Navigation – Plan du site
Revue des livres
Comptes rendus

Amartya Sen, The Idea of Justice

Sophie Pellé
p. 143-145
Référence(s) :

Amartya Sen, The Idea of Justice, London: Allen Lane & Penguin Books, 2009, 496 pages, ISBN 978-067406047-0. Traduction française de Paul Chemla avec la collaboration d’Éloi Laurent, L’idée de Justice, Paris : Flammarion, 2009, 558 pages, ISBN 978-067406047-0

Texte intégral

Amartya Sen The Idea of JusticeAfficher l’image
Crédits : Penguins Books

1Le dernier ouvrage d’Amartya Sen, L’idée de Justice, se présente comme l’aboutissement d’une réflexion menée par l’économiste philosophe depuis plus de trente ans autour des questions de justice. Sen s’y oppose à l’« institutionnalisme transcendantal » des théories comme celle de John Rawls, dans la tradition de Hobbes, Locke, Rousseau ou Kant, dont l’objectif est de fournir un ensemble unique de principes abstraits et rationnels décrivant le juste arrangement institutionnel d’une société. Sen se revendique, au contraire, d’une tradition à laquelle appartiennent Adam Smith, John Stuart Mill ou Mary Wollstonecraft, davantage inspirée par le souhait d’éradiquer certaines dominations particulièrement injustes, comme l’esclavage ou les dominations de genre, que par celui de déterminer un idéal abstrait auquel la réalité devrait se conformer.

2Avant tout soucieux de proposer une théorie dont la portée puisse être pratique, Sen refuse d’élaborer un modèle abstrait dont découlerait le réel mais bâtit, à partir de la notion de capabilité, un cadre plus large destiné à qualifier et à combattre les injustices concrètes. L’institutionnalisme transcendantal doit s’effacer devant les « comparaisons centrées sur les réalisations » : Sen défend le monde des réalisations effectives – qu’il rapproche de la perspective nyaya de la jurisprudence indienne – plutôt que celui des « règles appropriées et des comportements corrects » – ou niti.

3Sen propose donc une « idée » de la justice – et non une théorie – qui repose sur une conception de la raison opposée à celle qu’adopte traditionnellement la philosophie politique et l’économie. D’une part, il affirme que l’exigence d’impartialité qui traverse toutes les théories de la justice peut être davantage satisfaite par le débat public raisonné que par un processus abstrait de détermination des principes de justice. D’autre part, si la solution des questions de justice passe par le débat public alors ce dernier doit pouvoir permettre à des voix opposées de se faire entendre, même lorsque cela implique la « persistance simultanée de principes concurrents et polyphoniques » (p. 73). Les conflits de valeurs sont nécessaires au sein d’une société, car ils la protègent de l’absolutisme.

4Trente ans après la publication d’ « Equality of What ? » (Sen, 1980), Sen renvoie, une nouvelle fois, la plupart des théories de la justice dos à dos, en dénonçant les faiblesses des fictions abstraites et les limites des théories entièrement déterminées, quand les diverses dimensions de l’injustice plaident au contraire en faveur d’une approche pluraliste et ouverte. Cette conception de la justice représente une forme de réponse aux nombreuses critiques formulées à l’encontre de l’approche par les capabilités, souvent qualifiée de système inachevé et non directement opérationnel en tant que théorie de la justice (Nussbaum, 1988 ; Qizilbash, 1996). Sen a constamment défendu, au sein de la théorie du choix social et dans ses écrits de philosophie politique, l’idée que les théories de l’organisation sociale pouvaient rester en partie indéfinies, les préférences individuelles et sociales pouvant par exemple être incomplètes et fournir cependant des choix sociaux rationnels.

5Cependant, c’est seulement dans L’idée de Justice que Sen justifie explicitement le fait de n’avoir jamais proposé de principe de répartition fondé sur la notion de capabilité (tel que l’égalisation des ensembles-capabilités individuels, par exemple). Et s’il se refuse à formuler un principe de justice unique imposant l’égalité des capabilités, c’est parce qu’il n’existe aucune solution consensuelle aux problèmes soulevés par les questions de justice, mais, au contraire, une pluralité de réponses, dont témoignent le nombre et la diversité des théories en la matière.

6L’ouvrage est constitué de quatre parties. Il reprend nombre des résultats mis en évidence par Sen au cours de ses recherches précédentes et s’appuie sur un foisonnement d’exemples et de références, empruntés aux Lumières européennes mais aussi aux textes sacrés indiens et à l’histoire de l’Islam et de la chrétienté. Dans la première partie de son ouvrage, Sen revient sur les fondements philosophiques essentiels de sa démarche ainsi que sur la critique de la théorie rawlsienne de la justice, élaborée depuis le début des années 1980. Cette critique souligne notamment l’attachement rawlsien pour les moyens de la liberté, au détriment de la liberté elle-même, ainsi que le manque de réalisme de sa conception des individus raisonnables. De plus, Sen conteste l’abstraction de la procédure rawlsienne, qui, parce qu’elle tend à l’universalité, s’éloigne d’une appréhension adéquate du pluralisme. Bien que convaincu, lui aussi, des vertus de la raison, de l’impartialité et de l’objectivité dans l’élaboration d’une perspective sur la justice, Sen attaque l’impartialité « fermée » de la théorie de Rawls. Celle-ci reste propre à une culture donnée, sans intérêt aucun pour des systèmes de valeurs radicalement différents. Sen oppose à cette approche transcendantale, la perspective comparative de la théorie du choix social, qui, en plus de ses vertus de rigueur et de mise en forme logique du raisonnement, permet des classements incomplets et une certaine « ouverture ».

7La deuxième partie de l’ouvrage revient sur les différents aspects de la réflexion de Sen autour de la raison et de la rationalité du jugement individuel. Tout d’abord, l’auteur reprend l’idée d’objectivité positionnelle, qui permet d’expliquer les « illusions » objectives des individus, lorsqu’ils ne possèdent pas toute l’information nécessaire à l’interprétation adéquate d’une situation. Ensuite, contre l’étroitesse de l’hypothèse de rationalité purement maximisatrice, Sen souligne le rôle de l’empathie, de l’engagement et des motivations morales dans les actions humaines, qu’il décrit à travers la notion d’agence. La rationalité collective, c'est-à-dire la coopération sociale, ne s’explique plus alors par les seuls profits mutuels qu’elle engendre, comme dans le cas des théories contractualistes, mais par la responsabilité de chacun face aux « asymétries de pouvoir », qui pousse les individus à combattre les inégalités. Avec ce cadre, Sen tente d’offrir un compromis entre deux traditions de pensées rivales : les approches conséquentialistes de la morale et les perspectives déontologiques.

8La troisième partie de l’ouvrage reprend les différents concepts clés de l’approche par les capabilités. Sen rappelle les grandes lignes de l’argumentaire en faveur de l’espace des capabilités en matière de justice et d’évaluation du bien-être, contre l’espace des utilités du welfarisme et de l’économie du bonheur et contre celui des biens premiers rawlsiens. Au-delà de ses célèbres analyses autour de la notion de liberté ou de capabilités, Sen explore alors de nouvelles applications de son approche liées, par exemple, à l’enjeu intergénérationnel posé par la nécessité d’un développement économique durable.

9Enfin, la dernière partie de l’ouvrage approfondit la réflexion déjà menée par Sen dans son ouvrage précédent, Development as Freedom (Sen, 1999) autour de la nécessité et des vertus de la démocratie. Sen y dénonce la prétention de l’Europe et des États-Unis à se considérer comme les uniques modèles de démocraties, au motif que leurs citoyens jouissent d’un droit de vote qui fait défaut à de nombreux autres pays. Selon Sen, une démocratie ne se définit pas seulement par le droit au vote mais aussi par la qualité de la discussion publique qu’elle abrite. L’Occident ferait preuve d’un ethnocentrisme dangereux à ne vouloir considérer que ses propres formes de démocratie, en ignorant les longues traditions de débat public et de participations politiques qui existent par exemple en Inde ou en Iran. Plus généralement, Sen cherche à déconstruire toute vision manichéenne du monde en rappelant le bon jugement dont a fait preuve le monde oriental (sous l’empire d’Akbar, par exemple) lorsque l’Occident était en plein aveuglement inquisiteur, ou la longue tradition, en Inde, de femmes occupant des postes de dirigeants politiques.

10La fin de l’ouvrage est un plaidoyer pour une réflexion mondiale autour de la justice, qui puisse, contre ce qu’écrivait Bentham deux siècles auparavant, réaffirmer la prééminence des droits de l’homme, au travers d’une réflexion pluraliste, nourrie par le débat public international et par l’initiative d’acteurs divers comme les Nations Unies, les ONG et les multiples formes d’activisme.

Haut de page

Bibliographie

Sen, Amartya. 1980. Equality of What?, in S. McMurrin, ed., Tanner Lectures on Human Values, Volume 1, 195-220. Cambridge: Cambridge University Press.

Qizilbash, Mozaffar. 1996. Ethical Development, World Development, 24(7): 1209-1221

Nussbaum, Martha C. 1988. Nature, Function, and Capability: Aristotle on Political Distribution, Oxford Studies in Ancient Philosophy, vol.1 suppl., 145-184.

Sen, Amartya. 1999. Development as Freedom. Oxford: Oxford University Press, trad. de Michel Bessières, Un nouveau modèle économique. Paris: Odile Jacob, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Pellé, « Amartya Sen, The Idea of Justice », Œconomia, 1-1 | 2011, 143-145.

Référence électronique

Sophie Pellé, « Amartya Sen, The Idea of Justice », Œconomia [En ligne], 1-1 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 28 mai 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1881

Haut de page

Auteur

Sophie Pellé

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

sophie.pelle@caramail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org