Navigation – Plan du site
Revue des livres
Comptes rendus

Yves Leclercq, La Banque supérieure. La Banque de France de 1800 à 1914

Gilles Jacoud
p. 339-341
Référence(s) :

Yves Leclercq, La Banque supérieure. La Banque de France de 1800 à 1914, Paris : Éditions Classiques Garnier, 2010, 349 pages, ISBN 978-281240121-3

Texte intégral

La Banque supérieure. La Banque de France de 1800 à 1914Afficher l’image
Crédits : Garnier

1De sa fondation officielle, en 1800, au déclenchement de la première guerre mondiale, la Banque de France se veut la « Banque supérieure », selon la dénomination qu’elle se donne elle-même. Supérieure, elle prétend l’être dès sa création dans une France postrévolutionnaire où elle commence par cohabiter avec d’autres banques parisiennes qui émettent leurs propres billets. L’État reconnaît et conforte rapidement sa supériorité en lui accordant dès 1803 le privilège d’émission sur Paris. Cette supériorité frise l’arrogance lorsque, forte de son autonomie et du fait que ses actions sont plus prisées que les rentes publiques, elle s’avise de tenir tête à l’État. Elle la conduit aussi à une certaine condescendance vis-à-vis du commun des banquiers dont l’objectif est la recherche du profit alors que le sien se veut d’être celui de l’intérêt général. Même son billet, dont elle s’efforce de limiter la circulation au sein d’un cercle restreint d’utilisateurs, mérite le qualificatif de supérieur comparé aux divers types d’autres papiers utilisés dans les activités monétaires, bancaires ou financières. C’est cette institution privilégiée qu’étudie Yves Leclercq dans les 350 pages qu’il lui consacre.

2La Banque de France apparaît comme une institution éminemment conservatrice. Société privée, son assemblée générale, réduite aux deux cent plus forts actionnaires, n’a sans doute pas le pouvoir qu’on lui prête puisque la désignation des membres du conseil général, son instance dirigeante, semble une formalité qui revient à concentrer dans ce conseil l’élite de l’aristocratie bancaire ou du monde des affaires. Le conseil général ne rend d’ailleurs guère de comptes à l’assemblée générale. Convaincus d’œuvrer pour le bien de tous, les régents rejettent l’argent facile et se défient des affaires qui prospèrent trop rapidement. A l’inverse des saint-simoniens qui réclament une baisse du taux d’intérêt à même de favoriser l’essor de l’industrialisation, ils défendent une stabilité qui pérennise le maintien des établissements établis de longue date. L’ancienneté dans les affaires confère la légitimité, et la circonspection de la Banque de France dans la distribution du crédit en fait le gardien de l’ordre existant.

3Convaincue de sa supériorité, la Banque de France cherche à s’imposer comme la référence incontournable en matière de monnaie et de crédit. Elle réussit à dissuader pendant la première moitié du XIXe siècle les autres établissements de crédit de prendre le nom de banque, ce qui lui permet de rester « la Banque ». Il est vrai que dans les départements où elle a renoncé à s’implanter en dépit de la pression de l’Etat sous le premier empire, des banques départementales émettent leurs propres billets. Mais elle écarte par étapes la menace qu’elles représentent pour elle, en implantant ses propres comptoirs en province à partir de 1836, puis en s’opposant à l’apparition de nouvelles banques départementales et en obtenant leur transformation en succursales en 1848.

4La Banque de France doit aussi trouver sa place dans ses rapports avec l’État. La logique du lien entre l’institut d’émission et l’État repose sur celle d’un jeu où les deux acteurs sont gagnants. La Banque, pour conserver la confiance du monde des affaires, doit pouvoir se démarquer de l’État tout en se prévalant de son appui. L’État, pour ne pas générer le rejet des moyens de paiement de plus en plus constitués par les billets, ne les gère pas directement mais n’est pas sans influence. La nomination d’un gouverneur à la tête de la Banque de France à partir de 1806 ne rompt pas un équilibre qui conduit la Banque de France et l’État à s’épauler mutuellement. La première apporte son aide au Trésor tandis que le second ne lui ménage pas son soutien. Dans les périodes de crise, comme en 1848 ou 1870, cette assistance mutuelle est renforcée. L’État décrète un cours forcé qui écarte la menace de suspension des paiements tandis que la Banque secourt le Trésor et soutient l’activité par le maintien de ses crédits et d’un taux abordable.

5État et Banque de France sont ainsi étroitement liés tout en ayant intérêt à ne pas se confondre. Dans ce jeu subtil, chacun soutient le papier de l’autre. L’Etat valide le caractère monétaire du billet de la Banque de France, en poursuivant les faussaires comme faux-monnayeurs et non comme simples escrocs dans une affaire privée, puis en lui attribuant un monopole national, et en lui conférant un cours légal, provisoirement en 1848 puis définitivement en 1870. La Banque de France acquiert des titres d’État, participe au soutien de leur cours et mène certaines opérations pour le compte du Trésor.

6Pour autant, la Banque de France évite d’abuser de sa position dominante. Elle accepte, au nom de l’intérêt supérieur, d’effectuer des opérations non rentables. La fixation du niveau de son taux d’escompte laisse aux banques la possibilité de capter les meilleurs effets de commerce. Les régents ne tirent pas d’avantage immédiat, pour leur propre banque, des taux pratiqués par la Banque de France. Elle accepte des augmentations de capital qui ne sont pas indispensables pour son fonctionnement courant alors qu’elles pénalisent les dividendes versés. Elle s’emploie à secourir des établissements en difficulté lorsque la stabilité bancaire est menacée et que des faillites en chaîne sont redoutées. Elle conserve, en période de crise, un taux d’escompte modéré au lieu de chercher à accroître ses recettes en l’élevant.

7Tout au long du XIXe siècle, la Banque de France semble faire de la prudence une règle d’action. Ses choix sont plus guidés par le professionnalisme et l’expérience des régents que par un cadre théorique particulier. Leur mise en œuvre s’effectue la plupart du temps dans le cadre d’un interventionnisme discret.

8L’ouvrage d’Yves Leclercq sur ce fonctionnement de la Banque de France de 1800 à 1914 constituera une référence précieuse pour ceux qui s’intéressent à l’histoire monétaire et bancaire. Il comporte toutefois deux limites que regretteront les néophytes pour la première et les spécialistes pour la seconde. La construction de l’ouvrage privilégie une approche analytique qui ne suit pas nécessairement la chronologie des pratiques ou des débats, ce qui ne facilite pas l’appropriation du contenu par les lecteurs non spécialistes qui utiliseraient cet ouvrage comme une première approche de l’histoire bancaire française. Il comporte aussi une abondance de citations tirées des Archives de la Banque de France dont les sources ne sont pas indiquées, au risque de frustrer l’historien ou l’économiste qui aimerait creuser tel ou tel aspect de l’analyse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Jacoud, « Yves Leclercq, La Banque supérieure. La Banque de France de 1800 à 1914  », Œconomia, 1-2 | 2011, 339-341.

Référence électronique

Gilles Jacoud, « Yves Leclercq, La Banque supérieure. La Banque de France de 1800 à 1914  », Œconomia [En ligne], 1-2 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1790

Haut de page

Auteur

Gilles Jacoud

Université Jean Monnet Saint-Étienne – Université de Lyon

gilles.jacoud@univ-st-etienne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org