Navigation – Plan du site
Revue des livres
Notes de lecture

Olivier Godard, La justice climatique mondiale

Romain Debref
p. 305-310
Référence(s) :

Olivier Godard, La justice climatique mondiale, Paris : La Découverte (col. Repères), 2015, 125 pages, ISBN 978-270718548-8

Texte intégral

GodardAfficher l’image
Crédits : Editions La Découverte

1Lors du Sommet International dédié à la lutte contre le réchauffement climatique (COP 21) qui s’est tenu à Paris (30 novembre - 12 décembre 2015), les négociateurs des 192 pays représentés ont fixé un seuil d’élévation de la température moyenne de la planète de 1,5C° à ne pas dépasser d’ici 2050 : un véritable accord historique.

2Si certains experts ont avancé que seul le changement technique permettra de tenir cet objectif, d’autres avancent, au contraire, que la voie politique et morale structurée autour d’une justice climatique mondiale pourrait y parvenir.

3Olivier Godard, membre du Centre International de Recherche sur l'Environnement et le Développement (CIRED) et du Laboratoire EXCESS à Polytechnique, connaît particulièrement bien ce sujet, puisqu’il est connu pour travailler depuis les années 1970 sur les questions de politiques et de controverses environnementales, ainsi que sur le principe de précaution. C’est à ce titre qu’il nous propose une synthèse et une réflexion sur cette notion dans son ouvrage intitulé La justice climatique mondiale.

4La question de la justice climatique mondiale est un sujet extrêmement riche à la frontière de nombreuses disciplines académiques allant de la philosophie, aux sciences économiques en passant par les sciences politiques. C’est pourquoi l’auteur a tenté de rassembler toute cette complexité au sein d’un ouvrage destiné à un large public. Un minimum de connaissance sur les théories de la justice sera toutefois nécessaire pour profiter pleinement de la thèse soutenue par l’auteur et rentrer dans certains arguments (notamment lorsqu’il est question de la redistribution du « budget carbone »).

5Il considère que les points de désaccords autour de cette dernière reposent sur la définition même de la responsabilité historique. Qui est, en effet, responsable de la situation actuelle ? Comment trouver des accords suffisamment consensuels pour ne délaisser personne ? Les réponses de l’auteur s’appuient sur les théories de la justice et sur des exemples, en vue d’y défendre des conceptions politiques, voire morales, de la justice climatique. Il ne tranche pas clairement sur la conception à adopter. Son but est seulement d’apporter au lecteur les clés nécessaires à la compréhension des enjeux actuels, de dépasser certains jugements approximatifs, et aussi de faire prendre conscience au lecteur que la justice climatique mondiale exige la constitution d'un socle commun.

6Sa démonstration se décompose en cinq parties. La première débute par les controverses relatives à la définition du « problème climatique ». La deuxième partie porte sur les fondements théoriques du concept de «  justice planétaire ». L’auteur rassemble ensuite ces deux aspects dans une troisième partie pour nous expliquer les spécificités de ladite justice climatique mondiale. Une fois le cadre posé, l’auteur expose les dispositifs institutionnels pour la rendre viable. Il a, à ce titre, un regard particulier, car il observe sous l’angle moral le partage équitable d’un « budget-carbone » initialement déterminé par le marché mondial des émissions de gaz à effet de serre. Dans une cinquième et dernière partie, Olivier Godard déduit de ce qui précède les points névralgiques de toute négociation en revenant sur les dispositifs de sanction et d’exonération de la responsabilité historique.

7Depuis les années 1990, les scénarios catastrophes sur le réchauffement amènent à tirer la sonnette d’alarme. La responsabilité des pays est engagée, et chacun observe son voisin comme s’il était le principal fautif de cette situation. A priori, la réponse la plus évidente serait d’essayer de trouver un ou des fautif(s) et de demander réparation. C’est la voie choisie par les pays en voie de développement lors des négociations internationales ou encore par certains économistes écologiques, comme Joan Martinez Allier, qui ne sont pas cités par Olivier Godard. L’auteur veut avant tout nous présenter les controverses et les questionnements moraux auxquels font face les politiques, les experts et la société civile en raison du manque de fiabilité des données statistiques sur une longue période. Par exemple, faut-il omettre des calculs un niveau d’émission minimum nécessaire à la survie d’un individu ? Ou bien, serait-il plus juste pour les États-nations, et particulièrement pour les pays en voie de développement, de ne pas prendre en compte les émissions occasionnées par la demande des consommateurs occidentaux ? Faut-il encore accuser les pays du Nord ?

8Pour répondre à ces questions, l’auteur présente une revue de littérature des théories de la justice en s’appuyant sur des auteurs comme John Rawls, John Elster et Robert Nozick. Le lecteur appréciera son analyse multi-niveaux qui se positionne d’abord au niveau de l’individu pour s’élever ensuite au rang de la société. Nous comprenons ainsi, à partir des travaux de John Rawls, l’importance du principe de justification afin de ne pas tomber dans des jugements trop hâtifs qui pourraient définitivement compromettre une collaboration entre tous les pays du monde. Il faut aussi retenir, selon l’auteur, que la notion de justice sociale prend différentes formes, selon qu’il s’agit de justice commutative, de justice d’équité, ou de justice réparatrice et restauratrice (18).

9Godard insiste davantage sur le concept de justice distributive pour nous faire prendre conscience des enjeux sous-jacents à l’expression consacrée « de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins ». L’illustration traditionnelle du problème de la justice comme partage d’un gâteau permet de mettre en évidence la diversité des interprétations. Elle nous fait surtout bien sentir la complexité du problème pour concilier des critères de justice locale et globale, où une seule et même situation devra être traitée en même temps dans les cas généraux et particuliers – pouvant concerner selon les cas un problème spécifique ou un espace géographique (ex. un village, une planète). D’ailleurs, comme le soulignent les philosophes Thomas Nagel (2005) et David Miller (2007), l’auteur rappelle que la théorie de la justice distributive reste encore trop fragile et ne pourrait se suffire à elle-même pour résoudre la question climatique.

10En effet, établir une telle justice est un défi pour redistribuer équitablement des droits – compensations économiques et obligations légales –, car elle fait l’objet d’âpres controverses entre les nations, la société civile et les experts. C’est pourquoi les motivations, les raisons et les justifications de chacun sont mises en perspective par l’auteur. On retiendra ainsi deux grandes conceptions de la justice climatique mondiale : l’approche internationale et l’approche cosmopolitique.

11L’approche internationale se concentre sur la souveraineté nationale et sur les relations diplomatiques entre les États-nations (49). L’auteur rappelle que les dispositifs prônant une justice mondiale existent déjà sous la forme d’entraide lorsqu’un pays fait face à des difficultés, tant sur le plan économique, que social et/ou politique. Sur la question climatique, la réussite des négociations déprendrait de l’accès équitable aux prises de décisions et à des mécanismes d’incitations (a priori) – plutôt qu’à des décisions punitives (a posteriori). Si les pays en voie de développement pointent du doigt le comportement pour ainsi dire « indiscipliné » des pays développés, il est rappelé que les initiatives de ces derniers génèrent tout même des externalités positives dont les pays en voie de développement profitent (par exemple, sur le plan technologique). Dans tous les cas, une nation reste maîtresse de ses ressources naturelles et de leur exploitation, et, dans une perspective de réciprocité, elle est également invitée à faire en sorte que sa souveraineté ne puisse pas nuire à celle des autres pays participants aux négociations. Olivier Godard rappelle donc que les chances de succès de la justice climatique mondiale tiennent d’une approche de type « gagnant-gagnant ». Il souligne à ce propos l’utilité de l’approche parétienne internationale défendue par Posner et Weisbach (2012), qui prônent la mise en place d’un régime international visant la maximisation du « bien-être économique » entre les pays (53).

12L’autre conception de la justice climatique mondiale, l’approche cosmopolitique, nous rappelle que la question climatique dépend de la responsabilité morale de chacun. Cette approche se caractérise par le fait d’élever l’être humain au rang de citoyen du monde (44). Tout homme est doté d’un devoir moral d’entraide envers les autres et les générations à venir. Ce devoir moral repose sur des principes d’équité et des dispositifs de compensations pouvant s’exprimer sous différentes formes. Au niveau politique, et au nom de l’égalité des chances, les représentants des pays émergents et en voie de développement prônent une répartition proportionnelle d’un budget-carbone qui dépende de leurs populations présentes et à venir. Ici, chaque habitant serait doté d’un pouvoir de décision lui permettant d’agir directement sur le réchauffement climatique. Seulement, la question de savoir qui doit assurer la répartition de ces droits à un niveau national, voire local demeure entière. Au niveau académique, les partisans du cosmopolitisme ne sont pas tous d’accord pour adopter la distribution égale des droits à polluer en fonction de la taille de la population (48). Faut-il alors appliquer le « principe de différence » de John Rawls à un niveau international en matière d’efforts de réduction des émissions ? Faut-il plutôt se référer au PIB pour aider les pays les plus pauvres sur la question environnementale ? Ou bien, faut-il établir des droits d’émissions de subsistances, c’est-à-dire un niveau d’émission minimum qui ne mettrait pas en péril, dès le départ, le bien-être des individus ? Telles sont les questions sur lesquelles Godard tente de nous éclairer.

13L’auteur souligne deux limites de cette conception. La première tient de la responsabilité morale des pays émetteurs de gaz à effet de serre. En substance, les habitants des pays en voie de développement accusent ceux des pays développés d’être les principaux responsables du réchauffement climatique. Il ne peut y avoir de coopération dans ce cas. Olivier Godard relativise ces accusations, ou plutôt ces préjugés, en précisant que les émissions de ces derniers n’ont cessé de baisser depuis les années 1990. Au contraire, l’accélération des émissions pourrait venir des pays en voie de développement eux-mêmes. De plus, il serait injustifié de jeter la pierre aux pays les plus riches dans la mesure où le problème climatique n’est devenu un problème central que depuis peu. Aussi, comment promouvoir une conception cosmopolitique de la justice climatique mondiale si des sanctions rétroactives sont demandées – invalidant par avance toute chance d’atteindre un consensus ? La seconde limite est de considérer l’être humain comme un être cosmopolitique en donnant peu d’importance à l’État-nation qui, pourtant, le protège et le dote de droits et de devoirs. Cela pose une question fondamentale qui est la suivante : peut-on se passer de ces institutions pour aboutir au consentement de plusieurs milliards d’habitants aux représentations du monde si différentes ? Existe-t-il une alternative ? Au final, en parcourant ces deux conceptions, il semblerait bien que privilégier l’approche internationale plutôt que l’approche cosmopolitique est encore loin d’être tranchée d’un point de vue scientifique.

14Cela n’a pas empêché le protocole de Kyoto en 1997 de se mettre en place sous la forme d’un marché du carbone dans le but de relier ces deux conceptions. Son objectif est de créer un système de redistribution de quota d’émissions, mais, dans les faits, son fonctionnement regorge de faiblesses fondées sur une répartition inéquitable du budget-carbone. Faut-il donc faire « respecter les droits » ou faut-il « compenser les violations » ? La réponse de Godard est nourrie de philosophie morale (56) qui rend compte des principes des droits moraux, du droit coutumier, positif, et des principes du grandfathering, en revenant sur les inspirations de John Locke. Cet éventail nous permet de comprendre brièvement comment le concept d’équité s’applique à la mise en œuvre du protocole de Kyoto. L’auteur arrive à la conclusion que le principe d’égalité doit être (bien) défini. Il consacre à cette question délicate plusieurs paragraphes intitulés l’« égalité de quoi ? » (60) (une référence évidente, sinon explicite, au célèbre article d’Amartya Sen).

15C’est donc sous l’angle des principes moraux que la responsabilité historique prend tout son sens. Elle suppose une conception renouvelée et nuancée de l’engagement moral entre les États. Lorsqu’une ressource commune en déclin met en péril un groupe d’individu, le devoir des État-nations est de collaborer pour constituer des normes, des devoirs et des droits moraux partageables, c’est-à-dire pouvant être repris et compris par tous.

16Pour terminer cette note critique, on fera un commentaire en deux points sur l’orientation philosophique de l’auteur – dont la réflexion est essentiellement guidée par la théorie rawlsienne –, et sur sa focalisation sur le « budget-carbone ».

17D’une part, nous observons que la pensée de Rawls est présente dans les différents chapitres du livre. Nous comprenons bien que l’auteur veut insister sur le « principe de différence » de Rawls afin de mieux saisir pourquoi certaines inégalités peuvent avoir du bon, si cela sert aux individus les plus mal lotis. Regrettons toutefois qu’Amartya Sen n’ait pas une place plus importante dans cet ouvrage, ne serait-ce que pour alimenter les controverses sur le concept de justice climatique.

18D’autre part, notre compréhension des critères de justice aurait été grandement facilitée, si l’auteur avait précisé, dès le départ, que le critère de justice retenu pour sa démonstration reposait sur l’espace des utilités (résultats) ou dans celui des « biens premiers » de Rawls (moyens). Cette partie de la démonstration aurait pu effectivement nous éclairer davantage sur les raisons pour lesquelles l’auteur relie de facto le partage équitable du budget carbone à la justice climatique mondiale. D’ailleurs, ce choix aurait gagné en clarté si l’auteur avait précisé s’il le considérait seulement comme une donnée à étudier ou s’il constitue à son sens le critère le plus pertinent pour assurer une justice climatique mondiale.

19In fine, au-delà du fait que des prérequis soient nécessaires, voire indispensables, pour profiter pleinement de cette lecture, cet ouvrage représente un important travail de synthèse. Il a le mérite de servir de point de départ pour tous les lecteurs qui souhaiteraient mieux comprendre pourquoi les discussions de la COP 21 ont débouché sur un « accord historique ».

Haut de page

Bibliographie

Elster, John. 1992. Local Justice. How Institution Allocate Scarce Goods and Necessary Burdens. New York : Russel Sage Foundation.

Locke, John. [1690] 1992. Traité du gouvernement civil. Paris : Garnier-Flammarion.

Martinez-Alier J., 2007. Conflits de distribution écologique, identité et pouvoir. In Pierre  Cornut, Tom Bauler et Edwin Zaccai (dir.), Environnement et inégalités sociales. Bruxelles : Éditions de l'université de Bruxelles, Aménagement du territoire et environnement.

Miller, David. 2007. National Responsibility and Global Justice. Oxford : Oxford University Press.

Nagel, Thomas. 2005. The Problem of Global Justice, Philosophy and Public affairs, 33(2) : 185-192.

Nozick, Robert. 1988. Anarchie, Etat et utopie. Paris : PUF.

Rawls, John. [1971] 1987. Théorie de la justice. Paris : Seuil.

Sen, Amartya. 1980. Equality of What? In The Tanner Lecture on Human Values, 197-220. Cambridge : Cambridge University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Debref, « Olivier Godard, La justice climatique mondiale », Œconomia, 6-2 | 2016, 305-310.

Référence électronique

Romain Debref, « Olivier Godard, La justice climatique mondiale », Œconomia [En ligne], 6-2 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/2340

Haut de page

Auteur

Romain Debref

Université de Reims Champagne-Ardenne, romain.debref@univ-reims.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org