Navigation – Plan du site
Varia

L’esclavage colonial : une comparaison des approches de Say, Sismondi et des saint-simoniens

Colonial Slavery: a Comparison of Say, Sismondi and the Saint-Simonians
Gilles Jacoud
p. 363-402

Résumés

Si dans les dernières décennies du XVIIIe siècle le clivage entre physiocrates et adversaires du libéralisme économique tend à se superposer avec celui qui oppose ceux qui rejettent l’esclavage dans les colonies françaises à ceux qui veulent son maintien, dans le premier tiers du XIXe siècle le clivage entre Say, Sismondi et les saint-simoniens ne se traduit plus par une opposition tranchée sur la question de l’esclavage. Tous en défendent l’abolition et la possibilité débattue d’une rentabilité de l’esclave supérieure à celle du travailleur libre ne saurait justifier son maintien. Au-delà des calculs sur cette rentabilité, à propos de laquelle la position de Say évolue au fil du temps, la réflexion se focalise moins sur l’intérêt des colons que sur celui de la société prise dans son ensemble. Say, Sismondi et les saint-simoniens considèrent que l’économie ne souffrira pas de la sortie de l’esclavage et en préconisent une abolition progressive avec en perspective de nouveaux modèles économiques pour les colonies.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Montesquieu amorce notamment cette remise en cause en 1748 dans le livre XV de l’Esprit des lois, e (...)

1L’esclavage dans les colonies françaises, remis en cause par les philosophes de Lumières au milieu du XVIIIe siècle,1 donne lieu dans les décennies suivantes à la mobilisation de raisonnements économiques pour appuyer les arguments moraux en faveur de son abolition ou au contraire justifier son maintien. La comparaison entre le coût du travail effectué par l’esclave et celui du travailleur libre, suivant le résultat auquel elle aboutit, vient notamment à l’appui de l’argumentation de ceux qui réclament l’abolition de l’esclavage ou inversement de ceux qui en veulent le maintien.

2Dans leur récent ouvrage, Caroline Oudin-Bastide et Philippe Steiner établissent un parallèle entre le positionnement des acteurs engagés sur la question de l’esclavage et leurs idées économiques. « Alors qu’un certain nombre d’abolitionnistes, notamment Condorcet, sont proches des physiocrates, les colons puisent une partie de leur argumentaire chez des auteurs, comme Linguet et Necker, qui en sont les redoutables adversaires. Le clivage politique se double du clivage existant entre les différentes théories économiques. » (Oudin-Bastide et Steiner, 2015, 90)

  • 2 Sismondi n’est pas de nationalité française mais suisse, ce qui conduit Say, aux origines genevoise (...)
  • 3 Ragip Ege regroupe Sismondi et les saint-simoniens sous l’appellation « réformateurs sociaux » (Ege (...)

3Si le débat est provisoirement mis entre parenthèses après le décret de la Convention du 16 pluviôse an II (4 février 1794) qui abolit l’esclavage dans les colonies, il est rouvert par celui de Bonaparte du 30 floréal an X (20 mai 1802) qui le maintient dans les colonies que l’Angleterre restitue à la France et dans les îles de l’océan Indien où l’abolition était restée lettre morte. En ce début de XIXe siècle, le libéralisme économique n’est toutefois plus porté par les physiocrates, dont les principaux représentants ont disparu ou ont un âge avancé. Il s’incarne en la personne d’un Jean-Baptiste Say qui devient l’économiste classique français le plus renommé (Schoorl, 2013, 178). Quant aux principaux opposants à ce libéralisme économique, ce ne sont plus les adeptes d’analyses mercantilistes qui prévalaient encore à la fin de l’Ancien régime mais, outre les politiciens au pouvoir sous l’Empire et la Restauration qui imposent un contrôle étatique strict, les auteurs qui défendent une forme d’interventionnisme pour améliorer le sort de tous ceux qui participent à l’activité productive, et plus particulièrement Jean Charles Léonard Simonde de Sismondi2 et les saint-simoniens3.

  • 4 De l’automne 1797 au printemps 1799, elle vise à poursuivre la lutte anti-esclavagiste et à promouv (...)

4L’objet de cet article est de montrer que dans cette deuxième période les liens entre les idées économiques des auteurs considérés et leur point de vue sur l’esclavage sont devenus plus complexes. Il s’agit plus précisément de montrer que, contrairement à la période précédente, les différences de point de vue en matière d’analyse économique ne conduisent pas les auteurs à des conclusions différentes sur l’esclavage, même si leurs approches diffèrent. Say, Sismondi et les saint-simoniens sont résolument en faveur de l’abolition et leurs différences dans la perception des effets économiques de l’esclavage ne remettent pas en cause leur opinion abolitionniste. Say « est l’un des principaux animateurs de la seconde Société des Amis des Noirs et des colonies » (Dorigny et Gainot, 1998, 313)4, fait partie en 1802 des « tribuns qui s’étaient distingués par leurs prises de position abolitionnistes » (Gainot, 2005, 116) et réaffirme dans ses écrits son rejet de l’esclavage même quand le raisonnement économique semble conforter les positions des colons. Sismondi est une figure de « l’opposition française à la traite des noirs » (Jennings, 2010, 19) qu’il dénonce dans divers écrits et plaide pour l’affranchissement des esclaves. Les saint-simoniens, sous la plume de différents auteurs, condamnent eux aussi la traite et un mode de production reposant sur le travail des esclaves.

  • 5 Plus particulièrement dans les chapitres XXVIII (« Du produit des colonies ») et XXIX (« Du commerc (...)
  • 6 Chapitre VII (« Des colonies ») du livre second.
  • 7 La Monarchie de Juillet, même si elle ne réussit pas à abolir l’esclavage, donne la parole à ceux q (...)

5L’article est centré sur le premier tiers du XIXe siècle, même s’il faut attendre le 27 avril 1848 pour que soit signé le décret de la seconde abolition. Le début de la période correspond certes à l’officialisation du maintien de l’esclavage dans une grande partie des colonies françaises mais aussi à la parution d’écrits de Say et Sismondi sur l’esclavage colonial qui suivent rapidement le décret de Bonaparte puisqu’en 1803 les deux auteurs l’abordent dans l’ouvrage qu’ils publient, le Traité d’économie politique pour le premier5 et De la richesse commerciale pour le second6. Quant au choix de s’en tenir aux trois premières décennies, il tient à plusieurs raisons. La première est le fait que, comme le souligne Alain Clément, « les grands auteurs de ce débat, libéraux ou non libéraux, disparaissent tous à la fin de cette période » (Clément, 2012, 6). Say meurt en 1832 et si Sismondi lui survit près de dix ans, il a alors rédigé l’essentiel de ses écrits sur l’esclavage colonial. L’année 1832 correspond aussi à l’éclatement du groupe des saint-simoniens qui constituait jusque-là un ensemble relativement homogène. Sur le plan politique, la période napoléonienne et la Restauration présentent de larges similitudes sur la question de l’esclavage : les abolitionnistes ont peu d’influence politique et le pouvoir en place, contrairement à celui qui suivra, ne les laisse guère s’exprimer.7 L’environnement est aussi transformé par la prise d’Alger qui en 1830 ouvre la voie à la formation d’un nouvel empire colonial et par l’abolition de l’esclavage dans les colonies britanniques en 1833 qui semble la rendre inéluctable dans les colonies françaises et modifie dès lors la nature des débats.

6Pour montrer les similitudes et les divergences entre la pensée de Say et celle de Sismondi et des saint-simoniens sur l’esclavage colonial, une première partie portera sur leur analyse de la rentabilité du travail de l’esclave en comparaison avec celle du travailleur libre. Les auteurs vont toutefois au-delà de la prise en considération des seuls colons et, même s’ils n’ont pas les mêmes vues sur l’intérêt des colons à recourir à une main-d’œuvre servile plutôt que libre, ils font valoir que l’économie ne souffrira pas d’une sortie de l’esclavage, ce qui fera l’objet d’une deuxième partie. Une troisième partie montrera que si Say, Sismondi et les saint-simoniens s’accordent sur le principe d’un affranchissement progressif des esclaves, cet affranchissement est pensé dans le cadre du passage à un nouveau modèle pour les colonies sur lequel ils ont leurs propres idées.

1. La rentabilité du travail de l’esclave comparée à celle du travailleur libre

7Si l’on fait abstraction de toute considération morale, la faiblesse du coût du travail servile par rapport à celui du travail libre pourrait justifier un maintien de l’esclavage qui semble rentable pour les colons. Mais la remise en cause du bien-fondé de cette comparaison ou de ses résultats permet d’écarter un argument économique qui ne vient pas conforter la condamnation morale de l’esclavage.

1.1. Le travail servile est-il moins coûteux que le travail libre ?

8Dans la première édition du Traité, Say s’emploie à montrer que l’entretien annuel d’un esclave s’avère moins coûteux que celui d’un homme libre. Sachant que cet entretien nécessite une dépense annuelle de 300 francs, il convient de lui ajouter l’intérêt sur son prix d’achat. Pour un esclave acheté 2 000 francs, au taux de 10 % l’intérêt annuel s’élève à 200 francs, aussi peut-on considérer que l’esclave coûte 500 francs par an à son maître. Dans un contexte où un homme libre est rémunéré 6 francs par jour dans les colonies, son emploi pendant 300 jours ouvrables coûte 1 800 francs. Donc même si l’esclave produit la même quantité que l’homme libre, il est plus avantageux de l’utiliser que d’employer un homme libre dont la rémunération représente une dépense supérieure au coût occasionné par l’esclave.

9En défendant cette idée selon laquelle le travail de l’esclave revient moins cher que celui de l’homme libre, Say affirme se démarquer de ses prédécesseurs Anne Robert Jacques Turgot, James Steuart et Adam Smith. Il pense résumer leur analyse en relevant notamment que selon eux l’esclave, n’ayant contrairement à l’homme libre aucune incitation à travailler, ne met guère d’ardeur à le faire, que les tâches dont il est accablé réduisent sa durée de vie et obligent par conséquent le maître à devoir rapidement payer pour son remplacement, et que son entretien est assuré par son maître avec moins d’économie que ne le ferait un homme libre qui devrait se prendre lui-même en charge. Say réfute ces arguments en faisant valoir que les colons sont à même d’utiliser au mieux les facultés de leurs esclaves. Non seulement l’esclave est moins coûteux que l’homme libre mais il est en outre plus productif. Les colons ne nuisent donc pas à leurs intérêts en recourant aux esclaves plutôt qu’à des travailleurs libres. Ils connaissent leurs intérêts et savent les défendre en faisant effectuer le travail dans les plantations de la façon qui est pour eux la plus avantageuse, en l’occurrence en l’imposant à des esclaves.

  • 8 Si les subdivisions du livre sont présentées comme des « § », il s’agit en fait de courts chapitres
  • 9 « Je voudrais fort que vous eussiez raison de soutenir que l’esclavage n’est bon à personne, car c’ (...)
  • 10 L’ouvrage est publié sans date d’édition mais la date de novembre 1766 portée en fin de texte corre (...)
  • 11 Comme l’indique sa référence au § XXVIII, et non au § XXX de la version parue dans les Éphémérides (...)

10La présentation que fait Say du positionnement de ses prédécesseurs mérite toutefois d’être corrigée et complétée. Le point de vue de Turgot n’est pas celui que Say lui prête (Turgot, 1914, 544-546, note (a) ; 1919, 373-380 ; Steiner 1995, 169-170, Oudin-Bastide et Steiner, 2015, 51-58). Certes, Say fait référence en note au paragraphe XXVIII8 des Réflexions sur la formation et la distribution des richesses dans lequel Turgot qualifie de « trop dispendieuse » (Turgot, 1766, 41) la mise en culture des terres par des ouvriers payés à salaire fixe, mais il n’est guère possible de soutenir que l’auteur croit à une rentabilité du travail libre supérieure à celle du travail servile. C’est pourtant l’idée que tente de faire accréditer Pierre Samuel Dupont de Nemours lorsqu’il publie pour la première fois en 1769 dans les éphémérides du citoyen le manuscrit des Réflexions de Turgot rédigé en 1766. Il n’hésite pas à remplacer le paragraphe XXI sur la culture par esclaves par trois paragraphes qu’il remanie et complète, le troisième visant à montrer « combien la culture exécutée par les esclaves est peu profitable et chère pour le maître et pour l’humanité » (Éphémérides du citoyen, 1769, vol. 11, 44). Dans une lettre du 2 février 1770, Turgot fait part de sa réprobation à Dupont de Nemours sur les changements apportés dans trois endroits du livre, dont celui sur l’esclavage (Turgot 1919, 373-374). Dans un autre courrier rédigé quatre jours plus tard, il soutient qu’ « il y a un avantage à avoir des esclaves » (ibid., 375) pour les colons qui autrement devraient débourser annuellement 1 500 livres pour le travail d’un bon ouvrier. Et dans un courrier du 20 février, il réaffirme que le travail de l’esclave est profitable au maître.9 Mécontent de la version des Réflexions publiée dans les éphémérides du citoyen, Turgot fait paraître une version expurgée des modifications apportées par Dupont de Nemours (Turgot, 1766).10 Say, qui semble s’appuyer sur une édition au contenu conforme à celui voulu par l’auteur,11 se méprend donc en considérant que Turgot attribue au travail servile un coût supérieur à celui du travail libre.

  • 12 Les esclaves sont plus rentables que les travailleurs libres car si le propriétaire emploie ces der (...)
  • 13 « The slaves have all their wants supplied by the master, who may keep them within the limits of so (...)

11Say ne cite pas Richard Cantillon qui, dans l’Essai publié en 1755 un quart de siècle après sa rédaction, note déjà qu’ « il serait toujours plus avantageux au propriétaire d’entretenir des esclaves que des paysans libres » (Cantillon, 1755, 45).12 Sa lecture de Steuart est simplificatrice car celui-ci ne conclut pas à un avantage systématique de l’emploi d’un travailleur libre sur celui d’un esclave. Le coût de l’entretien de l’esclave est en effet moindre dans la mesure où son maître peut se contenter d’en satisfaire les besoins au minimum13 tandis que la nécessité pour le travailleur libre de pourvoir aux besoins de sa famille renchérit le prix auquel il doit être rémunéré. Pour exécuter des tâches qui ne demandent pas de savoir-faire particulier, le recours à l’esclavage est donc rentable.

12Il reproduit plus fidèlement la pensée de Smith en se référant à ses réflexions sur l’avantage à employer des travailleurs libres plutôt que des esclaves (Smith, [1776] 1976, vol. 1, 82-104, 381-396). Le travail libre est moins coûteux que le travail servile, lequel est en outre effectué par des esclaves qui n’ont aucun intérêt à travailler au mieux de leurs capacités. L’esclavage ne profite donc pas aux maîtres autrement qu’en leur permettant de satisfaire leur désir de domination (Lapidus, 2002, 52-55).

  • 14 Les deux textes que Dupont de Nemours publie en 1771 dans les Éphémérides du citoyen sont partielle (...)

13Avant même la publication de la Richesse des nations, le principe du moindre coût du travail libre est soutenu en France par Dupont de Nemours. Dans le complément qu’il apporte au texte de Turgot en 1769, il explique que les esclaves sont peu incités à produire, ce qui pousse leurs maîtres à user envers eux d’une violence qui les fait rapidement périr et oblige à des rachats coûteux pour leur renouvellement (Éphémérides du citoyen, 1769, vol. 11, 44-45). Moins de deux ans plus tard, il étaie son argumentation au sein de la même revue. Dans un premier texte, il se livre à un calcul détaillé pour montrer que le travail d’un esclave est plus coûteux que celui d’un homme libre. L’amortissement du prix d’achat de l’esclave, les frais impliqués par sa surveillance et sa mise au travail, les dépenses nécessaires pour son entretien ainsi que diverses pertes sans même compter celles qui résultent de son absence d’intérêt pour le travail auquel il est contraint occasionnent une dépense annuelle de 420 livres (Éphémérides du citoyen, 1771, vol. 6, 225-235). à ce prix-là, un homme libre travaillerait plus efficacement que l’esclave et reviendrait deux fois moins cher (ibid., 238-239). Dupont de Nemours reprend les résultats de son calcul deux mois plus tard en voyant cette fois-ci dans l’homme libre qui remplacerait avantageusement le travailleur servile non pas un Européen venu se substituer à lui mais un esclave affranchi (ibid., vol. 8, 100-102).14

  • 15 « Avec des esclaves vous employez les coups de bâton, ce qui est moins cher. » (Schwartz, 1781, 25)
  • 16 L’abolition de l’esclavage « ne ferait d’autre mal que d’empêcher quelques hommes barbares de s’eng (...)
  • 17 Condorcet fait ressortir cet avantage du travail servile pour le colon dans la profession de foi d’ (...)

14Les conclusions de Dupont de Nemours ne sont pas partagées par le marquis de Condorcet, inaugurateur d’ « une véritable théorie de l’économie esclavagiste » (Dockès, 1989, 87). Dans ses Réflexions sur l’esclavage des Nègres publiées en 1781 sous le pseudonyme de Schwartz, il considère que le produit net qui revient aux colons esclavagistes est supérieur à ce qu’ils obtiendraient en employant des journaliers rémunérés,15 tandis que le produit brut pour l’ensemble de la société serait au contraire supérieur si la production était réalisée plus efficacement avec des travailleurs libres.16 Sept ans plus tard, dans la deuxième édition de l’ouvrage, il s’arrête sur les calculs de Dupont de Nemours dont il conteste la validité et il estime même qu’un travailleur libre rémunéré au minimum de subsistance pourrait s’avérer moins productif qu’un esclave (Condorcet, [1788] 1822, 337-340, note).17

15Dans les années qui précèdent la première abolition de l’esclavage, les études comparant le coût de l’esclave à celui du travailleur libre tendent plutôt à conforter le point de vue de Dupont de Nemours. Le Discours sur la nécessité et les moyens de détruire l’esclavage dans les colonies d’André-Daniel Laffon de Ladebat présente des calculs visant à établir que « le travail des esclaves n’est jamais aussi productif que celui de l’homme libre » (Laffon de Ladebat, 1788, 17) et que « le travail de l’esclave est plus coûteux que celui du cultivateur salarié » (ibid., 38, note 15). Benjamin Sigismond Frossard défend la Cause des esclaves nègres en indiquant que des travailleurs libres produiraient deux fois plus (Frossard, 1789, vol. 2, 179), aussi leur emploi serait-il profitable aux colons même avec un coût par individu supérieur (ibid., 182).

16En affirmant que l’esclavage sert l’intérêt économique des colons, Say s’inscrit donc dans le prolongement d’une approche, représentée par Turgot et Condorcet, qui est loin d’être partagée, y compris par ses contemporains (Steiner, 1996, 154).

17En matière de réflexion sur l’esclavage, Sismondi est une référence « inévitable » (Arena, 2002, 74). Concernant plus particulièrement la question du coût du travail, il affirme de plus en plus clairement au fil de ses écrits la supériorité du coût de l’esclave sur celui du travailleur libre. Cette question n’est pas vraiment abordée dans son chapitre de 1803 sur les colonies où il dénonce pourtant les méfaits de l’esclavage. Dans son premier écrit de 1814 sur la traite des Nègres, il s’en prend à un système ruineux et relève que « le prix de la journée de l’Indien libre est presque cinq fois moindre que le prix de la journée du nègre esclave » (Sismondi, 1814a, 43) mais il s’agit de personnes qui travaillent en des lieux distincts. Dans ses Nouveaux principes d’économie politique de 1819, il doute qu’on puisse « faire une grande économie quand on se dispense de payer l’homme qu’on fait travailler » (Sismondi, 1819, vol. 1, 179). C’est dans son article de 1833 sur l’affranchissement des esclaves qu’il affiche sans ambiguïté sa conviction sur la différence de coût, différence qui selon lui expliquerait la disparition du travail servile en Europe. « La cause principale de la disparition de l’esclavage en Europe, c’est que les maîtres découvrirent qu’ils pouvaient faire faire les ouvrages de la campagne, avec beaucoup plus de profit pour eux-mêmes par des hommes libres que par des esclaves. » (Sismondi, 1833, 414) L’esclave nécessite des dépenses d’entretien mais n’a aucun intérêt à bien s’acquitter des tâches qui lui sont imposées, ce qui fait que son maître « ne gagne rien à l’esclavage » (ibid., 415). « L’esclave produit infiniment moins par son travail que l’ouvrier libre » (ibid., 416) alors que son entretien n’est pas inférieur au coût du travailleur libre, raison pour laquelle « la culture servile est toujours la plus ruineuse de toutes » (ibid.). Sismondi réitère son argumentation dans ses Études sur l’économie politique de 1837 qui reprennent en partie des essais déjà publiés : « L’esclavage est la plus coûteuse de toutes les manières de faire exécuter le travail de l’homme : c’est celle qui, avec les plus grandes avances, donne le moins de profit ; c’est à son propre dommage que le maître a abruti et avili l’esclave » (Sismondi, 1837a, 419).

18Les saint-simoniens quant à eux ne se posent pas la question de la rentabilité de l’esclavage colonial dans les mêmes termes que Say ou Sismondi. D’une manière générale, ils considèrent que toute société est divisée en deux classes : les oisifs et les travailleurs (Jacoud, 2010, 17). En fonction des sociétés considérées, il peut s’agir d’une division entre maîtres et esclaves, patriciens et plébéiens, seigneurs et serfs, propriétaires et travailleurs aux statuts divers. C’est un système d’exploitation dans lequel les premiers vivent grâce au travail des seconds. L’exploitation est toujours celle d’une classe par une autre dans une société où les uns possèdent l’instrument du travail tandis que d’autres le mettent en œuvre, ce qui permet aux premiers « de vivre d’une portion des fruits obtenus par le travail des seconds » (Enfantin, 1831, 55). Cette exploitation est rentable pour celui qui l’exerce, qu’il s’agisse de celle d’un esclave par un maître, d’un serf par un seigneur ou d’un industriel par un propriétaire. L’existence de l’esclavage dans les colonies traduit dans celles-ci un degré d’exploitation encore plus fort que dans le reste de la société. C’est une situation extrême où ceux qui mettent en œuvre l’instrument de travail sont eux-mêmes relégués au statut d’instrument.

1.2. Une question mal posée ?

19Si la rigueur du raisonnement économique oblige Say à reconnaître la rentabilité de l’esclavage, il n’en remet pas moins en cause le système. « Il reste à savoir si l’avantage de procurer à quelques particuliers dix-huit pour cent par an de leurs fonds, suffit pour autoriser le plus infâme commerce dont les hommes se soient jamais avisés, celui de leurs semblables. C’est en faveur de ce profit qu’on prive un million d’hommes du privilège inappréciable de suivre leurs penchants et d’user à leur choix de leurs facultés naturelles ; et qu’on réduit leurs consommations au-dessous de ce qu’elles devraient être pour assurer leur bonheur. » (Say, [1803] 2006, vol. 1, 416) Say va bien au-delà de cette mise en cause et se livre au fil des pages à une condamnation sans appel de l’esclavage colonial.

20Le jugement de Say sur la rentabilité de l’esclavage évolue toutefois avec le temps. Dans une lettre qu’il adresse à Adam Hodgson, auteur d’une Letter to M. Jean-Baptiste Say on the Comparative Expense of Free and Slave Labour, il reconnaît avoir « beaucoup amendé » (Say, in Hodgson, 1823, 59) ce qu’il a initialement écrit sur le travail des esclaves, « au point d’en venir à peu près à la même conclusion » (ibid.) que son homologue qui lui reprochait de desservir la cause anti-esclavagiste en croyant démontrer une rentabilité des esclaves supérieure à celles des hommes libres, et il va jusqu’à affirmer qu’il se rapproche encore plus de son opinion dans les ouvrages qu’il prépare (ibid.).

21De fait, Say a une position beaucoup moins tranchée en 1814 dans la deuxième édition du Traité. Tout en continuant à s’interroger sur l’effet de l’esclavage sur la production, il ne prétend plus comme onze ans plus tôt ne pas en douter (Say, [1814] 2006, vol. 1, 404). Quant aux réponses qu’il apportait à ses prédécesseurs qui contestaient la rentabilité de l’esclavage, il laisse désormais aux colons le soin de les donner.

22Cette prise de distances se poursuit avec la troisième édition. Say y perçoit l’esclavage comme contraire à la prospérité des nations. « Des voyageurs, qui ont toute ma confiance, m’ont dit qu’ils regardaient comme impossibles tous progrès dans les arts au Brésil et dans les autres établissements d’Amérique, aussi longtemps qu’ils seront infestés par l’esclavage. Les États de l’Amérique septentrionale qui marchent le plus rapidement vers la prospérité, sont ceux du nord où l’esclavage n’est pas admis. » (Say, [1817] 2006, vol. 1, 412) Les observations de l’économiste viennent conforter les idées de l’humaniste. « C’est ainsi que sont punis les pays qui permettent à quelques hommes de tirer, par la violence, de leurs semblables, un travail forcé, en échange des privations qu’ils leur imposent. La saine politique n’est point encore ici en opposition avec l’humanité. » (Ibid.) Et dans la quatrième édition, si Say reprend le même calcul que dans les précédentes pour estimer le coût annuel d’un esclave, il cesse de le présenter comme le sien pour l’attribuer à « ceux qui pensent que le travail de l’esclave est moins dispendieux que celui du serviteur libre » (Say, [1819] 2006, vol. 1, 405).

23Les doutes sur la rentabilité et la productivité initialement prêtées aux esclaves par rapport aux hommes libres se font encore plus forts dans la cinquième édition du Traité. Say constate que les Antilles françaises, où l’esclavage est en vigueur, ne sont plus compétitives dans la production de sucre. « Soit que le régime de l’esclavage y ait dépravé, en deux sens différents, le maître aussi bien que l’esclave, et qu’il altère les qualités qui constituent la véritable industrie, c’est-à-dire l’intelligence, l’activité et l’économie, le fait est que l’on ne peut plus, à la Martinique et à la Guadeloupe, soutenir la concurrence de plusieurs autres pays qui peuvent approvisionner l’Europe de sucre à beaucoup meilleur marché. » (Say, [1826] 2006, vol. 1, 409) Say s’autorise à « mettre en parallèle le déclin et les désastres des pays dont l’industrie se fonde sur l’esclavage, avec la prospérité de ceux où règnent des principes plus libéraux » (ibid., 415). Les faits ont manifestement tranché et le constat du manque de compétitivité des productions obtenues par l’esclavage tend à rendre obsolète tout calcul de coût qui pourrait venir à l’appui d’une réhabilitation de l’esclavage. « Cette considération rendra bientôt superflue toute controverse sur le travail des esclaves comparé à celui des ouvriers libres. L’esclavage ne peut pas subsister avec les formes nouvelles sous lesquelles, dans ses progrès, se présente la civilisation. » (Ibid.)

  • 18 Il est l’époux d’Adrienne Say, deuxième enfant de Jean-Baptiste.

24Il est possible que cette prise de distance de Say sur les coûts respectifs du travail servile et du travail libre dans l’édition de 1826 résulte en partie d’échanges avec son gendre Charles Comte18 qui prépare au même moment son Traité de législation dont le quatrième volume est entièrement consacré à l’esclavage. Comte est non seulement proche de Say mais il a aussi été en relation avec Saint-Simon, décédé peu avant la publication de l’ouvrage, et est ami de Sismondi qui en rédige une recension.

25Comte commence le chapitre traitant « De l’influence de l’esclavage domestique sur la production, l’accroissement et la distribution des richesses » (Comte, 1827, 237), dans lequel il est amené à citer à la fois son beau-père et Sismondi, en posant la question suivante : « Le travail fait par des esclaves est-il moins dispendieux que celui qui est exécuté par des hommes libres ? » (Ibid.) C’est cependant pour en contester aussitôt le bien-fondé. Elle peut tout au plus concerner des êtres sans scrupules prêts à vouloir s’enrichir par tous les moyens. « Mais élever une question analogue chez des peuples policés, et en traitant une science, c’est, à ce qu’il me semble, renoncer à l’impartialité qui doit présider à toute recherche scientifique, et rétrograder vers la barbarie. Adam Smith, dont l’esprit était d’ailleurs si juste, a mal posé la question, et il a entraîné dans l’erreur presque tous ceux qui l’ont traitée après lui. » (Ibid., 237-238).

  • 19 La formulation de la question revient à se demander pourquoi « on ne consultera pas la volonté de l (...)

26La formulation de la question révèle en effet un parti pris. « On voit, par la manière dont la question a été posée, que les premiers écrivains qui l’ont agitée, se sont trouvés de la race des maîtres, et que c’est principalement dans l’intérêt des plus forts qu’ils l’ont examinée. » (Ibid., 239) Un esclave ne se poserait pas une telle question qui revient à se demander si sa servitude sert au mieux l’intérêt du maître à qui il doit ses souffrances.19

27Refuser de poser la question sous cette forme ne signifie pas qu’il faille pour autant renoncer à toute réflexion sur l’impact économique de l’esclavage. « Nous devons exposer, sans doute, les effets que produit la servitude sur l’accroissement et sur la diminution des richesses ; mais, en faisant cette exposition, nous ne devons pas oublier que les richesses ne sont qu’un moyen, et que nous devons les évaluer, moins par la quantité, que par l’influence qu’elles exercent sur le bien-être des nations. » (Ibid., 242) C’est aux richesses produites pour l’ensemble de la population qu’il faut s’intéresser, et non pour une fraction de celle-ci. « Extorquer les capitaux du riche par des violences, ce n’est pas créer des richesses ou en accroître la somme, c’est les déplacer ; de même, extorquer le travail du pauvre par des coups de fouet ou par des moyens analogues, ce n’est pas diminuer les frais de production, c’est ravir à la masse de la population ses moyens d’existence pour engraisser un petit nombre d’oisifs. » (Ibid., 243) Alors que les auteurs ont cherché à « calculer ce que coûte à un entrepreneur le travail d’un homme esclave et le travail d’un homme libre » (ibid., 244), il faut prendre en compte la production globale et la façon dont les richesses se redistribuent. Comte explique dans de longs développements que non seulement l’esclavage nuit à la formation des richesses mais qu’il conduit aussi à leur concentration dans les mains d’une minorité.

28Le Traité de législation reçoit un accueil favorable de la part des saint-simoniens si l’on considère la recension du premier volume que fait Prosper Enfantin en 1826 dans le Producteur, le journal qu’ils créent à la mort de Saint-Simon pour diffuser leurs idées. Enfantin fait état de rapprochements fréquents entre les doctrines de l’auteur et les idées que la revue saint-simonienne cherche à développer (Enfantin, 1826, 410). Seul le premier volume est publié mais Enfantin affirme vouloir en faire un examen plus détaillé « lorsqu’il aura été livré complet au public » (ibid.). Malheureusement, la suspension de la revue peu avant la parution des autres volumes empêche tout compte-rendu du volume sur l’esclavage dans le journal saint-simonien. En revanche, Sismondi en rédige un pour la Revue encyclopédique.

29Sismondi focalise sa recension du Traité de législation sur le quatrième volume dans lequel il voit « le traité le plus complet, le plus savant, le plus philosophique qui ait jamais été écrit sur l’esclavage et sur ses désastreux effets » (Sismondi, 1827, 66). Et alors que la question dont Comte conteste le bien-fondé revient à se demander « si le travail qu’un homme obtient d’un grand nombre d’autres en leur déchirant la peau à coups de fouet, lui coûte plus que le travail qu’il obtiendrait d’eux en leur payant un juste salaire (Comte, 1827, 239), Sismondi, tout en acquiesçant aux critiques de Comte sur une formulation qui revient à adopter le point de vue des esclavagistes, considère que l’auteur a démontré que le travail de l’esclave coûte effectivement plus au maître que ce que coûterait l’emploi d’un travailleur libre (Sismondi, 1827, 428). Mais plus que le « compte des maîtres » (ibid.), c’est le « compte national » (ibid.) qui importe, et Sismondi relève que Comte a établi que « le système de l’esclavage crée, distribue et accumule beaucoup moins de richesses qu’aucun autre système par lequel le travail de la société pourrait être effectué » (ibid.). Comme l’a relevé Steiner, Sismondi, s’inscrit par la suite dans le prolongement de l’approche de Comte (Steiner, 1995, 173), mais l’influence n’est sans doute pas à sens unique puisque Sismondi dénonçait déjà les effets négatifs de l’esclavage sur l’économie dans des textes antérieurs. Sa proximité de vues avec Comte ne se dément pas avec le temps puisqu’en 1837 le huitième essai sur les effets de l’esclavage qu’il publie dans ses études sur l’économie politique (Sismondi, 1837a, 377-412) est une reprise de la recension rédigée dix ans plus tôt.

30L’influence sur Say est aussi probable. Dans le Cours complet, qu’il commence à faire paraître en 1828, Say va en effet encore plus loin dans la remise en cause de ses affirmations antérieures. Les difficultés des colons ne permettent plus de croire à l’efficacité d’un système qui coûte plus qu’il ne rapporte. Say hésite cependant à apporter des réponses explicites aux questions soulevées par l’échec patent du système. « A quoi tiennent ces frais de production supérieurs à la valeur naturelle du produit ? Est-ce au mode de cultiver par des mains esclaves ? Est-ce à l’inhabileté des planteurs ou à des difficultés plus grandes à surmonter que celles qu’on rencontre ailleurs ? J’avoue que ces différentes questions me semblent d’une solution difficile. » (Say, [1828] 2010, vol. 1, 254)

31Say reconnaît que l’ensemble des frais occasionnés par le recours à l’esclavage correspondent à un montant élevé. « Le nègre ne travaille que sous le fouet du commandeur ; mais, outre le fait que le fouet est un stimulant très imparfait, les coups de fouet eux-mêmes sont une main-d’œuvre qui ne laisse pas d’être coûteuse, car les surveillants sont payés plus chers que les simples ouvriers. » (Ibid.) Le coût des esclaves travaillant directement dans la plantation n’est pas le seul à prendre en considération car « dans un compte bien fait des frais de production » (ibid., 255) il faut aussi intégrer l’existence d’esclaves assurant des services domestiques pour le planteur.

32Ces considérations font que Say ne peut que rejeter ses affirmations de 1803. C’est peut-être en partie pour lui-même qu’il en vient à rappeler qu’ « en économie politique, les causes sont si nombreuses, et agissent d’une manière si compliquée, que les demi-savants, les observateurs superficiels s’y méprennent souvent » (ibid.). L’intérêt des colons au maintien de l’esclavage ne va pas de soi et même s’il existait il serait à relativiser.

  • 20 L’extrait figure déjà dans la cinquième édition du Traité (Say, [1826] 2006, vol. 1, 413). Comte en (...)

Il ne s’agit pas uniquement de savoir à quel prix on peut faire travailler un homme ; mais à quel prix on peut le faire travailler sans blesser la justice et l’humanité. Ce sont de faibles calculateurs que ceux qui comptent la force pour tout et l’équité pour rien. (Ibid., 257)20

33Au fil de ses écrits, Say ne trouve donc plus guère d’arguments économiques susceptibles de justifier l’esclavage. L’économiste scrupuleux qu’il s’emploie à être, soucieux d’écarter toute considération morale dans le raisonnement qu’il tient, conclut certes dans un premier temps à la rentabilité de l’esclavage, mais ses certitudes s’envolent avec le temps. Les considérations économiques entrent alors en conformité avec les idées de l’humaniste qu’il est et qu’il défend tout au long de son existence. Sur l’abolition de l’esclavage, son opinion ne diffère pas de celle des saint-simoniens et Sismondi, qui en prônent la disparition même si elle nuit aux intérêts des maîtres. L’économie prise dans son ensemble ne souffrira en revanche pas de cette abolition.

2. Une économie qui ne souffrira pas de la sortie de l’esclavage

34Le remplacement des esclaves par des travailleurs libres peut être favorable à l’économie s’il se traduit par une amélioration de la productivité. Au-delà de cet aspect sur lequel la position de Say diffère de celle de Sismondi et des saint-simoniens, il y a une forme de consensus sur le fait que l’abolition de l’esclavage est conforme à l’intérêt de l’économie.

2.1. Le travailleur libre est-il productif que l’esclave ?

35Il y a un enjeu à savoir si la productivité d’un travailleur libre est supérieure à celle de l’esclave qu’il est susceptible de remplacer. La question est liée à la plus ou moins forte rentabilité de l’une ou l’autre forme de travail puisqu’une éventuelle élévation de son coût peut être compensée par un accroissement de la productivité. Mais l’impact du passage de l’esclavage au travail libre sur la productivité du travailleur est aussi un élément qui permet de déterminer comment ce changement peut se répercuter sur la production globale.

36Oudin-Bastide et Steiner relèvent que la prise en compte de la productivité permet de passer d’une « approche statique » (Oudin-Bastide et Steiner, 2015, 149), consistant à déterminer ce que coûtent le travail d’un esclave et celui d’un homme libre en un lieu et à un moment donnés, à une « approche dynamique » (ibid.), cherchant à estimer ce que produirait l’esclave un fois affranchi. Avant la première abolition, ce raisonnement conduit les auteurs opposés à l’esclavage à considérer que son abolition améliorerait la production par travailleur.

37Alors que le discours esclavagiste met en avant la « paresse des Nègres » (Condorcet, [1788] 1822, 333) pour expliquer que sans contrainte ceux-ci ne seraient pas incités travailler s’ils étaient affranchis, mettant ainsi en péril les cultures des colonies, les abolitionnistes soulignent au contraire les effets positifs attendus de l’affranchissement sur la productivité du travail dans les plantations. Pourquoi cette productivité est-elle appelée à s’accroître et jusqu’à quel niveau ?

  • 21 C’est aussi ce qu’affirme l’Encyclopédie trois ans plus tard (Encyclopédie, 1774, vol. 30, 213).

38Dès 1748, Montesquieu, en dépit de ses affirmations sur les effets du climat selon lesquelles la chaleur pousse au repos plutôt qu’à l’activité (Montesquieu, [1748], vol. 1, 365, 369, 391, 433), note qu’ « il n’y a peut-être pas de climat sur la terre où l’on ne put gagner au travail des hommes libres » (ibid., 393). En 1771, Dupont de Nemours écarte l’argument du climat pour proposer que le travail des esclaves soit remplacé par celui de travailleurs libres venus d’Europe (Éphémérides du citoyen, 1771, vol. 6, 235-239). Leur envie de réaliser des gains en travaillant et le recours à de meilleures méthodes qu’ils perfectionneraient quotidiennement les rendraient plus productifs que les esclaves. Dupont de Nemours estime qu’ils réaliseraient « au moins le double de l’ouvrage que font les nègres esclaves » (ibid., 239). Mais le raisonnement peut s’appliquer aux esclaves affranchis qui développeront une activité qu’ils réfrénaient en tant qu’esclaves (Éphémérides du citoyen, 1771, vol. 8, 100).21

  • 22 « Slaves, however, are very seldom inventive; and all the most important improvements, either in ma (...)

39Le désintérêt de l’esclave pour un accroissement de production et son absence d’incitation à faire preuve d’inventivité se retrouvent chez Smith.22 Le travailleur libre, ouvert à l’innovation, est plus performant que l’esclave. Cinq ans après la parution de la Richesse des nations, Condorcet, qui raisonne lui aussi en économiste (Dockès, 1989, 100), tient un raisonnement proche de celui de Dupont de Nemours pour rejeter le risque de voir les esclaves affranchis renoncer à cultiver la terre en tant que travailleurs libres. « Les hommes, après avoir travaillé pour la subsistance, travaillent pour l’aisance lorsqu’ils peuvent y prétendre. » (Schwartz, 1781, 21) Dans la seconde édition, il reprend l’estimation faite aux états-Unis selon laquelle le travail de cinq esclaves équivaut à celui de trois hommes libres, estimation qui selon lui exagère l’efficacité du travail effectué par les esclaves (Condorcet, [1788] 1822, 338). La même année, Laffon de Ladebat s’emploie également à montrer que « le travail des esclaves n’est jamais aussi productif que celui de l’homme libre » (Laffon de Ladebat, 1788, 17). Comparant ce que produit un travailleur libre en Europe avec le résultat du travail de l’esclave dans les colonies, et prenant en compte la meilleure fertilité des terres dans celles-ci, il affirme « qu’on peut prouver que l’esclave ne donne pas le tiers du produit d’un homme libre » (ibid., 19). Un an plus tard, Frossard s’inscrit dans ce prolongement en considérant que l’esclave « est paresseux, non par sa nature, mais par un effet de sa condition » (Frossard, 1789, vol. 2, 179) alors que l’homme libre « est excité au travail par les motifs les plus puissants » (ibid.), tout particulièrement parce que « l’espoir d’un plus grand gain l’anime, l’encourage » (ibid.). Le premier est donc nettement moins productif que le second. « La proportion entre le travail esclave et le travail libre, est comme un à deux. » (Ibid.)

40Avant la première abolition, ses défenseurs soutiennent ainsi l’idée que non seulement les esclaves affranchis seront incités à travailler et par là même à préserver la production dans les plantations, mais aussi qu’ils le feront plus efficacement. Say avance pourtant le point de vue inverse dans la première édition de son Traité lorsqu’il se demande quel est l’effet de l’esclavage sur la production. « Je ne doute aucunement qu’il ne l’augmente beaucoup, ou du moins que dans le travail de l’esclave, l’excédent des produits sur les consommations ne soit plus grand que dans le travail de l’homme libre. Le travail du premier n’a de bornes que le pouvoir de ses facultés ; le maître ou son commandeur ont soin qu’il fasse autant d’ouvrage qu’il peut en faire sans dépérir sensiblement. Le travail de l’homme libre a pour bornes ses facultés aussi, et, de plus, sa volonté. C’est en vain qu’on dirait que sa volonté est toujours de travailler le plus possible pour gagner le plus possible ; on sait trop qu’il n’en va pas ainsi, et que l’amour du gain est souvent subordonné à celui de la paresse et de la dissipation. L’homme libre a souvent peu de besoins pour le présent et peu de prévoyance pour l’avenir, et il ne regarde pas comme nécessaire de travailler au-delà de ce que réclament cette prévoyance et ces besoins. L’esclave travaille pour un besoin illimité : la cupidité de son maître ; et l’indolence de celui-ci, son amour pour les plaisirs ne font qu’aggraver son labeur. » (Say, [1803] 2006, vol. 1, 404-406) L’esclave affranchi risque donc de devenir moins productif. Say va jusqu’à s’appuyer sur le discours de colons qui « sont unanimement d’avis que la liberté des nègres rend leur travail beaucoup moins assidu » (ibid., 414). Il passe sous silence les pratiques de « travail pour soi » que Caroline Oudin-Bastide (Oudin-Bastide, 2009, 1156) considère comme une partie intégrante du paradigme sucrier décrit par Pierre Dockès (Dockès, 2002), pratiques qui ont montré de longue date que les esclaves pouvaient être assidus au travail lorsqu’ils étaient autorisés à l’effectuer librement.

  • 23 Say est tout aussi catégorique dans le Cours complet. « L’affranchissement des esclaves, qui peut a (...)

41La formulation de Say devient plus nuancée dans les deuxième et troisième éditions du Traité. « On dit que l’homme travaille davantage lorsqu’il travaille pour son propre compte ; c’est vrai lorsque sa position ne le met pas à la merci de la cupidité d’un maître. » (Say, [1814, 1817] 2006, vol. 1, 406) Mais, même si Say a fortement évolué sur la question du coût du travail servile par rapport à celui du travail libre, il reste sceptique sur l’aptitude de l’esclave affranchi à continuer à consacrer son temps au travail. « La libération graduelle des nègres rendrait-elle meilleure la situation des planteurs ? Il est permis d’en douter. […] Le nègre a peu d’ambition et peu de besoins. Une heure ou deux de travail par jour, lui procurent ce qui suffit à l’entretien de sa famille. » (Say, [1826] 2006, vol. 1, 409-411)23

42Say admet pourtant dans le Cours complet « le peu d’intérêt que l’esclave a de faire beaucoup d’ouvrage et de le faire bien. Il est directement intéressé à cacher tout ce qu’il peut de sa capacité pour le travail ; car, si l’on savait qu’il peut davantage, on augmenterait la tâche qu’on lui impose. » (Say, [1828] 2010, vol. 1, 254) Dans le même ouvrage, il pointe aussi la dévalorisation du statut du travail qu’induit l’esclavage :

Il résulte de tout cela un système de corruption vicieux et qui s’oppose aux plus beaux développements de l’industrie. Un esclave est un être dépravé, et son maître ne l’est pas moins ; ni l’un ni l’autre ne peuvent devenir complètement industrieux, et ils dépravent l’homme libre qui n’a point d’esclaves. Le travail ne peut être en honneur dans les mêmes lieux où il est une flétrissure. L’inactivité de l’esprit est chez les maîtres la conséquence de celle du corps ; le fouet à la main, on est dispensé d’intelligence. (Ibid., 255)

43Ces mots reprennent ceux de Comte qui l’année précédente dénonce un système de production inefficace réalisé par des esclaves « destitués de tout principe d’intelligence et d’activité, et stimulés seulement par l’action du fouet » (Comte, 1827, 250). Comme Smith, Comte voit dans l’esclavage un obstacle aux innovations dans la production et à l’émergence d’un travail qualifié. Il relaie les dires d’un voyageur selon lesquels en Martinique un esclave ne fait qu’un dixième des travaux réalisés par un ouvrier en métropole (ibid., p. 257). Il estime dans un autre passage de son Traité de législation qu’ « un esclave ne fait guère que le tiers du travail d’un homme libre » (ibid., p. 272). L’affranchissement des esclaves est donc de nature à en faire des travailleurs plus productifs qu’ils ne l’étaient. Un tel résultat peut être garanti par leur mise en concurrence avec des travailleurs venus d’Europe. Non seulement ceux-ci donneraient une impulsion à l’activité, mais ils contribueraient à une « fusion des races » (ibid., 498) dont il vante les mérites.

44En comparaison avec celle de Say, l’analyse de Sismondi sur l’aptitude des esclaves libérés à contribuer efficacement à l’activité productive illustre « la remarquable permanence de la réflexion » (Arena, 2009, 1202) qu’il développe dans ses écrits sur l’esclavage. Sismondi affirme à diverses reprises que la condition d’esclave ne permet pas à un homme de travailler au mieux de ses capacités. Il suffit de remarquer que « la gaieté de l’homme qui travaille augmente ses forces et lui laisse moins sentir la fatigue. Ce seul principe donne une grande supériorité au travail de l’homme libre sur celui de l’esclave » (Sismondi, 1819, vol. 1, 179-180). Il voit en outre dans l’exemple de l’Antiquité grecque et romaine, où l’agriculture a décliné après le remplacement des cultivateurs libres par des esclaves, l’illustration de la différence de qualité entre les deux formes de travail. « Le travail des terres fut absolument dépouillé de cette intelligence, de cette affection, de ce zèle qui avaient hâté ses succès. » (Ibid., 180) La même cause a produit les mêmes effets dans les colonies du Nouveau Monde. Dans son compte-rendu de l’ouvrage de Comte, Sismondi en reprend les réflexions sur la piètre qualité du travail de l’esclave :

Dépourvu d’intelligence, l’esclave, avec une quantité donnée de travail, fait le moins d’ouvrage possible ; dépourvu d’intérêt dans la richesse qu’il crée, avec une consommation donnée, il fait le plus grand dégât possible ; car il n’y a pour lui que du danger à économiser. Dans un pays exploité par une population asservie, il ne reste donc, pour la production des richesses, que les organes physiques des esclaves, destitués de tout principe d’intelligence et d’activité, et stimulés seulement par l’action du fouet. Or, des châtiments corporels peuvent bien exiger certains mouvements du corps ; mais ils ne peuvent créer cette énergie que donne une volonté libre ; et, quand même ils parviendraient à la créer, une force destituée d’adresse, d’intelligence et de moralité, ne saurait produire, et moins encore conserver beaucoup de richesse, quelque énergique qu’elle fût d’ailleurs. (Sismondi 1827, 82-83)

45La médiocre qualité du travail réalisé par des esclaves condamne dans les colonies les pratiques des plantations qui ne pourront pas, en continuant à recourir au travail servile, supporter la concurrence de la betterave sucrière en Europe. « La betterave est cultivée par des mains libres ; elle est cultivée avec intelligence, adresse et affection, par ceux qui s’intéressent à sa réussite. La canne à sucre est cultivée, au prix du sang et des larmes, par des hommes qui voudraient voir engloutir dans l’abîme le champ qu’ils vont fossoyer. » (Sismondi, 1837a, vol. 1, 420) Le salut des colonies passe donc par l’affranchissement des esclaves susceptibles de devenir des cultivateurs libres. 

46Les saint-simoniens partagent ce vœu de voir les esclaves des colonies devenir des travailleurs libres mais ils ne font pas de développements sur les gains de productivité qui pourraient en résulter. Ils n’en pensent pas moins que l’économie du pays a tout à gagner à l’affranchissement des esclaves.

2.2. Une abolition conforme à l’intérêt de l’économie

47Le fait que l’esclavage, et au-delà le système colonial, puisse être défavorable à l’économie du pays est discuté bien avant la première abolition (Clément, 2009). Parmi les partisans de l’abolition, même les auteurs qui admettent que l’esclavage puisse bénéficier aux colons en contestent l’effet positif sur la nation. Turgot, tout en estimant qu’un colon trouve son avantage à employer des esclaves, ne considère pas que cet avantage soit celui de la colonie (Turgot, [1770] 1919, vol. 3, 375) ni même qu’il « fût bon à aucune société » (ibid., 378). Condorcet admet certes que les colons puissent obtenir avec des esclaves un produit net supérieur à celui qu’ils obtiendraient avec des travailleurs libres, mais c’est au détriment du pays qui aurait bénéficié d’un produit brut plus élevé si la production avait été effectuée par des travailleurs libres. L’abolition sert donc l’intérêt des colonies et de la métropole. « La destruction de l’esclavage ne ruinerait ni les colonies, ni le commerce ; elle rendrait les colonies plus florissantes, elle augmenterait le commerce. » (Schwartz, 1781, 26)

48Say reprend cette approche lorsque la France renoue avec l’esclavage et que, sans se laisser aveugler par ses convictions abolitionnistes, il s’efforce d’en analyser l’impact économique. Dès la première édition du Traité, il dissocie l’intérêt du colon de celui de l’économie prise dans son ensemble. Lorsqu’il prête au travail de l’esclave un coût inférieur à celui de l’homme libre, il note que « l’économie qui résulte du travail de l’esclave, entre dans la poche du planteur » (Say, [1803] 2006, vol. 1, 418) mais que « le consommateur n’en profite pas » (ibid.). Le pays ne paierait pas son sucre plus cher s’il se le procurait auprès de fournisseurs où les travailleurs sont libres plutôt que dans ses colonies.

49Si le consommateur paie à un prix élevé le sucre en provenance des colonies où l’esclavage est en vigueur, c’est parce que l’état les fait bénéficier d’une situation de monopole pour l’approvisionnement du pays en sucre. Say dénonce cette situation en affirmant que « les gouvernements ne peuvent manquer de sentir tôt ou tard que c’est une sottise, même dans leurs intérêts actuels, d’enrichir quelques particuliers aux dépens d’une nation » (ibid., 420).

50Le Cours complet pointe longuement la perversité du système. Alors que l’État devrait plutôt favoriser l’approvisionnement de la nation au moindre coût, il taxe lourdement le sucre ne provenant pas des colonies. Il encourage ainsi une production qui n’est avantageuse pour les colons que grâce à cette taxation que supportent en définitive les consommateurs français. Cette politique est d’autant plus absurde qu’elle permet de soutenir un système qui fait acheter des hommes dans une partie du monde pour les transporter dans une autre où ils sont contraints d’exécuter des tâches grossières.

51La défense du système ne peut pas s’appuyer sur l’argument de la prospérité des îles esclavagistes. Les causes de cette prospérité tiennent manifestement moins à l’esclavage qu’au fait que les denrées produites sont vendues à un prix de monopole. C’est par conséquent le consommateur français qui, en payant un prix supérieur à celui qu’il serait en droit d’obtenir, assure la prospérité des îles (Say, [1828] 2010, vol. 1, 252-256).

  • 24 Say se réfère une douzaine de fois à Comte dans le Cours complet, dont quatre à propos des effets d (...)

52Say, déjà en plein accord avec Comte qui « a fort bien prouvé » (ibid., 279) les effets néfastes de l’esclavage sur la production des individus et a « admirablement bien traité » (ibid., 255, note 1) le sujet, partage aussi les conclusions de son gendre sur les incidences de l’esclavage sur « l’économie des nations » (ibid., 640).24 Poursuivant sa réflexion qui l’amène à en estimer les coûts pour le « genre humain tout entier » (Comte, 1827, 242), Comte voit dans l’esclavage un frein à la production de richesses. Cette production est non seulement réalisée avec un travail de faible qualité mais le recours à des méthodes employant plus de capital est en outre dissuadé. La force brute des esclaves est utilisée là où un cheval et une charrue pourraient faciliter la culture. Il en résulte que le travail est peu productif, « que l’esclavage est un obstacle invincible à la formation et à la cumulation des richesses » (ibid., 281-282) et que la faible richesse produite est répartie de façon très inégalitaire. Le système n’est viable que parce que « les colons ayant en France le monopole de la vente de leurs produits, perçoivent sur la population française un impôt très lourd, puisqu’elles [sic] nous font payer leurs denrées beaucoup plus cher que nous ne les paierions si le commerce était libre » (ibid., 281).

  • 25 « Le même système d’économie politique doit s’étendre sur les colonies comme sur la métropole ; lib (...)

53Sismondi, sur qui Comte s’appuie pour montrer l’impact négatif de l’esclavage sur la production agricole dans l’Antiquité, « développe un point de vue invariable » (Herland, 2002, 80) certes sur la productivité du travail servile comme l’indique Michel Herland, mais aussi sur les incidences de l’esclavage sur la production du pays. Dès son ouvrage de 1803, il explique que la traite et l’esclavage ont amené les colonies à une situation critique. Opposé aux monopoles en faveur des colonies, il préconise « de renoncer avec elles au système exclusif » (Sismondi, 1803, vol. 2, 364) et de libéraliser leurs échanges.25 Son premier écrit de 1814 sur la traite des Nègres l’amène à s’arrêter sur les rapports d’échange artificiellement entretenus entre la métropole et les colonies qui sont extrêmement coûteux pour le pays. « Pour achever la ruine de la nation, il ne manque plus que de la forcer à dépenser le reste de ses fonds à l’établissement de colonies, qui ne pourront pas soutenir ensuite la concurrence étrangère, et qu’on sera forcé d’abandonner. » (Sismondi, 1814a, 27) L’exclusivité dont bénéficient les colonies correspond à une mauvaise allocation des capitaux qui conduit la nation à acquérir à des prix élevés ce qu’elle pourrait obtenir à meilleur compte. C’est l’ensemble des habitants de la métropole qui en pâtissent. « Il n’est pas raisonnable de charger tous les consommateurs de France d’un pesant impôt, sur le sucre et le café qu’ils consomment, pour assurer aux propriétaires de plantations dans les Antilles un profit exorbitant sur le capital qu’ils emploient. » (Ibid., 50-51) Lorsque les Français « s’enchaînent au monopole de leurs petites colonies, ils ressemblent à un prisonnier, qui séparé du monde entier par les verrous de ses geôliers, s’enferme en dedans à double tour, et croit ainsi mettre l’Univers en prison, en dehors de son donjon. » (Ibid., 59)

54Dans son second texte de 1814 sur la traite des Nègres, Sismondi réaffirme l’absurdité qu’il y a à s’imposer un monopole qui revient à instituer « le plus vaste et le plus dispendieux atelier pour produire une denrée qui surabonde déjà » (Sismondi, 1814b, 5). Il introduit aussi un nouvel argument à l’encontre de l’esclavage et de la traite qui alimente les colons en main-d’œuvre : en apportant la désolation en Afrique, les négriers « ôtent à nos manufactures, des nations entières de consommateurs » (ibid., 34) et les privent d’un vaste marché. Cinq ans plus tard, dans les Nouveaux principes d’économie politique, il consacre un chapitre à la dénonciation des monopoles qui caractérisent les relations avec les colonies (Sismondi, 1819, vol. 1, 385-396). Alors même que l’esclavage ne permet pas de tirer le meilleur parti des hommes qui cultivent les terres, puisque des travailleurs libres seraient plus productifs, les colons, « s’ils réalisent aujourd’hui de grands profits, les doivent au monopole qui leur est assuré dans le marché de leur mère-patrie […]. Ce n’est pas sur les sueurs et les larmes des nègres d’Afrique que les colons s’enrichissent, mais bien sur les épargnes de leurs concitoyens de France. » (Sismondi, 1833, 416-417) En définitive, si l’on veut « distinguer la richesse qui est acquise par la société de celle qui est acquise aux dépens de la société […], lorsqu’on vient à sommer la richesse de la société avant et après la prétendue économie sur les frais de production » (Sismondi, 1837a, vol. 1, 379), on ne peut que constater que l’esclavage colonial a « détruit cette richesse » (ibid.).

55Les saint-simoniens sont tout aussi confiants que Say et Sismondi dans le fait que la fin de l’esclavage ne nuira pas à l’économie. D’une manière générale, les systèmes d’exploitation qu’ils dénoncent ne permettent pas la meilleure affectation possible des ressources. S’ils ne remettent pas en cause l’idée selon laquelle l’esclavage serait rentable pour les colons qui y ont recours, ils ne considèrent en revanche pas que cette pratique puisse être profitable à l’ensemble du pays. Olinde Rodrigues s’en prend aux négriers qui croient que « ce trafic lui-même est indispensable à la prospérité des États » (Rodrigues, 1826, 195). Il rejette les allégations susceptibles de justifier le maintien de l’esclavage colonial au nom de l’intérêt national. Et même si le consommateur devait faire les frais de son abolition, cette abolition n’en devrait pas moins être soutenue. « L’horreur qu’inspire à la société la continuation de ce dégoûtant abus de la force et de l’industrie ne peut, en aucune façon, être compensée par la jouissance de quelques livres de sucre ou de café dont la production pourrait être suspendue pour un certain temps. Cette production pourrait même devenir impossible sans que cette considération pût affaiblir en rien l’importance de la manifestation du sentiment général. » (Ibid., 197) Ce préjudice possible pour le consommateur métropolitain est toutefois d’une probabilité réduite car sur ce sujet « les intérêts matériels bien entendus viennent s’accorder avec les intérêts moraux » (ibid.) et la réorganisation de l’activité productive qu’ils préconisent est de nature à favoriser la production globale et améliorer le bien-être général.

56Say, Sismondi et les saint-simoniens, bien qu’ayant des vues différentes, et, pour le premier, évolutives, sur l’intérêt des colons à employer une main-d’œuvre servile, s’accordent néanmoins à considérer qu’il est dans l’intérêt même de l’économie de mettre fin à l’esclavage. Tous développent une réflexion sur la sortie de l’esclavage et sur le nouveau modèle auquel elle doit donner lieu pour les colonies.

3. De la sortie de l’esclavage à un nouveau modèle pour les colonies

57Si Say, Sismondi et les saint-simoniens réclament l’affranchissement des esclaves, ils considèrent que celui-ci doit être mis en œuvre progressivement. Il s’intègre dans un changement du modèle de fonctionnement des colonies sur lequel ils ont des vues différentes.

3.1. L’affranchissement progressif des esclaves

58Avant la première abolition, les opposants à l’esclavage en envisagent une suppression graduelle. La Société des Amis des Noirs, fondée en 1788 pour combattre la traite et aboutir à l’égalité entre Blancs et Noirs dans les colonies et dont Condorcet est un membre éminent, vise une sortie de l’esclavage étalée sur deux ou trois générations (Dorigny et Gainot, 1998, 33).

  • 26 L’argumentation confine au sordide lorsque Condorcet justifie également la progressivité par la néc (...)
  • 27 La progressivité qu’il prône consiste à prévoir l’affranchissement des nouveau-nés seulement lorsqu (...)

59Les raisons de cette progressivité sont invoquées par Condorcet dans le chapitre de ses Réflexions où il propose des moyens mettre fin à l’esclavage « par degrés » (Schwartz, 1781, 38). Il s’agit essentiellement de faire preuve de réalisme, quitte à soutenir cette progressivité « en gémissant sur cette espèce de consentement forcé que nous donnons pour un temps à l’injustice, et en protestant que c’est la crainte seule de voir traiter l’affranchissement général comme un projet chimérique » (ibid.) qui oblige à l’accepter. Penser l’abolition sur le long terme, c’est pouvoir la préparer et limiter l’opposition que pourrait susciter une suppression brutale. Mieux vaut obtenir une mesure aux effets lointains plutôt que de voir échouer la mise en place d’une mesure aux effets immédiats. C’est aussi un moyen d’éviter les désordres qui sont prêtés « aux changements trop brusques, puisque les affranchissements ne se feraient que peu à peu » (ibid., 51-52). La mise en œuvre progressive de l’affranchissement donne en outre les délais nécessaires pour réorganiser l’activité productive et plus largement le fonctionnement des colonies. « Elle donnerait à la fois, aux colons, le temps de changer insensiblement leur méthode de cultiver, de se procurer les moyens de faire exploiter leurs terres, soit par des Blancs, soit par des Noirs libres, et au gouvernement, celui de changer le système de la police et de la législation des colonies. » (Ibid., 52)26 Condorcet ne met toutefois guère en avant l’argument que développent d’autres abolitionnistes, en l’occurrence la nécessité de préparer la sortie de chaque esclave de sa condition servile pour en faire être capable de s’insérer en tant que travailleur libre dans l’activité productive. Il présente ses moyens de sortie de l’esclavage comme préservant l’intérêt des colons, sans doute pour tenter de prévenir une opposition trop violente de leur part.27

60La loi qui institue la première abolition ne retient pas la progressivité : la révolte des esclaves à Saint-Domingue et la proclamation de leur liberté au cours de l’été 1793 rendent caduque la perspective d’une abolition progressive. Mais après le retour de l’esclavage dans les colonies, les abolitionnistes du début du XIXe siècle, manifestement marqués par les troubles qui ont accompagné la première abolition, en restent à l’idée d’un affranchissement progressif. C’est le cas de Say lorsqu’il s’interroge sur les modalités de sortie de l’esclavage. Dénonçant les conditions dans lesquelles l’État a soutenu la production sucrière des colonies, il se demande s’il ne faut « pas plutôt, loin de favoriser une culture fâcheuse avec laquelle il faut nécessairement qu’il y ait quelqu’un de sacrifié, la décourager, amener par degrés un changement de système » (Say, [1828] 2010, vol. 1, 253). Ce changement ne correspond sans doute pas à la situation où des colons ont libéré « par degrés » (ibid., 258) des esclaves, situation dans laquelle ils ont en fait affranchi une partie d’entre eux. Say ne croit pas que ce soit « l’issue par laquelle on sortira du mauvais régime des îles à esclaves » (ibid.). Les esclaves libérés ne seraient d’ailleurs guère incités à continuer à fournir la même quantité de travail. Le climat des Antilles a pour effet de rendre la terre féconde mais aussi le travail pénible, aussi l’esclave libéré sera-t-il tenté de ne travailler quotidiennement qu’une ou deux heures, temps suffisant pour nourrir sa famille. Say reconnaît que l’île d’Haïti, indépendante depuis vingt-cinq ans et où l’esclavage a été supprimé une décennie plus tôt, est devenue prospère, ce qui pourrait infirmer son idée selon laquelle les esclaves libérés seraient peu incités à travailler. Il attribue toutefois ce résultat au fait que l’île n’est plus une colonie et non pas à la transformation des esclaves en travailleurs libres, considérant qu’elle « prospère plus sous la bannière de l’indépendance que sous celle de la liberté » (ibid., 259).

61Sans qu’il propose explicitement une solution pour opérer ce changement graduel, Say a des préoccupations proches de celles de ses contemporains abolitionnistes lorsqu’il affirme que les colonies feraient bien « sagement de se prêter à tous les changements graduels qui pourront conduire, sans désastres, à un ordre de choses capable de se maintenir par lui-même » (ibid., p. 654). Au rang de ces changements susceptibles d’assurer une transition en douceur figure « l’affranchissement graduel des esclaves » (ibid.).

62Ce point de vue que développe Say dans le Cours complet ne diffère pas la façon dont Comte, l’année précédente dans le Traité de législation, semble envisager l’affranchissement. Comte tend à en présenter la progressivité comme allant de soi. Il faut éviter que « les efforts que l’on fait pour conduire graduellement à la liberté la population asservie » (Comte, 1827, 460) aboutissent à un échec. Il s’interroge donc sur les conditions de leur succès. « Comment est-il possible d’arriver à l’abolition graduelle de l’esclavage ? Comment peut-on l’abolir tout à coup sans compromettre à la fois l’existence des maîtres, et même le bien-être à venir de la population asservie ? » (Ibid., 462-463) Les colons comme les abolitionnistes voient des dangers dans la suppression de l’esclavage. Les premiers craignent que leur existence soit menacée, que leurs propriétés ne soient plus en sûreté et que les affranchis cessent de travailler pour eux. Comte pense pouvoir atténuer leurs craintes en proposant une démarche qui pourrait permettre l’affranchissement tout en le différant dans le temps. Il suggère que les colons laissent aux esclaves la disposition de leurs journées mais exigent d’eux une somme pour chaque journée de travail qu’ils effectueront contre rémunération. Les esclaves seraient donc incités à travailler puisqu’après avoir payé cette forme de taxe à leurs maîtres ils conserveraient une partie de leurs gains pour leur entretien et le reste pourrait donner lieu à une accumulation régulière qui leur permettrait ensuite de payer le prix de leur rachat. Quant aux abolitionnistes, leur principale crainte est sans doute celle des violences qui risqueraient de suivre la libération des esclaves. C’est manifestement ce à quoi pense Comte lorsqu’il écrit que « cette révolution, dans les colonies européennes, peut s’opérer de deux manières : elle peut s’exécuter d’une manière violente et rapide comme celle qui s’est opérée à Saint-Domingue ; ou bien elle peut s’exécuter d’une manière lente et progressive » (ibid., 473).

  • 28 « Les amis des nègres ont voulu atteindre leur but, l’affranchissement, et ils se sont à peine donn (...)

63Sismondi, qui veut comme Comte que l’affranchissement soit une réussite, réclame une abolition immédiate de la traite mais est beaucoup plus prudent sur la rapidité avec laquelle la fin de l’esclavage peut être envisagée. En 1803, il déplore les conditions dans lesquelles la France a quelques années plus tôt supprimé l’esclavage à « la Guadeloupe et St-Domingue, ruinées par les suites d’une émancipation exécutée avec autant de démence, qu’on avait mis de barbarie à rassembler les esclaves qu’elle affranchissait » (Sismondi, 1803, vol. 2, 365). En 1814, tout en affirmant que l’esclavage est « un indigne outrage fait à la nature humaine » (Sismondi, 1814b, 17), il n’envisage pas sa disparition dans un bref délai. « Ce mal est invétéré dans l’ordre social de nos colonies, il y a jeté de profondes racines, et il ne peut être détruit rapidement. » (Ibid.) La crainte de réactions brutales des esclaves libérés du jour au lendemain est manifeste. « Avant de leur ôter leurs chaînes, il faut user des mêmes précautions avec lesquelles on retarderait la rentrée dans la société du malheureux qu’on aurait rendu fou à force de mauvais traitements. » (Ibid., 21) En 1833, il critique la hâte avec laquelle l’Angleterre vient de proclamer l’abolition28 et, alors qu’il envisage que la France puisse procéder au rachat des esclaves aux colons, il le voit encore comme un moyen de faire cesser l’esclavage de façon progressive.

Quelque ardemment que je désire voir cesser au plus tôt un système injuste et cruel, je sens vivement l’avantage d’éclairer l’une et l’autre race par l’exemple et par l’expérience. J’appellerai donc de mes vœux des rachats successifs, qui montrent aux yeux de tous, dans toutes les îles, dans tous leurs districts, des familles nègres établies dans des métairies prospérantes, et donnant à leurs maîtres un revenu toujours plus considérable, avant de prononcer l’émancipation des autres ; si ces rachats étaient continués pendant quelques années, si l’exemple et l’expérience donnaient des leçons que des mots ne peuvent jamais transmettre, l’affranchissement de tout le reste serait puissamment secondé par l’intérêt individuel. (Sismondi, 1833, 423)

64Les saint-simoniens sont eux aussi en faveur d’un affranchissement progressif, comme en témoignent plusieurs articles parus dans leur revue Le Producteur. La Lettre d’un habitant de la Martinique, sur l’émancipation de Saint-Domingue, et sur le moyen de prévenir l’insurrection des esclaves dans les autres colonies, publiée sous la forme d’une brochure de 23 pages en 1825 et qui donne lieu à un compte-rendu de 8 pages dans le premier volume du Producteur sous les initiales M. D., pointe les dangers d’une abolition brutale de l’esclavage qui semblent faire pencher pour sa mise en œuvre progressive.

65En dépit de l’opposition des saint-simoniens à l’esclavage, le Producteur affiche une prise de position qui paraît contredire leurs vues. « Nous déclarons d’abord que l’abolition de l’esclavage nous semble un expédient dangereux qui ne produirait que du désordre et des massacres. » (Le Producteur, 1825b, 472) La raison en est que la condition des esclaves les a tellement tenus à l’écart de la société qu’ils peuvent difficilement y trouver une place du jour au lendemain. « C’est qu’en effet la civilisation pénètre lentement dans les masses. Il ne suffit pas pour affranchir un peuple qui a toujours vécu pendant plusieurs générations dans la servitude, d’y promulguer une déclaration des droits de l’homme, ou d’y proclamer l’abolition de l’esclavage, ou de lui octroyer une charte, ou même de la lui donner à discuter. » (Ibid., 472-473) Il faut que l’ancien esclave soit en mesure de s’insérer dans la société et de pourvoir à ses besoins.

66Ces réserves à l’encontre d’une abolition soudaine de l’esclavage qui pourrait nuire aux affranchis eux-mêmes n’enlèvent rien au caractère inéluctable de sa disparition. « L’esclavage des noirs doit être aboli et il le sera ; c’est la loi de la perfectibilité humaine qui le veut ainsi ; mais il ne peut et il ne doit l’être que graduellement. Outre qu’il est fort présumable que les nouveaux affranchis, passant subitement de l’esclavage à la liberté, périraient de misère dans une atmosphère si nouvelle pour eux, il y a de plus à craindre qu’ils n’abusent contre leurs anciens maîtres et contre eux-mêmes de leur émancipation prématurée. » (Ibid., 473) L’exemple des débordements qui ont accompagné la Révolution française, avec les massacres auxquels elle a donné lieu, fait considérer après coup que s’il avait été possible « de rendre la transition moins brusque, tout le monde s’en fut bien trouvé » (ibid., 474).

67Puisqu’il faut mettre fin à l’esclavage tout en évitant les graves désordres qui pourraient survenir, il importe d’organiser le passage à la liberté. Les esclaves en sont encore plus éloignés que ne l’étaient les serfs du Moyen Âge, aussi faudra-t-il du temps pour leur apporter une forme d’éducation civique ou politique. Une solution pourrait être un passage transitoire par une forme intermédiaire de servage qui permettrait notamment aux enfants d’esclaves de quitter progressivement la servitude pour évoluer vers l’égalité civile. La transition par « un service de domesticité obligée » (ibid., 476) assurerait une accession à la liberté « sans secousses, sans violences » (ibid.).

68Si la démarche proposée risque de ne guère être satisfaisante pour les principaux intéressés, à qui une sortie immédiate et complète de l’esclavage est refusée et pour qui les jours meilleurs sont éloignés, voire susceptibles de ne concerner que leurs descendants, elle est représentative de l’approche saint-simonienne qui préfère la réforme aux excès de la révolution. Charles Duveyrier, qui est peut-être déjà l’auteur des réflexions développées dans le compte-rendu de la Lettre d’un habitant de la Martinique, synthétise ainsi les arguments en faveur d’une démarche progressive.

L’émancipation de tous les noirs esclaves brusquement opérée pourrait avoir des conséquences funestes pour eux-mêmes ; chez la plupart les facultés intellectuelles ne sont pas parvenues à un développement suffisant pour comprendre le but du travail et sa nécessité ; ils manqueraient de cette prévoyance indispensable à l’homme libre, ou plutôt au propriétaire. Au surplus nous ne prétendons pas indiquer ici les moyens propres à opérer la transition qui doit avoir lieu tôt ou tard ; nous nous bornerons à remarquer qu’il convient de la favoriser, afin qu’elle s’effectue sans secousse et sans crise. (Duveyrier, 1826, 489)

69Say, Sismondi et les saint-simoniens s’accordent donc sur la nécessité d’une émancipation des esclaves qui soit progressive. Leur position pourrait surprendre si l’on considère qu’ils ont vécu une première abolition où la Convention ne s’est pas embarrassée d’organiser une mise en œuvre par étapes. Mais c’est sans doute son échec qui incite les abolitionnistes du début du XIXe siècle à la prudence et à en rester à la progressivité prônée par leurs prédécesseurs. Du reste, si sur ce point ils ne font guère preuve d’originalité par rapport aux abolitionnistes de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, ils sont aussi en phase avec leurs contemporains. L’idée selon laquelle l’affranchissement des esclaves doit être progressif est en effet encore largement partagée. La Société de la morale chrétienne, qui avait constitué un Comité pour l’abolition de la traite des Noirs, parraine même « un concours du meilleur essai sur l’élimination graduelle de l’esclavage » (Jennings, 2010, 30) pour montrer comment les esclaves pourraient progressivement accéder à la liberté et être amenés graduellement à devenir salariés. Et en 1833, Victor Schoelcher, artisan d’une abolition qu’il réussit à obtenir quinze ans plus tard, demande encore la libération des esclaves dans un délai de quarante à soixante ans, en affichant même sa préférence pour le terme de soixante ans. (Schoelcher, 1833, 84).

3.2. Un nouveau modèle pour les colonies

  • 29 « Le premier souverain qui prendra le parti de montrer aux Nègres à faire du sirop, et de leur en a (...)
  • 30 Par la suite, la nouvelle Société des Amis des Noirs et des colonies, en rajoutant le mot « colonie (...)

70Lorsqu’en 1771 Dupont de Nemours argumente en faveur de la suppression de l’esclavage colonial, il l’intègre dans un schéma où les Européens, qui étant simultanément ingénieux et barbares ne représentent qu’une « demi-civilisation » (Éphémérides du citoyen, 1771, vol. 6, 241), doivent réorganiser leurs relations avec le reste du monde. L’Afrique étant plus propice à la culture de la canne à sucre que les colonies d’Amérique, c’est là qu’il faut la produire. Plutôt que d’acheter des esclaves sur la côte d’Afrique, les Européens doivent montrer à ceux qui y vivent comment produire la canne à sucre et l’acquérir ensuite auprès d’eux dans le cadre d’un commerce profitable à tous.29 Quant aux colonies d’Amérique, où l’esclavage aura pris fin, elles produiront d’autres cultures que celle d’une canne à sucre qui a épuisé les terres. Plus tard, la Société des Amis des Noirs propose elle aussi une mise en valeur des richesses du sol de l’Afrique parallèlement à la reconversion des colonies.30

  • 31 Dorigny et Gainot notent que Say sert de « relais d’influence des idées de la Société des Amis des (...)
  • 32 Numéro 65 du 20 pluviôse an IV (9 février 1796).
  • 33 C’est toutefois un argument que Say rejette dans son Traité, la métropole pouvant notamment s’allie (...)
  • 34 Numéro 66 du 30 pluviôse an IV (19 février 1796).

71La réflexion sur le devenir des colonies, que Dupont de Nemours ou les membres de la Société des Amis des Noirs ne sont pas les seuls à mener, se poursuit après la première abolition. C’est notamment le cas à la Décade philosophique, littéraire et politique dont le premier numéro paraît moins de trois mois après le décret d’abolition. Jean-Baptiste Say, en tant que rédacteur général de la revue, est partie prenante de cette réflexion.31 La revue dénonce « l’absurdité du système des colonies modernes » (Décade, 1796, 311)32. L’expression renvoie à la distinction, que Say prend la peine de préciser quelques années plus tard dans la première édition du Traité, entre le « système colonial des anciens » (Say, [1803] 2006, vol. 1, 400) et le « système colonial des modernes » (ibid.). Le premier rend compte de situations où, dans les métropoles de l’Antiquité, une partie de la population se trouvant à l’étroit dans son territoire d’origine s’implante et prospère en de nouveaux lieux sans prévision de retour dans la métropole dont elle s’est émancipée. Le second correspond à des situations plus récentes où ceux qui partent cherchent à faire rapidement fortune pour ensuite en jouir en revenant au pays. Cette logique a introduit dans les colonies modernes « des moyens violents d’exploitation, au premier rang desquels il faut placer l’esclavage » (ibid., 402). Les textes de 1796 où la Décade aborde le devenir des colonies dans ses rubriques consacrées aux affaires intérieures et aux affaires étrangères considèrent qu’elles ne peuvent pas rester dans une relation de subordination vis-à-vis de la métropole. Cela ne signifie pas pour autant que la France doive abandonner ses colonies car cela reviendrait à les livrer à ses ennemis.33 « Les Français ne doivent pas se contenter de réparer les dommages, peut-être irréparables en partie de leurs anciennes colonies : ils doivent, à l’instar de leurs ennemis, s’occuper de fonder de nouveaux établissements » (Décade, 1796, 375)34. Mais ces nouvelles implantations, au lieu de reposer sur des relations de domination entre une métropole et une colonie où des esclaves réalisent la production, doivent donner lieu à des échanges au sein desquels les Européens, qui ont apporté leurs connaissances, entretiennent des liens cordiaux avec la population des nouveaux territoires composée de travailleurs libres dont ils acquièrent les produits. C’est ce que Bernard Gainot désigne comme la « colonisation nouvelle » (Gainot, 2005), expression que les auteurs n’utilisent guère mais qui renvoie aux « colonies nouvelles » (Talleyrand, 1797) qu’évoque Talleyrand en 1797.

  • 35 L’évolution est d’autant plus inéluctable que le développement de la production de betteraves dans (...)
  • 36 Le retour à ce modèle semble souhaitable car pour Say « les anciens seuls ont bien entendu le princ (...)

72Le Traité de Say reflète la même hostilité que la Décade à l’encontre du mode de fonctionnement des colonies modernes. Au-delà de l’abolition de l’esclavage, c’est en effet la fin du système colonial des modernes que réclame Say. Sa disparition, loin d’être dommageable à l’économie, réduira le gaspillage de ressources induit par les mauvais choix opérés par l’État et permettra d’obtenir les denrées à un meilleur prix. Quant aux colonies, Say souhaite, dès la première édition du Traité, qu’elles deviennent « ce qu’elles seront inévitablement un jour, des colonies pareilles à celles des Anciens, de véritables patries adoptives, où l’on n’irait plus pour faire une fortune, mais pour y vivre, élever sa famille et y mourir » (Say, [1803] 2006, vol. 1, 416-418).35 Les denrées qu’elles produisaient seront achetées ailleurs et à des conditions plus avantageuses par la métropole. C’est pourquoi les Antilles deviendront « tôt ou tard des colonies formées suivant le modèle des anciens. Ce sera un grand bonheur pour leurs métropoles et pour les nègres de la côte d’Afrique. » (Ibid., 420)36 Le sort des îles est donc celui de territoires appelés à renoncer au travail servile, à s’orienter vers de nouvelles activités productives et à s’émanciper de la métropole.

  • 37 L’enjeu n’est pas seulement économique : l’Europe a selon Say une « mission civilisatrice » (Clémen (...)
  • 38 Say présente également cette perspective dans le Traité. « Un jour viendra probablement où les État (...)
  • 39 « Par un bon système de colonisation, j’entends des colonies formées sans esprit de retour, laissée (...)

73Cette préconisation du système des Anciens pour les colonies existantes ne doit pas laisser croire que Say a la vision d’une métropole qui doit se replier sur elle-même. Elle entretiendra avec ses anciennes colonies des liens profitables à tous (Say, [1828] 2010, vol. 1, 651-655). Et, comme devraient le faire ses voisins européens, elle développera avec d’autres contrées, notamment l’Afrique, des relations qui correspondent à la colonisation nouvelle, même s’il n’utilise pas l’expression.37 « Si les puissances de l’Europe entendaient leurs vrais intérêts, les immenses armées, la tactique, les trésors qu’elles emploient à se faire du mal mutuellement seraient employés à introduire la civilisation européenne dans l’Afrique septentrionale ; elles pourraient toutes y former des colonies qui, bientôt devenues indépendantes, comme toutes les colonies devraient l’être, fourniraient des denrées alimentaires précieuses et ouvriraient un nouvel et vaste débouché aux marchandises de l’Europe. » (Ibid., vol. 2, 885).38 En définitive, la colonisation nouvelle est calquée sur le système des Anciens qui reste un bon système de colonisation pour créer de nouveaux liens avec l’Afrique.39

74Sismondi établit lui aussi une comparaison entre les colonies des Anciens et celles des Modernes, comparaison qui fait même l’objet d’une publication spécifique en 1837 (Sismondi, 1837b). Les premières suscitent sa « sympathie » (Arena, 2009, 1208), ce en quoi il est proche de Say. Comme lui, il ne conçoit pas que les colonies puissent maintenir un mode de production esclavagiste, mais il s’en démarque sur la façon dont il conçoit la production dans les îles après l’abolition. Alors que Say fait preuve d’un réel pessimisme sur la possibilité d’amener les esclaves affranchis à cultiver la terre tout en maintenant le niveau de production qui précédait l’abolition, Sismondi propose un modèle dans lequel il voit la solution pour inciter les affranchis à travailler.

75Le modèle que soutient Sismondi est celui du métayage toscan fondé sur « l’exploitation à moitié fruits » (Sismondi, 1819, vol. 1, 186). C’est un système qu’il présente déjà dans son Tableau de l’agriculture toscane en 1801 (Sismondi, 1801). Dans son premier écrit de 1814, il explique pourquoi c’est la solution la plus appropriée pour les esclaves affranchis. Les expériences d’affranchissement des serfs en Europe montrent les limites de certaines formes d’émancipation. Ceux à qui on a laissé les terres en contrepartie du paiement d’une rente fixe ont parfois préféré leur ancienne condition qui leur garantissait d’être nourris. Ceux qui ont reçu des terres en propre contre l’obligation de travailler certains jours sur celles du propriétaire l’ont fait sans zèle. Le métayage repose en revanche sur un principe simple et incitatif. « Le maître fournit les terres et les capitaux fixes ; c’est encore lui qui fait l’avance des capitaux circulants, qu’il prélève ensuite à la récolte ; le métayer ne fournit que son travail, et il en partage ensuite également les produits avec le propriétaire foncier. » (Sismondi, 1814a, 52) Avec ce système, le cultivateur trouve un intérêt à travailler au mieux. « Le métayer travaille gaîment, parce qu’il sait qu’il partagera tous les produits ; il soigne également toutes les parties de sa terre, et profite également de toutes ses journées, parce qu’il sait que ce qu’il fait est pour lui » (ibid., 54). Sismondi ne croit pas que les Nègres soient trop indolents pour continuer à travailler sans la contrainte du fouet et pense qu’ils ne seraient guère éloignés de la situation des paysans toscans, certes pauvres et ignorants, mais « attachés à leur travail dans chaque métairie, par la double jouissance de la propriété et de la liberté » (ibid., 56).

  • 40 « La culture par métayers, ou l’exploitation à moitié fruits, est peut-être une des plus heureuses (...)
  • 41 L’article donne lieu à une longue réponse du baron de Cools, délégué de la Martinique, dans la même (...)
  • 42 Sismondi voit pour les Antilles « une classe de paysans heureuse, industrieuse, quoique noire, affe (...)

76Dans les Nouveaux principes d’économie politique, Sismondi consacre un chapitre à cette forme d'organisation de l’agriculture dont il met en avant l’aptitude à assurer une sortie de l’esclavage satisfaisante à la fois pour les esclaves et pour leurs maîtres.40 Le cultivateur n’a pas d’avances à faire au propriétaire et sait que le produit qu’il tirera de la terre dépendra du travail qu’il fournira sans que ce produit soit suffisamment abondant pour le dispenser d’efforts. Le propriétaire voit ses terres entretenues et préserve ses revenus en percevant la moitié de la production. Sismondi développe longuement les avantages économiques et sociaux de ce système dans son article de 1833 intégralement consacré au sujet.41 « Il y a association, et non pas concurrence ou opposition d’intérêts entre le propriétaire et son métayer » (Sismondi, 1833, 412), aussi la sortie de l’esclavage ne laisse-t-elle pas craindre une nouvelle forme d’antagonisme. La communauté d’intérêts assure une « union intime entre les propriétaires et les paysans » (ibid., 419-420). Le partage du produit en deux parts égales est justifié par le fait que « la terre fait la moitié du travail, et l’homme l’autre moitié » (ibid., 417), aussi est-il équitable que le propriétaire conserve la moitié de la récolte et que le cultivateur en conserve l’autre moitié. Ce tableau idyllique42 incite Sismondi à préconiser le versement par l’état d’une prime pour tout esclave affranchi et transformé en métayer (ibid., 424). Il réitère son argumentation dans ses Études sur l’économie politique de 1837 où il consacre un essai à la condition des cultivateurs de Toscane et un autre à la marche à suivre pour transformer les esclaves en « paysans libres et heureux » (Sismondi, 1837a, vol. 1, 421).

77Les saint-simoniens partagent l’optimisme de Sismondi. Pour eux, l’esclavage est un système d’exploitation des travailleurs par les oisifs appelé à disparaître. Ils prônent un nouvel ordre économique et social où l’esclavage a encore moins sa place que les autres formes d’exploitation. Leur projet est celui d’une réorganisation de l’économie et de la société où chacun doit pouvoir se réaliser et bénéficier des progrès matériels. La rationalisation de l’activité productive qu’ils souhaitent mettre en œuvre vise à améliorer à la fois la production et la répartition. Dans cette conception, la fin de l’esclavage ne peut qu’être bénéfique pour l’économie et la société, les esclaves étant appelés à rejoindre la grande association des travailleurs délivrés de leur exploitation par les oisifs dans un nouvel ordre où chacun est « placé selon sa capacité et récompensé selon ses œuvres » (Bazard et alii, 1830, vol. 1, xxxvii).

78Conformément au projet saint-simonien, les anciens esclaves seront associés « à une entreprise industrielle commune » (ibid.) et c’est en « libres cultivateurs » (ibid.) qu’ils échangeront les produits des îles contre ceux de la métropole. Dans une vision d’ensemble où chacun doit trouver sa place dans une activité productive organisée à l’échelle de la nation sur le modèle saint-simonien, « ils se livreront au genre d’industrie le plus adapté à leur organisation spéciale, ils accompliront leur tâche dans l’immense atelier » (ibid., 198).

79L’esclavage, qui est la forme d’exploitation des travailleurs la plus radicale, n’a plus sa place dans le monde nouveau que veulent faire émerger les saint-simoniens. L’exploitation aura cédé la place à la coopération et à la complémentarité bénéfiques à chacun. Ils l’annoncent dans l’un des tout premiers articles du Producteur. « Entre un blanc qui travaille et un noir qui travaille également, il y a lieu à une combinaison d’efforts, à une augmentation de richesse et de bonheur pour tous les deux. » (Le Producteur, 1825a, vol. 1, 45) Moralement inacceptable, l’esclavage est à bannir des règles qui fixent le fonctionnement ordinaire de la société. « L’esclavage et le trafic qui le perpétue sont des atteintes profondes à l’ordre social, des infractions graves aux premières lois de la société humaine, et, pour parler le langage habituel des légistes, des crimes qu’on doit ranger parmi les plus nuisibles. » (Duveyrier, 1826, p. 488)

80Le monde délivré de l’exploitation envisagé par les saint-simoniens permettra à chacun d’occuper la place qui lui revient dans une société où l’oppression aura disparu et dans une économie organisée en vue de permettre à chaque travailleur de tirer le meilleur parti de ses compétences. « La société humaine est comprise de notre temps d’une manière parfaitement nette ; on sait qu’elle ne doit pas se composer de deux classes, l’une d’oppresseurs oisifs, l’autre de travailleurs opprimés ; que les hommes doivent former une association générale, dans laquelle chacun est appelé à jouer le rôle déterminé par l’étendue de sa capacité, par l’importance et l’utilité de ses travaux. Le noir qu’on achète et qu’on oblige par la violence, au travail dont profite l’oisiveté du maître, présente donc un véritable contresens en civilisation : l’esclave n’est qu’un instrument dans l’atelier social, où il devrait figurer comme intéressé. Des châtiments le stimulent à un travail, auquel il ne devrait être excité que par la perspective d’un gain légitime. » (Ibid.)

81Les saint-simoniens sont en outre comme Say convaincus de la mission civilisatrice de l’Europe. Comme lui, ils adhéreront à l’idée de nouvelles colonisations excluant l’esclavagisme. Mais au moment où Say et Sismondi écrivent sur les colonies, celles-ci n’occupent pas encore dans les préoccupations saint-simoniennes la place qu’elles prendront ensuite. Saint-Simon lui-même n’a presque rien écrit sur les colonies et est comme Say et Sismondi sensible au coût qu’elles représentent, ce qui l’incite à penser que « ce que nous avons de mieux à faire, c’est de renoncer à nos colonies, c’est de supprimer la dépense qu’elles nous occasionnent » (Saint-Simon, [v. 1816] 2012, vol. 2, 1723). Ses disciples en revanche, dès que le groupe soudé qu’ils forment à Paris se disperse, à l’époque même où meurt Say, entendent prendre une part active à des projets de colonisation qu’ils conçoivent comme contribuant à l’association entre les peuples (Zouache, 2009a ; 2009b).

Conclusion

  • 43 Dans son article centré sur l’analyse d’Adam Smith, Daniel Diatkine note que le système colonial re (...)

82La remise en cause de l’esclavage colonial dans la France du XVIIIe siècle s’appuie sur des considérations philosophiques et morales que viennent peu à peu compléter des raisonnements relevant de l’analyse économique. Les auteurs inspirés par la physiocratie, qui promeut le libéralisme économique, tendent à considérer, à l’instar de Dupont de Nemours, que le calcul économique apporte de nouveaux arguments en faveur de l’abolition, assurant ainsi « la coïncidence du juste et de l’utile » (Oudin-Bastide et Steiner, 2015, 247). Leurs opposants, qui s’efforcent de montrer que l’abolition irait non seulement à l’encontre des intérêts des colonies mais aussi de celui de la métropole, tendent plutôt à s’inscrire dans le prolongement d’un mercantilisme peu enclin à la libéralisation des échanges et maintenant dans un cadre relativement rigide les conditions de production et de circulation des denrées coloniales.43 Les positions pro ou antiabolitionnistes recouvrent ainsi des différences de sensibilités économiques.

83Aboli une première fois en 1794, l’esclavage est rétabli en 1802. La mobilisation de la réflexion économique pour en contester le bien-fondé s’en trouve relancée, dans un contexte où le pouvoir napoléonien puis de la Restauration ne laisse guère les opposants s’exprimer et où le libéralisme économique n’a pas bonne presse auprès des autorités politiques. Dans ces premières décennies du XIXe siècle, le libéralisme économique n’est plus incarné par les physiocrates mais est personnifié par un Jean-Baptiste Say qui s’impose comme son principal représentant dans le pays et dont l’autorité s’étend bien au-delà de ses frontières. Ce libéralisme ne s’inscrit plus contre un mercantilisme que les théoriciens de l’économie ont largement abandonné mais il est en proie aux critiques de Sismondi et des saint-simoniens en en ce premier tiers du XIXe siècle.

84La comparaison des analyses de Say avec celle de Sismondi et des saint-simoniens sur l’esclavage ne permet plus de retrouver une superposition des idées économiques et du positionnement sur l’esclavage aussi nette qu’entre les auteurs du siècle précédent. Say, Sismondi et les saint-simoniens sont résolument contre l’esclavage, aussi les clivages possibles sont-ils à rechercher dans la lecture qu’ils font de ses dimensions économiques. La question de la rentabilité du travail libre par rapport à celle du travail servile, qui avait animé les débats avant la première abolition, conduit à une divergence entre la réponse que lui apporte Say, à savoir que le premier est plus coûteux que le second, et celle qui pourrait conforter ses opinions anti-esclavagistes. Mais la remise en cause du bien-fondé même de la question par Charles Comte, pour qui la poser revient à se placer du point de vue des colons, finit par rapprocher Say de Sismondi tandis que les saint-simoniens, quant à eux, n’en font pas une question essentielle.

85Say, Sismondi et les saint-simoniens ne pensent pas que la fin de l’esclavage puisse poser un problème économique majeur au pays. L’intérêt des planteurs n’est pas celui de la nation, voire de la colonie : qu’ils gagnent ou perdent à la sortie de l’esclavage, l’économie du pays sera loin d’en souffrir. Ce résultat ne s’explique pas tant par la différence entre la productivité des futurs affranchis, sur laquelle Say se montre sceptique, et celle des esclaves, que par la disparition d’un monopole qui permet au commerce colonial de fonctionner au profit des planteurs et au détriment de l’ensemble des consommateurs. Say, Sismondi et les saint-simoniens, sans développer nécessairement la même argumentation, présentent la fin de l’esclavage colonial comme favorable à l’économie du pays, conclusion qui est également celle de Comte.

  • 44 Les auteurs saint-simoniens finiront cependant par s’en démarquer après l’éclatement de leur groupe (...)

86Si pour Say comme pour Sismondi ou les saint-simoniens la suppression de l’esclavage est un objectif à atteindre, cette suppression semble devoir être mise en œuvre progressivement. Cette approche est en fait assez largement partagée à une époque où même les abolitionnistes « les plus hardis proposèrent une émancipation progressive, échelonnée sur plusieurs années » (Schmidt, 2000, 23).44 La fin de l’esclavage est pensée dans le cadre d’un nouveau modèle pour les colonies que les auteurs n’appréhendent pas de la même façon. Say le voit surtout comme la fin du système colonial des Modernes. Sismondi et les saint-simoniens se focalisent plus sur le sort des travailleurs, les affranchis tirant profit de leur liberté en devenant des métayers suivant l’exemple toscan pour Sismondi, ou selon les saint-simoniens participant à leur juste place à une activité productive organisée pour laquelle ils seront récompensés en fonction de ce qu’ils auront fait. Sur la suppression de l’esclavage et ses suites, la pensée de Comte, qui reconnaît ne pas proposer de projet d’affranchissement (Comte, 1827, 484), ne sert plus de référence commune pour Say, Sismondi et les saint-simoniens.

Je suis redevable aux deux rapporteurs anonymes pour leurs commentaires sur la version antérieure de ce texte qui ont permis de lui apporter des modifications substantielles. Ses insuffisances restent de ma responsabilité.

Haut de page

Bibliographie

Arena, Richard. 2002. Pourquoi et comment faut-il abolir l’esclavage dans les Antilles françaises ? A propos des argumentations de Say, Sismondi et Rossi. In Fred Célimène et André Legris (dir.), L’économie de l’esclavage colonial. Enquête et bilan du XVIIe au XIXe siècle. Paris : CNRS Éditions, 73-84.

Arena, Richard. 2009. Sismondi et la transition de l’esclavage au métayage. économies et sociétés, 43(7–8) : 1201-1229.

Bazard, Saint-Amand et alii. 1830. Doctrine de Saint-Simon. Première année. Exposition. 1829. Paris : Mesnier.

Cantillon, Richard. 1755. Essai sur la nature du commerce en général. Londres : Fletcher Gyles.

Carnot, Hippolyte. 1845. De l’esclavage colonial. Paris : au bureau de la Revue indépendante.

Célimène, Fred et André Legris (dir.). 2002. L’économie de l’esclavage colonial. Enquête et bilan du XVIIe au XIXe siècle. Paris : CNRS Éditions.

Clément, Alain. 2009. « Du bon et du mauvais usage des colonies » : politique coloniale et pensée économique française au XVIIIe siècle. Cahiers d’économie politique, 1(56) : 101-127.

Clément, Alain. 2012. Libéralisme et anticolonialisme. La pensée économique française et l’effondrement du premier empire colonial (1789–1830). Revue économique, 63(1) : 5-26.

Comte, Charles. 1827. Traité de législation, vol. 4. Paris : Sautelet et Cie.

Condorcet, marquis de. 1822. Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain ; suivie de Réflexions sur l’esclavage des nègres. Paris : Masson et fils.

Cools, baron de. 1834. De l’agriculture coloniale, en réponse à M. de Sismondi, Revue mensuelle d’économie politique, vol. 2, 90-121.

Décade philosophique, littéraire et politique. 1796. Vol. 8.

Diatkine, Daniel. 1996. Adam Smith et le projet colonial ou l’avenir d’une illusion. Cahiers d’économie politique, 27(1) : 21-38.

Dockès, Pierre. 1989. Condorcet et l’esclavage des Nègres ou Esquisse d’une économie politique de l’esclavage à la veille de la Révolution française. In Jean-Michel Servet (coord.), Idées économiques sous la Révolution 1789-1794. Lyon : Presses universitaires de Lyon.

Dockès, Pierre. 2002. Le paradigme sucrier (XIe-XIXe siècle). In Fred Célimène et André Legris (dir.), L’économie de l’esclavage colonial. Enquête et bilan du XVIIe au XIXe siècle. Paris : CNRS Éditions, 109-126.

Dorigny, Marcel (dir.). 1995. Les abolitions de l’esclavage de L. F. Sonthonax à V. Schoelcher 1793 1794 1848. Paris : Presses universitaires de Vincennes et éditions UNESCO.

Duveyrier, Charles. 1826. De la législation relative à la traite des noirs. Le Producteur, vol. 3, 479-489.

Ege, Ragip. 2000. L’économie politique et les systèmes sociaux pendant la première moitié du XIXe siècle. In Alain Béraud et Gilbert Faccarello (dir.), Nouvelle histoire de la pensée économique, Paris : La Découverte, vol. 2, 12-61.

Enfantin, Prosper. 1826. Traité de législation. Le Producteur, vol. 3, 409-426.

Enfantin, Prosper. 1831. Economie politique et politique. Paris : Imprimerie de Guiraudet.

Encyclopédie, ou Dictionnaire universel raisonné des connaissances humaines. 1774. Vol. 30. Yverdon.

Éphémérides du citoyen, ou Bibliothèque raisonnée des sciences morales et politiques. 1769. Vol. 11. Paris : Lacombe.

Éphémérides du citoyen, ou Bibliothèque raisonnée des sciences morales et politiques. 1771. Vol. 6, vol. 8. Paris : Lacombe.

Frossard, Benjamin S. 1789. La cause des esclaves nègres… Lyon : Imprimerie d’Aimé de la Roche, 2 vols.

Gainot, Bernard. 2005. La Décade et la « colonisation nouvelle », Annales historiques de la Révolution française, 339, janvier-mars, 99-116.

Herland, Michel. 2002. Penser l’esclavage : de la morale à l’économie. In Fred Célimène et André Legris (dir.), L’économie de l’esclavage colonial. Enquête et bilan du XVIIe au XIXe siècle. Paris : CNRS Éditions, 29-43.

Hodgson, Adam. 1823. A Letter to M. Jean-Baptiste Say on the Comparative Expense of Free and Slave Labour. Liverpool : W. Grapel, G. and J. Robinson, London : Hatchard and son, J. and J. Arch, 2nd ed.

Jacoud, Gilles. 2010. Political Economy and Industrialism. Banks in Saint-Simonian Economic Thought. Abingdon, New York : Routledge.

Jacoud, Gilles. 2012. Why Does Jean-Baptiste Say Think Economics is Worth Studying? History of Economics Review, 55(1): 29-46.

Laffon de Ladebat, André-Daniel. 1788. Discours sur la nécessité et les moyens de détruire l’esclavage dans les colonies. Bordeaux : Michel Racle.

Lapidus, André. 2002. Le profit ou la domination : la figure de l’esclave dans l’économie d’Adam Smith. In Fred Célimène et André Legris (dir.), L’économie de l’esclavage colonial. Enquête et bilan du XVIIe au XIXe siècle. Paris : CNRS Éditions, 47- 72.

Lechevalier, Jules. 1844. Note sur la fondation d’une nouvelle colonie dans la Guyane française. Paris : Firmin Didot.

Lettre d’un habitant de la Martinique, sur l’émancipation de Saint-Domingue, et sur le moyen de prévenir l’insurrection des esclaves dans les autres colonies. 1825. Paris : chez les libraires du Palais-Royal.

Montesquieu, Charles L. de [1748], De l’esprit des lois. Genève : Barrillot et fils, 2 vols.

Oudin-Bastide, Caroline. 2009. Peut-on transformer l’esclave en travailleur libre laborieux ? L’implication du travail pour soi des « nègres de houe » dans le débat sur l’émancipation des esclaves dans les îles françaises à la fin de la servitude, économies et sociétés, 41(7–8), 1141-1176.

Oudin-Bastide, Caroline et Philippe Steiner. 2015. Calcul et morale. Coûts de l’esclavage et valeur de l’émancipation (XVIIIe-XIXe siècle). Paris : Albin Michel.

Producteur (Le) 1825a. Emprunt d’Haïti, vol. 1, 44-48.

Producteur (Le) 1825b. Lettre d’un habitant de la Martinique…, vol. 1, 469-477.

Reybaud, Louis. 1848. Études sur les réformateurs ou socialistes modernes, vol. 2. Paris : Guillaumin, 2e éd.

Rodrigues, Olinde. 1826. Faits relatifs à la traite des noirs, Le Producteur, vol. 3, 193-198.

Saint-Simon, Henri. 2012. Œuvres complètes. Paris : Presses universitaires de France, vol. 2.

Say, Jean-Baptiste. 2003. Œuvres morales et politiques. Paris : Economica.

Say, Jean-Baptiste. [1803, 1814, 1817, 1819, 1826, 1841] 2006. Traité d’économie politique. Paris : Economica, 2 vols.

Say, Jean-Baptiste. [1828–1829] 2010. Cours complet d’économie politique pratique. Paris : Economica, 2 vols.

Schmidt, Nelly. 2000. Abolitionnistes de l’esclavage et réformateurs de colonies 1820-1851. Paris : Karthala.

Schoelcher, Victor. 1833. De l’esclavage des noirs, et de la législation coloniale. Paris : Paulin.

Schoorl, Evert. 2013. Jean-Baptiste Say. Revolutionary, entrepreneur, economist. Abingdon, New York : Routledge.

Schwartz, Joachim. 1781. De l’esclavage des Nègres. Neufchâtel : Société typographique.

Servet Jean-Michel (coord.). 1989. Idées économiques sous la Révolution 1789–1794. Lyon : Presses universitaires de Lyon.

Sismondi, Jean C. L. Simonde de. 1801. Tableau de l’agriculture toscane. Genève : J. J. Paschoud.

Sismondi, Jean C. L. Simonde de. 1803. De la richesse commerciale, ou Principes d’économie politique appliqués à la législation du commerce. Genève : J. J. Paschoud. 2 vols.

Sismondi, Jean C. L. Simonde de. 1814a. De l’intérêt de la France à l’égard de la traite des nègres. Genève et Paris : J. J. Paschoud.

Sismondi, Jean C. L. Simonde de. 1814b. Nouvelles réflexions sur la traite des nègres. Genève et Paris : J. J. Paschoud.

Sismondi, Jean C. L. Simonde de. 1819. Nouveaux principes d’économie politique, ou De la richesse dans ses rapports avec la population. Paris : Delaunay, Treuttel et Wurtz, 2 vols.

Sismondi, Jean C. L. Simonde de. 1827. Traité de législation, ou Exposition des lois générales suivant lesquelles les peuples prospèrent, dépérissent, ou restent stationnaires ; par Charles Comte, avocat à la cour royale de Paris, Revue encyclopédique, vol. 35, 65-86.

Sismondi, Jean C. L. Simonde de. 1833. De la condition dans laquelle il convient de placer les nègres en les affranchissant, Revue mensuelle d’économie politique, vol. 1, 401-423.

Sismondi, Jean C. L. Simonde de. 1834. Au directeur de la revue, Revue mensuelle d’économie politique, vol. 2, 193-199.

Sismondi, Jean C. L. Simonde de. 1837a. Études sur l’économie politique, vol. 1. Paris, Strasbourg : Treuttel et Würtz.

Sismondi, Jean C. L. Simonde de. 1837b. Les colonies des anciens comparées à celles des modernes. Genève : Imprimerie de Lador et Ramboz.

Smith, Adam. [1776] 1976. An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations. Oxford : Oxford University Press, The Glasgow edition of the works and correspondence of Adam Smith.

Steiner, Philippe. 1995. L’esclavage chez les économistes français (1750-1830). In Marcel Dorigny (dir.), Les abolitions de l’esclavage de L. F. Sonthonax à V. Schoelcher 1793 1794 1848. Paris : Presses universitaires de Vincennes et éditions UNESCO, 165-175.

Steiner, Philippe. 1996. J.-B. Say et les colonies ou comment se débarrasser d’un héritage intempestif ? Cahiers d’économie politique, 27-28 : 153-173.

Steuart, James. 1767. An Inquiry into the Principles of Political Economy. London : A.Millar and T. Cadell, 2 vols.

Talleyrand, Charles. M. 1797. Essai sur les avantages à retirer de colonies nouvelles dans les circonstances présentes. Paris : Baudoin.

Turgot, Anne R. J. 1766. Réflexions sur la formation et la distribution des richesses. s. l.

Turgot, Anne. R. J. 1914. Œuvres de Turgot, vol. 2. Paris : Félix Alcan.

Turgot, Anne R. J. 1919. Œuvres de Turgot, vol. 3. Paris : Félix Alcan.

Zouache, Abdallah. 2009a. Eléments d’économie coloniale saint-simonienne. Le cas de l’Algérie. Economies et sociétés, série « Histoire de la pensée économique », 41(juillet-août) : 1321-1342.

Zouache, Abdallah. 2009b. Socialism, Liberalism and Inequality: the Colonial Economics of the Saint-Simonians in 19th-century Algeria. Review of social economy, 67(4): 431-456.

Haut de page

Notes

1 Montesquieu amorce notamment cette remise en cause en 1748 dans le livre XV de l’Esprit des lois, et tout particulièrement dans le chapitre V « De l’esclavage des nègres » (Montesquieu, [1748], vol. 1, 389-390).

2 Sismondi n’est pas de nationalité française mais suisse, ce qui conduit Say, aux origines genevoises, et lui à correspondre en s’adressant l’un à l’autre avec la formule « cher concitoyen ». Mais Sismondi, qui a vécu en France dès l’adolescence et y séjourne par la suite à plusieurs reprises, suit de près ce qui touche à l’histoire, à la politique et à l’économie du pays. Il en vient même parfois à écrire « nous » en parlant des Français.

3 Ragip Ege regroupe Sismondi et les saint-simoniens sous l’appellation « réformateurs sociaux » (Ege, 2000, 29-44). S’il est vrai que le libéralisme de Say peut être opposé aux formes d’interventionnisme prônées par Sismondi et les saint-simoniens, il est en revanche difficile de ne pas inclure également Say parmi les réformateurs sociaux. Say s’inspire notamment de Jeremy Bentham, lequel est considéré comme un important réformateur social (Reybaud, 1848, 180-252).

4 De l’automne 1797 au printemps 1799, elle vise à poursuivre la lutte anti-esclavagiste et à promouvoir pour les colonies un nouveau modèle fondé sur le travail d’hommes libres.

5 Plus particulièrement dans les chapitres XXVIII (« Du produit des colonies ») et XXIX (« Du commerce colonial et de ses produits ») du livre premier et dans le chapitre X (« Des profits de l’esclave ») du livre quatrième.

6 Chapitre VII (« Des colonies ») du livre second.

7 La Monarchie de Juillet, même si elle ne réussit pas à abolir l’esclavage, donne la parole à ceux qui le combattent. Une partie des ministres et Louis-Philippe lui-même avaient été membres de la Société de la morale chrétienne qui avait constitué un Comité pour l’abolition de la traite des Noirs.

8 Si les subdivisions du livre sont présentées comme des « § », il s’agit en fait de courts chapitres.

9 « Je voudrais fort que vous eussiez raison de soutenir que l’esclavage n’est bon à personne, car c’est une abominable et barbare injustice, mais j’ai bien peur que vous n’ayez tort, et que cette injustice ne soit quelquefois utile à celui qui la commet. […] Il est donc incontestable que l’injustice est souvent utile à celui qui la commet et celle de l’esclavage l’est tout comme une autre. » (Turgot, 1919, 378)

10 L’ouvrage est publié sans date d’édition mais la date de novembre 1766 portée en fin de texte correspond manifestement à celle de la rédaction.

11 Comme l’indique sa référence au § XXVIII, et non au § XXX de la version parue dans les Éphémérides du citoyen.

12 Les esclaves sont plus rentables que les travailleurs libres car si le propriétaire emploie ces derniers « il les entretiendra probablement un peu mieux qu’il ne le ferait des esclaves » (Cantillon, 1755, 45) mais aussi parce qu’avec des esclaves il pourra en vendre les enfants « comme ses bestiaux » (ibid.).

13 « The slaves have all their wants supplied by the master, who may keep them within the limits of sobriety. » (Steuart, 1767, vol. 1, 167)

14 Les deux textes que Dupont de Nemours publie en 1771 dans les Éphémérides du citoyen sont partiellement reproduits dans Oudin-Bastide et Steiner (2015, 255-276).

15 « Avec des esclaves vous employez les coups de bâton, ce qui est moins cher. » (Schwartz, 1781, 25)

16 L’abolition de l’esclavage « ne ferait d’autre mal que d’empêcher quelques hommes barbares de s’engraisser des sueurs et du sang de leurs frères ; en un mot, la masse entière des hommes y gagnerait, tandis que quelques particuliers n’y perdraient que l’avantage de pouvoir commettre impunément un crime utile à leurs intérêts. » (Ibid., 26)

17 Condorcet fait ressortir cet avantage du travail servile pour le colon dans la profession de foi d’un planteur qu’il fait figurer dans son écrit Sur l’admission des députés des planteurs de Saint-Domingue dans l’Assemblée nationale où est mis en avant « l’intérêt pécuniaire » (Condorcet, [1789] 1822, 416).

18 Il est l’époux d’Adrienne Say, deuxième enfant de Jean-Baptiste.

19 La formulation de la question revient à se demander pourquoi « on ne consultera pas la volonté de l’homme possédé, aussi bien que la volonté de celui qui le possède » (Comte, 1827, 240).

20 L’extrait figure déjà dans la cinquième édition du Traité (Say, [1826] 2006, vol. 1, 413). Comte en cite la deuxième phrase et la dizaine de lignes qui suivent dans le passage où elle figure (Comte, 1827, 239-240, note 2).

21 C’est aussi ce qu’affirme l’Encyclopédie trois ans plus tard (Encyclopédie, 1774, vol. 30, 213).

22 « Slaves, however, are very seldom inventive; and all the most important improvements, either in machinery, or in the arrangement and distribution of work which facilitate and abridge labour, have been the discoveries of freemen. Should a slave propose any improvement of this kind, his master would be very apt to considerer the proposal as the suggestion of laziness, and a desire to save his own labour at the master’s expense. The poor slave, instead of reward, would probably meet with much abuse, perhaps with some punishment. » (Smith, [1776] 1976, vol. 2, 684)

23 Say est tout aussi catégorique dans le Cours complet. « L’affranchissement des esclaves, qui peut ailleurs augmenter la production, n’aurait pas sans doute ici le même effet, surtout relativement au sucre. Dans ce climat, le travail d’une journée entière au soleil est extrêmement pénible. Aucun Européen n’y résiste, et le nègre ne s’y soumettra jamais volontairement. Il a peu de besoins et, sous la zone torride où la terre est si féconde, une heure de travail par jour suffit à un nègre pour les satisfaire et pour nourrir sa famille. Devenu libre, il travaillerait au lever du soleil pendant une heure ou deux, et nulle satisfaction ne balancerait pour lui la peine qu’il éprouverait à travailler le reste du temps. Le planteur, qui voudrait l’occuper comme ouvrier libre, serait contraint de voir se reposer son fonds de terre et son capital pendant les neuf dixièmes de la journée. » (Say, [1828] 2010, vol. 1, 258)

24 Say se réfère une douzaine de fois à Comte dans le Cours complet, dont quatre à propos des effets de l’esclavage. C’est notamment le cas pour ses effets sur l’économie du pays (Say, [1828] 2010, vol. 1, 645, note 1, 649).

25 « Le même système d’économie politique doit s’étendre sur les colonies comme sur la métropole ; liberté entière du commerce, pour que le vendeur se contente du prix relatif libre, l’acheteur du prix intrinsèque, et que tous les deux y trouvent leur avantage ; le premier faisant entrer dans le prix, un profit qui fait partie du revenu national, et le second épargnant sur ce prix, une dépense qui fait partie de la dépense nationale. » (Sismondi, 1803, vol. 2, 368)

26 L’argumentation confine au sordide lorsque Condorcet justifie également la progressivité par la nécessité d’éviter que la loi devienne « une source de crimes » (Schwartz, 1781, 43) : puisque les nouveau-nés sont appelés à rester esclaves une partie de leur vie, « l’intérêt bien entendu des maîtres ne serait pas d’empêcher de naître des gens dont les bras doivent un jour leur devenir utiles » (ibid.).

27 La progressivité qu’il prône consiste à prévoir l’affranchissement des nouveau-nés seulement lorsqu’ils atteindront l’âge de 35 ans et à 40 ans pour les enfants de moins de quinze ans à la date de la loi d’abolition, tandis qu’en dépit de quelques aménagements les autres « peuvent rester esclaves à perpétuité » (ibid., 48).

28 « Les amis des nègres ont voulu atteindre leur but, l’affranchissement, et ils se sont à peine donné le temps d’en calculer les moyens, d’en prévoir les conséquences. » (Sismondi, 1833, 405)

29 « Le premier souverain qui prendra le parti de montrer aux Nègres à faire du sirop, et de leur en acheter au lieu d’esclaves, forcera bientôt les autres nations de l’imiter. Il sera le bienfaiteur de l’Europe et de l’Afrique » (Éphémérides du citoyen, 1771, vol. 6, 244).

30 Par la suite, la nouvelle Société des Amis des Noirs et des colonies, en rajoutant le mot « colonies » à son intitulé, montre clairement qu’elle se préoccupe de leur devenir.

31 Dorigny et Gainot notent que Say sert de « relais d’influence des idées de la Société des Amis des Noirs et des colonies au sein de La Décade » (Dorigny et Gainot, 1998, 339, note 33).

32 Numéro 65 du 20 pluviôse an IV (9 février 1796).

33 C’est toutefois un argument que Say rejette dans son Traité, la métropole pouvant notamment s’allier avec son ancienne colonie pour affronter les ennemis qui la menacent (Say, [1803] 2006, vol. 1, 430-432).

34 Numéro 66 du 30 pluviôse an IV (19 février 1796).

35 L’évolution est d’autant plus inéluctable que le développement de la production de betteraves dans la métropole finira par la conduire à se passer du sucre des colonies (Say, [1828] 2010, vol. 1, 654).

36 Le retour à ce modèle semble souhaitable car pour Say « les anciens seuls ont bien entendu le principe de la colonisation » (Say, [1803] 2006, vol. 1, 420)

37 L’enjeu n’est pas seulement économique : l’Europe a selon Say une « mission civilisatrice » (Clément, 2012, 18) qu’elle doit assumer. La foi de Say dans celle-ci transparaît dans son discours sur l’armée d’Orient qu’il prononce deux ans avant la parution de son Traité (Say, [1801] 2003, 263-265).

38 Say présente également cette perspective dans le Traité. « Un jour viendra probablement où les États européens, plus éclairés sur leurs vrais intérêts, renonceront à toutes leurs colonies sujettes, et jetteront des colonies indépendantes dans les contrées equinoxiales les plus voisines de l’Europe, comme en Afrique. Les vastes cultures qui s’y feront des denrées que nous appelons coloniales, les procureront à l’Europe avec une abondance extrême, et probablement à des prix très modiques. » (Say, [1814] 2006, vol. 2, 646) Say déplore que la politique suivie jusque-là n’ait pas suivi cette voie. « Une politique plus éclairée se gardera de mettre obstacle à l’établissement d’États indépendants d’origine européenne, dans la partie habitable de l’Afrique ; car de pareils établissements sont dans l’intérêt de toutes les nations. » (Ibid., 647, note 1)

39 « Par un bon système de colonisation, j’entends des colonies formées sans esprit de retour, laissées indépendantes quant à leur administration et à leurs relations extérieures, mais protégées aussi longtemps qu’il en est besoin par l’alliance de la métropole. Les corps politiques peuvent imiter en cela les relations des pères avec les enfants. Ceux-ci, parvenus à l’âge d’homme, doivent être laissés indépendants ; c’est alors que s’établissent les rapports les plus durables entre eux et leurs parents. De grandes parties de l’Afrique pourraient être couvertes de colonies européennes formées sur ces principes. » (Ibid., 841, note 1)

40 « La culture par métayers, ou l’exploitation à moitié fruits, est peut-être une des plus heureuses inventions du moyen âge : c’est celle qui a contribué le plus à répandre le bonheur dans les classes inférieures, à porter la terre au plus haut degré de culture, et à y accumuler le plus de richesses. C’est le passage le plus naturel, le plus facile et le plus avantageux pour élever l’esclave au rang de l’homme libre, pour former son intelligence, lui enseigner l’économie et la tempérance, et déposer entre ses mains une propriété dont il n’abusera pas. » (Sismondi, 1819, vol. 1, 189)

41 L’article donne lieu à une longue réponse du baron de Cools, délégué de la Martinique, dans la même revue en début d’année suivante (Cools, 1834), à laquelle Sismondi apporte des commentaires également publiés dans la revue (Sismondi, 1834).

42 Sismondi voit pour les Antilles « une classe de paysans heureuse, industrieuse, quoique noire, affectionnée au sol qu’elle cultive, affectionnée au maître avec lequel elle partage ses produits, tranquille sur son sort, assurée de son avenir » (Sismondi, 1833, 427).

43 Dans son article centré sur l’analyse d’Adam Smith, Daniel Diatkine note que le système colonial relève du système mercantile (Diatkine, 1996, 22, 28) mais aussi que « le projet colonial en tant que tel est l’expression la plus spectaculaire du « système mercantile ». Sa forme la plus extrême est le monopole qui s’exerce non seulement à l’encontre des marchands étrangers, mais à l’égard des marchands nationaux » (ibid., 25).

44 Les auteurs saint-simoniens finiront cependant par s’en démarquer après l’éclatement de leur groupe tout en prônant une émancipation des esclaves organisée et maîtrisée pour qu’elle s’effectue sans heurt (Lechevalier, 1844 ; Carnot, 1845).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Jacoud, « L’esclavage colonial : une comparaison des approches de Say, Sismondi et des saint-simoniens », Œconomia, 6-3 | 2016, 363-402.

Référence électronique

Gilles Jacoud, « L’esclavage colonial : une comparaison des approches de Say, Sismondi et des saint-simoniens », Œconomia [En ligne], 6-3 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/2424 ; DOI : 10.4000/oeconomia.2424

Haut de page

Auteur

Gilles Jacoud

Université Jean Monnet, GATE LSE, jacoud@univ-st-etienne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org