Navigation – Plan du site
Revue des livres
Comptes rendus

George A. Akerlof et Rachel E. Kranton, Identity Economics. How our Identities Shape our Work, Wages, and Well-Being

Clément Dherbécourt
p. 327-330
Référence(s) :

George A. Akerlof et Rachel E. Kranton, Identity Economics. How our Identities Shape our Work, Wages, and Well-Being, Princeton: Princeton University Press, 2010, 192 pages, ISBN 978-140083418-1

Texte intégral

George A. Akerlof et Rachel E. Kranton, Identity EconomicsAfficher l’image
Crédits : Princeton University Press

1Au cours de sa carrière, George Akerlof – prix Nobel d’économie en 2001 – n’a eu de cesse de chercher à amender la théorie économique standard pour la rapprocher des faits. En 1970, avec « The Market for ‘Lemons’: Quality Uncertainty and the Market Mechanism » il ouvrait la voie à l’étude des asymétries d’information ; en 2009 il étudiait avec Robert Shiller ce que pouvaient nous apprendre les études en psychologie cognitive – la behavioral economics – sur les esprits animaux des entrepreneurs, chers à Keynes (Animal Spirits: How Human Psychology Drives the Economy, and Why It Matters for Global Capitalism). Dans le présent ouvrage, Akerlof revient sur son ambitieux projet d’intégrer les apports de différentes sciences sociales (psychologie, sociologie, économie) dans un cadre analytique unifié. Identity Economics est une synthèse de quinze années de recherches menées avec Rachel Kranton, professeure d’économie à l’université de Duke, ayant permis l’émergence d’un nouveau paradigme. C’est aussi une occasion pour les auteurs de rassembler et de préciser leurs réflexions théoriques et méthodologiques ainsi que de proposer de nouvelles pistes de recherche.

2Les trois premiers chapitres de l’ouvrage mettent en évidence les problèmes posés par la théorie économique standard et sa représentation trop simpliste, aux yeux des auteurs, des agents économiques. L’hypothèse de rationalité et la maximisation d’utilité semblent à elles seules incapables d’expliquer certains phénomènes économiques majeurs comme les inégalités entre hommes et femmes sur le marché du travail, ou l’échec scolaire chez les individus des classes populaires. Les auteurs cherchent donc dans un premier temps à trouver un modèle plus réaliste du comportement humain et se tournent vers la psychologie expérimentale et, surtout, la sociologie. Le chapitre trois s’adresse aux économistes et est consacré à la présentation de travaux canoniques en sciences sociales (Sherif, Goffman, Coleman et Bourdieu). Il présente la manière dont la sociologie interprète le comportement humain : les individus sont socialisés dans des groupes et agissent en fonction des normes et des idéaux de ces groupes, que ce soit par la contrainte, par la volonté d’être accepté au sein du groupe ou celle de se distinguer d’autres groupes sociaux. Akerlof et Kranton mobilisent des concepts et des méthodologies issus de courants différents, voire opposés (individualisme méthodologique, constructivisme structuraliste, interactionnisme, behavioral studies). Leur objectif est en effet d’élaborer le modèle le plus général possible et couvrant le plus grand nombre de phénomènes. Tous ces travaux ont pour dénominateur commun une attention aux groupes, aux normes et aux goûts, réalités souvent jugées anecdotiques dans les articles d’économie par rapport aux revenus, aux incitations ou aux anticipations des individus.

3La fin de la première partie permet aux auteurs de présenter leur modèle général. Celui-ci contient trois éléments : les catégories sociales pertinentes, à savoir les groupes auxquels les individus appartiennent ou s’identifient, les normes sociales propres à chaque groupe et enfin les courbes d’utilité « identitaire » des individus. C’est sur ce dernier élément que les auteurs assoient la coopération entre économie et sociologie. Les courbes d’utilité identitaire représentent les préférences économiques des agents (qui sont des caractéristiques exogènes pour les individus: aversion au risque, élasticité-prix de l’offre de travail par exemple), mais modifiées par les normes sociales qu’il est coûteux pour eux de ne pas respecter. Par exemple, si la norme d’une catégorie dominée (Noirs américains) est de s’opposer aux dominants, donc de refuser de travailler de façon productive pour eux, les individus perdront de l’utilité à ne pas travailler (salaire moindre), mais en gagneront à respecter les normes de leur groupe (services rendus en échange, acceptation par les pairs, moindre coût psychologique) : ceci les incitera à moins travailler. Selon Akerlof et Kranton, il suffisait donc de paramétrer différemment les courbes d’utilité pour réintégrer les normes sociales dans la méthodologie économique. Les principaux concepts de l’économie sont décrits dans l’annexe du chapitre trois (intitulée « une pierre de Rosette ») et au chapitre quatre, qui s’adressent directement aux sociologues. La méthodologie des économistes est présentée de façon didactique, comme les différentes manières de concevoir la notion d’utilité. Ici encore, les auteurs insistent moins sur les débats internes à l’économie que sur le cœur de la discipline, à savoir pour eux : une grammaire qui traduit les comportements humains dans un cadre de choix coût/avantage.

4Une fois la méthodologie mise en place, les auteurs l’appliquent à quatre objets très différents qui sont autant d’illustrations du modèle. Les deux premiers questionnements sont d’ordre microsociologique et concernent deux organisations : l’école et l’entreprise. Pourquoi certains individus échouent scolairement ? Pourquoi certains individus sont peu productifs ? Les auteurs développent un modèle insider/outsider où l’engagement des individus est proportionnel à leur degré d’adhésion aux valeurs de l’organisation. Être dans la catégorie d’outsider implique des normes (freinage dans l’entreprise, chahut à l’école, refus de l’autorité en général), et aller à l’encontre de ces normes est coûteux pour les individus. Dans le modèle d’Akerlof et Kranton, être et se considérer comme un insider ou un outsider à l’organisation dépend certes de facteurs extérieurs à celle-ci (niveau d’éducation des parents dans l’exemple de l’école), facteurs plus ou moins activés par la politique de l’organisation (direction de l’école dans le système américain) ou par son fonctionnement quotidien (conflits entre des professeurs blancs et des étudiants noirs par exemple). Une fois qu’un individu entre dans la catégorie d’outsider il lui est difficile de ne pas respecter les normes de ce groupe social : un élève issu des classes populaires se considérant comme outsider refusera les valeurs (travail, réussite) promues par l’école et par ses insiders, d’où, dans les termes de Milton Friedman un moindre investissement en capital humain, alors que les taux de retour sur investissement seraient élevés (et plus élevés que dans les autres classes sociales).

5Les auteurs abordent ensuite deux phénomènes plus macro-sociaux : le rôle de l’identité de genre et de l’identité raciale, au sens américain du terme, dans la production des inégalités. On retrouve le triptyque catégories/normes/courbe d’utilité identitaire et le vocabulaire utilisé est le même que dans les chapitres précédents d’où l’impression que les auteurs voient de l’identité partout (identité de salarié d’une entreprise, identité de mauvais élève, identité de genre, etc.), sans analyser la manière dont s’articulent et sont hiérarchisés ces identités. L’évolution de la définition des identités de genre et de « race » depuis les années 1960 aux États-Unis permet aux auteurs de confirmer l’importance de l’identité pour l’économie du travail et l’économie domestique.

6Akerlof et Kranton inscrivent l’identité au cœur de certains mécanismes sociaux et renouvellent l’approche économique. Mais leur modèle reste toujours statique : l’identité est une variable exogène qui s’impose aux individus et très peu de pistes sont proposées pour comprendre comment les identités évoluent ou au contraire se reproduisent au cours du temps. Les auteurs appellent toutefois à une réflexion globale intégrant politiques publiques, situation économique des individus, identité et mouvement social, sans en dire plus. A défaut de réflexion positive sur le changement social, l’ouvrage esquisse de nouvelles politiques économiques « identitaires », c’est-à-dire des politiques visant à résoudre certains problèmes économiques en modifiant les identités des individus. Alors que cette possibilité est peu exploitée par les économistes mainstream qui préconisent plutôt de jouer sur les revenus, les prix par la taxation et la redistribution, Akerlof et Kranton accordent un rôle majeur au changement des identités, et développent une réflexion normative originale. De nombreux exemples sont distillés au fil du texte : au niveau organisationnel, ils préconisent aux entreprises d’investir des fonds pour rapprocher les valeurs de l’entreprise de celles de leurs salariés, et aux écoles situées dans les ghettos paupérisés de créer une identité collective de manière à intégrer tous les élèves et les isoler de l’extérieur. Les auteurs décrivent aussi ce que serait une politique de changement des identités « raciales », qui déconstruirait la catégorie de noir américain pour en faire de véritables insiders. En illustrant leurs propos par un discours de Barack Obama, ils assument donc un réformisme radical sensé résoudre de manière plus efficace certains problèmes économiques.

7Si les résultats présentés par Akerlof et Kranton peuvent paraitre parfois triviaux – surtout pour les non-économistes – l’intérêt de l’ouvrage réside surtout dans sa méthodologie qui ouvre de nouvelles pistes pour une coopération entre économie et sociologie. Incitations et normes sociales y sont pensables dans un même cadre, permettant de comprendre l’importance relative des deux phénomènes. La méthodologie présentée permet de séparer clairement raisonnements sociologique et économique, et d’échapper ainsi à l’impérialisme économique. Dans le partage des tâches proposé par les auteurs, l’économie expliquerait le comportement d’agents économiques pris entre contraintes sociales, institutionnelles, et contraintes de marché, et la sociologie expliquerait comment les normes se créent et pourquoi les individus y adhèrent. Le deuxième et le dernier chapitre sont d’ailleurs un plaidoyer en faveur de l’enquête ethnographique, comme manière alternative de rendre compte de ce que les acteurs disent et font, au-delà de la modélisation et de la statistique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Dherbécourt, « George A. Akerlof et Rachel E. Kranton, Identity Economics. How our Identities Shape our Work, Wages, and Well-Being  », Œconomia, 1-2 | 2011, 327-330.

Référence électronique

Clément Dherbécourt, « George A. Akerlof et Rachel E. Kranton, Identity Economics. How our Identities Shape our Work, Wages, and Well-Being  », Œconomia [En ligne], 1-2 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 22 juin 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1780

Haut de page

Auteur

Clément Dherbécourt

École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris

cledherbeco@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org