Navigation – Plan du site
Varia

Science économique (1899)1

Traduit et commenté par François Allisson
Economic Science (1899)
Mikhail Ivanovich Tugan-Baranovskij
p. 105-121

Notes de la rédaction

Le texte proposé ci-après est la traduction française d'un article qui a été publié originellement en 1899 en langue russe par Tugan-Baranovskij2 (1865-1919) dans l'encyclopédie russe Brockhaus-Efron, et qui n'avait jamais été traduit jusqu'à ce jour dans une langue occidentale. Il s'agit de l'une des premières tentatives d'écrire une histoire de la pensée économique russe (voir notre introduction). La traduction et les notes sont de nous. François Allisson

Texte intégral

  • 1  Publié comme section de l’entrée « Rossija » [Russie] de la première édition de l’Enciklopedichesk (...)
  • 3  Politkovskij, N. R. (1777-1831) – premier traducteur de Smith en langue russe. Avant lui, les sava (...)
  • 4  Schlözer, Christian von (1774-1831) – juriste allemand invité à occuper la première chaire d’écono (...)
  • 5  Storch, Andrei Karlovich [Heinrich Friedrich von] (1766-1835) – économiste d’origine balte, Storch (...)
  • 6  En allemand dans le texte [Tableau statistique de l’empire russe]. Le premier de ces huit volumes (...)
  • 7  En français dans le texte.
  • 8  Les biens immatériels, ou biens internes (éducation, santé, sentiment de sécurité et de liberté, h (...)
  • 9  L’hebdomadaire Dukh Zhurnalov [L’esprit des revues] publie notamment des traductions de fragments (...)
  • 10  Turgenev, Nikolaj Ivanovich (1789-1871) – décembriste modéré, adversaire du servage, libre-échangi (...)
  • 11  Mordvinov, Nikolaj Semenovich (1754-1845) – amiral russe, correspondant de Bentham, il adapte les (...)

1En 1802-1806, Politkovskij3 entreprend la première traduction russe de la Richesse des nations. Les idées de Smith jouirent d’une popularité considérable tant dans les sphères dirigeantes que dans les cercles cultivés. Cette traduction a été commandée par le comte Vasil’ev, ministre des finances. Plusieurs articles vulgarisant les idées de Smith ont été publiés dans le Journal de Saint-Pétersbourg, l’organe officiel du ministère des affaires intérieures. Le cours de Schlözer4, professeur à l’université de Moscou – Principes élémentaires d’économie nationale (1805) – est élaboré pleinement dans l’esprit de Smith. Ce cours était en son temps un ouvrage remarquable qui fut traduit en français et en allemand. Un des plus brillants adeptes de Smith en Russie, bien qu’il ait publié en langues étrangères, fut Storch5. Son Statistische Gemälde des russischen Reichs6 (1798-1803) décrit d’une façon extraordinairement précise et exhaustive le régime économique russe de son époque ; son Cours d’économie politique7 (1815) est un des meilleurs manuels d’économie des premières décennies de ce siècle. Les idées nouvelles de Storch ont exercé une influence considérable sur la science européenne (en particulier sa théorie de la valeur basée sur l’utilité et sa théorie de la production de biens immatériels8). Storch est un féroce adversaire du servage. La large diffusion de Smith dans la société instruite à l’époque d’Alexandre Ier a ouvert la porte à une énergique propagande en faveur du libre-échange entreprise par l’influente revue hebdomadaire L’esprit des revues9, éditée entre 1815 et 1820 à Pétersbourg. Cette propagande a amené une courte victoire, puisque la promulgation de tarifs douaniers libéraux en 1819 n’a pas duré longtemps. Ils ont été remplacés dès 1822 par de nouveaux tarifs, à la limite du protectionisme. Nikolaj Turgenev10, connu pour son Essai sur la fiscalité (1819) appartient à l’école de Smith. L’amiral Mordvinov11 – illustre homme d’État – compte parmi les adversaires du libre-échange. Son livre Quelques considérations au sujet des manufactures en Russie se distingue de la littérature économique russe de son époque par l’originalité de ses propos. En défendant les protections douanières, Mordvinov énonce bien avant Friedrich List nombre d’arguments qui feront par la suite la renommée de ce dernier. Mordvinov a établi avec clarté la dépendance entre le succès de l’agriculture et le développement de l’industrie ; de même, il a formulé la notion de la « capacité de la population » d’un pays en rapport avec son système économique. Le second ouvrage de Mordvinov – Raisonnements sur les avantages pouvant résulter de l’institution de banques privées dans les provinces est presque sans intérêt.

  • 12  L’idéologie nationale officielle sous l’empereur Nicolas Ier (règne 1825-1855) peut se résumer au (...)
  • 13  Haxthausen, August von (1792-1866) – économiste et juriste allemand, il parcourt la Russie en 1843 (...)
  • 14  L’obshchina, ou mir, ou encore commune russe est une institution agraire, basée sur une propriété (...)
  • 15  En allemand dans le texte [Études sur la condition intérieure de la Russie]. C’est dans cet ouvrag (...)
  • 16  Aujourd’hui encore, de nombreux économistes russes expliquent l’échec relatif des réformes de tran (...)
  • 17  Butovskij, Aleksandr Ivanovich (1817-1890) – fonctionnaire au ministère des finances. Tout en reco (...)

2La doctrine de l’idéologie nationale officielle12, passée au premier plan sous l’empereur Nicolas Ier, a posé son empreinte sur la science économique. Les principes du mouvement romantique ont été introduits en Russie par l’allemand August von Haxthausen13, qui a témoigné une attention des plus profondes à notre économie. Il serait faux de croire que c’est lui qui a révélé en Russie l’obshchina14. La possession agricole communautaire a souvent été décrite en Russie avant Haxthausen, mais c’est lui qui a révélé la formidable influence de cette institution sur le régime social russe. Conservateur convaincu, Haxthausen a trouvé en Russie une combinaison entre le régime autocratique et le développement économique qui l’a beaucoup frappé, et qui correspond jusqu’à un certain point aux aspirations des réformateurs sociaux occidentaux. Dans son remarquable livre Studien über die inneren Zustände Russlands15, Haxthausen écrit que « dans tous les autres pays de l’Europe des bruits sourds annoncent l’approche d’une révolution sociale dirigée contre la propriété. Ils ont pour devise : abolition de l’hérédité et division égale des terres. En Russie, un pareil bouleversement est impossible, l’utopie des révolutionnaires européens s’y trouve déjà réalisée par l’application de l’un des premiers principes de la vie nationale ». La Russie est dotée de l’obshchina – communauté foncière agricole – « une des plus remarquables et intéressantes institutions qui existent… Une telle force sociale est à l’œuvre dans les obshchinas, comme nulle part ailleurs ». L’obshchina délivre la Russie de la principale tare des régimes économiques occidentaux contemporains – le prolétariat. Le livre de Haxthausen représente un tournant dans l’histoire de la pensée économique russe. Avant lui, la science russe n’a pas essayé d’intégrer une seule particularité de notre régime économique. Après lui, la mise en opposition de l’économie nationale russe et des économies occidentales est devenue le principal argument de la pensée économique russe16. Les théories économiques des occidentalistes, comme des slavophiles, se sont formées sous l’influence directe de Haxthausen. L’Essai sur la richesse des nations ou des principes d’économie politique (1847) de Butovskij17 a été publié sous le règne de Nicolas Ier. Cette œuvre en trois tomes manque cruellement d’originalité, et si nous l’indiquons, c’est parce qu’il est le premier ouvrage général de science économique où l’auteur, un savant russe, adhère à l’économie politique bourgeoise et suit, par excellence, Say et Dunoyer.

  • 18  Cancrin, Georg Francevich (1774-1845) – Allemand établi en Russie, talentueux conservateur et fidè (...)
  • 19  Chernyshevskij, Nikolaj Gavrilovich (1828-1889) – philosophe russe slavophile, collaborateur majeu (...)
  • 20  L’artel est à l’industrie ce que l’obshchina est à l’agriculture : institution séculaire, coopérat (...)
  • 21  Chernyshevskij (1858).
  • 22  Vernadskij, Ivan Vasil’evich (1821-1884) – économiste libéral russe très influent, professeur aux (...)
  • 23  Ainsi que de la revue L’économiste (1858-1865).
  • 24  Gorlov, Ivan Jakovlevich (1814-1890) – professeur d’économie et de statistiques, proposant une éco (...)
  • 25  Babst, Ivan Kondrat’evich (1823-1881) – économiste, historien et statisticien. Professeur à l’univ (...)

3Comme la plupart des économistes russes de son époque, Butovskij idéalise extrêmement les conditions de l’économie russe. Les œuvres du ministre de Nicolas Ier, Cancrin18, sont en de nombreux points plus intéressantes. Cancrin est un des représentants les plus caractéristiques du mouvement nationaliste réactionnaire. Ses idéaux sont exclusivement tournés vers le passé, vers le régime patriarcal. Il n’est pas seulement protectionniste, mais se rapproche par de nombreux points du mercantilisme. Il est résolument hostile à la mécanisation, à l’industrie à grande échelle et aux chemins de fer. Le meilleur système économique selon lui est la production à petite échelle, celle-là seule qui ne nécessite pas d’éloigner les paysans de leurs terres. Dans sa critique du capitalisme occidental, on sent l’influence de Sismondi. Comme Haxthausen, mais avec moins de clarté et de profondeur, Cancrin donne sa préférence au régime économique russe sur celui des pays occidentaux. L’abolition du servage et les réformes qui suivirent ne pouvaient qu’influencer la pensée économique russe. Chernyshevskij19 est un des plus brillants représentants de l’époque émancipatrice. Ses principales opinions sur les particularités du régime économique russe sont influencées par Haxthausen, tandis que sa conception sociale du monde doit beaucoup aux socialistes utopistes, et particulièrement à l’école de Fourier. Personne ni avant ni après Chernyshevskij n’a exercé une telle influence sur la pensée économique russe. Cela s’explique par le fait qu’il a, le premier, lié dans un système économico-social abouti les particularités de l’économie russe constatées par Haxthausen avec les idéaux élaborés en Europe. Pour Haxthausen, la défense de l’obshchina et de l’artel20 était présentée d’un point de vue passéiste, ce qui n’était pas pour plaire aux progressistes. Chernyshevskij a tenté de prouver que l’obshchina et l’artel étaient des bases stables et solides pour le progrès en Russie. En dépit de son retard, la Russie, selon Chernyshevskij, est beaucoup plus proche dans la réalisation des idéaux collectivistes que nombre de pays occidentaux, précisément en raison des particularités de son régime économique. Ce point de vue est exprimé avec une plus grande clarté dans son article « Critique des préventions philosophiques contre la possession communautaire de la terre »21. Le fond de son argumentation tient dans la thèse que « le stade suprême du développement est toujours semblable quant à la forme au stade originel à partir duquel le développement a commencé ». Puisque le développement a commencé sous une forme collective de propriété foncière, il doit se terminer sous cette même forme. Il n’y a pas, selon Chernyshevskij, de nécessité pour chaque pays de passer par toutes les phases du développement : les phases intermédiaires peuvent n’exister que logiquement et de cette façon la phase ultime peut suivre directement la première. Et c’est précisément dans ce cas que se trouve la Russie. Adepte des philosophes du xviiie siècle, Chernyshevskij explique les défauts du régime social par l’imperfection des sciences sociales. L’œuvre économique la plus vaste de Chernyshevskij sont ses Commentaires sur l’économie politique de John Stuart Mill, mais ses pensées les plus originales se trouvent dans ses articles sur l’obshchina. Parmi les opposants de Chernyshevskij, citons Vernadskij22, professeur à l’université de Pétersbourg, son principal adversaire dans les débats sur l’obshchina. Libéral typique de l’époque des grandes réformes, auteur de plusieurs œuvres consacrées principalement à l’histoire de la pensée économique, Vernadskii est également éditeur de la revue L’indicateur économique23. Dans la même veine, citons Gorlov24, professeur à l’université de Kazan, puis à celle de Pétersbourg, auteur d’un volumineux manuel d’économie politique (Principes d’économie politique, 1859-1862) et de nombreux travaux à caractère principalement descriptif et statistique. Ce manuel ne contient rien d’original, mais est néanmoins plus sérieusement élaboré que celui de Butovskij. Une assez grande part de celui-ci est consacrée aux conditions économiques de la Russie. Babst25, professeur à l’université de Moscou, était un des économistes les plus populaires des années 1860.

  • 26  Bunge, Nikolaj Khristianovich (1823-1895) – professeur à l’université de Kiev, ministre des financ (...)
  • 27  Korsak, Aleksandr Kazimirovich (1832-1874) – géographe et historien.
  • 28  Tugan-Baranovskij publie en 1898, soit peu avant le présent article, son livre La fabrique russe a (...)
  • 29  Bervi, Vasilij Vasil’evich [Wilhelm Wilhelmovich], pseudonyme N. Flerovskij (1829-1918) – ses trav (...)
  • 30  Zemstvo – assemblée locale et provinciale élue par la noblesse et les classes possédantes en Russi (...)
  • 31  Orlov, Vasilij Ivanovich (1848-1885) – économiste et statisticien russe, éditeur de nombreuses pub (...)
  • 32  Janson, Julij Eduardovich (1835-1893) – économiste et statisticien russe, professeur à l’universit (...)
  • 33  Le manuel de statistique mentionné (Janson,1886) n’a, nous semble-t-il, jamais été traduit en alle (...)
  • 34  Voroncov, Vasilij Pavlovich, pseudonyme V. V. (1847-1918) – économiste et sociologue russe, meneur (...)
  • 35  Les narodniki, ou populistes russes, sont convaincus que le capitalisme n’est pas souhaitable en R (...)
  • 36  Daniel’son, Nikolaj Francevich, pseudonyme Nikolaj–on (1844-1918) – économiste russe, second meneu (...)
  • 37  Isaev, Andrej Alekseevich (1851-1924) – économiste et statisticien russe, connu pour ses ouvrages (...)
  • 38  Posnikov, Aleksandr Sergeevich (1846-1921) – homme politique russe, professeur à l’université de M (...)
  • 39  Juzhakov, Sergej Nikolaevich (1849-1910) – critique littéraire et économiste russe, auteur de trav (...)
  • 40  Kablukov, Nikolaj Alekseevich (1849-1919) – économiste et statisticien russe, collaborateur d’Orlo (...)
  • 41  Karyshev, Nikolaj Aleksandrovich (1855-1905) – économiste et statisticien russe, spécialiste du dé (...)
  • 42  Chuprov, Aleksander Ivanovich (1842-1908) – économiste et statisticien, professeur très populaire. (...)
  • 43  Khodskij, Leonid Vladimirovich (1854-1919) – économiste et statisticien russe, professeur à l’univ (...)
  • 44  Ivanjukov, Ivan Ivanovich (1844-1912) – économiste russe, professeur à l’Institut polytechnique de (...)
  • 45  Skvorcov, Aleksandr Ivanovich (1848-1914) – agronome russe, premier économiste à utiliser la théor (...)
  • 46  Ziber, Nikolaj Ivanovich (1844-1888) – professeur d’économie à l’université de Kiev. Grand spécial (...)
  • 47  Tugan-Baranovsky « oublie » de se citer dans cette liste.
  • 48  Struve, Petr Berngardovich (1870-1944) – philosophe, politologue et économiste. Chef de file d’une (...)
  • 49  Plekhanov, Georgij Valentinovich, pseudonyme N. Bel’tov, (1856-1918) – narodnik converti au marxis (...)
  • 50  Il’in est un pseudonyme que Vladimir Ilich Uljanov (1870-1924) utilise avant la révolution. Il ser (...)
  • 51  Bulgakov, Sergej Nikolaevich (1871-1944) – théologien russe. Né d’une lignée de prêtres orthodoxes (...)
  • 52  Janzhul, Ivan Ivanovich (1845-1914) – économiste et académicien très respecté y compris en dehors (...)
  • 53  Kaufman, Ilarion Ignat’evich (1848-1916) – professeur à Pétersbourg, spécialiste russe de l’histoi (...)
  • 54  Georgievskij, Pavel Ivanovich (1857-1938) – économiste et statisticien russe, professeur à l’unive (...)
  • 55  Pikhno, Dmitrij Ivanovich (1853-1913) – économiste, professeur à l’université de Kiev, a travaillé (...)
  • 56  Slonimskij, Ljudvig Zinov’evich (1850-1918) – publiciste à l’influente revue Messager de l’Europe, (...)

4En 1872 sort le premier volume de son Exposition des principes de l’économie nationale, contenant un essai sur le développement historique de la pensée économique et une étude sur la production. L’activité scientifique de Bunge26, ministre des finances d’Alexandre III, concerne également cette époque-ci. Comme savant, le principal mérite de Bunge est son élaboration de la théorie du crédit et de la circulation monétaire. Comme théoricien, il est énergiquement opposé à l’usage du papier-monnaie et très proche de l’école classique. Les articles de Bunge sur l’histoire de la pensée économique, réédités en 1895 sous le titre Esquisses de littérature politico-économique ne présentent que peu d’intérêt. Le livre de Korsak27, Des formes d’industrialisation en Europe et en Russie (1861), occupe une place prépondérante dans la littérature des années 1860 et représente jusqu’à nos jours une des très rares tentatives d’étude de l’histoire de la fabrique russe28. La rigueur de son analyse, l’abondance des sources historiques et la clarté des propos de cette œuvre devancent, et de beaucoup, la littérature sur l’industrie artisanale des années 1870 et 1880. Korsak est sans doute l’économiste le plus éminent des années 1860. Le livre de Flerovskij29 Situation de la classe ouvrière en Russie (1869) a laissé une très forte empreinte sur le public avec son triste tableau de la vie des ouvriers et moujiks russes, mais est dénué de toute valeur scientifique. Puisqu’il nous manque souvent des idées originales, la traduction d’auteurs étrangers a toujours eu chez nous un rôle important. Dans les années 1860, notre littérature a été enrichie par la traduction d’œuvres d’Adam Smith, Malthus, J. S. Mill, Bentham, Thünen, Roscher, Bruno Hildebrand et bien d’autres. Karl Marx a exercé une influence colossale sur le développement récent de la science économique russe. Dans aucune autre littérature, Marx ne fait autant autorité que sur la littérature russe. Toute la littérature économique des années 1870 et 1880 représente une tentative de lier les idées de Chernyshevskij avec celles de l’auteur du Capital. L’idée de l’existence de singularités indigènes dans le régime de l’économie russe est solidement enracinée dans les esprits des disciples de Chernyshevskij. L’étude statistique de la Russie n’a fait que contribuer, dans un premier temps, à consolider cette pensée. Ces études statistiques représentent en soi l’héritage scientifique le plus précieux des années 1870 et 1880. Dans les manuels russes de statistique, il est justement indiqué que les travaux statistiques des zemstvos30 sont, par leur genre, uniques dans la littérature scientifique mondiale. Les travaux statistiques du zemstvo de Moscou, dirigés par Orlov31, sont particulièrement remarquables. L’ouvrage d’Orlov Des différentes formes de propriété foncière agricole dans la province de Moscou représente aujourd’hui encore le meilleur travail sur la question. Sans entrer dans les détails, la science statistique russe compte parmi ses rangs plusieurs illustres noms. On ne peut s’empêcher de mentionner, par exemple, le professeur de l’université de Pétersbourg, Janson32, dont le manuel de statistique a été traduit en allemand. Son Enquête statistique sur les lots et paiements agricoles (1879) a bénéficié en son temps d’un grand intérêt public33. Voroncov34 peut être considéré comme le chef de file de l’école de pensée défendant l’identité de la Russie et l’impossibilité pour le capitalisme de connaître le même essor qu’à l’Ouest35. Son ouvrage Destinées du capitalisme en Russie (1882) est sans conteste une œuvre remarquable. Comme le formule lui-même l’auteur, l’objet de ce livre consiste à prouver « l’impossibilité historique du mode de production capitaliste en Russie ». Voroncov emprunte chez Marx la critique violente du capitalisme et chez Chernyshevskij l’idée de la possibilité de se soustraire aux phases intermédiaires du développement et de passer directement des phases primitives aux phases supérieures de l’économie. Le capitalisme, selon Voroncov, n’aurait en Russie que des effets néfastes. Ce point de vue est développé dans d’autres travaux de l’auteur : certains ne sont pas vides de sens en tant qu’exposés de faits, mais ils n’ajoutent presque rien en terme théorique à son premier ouvrage. Presque simultanément la revue Discours publie le travail d’un autre économiste russe, Nikolaj-on36. Dans les grandes lignes, ses opinions sont proches de celles de Voroncov. Son Esquisse de notre économie sociale depuis la réforme (rééditée en version considérablement revue et augmentée en 1893) surpasse le livre de Voroncov par l’abondance des travaux statistiques, mais est dépassée par ce dernier quant à l’originalité des propos. La plupart des économistes russes contemporains du camp progressiste partagent ces idées : Isaev37, Posnikov38, Juzhakov39, Kablukov40, Karyshev41, etc. (Isaev, d’ailleurs, a récemment changé de position et ne peut plus être compté parmi les partisans de Voroncov). La majorité des statisticiens des zemstvos doivent également être rangés dans ce camp. La théorie de la valeur de Marx est à la base de la plus grande partie de nos cours d’économie politique. Le meilleur d’entre eux, par la maturité de son analyse technique, est celui d’A. Chuprov42. Le mérite du cours d’Isaev se trouve dans l’illustration de la théorie par d’abondants exemples tirés de la vie économique russe. Les manuels de Khodskij43 et d’Ivanjukov44 sont de moindre valeur que les deux précédents. Le cours de Skvorcov45, professeur à l’Institut agricole de Nouvelle Alexandrie, est intéressant du point de vue théorique. Ces manuels ont tous en commun – à l’exception de celui de Khodskij – le même fondement théorique : la théorie de la valeur-travail de Marx. La majorité de ces auteurs se rapprochent également, dans leur conception générale du monde, de la soi-disant école historique. Un nouveau courant dans notre science économique est le néo-marxisme comme le nomment leurs opposants ; ses représentants se considèrent au contraire comme les continuateurs de l’œuvre de Marx. Ce courant a percé chez nous très récemment. Son précurseur, dans les années 1870-1880, est le talentueux économiste Ziber46. Actuellement, on peut compter dans ce courant les noms suivants47 : Struve48, Be’ltov49 , Il’in50, Bulgakov51, Skvorcov et Gurvich. Janzhul52 occupe une place particulière : rigoureux disciple de l’école historique, il n’a jamais appartenu au marxisme, mais en même temps, par ses conceptions économiques du développement de la Russie, il se rapproche, et de beaucoup, de ce nouveau courant. Parmi les économistes qui ne sont sous aucune influence marxiste, citons Kaufman53, Georgievskij54, Pikhno55 et Slonimskij56.

  • 57  Si la théorie des crises est absente des références données par Tugan-Baranovskij, tout comme l’ou (...)
  • 58  Voroncov (cf. supra).
  • 59  Plekhanov (cf. supra).
  • 60  Lénine (cf. supra).

5Littérature57. Cours généraux d’économie politique : A. Chuprov, Économie politique (Moscou, 1892); I. Ivanjukov, L’économie politique comme l’étude du processus de développement des phénomènes économiques (Moscou, 1891, 3e édition) ; A. Isaev, Principes d’économie politique (Saint-Pétersbourg, 1898, 4e édition) ; L. Khodskij, L’économie politique et la finance (Saint-Pétersbourg, 1899, 3e édition) ; A. Skvorcov, Fondements d’économie politique (Saint-Pétersbourg, 1898) ; P. Georgevskij, Économie politique (1896) ; A. Karelin, Abrégé d’économie politique (Saint-Pétersbourg, 1894) ; Z. A. Bogdanov, Précis de science économique (Moscou, 1898) ; D. Pikhno, Fondements d’économie politique (Kiev, 1890) ; D. Morev, Mémento d’économie politique (Saint-Pétersbourg, 1899, 4e édition). Histoire de l’économie politique : A. Chuprov, Histoire de l’économie politique (Moscou, 1892) ; I. Ivanjukov, Les doctrines fondamentales de la science économique d’Adam Smith à nos jours (Moscou, 1891, 3e édition) ; I. Vernadskij, Essais d’histoire de l’économie politique (Saint-Pétersbourg, 1858). Problèmes et méthodes de l’économie politique : V. Levitskij, Problèmes et méthodes de la science de l’économie nationale (Iaroslavl, 1890) ; A. Isaev, Composantes et méthodes de l’économie politique (Iaroslavl, 1887); A. Chuprov, Sur la signification contemporaine et les problèmes de l’économie politique (Moscou, 1874) ; N. Ziber, « Économie sociale et droit » (Revue juridique, 1883). Étude de la valeur : N. Kossovskij, Valeur et prix (Kharkov, 1883) ; L. Buch, Éléments principaux de l’économie politique (volume I, Saint-Pétersbourg, 1896) ; N. Ziber, La théorie de la valeur et du capital de Ricardo (Kiev, 1871) et David Ricardo et Karl Marx dans leurs recherches socio-économiques (Saint-Pétersbourg, 1898, 3e édition). Monnaie et crédit : Nikolskij, Le papier-monnaie russe (1892); I. Kaufman, Crédit, banques et circulation monétaire (Saint-Pétersbourg, 1873), Titres de crédit (Saint-Pétersbourg, 1888) et Projets monétaires (Saint-Pétersbourg, 1879) ; N. Bunge, Théorie du crédit (Kiev, 1852) ; V. Sudejkin, Banque d’ État (1891) ; G. Sazonov, Koulaks et usure (1895) ; R. Gvozdev, Koulaks et usure (Saint-Pétersbourg, 1891). Formes de propriété foncière : M. Kovalevskij, Propriété communautaire des terres (Moscou, 1877) ; A. Posnikov, Propriété communautaire des terres (Odessa, 1878) ; Prince Vasil’chikov, Propriété terrienne et agriculture (1877) ; V. V.58, Communauté paysanne (Saint-Pétersbourg, 1892) ; Posnikov, L’économie paysanne dans le sud de la Russie (Saint-Pétersbourg, 1891); N. Brzheskij, Arriérés fiscaux et responsabilité collective dans les communautés rurales (Saint-Pétersbourg, 1897); I. Gurvich, La situation économique du village russe (Moscou, 1896); L. Khodskij, Terre et agriculteur (Saint-Pétersbourg, 1891). Formes de l’industrie : Prilezhajev, Qu’est-ce que la production artisanale (Saint-Pétersbourg, 1882); V. V., Essais sur l’industrie artisanale en Russie (Saint-Pétersbourg, 1886) ; M. Tugan-Baranovskij, La fabrique russe dans le passé et le présent (volume 1, Saint-Pétersbourg, 1898) ; A. Isaev, Artels en Russie (Saint-Pétersbourg, 1881) ; V. V., L’artel dans l’artisanat (Saint-Pétersbourg, 1895) et Les initiatives d’artel dans la société russe (Saint-Pétersbourg, 1895). Développement économique de la Russie : P. Struve, Notes critiques sur la question du développement économique de la Russie (Saint-Pétersbourg, 1894) ; Bel’tov59, Essai sur le développement de la conception moniste de l'histoire (Saint-Pétersbourg, 1895) ; A. Isaev, Le présent et l’avenir de l’économie sociale russe (Saint-Pétersbourg, 1896) ; Maxime Kovalewsky, Le régime économique de la Russie (Paris, 1898), V. Il’in60, Le développement du capitalisme en Russie (Saint-Pétersbourg, 1899) ; N. Kablukov, Sur les conditions du développement de l’économie agricole en Russie (Moscou, 1899).

Haut de page

Bibliographie

Babst, I. K. 1872. Izlozhenie nachal narodnogo khozjajstva (Exposition des principes de l’économie nationale). Moscou: Grachev.

Barnett, V. 2002. Mr. Smith Goes to Moscow: Russian Editions of The Wealth of Nations. Research in the History of Economic Thought and Methodology, 20-A: 35-42.

Bervi, V. V. (Flerovskij). 1869. Polozhenie rabochego klassa v Rossii (Situation de la classe ouvrière en Russie). Saint-Pétersbourg: Poliakov.

Bervi, V. V. (Flerovskij). 1871. Azbuka social’nykh nauk (L’Abc des sciences sociales). Saint-Pétersbourg: Nusval’t. Traduction allemande par l’auteur, Das ABC der sozialen Wissenschaften, Leipzig, 1898.

Bulgakov, S. N. 1896. O rynkakh pri kapitalisticheskom proizvodstve (Le marché sous des conditions de production capitalistes). Moscou: Vodovozov.

Bulgakov, S. N. 1903. Ot marksizma k idealizmu. Sbornik statej (Du marxisme à l’idéalisme. Recueil d’articles). Saint-Pétersbourg: Obshchestvennaja Pol’za.

Bulgakov, S. N. 1912. Filosofija khozjajstva (Philosophie de l’économie). Moscou: Put’. Édition française : Lausanne: L’Âge d’Homme, 1987.

Bulgakov, S. N. 1913. Ocherki po istorii èkonomicheskikh uchenij (Histoire des doctrines économiques). Moscou: auto-édité.

Bunge, N. Kh. 1852. Teorija kredita (Théorie du crédit). Kiev: Zavadskij.

Bulgakov, S. N. 1877. O vosstanovlenii metallicheskogo obrashchenija v Rossii (Sur la restauration de la circulation métallique en Russie). Kiev: Zavadskij.

Bulgakov, S. N. 1895. Ocherki politiko-èkonomicheskoj literatury (Esquisses de littérature politico-économique), Saint-Pétersbourg, Kirshbaum. Éditions françaises : Bâle et Genève: Georg, 1898 et Genève: Kündig, 1900.

Butovskij, A. I. 1847. Opyt o narodnom bogatstve, ili o nachalakh politicheskoj èkonomii (Essai sur la richesse des nations ou des principes d’économie politique), 3 tomes. Saint-Pétersbourg.

Chernyshevskij, N. G. 1858. Kritika filosofskikh predubezhdenij protiv obshchinnogo vladenija (Critique des préventions philosophiques contre la possession communautaire de la terre). Sovremennik (Le Contemporain), n°12. Édition française in N. Tchernychevski (1957). Textes philosophiques choisis. Moscou: Éditions en langues étrangères, 184-225.

Chuprov, A. I. 1875-78. Zheleznodorozhnoe khozjajstvo (Économie des chemins de fers), 2 tomes. Moscou: Mamontov.

Chuprov, A. I. 1877. Politicheskaja Èkonomija (Économie politique). Moscou.

Chuprov, A. I. 1892. Istorija politicheskoj èkonomii (Histoire de l’économie politique). Moscou: Université.

Daniel’son, N. F. (Nikolaj-on). 1880. Ocherki nashego poreformennogo obshchestvennogo khozjajstvo (Esquisse de notre économie sociale depuis la réforme). Slovo (Discours), n° 10, p. 77-142. Deuxième édition : Saint-Pétersbourg: Benke, 1893. Édition française : signée Nicolas-on, Histoire du développement économique de la Russie depuis l’affranchissement des serfs. Paris: Giard et Brière, 1902.

Georgievskij, P. I. 1890. Posobie k lekcijam po politicheskoj èkonomii (Matériel didactique pour les cours d’économie politique). Saint-Pétersbourg: Benke. Les éditions subséquentes de ce manuel se nomment Économie politique.

Gorlov, I. I. 1859-1862. Nachala politicheskoj èkonomii (Principes d’économie politique), 2 tomes. Saint-Pétersbourg: Kulish.

Haxthausen, A. von. 1847-1852. Studien über die inneren Zustände, das Volksleben und insbesondere die ländlichen Einrichtungen Russlands (Étude sur la situation intérieure, la vie nationale et les institutions rurales de la Russie), 3 volumes. Hannovre et Berlin: Hahn et B. Behr.

Isaev, A. A. 1881. Arteli v Rossii (Les coopératives artisanales en Russie), Jaroslav.

Ivanjukov, I. I. 1885. Politicheskaja èkonomija kak uchenie o processe razvitija èkonomicheskikh javlenij (L’économie politique comme l’étude des processus de développement des phénomènes économiques). Saint-Pétersbourg: Stasiulevich.

Janson, Ju. E. 1877. Opyt statisticheskogo issledovanija o krest’janskikh nadelakh i platezhakh (Enquête statistique sur les lots et paiements agricoles). Saint-Pétersbourg: Stasiulevich.

Janson, Ju. E. 1886. Teorija statistiki (Théorie statistique). Saint-Pétersbourg, Landau.

Juzhakov, S. N. 1906. Agrarnyj vopros v Rossii (La question agraire en Russie). Saint-Pétersbourg: Golos’.

Kablukov, N. A. 1884. Vopros o rabochikh v sel’skom khozjajstve (À propos des ouvriers agricoles). Moscou: Juridicheskij Vestnik.

Kablukov, N. A. 1899. Ob uslovijakh pazvitija krest’janskogo khozjajstva v Rossii (Les conditions du développement agricole en Russie). Moscou: Knizhnoe Delo.

Kaufman, I. I. 1873. Kredit, banki i denezhnoe obrashchenie (Crédit, banques et circulation monétaire). Saint-Pétersbourg: Laudau.

Kaufman, I. I. 1909. Iz istorii bumazhnykh deneg v Rossii (L’histoire du papier-monnaie en Russie). Saint-Pétersbourg: Sever.

Khodskij, L. V. 1884. Kratkij kurs politicheskoj èkonomii (Abrégé d’économie politique). Saint-Pétersbourg: Stasiulevich.

Korsak, A. K. 1861. O formakh promyshlennosti voobshche i o znachenii domashnego proizvodstva v Zapadnoj Evrope i Rossii (Des formes d’industrialisation en général et sur l’importance de la production artisanale en Europe et en Russie). Moscou: Grachev.

Mespoulet, M. 2001. Statistique et révolution en Russie. Un compromis impossible (1880-1930). Rennes: Presses universitaires de Rennes.

Mordvinov, N. S. 1815. Nekotorye soobrazhenija po predmetu manufaktur v Rossii i o tarife (Quelques considérations au sujet des manufactures en Russie et à propos des tarifs douaniers). Saint-Pétersbourg: Voennoe Ministerstvo.

Mordvinov, N. S. 1816. Rassuzhdenie o mogushchikh posledovat’ pol’zakh, ot uchrezhdeniia chastnykh po guvernijam bankov (Considérations sur les avantages pouvant résulter de l’institution de banques privées dans les provinces). Saint-Pétersbourg: Vospitatel’nyj Dom.

Orlov, V. I. 1879. Krest’janskoe khozjajstvo. Vyp. I. Formy krest’janskogo zemlevladenija v Moskovskoj gubernii (Agriculture. Volume I. Des formes de propriété foncière agricole dans la province de Moscou). Moscou: Zemstvo de la Province de Moscou.

Pikhno, D. I. 1886. Zakon sprosa i predlozhenija. K teorii cennosti (La loi de l’offre et de la demande. Vers une théorie de la valeur). Kiev: Université.

Plekhanov, G. V. 1883. Socializm i politicheskaja bor’ba (Socialisme et lutte politique). Genève: Groupe d’émancipation du travail. Édition française in Plekhanov (1967).

Plekhanov, G. V. 1885. Nashi raznoglasija (Nos controverses). Genève: Groupe d’émancipation du travail. Édition française in Plekhanov (1967).

Plekhanov, G. V. 1967. Œuvres philosophiques. Moscou: Éditions en langues étrangères.

Posnikov, A. S. 1875-77. Obshchinnoe zemlevladenie (La possession communautaire de la terre), 2 tomes. Jaroslav: Falk.

Roscher, W. 1855. System der Volkswirthschaft, traduit en russe par I. K. Babst. Moscou: Grachev, 1860.

Schlözer, C. von. 1805-1807. Anfangsgründe der Staatswirthschaft, 2 tomes. Riga. Édition du premier tome en français à Steffenhagen (1804) et en russe à Moscou (1805) ; du deuxième tome en russe à Moscou (1806).

Skvorcov, A. I. 1890. Vlijanie parovogo transporta na sel’skoe khozjajstvo (De l’influence des moyens de transport à vapeur sur l’économie agricole). Varsovie: Zemkevich.

Slonimskij, L. Z. 1878. Zabytie èkonomisty. Tiunen i Kurno (Thünen et Cournot, économistes oubliés). Vestnik Evropy, n° 9: 5-27.

Smith, A. 1776. Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations, traduit en russe par N. R. Politkovskij, 4 tomes. Saint-Pétersbourg: Collège d’État, 1802-1806.

Stanziani, A. 1998. L’économie en révolution : Le cas russe, 1870-1930. Paris: Albin Michel.

Storch, H. F. von. 1797-1803. Historisch-statistisches Gemälde des russischen Reichs am Ende des achtzehnten Jahrhunderts, 8 volumes. Riga et Leipzig.

Storch, H. F. 1815. Cours d’économie politique, ou exposition des principes qui déterminent la prospérité des nations, 6 volumes. Saint-Pétersbourg: A. Pluchart.

Tugan-Baranovskij, M. I. 1894. Promyshlennye krizisy v sovremennoj Anglii, ikh prichiny i blizhajshie vlijanija na narodnuju zhizn’ (Les crises industrielles dans l’Angleterre contemporaine, leurs causes et leurs influence immédiate sur la vie du peuple). Saint-Pétersbourg: Skorokhodov. Édition française (de la 2e éd. russe revue et augmentée par l’auteur) par J. Schapiro (1913). Les Crises industrielles en Angleterre. Paris: M. Giard et É. Brière.

Tugan-Baranovskij, M. I. 1898. Russkaja fabrika v proshlom i nastojashchem (La fabrique russe au passé et au présent). Saint-Pétersbourg: Pantaleev. Édition anglaise (de la 3e éd. russe de 1907), The Russian Factory in the 19th Century. The American Economic Association Translation Series, Homewood (Illinois) et Georgetown (Ontario): Irwin, 1970.

Tugan-Baranovskij, M. I. 1899. Osnovnaja oshibka abstraktnoj teorii kapitalizma Marksa (La principale erreur dans la théorie abstraite du capitalisme de Marx). Nauchnoe Obozrenie (La Revue Scientifique), n° 5: 973-985.

Turgenev, N. I. 1818. Opyt teorii nalogov (Essai sur la fiscalité). Saint-Pétersbourg, Grech. 2e edition, Saint-Pétersbourg: Plavil’shchikov, 1819.

Vernadskij, I. V. 1849. Kritiko-istoricheskoe issledovanie ob italianskoj politiko-èkonomicheskoj literature do nachala XIX veka (Étude historique et critique de la littérature politico-économique italienne jusqu’au début du xixe siècle). Moscou: Université.

Vernadskij, I. V. 1857. Ocherk teorii potrebnostej (Essai sur la théorie de la demande). Saint-Pétersbourg: Metcig.

Vernadskij, I. V. 1858. Ocherk istorii politicheskoj èkonomii (Essai sur l’histoire de l’économie politique). Saint-Pétersbourg: Èkonomicheskij ukazatel’.

Voroncov, V. P. 1882. Sud’by kapitalizma v Rossii (Destinées du capitalisme en Russie). Saint-Pétersbourg: Stasiulevich.

Ziber, N. I. 1885. David Rikardo i Karl Marks v ikh obshchestvenno-èkonomicheskikh issledovanijakh (David Ricardo et Karl Marx et leurs recherches politico-économiques). Saint-Pétersbourg: Stasiulevich.

Zweynert, J. 2002. Eine Geschichte des ökonomischen Denkens in Russland. Marburg: Metropolis.

Zweynert, J. 2004. The theory of internal goods in nineteenth-century Russian classical economic thought. European Journal for the History of Economic Thought, 11(4): 525-554.

Haut de page

Notes

1  Publié comme section de l’entrée « Rossija » [Russie] de la première édition de l’Enciklopedicheskij slovar’ Brokgauza i Èfrona [Dictionnaire encyclopédique Brockhaus-Efron], 1899, tome 28, volume 55, pp. 851-854. Cette édition (1890-1907, 86 volumes, 120 000 articles) a été vendue à 30 000 exemplaires. La présente traduction, les notes et les références bibliographiques sont de nous (FA).

3  Politkovskij, N. R. (1777-1831) – premier traducteur de Smith en langue russe. Avant lui, les savants russes lisaient les économistes dans les langues européennes. Politkovskij dut inventer la terminologie économique qui manquait à la langue russe. Ses néologismes furent affinés par d’autres traducteurs après lui. Pour cette raison, ses traductions devinrent illisibles pour les lecteurs du milieu du XIXe siècle. Sur la traduction de Smith et sa réception en Russie, voir Barnett (2002).

4  Schlözer, Christian von (1774-1831) – juriste allemand invité à occuper la première chaire d’économie politique de Russie, de 1801 à 1825 à l’université de Moscou, avant de rentrer à Bonn. Il est le premier d’une longue tradition d’économistes allemands dans les universités russes.

5  Storch, Andrei Karlovich [Heinrich Friedrich von] (1766-1835) – économiste d’origine balte, Storch a étudié en Allemagne et enseigné en Russie. Élève critique des classiques (Smith, Say), il enseigna l’économie politique aux grands-ducs Nicolas et Michel à la demande du tsar Alexandre Ier.

6  En allemand dans le texte [Tableau statistique de l’empire russe]. Le premier de ces huit volumes date de 1797, et non de 1798.

7  En français dans le texte.

8  Les biens immatériels, ou biens internes (éducation, santé, sentiment de sécurité et de liberté, habileté, moralité, etc.) forment le capital social dans la théorie de la civilisation de Storch. Cette dernière est indissociable de sa théorie de la richesse sociale. L’accumulation de capital social étant indispensable à l’accumulation de capital matériel, cela implique dans le contexte russe que tant qu’il y a des serfs et que l’éducation est réservée aux seuls privilégiés, la Russie restera une nation retardée économiquement. Sur la théorie des biens internes de Storch et son influence dans la pensée économique russe, voir Zweynert (2002, ch. 2.4 ; 2004).

9  L’hebdomadaire Dukh Zhurnalov [L’esprit des revues] publie notamment des traductions de fragments d’œuvres de J.-B. Say, Sismondi et Bentham.

10  Turgenev, Nikolaj Ivanovich (1789-1871) – décembriste modéré, adversaire du servage, libre-échangiste, un des premiers représentants russes de l’école classique anglaise (Smith et Ricardo), fondateur de la science financière russe.

11  Mordvinov, Nikolaj Semenovich (1754-1845) – amiral russe, correspondant de Bentham, il adapte les idées de Smith pour favoriser le développement industriel de la Russie. Président de la société impériale économique libre qu’il fait prospérer, il crée la première société d’assurance russe et favorise la diffusion du vaccin contre la variole. Haut fonctionnaire infatigable et éclairé, il conseille cinq tsars, mais seuls ses plus modestes projets se réaliseront ; ses ambitieuses réformes politiques, juridiques, économiques et financières pour moderniser le pays resteront lettres mortes. Ses deux ouvrages principaux sont cités plus bas dans le texte (1815, 1816).

12  L’idéologie nationale officielle sous l’empereur Nicolas Ier (règne 1825-1855) peut se résumer au slogan suivant : orthodoxie – monarchie absolue – nationalisme russe. Nicolas Ier, surnommé le censeur, est loin de l’ouverture d’esprit de son prédécesseur.

13  Haxthausen, August von (1792-1866) – économiste et juriste allemand, il parcourt la Russie en 1843-1844 sur invitation de Nicolas Ier pour y étudier l’économie agricole.

14  L’obshchina, ou mir, ou encore commune russe est une institution agraire, basée sur une propriété foncière collective, des réallocations périodiques des terres excluant l’héritage, et une organisation de vie communautaire, au sens d’une famille traditionnelle élargie. Le devenir de cette institution, qui occupait la majorité des terres russes après l’abolition du servage (1861), était (voire reste) très controversé. L’obshchina pouvait-elle épargner à la Russie l’étape douloureuse du capitalisme et fournir les bases d’une société collectiviste harmonieuse ? Les populistes russes (ou narodniki, cf. infra) en étaient convaincus. Les marxistes russes hésitaient, et ce n’est pas la lettre à Véra Zassoulitch, où Marx remet en cause la nécessité historique du capitalisme en Russie, qui va mettre un terme au débat qui enflamme la pensée économico-sociale de tout le xixe siècle.

15  En allemand dans le texte [Études sur la condition intérieure de la Russie]. C’est dans cet ouvrage (1847-1852) que le public occidental découvre l’obshchina.

16  Aujourd’hui encore, de nombreux économistes russes expliquent l’échec relatif des réformes de transition vers l’économie de marché par les spécificités de l’économie russe. Les clés du succès se trouvant dans l’analyse de ces spécificités, et l’histoire de la pensée économique russe n’étant que l’histoire de la distinction de ces spécificités, un regain d’intérêt pour les économistes pré-révolutionnaires est constaté en Russie. Se référer pour preuve aux numéros 9 et 10 de la revue anglophone Problems of Economic Transition de 2002, consacrés exclusivement à l’histoire de la pensée économique russe.

17  Butovskij, Aleksandr Ivanovich (1817-1890) – fonctionnaire au ministère des finances. Tout en reconnaissant la supériorité économique du travail libre, son manuel trouve des justifications à l’existence du servage. Ces dernières, favorables au régime en place, firent de Butovskij l’objet de toutes les moqueries de la part des militants pour la libération des serfs. Néanmoins, en l’absence de manuels alternatifs exposant la science nouvelle de Say, le sien reste longtemps un ouvrage de référence.

18  Cancrin, Georg Francevich (1774-1845) – Allemand établi en Russie, talentueux conservateur et fidèle fonctionnaire, Cancrin est ministre des finances sous Alexandre Ier et Nicolas Ier (1823-1844). Ses réformes l’amènent à rétablir la confiance dans le rouble avec l’établissement du rouble-argent, à interdire l’installation de banques privées pour éviter les crises financières, et à conduire des budgets systématiquement équilibrés.

19  Chernyshevskij, Nikolaj Gavrilovich (1828-1889) – philosophe russe slavophile, collaborateur majeur de la revue Sovremennik [Le Contemporain] fondée par Pouchkine, il est la cible répétée de la censure. Sa pensée philosophique nous est parvenue essentiellement distillée dans des recensions d’ouvrages, genre plus permissif. Ses écrits économiques comprennent une traduction commentée des Principes d’économie politique de John Stuart Mill, choisis pour montrer le vrai visage – inhumain – de l’économie politique classique anglaise ; une série d’articles sur l’obshchina, sur Turgot, Molinari… sans oublier son influent roman utopique, Que faire ? (qui inspirera le roman homonyme, mais plus pragmatique, de Lénine). Ses autres écrits couvrent des domaines aussi vastes que l’histoire, la religion, les civilisations, la littérature, l’esthétique et le matérialisme. Son impact sur l’histoire intellectuelle de la Russie est considérable.

20  L’artel est à l’industrie ce que l’obshchina est à l’agriculture : institution séculaire, coopérative d’artisans ou usine de petite taille avec propriété collective des moyens de production.

21  Chernyshevskij (1858).

22  Vernadskij, Ivan Vasil’evich (1821-1884) – économiste libéral russe très influent, professeur aux universités de Kiev, Moscou et Pétersbourg. Vernadskij est connu pour ses écrits d’histoire de la pensée économique – une thèse sur la pensée économique italienne (1849) et un manuel sur la pensée économique occidentale (1858) –, ses travaux statistiques et ceux sur les tarifs douaniers. Ce qui est plus souvent ignoré, c’est qu’il cite Gossen très tôt (1858, p. 161-162) et que son Essai sur la théorie de la demande (1857) contient des éléments proto-marginalistes (en cours d’évaluation). Sa femme Marja Nikolaevna Vernadskaja, née Chagaeva, est considérée comme la première femme économiste russe.

23  Ainsi que de la revue L’économiste (1858-1865).

24  Gorlov, Ivan Jakovlevich (1814-1890) – professeur d’économie et de statistiques, proposant une économie mêlant Say et Roscher.

25  Babst, Ivan Kondrat’evich (1823-1881) – économiste, historien et statisticien. Professeur à l’université de Moscou, il traduit Roscher (1855) en 1860 et est considéré comme le premier et principal importateur en Russie de l’école historique allemande. Ce travail sera poursuivi par son élève, A. I. Chuprov (cf. infra).

26  Bunge, Nikolaj Khristianovich (1823-1895) – professeur à l’université de Kiev, ministre des finances russe (1881-1886), président du conseil des ministres (1887-1895). Bunge a mené des politiques publiques pour soutenir l’industrie nationale ainsi que de vastes réformes fiscales (suppression de la capitation). Dans ce qui suit, Tugan-Baranovskij fait allusion à quelques publications de Bunge (Bunge 1852, 1877, 1895).

27  Korsak, Aleksandr Kazimirovich (1832-1874) – géographe et historien.

28  Tugan-Baranovskij publie en 1898, soit peu avant le présent article, son livre La fabrique russe au xixe siècle. Ce travail surpasse et de loin tous les autres travaux sur le sujet, au point que ce livre sera réédité en Russie soviétique, tandis que ses autres ouvrages seront censurés.

29  Bervi, Vasilij Vasil’evich [Wilhelm Wilhelmovich], pseudonyme N. Flerovskij (1829-1918) – ses travaux (1869, 1871) ont exercé une grande influence sur le développement du mouvement populiste russe.

30  Zemstvo – assemblée locale et provinciale élue par la noblesse et les classes possédantes en Russie tsariste. Ces institutions, issues des réformes d’Alexandre II, ont établi une décentralisation du pouvoir, et ont joué un rôle important, quoique variable selon l’inclination progressiste de ses membres, dans l’éducation des populations, l’accès aux soins médicaux, l’installation de routes et le service postal périphérique. Les zemstvos sont responsables des premières et nombreuses études statistiques en Russie, sur la population, l’agriculture, l’industrie, etc. Sur la fascinante histoire des statisticiens de zemstvo, cf. Mespoulet (2001, Ch. 1-3). Sur le lien entre théorie économique et statistique dans le contexte agricole russe, cf. Stanziani (1998).

31  Orlov, Vasilij Ivanovich (1848-1885) – économiste et statisticien russe, éditeur de nombreuses publications du zemstvo de Moscou, spécialiste de l’agriculture russe (1879).

32  Janson, Julij Eduardovich (1835-1893) – économiste et statisticien russe, professeur à l’université de Saint-Pétersbourg, membre de l’Institut international de statistique, auteur d’ouvrages sur l’histoire et la théorie statistique, la théorie économique ainsi que l’agriculture.

33  Le manuel de statistique mentionné (Janson,1886) n’a, nous semble-t-il, jamais été traduit en allemand, mais l’édition russe contient une page de titre en allemand, comme cela se pratiquait couramment. L’Enquête statistique, quant à elle, a été publiée en 1877 et non en 1879 (Janson, 1877).

34  Voroncov, Vasilij Pavlovich, pseudonyme V. V. (1847-1918) – économiste et sociologue russe, meneur des narodniki (cf. note suivante).

35  Les narodniki, ou populistes russes, sont convaincus que le capitalisme n’est pas souhaitable en Russie, et démontrent, statistiques à l’appui, qu’il n’est pas en train de s’y développer. Selon eux, le capitalisme n’y est même pas possible. L’industrialisation prolétarise et paupérise le peuple, ce qui la prive d’un débouché intérieur. Enfin, la Russie ne dispose pas de débouchés extérieurs puisque, économiquement et techniquement en retard, elle ne peut pas rivaliser avec l’Occident. La théorie de la sous-consommation de Sismondi est amplement sollicitée dans ces débats, ce qui vaut aux narodniki le surnom péjoratif de « sismondistes » de la part de Lénine. Les narodniki, en sollicitant autant Chernyshevskij que Marx, montrent la voie royale, en évitant les tares du capitalisme, vers un stade suprême de développement économique, collectif, basé sur l’obshchina et l’artel.

36  Daniel’son, Nikolaj Francevich, pseudonyme Nikolaj–on (1844-1918) – économiste russe, second meneur des narodniki, traducteur du Capital de Marx. Daniel’son entretient une abondante correspondance avec Engels et Marx, qu’il cite dans ses écrits. La rapidité des traductions russes de Marx provient de l’envoi par Marx, puis par Engels, des différents feuillets au gré de leur disponibilité.

37  Isaev, Andrej Alekseevich (1851-1924) – économiste et statisticien russe, connu pour ses ouvrages sur la théorie et l’histoire du coopératisme (1881).

38  Posnikov, Aleksandr Sergeevich (1846-1921) – homme politique russe, professeur à l’université de Moscou, auteur d’ouvrages sur l’économie agricole (1875-77). Posnikov est un des éditeurs de la section économique de l’encyclopédie Brockhaus-Efron.

39  Juzhakov, Sergej Nikolaevich (1849-1910) – critique littéraire et économiste russe, auteur de travaux sur l’économie agricole (1906).

40  Kablukov, Nikolaj Alekseevich (1849-1919) – économiste et statisticien russe, collaborateur d’Orlov au zemstvo de Moscou, professeur à l’université de la même ville, spécialiste de l’économie agricole (1884, 1899).

41  Karyshev, Nikolaj Aleksandrovich (1855-1905) – économiste et statisticien russe, spécialiste du développement agricole.

42  Chuprov, Aleksander Ivanovich (1842-1908) – économiste et statisticien, professeur très populaire. Élève de Babst, il remplace ce dernier à la chaire d’économie de l’université de Moscou de 1874 à 1900. Il est le premier à y instaurer un enseignement séparé de l’histoire des doctrines économiques, qui aboutira à la publication d’un ouvrage (1892). Son Économie des chemins de fers (1875-78) est citée par Marx dans le livre deuxième du Capital. Son cours d’économie politique (1877), basé sur Marx, Smith et l’école historique allemande, est le manuel de référence jusqu’à la révolution. À ne pas confondre avec son fils, A. A. Chuprov (1874-1926), statisticien et économiste, professeur en Allemagne, ami de Bortkiewicz.

43  Khodskij, Leonid Vladimirovich (1854-1919) – économiste et statisticien russe, professeur à l’université de Pétersbourg, fondateur et rédacteur des revues Économie nationale et Notre vie, auteur d’un manuel (1884).

44  Ivanjukov, Ivan Ivanovich (1844-1912) – économiste russe, professeur à l’Institut polytechnique de Pétersbourg, partisan de l’école historique, auteur d’un manuel (1885).

45  Skvorcov, Aleksandr Ivanovich (1848-1914) – agronome russe, premier économiste à utiliser la théorie marxiste pour s’opposer aux narodniki (1890).

46  Ziber, Nikolaj Ivanovich (1844-1888) – professeur d’économie à l’université de Kiev. Grand spécialiste des théories économiques de Ricardo et de Marx (Ziber, 1885), introducteur et traducteur des Principes de Ricardo en Russie, son interprétation des classiques a eu une influence vivace en Russie.

47  Tugan-Baranovsky « oublie » de se citer dans cette liste.

48  Struve, Petr Berngardovich (1870-1944) – philosophe, politologue et économiste. Chef de file d’une intelligentsia particulière (avec Frank, Bulgakov, Berdiaev et Tugan-Baranovskij), enthousiaste envers le marxisme, puis critique et sceptique, avant de l’abandonner pour se tourner vers l’éthique pour Struve et Tugan-Baranovskij, et la philosophie religieuse pour Frank, Berdiaev et le père Bulgakov. Ces révisionnistes académiques étaient un peu moins suspects que les marxistes révolutionnaires auprès de la censure et de la police politique, d’où l’appellation trompeuse de marxistes-légaux.

49  Plekhanov, Georgij Valentinovich, pseudonyme N. Bel’tov, (1856-1918) – narodnik converti au marxisme, père fondateur du marxisme russe, théoricien et révolutionnaire établi en exil à Genève, fondateur avec Akselrod et Zassoulitch du groupe d’Émancipation du travail. Les œuvres de Plekhanov (1883, 1885) ont marqué le jeune Lénine.

50  Il’in est un pseudonyme que Vladimir Ilich Uljanov (1870-1924) utilise avant la révolution. Il sera plus connu par la suite sous son autre pseudonyme : Lénine.

51  Bulgakov, Sergej Nikolaevich (1871-1944) – théologien russe. Né d’une lignée de prêtres orthodoxes, le jeune séminariste Bulgakov s’intéresse à l’économie par le biais du marxisme, qu’il enseigne à l’université de Kiev et à Moscou. Il publie un essai sur le fonctionnement du capitalisme (1896) puis entre dans le révisionnisme (marxisme-légal) avec un recueil d’articles où il introduit des considérations historiques et religieuses (1903). Il écrit plusieurs articles sur les liens entre la philosophie, la religion et l’économie. Il publie une thèse sur la philosophie de l’économie (1912) et un manuel d’histoire de la pensée économique occidentale (1913) qui, d’Aristote à Thünen, en passant List et Bastiat, constitue une des rares histoires de la pensée économique jamais écrite par un homme qui, dès les années vingt et jusqu’à sa mort, ne se consacrera plus qu’à la religion à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge à Paris.

52  Janzhul, Ivan Ivanovich (1845-1914) – économiste et académicien très respecté y compris en dehors des cercles académiques, professeur à l’université de Moscou, représentant typique de la jeune école historique allemande. Ses travaux couvrent une large palette de sujets, de la politique commerciale, du rôle de l’État dans l’économie, du développement industriel, des finances publiques à la protection des travailleurs.

53  Kaufman, Ilarion Ignat’evich (1848-1916) – professeur à Pétersbourg, spécialiste russe de l’histoire et de la théorie financière ; voir notamment Kaufman (1873, 1909). Souvent confondu avec Aleksandr Arkad’evich Kaufman (1864-1919), économiste et proche de Tugan-Baranovskij.

54  Georgievskij, Pavel Ivanovich (1857-1938) – économiste et statisticien russe, professeur à l’université de Pétersbourg, directeur du comité statistique central du ministère des affaires intérieures, auteur d’ouvrages sur l’économie des transports, et d’un manuel d’économie (1890).

55  Pikhno, Dmitrij Ivanovich (1853-1913) – économiste, professeur à l’université de Kiev, a travaillé sur les problématiques du développement du marché, de la circulation monétaire et de la politique financière. Son ouvrage La loi de l’offre et de la demande (1886) fait de lui le chef de file de l’école dite de Kiev.

56  Slonimskij, Ljudvig Zinov’evich (1850-1918) – publiciste à l’influente revue Messager de l’Europe, où il tient des chroniques juridiques et économiques. En plus de ses nombreux articles en faveur de l’obshchina et sur Karl Marx, on lui doit une brève présentation des œuvres de Thünen et Cournot (1878).

57  Si la théorie des crises est absente des références données par Tugan-Baranovskij, tout comme l’ouvrage pour lequel ce dernier est le plus connu en Occident (Tugan-Baranovskij, 1894), c’est parce que cette dernière ne concerne que les pays industrialisés comme l’Angleterre et pas encore (ou qu’à titre prophétique) la Russie.

58  Voroncov (cf. supra).

59  Plekhanov (cf. supra).

60  Lénine (cf. supra).

2  Tugan-Baranovskij, Mikhail Ivanovich (1865-1919) – né dans un village ukrainien près de Kharkov, dans une famille d’origine ukrainienne et tatare. Après des études scientifiques et économiques à l’université de Kharkov en 1889, il obtient sa maîtrise de l’université de Moscou avec son étude sur les Crises industrielles en Angleterre (1894) et le titre de docteur avec La fabrique russe au xixe siècle. (1898). Professeur ou privat-docent dans divers établissements de Saint-Pétersbourg, au gré de la censure, Tugan-Baranovskij ne s’est pas encore éloigné du marxisme au moment où il écrit cet article pour le Brockhaus-Efron. Il s’écartera cependant vite de l’orthodoxie pour se ranger au côté des révisionnistes, ou marxistes-légaux dans sa variante russe. Son article de 1899, intitulé « La principale erreur dans la théorie abstraite du capitalisme de Marx », peut être considéré comme le premier chapitre de sa déclaration d’indépendance d’avec le marxisme orthodoxe. Ses centres d’intérêts sont nombreux et variés : du marxisme au coopératisme, de l’histoire industrielle aux questions monétaires, de l’éthique aux questions méthodologiques. Ses diverses contributions à la théorie économique évoluent au gré des grands débats de son temps, et font parfois perdre à son œuvre sa cohérence. Il rejoint l’Ukraine en 1917 où il devient ministre des Finances et académicien. Il meurt d’une crise cardiaque en 1919 près d’Odessa, sur la route du Congrès pour la Paix à Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mikhail Ivanovich Tugan-Baranovskij, « Science économique (1899) », Œconomia, 1-1 | 2011, 105-121.

Référence électronique

Mikhail Ivanovich Tugan-Baranovskij, « Science économique (1899) », Œconomia [En ligne], 1-1 | 2011, mis en ligne le 17 août 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1893 ; DOI : 10.4000/oeconomia.1893

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org