Navigation – Plan du site
Revue des livres
Comptes rendus

Patricia Commun, Les Ordolibéraux : Histoire d’un libéralisme à l’allemande

Raphaël Fèvre
p. 571-577
Référence(s) :

Patricia Commun, Les Ordolibéraux : Histoire d’un libéralisme à l’allemande, Paris : Les Belles Lettres, 2016, 418 pages, ISBN 978-225139906-5.

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Les Belles Lettres

1Patricia Commun, germaniste et historienne, est spécialiste de l’Allemagne contemporaine. Plus de dix ans après l’ouvrage collectif qu’elle avait dirigé (Commun, 2003), et dont les contributions en langue française et allemande font encore référence de ce côté-ci du Rhin, l’auteure signe une ambitieuse histoire de l’ordolibéralisme, laquelle vient sanctionner son programme de recherche centré sur l’essor de la pensée libérale dans l’Allemagne troublée du milieu du XXe siècle.

2Dans son ouvrage, Patricia Commun « propose un retour à l’histoire qui devrait contribuer à éclairer le débat sur cette forme particulière de libéralisme allemand », notamment afin de souligner que « l’ordolibéralisme est loin d’être le modèle de cohérence parfaite et intertemporelle que ses admirateurs encensent avec persévérance et ses détracteurs critiquent avec hargne. » (15) Par exemple, l’absence d’une Banque centrale indépendante dans les réflexions ordolibérales montre que la thèse d’une filiation supposée entre les institutions de l’Union européenne contemporaine et les idées ordolibérales reste à instruire (13-14).

3L’auteure annonce trois objectifs (16), qui peuvent en fait être ramenés à deux : une thèse interprétative d’une part et une volonté de démocratisation du savoir d’autre part. En premier lieu, le fond de l’ouvrage s’attache à montrer dans quelle mesure « l’ordolibéralisme fut tout à la fois la fusion entre une économie politique renouvelée et une vaste philosophie sociale libérale » rendue possible par « une sorte de remise en ordre à la fois épistémologique et morale ». En second lieu, Patricia Commun se propose également d’offrir, dans une traduction personnelle, « les grands auteurs souvent évoqués et commentés, mais finalement peu lus en France ». Écrit dans le but d’être accessible à une large audience, l’ouvrage souhaite « mieux faire connaître en France les circonstances politiques, économiques et intellectuelles dans lesquelles l’Allemagne fédérale a retrouvé … le chemin de la paix et de la prospérité » (ibid.).

4Le livre comprend onze chapitres, structurés en deux parties chronologiques, traitant des ordolibéraux avant et après 1945, c’est-à-dire en passant d’une période de structuration des idées sous Weimar et le national-socialisme (six chapitres) à une période d’influence politique sur les premiers pas de la République fédérale (cinq chapitres). Si l’auteure reprend un découpage coutumier dans la littérature, son ouvrage a le mérite de suivre les ordolibéraux dès les années vingt, quand la grande majorité des travaux font débuter leur narration à la fin des années trente (Rieter et Schmolz, 1993). Cette longue plage d’analyse historique permet de nouveaux éclairages sur les activités institutionnelles concrètes des ordolibéraux sous la république de Weimar.

5Dans la première partie, organisée en six chapitres, Patricia Commun donne à voir « le renouveau de la pensée libérale allemande dans les années 1920-1940 » : en somme la genèse des idées ordolibérales. On y suit le travail de distanciation des ordolibéraux vis-à-vis de l’école historique allemande, encore influente dans l’Allemagne d’entre-deux-guerres, ce que Commun nous permet de saisir à travers certains débats qui se déroulent au sein de l’Association des économistes allemands, le fameux Verein für Socialpolitik (18). Le chapitre 1 replace l’ordolibéralisme dans le contexte intellectuel des sciences sociales allemandes du début du siècle. L’objectif des ordolibéraux de se poser en alternative au projet du Verein (sous la férule réformiste de Gustav Schmoller, Ludjo Brentano ou Adolf Wagner) afin d’occuper « le terrain de la 3e voie, entre un libéralisme taxé de ‘laissez-faire’ et un socialisme révolutionnaire » (22). La création du groupe des « ricardiens allemands (Deutsche Ricardianer) » (24) par Alexander Rüstow en 1922 témoigne d’une volonté de renouer avec la théorie économique : « [s]e positionner en référence à Ricardo » assure Patricia Commun « permettait donc de construire très habilement un troisième front au-delà des querelles méthodologiques qui opposaient le libéralisme autrichien de Menger à l’historicisme de Schmoller » (29). Si l’ouvrage oppose une doctrine politique (le libéralisme) et une méthode scientifique (l’historicisme), c’est parce qu’il cherche à nous convaincre de l’intrication fondamentale entre ces deux sphères chez les économistes germanophones d’alors. L’ordolibéralisme participe également des querelles autour de l’avenir du capitalisme et du rôle de la démocratie parlementaire dans ce cadre (31-35), notamment marqué par des figures comme Othmar Spann, Werner Sombart, Carl Schmitt ou Oswalt Spengler.

6Patricia Commun choisit d’analyser « l’expertise en matière de crise conjoncturelle et structurelle » (chapitre 2) des ordolibéraux au prisme du rôle qu’a joué Wilhelm Röpke dans une commission (dite commission Brauns) commanditée par le Chancelier Brüning dans la période critique du début des années trente (45-67). Après l’hyperinflation des années vingt et la crise économique mondiale de 1929, l’ouvrage montre dans quelle mesure les réflexions ordolibérales en matière d’inflation et d’emploi sont marquées par une expérience pratique directe des politiques économiques gouvernementales.

7Le chapitre 3 tâche de tirer au clair l’épineuse question de la relation qu’entretiennent les ordolibéraux vis-à-vis du nazisme. Schématiquement, deux thèses opposées s’affrontent. Selon la première, les ordolibéraux restés en Allemagne – Rüstow et Röpke sont hors de soupçon en qualité d’émigrants – seraient tous, à des degrés divers, coupables de complaisance, voire de sympathie, envers l’autoritarisme, et par extension le nazisme. Cette thèse prend appui sur l’idée d’un « État fort » et d’un « ordre » social défendus par les ordolibéraux. La thèse opposée présente au contraire les ordolibéraux comme des résistants de la première heure, en particulier Walter Eucken et Franz Böhm. Patricia Commun penche plutôt vers le deuxième pôle en soulignant les mécompréhensions conceptuelles sur les notions d’Etat fort et d’ordre social (75-77). Par exemple, la notion d’ordre mériterait d’être replacée dans la tradition kantienne (81). Commun insiste en particulier sur les cercles protestants résistants de Fribourg, au sein desquels Walter Eucken est particulièrement actif (90-101). Elle souligne également les relations avec les chrétiens protestants, qui sont importantes pour comprendre « les bases d’une économie de marché sociale et humaine » telles que les ordolibéraux peuvent l’entendre (96). On aurait peut-être aimé une discussion plus différenciée selon les protagonistes sur la question du nazisme, dans la mesure où le juriste Grossman-Doerth, rédacteur au même titre que Eucken et Böhm de ce que l’on qualifie aujourd’hui de manifeste ordolibéral de 1936, prend des positions pronazies qui vont finir par détériorer ses relations avec les autres ordolibéraux, en particulier avec Eucken (Wakote, 2016). Un autre exemple, que Commun évoque d’ailleurs dans l’ouvrage, Alfred Müller-Armack, père de l’économie sociale de marché, est « enthousiasmé pendant un temps pour le national-socialisme » (302). Toujours sur ce sujet, l’ouvrage ne dit rien de la trajectoire de Heinrich von Stackelberg qui, nazi et fervent défenseur de l’état corporatiste, va dès 1943 rallier les positions ordolibérales en faveur de l’économie de marché concurrentielle (avant de rejoindre la même année l’université de Madrid, où il s’éteint en 1946).

8L’épistémologie que Walter Eucken détaille dans son maître ouvrage de 1940 (Die Grundlagen der Nationalökonomie) occupe le quatrième chapitre (plus de cinquante pages). Cela s’explique par le souci constant avec lequel l’auteure donne à lire en langue française de très nombreux et conséquents passages originaux. Les réflexions de ce chapitre, nécessairement plus abstraites, tranchent avec la tonalité générale de l’ouvrage, plus historique. Pour autant, une telle analyse demeure indispensable à qui veut comprendre le projet euckénien dans sa tentative de dépasser la querelle des méthodes allemandes (Methodenstreit) entre Schmoller et Menger : Patricia Commun a donc raison de réaliser ce qui peut, à première vue, apparaître comme un détour.

9La première partie se clôt sur deux chapitres consacrés à Wilhelm Röpke et Alexander Rüstow. Après le très bref chapitre 5 relatif à leur rencontre avec les néolibéraux français à l’occasion du colloque Walter Lippmann de 1938 à Paris (155-164), le chapitre 6 (« Naissance d’un ordolibéralisme sociologique »), se concentre sur la spécification, par ces deux auteurs, du programme ordolibéral comme « panorama d’histoire culturelle qui ambitionne d’expliquer les causes de l’effondrement civilisationnel occidental » (165-166).

10La seconde partie de l’ouvrage « La reconstruction d’un ordre libéral après 1945 » interroge la diffusion des idées ordolibérales au niveau politique et institutionnel dans la jeune RFA. Patricia Commun y insiste sur le fait que les idées « d’assainissement monétaire et budgétaire » ou de « législation concurrentielle », méritent d’être analysées au même titre que les dénonciations ordolibérales « des effets délétères d’une société de consommation par trop individualiste et dépourvue de valeurs spirituelles » (227-228) ; sous peine de limiter drastiquement le spectre des réflexions ordolibérales.

11Les deux premiers chapitres insistent sur le rôle prépondérant que les ordolibéraux ont joué, aux côtés de l’administration américaine, dans la réforme monétaire et la libéralisation des prix de 1948 (que ce soit au moyen de rapports privés, dans des comités scientifiques ou à travers un vaste travail sur l’opinion publique dans les journaux influents de l’époque). Ces deux premiers chapitres constituent plus de la moitié de cette seconde partie, et ils font dialoguer dans le détail le contexte des décisions avec les idées ordolibérales.

12Le chapitre 3 intitulé « Les ordolibéraux, gardiens de l’ordre libéral dans l’Allemagne des années 1950-1960 » témoigne des difficultés pratiques pour une politique (en l’occurrence celle de Erhard) à entrer en cohérence avec des principes théoriques. On saisit alors l’instabilité politique marquée par un contexte de guerre froide qui se radicalise, ce qui renforce la nécessité d’un combat d’idée, d’une forme de propagande à mener après l’euphorie des premières réformes libérales. Les deux derniers chapitres sont consacrés aux contributions personnelles d’Alfred Müller-Armack et du Wilhelm Röpke des derniers travaux (Walter Eucken et son élève Leonhard Miksch sont morts en 1950), un auteur dont Patricia Commun maîtrise particulièrement la pensée (Commun, 2009).

13En intitulant son livre Les ordolibéraux : histoire d’un libéralisme allemand, Patricia Commun nous fournit deux clefs de lecture fondamentales qui font l’originalité de sa démarche : l’aspect pluriel des auteurs ordolibéraux d’une part, leur dépendance au sentier germanique d’autre part. Ainsi, l’ouvrage est particulièrement érudit lorsqu’il s’agit de présenter des analyses individualisées des auteurs ordolibéraux. A contrario, on aurait aimé que l’auteure nous donne à saisir les fondements conceptuels et idéologiques qui structurent la pensée ordolibérale, qui en font une matrice commune de tous ses développements. Cela aurait été d’autant plus nécessaire pour différencier l’ordolibéralisme d’autres « écoles », tant du point de vue de la doctrine libérale que de la théorie économique. Sur le plan de la théorie économique, par exemple, l’auteure présente Walter Eucken comme un tenant de la théorie ricardienne de la valeur (112), et l’on sait que Wilhelm Röpke est quant à lui un fervent défenseur du principe marginaliste dans l’analyse des prix et des coûts. Faut-il conclure qu’Eucken et Röpke sont en désaccord en ce qui concerne la théorie de la valeur ? Et si oui, quelles en sont les conséquences au regard des fondements de l’ordolibéralisme ou au niveau des prescriptions de politiques économiques ? Malgré l’attachement manifeste de l’ouvrage pour les idées ordolibérales, Commun ne témoigne pas d’intérêt pour ce type de questions. Plus encore, la place importante accordée à Erhard et Müller-Armack – qui ont des divergences profondes avec Eucken et Röpke – rend éminemment difficile une telle systématisation.

14Quant au tropisme germanique de l’histoire de l’ordolibéralisme, il mériterait d’être parfois enrichi du contexte international des faits et des idées. De ce point de vue, l’ouvrage prend à contrepied un pan de la littérature qui va dans le sens d’une histoire du « collectif de pensée néolibéral » (expression que nous empruntons à Mirowski et Plehwe, 2009). La richesse des développements relatifs à la politique intérieure allemande justifie très largement ce choix (313). L’histoire que nous propose Commun fait la part belle aux différentes instances de socialisation qui marquent le parcours des ordolibéraux. Néanmoins, et en vue de répondre aux questions soulevées précédemment, il aurait pu être intéressant de comprendre dans quelle mesure l’ordolibéralisme, tout en se détachant de l’historicisme allemand, s’ouvrait en partie à l’analyse microéconomique telle qu’elle était en train de se construire dans les mêmes années. À ce titre, une première piste tient dans le concept de concurrence, qui chez les ordolibéraux est le fruit d’une juxtaposition entre analyse institutionnelle (la concurrence comme outils de contrôle social) et analyse de l’équilibre économique et de l’efficacité de type néo-walrassienne (Fèvre, 2017). L’intérêt que témoignent les ordolibéraux pour les travaux de Stackelberg sur les formes de marchés et l’analyse des situations oligopolistiques, est un autre exemple de pistes à privilégier de ce point de vue.

15Mesurée et soucieuse de clarifier les polémiques qui entourent la pensée ordolibérale, Patricia Commun porte à certains moments un regard enthousiaste, soutenu par une interprétation du miracle économique favorable au rôle des ordolibéraux et de l’économie de marché encadré : « en dépit de toutes les difficultés auxquelles est confronté aujourd’hui l’idéal ordolibéral, il faut se rappeler qu’il a été mis en pratique avec un succès retentissant dans l’Allemagne des années 1950 » (389). Autant par ses qualités compréhensives que par le nombre des auteurs abordés dans une perspective chronologique aussi étendue, l’ouvrage n’a tout simplement pas d’équivalent en langue française (La pensée économique libérale dans l’Allemagne contemporaine de François Bilger (1964) était jusqu’alors ce qui se rapprochait le plus d’une histoire globale). L’ouvrage de Patricia Commun participe d’un renouvellement de l’historiographie française relative à l’ordolibéralisme allemand. Avec d’autres contributions récentes, comme la biographie intellectuelle de Röpke (Solchany, 2015) ou les études des aspects juridique de l’ordolibéralisme (Rabault, 2016), on peut y voir la promesse d’un intérêt renouvelé pour l’histoire de la pensée économique et politique allemande, en particulier auprès d’un lectorat soucieux de comprendre certaines des racines de l’Europe contemporaine.

Haut de page

Bibliographie

Bilger, François. 1964. La pensée économique libérale dans l’Allemagne contemporaine. Paris : Librairie générale de droit et de jurisprudence.

Commun, Patricia (ed.). 2003. L’ordolibéralisme allemand : aux sources de l’économie sociale de marché. Cergy-Pontoise : CIRAC/CICC.

Commun, Patricia. 2009. Présentation. In Wilhelm Röpke, [1961], Jenseits von Angebot und Nachfrage / Au-delà de l’offre et de la demande, Paris : Les Belles Lettres, 7–20.

Fèvre, Raphaël. 2017. Le marché sans pouvoir : au cœur du discours ordolibéral, Revue d’économie politique, 127(1). À paraître.

Mirowski, Philip et Dieter Plehwe. 2009. The Road from Mont Pèlerin. The Making of the Neoliberal Thought Collective. Cambridge (MA) et Londres : Harvard University Press.

Rabault, Hugues (ed.). 2016. L’ordolibéralisme, aux origines de l’École de Fribourg-en-Brisgau. Paris : L’Harmattan.

Rieter, Heinz. et Matthias Schmolz. 1993. The Ideas of German Ordoliberalism 1938-45: Pointing the Way to a New Economic Order, European Journal of the History of Economic Thought, 1(1): 87–114.

Solchany, Jean. 2015. Wilhelm Röpke, l’autre Hayek : aux origines du néolibéralisme. Paris : Publications de la Sorbonne.

Wakote, Reine. 2016. Hans Großmann-Doerth, un cofondateur méconnu de l’École de Fribourg. In Hugues Rabault (ed.), L’ordolibéralisme, aux origines de l’École de Fribourg-en-Brisgau, Paris : L’Harmattan, 127–160,

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaël Fèvre, « Patricia Commun, Les Ordolibéraux : Histoire d’un libéralisme à l’allemande », Œconomia, 6-4 | 2016, 571-577.

Référence électronique

Raphaël Fèvre, « Patricia Commun, Les Ordolibéraux : Histoire d’un libéralisme à l’allemande », Œconomia [En ligne], 6-4 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/2481

Haut de page

Auteur

Raphaël Fèvre

Université de Lausanne. raphael.fevre@unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org