefois, les revenus capitalistes non dépensés peuvent être assimilés, dans les deux cas, à des quantités de numéraire involontairement thésaurisées. La conjugaison de tous les facteurs recensés conduit alors à rendre probables les situations de « sous-ventes », voire de méventes : elle se répète, en effet, à chaque nouveau cycle de production, rend probable la crise et improbable l'égalisation des prix du vendeur et de l'acheteur. Sur ces bases, l'introduction par Sismondi d'une analyse de la possibilité des dépressions économiques présente une double caractéristique. On notera tout d'abord que les concepts de prix du vendeur et de prix de l'acheteur sont sensiblement identiques aux concepts classiques – voire ricardiens – de « prix naturel » et de « prix de marché ». Cette similitude des approches sismondienne et classique va bien au delà des concepts puisque l'explication ricardo-smithienne de l’impossibilité d'une divergence entre prix de production et prix courant paraît tout à fait analogue à celle du Sismondi de la Richesse Commerciale. En revanche, les textes économiques de notre auteur postérieurs à cet ouvrage marquent un approfondissement original du corps théorique classique. En effet, en utilisant des concepts identiques à ceux de ses contemporains ricardiens, Sismondi introduit dans ce corps la possibilité analytique des crises économiques. Pour ce faire, il s'appuie d'abord sur l'observation du fonctionnement concret du système économique dans lequel il vit. C'est le cas lorsqu'il abandonne l'hypothèse de mobilité parfaite des ressources. C'est encore le cas lorsqu'il prend en compte la notion de temps séquentiel. Sismondi s'appuie enfin sur une innovation théorique décisive : la mise en relation des structures macroéconomiques de la production et du revenu nationaux. Ce faisant, Sismondi, ne développe pas seulement la portée de la théorie classique des prix et de la concurrence. Dans les Études sur l’Économie Politique, il ira plus loin et complètera également l'analyse classique de la richesse sociale en montrant que « les produits ne sont point encore des quantités positives, des portions aliquotes de la richesse, tant qu'ils sont entre les mains du producteur ou du commerçant distributeur » et que, seule « la vente leur donne le caractère de richesse » (Sismondi, [1837] 1980, tome II, 219). En d'autres termes, si les valeurs d'usage difficiles à produire dotées d'un prix naturel et d'un prix courant sont déjà des richesses sociales pour les classiques qui admettent la validité de la loi de Say, elles ne le sont pas encore pour Sismondi : « les marchandises peuvent cesser d'être des richesses (...), soit qu'elles ne soient point conformes aux besoins et aux goûts des consommateurs, soit que ceux-ci n'aient pas le moyen de les acheter, ou de les payer ce qu'elles valent » (op. cit., 219). L'explication de ce fait est donnée par Sismondi dans le tome I des Études sur l'économie politique (op. cit.). L'auteur considère en effet qu'à l'inverse du cas de l'homme isolé, dans une économie de marché, l'entrepreneur produit sans savoir s'il y aura une demande pour absorber sa production. Il suppose ainsi que les objets produits seront utiles à la société mais il n'en a aucune certitude. « C'est l'acheteur seul qui donne une valeur réelle à son produit, et qui lui apprend s'il a en effet créé des richesses, ou s'il n'a fait que donner à la matière une forme nouvelle, que la société rejette comme lui étant inutile » (op. cit., 47). Le marché confère donc a posteriori, c’est-à-dire dans la phase des reprises, une utilité sociale à des biens qui ont été produits à l'occasion de la phase précédente : seules les marchandises classiques dotées de cette utilité sociale sont des richesses sociales sismondiennes. Il convient donc d’abandonner les Nouveaux Principes pour les Études pour faire pleinement apparaître cette nouvelle avancée. On peut alors découvrir d’autres dimensions des crises économiques.

2. Les crises industrielles

14Les crises industrielles ne diffèrent pas fondamentalement chez Sismondi des crises de marché. C’est en effet également au niveau de l’ajustement de l’offre et de la demande qu’elles se manifestent. Toutefois, l’origine de ces crises ne se situe plus seulement dans l’imperfection de l’information et de la mobilité dont disposent les producteurs. Elle n’est pas non plus uniquement liée à la composition particulière du surproduit et à son inadéquation avec le mode de la répartition des revenus entre groupes sociaux. Trois facteurs particuliers, engendrés par l’industrialisme, c’est-à-dire, la forme particulière que revêt la façon de produire dans le système industriel, vont ici se combiner aux causes habituelles des crises de marché.

15Le premier de ces facteurs est la forme de concurrence qui prédomine dans un système où la division du travail et l’existence d’une organisation productive décentralisée poussent les entreprises à multiplier les risques et à produire toujours davantage afin de tenter de s’emparer d’une part croissante du ou des marchés sur lesquels elles offrent des biens. Il occupe une place toute particulière dans les Études sur l’économie politique :

Ainsi nos premières recherches, dès que nous avons voulu nous occuper des hommes et non plus des choses, nous ont fait sentir tout ce qu’il y avait de fallacieux dans une prospérité d’abord si éblouissante. Nous nous sommes dès lors efforcés d’appeler l’attention sur la fausse route que suivait l’industrialisme ; nous avons montré les machines enlevant le pain aux artisans, la concurrence universelle réduisant les bénéfices légitimes de tout travail, la production exubérante étouffant le pauvre au lieu de lui procurer l’abondance, et nous avons dès lors été accueillis par une clameur presque universelle. (Sismondi, [1837] 1980, tome II, 155)

16Les économies anglaise et française qui ont été à l’origine de la Révolution Industrielle ont en effet contribué à instaurer un régime toujours plus intense de concurrence marchande qui a conduit à la mécanisation des processus de production, à la surproduction ainsi qu’à une baisse ou à un freinage de la hausse des salaires réels. En outre, l’intensification de la concurrence propre au renforcement de l’industrialisation a pu parfois conduire à la formation de monopoles, c’est-à-dire, pour reprendre une terminologie classique, à l’instauration d’entraves à la concurrence (Arena, 1992). Or, comme l’a mis en évidence Eyguesier récemment, pour le Sismondi de la Richesse Commerciale comme avant lui pour Adam Smith, le régime de monopole est à la fois injuste et inefficace (Eyguesier, 2012, 78 et sv.). Toutefois, il ne faudrait pas en déduire que l’origine des crises industrielles est liée principalement au mouvement de concentration économique. Avec le temps et l’observation des déséquilibres économiques qui perturbent le système productif dans lequel il vit, Sismondi va souligner dans les Nouveaux Principes comme dans les Études sur l’économie politique en accord avec ce qui a été mis en lumière dans la section 1, que l’origine des crises industrielles se trouve dans l’intensification de la concurrence, que celle-ci soit libre ou entravée :

L’encombrement est donc bien plus redoutable pour le fabricant que pour l’homme de métier ; il attire bien plus rapidement sur lui la misère, la souffrance et la mort. Aucune prudence humaine ne saurait l’en préserver, car il travaille pour un marché distant et inconnu, et ce sont aussi des rivaux distants et inconnus qui, tout à coup, et sans qu’il puisse le prévoir, viennent le supplanter dans le marché qu’il occupait, en offrant à la place de sa marchandise une marchandise nouvelle qui coûte moins ou qui vaut davantage. Quand les gens de métier surabondent dans un lieu, comme la disproportion entre la demande du travail et les bras pour l’exécuter ne peut être ni très grande ni très subite, les artisans trouvent en général moyen de se déplacer et de se rendre dans un lieu où l’on ait besoin d’eux. Tout au moins, comme ils ne sont pas nombreux, ils peuvent être secourus par la charité publique. Mais les fabricants se trouvent rassemblés tous en un même lieu, loin de ceux qu’ils doivent servir ; quand ils se trouvent de trop là où ils sont, il leur est fort difficile de savoir où ils doivent se rendre. Le plus souvent, comme le même encombrement réagit partout, ils ne sont désirés en aucun lieu, partout également ils sont de trop, et d’autre part ils sont si nombreux que la charité publique ne peut suffire, dans les lieux où ils sont accumulés, à pourvoir à leurs besoins. Aussi leurs souffrances sont horribles ; elles mettent également en danger la moralité, la santé et la sûreté publiques, et l’on peut les signaler comme les plus grandes des calamités auxquelles, dans les temps modernes, les gouvernements sont appelés à pourvoir. (Sismondi, [1837] 1980, tome II, 177)

17On pourrait ainsi penser que la mentalité industrialiste des entrepreneurs exerce des effets purement négatifs sur l’activité économique mais Sismondi ne défend pas ce point de vue. Cette mentalité comporte aussi des aspects positifs car elle favorise et soutient l’innovation. C’est pourquoi le marché et la libre-concurrence ne peuvent être laissés à eux-mêmes mais doivent faire l’objet d’une régulation du « gouvernement » :

Il y a de plus, dans la rivalité de leurs ateliers, dans la pratique de ‘sous-vendre’, dans l’espoir de se supplanter réciproquement, et de se ruiner les uns les autres, quelque chose d’antisocial, qui rend l’introduction de ce genre d’industrie singulièrement redoutable. Nous ne disons point cependant à la société de ne pas la tolérer : elle est souvent la conséquence de la marche irrésistible de l’esprit humain et de la domination de l’homme sur la nature. Mais nous dirons au gouvernement de regarder toujours avec défiance les progrès de l’esprit manufacturier, de se souvenir que tout éblouissante que soit la prospérité d’une manufacture nouvelle, à son foyer, cette prospérité est presque toujours compensée par la misère et la ruine d’une autre industrie à l’extrémité de ses rayons : que cette prospérité est encore, de sa nature, de courte durée, parce qu’une autre naîtra qui lui enlèvera son marché, comme elle a enlevé celui des industries qui l’ont précédée ; qu’enfin aucune misère n’égale celle d’une manufacture en décadence, et que la société, tenue à protéger tous ses enfants, doit songer d’avance aux sacrifices qu’elle devra faire lorsque la calamité atteindra ses manufacturiers. (Sismondi, [1837] 1980, tome II, 191)

18Un deuxième facteur des crises industrielles est lié à l’innovation qui est partie prenante des processus de concurrence :

C’est, en effet, une conséquence de l’encouragement donné aux inventeurs, que chaque découverte vraiment importante en mécanique, chacune de celles qui produisent une économie de travail et un profit considérable, fasse immédiatement créer une factorie nouvelle pour s’en attribuer exclusivement les profits. Cette factorie n’est point destinée à satisfaire des besoins nouveaux, mais à sous-vendre (undersell) les anciens fabricants. On doit nous permettre cette expression anglaise pour représenter une opération qui fait la base du commerce anglais. Les besoins ne se sont point étendus, le nombre des acheteurs ne s’est point accru ; mais, grâce à l’invention nouvelle, ceux qui en exercent le monopole peuvent vendre à meilleur marché que leurs devanciers, et par conséquent s’attribuer toutes leurs pratiques. Pour tirer le plus grand parti possible de sa découverte, il faudrait que la factorie nouvelle pût approvisionner seule le marché : elle est loin d’atteindre ce but sans doute, mais grâce à la surabondance des capitaux, grâce à l’empressement des banques à faire des avances en billets, des millions de francs sont bientôt rassemblés pour la nouvelle entreprise, des millions d’aunes d’étoffes de coton sont tout à coup jetées sur le marché qui ne les demande pas. (Sismondi, [1837] 1980, tome II, 210)

19L’introduction des innovations conduit donc Sismondi à prendre conscience de la récurrence des crises industrielles. En effet, Sismondi note clairement que l’innovation industrielle se matérialise d’abord et très fréquemment par l’établissement d’un monopole provisoire le plus souvent incarné par la maîtrise d’une technique de production : celle-ci permet à l’entrepreneur-innovateur d’accroître ses profits et par conséquent d’acquérir des avantages compétitifs au moins à court terme. Ce pouvoir de monopole n’est cependant pas durable. Une autre innovation technologique succède bientôt à la précédente et recrée les conditions de la crise à l’instar de ce qui se produira dans la représentation schumpéterienne des cycles d’affaires. La notion de crise industrielle permet ainsi d’entrevoir chez Sismondi celle de cycle économique. En outre, le crédit bancaire et la finance permettent d’avancer des ressources financières qui facilitent l’innovation et autorisent son renouvellement régulier. Ils renforcent ainsi l’idée que les crises industrielles sont le moment d’un cycle. Comme l’écrit encore Sismondi :

L’invention nouvelle, ou importée du dehors, donne au manufacturier le moyen d’établir son ouvrage à meilleur marché que ceux dont il s’est fait le rival ; et pendant que cet avantage dure, l’ouvrier qu’il emploie est bien payé et vit dans l’abondance (…). Mais il est dans la nature des arts que les inventions se succèdent l’une à l’autre, qu’une découverte nouvelle vienne enlever les fruits de la précédente, et que la période de prospérité de toute manufacture soit promptement suivie par une période de détresse. Il nous suffit de savoir qu’une manufacture fleurit aujourd'hui pour pouvoir prévoir, presque avec certitude, que dans dix ans, dans bien moins de temps encore, selon toute probabilité, elle aura dû succomber à la concurrence ; car plus nous avançons dans la science et plus nos pas sont gigantesques, plus les découvertes se succèdent l’une à l’autre avec une accélération qui ne laisse pas le temps de se reconnaître. (Sismondi, [1837] 1980, tome II, 215)

20Un troisième facteur doit également être pris en compte lorsque l’on essaie de mieux comprendre la dynamique sismondienne. Il s’agit de la tendance à la suraccumulation du capital qui caractérise les économies capitalistes de marché. En effet, en intensifiant la concurrence entre entreprises et en rendant le crédit toujours plus facile, les comportements de type industrialiste conduisent aussi à faciliter l’investissement et, par conséquent, à ne plus proportionner ce dernier aux variations de la demande, que celles-ci soient notionnelles ou effectives. En un sens, l’investissement cesse d’être fondé sur des croyances raisonnables, relève d’anticipations spéculatives conduisant à l’émergence de véritables « bulles » et, de ce fait, engendre des crises de sur-investissement :

Les sociétés modernes ont accumulé une masse prodigieuse de capitaux, elles en sont embarrassées, elles en sont accablées, et c’est cette surabondance qui les pousse sans cesse vers le commerce aléatoire. Depuis que la guerre universelle, cette grande consommatrice des capitaux, est terminée, on a vu les nations les plus riches jeter avec une sorte de fureur les millions sur les millions, d’abord dans les emprunts d’Amérique et de la plupart des nations continentales, ensuite dans les entreprises de mines des colonies ci-devant espagnoles, puis dans les centaines de compagnies prétendues industrielles, qui se formèrent simultanément en Angleterre, et que l’on y a comparées à des bulles de savon, en les voyant toutes éclater et s’évanouir en même temps ; de là le nom qu’on leur a donné (the bubbles) ; enfin dans les entreprises de chemins de fer. Le capital de ces diverses spéculations surpasse peut-être plus de cent fois tout celui que les banques peuvent mettre au service du public : une grande partie de ce capital a été dissipée, anéantie ; la faillite successive des gouvernements, des mines, des compagnies d’actionnaires, à causé la ruine de milliers et de milliers de familles, et a répandu de toutes parts la désolation. (Sismondi, [1837] 1980, tome II, 292-293)

21Ainsi, l’industrialisme ne fait qu’aggraver les crises de marché en renforçant les tendances à la surproduction, à la suraccumulation du capital et à une concurrence excessive en matière d’innovation. Mais Sismondi n’en restera pas là et au terme de sa vie, il prend également en compte les dimensions bancaires et monétaires des crises économiques. C’est à nouveau dans le second tome des Études sur l’Économie Politique que celles-ci apparaissent. Sismondi distingue en effet la monnaie du crédit et cette distinction joue un rôle essentiel dans l’émergence des crises monétaires et bancaires.

3. Les crises monétaires et bancaires

22Les effets exercés par cette distinction apparaissent, en premier lieu, dans l’analyse sismondienne du mécanisme de thésaurisation. En effet, dans la Richesse Commerciale comme dans les Nouveaux Principes, la thésaurisation était condamnée parce qu’elle pouvait constituer l’une des manifestations des déséquilibres de marché, c’est-à-dire, celle qui permet de comprendre l’insuffisance de pouvoir d’achat et, par conséquent, les crises partielles ou générales de surproduction. En revanche, dans les Études, la thésaurisation cesse d’être seulement interprétée comme l’un des facteurs involontaires de déclenchement des crises ou des cycles. Elle devient aussi une conséquence ou un accélérateur des crises ; les agents économiques constituent en effet volontairement et en permanence de véritables encaisses de précaution destinées à faire face à l’incertitude, qui ne font qu’aggraver l’occurrence de déséquilibres de surproduction :

Dans les pays demi-barbares, au contraire, chacun sent que le numéraire, toujours égal à lui-même en valeur, toujours bon à échanger contre tout ce dont on a besoin, est le meilleur des préservatifs contre des dangers inconnus. Chacun sent, en l’accumulant, que c’est du pouvoir qu’il tient en réserve dans son coffre-fort : or, plus l’état de la société est orageux, plus chacun désire du pouvoir, de préférence à des jouissances. Le propriétaire sent qu’au milieu des troubles, c’est ce pouvoir condensé sous forme de numéraire qui le défendra et le sauvera le mieux au besoin ; il sait aussi que c’est la richesse qui se dérobe le mieux à tous les yeux, qui excite le moins d’envie, et qui échappe le plus aisément au pillage. Quoique dans les pays accablés par l’anarchie ou le despotisme, le capital circulant dans le commerce rapporte souvent un profit considérable, le plus grand nombre de ceux qui ont quelque chose ne veulent pas courir les chances effrayantes du commerce, et ils aiment mieux enterrer leur argent que de le prêter à intérêt ou le changer en capital circulant. (Sismondi, [1837] 1980, tome II, 76)

23L’existence des banques renforce cependant les effets de la thésaurisation en leur superposant une fragilité bancaire qui entretient et aggrave la crise. Les crises bancaires ne proviennent pas principalement de l’inconduite des banques mais des dangers mêmes du crédit, c’est-à-dire, de « l’engagement que [celles-ci ont] pris de payer à présentation un argent qu’elles n’[ont] point, qu’elles n’[ont] pas dû garder. » (Sismondi, [1837] 1980, tome II, 287-288).

24L’explication est simple. Nous avons vu en effet que les banques participent à la tendance systémique à la surproduction et à la suraccumulation du capital qui caractérisent chez Sismondi le fonctionnement des « sociétés commerciales ». Toutefois, même si les banques jouent un rôle spécifique qui consiste à fournir aux entreprises les liquidités dont elles ont besoin pour financer leurs dépenses de production et d’investissement, elles ne différent pas pour autant des autres entreprises et il existe dès lors une symbiose, économiquement dangereuse, entre les secteurs bancaire et manufacturier :

Il y a entre le commerce de banque et celui de manufactures ce rapport, que, dans l’un comme dans l’autre, la fin semble contraire aux moyens (…). Le résultat [des banques et des manufactures] est le même aussi, et tel qu’on devait l’attendre de cette contradiction : elles flattent toutes deux quelque temps par l’apparence d’une prospérité décevante ; puis dès qu’un moment de crise arrive, elles en augmentent démesurément les convulsions. (Sismondi, op. cit., 286)

25En effet, dans ce contexte, loin de freiner le surinvestissement des entreprises, les banques ont tendance à créer plus de crédit que les gains futurs anticipés des entreprises ne permettraient raisonnablement de le faire. En outre, dans les pays où la mentalité manufacturière est prédominante, la thésaurisation bancaire se substitue à la thésaurisation monétaire, aggravant l’ampleur de la crise :

En Turquie, en Perse, aux Indes, tout homme, sans exception, thésaurise dès qu’il le peut, Il enferme, il cache, il enterre toutes les pièces de monnaie qu’il peut atteindre ; il n’en laisse jamais sortir une de ses mains sans se dire qu’il perd une de ses garanties. Dans les pays les plus civilisés, au contraire, tout homme est devenu négociant en ceci, tout au moins, qu’il ne veut pas que son capital demeure dormant entre ses mains, même pour le temps le plus court. En Angleterre, les hommes riches les plus étrangers au commerce, ont tous un compte ouvert chez leur banquier ; ils paient tout ce qu’ils doivent ou qu’ils achètent, par des assignations sur lui, et ils gardent fort peu d’argent chez eux. (Sismondi, op. cit., 277)

26Mais, tôt ou tard, l’excès de crédit devenant de plus en plus manifeste, les clients de la banque craignent d’être confrontés à des problèmes d’insolvabilité bancaire et décident dès lors de transformer leur épargne en liquidités monétaires, aggravant ainsi la surproduction et le surinvestissement. En outre, les runs ou les faillites bancaires se généralisent, favorisant encore la crise industrielle et la transformant en crise bancaire :

Toute émission (…) de billets qui ne peuvent pas rester dans la circulation, ou qui sont surnuméraires à la quantité des sacs d’argent qu’on ne délie jamais, reflue vers la banque, et peut causer une crise artificielle ; et d’autre part, toute agitation, toute inquiétude sur les affaires ou publiques ou commerciales, tout besoin d’argent inattendu, engagent également tous les porteurs de billets à les réaliser. (…) Dans ces demandes subites et générales, toute hésitation à payer, tout retard, accroîtraient la terreur, et feraient immédiatement présenter à la banque tous les billets qu’elle a mis en circulation. Comme le moindre accident, le bruit le plus mensonger, peuvent tout à coup susciter une de ces terreurs paniques, toute banque conduite avec prudence doit se tenir toujours en état de résister à la première alarme ; elle doit conserver en réserve, dans sa caisse, du tiers au cinquième du numéraire représentant le papier qu’elle a en circulation, quoique l’intérêt de tout le numéraire qu’elle garde en caisse soit autant de profit qu’elle perd. (Sismondi, op. cit., 289)

27Dans ce contexte, Sismondi souligne aussi la dimension institutionnelle des crises qui provient de l’organisation même du système monétaire et bancaire et tient également à la confiance que les agents économiques ont dans son mode de fonctionnement et aux croyances qu’ils forment quant à ses performances futures. Il est intéressant de noter dans cette perspective que, même dans un système monétaire et bancaire très différent du nôtre, les développements proposés par Sismondi sont étonnamment modernes et riches d’enseignement pour mieux comprendre les déterminants permanents des crises économiques.

28La première caractéristique de l’organisation monétaire des économies du XIXe, du XXe et du début du XXIe siècles a trait en effet à la place occupée par les croyances et la confiance en matière monétaire et bancaire :

[Les] dangers du système des banques sont infiniment augmentés par les fausses idées répandues à leur égard parmi ceux mêmes qui passent pour entendre les affaires, et par les efforts que font plusieurs d’entre eux pour accréditer ces erreurs afin de servir leur propre cupidité. Ainsi nous entendons parler chaque jour du pouvoir créateur du crédit, de l’importance de mobiliser la fortune nationale, de l’assistance que les banques pourraient donner à l’industrie, à l’agriculture, aux propriétaires accablés de dettes, au commerce, lorsqu’il éprouve de la gêne ; cependant le crédit ne crée rien, il emprunte seulement et déplace un capital déjà existant. (Sismondi, op. cit., 290-291)

29On retrouve ici la distinction opérée par Sismondi entre monnaie et crédit. Comme Keynes le montrera dans son Traité de la Monnaie, le crédit ne constitue pas une unité de compte et d’intermédiation définitives comme la monnaie mais un mécanisme qui permet de reporter dans le temps les financements et les paiements monétaires. Anticipant ces définitions, Sismondi note comment et pourquoi, en période de crise, ce mécanisme devient dangereux car il peut conduire à l’impossibilité pour les banques de restituer leurs épargnes à leurs clients et de ce fait à leur insolvabilité :

La solvabilité de la banque, les biens-fonds qui lui servent de garantie, ne suffisent point pour soutenir son crédit, parce que, dans les temps de crise, c’est à l’instant même qu’on peut avoir besoin d’argent, et que la chance de l’attendre, ne fût ce que quinze jours, peut vous coûter la fortune ou la vie. D’ailleurs, si le discrédit dure quelque temps, il n’y a point de banque qui ne doive nécessairement faillir, à moins qu’elle ne prenne le parti désespéré de retirer tout son papier, et de fermer son comptoir. En effet, toutes les opérations diverses qu’elle peut faire pour se procurer du numéraire, se réduisent toujours à celle d’acheter de l’argent, contre son papier qu’elle donne à perte, puis de rendre cet argent contre son papier qu’elle reçoit au pair. Si cette opération est fréquemment répétée, comme elle l’est dans un temps de crise, il n’y a aucun capital, quelque considérable qu’il soit, qu’elle ne doive détruire. En général, les banques rétablissent leur crédit par la rapidité de leurs paiements ; et quand elles ont tenu tête deux ou trois jours à la foule qui les assiégé, pour rembourser leurs billets, elles comptent que cette foule se dispersera ; mais deux ou trois jours de plus de la même défaveur les amèneraient nécessairement à faire faillite. (Sismondi, op. cit., 288-289)

30Bien évidemment, les remarques de Sismondi concernent un système monétaire où n’existent pas de banque centrale susceptible de jouer le rôle d’un prêteur en dernier ressort et où, par conséquent, le risque d’insolvabilité est beaucoup plus fort qu’aujourd’hui. La seule solution dans ce cas lorsque le risque d’insolvabilité se généralise au sein de l’économie comme pendant les périodes de crise, consiste à réglementer l’activité bancaire.

31Cette deuxième caractéristique de l’organisation bancaire ne peut, à l’époque de Sismondi, prendre la forme d’une banque centrale qui est susceptible de prêter aux banques commerciales en dernier ressort. Elle correspond donc à la politique monétaire de l’État ; celle-ci prend d’abord la forme d’une véritable régulation de la libre-concurrence :

En accordant la charte sans laquelle il ne doit permettre à aucune banque d’exercer ses fonctions, le gouvernement peut de plusieurs manières encore restreindre une activité exagérée. Il doit d’abord empêcher toute rivalité, toute concurrence entre les banques ; il doit empêcher que les banquiers, pour s’enlever des affaires les uns aux autres, aillent chercher les emprunteurs, tandis que c’est à ceux-ci à chercher les prêteurs et à leur montrer qu’ils méritent leur confiance. (…) (Sismondi, op. cit., 297)

32La politique monétaire doit ensuite interdire les transferts de crédit et les reports de paiement qu’ils engendrent par le biais de prêts hypothécaires et qui peuvent être sous-tendus par l’émission de billets émis par les banques commerciales :

Le gouvernement doit encore refuser une charte à toute banque hypothécaire, toute banque territoriale, puisque le nom même qu’elles prennent indique que leurs fondateurs n’ont aucune idée du commerce qu’ils veulent entreprendre. Avec leur papier ils prétendent avancer aux emprunteurs, non du capital circulant, mais cette partie du capital qui ne circulera plus, qui se changera en capital fixe. L’homme qui emprunte des billets pour faire valoir ses terres, quand il les a dépensés une fois, n’est plus destiné à les revoir de sa vie. Peut-être ces billets seront-ils reçus par la circulation de quelque autre commerce ; mais plus probablement ils reviendront aussitôt au banquier pour être échangés contre du numéraire. Le gouvernement peut encore et doit exiger qu’aucun billet ne soit mis en circulation que pour des sommes considérables. (Sismondi, op. cit., 297-298)

33La politique monétaire est donc indispensable et permet de réguler le système économique. Elle doit interdire les excès de crédit et de spéculation et permet la reproduction du système économique dans des conditions aussi harmonieuses que possible (Arena, 2006).

Avec de telles limitations, on peut recueillir les avantages des banques sans en ressentir les inconvénients les plus graves : on a vu, en effet, la Banque de France traverser les temps les plus critiques sans donner dans les excès par lesquels de tels établissements ont ébranlé ailleurs le commerce. On peut encore, mieux qu’on ne l’a fait en France, les limiter de sorte qu’elles ne poussent point aux entreprises hasardeuses et aux spéculations aléatoires ; mais le pas est glissant, on sera encore assiégé comme on l’a été, comme on l’est aujourd’hui par ceux qui demandent que la banque donne plus d’assistance au commerce, plus d’impulsion à l’industrie. (Sismondi, op. cit., 297-298)

34Au plan de la régulation macroéconomique, le danger majeur est évidemment, pour Sismondi, celui de l’importance de la dette publique. Il n’existe en effet aucune raison a priori pour que l’Etat soit plus vertueux ou plus raisonnable que les banquiers et les entreprises. Sismondi n’est pas en effet le présocialiste que l’on a tenté de décrire et ses critiques de l’interventionnisme étatique sont substantielles (cf. Eyguesier, 2012, 240-247 notamment). Or, l’une d’entre elles a trait précisément à la politique d’accroissement de la dette publique, aujourd’hui si critiquée :

Nous ne sommes nullement arrivés au terme où le système du crédit public peut nous conduire. Une fois que les puissants ont découvert cette manière de s’approprier le bien de leurs enfants, et de jouir de ce qui n’est point à eux, il n’est pas probable qu’ils s’arrêtent. Les dettes des gouvernements sont en général contractées pendant la guerre et pour la guerre ; mais rien n’est si rare que de les voir ensuite acquittées pendant la paix. Avant que le public se fût accoutumé au système des emprunts perpétuels, on s’était cru obligé de le flatter d’une espérance de remboursement, et dans ce but un fonds d’amortissement fut créé. Bientôt, on en fit un instrument pour soutenir le prix des effets publics, en faisant comparaître à la bourse un acheteur qui, chaque jour, faisait une nouvelle demande, et déterminait ainsi la hausse des fonds. Mais le public ne tarda pas à s’apercevoir de la déception d’un amortissement qui rachetait en même temps que l’État empruntait de nouveau, et depuis qu’il a commencé à voir plus clair, les gouvernements ont commencé aussi à renoncer à cette jonglerie. Depuis la dernière paix le Gouvernement anglais a travaillé avec zèle et avec bonne foi à diminuer ses dépenses, à acquitter quelques-unes de ses dettes ; mais il ne peut entretenir aucun espoir de compenser par son économie les prodigalités passées ; tous les autres n’y ont pas même songé ; les emprunts ont dépassé de beaucoup les remboursements, et la masse des effets publics s’est fort augmentée (…). La plupart des gouvernements emprunteurs marchent évidemment à une banque-route prochaine, et cependant ils trouvent toujours à placer leurs emprunts dans quelqu’un des deux ou trois pays où les capitaux abondent. (Sismondi, op. cit., 318-319)

35La politique monétaire et bancaire de l’Etat ne constitue donc pas nécessairement pour Sismondi un mécanisme correcteur susceptible d’assurer une régulation optimale du système économique. Elle peut l’être mais elle peut aussi être un facteur d’aggravation de la crise en favorisant l’émergence d’une dette publique croissante qui ne sera jamais remboursée.

4. Remarques conclusives

36Dans cette contribution, nous avons pu mettre en évidence l’existence chez Sismondi d’une théorie générale des crises. Cette théorie présente deux caractéristiques. D’un côté, loin d’abandonner le cadre classique d’interprétation, elle le développe et montre que la loi de Say et la dichotomie réel/monétaire n’en constituent pas des ingrédients constitutifs. Ce premier résultat nous invite à réfléchir à nouveau sur les fondements de ce cadre. D’un autre côté, Sismondi nous propose un mode d’articulation des dimensions marchande, productive et monétaire des crises économiques dans le cadre de la société de son temps. Il illustre pourquoi et comment, loin de s’exclure, ces dimensions peuvent se combiner pour expliquer l’émergence, le déroulement et l’inévitabilité de crises complexes comme celles qui continuent à se dérouler au début du XXIe siècle.

The author thanks two anonymous referees. The usual caveat applies.

Haut de page

Bibliographie

Arena, Richard. 1981. Note sur les apports de Sismondi à la théorie classique. L’Actualité Economique, 57(4) : 565-588.

Arena, Richard. 1982. Réflexions sur l'analyse sismondienne de la formation des prix. 33(1) : 132-149.

Arena, Richard. 1982. Prix, production et échange dans les Nouveaux Principes de Sismondi. Économies et Sociétés, XVI(6‑7) : 607-620, Hors-Série, numéro spécial “Déséquilibres et régulation" (J. Weiller, dir.).

Arena, Richard. 1992. Libre-concurrence et concurrence entravée : trois exemples historiques. Cahiers d’Économie Politique, 20-21, 77-91.

Arena, Richard. 1998. Jean‑Charles Léonard Simonde de Sismondi. In H. Kurz and N. Salvadori (dir.), The Edward Elgar Companion to classical economics, Cheltenham : Edward Elgar, vol. 2, 360-365.

Arena, Richard. 2006. Sismondi et la transition de l'esclavage au métayage. In A. Legris et F. Célimène (dir.), La transition post-esclavagiste dans la théorie et la pratique. Paris : Editions du CNRS, 1201-1230.

Arena, Richard et Dominique Torre. 1985. Les théories monétaires de Sismondi. Quelques éléments d’analyse. Cahiers de l'ISMEA (série HS), Quatrième cahier sismondien, dirigé par M. Saint-Marc et J. Weiller, 21-53.

Bridel, Pascal. 2009. Théorie économique et philosophie économique : quelques réflexions préliminaires sur la réédition de l’œuvre scientifique de Sismondi. Cahiers d’Économie Politique, 57, 131-150.

Eyguesier, Nicolas. 2012. La notion de progrès chez Sismondi. Thèse de doctorat ès sciences économiques, Université de Lausanne.

Simonde de Sismondi, Jean-Charles Léonard. [1803] 2012. De la Richesse Commerciale ou Des Principes d’Economie Politique Appliqués à la Législation du Commerce. Genève : J.J. Paschoud ; réédité par P. Bridel, F. Dal Degan et N. Eyguesier in Œuvres Economiques Complètes, Tome II, Paris : Economica.

Simonde de Sismondi, Jean-Charles Léonard. [1819] et [1827] 1971. Nouveaux Principes d’Economie Politique ou de la richesse dans ses rapports avec la population. (Préface de J. Weiller, avec la collaboration de G. Dupuigrenet-Desroussilles). Paris : Calmann-Levy.

Simonde de Sismondi, Jean-Charles Léonard. [1819] et [1827] 1975. Nouveaux Principes d’Économie Politique. Les trois livres du second tome. Du numéraire, de l’impôt, de la population. (Avant-propos de J. Weiller et G. Dupuigrenet-Desroussilles). Cahiers de l'ISMEA (série HS).

Simonde de Sismondi, Jean-Charles Léonard. [1837-1838] 1980. Études sur l’Économie Politique, tomes 1 et 2. Bruxelles : Société Typographique Belge. Republié par Slatkine Reprints (Préface de P. Laubier), Genève.

Simonde de Sismondi, Jean-Charles Léonard. 1981. La politique des revenus. In Quatre études sur la politique sociale et le développement économique. (Introduction de P. Laubier). Vevey : Delta ; Paris : Masson.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Arena, « Sismondi et l’analyse des crises économiques », Œconomia, 3-2 | 2013, 179-197.

Référence électronique

Richard Arena, « Sismondi et l’analyse des crises économiques », Œconomia [En ligne], 3-2 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/262 ; DOI : 10.4000/oeconomia.262

Haut de page

Auteur

Richard Arena

GREDEG (Université de Nice – Sophia Antipolis et CNRS) et MSHS Sud-Est (Université de Nice – Sophia Antipolis et GIS ‘Réseau National des MSH’).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org