Navigation – Plan du site
Revue des livres
Notes de lecture

Matthias Schmelzer, The Hegemony of Growth. The OECD and the Making of the Economic Growth Paradigm

Antoine Missemer
p. 455-459
Référence(s) :

Matthias Schmelzer, The Hegemony of Growth. The OECD and the Making of the Economic Growth Paradigm, Cambridge: Cambridge University Press, 2016, 396 pages, ISBN 978-110713060-9.

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Cambridge University Press

1Les controverses actuelles sur la stagnation séculaire, réminiscences d’anciens débats des années 1930 et 1940 (voir Dockès, 2015), interrogent la capacité des économies capitalistes à trouver sans cesse de nouveaux leviers de développement. Elles questionnent par la même occasion la résilience de nos systèmes économiques et sociaux, conçus dans un contexte de croissance soutenue, celui des Trente glorieuses. Comme Tim Jackson (2009) le rappelait il y a quelques années, nos économies, nos systèmes de crédit et de protection sociale, ne fonctionnent correctement qu’en régime de croissance. Et dès que celle-ci s’amenuise, le cercle vicieux des déficits semble inextricable. Tous les responsables politiques, ou presque, font de la croissance l’objectif numéro un, celui qui précède tous les autres. Les chroniques de la presse économique se penchent chaque semaine sur les variations prévisibles du PIB. 0,5%, 1,3%, 1,5%, 2% ? Chaque petit écart est scruté de près, tant ses conséquences peuvent être grandes pour l’emploi et les finances publiques. Ainsi, chacun vit, bon gré mal gré, dans le paradigme de la croissance, le PIB constituant l’indicateur incontournable de la santé économique.

2L’ouvrage de Matthias Schmelzer, chercheur en histoire économique à l’Université de Zurich (Suisse), arrive à point nommé pour nous rappeler que le PIB, la croissance et même l’économie (au sens des activités économiques) ne sont pas des catégories comptables et conceptuelles immuables, mais qu’elles sont au contraire des constructions théoriques situées historiquement. À l’aide d’un important travail d’archives mené en Europe et aux États-Unis, l’auteur nous fait revivre la constitution progressive du consensus international sur la définition et la mesure de la croissance. Comme l’introduction de l’ouvrage le rappelle, d’autres travaux se sont déjà penchés sur cette question (Arndt, 1978 ; Collins, 2000 ; etc.). Mais, en se concentrant sur l’OCDE comme terrain d’étude, l’ouvrage de Schmelzer a pour particularité d’étudier le « paradigme de la croissance à une échelle transnationale, et à l’interface du monde académique, des administrations nationales et des organisations internationales » (9). Si la plupart des pays se sont accordés sur la nécessité de faire croître le PIB, c’est parce que des arènes d’échange et de coordination comme l’OCDE existaient. Et il apparaît que ces arènes ont joué un rôle certain dans la perpétuation des politiques de croissance, malgré les contestations.

3L’ouvrage est construit en trois parties, selon une trame chronologique. La première partie (1948-1959) revient sur la construction du paradigme de la croissance, par l’établissement de normes conceptuelles et comptables permettant de comparer les performances économiques d’un pays à l’autre. La deuxième partie (1960-1968) décrit l’apogée du consensus international sur la nécessaire croissance du PNB (ou PIB). La troisième partie (1969-1974) souligne comment le paradigme de la croissance a dû se réinventer face aux remises en cause sociales et environnementales du tournant des années 1970. Schmelzer rappelle que l’OCDE était avant 1961 l’OECE, une organisation européenne destinée initialement à gérer l’aide américaine issue du plan Marshall. Avec la fin du plan, l’organisation a dû se relégitimer, en se rapprochant de l’OTAN dans le contexte de la guerre froide (43, 48). À la suite de la standardisation des comptabilités nationales en 1953, l’OECE a cherché à placer la croissance du PNB au cœur des politiques économiques européennes (95), souvent conçues jusque là pour une pluralité d’objectifs (équilibre de la balance des paiements, lissage des cycles, stabilité sociale, etc.). L’influence américaine a pesé dans cette orientation des préoccupations, mais certains acteurs européens (ex : Jean Fourastié) ont également milité pour que la croissance devienne l’objectif premier (134, 151). Derrière cet attrait se cachait une assimilation entre croissance et développement (180). Pour que les nations européennes, plus largement tout le bloc de l’Ouest, et même les pays du Sud sous influence, se développent, et ne soient ainsi pas tentés par le communisme, il fallait que leurs PNB croissent vite, tout simplement (228 et sq).

4Avec le remplacement de l’OECE par l’OCDE en 1961, le paradigme de la croissance a poursuivi son expansion. Des objectifs chiffrés, toujours plus ambitieux, se sont vus proposés par des groupes d’experts estimant qu’il ne fallait pas seulement promouvoir la croissance, mais atteindre des objectifs de taux stable et durable à moyen terme (153). D’abord rudimentaires, les méthodes de prospective se sont affinées au fil du temps et l’OCDE est vite devenue une référence en la matière.

5L’apogée du paradigme de la croissance quantitative n’a finalement duré que quelques années pendant la décennie 1960 (240 et sq). Très vite, des contestations sont apparues sur le front social et environnemental. Comme l’indique Schmelzer, le rôle de l’OCDE dans ces contestations a été ambigu. D’un côté, l’institution a semblé réceptive aux critiques. En témoignent les intenses relations entre certains de ses experts et quelques animateurs du Club de Rome (249 et sq). D’un autre côté, elle a toujours cherché à sauver le paradigme de la croissance, en préférant les amendements à la marge aux remises en cause profondes. C’est ainsi que l’OCDE a été à la fois le théâtre de discussions sur les « problèmes de la croissance » (262-263), et le lieu de promotion d’une « croissance qualitative » (279) finalement peu différente de la croissance habituelle. La réception du rapport Meadows, Limits to Growth (1972), est également révélatrice de ces ambiguïtés. Les experts de l’OCDE ont accueilli le rapport avec un mélange de fascination et de prudence : ils étaient curieux d’en savoir plus sur les méthodes de prospective employées, mais ils ont finalement publié une série de contre-arguments radicaux (317). Schmelzer estime que le choc pétrolier a joué un rôle dans le sauvetage du paradigme de la croissance, les objectifs de court terme (plein-emploi, équilibre des comptes publics) redevenant prioritaires par rapport aux objectifs sociaux et environnementaux de long terme (299). Difficile néanmoins de savoir si le paradigme de la croissance aurait vraiment été en danger sans le choc pétrolier.

6L’épilogue de l’ouvrage montre comment l’OCDE est parvenue à faire perdurer le paradigme de la croissance jusqu’à aujourd’hui, en promouvant un discours d’obédience néolibérale dans les années 1980 (325 et sq), et en s’appropriant les objectifs de développement durable des années 1990 et 2000. Après son apogée quantitatif dans les années 1960, la croissance devait être « qualitative » au début des années 1970. Aujourd’hui, elle doit être « verte » (333). Mais malgré l’accumulation des qualificatifs, et malgré les aléas, c’est toujours de croissance du PIB dont il s’agit. Et ce ne sont pas les propos récents du Secrétaire général de l’OCDE Angel Gurría – « faire de la croissance la priorité numéro 1 » – qui s’apprêtent à changer la donne (335).

7Du point de vue de l’histoire de la pensée économique, deux apports du travail de Schmelzer nous semblent mériter une attention particulière. Le premier réside dans l’habileté avec laquelle l’auteur décrit la réinvention perpétuelle du paradigme de la croissance. Ce paradigme ne s’est pas construit comme « un ensemble monolithique de discours [évoluant de façon] linéaire et irréversible » (349). D’une part la croissance a toujours dû se réinventer face aux contestations. Et d’autre part ces contestations ont toujours existé. Elles se sont certes renforcées à la fin des années 1960, mais les critiques du rapprochement irraisonné entre PNB et bien-être sont apparues dès les années 1950, parfois au sein même de l’OECE (97, 185-186, 290 et sq). Depuis ses débuts, le paradigme de la croissance apparaît donc comme un paradigme en permanent renouvellement, et toujours objet d’oppositions. Mais sa résilience reste importante car si d’autres indicateurs économiques et sociaux existent – l’OCDE participant à l’élaboration de ces nouveaux indicateurs –, aucun n’est parvenu jusqu’à présent à remplacer le PIB dans les comptabilités nationales. Le poids des conventions et des habitudes, aussi contestées soient-elles, reste déterminant.

8L’analyse du rôle des économistes du monde académique dans la constitution et la perpétuation du paradigme de la croissance constitue le deuxième apport remarquable de l’ouvrage. Au tournant des années 1960, l’OCDE semble avoir fait sienne l’idée de fixer des cibles de croissance à moyen terme à la fois stables et durables. Schmelzer indique (175) que les travaux de Solow (1956) ont joué un rôle dans ce parti pris, d’autant plus que Solow lui-même a orienté les travaux de l’institution, via une note du Council of Economic Advisers américain en 1961, note consacrée justement à l’intérêt d’une cible de croissance. Si l’on ajoute à cet épisode le rôle qu’ont pu jouer plusieurs économistes (Keynes, Stone, Meade) dans la construction d’indicateurs type-PNB dans les années 1940 (92), alors il semble bien qu’une certaine porosité ait existé entre travaux académiques et constitution du paradigme de la croissance sur la scène internationale. On regrettera que Schmelzer ne soit pas allé plus loin dans cette direction de recherche, pour mesurer précisément le rôle des économistes du monde universitaire dans les recommandations de politique économique de l’OCDE. La promotion des politiques d’ajustement structurel à partir des années 1980 s’est sans doute réalisée sous l’influence des nouveaux classiques (325), mais comment cette influence s’est-elle précisément exercée ? Quels économistes ont joué un rôle direct via des groupes de travail de l’OCDE ? Ces questions mériteraient un examen approfondi, d’autant plus que Schmelzer semble aller parfois un peu vite sur la question des relations entre néolibéralisme, régulation marchande et recommandations de politique économique (pour une discussion générale de ces enjeux dans le domaine environnemental, voir Levrel et Missemer, 2016).

9Très bien documenté, sollicitant les archives avec précision, agréable à lire, l’ouvrage de Schmelzer ne manque pas de qualités. Les quelques éléments qui peuvent laisser le lecteur sur sa faim n’oblitèrent en rien les riches enseignements qu’il contient, ni le message général véhiculé : la croissance économique ne va pas de soi, elle est le fruit d’une construction historique de normes conceptuelles et comptables adaptées à l’immédiat-après-guerre. Plus d’un demi-siècle plus tard, ces normes sont-elles toujours adéquates pour rendre compte des enjeux économiques et sociaux contemporains ? La question mérite d’être posée, mais ajoutons qu’elle va en réalité bien au-delà des seuls enjeux comptables, car repenser la croissance impliquerait de repenser dans le même temps nombre de nos institutions économiques et sociales, aujourd’hui très dépendantes, dans leur fonctionnement, de la croissance du PIB.

Haut de page

Bibliographie

Arndt, Heinz W. 1978. The Rise and Fall of Economic Growth: A Study in Contemporary Thought. Melbourne : Longman Cheshire.

Dockès, Pierre. 2015. Les débats sur la stagnation séculaire dans les années 1937-1950. Hansen-Terborgh et Schumpeter-Sweezy. Revue économique, 66 : 967-992.

Collins, Robert M. 2000. The Politics of Economic Growth in Postwar America. Oxford : Oxford University Press.

Jackson, Tim. 2009. Prosperity without Growth. Economics for a Finite Planet. New York : Routledge.

Levrel, Harold et Antoine Missemer. 2016. L’économicisation de la nature, réalités historiques et mythes contemporains. FAERE Working Paper, 2016.24.

Meadows, Donella H., Denis L. Meadows, Jørgen Randers, et William W. Behrens III. 1972. The Limits to Growth, A Report for the Club of Rome’s Project on the Predicament of Mankind. Londres : Potomac Associates.

Solow, Robert M. 1956. A Contribution to the Theory of Economic Growth, Quarterly Journal of Economics. 70(1) : 65-94.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Missemer, « Matthias Schmelzer, The Hegemony of Growth. The OECD and the Making of the Economic Growth Paradigm », Œconomia, 6-3 | 2016, 455-459.

Référence électronique

Antoine Missemer, « Matthias Schmelzer, The Hegemony of Growth. The OECD and the Making of the Economic Growth Paradigm », Œconomia [En ligne], 6-3 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 19 août 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/2406

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org