Navigation – Plan du site
Revue des livres

Fabien Tarrit, Le marxisme analytique : une introduction critique

Tarik Tazdaït
p. 533-537
Référence(s) :

Fabien Tarrit, Le marxisme analytique : une introduction critique, Paris : Editions Syllepse, 2014, 142 pages, ISBN 978-284950409-3.

Texte intégral

tarritAfficher l’image
Crédits : Editions Syllepse

1Le marxisme analytique est un mouvement de pensée né, dans le milieu universitaire anglo-saxon, en écho à l’ouvrage du philosophe canadien, professeur à Oxford, Gerald A. Cohen (1978), Karl Marx’s Theory of History: A Defence. Les auteurs s’inscrivant dans la perspective ouverte par Cohen ont alors formé un groupe de travail dit « le groupe de septembre », en référence aux réunions annuelles qu’ils tinrent régulièrement de septembre 1979 à 2000. En dehors de Cohen, le groupe se composait en 1981 de Pranab Bardhan (économiste), Robert Brenner (historien), Jon Elster (philosophe et politiste), Adam Przeworski (politiste), John Roemer (économiste), Hillel Steiner (philosophe), Philippe Van Parijs (philosophe), Robert Jan van der Veen (politiste) et Erik O. Wright (sociologue). Elster et Przeworski le quitteront en 1993 tandis que Samuel Bowles (économiste) et Joshua Cohen (philosophe) le rejoindront, respectivement, en 1987 et 1996. D’autres y sont passés pour un temps, comme, par exemple, Thomas Piketty (économiste), Stathis Kalyvas (politiste) et Seana Shiffrin (philosophe). D’autres encore se sont reconnus dans ce courant de pensée (Alan Carling, sociologue ; Howard Petith, économiste).

2Les membres du groupe (et plus généralement, l’ensemble des marxistes analytiques) se sont proposés de reprendre les idées de Marx en les étudiant, non pas à partir de la méthodologie marxiste qu’est le matérialisme dialectique (bien que Marx ne soit pas à l’origine de cette expression), mais à partir des approches qui ont cours aujourd’hui en sciences sociales et humaines comme, par exemple, la philosophie analytique et l’économie mathématique. Pour certains, à l’image de Roemer et de Przeworski, cela s’est traduit par un recours intensif aux mathématiques, ce qui n’est pas nécessairement incompatible avec le marxisme comme en atteste la sentence de Marx selon laquelle « une science n’est vraiment développée que quand elle peut utiliser les mathématiques » (Lafargue, 1891,13).

3C’est justement aux travaux de certains des membres du groupe de septembre que Fabien Tarrit consacre son ouvrage Le marxisme analytique : une introduction critique. Cet ouvrage est précieux car il rend compte d’un mouvement qui a eu un impact considérable dans les sciences sociales par les débats qu’il a suscités et qui, pourtant, est passé quasiment inaperçu en France. A titre d’exception, la réinterprétation de la genèse du capitalisme en termes de lutte des classes par Brenner a conduit à une controverse avec Emmanuel Leroy-Ladurie, ce qui a eu pour conséquence de populariser sa thèse sous la dénomination de The Brenner Debate.

4En fait, Tarrit se concentre sur les apports de quatre auteurs représentant chacun un champ disciplinaire : Cohen et le matérialisme historique (chapitre 2), Roemer et la théorie économique marxienne (chapitre 3), Wright et les classes sociales (chapitre 4), et Elster et la question du choix rationnel (chapitre 5). Le plan semble, en apparence, linéaire et pourtant il n’en est rien. Pour chacun des auteurs étudiés est présenté leur travail mais également leur impact sur les travaux d’autres marxistes analytiques ou, au contraire, les réserves et les oppositions qu’ils ont manifestées. Les influences et les controverses au sein du groupe sont l’un des aspects les plus passionnants de l’ouvrage confirmant, par là même, la maitrise qu’a Tarrit des différentes dimensions du marxisme analytique.

5De manière générale, l’ouvrage est très bien écrit et peut-être vu comme une synthèse de la littérature. Derrière le sous-titre « une introduction critique », il faut comprendre une direction particulière dans la critique. Il ne s’agit pas pour Tarrit de pointer les limites éventuelles liées à l’écart entre les prédictions théoriques (des marxistes analytiques) et les observations empiriques. La critique porte sur les résultats en tant qu’ils en viennent à relativiser la portée de concepts marxistes ou à réfuter des prédictions de Marx. C’est du point de vue d’un marxiste classique que Tarrit se place. L’ouvrage est ainsi traversé par le scepticisme de l’auteur quant à la pertinence du marxisme analytique. On peut néanmoins voir ce scepticisme comme un atout : le fait d’insister sur ce qui éloigne le marxisme analytique des travaux de Marx nous permet, dans une certaine mesure, de cerner l’originalité dont ont fait preuve les membres du groupe de septembre pour réinsérer dans la littérature des thèmes qui semblaient être définitivement oubliés. Du moins, c’est la lecture qu’il faut en avoir pour pouvoir apprécier les apports de ce courant de pensée.

6Le chapitre 1 consiste en une caractérisation du marxisme analytique. La discussion est instructive par les informations qu’elle nous livre à la fois sur les origines du mouvement, ses orientations et son rapport à Althusser. Nous y apprenons en particulier que le rejet – et non pas seulement l’abandon – du mode de réflexion marxiste (ou encore, la méthode marxiste) pour donner sens à certaines idées de Marx constitue la marque de fabrique du marxisme analytique.

7Comment le groupe de septembre en est-il arrivé à cette conception ? Rappelons que le marxisme analytique a vu le jour dans un contexte marqué par la « révolution conservatrice » menée par Margaret Thatcher en Angleterre et Ronald Reagan aux Etats-Unis, mais également marqué par la crise de la pensée marxiste. Pour les membres du groupe, décrits par Herbert Gintis (1987) comme farouchement hostiles aux inégalités et à toute forme d’oppression, envisager une alternative (c’est-à-dire un projet politique d’émancipation) passe par la reconstruction du marxisme.

8Selon Tarrit, la reconstruction initiée par Cohen s’installe dans le sillon tracé par Louis Althusser (1965) dont il accepte la « coupure épistémologique ». La signification de ce dernier terme nécessite néanmoins quelques explications. Il nous faut rappeler que c’est en procédant à une comparaison des concepts contenus dans les écrits de Marx qu’Althusser en est venu à mettre en valeur une discontinuité dans l’œuvre de Marx, celle-ci étant identifiée à une « coupure épistémologique ». Il y aurait ainsi le Marx de la jeunesse (en référence aux travaux antérieurs aux Manuscrits de 1844) et le Marx de la maturité (en référence aux travaux postérieurs à l’Idéologie allemande). Les travaux de jeunesse de Marx sont considérés comme idéologiques et donc non-scientifiques car empreints de l’idéalisme de Hegel. C’est en rompant avec ses influences de jeunesse que Marx en est venu à fonder une approche scientifique, le matérialisme dialectique, et une science de l’histoire, le matérialisme historique. Cette rupture annonce les écrits scientifiques du Marx de la maturité qui trouveront leur point d’orgue avec Le Capital. Par conséquent, s’intéresser à Marx revient à s’intéresser aux travaux scientifiques du Marx de la maturité. Et, c’est notamment les idées du Marx de la maturité qui feront l’objet d’une attention particulière des membres du groupe de septembre (comme la transition du féodalisme au capitalisme, la relation entre structure de classe et conscience de classe, etc.) qui chercheront à préciser les concepts fondamentaux du marxisme que sont, par exemple, les classes, l’exploitation, la théorie de l’histoire, le socialisme et le capitalisme.

9En plus de l’objet d’étude, Tarrit insiste sur un autre lien entre Althusser et les marxistes analytiques. Pour ces derniers, certains des raisonnements du Marx de la maturité sont peu rigoureux, confus, voir obscurs, ce qui les conduit à rejeter l’idée d’une spécificité de la méthode marxiste pour lui préférer d’autres approches. Comme le souligne Wright (1994, 181) les approches choisies doivent correspondre « aux normes académiques scientifiques admises dans l’élaboration de la théorie et de la conduite de la recherche », d’où : (1) le choix rationnel pour Elster, Przeworski et Roemer (on parle alors, pour ces auteurs, de marxisme du choix rationnel), (2) la philosophie analytique et l’explication fonctionnelle pour Cohen, (3) le réalisme pragmatique pour Wright et (4) l’approche quantitative pour Brenner. S’en tenir à d’autres méthodes que la méthode marxiste avait été aussi l’une des recommandations d’Althusser. Tarrit en cite un passage explicite tiré de l’ouvrage posthume Sur la philosophie (qui reprend une entrevue et des lettres des années 1980, et une conférence prononcée en 1976) dans lequel il est spécifié qu’il faut « rechercher quel type de philosophie correspond le mieux à ce que Marx a écrit dans Le Capital. Quelle qu’elle soit, ce ne sera pas une philosophie marxiste […] ce sera une philosophie pour le marxisme » (Althusser, 1994, 37-38). Par conséquent, pour Althusser donner sens aux idées de Marx nécessite de rechercher la méthode la plus appropriée. Cela ne signifie pas qu’il aurait apprécié les choix méthodologiques des marxistes analytiques mais il a encouragé une voie au moment même où les marxistes analytiques s’y engouffraient.

10Les deux traits des travaux d’Althusser que nous venons d’énumérer conduisent Tarrit à affirmer que le marxisme analytique est post-althussérien. Il remet ainsi au goût du jour une interprétation initialement introduite par Alex Callinicos (1989) et qui a tardé à s’imposer.

11Dans les chapitres qui suivent, Tarrit présente les raisonnements adoptés par les auteurs étudiés, les résultats qui en ont découlé et, quand c’est le cas, les débats ou les prolongements qu’ils ont suscité au sein du groupe.

12Pour notre part, nous nous contenterons d’orienter notre discussion sur les travaux de Roemer tels qu’ils sont présentés dans leur dimension philosophique (en complément à l’analyse de Cohen) au chapitre 2 et dans leur dimension économique au chapitre 3. Notre intérêt pour cet auteur réside dans le fait qu’il a été relativement loin dans la reconstruction du marxisme, ouvrant par là-même de nouvelles perspectives. Le fil conducteur de ses travaux est la question de l’exploitation, sujet crucial pour une critique marxiste du capitalisme. Tarrit en présente les développements en s’appuyant sur l’ouvrage de 1982, A General Theory of Exploitation and Class. Cet ouvrage est d’autant plus important que l’on y trouve les idées clés que Roemer reprendra par la suite sous différentes formes.

13Le point de départ de son raisonnement est un rappel de la position de Marx. Ainsi qu’il le note, Marx cherchait à expliquer pourquoi une classe pouvait s’approprier une plus-value d’une autre classe alors que le marché du travail est régi par des institutions non-coercitives. De ce questionnement, Marx a abouti à la conclusion que l’exploitation découle de la propriété privée des moyens de production. Marx délimite donc l’exploitation aux interactions au sein de l’entreprise. Pour Roemer, la réponse fournie par Marx n’est pas convaincante. Il observe, en effet, dans les économies socialistes (où les moyens de production sont la propriété collective), la présence de certaines formes chroniques d’inégalités qui indiquent l’existence d’exploitation. C’est pourquoi, il se propose d’élaborer une théorie en mesure d’expliquer l’exploitation, même en l’absence de la propriété privée des moyens de production. En outre, il veut que sa théorie respecte la thèse du matérialisme historique, parlant alors d’une théorie générale de l’exploitation. Pour ce faire, Roemer privilégie comme mode de réflexion le cadre du choix rationnel, c'est-à-dire un cadre où il est admis que les agents sont rationnels dans le sens où, étant données leurs croyances, leurs choix reflètent la poursuite de leur propre intérêt. Il a ainsi développé, dans son ouvrage, différents modèles qui vont du plus simple au plus général afin de garantir la robustesse de ses résultats.

14Les principaux résultats qui en ressortent sont que : la théorie de la valeur est sans intérêt ; l’existence d’un marché du travail n’est pas une caractéristique fondamentale du capitalisme, ni même l’existence d’un marché du crédit ; les classes sociales découlent de la propriété différentielle des actifs productifs et non de l’exploitation. Nous pouvons également ajouter que les agents choisissent leur propre position de classe comme la conséquence de leur comportement d’optimisation étant données leurs dotations initiales. Autant de conclusions qui marquent une rupture avec le marxisme classique.

15Toutefois, un autre versant est à souligner. Ces éléments étant spécifiés, Roemer consacre la fin de son ouvrage à la reconstruction du marxisme en abordant l’exploitation en termes de droits de propriétés, ce qui nous ramène à la dimension philosophique de son travail. Une définition générale de l’exploitation est avancée sous l’angle des jeux coopératifs, et donc à partir d’une représentation en termes de coalitions. De cette définition, différentes conceptions de l’exploitation peuvent être envisagées dans le cadre des droits de propriétés. Cela permet à Roemer de distinguer l’exploitation féodale, l’exploitation capitaliste et l’exploitation socialiste, et d’interpréter le passage entre ces phases historiques par le biais du mécanisme de la lutte des classes, réactualisant ainsi (et sous une nouvelle forme) le matérialisme historique de Marx.

16Cette approche de l’exploitation par les droits de propriétés offre une base suffisamment générale pour penser l’insérer dans le champ des théories modernes de la justice distributive. Au final, du travail de Roemer, est née une approche normative du marxisme (comme critique du capitalisme) qui est devenue aujourd’hui l’une des pièces maitresses des enjeux de justice.

17A travers l’exemple de Roemer, nous pouvons constater le caractère novateur du groupe de septembre, sachant que les positions de Cohen, Elster et Wright sont toutes autant marquées du sceau de l’originalité. L’ouvrage de Tarrit, aussi court soit-il, parvient à souligner cette originalité. On regrettera néanmoins le contenu de la conclusion générale de l’ouvrage qui, à notre sens, manque de perspectives. Comme certains des membres du groupe se sont éloignés du marxisme analytique pour s’intéresser à d’autres sujets, la conclusion de Tarrit semble indiquer, sans vraiment le dire, que le marxisme analytique ne serait plus d’actualité. Du moins, c’est l’impression qui en ressort. Pourtant ce constat est loin d’être vérifié. En économie, nombreux sont les auteurs à avoir pris la relève de Roemer en approfondissant la question de l’exploitation à l’image, par exemple, de Gilbert Skillman, Roberto Veneziani et Yoshihara Naoki. En histoire et en science politique, le courant initié par Brenner, qui avait été identifié de façon péjorative à un « marxisme politique », a fini par s’imposer comme un mouvement incontournable avec les travaux, entre autres, d’Ellen Meiksins Wood, de George C. Comninel et de David McNally. En philosophie les travaux récents de Nicholas Vrousalis, critiques à l’égard de Roemer et Cohen, s’appuient sur une nouvelle conception de l’exploitation, décrite comme une forme de domination. En réorientant le débat sur les relations sociales, la vulnérabilité et l’enrichissement personnel, Vrousalis a donné une direction qui ne serait pas pour déplaire aux marxistes classiques.

18Contrairement à l’appréciation de Tarrit, le fait que les membres du groupe de septembre se soient éloignés des enjeux marxistes n’est pas en soi essentiel. Le plus important est que le programme de recherche initié par le groupe de septembre fasse école, ce qui témoigne de la pertinence des questions soulevées.

Haut de page

Bibliographie

Althusser, Louis. [1965] 1986. Pour Marx. Paris : La Découverte.

Althusser, Louis. 1994. Sur la Philosophie. Paris : Gallimard.

Callinicos, Alex. 1989. Analytical Marxism. In A. Callinicos (éd.), Marxist Theory. Oxford: Oxford University Press, 1-16.

Cohen, Gerald. 1978. Karl Marx’s Theory of History: A Defence. Princeton: Princeton University Press.

Gintis, Herbert. 1987. Analytical Marxism (Book Review), American Political Science Review, 81(3): 983-984.

Lafargue, Paul. 1891. Karl Marx: Persönliche Erinnerungen. Die Neue-Zeit - Revue des geistigen und öffentlichen Lebens, 9: 10-17 (la version originale de l’article figure en ligne à l’adresse : http://library.fes.de/cgi-bin/neuzeit.pl?id=07.00652&dok=1890-91a&f=189091a_0010&l=189091a_0017). On trouve une traduction française du texte sous le titre « Souvenirs Personnels sur Karl Marx » à l’adresse : https://www.marxists.org/francais/lafargue/works/1890/00/lafargue_18900000.htm.

Roemer, John. 1982. A General Theory of Exploitation and Class. Cambridge: Cambridge University Press.

Wright, O. Erik. 1994. Interrogating Inequality: Essays on Class Analysis, Socialism and Marxism. London: Verso.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tarik Tazdaït, « Fabien Tarrit, Le marxisme analytique : une introduction critique », Œconomia, 5-4 | 2015, 533-537.

Référence électronique

Tarik Tazdaït, « Fabien Tarrit, Le marxisme analytique : une introduction critique », Œconomia [En ligne], 5-4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/2203

Haut de page

Auteur

Tarik Tazdaït

CIRED-CNRS-EHESS-École des Ponts ParisTech, tazdait@centre-cired.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org