Navigation – Plan du site
Revue des livres
Essais Critiques

La violence politique est-elle soluble dans l’économie ?

Bruno Deffains et Samuel Ferey
p. 128-138
Référence(s) :

Acemoglu, Daron et John A. Robinson, Economic Origins of Dictatorship and Democracy, Cambridge: Cambridge University Press, 2009 (1ère ed., 2006).

North Douglass C., Wallis John J. et Weingast Barry R., Violence and Social Orders: A Conceptual Framework for Interpreting Recorded Human History, Cambridge: Cambridge University Press, 2010.

Texte intégral

1Economic Origins of Dictatorship and Democracy d’Acemoglu et Robinson (2009) et Violence and Social Orders, de North, Weingast et Wallis (2010) reprennent une ambition ancienne des sciences politiques depuis Aristote, Platon ou Montesquieu : proposer une explication des transitions politiques. Il s'agit, dans les deux ouvrages, de répondre à quelques questions simples, mais persistantes, de l'économie politique : pourquoi certains pays basculent – plus ou moins rapidement d'ailleurs – dans la démocratie quand d'autres font le chemin inverse? La transition vers la démocratie est-elle réversible et si oui sous quelles conditions? Pourquoi l'instauration de la démocratie ne se traduit jamais par la redistribution complète de la richesse vers les classes les plus nombreuses, c'est-à-dire les plus pauvres? Ou, en termes plus northiens, pourquoi certains pays passent de systèmes fermés (closed access orders) où une élite restreinte monopolise le pouvoir politique et économique à des systèmes ouverts où les droits politiques et économiques sont universalisés et impersonnels (open access orders)? Autant de questions auxquelles entendent répondre ces deux ouvrages.

2Faire une critique conjointe des deux ouvrages est d'autant plus intéressant qu'ils sont à la fois proches et éloignés. Ils sont proches par leur objet d'étude, leurs préoccupations, leur champ disciplinaire – la New Political Economy –, proches également car la construction analytique de Origins doit beaucoup aux travaux de North et Weingast sur la crédibilité et que, parallèlement, celle de Violence doit énormément au modèle proposé par Acemoglu et Robinson. Mais ils sont également suffisamment éloignés, en termes de concepts et de méthodes pour que la comparaison soit informative. Et c'est dans cette distance relative que se joue une bonne partie de l'intérêt de la critique.

3A la lecture des deux ouvrages, se dégage le même sentiment d'un double renoncement : renoncement au scientisme d'abord par un usage modéré de travaux économétriques et un souci affirmé de théorisation au-delà de la simple recherche de corrélations entre variables économiques et variables politiques ; renoncement à l'historicisme, ensuite, celui-là même qui, sous l'influence de Fukuyama notamment, avait marqué l'économie politique depuis le début des années 1990 et considérait que le développement vers la démocratie libérale était non seulement une nécessité mais une fin de l'histoire (Fukuyama, 1992).

4Incontestablement, ce positionnement fait d'humilité, d'absence d'unilatéralisme ou d'optimisme mal placé, ne tient pas simplement aux idéaux des auteurs mais est la conséquence des dispositifs analytiques proposés. En effet, les deux ouvrages mettent au cœur de leur analyse des transitions politiques un élément souvent oublié en économie, la violence : violence des élites sur les masses (inégalités, corporations, répression), violence des masses sur les élites (révolution, révoltes), violence au sein même des élites (coalition, coup d’État). Or, une partie de cette violence politique dépend des statuts, des rentes et des conditions sous lesquelles s’organise la redistribution de la richesse entre membres de la collectivité. Le politique ne doit donc pas être pensé en économie comme un simple ensemble de règles du jeu qui encadrent la prise de décision pour et par une collectivité mais comme un lieu social où la violence a toute sa place, ne serait-ce que parce que celle-ci constitue l'option de sortie ultime des citoyens contre le pouvoir.

Règles politiques et redistribution en démocratie

5Pour analyser les transitions politiques, et la consolidation démocratique, l'analyse d'Acemoglu et Robison (ci-après AR) repose sur une définition simple de la démocratie, celle héritée de Schumpeter à savoir « un système institutionnel de décision politique dans lequel les individus acquièrent le pouvoir de décider par le moyen d'une compétition pour le vote du peuple » (AR, 48). Les régimes politiques sont classés comme plus ou moins démocratiques selon la place qu'ils accordent au suffrage universel. Les régimes non démocratiques au sens d'AR sont des régimes politiques où le pouvoir est entre les mains d'une « élite » à savoir une partie très restreinte du corps politique. Armés de cette définition, les auteurs insistent sur plusieurs faits empiriques mis en évidence par les recherches appliquées que tout modèle de transition se doit d'expliquer (chapitres 1 à 3). D'abord, on ne remarque pas de causalité claire entre croissance économique et démocratie ; ensuite, on doit prendre au sérieux le caractère graduel des processus de démocratisation à travers l'histoire à savoir que la démocratisation est souvent lente, faite de l’extension progressive du suffrage et non un processus toujours et partout radical ; enfin, le processus de démocratisation est réversible et, à ce titre, le modèle économique doit être capable d’expliquer aussi bien la transition vers la démocratie que la transition vers la non-démocratie. L'ensemble de l’ouvrage est construit dans cette perspective autour d'un modèle unique, initialement simple puis rendu de plus en plus complexe à mesure que sont introduites des questions et des acteurs nouveaux.

6Le modèle de base (chapitres 4 et 5) étudie les politiques de redistribution dans un cadre politique démocratique et dans un cadre non démocratique. Dans les deux cas, n agents i se divisent de manière inégale la richesse globale, chacun ayant un revenu yi. On peut classer les individus du plus riche au plus pauvre et distinguer ainsi deux groupes d'acteurs: les élites et les masses. Les élites sont définies comme le groupe minoritaire ayant les revenus yi les plus élevés et les masses comme l'ensemble des agents ayant les revenus yi les plus faibles. Dans ce qui suit, élite est synonyme de la classe la plus riche (notée r) et masse de celle la plus pauvre (notée p).

  • 1 Ce modèle de vote pour étudier les inégalités, issu des travaux de Meltzer et Richards, est notamme (...)
  • 2 Plus précisément, C(.) est une fonction qui associe à tout taux de taxation variant entre 0 et 1, l (...)

7Sous un régime démocratique, le corps politique doit décider du degré de redistribution. Ceci est modélisé par AR comme un choix de politique fiscale et plus précisément encore celui d'un taux de taxation uniforme, τ 1. Les recettes fiscales ainsi générées sont alors redistribuées mais en prenant en compte le fait qu'elles introduisent des distorsions fiscales (le coût de la redistribution C(τ)) – avec C convexe2 – qui réduit le revenu global de sorte que l'État ne dispose plus que de T = τ. yi – C(τ) à redistribuer). La redistribution s'effectue de la manière suivante: chacun reçoit la somme forfaitaire (T/n). Comme tous les citoyens reçoivent la même chose mais que chacun paye la taxe en proportion de son revenu (τyi), il est évident que les plus riches perdent à la redistribution (car τyi > T/n) tandis que les plus pauvres y gagnent.

8Sur la base de ce modèle simplifié de redistribution, AR articulent économie et système politique. En effet, sous un régime démocratique, la décision politique dépend du vote des citoyens et ce vote lui-même dépend des anticipations qu'a chaque citoyen des conséquences de la redistribution sur son utilité (ici assimilée à son revenu). En appliquant le théorème de l'électeur médian, on déduit que le taux de taxation décidé par voie majoritaire sera celui préféré par l'électeur médian. Or, ce taux est positif dès lors que le revenu médian ym est inférieur au revenu moyen yM – ce qui semble assez réaliste étant données les distributions de revenus empiriquement constatées la plupart du temps. En effet, ym/yM = 1 – C'(τm).

9Si le revenu médian est proche du revenu moyen, alors le taux de taxation sera faible. Si le revenu médian est éloigné du revenu moyen, τ peut être élevé : peu importe les pertes induites par la taxation, l'électeur médian est toujours dans une meilleure situation. Ainsi, plus les inégalités sont fortes, plus la taxation sera importante.

Institutions, révolutions, répressions

10À cette analyse des régimes démocratiques répond une analyse des systèmes non démocratiques. Dans ce cas, seule une partie du corps politique – l'élite – décide de la politique menée et du degré de redistribution. Les préférences du reste de la population ne sont pas prises en compte. Cela étant, il n'est pas sûr que les élites puissent implémenter le taux qu'elles préfèrent (τ*r). Elles doivent en effet tenir compte de la contrainte de révolution, à savoir le risque, si ce taux τ* est trop faible, que les agents pauvres se révoltent et modifient le régime politique. Au niveau analytique, la révolution a trois caractéristiques. D'abord, elle génère des pertes globales pour la société (μ) car les troubles politiques détruisent une partie de la richesse existante. Ensuite, une fois réalisée, elle induit une nouvelle redistribution entre les citoyens étant donné le nouveau régime politique mis en place. Enfin, elle dépend de la résolution, par les révolutionnaires, du paradoxe de l'action collective. Cette contrainte n'est donc pas absolue car les masses doivent faire un arbitrage entre ce qu'elles perdent du fait de la révolution et ce qu'elles gagnent du fait de la redistribution future. Ce n'est que si leur utilité à faire la révolution est plus forte que leur utilité à ne pas la faire (Up (R) > Up (NR)) que la menace de révolution est crédible. On est donc en présence d'une interaction stratégique que AR résolvent par backward-induction. Dans ce cadre, on peut montrer que le choix optimal des élites est un taux de taxation positif de manière à ne pas violer la contrainte de participation des masses, la contrainte de révolution.

11Reste un point crucial qui porte sur les possibilités pour un régime non démocratique de s'engager de manière crédible sur le niveau de la redistribution. En effet, la menace de révolution n'est pas nécessairement permanente et le pouvoir peut sans cesse être tenté de céder sur le moment pour mieux revenir sur sa promesse dans le futur, stratégie dont sont évidemment conscients des révolutionnaires rationnels... Dès lors, les modifications institutionnelles sont des moyens pour éviter la révolution et ainsi assurer le respect des engagements politiques. Dans le cadre du modèle, la modification institutionnelle principale consiste à élargir le corps électoral, notamment des parties les plus riches des masses. Ainsi, l'ensemble des masses a l'assurance que la redistribution future sera plus proche de son taux préféré. C'est là l'explication du processus de démocratisation, processus qui peut être graduel.

12Ces deux modèles complémentaires – democratic politics, non-democratic politics – ouvrent ainsi la voie à de nombreuses extensions tout au long de l'ouvrage: processus de démocratisation (chapitre 6), théorie des coups d'État (chapitre 7), rôle des classes moyennes (chapitre 8), influence de la structure de l'économie intérieure (chapitre 9) ou encore importance de l'ouverture internationale (chapitre 10). Il est d’abord aisé de construire une théorie des coups d’État, symétrique à la théorie de la révolution. Les élites disposent en effet d’une possibilité de coup d'État lorsque la démocratie est trop coûteuse pour elles. La menace de coup d’État joue donc le même rôle de modération de toute volonté trop affirmée du corps électoral que jouait la menace de révolution sur toute domination trop affirmée des élites. Ces différents types de menaces sont ensuite articulés avec de nombreux paramètres. Ainsi, pour ne donner que quelques exemples illustrant le riche contenu analytique du modèle, on peut aisément voir que la structure de la richesse des élites peut avoir une importance dans le processus de démocratisation. En effet, une richesse possédée sous une forme essentiellement foncière ne pourra pas échapper à la fiscalité mise en place en démocratie et augmente donc le coût de la démocratie pour les élites et par voie de conséquence le gain du coup d'État. Inversement, si le capital est plus liquide et que les marchés des capitaux sont développés, il sera possible aux membres de l'élite d'échapper à la fiscalité, le coût de la démocratie est moindre et, ainsi, le coup d'État moins attractif. AR retrouvent en réalité, sans le dire, des arguments et des intuitions déjà présentes dans les sciences politiques classiques comme chez Montesquieu par exemple.

13Il est en définitive possible de tirer quelques enseignements généraux sur la portée de l'ouvrage. Analytiquement d'abord, tout l'intérêt de l'ouvrage est de penser dans un même cadre le pouvoir de droit (de jure power) et le pouvoir de fait (de facto power) des différentes classes sociales. Ceci a de nombreuses conséquences, celle notamment de saisir deux aspects peu expliqués de la démocratisation : son caractère le plus souvent graduel d'une part et son caractère réversible d’autre part. Ceci permet également à AR de distinguer des idéaux-types. Par exemple, la Grande-Bretagne illustre le cas d'une société progressivement démocratisée et qui a achevé sa transition démocratique sans possibilité de revenir vers des régimes autoritaires. A l'inverse, les pays d'Amérique latine présentent de nombreux cas de transitions multiples (démocratie vers dictature et dictature vers démocratie) là où Singapour apparaît comme un régime politique concentré par une élite restreinte mais qui redistribue suffisamment pour éviter le risque de révolution et de démocratisation.

La violence dans les ordres politiques et économiques

  • 3 Cela ne saurait surprendre car le mouvement des analytical narratives a beaucoup exploré les domain (...)

14Au point de départ théorique et modélisé d’AR, North, Wallis et Weingast (ci-après NWW) répondent par un ancrage empirique et historique qui induit ensuite une modélisation, ou plus exactement un modèle à la manière des analytic narratives3. Le modèle proposé, essentiellement narratif, ne possède pas les aspects techniques de la contribution d’AR. Il n’en reste pas moins que l’on est aussi en présence d’un cadre analytique général pour analyser les transitions politiques appelées plus généralement par les auteurs « changement institutionnel ». Pour cela, NWW construisent deux concepts qui servent de pivot à l’explication, les ordres ouverts et les ordres fermés. Chacun de ces concepts désigne les solutions institutionnelles mises en place dans les sociétés historiques pour limiter le risque de violence.

15Les ordres fermés sont des ordres institutionnels et politiques caractérisés par trois éléments. D'abord, le problème de la violence est résolu par l'attribution du pouvoir à une élite restreinte qui possède des privilèges. Cette coalition n'est stable que parce que chacun de ses membres a intérêt à coopérer dans la mesure où elle crée, par le biais de privilèges et de contrôles sur l'accès aux ressources et aux charges, des rentes privées appropriées par ses membres. Ainsi, la forte inégalité dans la distribution de la richesse n'est que le miroir d'un pouvoir politique approprié par une minorité. Ensuite, et c'est une conséquence du point précédent, la menace de sortie de la coalition au pouvoir par l'un des membres des élites est réelle dans la mesure même où aucun agent unique – un Etat par exemple – ne détient le monopole de la violence. Au contraire, contenir la violence consiste précisément à éviter que l'un des membres de l'élite ne puisse y avoir recours. Les rentes jouent comme des incitations crédibles pour limiter toute tentation de sortie de la coalition et donc tout retour de la violence. Enfin, les rapports entre les membres de la coalition au pouvoir sont des rapports personnels. Il peut s'agir de clientélisme, de liens familiaux, de relations d'ordre. Cela signifie que les rentes appropriées par les élites dépendent des liens personnels entre leurs bénéficiaires d'une part et les autres membres de la coalition d'autre part.

16A l'inverse les ordres ouverts (open access orders) sont définis comme des ordres institutionnels où non seulement le pouvoir politique n'est plus détenu par une seule élite restreinte mais surtout où les rapports sociaux et économiques sont impersonnels. Dans ce cadre, c'est un agent unique, l'Etat, qui assure le monopole de la violence et qui contraint les tendances centrifuges qui menacent la stabilité politique. La position des élites est donc très différente ici. Comme elles ne peuvent plus menacer la stabilité de l'Etat par l'usage de la violence, pouvoir qu'elles détiennent dans les ordres fermés, il leur est plus difficile d'obtenir des rentes et des privilèges. A moins justement que ces privilèges ne soient plus liés à leur personne mais à des éléments impersonnels. Ainsi, les rentes sont plus limitées dans les ordres ouverts, précisément car chacun peut y prétendre.

17Plusieurs conséquences se dégagent de cette définition. Il est tout à fait naturel que, dans les ordres ouverts, la taille de l'Etat soit plus importante que dans les ordres fermés puisque celui-là a en charge l'organisation de la violence – police, armées – qui étaient, dans les ordres fermés, aux mains d'agents privés. Ensuite, le niveau des rentes a tendance à être réduit car la concurrence discipline leur création et leur distribution. Dans chacun des cas, NWW illustrent leur propos par l'analyse plus précise d'idéaux-types des ordres qu'ils ont définis. Ainsi, la France d'Ancien Régime a longtemps été un ordre fermé, fait de privilèges, de rentes – les charges d'Ancien régime – soutenus par un pouvoir de fait de la noblesse qui disposait de ressources et de possibilités de lutter, par la violence, contre le pouvoir d'Etat. Et ce n'est que progressivement que l'Etat central parvint à s'imposer et à limiter ce pouvoir.

Les transitions institutionnelles

18Dès lors, la compréhension des processus de changement institutionnel porte sur les modalités par lesquels les ordres fermés évoluent en ordres ouverts. Dans ce cadre, NWW considèrent que ce changement se fait en deux étapes (doorstep conditions et transition conditions). La première étape du changement institutionnel génère les conditions favorables – mais sans nécessité stricte –d’une modification institutionnelle (doorstep conditions). Cette étape est le fruit d'évolutions complexes entre pouvoir de fait des élites, naissance d'un Etat central, impersonnalisation des relations politiques. On peut cependant le résumer en disant que, lorsque l'élite se voit dépossédée de ses capacités d'utiliser la violence à son profit, elle risque de voir également ses prérogatives et privilèges menacés. Cette menace est d'autant plus forte que ses rentes sont fondées sur des relations personnelles très sensibles au contexte socio-politique. Une stratégie rationnelle est de chercher à rendre ces privilèges plus impersonnels: un processus de légalisation et d'impersonnalisation des rentes, où les privilèges deviennent des droits et non plus des faveurs, peut se mettre en place. Ce phénomène de légalisation permet de lutter contre l'incohérence temporelle du pouvoir souverain et de s'assurer contre toute tentation de remise en cause des privilèges acquis – rentes, charges etc. Et cette incohérence temporelle est d'autant plus forte que le souverain acquiert du pouvoir au détriment des autres membres de la coalition.

19Ainsi, NWW nous incitent à penser de manière unifiée des éléments qui paraissent souvent sans rapport. La mise en place d'un état de droit, le contrôle de l'appareil militaire sont des éléments de transition entre ordres fermés et ouverts qui ont chacun des conséquences sur la distribution des revenus et des rentes. Pour NWW cependant, ces victoires des membres de la coalition peuvent parfois être des victoires à la Pyrrhus. En effet, elles sont rationnelles localement mais placent la société politique sur un sentier de dépendance qui peut déboucher sur la transition proprement dite.

20La seconde étape du changement est alors l'universalisation progressive de ces droits. En effet, dénués de toute personnalisation, privilèges et rentes peuvent être revendiqués par un nombre de plus en plus important de membres de la communauté politique qui dépassent les frontières des élites. On voit ici que le processus d'inclusion démocratique de catégories de plus en plus vaste de citoyens se trouve être à la fois la conséquence des stratégies d'appropriation économique des élites et en même temps, le facteur le plus efficace de leur disparition. Ainsi, les premières réformes du suffrage en Angleterre tout au long du XIXe siècle sont considérées par les auteurs comme le résultat de conflits entre les différentes composantes de l'élite et non comme le résultat des combats politiques des exclus du suffrage. Ce processus de démocratisation et d'extension des droits n'est pas considéré par NWW comme obéissant à un seul facteur causal. Ils considèrent notamment que l'évolution des croyances peut jouer un rôle fort de soutien à ces évoluions.

21Le modèle proposé par NWW constitue, dans une certaine mesure, l'aboutissement des travaux menés par North et Weingast depuis les années 1980. D'abord, au niveau de la méthode et du mode d'exposition choisis, la construction d'un modèle narratif peut se comprendre dans la continuité du mouvement des analytic narratives auquel Weingast a largement contribué (Levi, Weingast, 1998; Elster, 2000 ; Mongin, 2008) à savoir la construction – ou la relecture – de récits historiques sur le fondement d'un modèle économique plus ou moins formalisé. Ensuite, beaucoup des blocs analytiques qui constituent le modèle sont à lire dans la continuité des travaux de North et Weingast. La distinction personnel/impersonnel est notamment proposée dès les années 1980 par North pour construire son analyse économique de l'Etat en termes de coûts de transaction. Il distinguait, dès cette époque, les échanges personnels effectués dans de petites communautés où le contrôle social est suffisant pour limiter les coûts de transaction, notamment les coûts de contrôle; les échanges impersonnels sans existence d'une tierce partie mais régulés par des normes partagées; et les échanges impersonnels avec l'existence d'une tierce partie étatique qui assure le respect de la parole donnée. Force est cependant de constater que le modèle proposé ici est beaucoup plus abouti en ce que cette distinction joue un rôle fort. De même, l'importance accordée aux rapports entre droit et Etat, le premier permettant de limiter le pouvoir du second dans le temps et donc d'assurer le respect intertemporel des engagements, rappelle évidemment l'article célèbre de North et Weingast sur la glorieuse révolution anglaise (North et Weingast, 1989). Mais loin de partager l'unilatéralisme de ce premier travail, toute l'ambiguïté du droit comme limitation de la souveraineté politique réside dans le fait qu’il permet, aussi, de maintenir intacte des rentes inefficaces contre toute modification politique. Enfin, le caractère ouvert des évolutions sans supposer aucune téléologie, est à comprendre dans la continuité des travaux de North sur les dépendances de sentier qui peuvent enfermer un pays dans une dynamique propre, non nécessairement efficace.

La violence politique est-elle soluble dans l'économie?

22Les deux ouvrages redonnent leurs lettres de noblesse à la théorie en économie politique que les années récentes avaient, dans une certaine mesure, mise de côté au profit d'analyses quantitatives. Évidemment, on sent bien que, pour NWW, l'enjeu est essentiellement historique, dans un débat implicite avec le marxisme (xi) et sa théorie de l'Histoire tandis que chez AR, l'enjeu est plus politique dans un débat avec les sciences politiques américaines sur les conditions de la démocratisation. Mais, dans les deux cas, l'opposition à toute téléologie est totale et l'accent mis sur les sentiers de développement institutionnels et/ou la réversibilité des transitions institutionnelles.

23A bien des égards, les deux ouvrages paraissent très largement complémentaires. Analytiquement, ils proposent chacun un mode de théorisation particulier, classique et unifié chez AR autour d’un modèle unique rendu de plus en plus complexe; narratif chez NWW où le récit historique et politique dialogue avec le récit modélisé. Empiriquement aussi, tandis que l’ouvrage de AR est essentiellement tourné vers des applications récentes, marquées d’ailleurs par un faible intérêt pour l’Europe dont témoigne de manière significative la couverture originale du livre, NWW s’intéressent davantage aux exemples historiques anciens et donnent une place de choix aux expériences européennes du XVIIIe et XIXe siècles. Dans les deux cas, l'importance accordée au caractère graduel de la démocratisation est l'un des intérêts majeurs de ces travaux.

24Plus fondamentalement, les deux modélisations ne mettent pas l’accent sur les mêmes aspects des conflits politiques. Dans les deux cas, le conflit politique est un conflit autour de la redistribution. Cependant, AR s'appuient sur le caractère unidimensionnel de la dichotomie riches/pauvres qui recoupe l'opposition masses/élites et sur le caractère homogène des élites. A l'inverse, le modèle de NWW est, de son côté, centré sur le caractère hétérogène des élites et les conflits internes qui les travaillent : l'élite peut être en conflit avec elle-même précisément sur les questions de distribution. Le modèle de NWW est donc plus proche de la réalité historique de la constitution de l'Etat. Il manque cependant de fondements analytiques plus solides notamment quant à la nature et la dynamique de ces coalitions. Ainsi, une modélisation en termes de théorie des coalitions – théorie des jeux coopératifs – aurait sûrement apporté un maillon théorique utile.

25Cette opposition sur la nature du pouvoir politique dans les non-démocraties débouche sur une troisième complémentarité, la nature de la violence d'Etat. En effet, la modélisation d'AR amène à identifier le comportement de l'État avec ses représentants et par conséquent à analyser les décisions politiques comme le fait d'une instance unique là où NWW mettent en avant, avec raison sans doute, le fait que la construction de l'État comme unique dépositaire de la violence légitime est finalement assez récente. Jusqu'au XVIIe siècle en Europe par exemple, la monarchie devait composer avec des élites disposant d'un pouvoir militaire important. Dès lors, pour de nombreux contextes politiques, il faut considérer que l'État, en tant qu'instance dépositaire de la violence légitime, est davantage le résultat de coalitions plus ou moins stables qu'une instance unique de décision. A cet égard, le traitement de l'armée chez AR est révélateur de ce choix analytique contestable, ce que reconnaissent d'ailleurs les auteurs à la fin de leur ouvrage.

26Si les différences entre les deux ouvrages peuvent être considérées comme des éléments de complémentarité, on peut également les considérer comme autant de révélateurs des limites, des faiblesses ou des partis pris de chaque projet. On l'a dit, la méthodologie employée par NWW est largement héritière des analytic narratives. Elle en partage également les ambiguïtés méthodologiques (Elster, 2000). Ainsi, l'hypothèse de rationalité est-elle celle d'une rationalité parfaite ou d'une rationalité limitée? L'importance des conflits économiques et des rentes ferait pencher pour la première solution mais la place des croyances comme soutien aux processus de démocratisation va clairement en sens inverse. Dans ce cas, quelle est l'hypothèse retenue et celle-ci est-elle unique tout au long de l'ouvrage? Ainsi, lorsque les auteurs parlent de coopération, faut-il entendre ce terme au sens de la théorie des jeux coopératifs ou, dans un sens moins précis, comme la propension des élites à agir de concert ? De plus, comme souvent chez North, le risque fonctionnaliste n'est jamais loin lorsque les auteurs traitent des croyances comme existantes pour soutenir un processus politique. Ne faut-il y voir que des rapidités de langage ou ces tournures de phrases ne sont-elles pas révélatrices d'un fonctionnalisme où la cause des faits économiques et sociaux réside avant tout dans la fonction qu'elle joue au sein d'un ensemble social plus vaste? Enfin, d'un point de vue plus épistémologique, les objets dont les auteurs se revendiquent sont rien moins que l'évolution institutionnelle des sociétés depuis le néolithique. L'épistémologie sociale contemporaine incite à être prudent sur ce genre de projet en mettant l'accent sur le fait que, aujourd'hui, le scientifique tout seul ne peut plus revendiquer la connaissance totale d'une discipline et a fortiori présenter une synthèse vaste d'objets historiques et empiriques aussi divers.

27Du point de vue du modèle de AR, la méthodologie de l'individualisme méthodologique couplée à une hypothèse de rationalité stratégique montre sa pertinence mais l'on peut s'interroger sur les limites de sa validité notamment lorsque l'on traite de phénomènes comme les révolutions ou les évolutions politiques. N'y a-t-il pas une place de choix à donner à des explications en termes de rationalité plus complexe faisant par exemple intervenir la contagion, le mimétisme ou les biais cognitifs? Ainsi, on ne peut qu'être marqué par la faiblesse de l'analyse des contextes révolutionnaires. Les révolutions sont considérées comme des contraintes par AR sans théorisation claire de leur dynamique. De nombreux épisodes révolutionnaires, dont la révolution française est sûrement l'un des meilleurs exemples, sont pourtant marqués par des phénomènes de montée en radicalité qui modifie progressivement la nature même de la révolution dans ses objectifs comme dans ses modalités et par des mécanismes inverses de restauration réactionnaire, leur donnant un caractère circulaire. Il y a là une limite qui tient sûrement au projet même d'AR comme de NWW : si l'économie peut aisément traiter du conflit, il n'est pas sûr qu'elle soit la mieux outillée pour parler de la violence.

Haut de page

Bibliographie

Alesina, Alberto, Edward L. Glaeser. 2004. Fighting Poverty in Europe and the US. Oxford: Oxford University Press.

Elster, Jon. 2000. Rational Choice History: A Case of Excessive Ambition. American Political Science Review, 94(3): 685-695.

Fukuyama, Francis. 1992. The End of History and the Last Man. New York: Free Press.

Levi, Margaret, Barry Weingast et alii. 1998. Analytic Narratives, Cambridge: Cambridge University Press.

Mongin, Philippe. 2008. Retour à Waterloo. Histoire militaire et théorie des jeux. Annales. Histoire, Sciences Sociales, 63(1) (Janv-Fév.): 39-69.

North, Douglass C. 1984. Government and The Cost of Exchange in History. Journal of Economic History, 44(2): 255-264.

North, Douglass C. 1991. Institutions. Journal of Economic Perspectives, 5(1): 97-112.

North, Douglass C., Barry R. Weingast. 1989. Constitutions and Commitments: The Evolution of Institutions Governing Public Choice in Seventeenth Century England. Journal of Economic History, 49(4): 803-832.

North Douglass C., John J. Wallis and Barry R. Weingast. 2010. Violence and Social Order. A Conceptual Framework for Interpreting Recorded Human History. Cambridge: Cambridge University Press.

Haut de page

Notes

1 Ce modèle de vote pour étudier les inégalités, issu des travaux de Meltzer et Richards, est notamment celui utilisé par Alesina et Glaeser (Glaeser et Alesina, 2004).

2 Plus précisément, C(.) est une fonction qui associe à tout taux de taxation variant entre 0 et 1, le coût de la taxation. AR supposent que C’(τ) > 0 et C’’(τ) > 0 avec C’(0) = 0 et C’(1) = 1, ce qui assure qu’une solution intérieure existe (AR, p. 101).

3 Cela ne saurait surprendre car le mouvement des analytical narratives a beaucoup exploré les domaines de la New Political Economy et Weingast a eu un rôle important dans la rédaction du manifeste (Levi, Weingast et alii, 1998). Pour une discussion méthodologique de ce courant, voir Mongin, 2008 et Elster, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Deffains et Samuel Ferey, « La violence politique est-elle soluble dans l’économie ? », Œconomia, 1-1 | 2011, 128-138.

Référence électronique

Bruno Deffains et Samuel Ferey, « La violence politique est-elle soluble dans l’économie ? », Œconomia [En ligne], 1-1 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1871

Haut de page

Auteurs

Bruno Deffains

Université Paris 2, bruno.deffains@u-paris2.fr

Samuel Ferey

Université de Nancy 2, Samuel.Ferey@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org