Navigation – Plan du site
Revue des livres
Comptes rendus

Jan Horst Keppler, L’Économie des passions selon Adam Smith, les noms du père d’Adam

Jean-Daniel Boyer
p. 331-333
Référence(s) :

Jan Horst Keppler, L’Économie des passions selon Adam Smith, les noms du père d’Adam, Paris : Éditions Kimé, 2008, 172 pages, ISBN 978-284174460-2

Texte intégral

L’Économie des passions selon Adam Smith, les noms du père d’AdamAfficher l’image
Crédits : Editions KIME

1Le grand intérêt de l’ouvrage de Jan Horst Keppler est de souligner la double articulation de l’œuvre de Smith autour d’un principe horizontal – la sympathie – et d’un principe vertical – le spectateur impartial.

2L’auteur rappelle tout d’abord comment la sympathie, c’est-à-dire la capacité de chaque homme à se mettre à la place d’autrui, permet une harmonisation des intérêts individuels. La représentation des réactions du spectateur sert en effet de repère à l’acteur qui doit transformer et contenir ses passions pour les lui rendre accessibles et susciter en retour sa sympathie. Le motif essentiel « des hommes dans la Théorie des sentiments Moraux est [de ce fait] d’être aimé, d’être respecté ou, pour le moins, de ne pas être méprisé » (36).

3Rappelant la métaphore smithienne du miroir, Keppler souligne que la formation des préférences individuelles se fait elle aussi sur un mode spéculaire, tout comme d’ailleurs la détermination des motifs de l’action individuelle. La reconnaissance sociale deviendrait alors le motif essentiel des entreprises humaines. Le désir d’améliorer son sort et la poursuite des richesses ne naitraient que de cette recherche de reconnaissance sociale par l’individu. Une telle perspective permet de résoudre la tension présente dans l’œuvre smithienne qui fait coexister le souci pour autrui dans la Théorie des Sentiments Moraux et la recherche de l’amélioration de son sort dans la Richesse des Nations. Elle expliquerait le fait que la poursuite de l’intérêt personnel est, chez Smith, soumise à un souci pour autrui et que l’acteur se plie avec « une loyauté inconditionnelle aux règles du jeu » et aux règles de justice représentant les valeurs sociales (38). Dans cette perspective, la Richesse des Nations serait la continuation de la Théorie des Sentiments Moraux, tout comme l’échange économique et la « disposition au troc » prolongeraient le plaisir né de la conversation et de l’aptitude à sympathiser avec autrui. Si ce principe horizontal fondé sur la sympathie donne naissance aux normes sociales de convenance, et à une morale situationnelle par définition relative, il reste néanmoins essentiellement autoréférentiel.

4Pour sortir de ce relativisme, l’auteur montre comment Smith utilise un second principe normatif, vertical cette fois-ci, symbole d’une « autorité absolue aux attributs divins, omnisciente et omnipotente, demandant le suivi inconditionnel de ses lois » (75). Ce principe est celui du spectateur impartial qui apparaît comme une autorité autonome et indépendante de toute sympathie intersubjective. Le spectateur impartial est relié de manière convaincante à la Divinité mais aussi à la conscience et au surmoi. Ce principe vertical est alors au fondement de l’Ethique smithienne. Il existerait ainsi deux sphères de moralité, deux niveaux de jugements des actions humaines : le premier, fondé sur la sympathie, aurait trait à l’éloge, le second renverrait au fait d’être digne d’éloge et relèverait de l’autorité du spectateur impartial.

5Sur ce constat, Keppler examine l’occurrence de la main invisible pour la mettre en relation avec la distinction établie par Smith entre les causes efficientes, autrement dit mécaniques — qui expliqueraient les comportements humains —, et les causes finales qui se présentent comme les visées d’une intelligence supérieure, comme les desseins du Directeur de la nature. La nature humaine, et l’on pourrait ajouter la Nature tout court « est alors présentée, comme un instrument, crée par Dieu, pour permettre aux hommes d’accomplir ses desseins qui sont ici la préservation de l’individu et la propagation de l’espèce » (129). La « main invisible » témoignerait de la réalisation de la sagesse de la Divinité, autrement dit de la cause finale, sans que les hommes n’aient préalablement pris conscience des mécanismes à l’œuvre. D’ailleurs, dans le monde smithien, il vaut mieux « pour le commun des mortels, rester ignorant des desseins ultimes du spectateur impartial pour mieux les satisfaire » (149).

6Si l’ouvrage propose une intéressante interprétation de l’œuvre de Smith et permet d’éclairer certaines de ses articulations, nous restons néanmoins plus réservé quant au traitement du thème des passions, qui ne reçoit pas l’attention que le titre pouvait laisser espérer. L’ouvrage apporte peu de précisions sur la nature des passions chez Smith, et on regrette que la distinction entre les passions « non altérées » et « les passions altérées » ne soit pas davantage analysée (107). Par ailleurs, l’auteur sous-entend que les passions sont toujours néfastes ou toujours reliées à l’intérêt personnel. Or, il existe pour Smith dans la Théorie des Sentiments Moraux, des passions proprement positives, les passions sociales (Smith, 1776, Première partie, section 2, ch. 4), que Smith ne relie pas véritablement à l’intérêt. Il nous semble donc que l’étude des passions pourrait être prolongée et que leur statut mériterait d’être davantage interrogé. Par ailleurs, et même si elle permet l’ouverture vers une lecture psychanalytique, la tendance à ramener le spectateur impartial à l’image du père (d’Adam Smith) nous semble restreindre la portée du concept qui nous paraît davantage devoir être relié à l’image de la Divinité ou de l’universel.

Haut de page

Bibliographie

Smith, Adam. 1776. Théorie des sentiments moraux. Paris : Presses Universitaires de France, 1999

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Daniel Boyer, « Jan Horst Keppler, L’Économie des passions selon Adam Smith, les noms du père d’Adam  », Œconomia, 1-2 | 2011, 331-333.

Référence électronique

Jean-Daniel Boyer, « Jan Horst Keppler, L’Économie des passions selon Adam Smith, les noms du père d’Adam  », Œconomia [En ligne], 1-2 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1784

Haut de page

Auteur

Jean-Daniel Boyer

Université de Strasbourg

boyer@unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org