Navigation – Plan du site
Revue des livres

Christian Schmidt et Pierre Livet, Comprendre nos interactions sociales. Une perspective neuroéconomique

Lauren Larrouy
p. 523-528
Référence(s) :

Christian Schmidt et Pierre Livet, Comprendre nos interactions sociales. Une perspective neuroéconomique, Paris, Odile Jacob, 2014, 304 pages, ISBN 978-273813160-7.

Texte intégral

schmidt-livetAfficher l’image
Crédits : Odile Jacob

1En premier lieu, il convient de mentionner ici que cet ouvrage co-écrit par un économiste, Christian Schmidt, et un philosophe, Pierre Livet, présente une architecture originale. Chaque chapitre est écrit par l’un des auteurs et est suivi par un commentaire de conclusion de l’autre auteur. Les chapitres qui ont été écrits par le philosophe sont conclus par l’économiste et vice versa. Livet a rédigé les chapitres 1, 3 et 7 tandis que Schmidt a rédigé les chapitres 2, 4, 5 et 6. Les thématiques philosophiques sont donc resituées au sein des débats économiques, de la même manière que le point de vue et l’approche de l’économiste sont mis en perspective en tenant compte des enjeux et des développements philosophiques. Le philosophe permet en outre d’introduire des débats qui sont encore inexistants ou fort marginaux en économie.

2La thèse sous-jacente à l’ouvrage de Schmidt et Livet est que la science économique contemporaine, en négligeant le rôle des interactions sociales, a perdu peu à peu son statut de science sociale. Ainsi, pour ces deux auteurs, « formaliser la dynamique de ces interactions … semble bien être le défi proposé à la théorie économique, qui deviendrait alors véritablement une science sociale » (97).

3Avant d’exposer les enjeux épistémologiques qui en découlent, Schmidt et Livet nous montrent que les individus se construisent grâce à de multiples modes d’interaction, avec leur environnement ou avec autrui, et que leur subjectivité se trouve façonnée par ces interactions. Les deux auteurs montrent progressivement que les données tirées des neurosciences et de l’imagerie cérébrale présentent dans cette perspective, un enjeu considérable pour la science économique. En utilisant les neurosciences comme un moyen d’observer des « inobservables », relevant de la psychologie et de la subjectivité, ils se proposent de réintroduire les interactions (avec l’environnement, interindividuelles, collectives ou sociales) au centre de l’analyse économique. L’argument avancé par Schmidt (Chapitre 2), pour expliquer cette disparition des interactions de la théorie économique, n’est pas le tournant individualiste de l’économie au 20ème siècle mais bien le problème posé par la subjectivité.

4L’ouvrage est construit en trois parties, trois étapes, procédant ainsi par niveau d’abstraction. On part d’une ontologie de l’individu, d’une présentation de ce qui est constitutif de l’individu et de sa subjectivité, pour ensuite comprendre ce qui relève de l’interindividuel, du collectif et enfin du social. À travers l’identification des mécanismes interactionnels inhérents à ces différents niveaux d’analyse, on passe ainsi progressivement de ce qui relève de la cognition à ce qui relève de la métacognition. Néanmoins, nous avons privilégié ici une présentation de l’ouvrage qui ne suivra pas le développement choisi par les auteurs. Nous dégagerons dans un premier temps les différentes interactions développées par Schmidt et Livet et l’impact qu’elles ont sur l’individu. Nous aborderons dans un deuxième temps les informations fournies par les neurosciences et l’imagerie cérébrale offrant une meilleure compréhension des processus décisionnels appliqués à l’économie, eu égard aux problèmes et/ou insuffisances de la théorie de la décision et de la théorie des jeux, pour en dégager les perspectives analytiques esquissées.

5Pour comprendre « l’attitude » des individus face à un problème décisionnel, trois « dimensions » interactionnelles superposées et indissociables sont déconstruites et analysées par Livet (chapitre 1): i) les interactions infra-individuelles (entre les identités multiples d’un individu, entre différents processus cognitifs, aires cérébrales, ou systèmes neuronaux), ii) les interactions avec l’environnement physique, et iii) les interactions intersubjectives, i.e. avec autrui qu’il soit d’un même groupe d’appartenance – d’une même communauté – ou d’autres groupes.

6À cet effet Livet (Chapitre 1) nous montre que la construction du « sujet » en tant qu’individu à part entière – la construction du « soi » – se fait dans l’interaction, avec l’environnement ou avec autrui. Le sujet se construit en référence et par différenciation à autrui, à son environnement, à des collectifs ou communautés. Pour exemple, selon lui, l’introspection nait de la capacité que l’on développe à pouvoir attribuer à autrui des états mentaux (25-26). Ces interactions multiformes façonnent en retour le système cognitif du sujet. Elles permettent la création de différents « registres » qui peu à peu, par l’interaction entre différents systèmes sensorimoteurs ou cognitifs (affectifs, émotionnels, logiques, etc.) vont former, par cohérence, différents niveaux de codages et de connaissances.

7Cette première étape dans l’ouvrage consistant à souligner, d’une part, que le subjectif nait de l’intersubjectif et, d’autre part, que l’acte de décider mobilise différents registres à travers un maillage complexe d’activations et d’inhibitions de systèmes neuronaux relevant tout à la fois de l’affectif, de l’émotionnel, mais aussi de la logique, permet de comprendre les enjeux que les interactions sociales ou environnementales représentent pour la théorie de la décision comme pour la théorie des jeux. Là où nous avons tendance en économie à recourir à une analyse dichotomique (présent vs. futur, système 1 vs. système 2, émotions vs. rationalité), nous nous trouvons en réalité confrontés à des « jeux d’interactions » entre différents « registres », à différents systèmes cognitifs qui se superposent. Sont alors remises en cause, l’appréhension purement subjective des préférences, puisqu’elles sont en premier lieu sociales et dépendantes du contexte, et l’explication du renversement des préférences, de la non-homogénéité et de la non-additivité des probabilités (Chapitre 3).

8Puisque les catégories collectives, la référence à autrui, à des tiers, sont premières, nous disposons donc de registres collectifs, de règles comportementales facilitant la coordination et la coopération. Loin d’être des comportements déviants – voire irrationnels – comme il est supposé en théorie des jeux non coopérative, la coordination tout comme la coopération font partie de l’expression de registres sociaux ou collectifs ancrés en nous. Schmidt et Livet nous proposent donc de reconsidérer le traitement purement logique et formel du subjectif, via les préférences des joueurs, et de l’intersubjectif, via la connaissance commune de la rationalité, pour dépasser les problèmes bien connus de défaut de coordination et d’insuffisante coopération en théorie des jeux. L’intersubjectif passe par l’appréhension de l’autre, c’est-à-dire par l’empathie ; il se construit dans l’interaction. Les croyances, intentions ou états mentaux prêtés à autrui dépendent des représentations subjectives des joueurs qui sont endogènes aux jeux puisque dépendantes des attitudes d’autrui mais également de l’environnement de ces jeux.

9Pour se coordonner, les joueurs repèrent des saillances qui sont des « marqueurs cognitifs », des « points d’accroche mentale » (128). Ces saillances ou « points focaux » sont par ailleurs, ainsi que nous l’expliquent les deux auteurs, extrêmement sensibles à des référents, à des tiers. Nous avons davantage tendance à retenir des saillances qui sont partagées. Les neurosciences confirment ce mécanisme puisqu’on associe à des situations relevant de la coordination deux systèmes cérébraux, l’un ayant pour objet de repérer des saillances « externes », l’autre associant des émotions à ces saillances. Sont alors réhabilitées des théories de l’interaction stratégique comme celles de Schelling (1960) par exemple, ou des tentatives de modélisation intégrant à la fois les représentations subjectives – et contextuelles – des joueurs et des point focaux telles que celles de Bacharach (1993, 1997), de Sugden (1995), de Casajus (2000) ou de Janssen (2001), auxquelles il convient d’ajouter ces aspects dynamiques et émotionnels du processus cognitif sous jacent à la coordination. Dans cette perspective, le modèle dynamique de Binmore et Samuelson (2006) – qui n’est pourtant pas cité dans l’ouvrage – combine l’ensemble de ces dimensions, en dehors de l’aspect émotionnel. Celui-ci pourrait donc fournir un cadre analytique générique capable d’intégrer la réinterprétation de la coordination à travers les points focaux proposée par Schmidt (Chapitre 4).

10De la même manière, les neurosciences montrent que le traitement de la coopération en théorie des jeux nécessite des formalisations dynamiques mêlant « cognitivité » et émotions (162). La coopération repose sur un mécanisme émotionnel lié à la confiance qui est autoentretenue par la réciprocité conditionnelle (157). Il relève d’une dynamique complexe d’adaptation comportementale, à travers un jeu d’actions, de réactions, d’évaluations, d’adaptations, liée aux gains attendus de la coopération mais également aux intentions prêtées à autrui. La théorie des jeux non coopérative possède une formalisation générique dans le modèle de Falk et Fischbacher (2006) qui selon Schmidt, est capable d’intégrer dans une perspective dynamique les fondements de la coopération en situation d’interaction stratégique (159).

11Enfin, une partie importante de l’ouvrage est consacrée au problème de l’introduction du temps en économie et notamment à la formalisation du « discount » temporel. Les neurosciences révèlent que le temps n’est pas perçu de manière linéaire par notre cerveau. Qui plus est, les « échelles temporelles sur lesquelles le cerveau travaille sont très variables, en fonction des objets sur lesquels porte la décision » (103). Ces différentes échelles temporelles et leur pondération dans l’acte de décision sont liées à une « modulation d’ordre émotionnelle » (107) et reposent sur des points focaux, des saillances, dans l’horizon temporel de la décision. Ces « points focaux » ou « points de référence » déclenchent des variations émotionnelles, qui influent voire perturbent les distances temporelles perçues. Il ne s’agit donc pas pour Schmidt (commentaire du Chapitre 3), tel que cela a été traduit en économie, de problèmes de survalorisation du présent par rapport au futur (108) mais bien encore une fois de couplage entre différents éléments relevant de la « cognitivité » et de l’émotionnel. À la lumière de ces données, la formalisation logarithmique du discount temporel est, pour cet auteur, la plus adaptée puisqu’elle permet de prendre en compte ces « points de référence » ainsi que la non linéarité des perceptions temporelles. Takahashi (2006, 2009) fournit une approche générique à partir de laquelle il serait possible d’intégrer ces dimensions puisqu’il repose sur l’introduction des émotions dans les décisions intertemporelles.

12À travers cette courte présentation, on comprend qu’un présupposé est esquissé tout au long de l’ouvrage de Schmidt et Livet : dès lors que l’on intègre les interactions dans les modèles économiques, on ne peut plus faire du statique. La théorie de la décision tout comme la théorie des jeux deviennent nécessairement dynamiques. Une conséquence épistémologique majeure en découle : l’unicité, la stabilité, et l’optimalité des solutions en théorie de la décision comme en théorie des jeux ne peuvent plus être garanties (65).

13Les avancées rendues possibles par l’ouvrage de Schmidt et Livet sont donc considérables à la fois pour leur portée analytique et par l’importance des champs d’analyse qu’elles recouvrent: on y trouve de nombreuses références à la psychologie cognitive, à la psychologie sociale, à la philosophie analytique, à la théorie de l’esprit, et bien évidemment aux neurosciences. Cet ouvrage parlera autant aux épistémologues qu’aux théoriciens de l’économie. Il soulève en effet les problèmes fondamentaux auxquels la théorie de la décision et la théorie des jeux font face, pose les questions qui touchent aux fondements même de ces corpus analytiques, pour comprendre quels sont aujourd’hui les enjeux épistémologiques auxquels les théoriciens et les méthodologues doivent faire face, dans un contexte où l’interdisciplinarité s’étend et où les méthodes de la psychologie cognitive et des neurosciences rendent désormais possible l’importation de données de ces disciplines en économie.

14À ce stade, deux brèves réserves peuvent être proposées à la réflexion du lecteur, qui ne remettent cependant pas en cause la profondeur d’analyse et l’importance des avancées de l’ouvrage.

15D’une part, l’ouvrage – par le biais de Schmidt (116) – estime que la prise en compte des données issues des neurosciences permet d’améliorer la théorie de la décision ou des jeux d’un point de vue positif sans modifier le contenu de leur normativité. Sur ce point, nous pensons pour notre part que ce contenu s’en trouve affecté. Ce qui peut être jugé rationnel de décider ou de faire dans ces deux cadres d’analyse est profondément modifié par cette nouvelle appréhension de la décision. D’un point de vue normatif les éclairages apportés par les neurosciences nécessitent un réaménagement, un élargissement du concept de rationalité et par extension une redéfinition de principe de l’individualisme méthodologique tel qu’il est le plus compris, au sens strict, en économie.

16Il est clair d’autre part, que si l’ampleur de cet ouvrage se justifie sans conteste par les problèmes qu’il soulève, les questions qu’il pose et les corpus théoriques qu’il mobilise, cette ampleur – bien compréhensible – implique quelquefois pour le lecteur un manque partiel de clarté. Dans cette perspective, on pourra se référer par exemple, à l’importance conférée dans l’ouvrage à la théorie de l’esprit. Or, il s’agit là d’un domaine de recherche encore largement ignoré en économie. Il y a dans l’ouvrage de Schmidt et Livet de nombreuses références à cette théorie qui est pourtant peu connue au moins par les économistes et dont les auteurs supposent familiers les enjeux, les débats auxquelles elle donne lieu et les méthodes d’analyse de l’esprit humain et des interactions sociales qu’elle développe. Dès lors, il aurait été souhaitable d’être plus explicatif afin d’éviter de mettre en difficulté le lecteur néophyte.

17Quoi qu’il en soit, la portée de cette réserve ne doit pas être surestimée. Elle ne remet pas en cause l’importance de l’ouvrage et de ses avancées aussi larges que substantielles. Le livre de Schmidt et Livet apporte un éclairage aussi nouveau que précieux dans les débats théoriques en cours en économie comportementale et les pistes de recherches qu’ouvrent les applications des neurosciences à l’économie grâce en particulier au recours à une forme d’interdisciplinarité encore peu explorée.

Haut de page

Bibliographie

Bacharach, Michael. 1993. Variable Universe Games. In Binmore K., Kirman A. and Tani P (eds), Frontiers of Game Theory. Cambridge, MA: The MIT Press, 255-275.

Bacharach, Michael and Michele Bernasconi. 1997. The Variable Frame Theory of Focal Points: An Experimental Study. Games and Economic Behavior, 19(1): 1-45.

Binmore, Ken and Larry Samuelson. 2006. The Evolution of Focal Points. Games and Economic Behavior, 55(1): 21-42.

Casajus, André. 2000. Focal Points in Framed Strategic Forms. Games and Economic Behavior, 32(2): 263-291.

Falk, Armin and Urs Fischbacher. 2006. A theory of Reciprocity. Games and Economic Behavior, 54(2): 293-315.

Janssen, Martin C. W. 2001. Rationalizing Focal Points. Theory and Decision, 50(2): 119-148.

Schelling, Thomas C. 1960. The Strategy of Conflict. Cambridge, MA: Harvard University Press.

Sugden, Robert. 1995. Towards a Theory of Focal Point. Economic Journal, 105(430): 533-550.

Takahashi, Taiki. 2006. Time-estimation Error Following Weber-Fechner Law May Explain Subbaditive Time-discounting. Medical Hypotheses, 67(7): 1372-1374.

Takahashi, Taiki. 2009. Theoretical Frameworks for Neuroeconomics of Intertemporal Choice. Journal of Neurosciences, Psychology, and Economics, 2(2): 75-90.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lauren Larrouy, « Christian Schmidt et Pierre Livet, Comprendre nos interactions sociales. Une perspective neuroéconomique », Œconomia, 5-4 | 2015, 523-528.

Référence électronique

Lauren Larrouy, « Christian Schmidt et Pierre Livet, Comprendre nos interactions sociales. Une perspective neuroéconomique », Œconomia [En ligne], 5-4 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 29 juin 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/2193

Haut de page

Auteur

Lauren Larrouy

Université de Nice Sophia-Antipolis, Lauren.Larrouy@gredeg.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org