Navigation – Plan du site
Varia

Un économiste hétérodoxe, théoricien des crises : Louis Amable Petit (1819-1871)

A heterodox economist, theorist of commercial crises: Louis Amable Petit (1819-1871)
Jean-Pascal Simonin
p. 259-298

Résumés

L’article présente la vie de L. A. Petit avant d’analyser son livre principal publié en 1868. Néo-mercantiliste, Petit pose que la monnaie n’est pas qu’un instrument d’échange, mais est avant tout un objet d’accumulation pour elle-même et sert comme moyen d’accumulation des autres actifs : c’est la « richesse par excellence ». Ceci l’amène à rejeter la loi de Say et à soutenir le principe de la « balance du commerce ». La recherche effrénée de l’accumulation monétaire conduit inéluctablement à la surproduction et à la répétition des crises commerciales, situation aggravée par le libre échange.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Respectivement ministre d’État et ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics à c (...)

1On garde l’image d’une pensée économique française au xixe siècle largement dominée par l’école libérale, en ne retenant des pensées hétérodoxes que l’école socialiste et le cas isolé de Cournot et en oubliant d’autres groupes qui contestent les postulats de la pensée libérale. À côté des « agrariens », tels que Mathieu de Dombasle, Bigot de Morogues ou Briaune, dont la pensée vise plus à promouvoir le protectionnisme agricole qu’à développer un corps de doctrine concurrent de la pensée libérale, quelques auteurs, tels que Saint-Chamans, Lestiboudois, Ott ou Du Mesnil-Marigny, remettent en cause ou relativisent la doctrine libérale en visant notamment la loi de Say, la théorie quantitative de la monnaie et le libre-échange international. Si ces auteurs n’ont pas été complètement négligés, en revanche l’ignorance a été totale pour le plus radical d’entre eux, le Normand Louis Amable Petit (1819-1871) qui, s’il a été à l’écoute des problèmes agricoles, a surtout remis en cause l’ensemble de la pensée libérale. Néo-mercantiliste affiché, il fonde l’ensemble de sa critique sur une conception de la demande de monnaie qu’il considère comme la « richesse par excellence », en se situant ainsi en opposition complète avec la quasi-totalité des auteurs de son temps. Cette originalité mérite que son livre le plus important, Richesse par excellence ; balance commerciale ; crises commerciales ; libre-échange, réfutation de la doctrine des économistes et des arguments présentés en faveur du libre-échange par MM. Rouher et Forcade La Roquette1, lors de la discussion sur les traités de commerce, publié en 1868, soit tiré de l’oubli.

2Après avoir présenté la vie de Petit, ses écrits et ses relations avec les économistes libéraux (Section 1), on analyse le contenu de ce livre. Petit affirme d’abord que la monnaie et les métaux précieux, qui constituent la seule réserve de valeur et qui seuls permettent de financer l’accumulation du capital, constituent la « richesse par excellence ». D’où la monnaie est demandée pour elle-même et, contrairement à la loi de Say, les produits ne s’échangent pas seulement contre les produits (Section 2). Sa conception de la monnaie amène Petit à défendre contre les critiques de l’école libérale le principe de la « balance du commerce » selon lequel un pays s’enrichit par l’excédent de sa balance commerciale (Section 3). Par ailleurs, la recherche effrénée de la richesse monétaire par les grands producteurs conduit à la surproduction générale et aux crises commerciales, alors que pour les libéraux, en raison de la loi de Say, seules des surproductions partielles sont possibles, les crises financières résultant essentiellement de troubles monétaires (Section 4). Cette tendance à la surproduction est aggravée par le libre échange qui conduit de plus à la ruine de l’économie française (Section 5). On développera ces points en comparant les positions de Petit à celles des autres hétérodoxes français de l’époque.

1. La vie de Petit, ses écrits et ses relations avec les économistes libéraux

  • 2 Un de ses cousins aurait servi de modèle à Flaubert pour un personnage de Bouvard et Pécuchet.
  • 3 Pour les documents relatifs aux fonctions de maire de Petit, voir Archives départementales de Seine (...)

3La vie de Petit se déroule en Seine-Maritime (ex-Inférieure), dans le Pays de Caux, entre Yvetot et Fauville : né à Valliquerville le 11 mai 1819 d’un père cultivateur et ancien maire, il se marie à Rocquefort le 19 mai 1851 avec Désirée Alexandrine Pécuchet2 (1822-1885) et décède à Écretteville–les-Baons le 29 septembre 1871. Il est notaire à Fauville du 12 octobre 1847 au 31 mars 1863. Élu maire de Fauville3 le 7 avril 1850, il donne sa démission le 7 février 1852 : il la motive par le peu de temps laissé par sa profession et non par une opposition politique car il approuve « l’acte énergique du deux décembre » et prête serment à la nouvelle constitution le 8 mai 1852. Nommé maire de Fauville le 10 août 1854, il refuse d’exercer la fonction d’officier ministériel près le tribunal de simple police, ce qui amène sa suspension par le préfet de Seine-Inférieure le 16 janvier 1855 puis sa démission. À cette occasion, le comte de Callac, sous-préfet d’Yvetot, écrit au préfet le 19 décembre 1854 que « M. Petit […] est un homme honnête et intelligent : malheureusement son esprit inquiet cherche, augmente et complique les difficultés inhérentes à l’administration ».

4Le 24 mai 1865, Petit (1865) demande au ministre de l’Intérieur l’autorisation de créer un journal mensuel intitulé Le système protecteur, journal d’économie politique et sociale (doctrine et critique). Sollicité par le ministre, le préfet de Seine-Inférieure donne le 8 juin 1865 un avis défavorable sur lequel se fonde le refus d’autorisation de publication :

  • 4 L’ensemble du dossier est consultable aux Archives nationales (F/18/285).

M. Petit […] possède une assez belle fortune et jouit d’une certaine considération. Sous le rapport du dévouement politique, ses sentiments n’inspirent pas une confiance absolue bien qu’il n’ait fait l’objet d’aucune remarque fâcheuse. Mais il est une considération qui me paraît dominer la question et s’opposer à ce que l’autorisation lui soit accordée. D’une instruction fort ordinaire, M. Petit, dans les diverses positions qu’il a occupées, a fait preuve de très peu de fixité dans les idées : après s’être occupé d’agriculture, il a désiré devenir notaire et a bientôt vendu sa charge. Il y a quelques mois, il voulait fonder à Rouen un cours d’économie politique. La tournure de son esprit, son caractère incertain et hésitant, ne me laissent aucun doute sur l’insuccès de la revue qu’il désire créer. Une telle publication ne serait d’ailleurs nullement justifiée et ne pourrait que contribuer à raviver sur les questions économiques des divergences heureusement éteintes4.

  • 5 Petit est membre de l’Association normande pour les progrès de l’agriculture, de l’industrie et des (...)

5Un des derniers écrits de Petit (1869b) expose ses idées politiques : hostile au pouvoir personnel, il rejette le bellicisme de l’Empire et souhaite un régime parlementaire doté d’institutions politiques les plus libérales possibles, avec un roi ou un empereur sans pouvoir ; il souhaite la liberté de l’enseignement à tous les degrés « car l’enseignement officiel ne nous plaît pas dans quelques-unes de ses branches » (Petit, 1869b, 12) ; il est partisan du pouvoir temporel du Pape. Dans le même texte, sur le plan économique, il rejette le libre échange et, pour aider les classes modestes, il est partisan de la taxe du pain et de la suppression de l’octroi et des taxes de circulation sur les boissons et les denrées alimentaires5.

  • 6 Sa réponse (Petit, 1866) est signalée mais non insérée dans le volume de l’Enquête concernant la Se (...)
  • 7 Signé X. et signalé comme tel dans le catalogue de la B.N.F., ce livre est revendiqué par Petit (18 (...)

6Petit s’intéresse aux questions agricoles : en 1866, il est l’une des personnalités de Seine-Inférieure interrogées lors de l’Enquête agricole provoquée par la crise agricole6. Il s’intéresse surtout aux questions monétaires et financières : en 1853, il publie une critique du système de crédit foncier et présente un projet de banque foncière ; en 1857, il écrit un livre sur la valeur de la monnaie et des métaux précieux7 ; en 1867 et 1869, il critique la politique de la Banque de France, notamment le relèvement du taux d’escompte afin de protéger son encaisse. Cet intérêt se retrouve dans son livre principal publié en 1868 dans lequel sa conception de la monnaie lui sert de base pour une remise en cause totale de l’orthodoxie libérale.

  • 8 Un chroniqueur anonyme du Bulletin bibliographique de la Revue contemporaine du 15 avril 1858 écrit (...)
  • 9 À la même époque, Roger de Fontenay écrit à l’adresse de Cournot, en raison de son protectionnisme  (...)
  • 10 Rappelons que Baudrillart a fait l’objet de nombreuses railleries, notamment de la part de Marx et (...)

7En effet, Petit s’oppose aux économistes libéraux. En plus de Quesnay, Turgot, Smith et Say, les auteurs visés sont ses contemporains : Chevalier, Rossi, Bastiat, Garnier, Clément, Levasseur, Laveleye, Mill, Wolovsky, Wirth. Sa principale cible est Henri Baudrillart, rédacteur du Journal des économistes, qui a refusé de publier son article sur la crise de 1857 parce que ses « idées n’étaient pas en rapport avec les principes de la science » (Petit, 1865 ; 1868, 305)8. Petit proclame qu’il est « condamné à rester en dehors de l’église dont M. Baudrillart est l’un des grands prêtres » (Petit, 1868, 304)9 et estime en 1865 qu’ « il reste à ce pauvre hérétique qui refuse d’adhérer au Credo de l’école la ressource de créer un recueil spécial pour publier ses opinions à ses risques et périls ». Le refus d’autorisation de ce journal l’amène à écrire le livre de 1868 qui contient au sujet de Baudrillart des phrases telles que10 :

Monsieur Baudrillart devrait savoir qu’il ne suffit pas d’articuler une erreur en des termes exagérés, et d’un ton emphatique, pour convertir cette erreur en une vérité incontestable.

[…] Le docte professeur nous paraît ressembler beaucoup à un général qui se considérerait comme un grand capitaine, parce qu’il aurait culbuté une armée composée de soldats en carton, qu’il aurait prise pour une armée sérieuse. (Petit, 1868, 88-89)

Nous ne connaissons rien de plus étrange, pour ne pas dire de plus ridicule, que le faux débité d’un ton pareil. Cela nous paraît ressembler passablement à un ballon gonflé, qui crève sans partir, et qui retombe flasque et mou sur la tête de ceux qui cherchent à le lancer dans l’espace. (Petit, 1868, 96-97)

  • 11 Aussi Petit (1868, 135) le qualifie de « célèbre procureur général ». Le texte de Dupuit cité par P (...)

8En revanche, Petit apprécie Jules Dupuit, « l’enfant terrible de la Société dont il était membre » (Petit, 1868, 131), non pour ses idées économiques mais parce qu’il reproche aux membres de la Société d’économie politique leurs incohérences et leurs contradictions11. Celles-ci sont au cœur de la critique de Petit :

  • 12 Position exprimée par Laveleye (1865a, 446) à propos du rôle de la monnaie dans l’économie (infra).

Ils voient des phénomènes s’accomplir autour d’eux, et ils veulent les expliquer. Mais leurs explications sont tellement contradictoires, qu’on peut affirmer qu’ils ne comprennent pas ces phénomènes. […] La contradiction n’existe pas seulement entre les économistes ; il y a quelque chose de plus grave encore : c’est que chacun d’eux, ou à peu près, se trouve à chaque instant en contradiction avec soi-même. Aussi, avez-vous remarqué cet aveu échappé à M. Émile de Laveleye : « Cette théorie, dit-il, qui paraît inattaquable au point abstrait, est cependant, on ne peut le dissimuler, contredite par ce qui se passe chaque jour sous nos yeux. »12 Voilà où en est arrivé la science : les faits sont en désaccord avec ses principes ! (Petit, 1868, 311)

9Ce désaccord avec les faits découle du caractère erroné des présupposés de ces théories :

Comment, les économistes poseraient des prémisses inexactes, des prémisses erronées, et les conclusions qu’ils en tireraient pourraient avoir une valeur quelconque, une valeur que n’ont pas ces prémisses ! A-t-on jamais vu le mensonge engendrer la vérité ? Mais non : tous les principes fondamentaux émis par l’école économique sont entachés d’erreur (Petit, 1868, 456).

  • 13 Keynes écrit en 1936 : « Depuis Malthus les économistes professionnels paraissent avoir été insensi (...)
  • 14 Ce passage commente la formule de Denis Benoist d’Azy, parlementaire et industriel protectionniste, (...)

10Ce sont ces principes que Petit attaque. Sa démarche rappelle celle de Saint-Chamans qui, dans son Traité d’économie publique, écrit : « Quelle surprise […] de voir partout les théories en contradiction avec les faits ! »13 (Saint-Chamans, 1852, I, 5) et « l’économie politique […] qui règne actuellement chez les écrivains, n’est qu’un assemblage d’erreurs théoriques, et […] est fausse dans ses bases et ses principes comme dans ses conséquences »14 (Saint-Chamans, 1852, II, 90). La méthode d’exposition de Petit, consistant à citer les textes des libéraux pour les critiquer, est du reste identique à celle de Saint-Chamans.

2. Les métaux précieux sont la richesse par excellence

  • 15 Petit (1868, 138) rappelle qu’il a déjà exposé cette thèse dans son livre de 1857, mais ce premier (...)

11Pour Petit, « on appelle richesse tout produit dont l’homme fait usage pour la satisfaction de ses besoins » (Petit, 1868, 6), définition acceptée par la plupart des économistes de son temps. Pour cette raison, les métaux précieux constituent une « richesse réelle »15. Il en est de même de la monnaie constituée de ces métaux. Ces métaux divisibles à l’infini, inaltérables, « sont la seule richesse qui se conserve et qui puisse servir à la réalisation des économies en vue de l’avenir » (Petit, 1868, 7), c’est-à-dire qu’ils constituent la seule réserve de valeur.

12Petit divise les économistes en deux camps : ceux qui considèrent la monnaie « comme une richesse comparable à toute marchandise ou à tout produit » (Petit, 1868, 8) et ceux qui la considèrent « comme un véhicule qui sert au transport des choses qui font l’objet de transactions, ou la mesure ou le dénominateur commun qui facilitent les diverses opérations d’échange » (Petit, 1868, 9) et non comme une richesse réelle. Dans le premier camp, il situe Turgot pour qui « toute marchandise est monnaie, et toute monnaie est marchandise » (ibid.), ce qui, pour Petit, n’est vrai que si l’on cantonne la monnaie à son rôle d’intermédiaire des échanges. Dans le deuxième, il situe « Quesnay, Smith, Say, Bastiat, Rossi, Chevalier, Garnier, Clément, Baudrillart, et autres » (ibid.).

  • 16 Ce terme est utilisé par les économistes libéraux lorsqu’ils dénoncent les thèses mercantilistes. E (...)
  • 17 Sur ce point, Petit est proche de Mathieu de Dombasle pour qui « de toutes les valeurs ou objets qu (...)

13Petit souligne que « l’homme ne travaille pas seulement pour vivre au jour le jour, il travaille aussi pour faire des économies en vue de l’avenir, et pour constituer, à l’aide de ces économies, une fortune durable » (Petit, 1868, 22-23). Ces économies se font en métaux précieux. Elles peuvent être thésaurisées, prêtées ou utilisées par leurs propriétaires pour financer leur propre accumulation de capital de production. Cette accumulation permet d’obtenir un bénéfice, c’est-à-dire un supplément de métaux précieux qui constitue une nouvelle source d’accumulation. Cela implique que la monnaie n’est pas un simple intermédiaire des échanges : « La monnaie qui circule pour l’entretien de chaque jour n’est pas apte à établir ces richesses ; il n’y a que celle qui s’accumule à l’état d’épargne qui ait la puissance de le faire » (Petit, 1868, 14-15). Pour cette raison, les métaux précieux sont la seule source de richesse : « Il est donc vrai d’affirmer que l’argent n’est pas seulement en lui-même la richesse par excellence16, mais qu’il est encore la première des richesses, parce qu’il crée des valeurs qui sont des richesses comme lui »17 (Petit, 1868, 19).

  • 18 Pour Chevalier (1854, 173) par exemple, les produits divers seraient de la richesse au même titre q (...)
  • 19 Petit reproche à Quesnay de poser que les métaux précieux ne sont pas de la richesse, car celle-ci (...)

14À l’appui de sa thèse, Petit compare des individus qui auraient chacun accumulé 200 000 F. de produits : l’agriculteur, des produits agricoles ; l’industriel, du drap ; le négociant, du coton ; le dernier, des métaux précieux18. Seul celui-ci a accumulé une richesse durable, car, en plus d’être les seuls inaltérables, les métaux précieux sont les seuls qui peuvent être « prêtés ou employés en placements » (Petit, 1868, 27)19 :

Ce qui constitue […] les richesses définitivement réalisées, ce ne sont pas […] les produits qui forment les approvisionnements destinés à l’entretien de la consommation courante ; ce sont surtout les économies en objets durables que l’homme accumule et qui lui procurent des revenus avec lesquels il peut faire face à ses dépenses, sans toucher à la chose même qu’il a économisée. (Petit, 1868, 23)

  • 20 Cette idée d’achat et de vente de la monnaie dans l’échange est récusée par Ott (1851, 427).

15Dans cette optique, Petit cite la phrase de Le Mercier de la Rivière (1767, 386), qu’il attribue à Say : « Pour avoir de l’argent, il faut l’acheter20, et après cet achat, on n’est pas plus riche qu’on ne l’était auparavant ; on n’a fait que recevoir en argent une valeur égale à celle qu’on a donnée en marchandise. » Il répond :

  • 21 Cet argument est exprimé par Saint-Chamans pour qui « la monnaie vous débarrasse du fardeau des aut (...)

Celui qui, en vendant des marchandises, vendait en même temps des excédants dont il n’avait que faire pour la satisfaction de ses besoins actuels, s’est certainement enrichi, puisqu’il a échangé un produit avec lequel il n’aurait pas pu former d’épargnes contre un produit qui se conserve et qui est à la base de toute richesse économisée en vue de l’avenir21. (Petit, 1868, 115)

16Les objets durables ne se limitent pas aux métaux précieux, mais incluent les biens de production et les placements financiers accumulés par tous ceux qui ne veulent pas thésauriser les métaux précieux et qui sont la source de nouvelles recettes en métaux précieux. Mais ce sont des « auxiliaires de la monnaie » qui « viennent en aide aux métaux précieux pour faciliter et augmenter la réalisation des économies » (Petit, 1868, 31). Leur valeur vient de leur conversion possible en monnaie et de leur capacité de produire des revenus en numéraire. Les autres produits divers « sont les moyens que les travailleurs emploient pour arriver à la richesse, c’est-à-dire, à l’acquisition des métaux précieux ou de leurs auxiliaires » (Petit, 1868, 33). Petit en arrive donc à privilégier une conception patrimoniale de la richesse, composée des actifs monétaires ainsi que des actifs financiers et des actifs physiques que les premiers permettent d’acquérir, qui met le processus d’accumulation au cœur de sa pensée et qui diffère de sa définition initiale qui assimile la richesse à l’ensemble des produits utiles.

  • 22 Cette définition peut différer de la précédente en raison du jeu de la loi de King.
  • 23 Cet argument l’amène surtout à condamner la définition de la richesse reposant sur l’abondance des (...)

17Cette conception peut être confrontée à celle d’autres hétérodoxes. Ainsi, Saint-Chamans constate que la richesse a été définie par la masse des produits existants, leur valeur22, la masse du capital et la valeur du revenu brut annuel de l’économie. Il préfère la dernière car c’est la seule qui reflète les effets des crises commerciales23. À propos du numéraire, sa position est ambiguë :

Le numéraire ne constitue point la richesse d’une nation, parce qu’il n’est point un revenu, et que cette richesse se compose […] de la somme de tous les revenus ; mais il fait partie du capital général, et il est le capital le plus important parmi les capitaux productifs ; il fait donc partie de la richesse. (Saint-Chamans, 1852, I, 186-187)

18À propos de la conception qui fait de la monnaie une richesse comme les autres produits, il écrit dans une optique proche de celle de Petit :

Ces denrées vont disparaître et être détruites, dès qu’elles seront vendues […] ; l’argent reste à la nation, et, s’il disparaît pour ceux qui le possédaient, il reparaît ailleurs toujours utile et toujours prêt à recommencer les mêmes fonctions. L’argent est donc un autre genre de richesse et une richesse plus importante que l’indigo ou toute autre marchandise. (Ibid.)

  • 24 Pour Du Mesnil-Marigny ce concept est plus favorable aux thèses protectionnistes, alors que celui d (...)
  • 25 Cette précision essentielle, absente dans le texte original du débat de la Société d’économie polit (...)

19Une autre conception apparaît chez Du Mesnil-Marigny qui définit d’abord la « richesse d’usage moyenne » d’une nation, obtenue en divisant « la valeur du produit brut total de la nation […] par la valeur de l’unité d’existence et encore par le chiffre de la population » (Société d’économie politique, 1861, 2), la valeur de l’unité d’existence étant « le prix de la consommation moyenne d’un individu pendant une année » (ibid.). Il oppose à ce concept la « richesse évaluée moyenne »24 d’une nation, « égale à la somme des valeurs : 1° de tous ses biens immobiliers ; 2° de tous les biens mobiliers qu’elle possédait une année avant l’époque du bilan de cette richesse25 ; 3° du produit brut annuel ; des marchandises consommées annuellement […] affectées d’un signe négatif » [ibid.], divisée par le chiffre de la population. Cette conception n’accorde donc pas une place essentielle à la monnaie.

  • 26 Clément écrit en fait « capitaux », au sens de capitaux matériels, et non « richesse » comme le tra (...)
  • 27 Petit est de mauvaise foi, car Clément admet que l’épargne prend la forme de monnaie avant d’être t (...)
  • 28 Il prend, entre autres, l’exemple du blé dont la pléthore diminue la valeur mais élimine la famine (...)
  • 29 Petit (1868, 338-342) revient en détail sur ce point qui fait l’objet de son livre de 1857. Petit ( (...)
  • 30 Ce terme n’est pas utilisé par Petit qui n’explicite pas l’équation des échanges.

20Petit critique alors plusieurs auteurs libéraux. Tout d’abord, il cite Clément (1865a, 338) pour qui « la richesse26 se forme par les accumulations et les épargnes » définies par « l’excédant des productions sur les consommations » (Petit, 1868, p. 37) et lui fait prétendre « que ces excédants consistent en tout autre chose que la monnaie » (ibid.). Il souligne alors que l’excédent des productions sur les consommations ne peut conduire qu’à des crises de surproduction et non à l’accumulation de richesses27. Il conteste ensuite Rossi qui, dans son Cours d’économie politique, écrit que, si les désirs des différents échangistes coïncidaient, les échanges se feraient en nature sans recourir à la monnaie : c’est ignorer le désir d’épargne et d’accumulation de richesses qui nécessite le recours aux métaux précieux. Il récuse ensuite Chevalier (1851) et Clément (1865a, 325) qui, pour montrer le peu d’importance de la monnaie, affirment que, si sa quantité est multipliée par deux, sa valeur est divisée par deux à la suite de la hausse des prix. Pour lui, la monnaie est comme les autres produits qui servent à l’homme en fonction de leur masse et non de leur valeur28. Il note que, depuis dix-huit ans, la masse des métaux précieux s’est accrue de 10 à 15 milliards sans baisse de leur valeur29. Il estime qu’à production et consommation constantes, l’excédent de numéraire donnera lieu à un essor des placements, ce qui implique en d’autres termes une diminution de la vitesse de circulation de la monnaie30. S’il y a hausse des prix, il l’interprète ainsi :

  • 31 Ce sont des capitaux monétaires, alors que pour Clément ce terme ne peut désigner que des biens mat (...)
  • 32 Selon l’équation des échanges, non écrite par Petit, MV = PT, T étant constant, P ne reste constant (...)

Si les capitaux31 étaient en surabondance dans un pays, ils ne baisseraient point [de valeur] pour cela […] et il ne faudrait point, pour l’acquisition d’un objet, 600 francs, au lieu de 500 francs, la consommation et la quantité de marchandises restant les mêmes32. Les marchandises, dans les cas ordinaires, n’ont point le pouvoir de commander aux métaux précieux. Ce qui s’altère ne peut pas faire la loi à ce qui ne s’altère pas. Mais l’augmentation de prix […] pourrait survenir, parce que l’abondance des métaux précieux déterminant un accroissement de richesse, déterminerait par là même un accroissement dans la consommation. Il y aurait réellement augmentation dans les prix, mais il faudrait attribuer cette augmentation à sa véritable cause, à l’accroissement de la consommation. (Petit, 1857, 97-98 ; 1868, 64)

21Petit explicite ainsi ce dernier point :

Le développement de la richesse est rapide, si l’accroissement des métaux précieux se fait lui-même avec rapidité. Le développement de la richesse appelle l’augmentation de la consommation ; mais s’il survient un accroissement de richesse et de consommation, la production est prise au dépourvu, la disette de produits se fait sentir, et les prix s’élèvent à cause de la concurrence de la demande. (Petit, 1868, 337-338)

  • 33 La même position est exprimée par Saint-Chamans (1852, I, 266) qui par ailleurs argumente longuemen (...)
  • 34 Au même endroit, Petit précise que, si l’afflux de métaux précieux est économisé et placé, il ne pr (...)
  • 35 La fixité de la valeur des métaux précieux est aussi posée par Chitti (1840, 14) qui, à la différen (...)

22Mais « la hausse de prix ne sera que momentanée, parce que la production, suffisamment rémunérée au cours ordinaire, se hâtera de produire pour mettre les produits au niveau des besoins de la consommation33 » (Petit, 1868, 359)34. Petit avait développé cette idée dans son livre de 1857 en expliquant que l’afflux de métaux précieux n’avait provoqué l’inflation du xvie siècle qu’en raison de l’impossibilité d’augmenter la production à cette époque. Dans la conclusion de ce même livre, il affirme ainsi la fixité de la valeur de la monnaie35 :

L’élévation du prix des marchandises ne prouve point la baisse et la valeur des métaux précieux. Les métaux précieux ne haussent ni ne baissent ; ils restent fixes, invariables ; les marchandises s’agitent autour d’eux, haussent ou baissent, selon les besoins de la consommation ou les ressources de la production, mais les métaux précieux n’éprouvent aucun changement. (Petit, 1857, p. 216)

23À Chevalier qui affirme à propos de la monnaie que « le progrès consiste à la réduire à la plus simple expression » (1851, 316, cité par Petit, 1868, 62), Petit objecte que « les métaux précieux sont l’agent essentiel de toute industrie, et plus ils sont abondants, plus l’industrie acquiert d’importance » (Petit, 1868, 64) pour conclure :

Si les métaux précieux n’existaient pas, tous les grands producteurs disparaîtraient ; on ne verrait plus de production supérieure aux besoins présents […] ; le travail diminuerait dans d’immenses proportions, et la consommation se réduirait à la plus simple expression. Il en serait ainsi, parce que le seul élément avec lequel on puisse faire des économies serait anéanti. (Petit, 1868, 69)

24Petit cite ensuite des extraits de Rossi, Laveleye, Mill, Smith, Chevalier, Bastiat et Garnier, pour qui la monnaie n’est qu’un intermédiaire des échanges de produits contre des produits, comparé à une charrette, à un chemin ou à un instrument de mesure, et non un élément de richesse. Il résume ses objections en concluant :

  • 36 Ceci évoque la position de Malthus en 1820 selon laquelle « sans un agent de circulation, il est ab (...)

Pour développer la richesse et constituer des fortunes susceptibles de conservation, il fallait donc qu’il existât au moins un produit durable. Heureusement, il en est ainsi. On trouve un produit, mais un seul, mais un produit unique, qui permet de faire des économies sérieuses et d’établir des fortunes d’une existence assurée et indéfinie. Ce produit exceptionnel, ce produit merveilleux, ce produit incomparable, ce roi des produits, c’est la monnaie, ce sont les métaux précieux36. (Petit, 1868, 79)

  • 37 Comme Petit plus tard (infra), Chalmers y voit la cause d’une surproduction généralisée (1832, 166) (...)

25C’est pourquoi il est faux d’assimiler l’activité économique à « un vaste échange de marchandises contre des marchandises » (Petit, 1868, 80), car les producteurs créent une grande partie de leurs produits, non pour se procurer des biens de consommation, mais pour accumuler une fortune : « La grande production se fait […] par des personnes qui ont des revenus plus que suffisants pour donner à leurs désirs la plus large et la plus complète satisfaction » (Petit, 1868, 82), d’où une grande partie des produits s’échange contre les métaux précieux. Ce point avait en fait déjà été avancé par Thomas Chalmers37 :

[...] the great aim of every trading capitalist is to increase his fortune as estimated in money. Commodities are not his terminating objects, save in the spending of his revenue, and when he purchases for the sake of consumption. In the outlay of his capital, and when he purchases for the sake of production, money is his terminating object. (Chalmers, 1832, 165-166)

  • 38 Petit cite aussi le cas des rentiers qui ne produisent rien et qui consomment, dérogeant ainsi à la (...)

26Après sa critique de Baudrillart (1864, 343, 345-346) qui attribue à ses adversaires la thèse que l’argent est la richesse unique, alors que ce n’est que « la seule richesse qui dure, ainsi que la seule richesse qui sert de base aux autres richesses » (Petit, 1868, 89), Petit revient sur la loi de Say : « Les négociants, les industriels, les commerçants et les producteurs de toute sorte, qui ont des revenus plus que suffisants pour vivre […] ne demandent aucun produit en échange des profits qu’ils obtiennent. Ils veulent de l’argent ou quelqu’un de ses substituts. » (Petit, 1868, 100) Ces producteurs qui produisent pour accumuler des richesses se distinguent de ceux qui n’échangent leur production contre d’autres produits que pour satisfaire leurs besoins immédiats. Petit ne rejette pas la loi de Say qu’il qualifie « d’admirable » : « Cette loi reçoit son application tous les jours : plus les sociétés travaillent, plus elles ont d’objets à consommer, et plus elles consomment effectivement » (Petit, 1868, 106) ; mais la théorie de Say est pour lui « incomplète » car « il est vrai […] que les produits s’échangent contre les produits, mais seulement jusqu’à concurrence des besoins quotidiens38 » (Petit, 1868, 107).

  • 39 Sur ce point et la théorie des crises de Roscher, voir Hagemann (1995).
  • 40 Cela invalide la remarque de Schumpeter : « Say, comme pratiquement tous les théoriciens de cette é (...)

27La prise en compte de la monnaie comme base de rejet de la loi de Say avait déjà été faite par Mill (1844, 69-72) et Roscher (1849, 726)39. Selon Mill, si la loi de Say est incontestable dans le cas du troc, elle ne l’est plus lorsqu’on introduit la monnaie40 :

Now the effect of the employment of money, and even the utility of it, is, that it enables this one act of interchange to be divided into two separate acts or operations; one of which may be performed now, and the other a year hence, or whenever it shall be most convenient. Although he who sells, really sells only to buy, he needs not buy at the same moment when he sells; and he does not therefore necessarily add to the immediate demand for on commodity when he adds to the supply of another. The buying and the selling being now separated, it may very well occur [...] a general inclination to sell with as little a delay as possible, accompanied with an equally general inclination to defer all purchases as long as possible. This is actually the case, in those periods which are described as periods of general excess. (Mill, 1844, 70)

28Cependant, comme Mill précise que « no person desires money for its own sake » (Mill, 1844, 69), son analyse est fondamentalement différente de celle de Chalmers et de Petit. La demande de monnaie ne joue pas pour lui le rôle moteur, notamment dans l’apparition des crises, qu’elle a pour Petit, mais, comme le montre la suite de son texte, c’est une valeur refuge dans une situation d’incertitude telle que celle qui est engendrée par une crise.

  • 41 Sur la pensée de Ott sur les crises et les débouchés, voir Besomi et Colacchio (2010) et Besomi (20 (...)

29Une tout autre critique de la loi des débouchés est menée par Auguste Ott (1851, 1854a et b)41. À la différence de Petit, il admet « que les produits ne s’échangent que contre les produits […] puisque le numéraire n’est que l’instrument des échanges » (Ott, 1851, 504), mais nie que « les débouchés s’étendent toujours avec la production » (ibid.) :

En principe, les débouchés exigent toujours une production réciproque. Un échange suppose nécessairement au moins deux producteurs, et pour que l’échange ait lieu, il faut que le produit de chacun d’eux convienne à l’autre. A cette condition, il y aura un débouché pour les deux produits ; autrement, il n’existera pour aucun des deux.

Les débouchés sont donc en raison de la convenance de l’acheteur, de l’offre d’acheter, de la demande, et non de la production, de l’offre de vendre. Demande et débouchés sont, pour ainsi dire, synonymes, et au lieu de dire avec Say que l’étendue des débouchés est proportionnelle à l’étendue de la production, il faut dire que l’étendue de la production est proportionnelle à l’étendue des débouchés. (Ott, 1851, 507-508)

  • 42 Cette idée est déjà exprimée par Saint-Chamans (1852, I, 100-103).

30Les débouchés sont limités par les « causes qui déterminent les demandes individuelles […] : l’utilité des produits et les moyens ou les valeurs dont chacun dispose »42 (Ott, 1851, 508). À propos du premier point, Ott souligne que toute production qui dépasse le besoin donne lieu à un encombrement. À propos du second, il rappelle que :

C’est en raison de ses revenus que chacun achète et que par conséquent il demande ; c’est donc la distribution et l’emploi de ces revenus qui doivent déterminer la production échangeable.

  • 43 Sur ce point Ott diffère de Saint-Chamans (1852, II, 310-311) pour qui les besoins essentiels sont (...)

La distribution inégale des revenus est cause que la demande n’est pas conforme au besoin réel et qu’on produit une quantité d’objets de luxe, tandis que l’indispensable fait défaut43. Mais s’il résulte de là que les travailleurs sont très malheureux, il ne s’ensuit pas que les débouchés doivent manquer absolument […]. (Ott, 1851, 509)

31Dans un texte ultérieur, Ott précise :

  • 44 Ce point renvoie à sa théorie des crises (infra).

En règle générale, la production se conforme dans nos sociétés aux débouchés. […]. Si l’emploi des revenus était parfaitement régulier, il ne devrait y avoir d’encombrement que dans les cas où la production elle-même serait surabondante44 […]. Cependant comme l’emploi des revenus est sujet à diverses irrégularités, il en résulte des oscillations […]. (Ott, 1854b, 52)

32En effet, les faibles revenus sont affectés essentiellement « à l’achat d’objets indispensables ou de grande utilité » [ibid.], alors que les riches achètent en plus des produits de luxe et épargnent pour constituer des capitaux : « Ces capitaux, quoiqu’ils consistent en numéraire pour ceux qui les forment, sont dépensés à leur tour en instrument de travail par ceux qui les reçoivent en prêt » (Ott, 1854b, 53). Si les dépenses de nécessité sont peu variables,

  • 45 À ce propos Ott (1851, 514) se réfère à la situation créée en France par la révolution de 1848. Une (...)
  • 46 De son côté, Mill (1848, II, 93-94) envisage que, si les riches n’ont pas l’envie de consommer alor (...)

[…] les deux autres sont sujettes à des fluctuations très considérables. En effet, il suffit de quelque désordre dans la société45, de quelque crainte de guerre, etc., pour que les dépenses de luxe se réduisent considérablement et s’arrêtent souvent tout à fait46. Des craintes de même nature, et souvent quelquefois de simples spéculations de bourse suffisent pour entraver le placement régulier des capitaux, pour empêcher que l’on ne prête son argent et pour le faire retirer dans les coffres forts. Or, dans ces cas, les débouchés ordinaires manquent immédiatement aux producteurs d’objets de luxe et d’instruments de travail, et tous ces producteurs se trouvent manquer de travail. Mais par suite aussi, ils ne peuvent acheter les objets indispensables et utiles dont ils ont besoin et qu’ils ne manquent pas d’acheter dans les temps ordinaires. De là il résulte que la totalité de ces produits mêmes ne se vend pas, et qu’ainsi la fluctuation subie par une seule classe d’objets agit sur l’ensemble des débouchés. (Ibid.)

33Ainsi, la monnaie n’est pas, comme chez Petit, un objet d’accumulation régulière pour elle-même : son interférence avec la loi des débouchés n’est pas permanente mais limitée aux périodes de troubles politiques, économiques ou financiers.

34Petit souligne enfin les atermoiements de ses adversaires. Ainsi, après avoir rappelé le peu d’importance de la quantité de monnaie, Laveleye concède que de l’observation « de faits tous incontestables, tous concordants, il est impossible de ne pas concevoir quelques doutes sur la complète exactitude des axiomes économiques au sujet de la monnaie » (Laveleye, 1865a, 448, cité par Petit, 1868), 134). Il refuse ainsi de reconnaître « que la monnaie est une marchandise comme une autre » car « en tant qu’intermédiaire des échanges, elle a des caractères particuliers qui la distinguent nettement de toutes les autres marchandises » (ibid.). En effet, la plus ou moins grande rareté de la monnaie détermine le niveau du taux de l’intérêt, conditionne le coût du financement des transactions économiques dans tout pays où l’on recourt au crédit et, par là, détermine le niveau de l’activité économique :

Est-on plus fondé à prétendre que l’abondance de numéraire n’a pas d’action sur l’intérêt, et qu’il faudrait dire non le money-market, le marché de la monnaie, mais le marché du capital, c’est-à-dire des produits ? L’étude des faits nous force encore à voir ici une erreur. La remarque mise en avant, que les emprunteurs désirent se procurer, en dernier résultat, des capitaux disponibles, c’est-à-dire des denrées, des produits de toute nature et non de l’or, cette remarque est très exacte ; mais comment se procurera-t-on ces marchandises réparties de tous côtés ? Évidemment en les achetant, et pour les acheter il faut d’abord de la monnaie. Ce que l’emprunteur désire donc en premier lieu, c’est de l’or. Aussi, avant de se présenter sur le marché des produits, des capitaux marchandises, où il ne trouverait pas assez de crédit, il va d’abord au marché de l’argent, au money-market, où il emprunte du numéraire. […] Si le numéraire est abondant, l’emprunteur trouvera beaucoup de gens disposés à lui en prêter, et à un taux peu élevé. […]

  • 47 Passages non cités par Petit qui reproduit pourtant des pages entières de cet article.

Tel est le fait constaté par tous les hommes d’affaires, et en vain nié par une théorie incomplète. C’est ce fait qui avait frappé l’école mercantile et qui l’avait porté à conclure qu’une nation doit attirer et retenir dans la limite de ses frontières le plus de métaux précieux possible47. (Laveleye, 1865a, 450-452)

35Petit signale aussi les contradictions de Louis Wolowski (1865a et b). Il en conclut que « des apostasies s’annoncent au sein de l’église économique » (Petit, 1868, 152). Mais, pour lui, ces auteurs ont tort de penser que la contradiction entre faits et théorie vient du caractère incomplet de celle-ci, car elle est erronée et il faut la refaire. Sa position sur la primauté de la monnaie fonde tout le reste de son analyse.

3. La balance du commerce

36Petit soutient le principe mercantiliste de la balance du commerce selon lequel un pays s’enrichit en dégageant un excédent de commerce extérieur et en accumulant des richesses monétaires. Il rappelle la position hostile de Say qui repose sur l’idée que les produits s’échangent contre les produits :

  • 48 À l’encontre de cette thèse, Petit (1865) argumente à partir du texte déjà mentionné de Dupuit dans (...)

Pour lui, le numéraire n’a pas plus de valeur que tout autre produit. Il a fallu exporter celui-ci pour importer celui-là ; en conséquence, la nation qui a importé le numéraire n’a rien gagné à l’opération qui a eu lieu, puisqu’elle a donné, en échange de ce numéraire, une marchandise quelconque qui avait la même valeur48. (Petit, 1868, 172)

37Ce à quoi il répond :

  • 49 Plus loin, Petit critique de la même manière des exposés de Bastiat et du Dictionnaire de l’économi (...)

Ce numéraire […] augmente la richesse durable de ce pays, c’est-à-dire la richesse qui sert à réaliser des économies et à établir les fortunes qui procurent des revenus en argent et qui se conservent. Le pays importateur du précieux métal a reçu un produit inaltérable, en échange d’une marchandise dont la durée était éphémère, en échange d’une marchandise qu’il n’avait aucun intérêt à conserver, puisqu’il n’en avait pas besoin, et qui n’était même pas susceptible de conservation49. (Petit, 1868, 172-173)

  • 50 On trouve un exemple peu différent dans Bastiat (1854, 55). Un exemple aboutissant à une perte du n (...)
  • 51 Une critique identique est exprimée par Saint-Chamans (1852, 316-319).

38Petit critique ensuite l’exemple numérique que Bastiat oppose à la doctrine de la balance du commerce : « Le négociant qui a acheté en France pour 10 000 fr. de vin et l’a vendu pour le double de cette somme aux Etats-Unis, recevant en paiement et faisant entrer en France 20 000 fr. de coton, croit avoir fait une bonne affaire. Et la balance du commerce enseigne qu’il a perdu son capital tout entier50. » (cité par Petit, 1868, 176) Pour lui, cet exemple est inadapté car, dans cette opération, il n’y a pas en fait un centime qui sorte de France51.

39Petit précise cependant qu’un pays n’a pas intérêt à l’appauvrissement de ses voisins ni à vivre en autarcie. Il voudrait que « les échanges atteignent des proportions toujours plus grandes » (Petit, 1868, 223), comme une conséquence, non de la division du travail, mais de l’augmentation de la richesse et de la production qui entraîne une croissance des échanges de produits spéciaux à chaque pays, la production des produits similaires étant protégée.

  • 52 Pour Saint-Chamans (1852, I, 275-276) l’Espagne n’a pas été ruinée par l’afflux de l’or du Nouveau (...)

40Il illustre sa thèse en prenant en exemple le déclin économique et l’appauvrissement de l’Espagne à la suite de l’exportation des métaux précieux d’Amérique52, ainsi que l’enrichissement de la France par le commerce extérieur avant la mise en place du libre échange : de 1827 à 1860, la France a bénéficié de plus de 4 milliards d’excédent de ses échanges, contre 24 millions de 1861 à 1864. Surtout, en citant l’économiste libéral Léonce de Lavergne, il oppose la nature des exportations selon les périodes :

  • 53 Petit critique de la même manière des exposés de Bastiat et du Dictionnaire de l’économie politique(...)

Si l’exportation vient s’ajouter à une consommation intérieure progressive ou même stationnaire, elle constitue un bénéfice ; si elle ne fait qu’écouler l’excédant d’une consommation qui se réduit, elle change de nature : c’est toujours un bien en soi, car il vaut mieux vendre au dehors que de ne pas vendre du tout, mais c’est la révélation d’un mal53. (Lavergne, 1866, 1046, cité par Petit, 1868, 172-173)

41Ainsi, étant donné que la production de tissus divers a diminué d’un quart depuis 1861, « l’exportation n’a pu être prise que sur une réduction de consommation, et plus l’exportation a augmenté, plus la consommation intérieure a dû se réduire. […]. Si nous ne consommions plus de tissus du tout, nous en exporterions encore plus ; en serions-nous plus heureux et plus riches ? » (ibid.). Le faible excédent commercial ne viendrait donc que de l’appauvrissement provoqué par les traités de commerce.

  • 54 Thémistocle Lestiboudois (1797-1876), médecin, député de Lille, botaniste et économiste.

42On peut comparer les idées de Petit à celles d’un autre protectionniste, Lestiboudois54. Comme Petit, il souligne les qualités des métaux précieux qui en font le meilleur moyen d’échange, mais pose « que les métaux précieux ne sont qu’un élément du capital, en tout semblable aux autres éléments ; qu’à aucun titre il ne mérite la préférence » (Lestiboudois, 1847, 176). Il défend, cependant, le principe de la balance du commerce, car :

  • 55 Comme le signale Lestiboudois, ce n’est pas le cas si le pays est producteur de métaux précieux.

L’exportation de l’argent […] est un signe que les nations achètent des objets de consommation, non avec les produits de leur travail55, mais avec les éléments de leur capital ; elles vivent aux dépens de leur richesse accumulée et non à l’aide d’une production régulière et réparatrice. C’est donc un symptôme qu’elles marchent vers un appauvrissement graduel, et d’autant plus rapide que l’excédant de la consommation sur la production habituelle est plus considérable. (Lestiboudois, 1847, 177)

43L’exportation de métaux précieux n’est pas la cause de l’appauvrissement comme chez Petit, mais son symptôme. Cet appauvrissement correspond à la fois à une diminution de l’emploi du travail national et à une perte en capital. Si, à la différence de Petit, Lestiboudois admet que les produits s’échangent toujours contre les produits, il constate qu’en cas de balance défavorable des échanges, les produits importés ne sont pas seulement échangés contre des produits résultant du travail actuel mais aussi contre du capital, c’est-à-dire des produits résultant du travail antérieur, ce qui a un effet négatif sur l’emploi actuel d’un pays :

Chacun comprend la différence qu’il y a entre ces deux faits, dépenser son revenu ou dépenser son capital ; s’approvisionner en consommant le produit de son travail ou en dévorant ses épargnes ; vivre en faisant vivre les ouvriers qui nous entourent, ou en aliénant le capital qui sert à la reproduction, en absorbant les réserves antérieurement formées qu’on emploie et dissipe, sans appeler le concours d’aucun travailleur. (Lestiboudois, 1847, 66)

44À cette aliénation de capital, s’ajoute le défaut d’emploi du capital utilisé dans les activités détruites par la concurrence étrangère, car « le capital industriel consacré à une production ne peut servir à une autre dans le plus grand nombre de cas » (Lestiboudois, 1847, 167) et ne peut pas être utilisé pour l’extension d’autres productions. Le raisonnement de Lestiboudois est cependant ambigu car, pour lui, le capital, « formé de produits mis en réserve, et constituant l’un des moyens les plus nécessaires de la création des objets utiles » (Lestiboudois, 1847, 165), est constitué des moyens de production. Or, on voit mal comment ces biens, dont la spécificité interdit le transfert d’une industrie à l’autre, peuvent être utilisés en règlement de l’échange international. Comme le signale déjà le passage cité plus haut, ce règlement se fait en argent :

  • 56 On peut souligner l’emploi de ce terme au lieu de celui de « capital ».

Bien sûrement il arrive, ou qu’une nation exporte les produits de son travail pour acheter au dehors d’autres produits, ou qu’elle les achète en donnant certains éléments de sa richesse56 accumulée, l’argent ou l’or par exemple. […] Les économistes ont appelé balance du commerce le rapport qu’il y a entre la quantité de marchandises exportées et celles des marchandises importées, ils admettent une différence entre ces quantités, différence qui se solde en argent. (Lestiboudois, 1847, 66)

45Il manque donc une explication de la relation entre ce règlement en métaux précieux et la perte de capital matériel que Lestiboudois associe au déficit commercial. L’analyse de Petit, qui fait des métaux précieux la base de l’accumulation du capital, résout ce problème.

46Saint-Chamans rejette lui aussi le mercantilisme, mais défend la balance du commerce car « l’argent […] est un capital très précieux, parce qu’il tend toujours à chercher un emploi, à donner de l’activité aux affaires et à la production, par conséquent à occuper les ouvriers » (1852, I, 283). De plus, « le numéraire ne peut pas sortir d’un pays sans y retrancher une consommation, ni y entrer sans ajouter une consommation. Or les consommations étant la source de des richesses, les augmenter ou les diminuer, c’est gagner ou perdre » (Saint-Chamans, 1852, I, 289).

47De son côté, Du Mesnil-Marigny, auteur souvent qualifié de protectionniste, confronté au même contexte économique que Petit, adopte des positions contraires aux siennes :

Les partisans de la balance du commerce […] ne peuvent arriver qu’à des conclusions contradictoires et inacceptables, lorsqu’ils prétendent que l’or et l’argent sont préférables à toutes autres marchandises.

[…] Si les métaux précieux sont très utiles à divers points de vue, examinés sous d’autres faces, ce ne sont que des richesses d’un ordre secondaire. […] A égalité de valeur, l’or et l’argent ne sont pas, dans certains cas des richesses par excellence. (Du Mesnil-Marigny, 1878, 295-296)

  • 57 Présentes dans tous ses livres, ces thèses sont notamment exposées lors de l’Enquête agricole de 18 (...)
  • 58 Cette thèse avait déjà été contestée par Bigot de Morogues (1833).

48Pour lui, la richesse par excellence serait plutôt la terre, ce qui nous paraît contredire ses thèses protectionnistes57. En effet, il estime que, pour accroître le plus possible le capital d’un pays, il faut protéger les produits dont les revenus moyens par individu impliqué dans leur production sont les plus élevés, c’est-à-dire les produits industriels. En revanche, il ne faut pas protéger les produits agricoles à usage alimentaire, notamment les céréales, qui sont moins lucratifs et dont l’augmentation de prix entraînerait une hausse des salaires nuisible à la compétitivité de l’industrie58. L’essor de l’agriculture doit être subordonné à celui de l’industrie dont la prospérité lui assure les débouchés.

4. Les crises commerciales59

  • 59 En 1865, Petit se contente de rejeter les explications monétaires des crises sans proposer de théor (...)
  • 60 On note que Petit utilise ici les expressions qu’il reproche à Clément (supra).
  • 61 Pour Petit, si les produits s’échangeaient contre les produits, un trop-plein se ferait sentir en p (...)
  • 62 À l’époque, si la périodicité stricte des crises est posée par certains économistes dont le plus co (...)

49Pour Petit, le fait que les métaux précieux sont la richesse par excellence est à l’origine des crises commerciales. D’une part, les producteurs cherchent à produire le plus possible pour obtenir ces métaux qui leur permettent d’édifier leur fortune. D’autre part, « comme consommateur, chacun veut aussi réaliser des économies. Il en résulte que, dans toute famille, on cherche à dépenser le moins possible […] pour élever de plus en plus le chiffre de ses épargnes » (Petit, 1868, 264). « Et, puisque tout le monde entend faire des épargnes, il arrive nécessairement que chacun cherche à produire plus qu’il ne consomme ; car c’est le seul moyen de parvenir à économiser60. » (Petit, 1868, 265) Ainsi, s’il y a « ceux qui produisent uniquement pour vivre, parce que leur production est malheureusement si faible qu’elle ne leur permet même pas la réalisation de l’épargne la plus légère » (Petit, 1868, 266-267), il y a « ceux qui produisent et pour vivre et pour économiser » (Petit, 1868, 266) et ceux dont la fortune est suffisante pour satisfaire leurs besoins « qui produisent uniquement pour amasser des richesses » (ibid.). « Ces tendances opposées de la production et de la consommation créent, de toute nécessité, un engorgement »61 (Petit, 1868, 268) et ces « excès de production qui déterminent les crises reviennent avec une régularité presque mathématique62. » (Petit, 1865)

50En effet, en raison de la recherche de l’accumulation de richesses par la grande industrie, « la production parvient à créer des quantités énormes de produits, qui vont toujours en augmentant » (Petit, 1868, 267). Cependant :

Les choses ne peuvent pas suivre, d’une manière constante ce mouvement ascensionnel. L’épargne se forme toujours peu à peu, et il arrive un moment où la consommation, saturée de produits, en demande moins à une production qui continue à se développer, ou, du moins, ne lui en demande pas autant que celle-ci est à même d’en fournir, et qu’elle aurait besoin d’en écouler.

Ainsi, d’une part la production multiplie sans cesse le nombre des producteurs qui la servent ; elle augmente chaque jour la quantité de ses machines, développe de plus en plus leur puissance, pour accroître d’une manière incessante la masse de ses produits, tandis que, de l’autre part, la consommation, arrivée à un certain degré de satisfaction, se refuse à absorber la totalité des produits qui lui sont offerts. De là un trop-plein inévitable. C’est ainsi que naissent la plupart des crises commerciales. » (Ibid.)

  • 63 Cette relation n’apparaît pas chez Saint-Chamans qui attribue la « cause du désastre général, dans (...)
  • 64 Petit ne cite que les auteurs qu’il critique et ne cite pas plus Juglar que Briaune, Morogues ou Sa (...)
  • 65 Petit n’accorde pas de place aux bulles spéculatives auxquelles Mill (1848, II, 53-56) attribue un (...)
  • 66 Petit (1857, 16) utilise ce mot. Il écrit aussi que : « La soif de l’or […] n’est point encore étei (...)

51Petit attribue l’apparition des crises à l’expansion exagérée de la production manufacturière, ce qui le rapproche de Juglar qui voit l’origine des crises dans les excès de la prospérité63, sans qu’on connaisse l’influence de Juglar sur sa pensée64. Cependant, pour Petit, les excès de la prospérité concernent essentiellement l’exagération de la production, alors que pour Juglar ils concernent « les entreprises et les spéculations de tout genre »65 (Juglar, 1862, 5). Pour Petit, comme pour Chalmers, c’est le désir d’accumuler sans fin des richesses monétaires ou financières, c’est-à-dire la cupidité66, motif qui explique cette surproduction et en même temps le rejet de la loi de Say nécessaire à la surproduction générale. Cette recherche des métaux précieux est permanente et constitue le déterminant fondamental de la production, alors que pour Juglar, comme pour Mill (1844), elle n’est qu’épisodique et limitée à la période de crise :

Au moment des crises, on ne s’occupe que du départ ou de l’arrivée de l’or, de telle sorte que les grandes oscillations de ce métal accompagnent les époques de misère et de prospérité. Pourquoi cette recherche dans le premier cas, ce dédain dans l’autre ? Quoique marchandises, les métaux précieux jouissent de certains privilèges qui les font rechercher à certains moments de préférence à toutes les autres marchandises, et ce privilège consiste dans leur rôle de monnaie légale, c’est-à-dire libératoire, permettant d’éteindre une dette. […]

Outre ce grand avantage, ils en ont encore un autre qui les fait particulièrement rechercher au moment des crises ; c’est que la masse répandue dans le monde […] n’éprouve pas de grandes variations par suite de la production annuelle […]. De là une stabilité de prix beaucoup plus grande, de là des écarts sensiblement moindres que pour les autres marchandises. (Juglar, 1889, 25-26)

52Ainsi, l’or ne constitue qu’une valeur refuge que l’on néglige lors de la phase de prospérité, alors que pour Petit c’est la richesse « par excellence » dont la recherche est le moteur de l’activité économique lors de cette même phase.

  • 67 À l’opposé d’Ott, Chitti estime que la loi de l’offre et de la demande « met la production en rappo (...)

53On peut cependant se demander pourquoi les grands producteurs sont aussi aveugles en ce qui concerne l’évolution réelle de la consommation. Ce point est éclairé par l’analyse des crises d’Ott qui nous paraît ici complémentaire de celle de Petit. Pour Ott, « la cause immédiate » de la crise commerciale « est ordinairement une surabondance des produits sur le marché, et une dépréciation générale des prix » (Ott, 1854a, 1388), mais « la cause générale, celle qui reproduit les crises d’une manière régulière, […] c’est l’imprévoyance générale dans la production ». En effet, si la demande provoque la production, elle ne la « règle » pas67, de sorte que la production finit toujours par la dépasser :

Tout ce que le producteur peut savoir, c’est que la demande existe dans un moment donné, qu’elle est plus ou moins intense. Mais il ignore si elle existera encore quand il aura produit les objets demandés, quand il les portera sur le marché. Il ne peut donc agir qu’à l’aveugle, sur une donnée tout à fait incertaine […].

Il en serait ainsi, quand même le producteur serait une seule personne qui eût à satisfaire à la demande toute entière. Mais à l’incertitude de la demande vient se joindre celle de l’offre. Il n’y a pas un producteur unique, il y en a un grand nombre, tous isolés, tous voulant satisfaire à la demande, et dont aucun ne connaît l’autre, dont aucun ne saurait se concerter avec ses concurrents. Or pour proportionner sa production à la demande, il faut, non seulement que le producteur connaisse l’étendue effective de la demande […], il faut encore qu’il connaisse la production par laquelle d’autres se proposent de satisfaire à cette demande, connaissance qu’il est encore plus impossible d’acquérir que la première. De quelque côté qu’il se retourne, le producteur n’aboutit qu’à l’incertitude. (Ott, 1851, 85-86)

  • 68 Ce sera l’hypothèse posée par Frisch (1934) pour justifier l’organisation de la production et de l’ (...)

54Cette incertitude quant à l’état réel de la demande et de l’offre est-elle suffisante pour expliquer la surproduction ? Elle pourrait aussi bien conduire à une sous production par crainte des risques encourus68. La recherche effrénée de la richesse monétaire postulée par Petit peut en revanche inciter à la prise de risque et expliquer pourquoi cette incertitude va systématiquement conduire à la surproduction.

  • 69 Comme Petit, Ott estime, en dehors de son explication générale, qu’une mauvaise récolte de céréales (...)

55Pour Petit, cette explication endogène des crises est la règle générale. Il admet d’autres causes telles que les guerres, les crises politiques et les pénuries alimentaires, c’est-à-dire des causes exogènes, mais rejette l’origine monétaire, sauf pour les crises « factices » découlant de l’action de la Banque de France. Il ne retient en fait que les crises liées à l’exubérance de la production et celles liées aux chertés alimentaires69. Dans les deux cas, il définit un niveau de consommation normal :

  • 70 On peut considérer que l’analyse de Petit se réfère à deux fonctions de consommation : une fonction (...)

Il est une moyenne de consommation, une consommation, pour ainsi dire, normale, que l’on peut concevoir, la richesse de la société étant connue. Elle se manifeste quand les nations sont en paix, lorsque le pain est à un prix raisonnable, quand le commerce et les échanges suivent une marche régulière, quand la prospérité se développe et grandit. Cette moyenne augmente chaque année, chaque jour, à mesure que l’aisance des populations s’accroît et que la somme des métaux précieux, source de toute richesse durable, s’élève et favorise le développement de la fortune générale70. (Petit, 1868, 275)

  • 71 Ce en quoi il se différencie de Briaune (1840, 5-6), qui explique la crise par la seule pénurie ali (...)

56L’engorgement peut alors « dériver de deux causes : d’une production qui excède le niveau normal de la consommation, ou d’une consommation qui s’abaisse au-dessous de ce niveau par le manque de moyens de consommer »71 (Petit, 1868, 277).

  • 72 Petit (1857, 185-186, n. 1) explique cette expansion des travaux et la hausse des salaires par l’af (...)
  • 73 On peut comparer avec Juglar : « Si la disette se rencontre avec le trop-plein des portefeuilles, l (...)

57Petit expose d’abord les mécanismes de la crise liée aux chertés alimentaires, sans innover par rapport à ceux qui, tels que Briaune (1840), l’avaient analysée : la cherté amène l’augmentation des dépenses en nourriture et la réduction des achats et de la production de produits manufacturiers, à moins que, comme en 1853-1856, cette hausse de dépenses ne soit compensée par un surcroît d’activité (grands travaux urbains) et une hausse du salaire72. Cette crise « est d’autant plus terrible que la masse des produits est plus abondante à l’époque où elle éclate »73 (Petit, 1868, 279), c’est-à-dire que la crise peut appartenir en même temps aux deux types distingués par Petit.

  • 74 L’explication alternative, souvent présentée, serait l’éclatement de la bulle spéculative ferroviai (...)
  • 75 Pour défendre ce point, Petit (1868, 314-316) présente des données sur l’activité économique avant (...)
  • 76 Petit (1868, 281-282) est ici proche de celle de James Wilson (1840, 21-22) qui estime en plus que (...)

58Pour Petit, la crise de 1847, liée à la mauvaise récolte de 1846, serait de ce type74, alors que celle de 1857 aurait été provoquée par l’exagération de la production75. Il remarque que, lors d’une cherté, les importations de blé donnent lieu à des exportations de numéraire et que la crise de 1847 a été attribuée à cette sortie d’argent. Il rejette cette explication car en 1847 le commerce extérieur de la France a été excédentaire. Surtout, il n’admet pas que cette crise ait une origine monétaire : « C’est le contraire qui a lieu, et ce sont les troubles commerciaux qui provoquent les embarras monétaires. » (Petit, 1868, 280-281) La cherté alimentaire détourne les flux monétaires au profit des activités liées à l’alimentation et au détriment des autres activités76. Ces dernières adressent des demandes de financement aux banques dont les réserves diminuent et ne peuvent pas les satisfaire, d’où la débâcle financière générale.

59La crise liée à l’exagération de la production diffère à ses débuts de celle qui est liée à une cherté alimentaire, mais, une fois déclarées, elles se déroulent de la même façon en amenant une baisse de la production. Partant d’une crise provoquée par une mauvaise récolte, Petit décrit l’enchaînement cyclique qui conduit à la crise de surproduction. À la suite de la cherté :

  • 77 Petit note que dans ce type de crise, comme dans le cas des crises liées aux pénuries alimentaires, (...)

La consommation disparaît sur certains points, se ralentit sur certains autres, et force ainsi la production à s’arrêter, ou du moins à diminuer la masse de ses produits. Les ouvriers77 et les marchands, tous les degrés, sont le plus fortement atteints.

  • 78 La durée de la liquidation est plus courte que pour Juglar qui l’estime de 18 mois à deux ans.

Mais […], il y a une certaine classe de consommateurs qui continue à consommer comme avant la crise, et d’autres classes qui, tout en modérant un peu et à des degrés divers leur consommation, consomment néanmoins encore dans des proportions raisonnables. Ce courant de consommation finit par absorber, après quelques mois, quelquefois après une année78, jamais beaucoup plus, le trop-plein qui s’était manifesté au moment de la crise. Il parvient d’autant plus vite à faire disparaître ce trop-plein que la production est devenue moins active. Il arrive même un moment où la rareté des produits se fait sentir, où des besoins nouveaux se manifestent, et où la demande reparaît. Alors, certains producteurs se remettent à l’œuvre. Ce premier mouvement est bientôt le signal d’une reprise générale […].

  • 79 Ceci ressemble à ce passage de Juglar : « Tout à coup tous les canaux paraissent remplis, il n’y a (...)

Ordinairement, quand une reprise se manifeste dans les affaires, le commerce se fait avec avantage, car les besoins sont grands. Les producteurs qui ont traversé la crise […] augmentent leurs moyens de production. Bientôt de nouveaux producteurs, excités par l’appât du gain, entrent aussi dans la lice. […] La consommation absorbe d’abord facilement les produits qui lui sont offerts, à cause de l’abstention qui lui a été imposée. Elle augmente même au fur et à mesure que la richesse et les moyens d’échange s’accroissent. La production voit son horizon s’élargir, de manière qu’elle produit toujours de plus en plus. […] Mais il arrive un moment où chaque consommateur […] a effectué toutes ses provisions […]. Alors on songe à économiser ; on fait quelques réserves pour l’avenir. A partir de ce moment, la consommation recule ou bien elle demeure stationnaire, ou bien elle suit une marche moins rapide que celle de la production. […] De cette manière, on arrive fatalement à un excès, à un trop-plein, à un engorgement. La consommation oppose à la production un obstacle insurmontable. Elle fait refluer les produits dans les canaux de la production, de manière que le marché, qui s’en trouve comme inondé, subit d’affreux sinistres79. (Petit, 1868, 289-291)

60Dans la tradition de Sismondi, Petit attribue une part importante de cette surproduction au recours excessif aux machines :

  • 80 Cet argument est déjà énoncé par Morogues (1833, 10) (voir Simonin, 2008b). On retrouve la même ana (...)

Du moment que le producteur machine [sic] intervient dans la production, les produits ne peuvent plus s’échanger uniquement contre les produits, avec la monnaie comme intermédiaire. La machine est un producteur qui produit comme cent, comme mille, comme dix mille, tandis qu’elle appartient le plus souvent à un seul consommateur. Ce producteur automatique, qui produit immensément parfois, aveuglement toujours, ne consomme pas80. Il apporte un trouble profond dans les échanges de produits contre produits. (Petit, 1868, 301)

  • 81 Petit (1857, 75, 84, 86-87) note que la crise, quelle que soit son origine, provoque la baisse des (...)

61On remarque que la relation entre l’offre et la demande de produits est au cœur de la construction de Petit : la croissance de la production reste saine tant qu’elle reste en rapport avec celle de la demande ; la crise naît de l’exagération de l’offre par rapport à la demande et la reprise commence lorsque ce déséquilibre est résorbé. Curieusement, alors que Petit affirme que les prix sont déterminés par le jeu de la production et de la consommation, ils ne jouent aucun rôle dans cette analyse81. Cette absence est frappante si on compare sa construction à celle proposée par Ott. Après avoir souligné que chaque producteur est abandonné à sa propre évaluation de l’état du marché, Ott propose une ébauche de « cobweb » :

La demande provoque la production, mais une production qui finit toujours par dépasser cette demande. Alors il y a encombrement, les produits créés ne se vendent pas, et la production cesse, parce que les producteurs sont ruinés. Cette interruption de la production excite de nouveau la demande ; la demande provoque une production nouvelle, et le même mouvement recommence. (Ott, 1851, 86)

62Si cet exposé ne fait pas intervenir le niveau du prix, celui-ci apparaît dans la citation de l’exposé par un industriel, Kœcklin, des fluctuations subies par la filature du coton alsacienne au cours des années 1820 : le prix élevé stimule la production et conduit à un « trop-plein » qui le fait baisser ; ce bas prix stimule la demande et relance le processus (Ott, 1851, 86-87 ; 1854a, 1389-1390). Ce rôle joué par le prix est bien intégré par Ott en 1854 :

Quelle sera la base de cette appréciation : ce sera le haut prix des marchandises, ce sera leur rareté momentanée sur le marché, ce seront les profits considérables qu’en procurera la production. D’après ces considérations, il se jettera à corps perdu dans cette production. Mais d’autres feront comme lui et subitement ces marchandises qui se trouvaient en trop petite quantité se trouveront en surabondance, les prix descendront successivement, et jusqu’au-dessous du prix de revient ; enfin la place sera encombrée au point qu’un petit nombre des produits seulement pourront être vendus et avec des pertes considérables. Alors s’arrêteront les ventes, les achats, la production. (Ott, 1854, 1389)

63Petit oppose sa vision des crises à celle des économistes libéraux. Il cite Laveleye qui, sur la base de la loi de Say, rejette la surproduction générale :

Les économistes […] s’accordent à ne pas admettre un excès général de production, parce que, dans ce cas, tous les produits s’échangeraient, comme avant, les uns contre les autres, avec cette différence que chacun en aurait davantage. Il peut donc y avoir surabondance sur un ou deux points du marché […] ; mais il est impossible que ces fausses opérations épuisent l’encaisse des banques, tuent le crédit et portent le trouble dans tout le mécanisme de la circulation. (Laveleye, 1865a, 437, cité par Petit, 1868, 294)

64Ainsi, les crises de 1847 et 1857 ne sont pas liées à un quelconque encombrement :

  • 82 Max Wirth, Geschichte der Handelskrisen, 1858. Cependant, en général, Wirth explique les crises par (...)
  • 83 Laveleye (1865a, art. cité) poursuit ce passage ainsi : « Ces affirmations constituent ce que l’on (...)

D’après M. Max Wirth82, les crises de 1847 et de 1857 ont éclaté non parce qu’on manquait de numéraire, mais parce qu’on n’avait pas assez de tous les produits, fer, bois, denrées alimentaires, qu’exigeait la fondation de toutes les entreprises industrielles qu’on avait prétendu créer à la fois83. (Laveleye, 1865a, 446, cité par Petit, 1868, 295)

  • 84 Petit (1868, 308) reconnaît que l’inégalité dans la distribution des moyens d’échange joue un rôle (...)
  • 85 Cette phrase de Baudrillart est aussi attaquée par Du Mesnil-Marigny (1868, 101-102).

65Petit rapproche cette opinion de celle de Baudrillart : « Produisons, produisons beaucoup, et sans scrupule, en dépit de cette autre apparence, qu’on appelle les excès de production, lesquels n’indiquent que l’insuffisance des moyens d’échange84. » (Baudrillart, 1864, 343, cité par Petit, 1868, 294)85

  • 86 Par exemple, Fazy (1830, 9), Chitti (1840, 7-8), Rossi (1854, 214-229), Clément (1858, 162) et Garn (...)
  • 87 Ainsi, on retrouve chez Petit, à la fois la crise de surproduction générale et la crise de surprodu (...)

66Petit rappelle que les produits ne s’échangent pas contre les produits mais en grande partie contre des métaux précieux, et que c’est la recherche de l’accumulation de ceux-ci par les grands producteurs qui conduit à la surproduction générale. Ce rejet de la loi de Say est nécessaire pour pouvoir expliquer la crise générale de surproduction. En effet, pour les libéraux, en raison de la loi de Say, un engorgement ne peut être que partiel et implique un excès de la demande sur l’offre dans d’autres secteurs86. Petit admet que l’engorgement peut n’être au départ que partiel, mais qu’il se généralise parce que « les ouvriers des industries qui souffrent directement diminuent leur consommation. Cette diminution de consommation […] se fait sentir de proche en proche, de manière que la plupart des industries sont éprouvées » (Petit, 1868, 311-312)87.

  • 88 Cette idée est développée dans Laveleye (1865b) qui la maintiendra par la suite (Laveleye, 1882, 24 (...)

67Petit souligne aussi que Laveleye explique les crises par la contraction des moyens d’échange88 :

  • 89 Pour Juglar, ce terme désigne le choc accidentel qui déclenche la crise, alors que celle-ci s’expli (...)

Nul n’hésite à voir dans les crises ce qu’elles sont réellement, un dérangement profond du mécanisme de l’échange. La fuite de l’or, la raréfaction de l’agent métallique de la circulation, nécessairement accompagnées d’une contraction correspondante du crédit, telle est, personne ne le conteste, la cause déterminante89, immédiate du mal ; mais d’où provient le trouble de la circulation. (Laveleye, 1865a, 437, cité par Petit, 1868, 322)

  • 90 L’exportation de métaux précieux peut venir d’une importation de grains consécutive à une mauvaise (...)

68Dans un livre de 1865, Laveleye répond à cette question. La contraction monétaire résulte de l’exportation de métaux précieux consécutive au déficit de la balance du commerce90 : « Les crises résultent d’un dérangement dans la balance du commerce extérieur, agissant sur un marché où il est très largement fait usage du crédit et très peu du numéraire » (Laveleye, 1865b, 128). Cette position est cohérente avec l’ensemble de son analyse dans laquelle la monnaie conditionne le financement de la production : sa pénurie consécutive à l’exportation de métaux précieux perturbe le mécanisme du financement et provoque la chute de la production sans que celle-ci ait eu une tendance à être excédentaire.

  • 91 Petit vise ici la thèse défendue par Laveleye et non les autres théories monétaires des crises (Chi (...)

69Petit rejette cette explication monétaire de la crise91. Celle-ci n’apparaîtrait pas si la croissance de la production restait en rapport avec celle des métaux précieux que les individus consacrent à la satisfaction de leurs besoins. En fait, étant donné que la croissance du stock des métaux précieux est lente, elle va la dépasser en recourant de plus en plus au crédit, qui est la conséquence de l’exagération et non sa cause, ce qui finit par poser problème :

  • 92 Cette analyse du relèvement du taux d’escompte diffère de celle que Petit avait présentée en 1857.

Comme la quantité d’argent est bornée, il arrive un moment où il n’y en a plus ou presque plus de disponible. Alors, les banques qui voient leur encaisse disparaître et ne plus se recomposer, élèvent leur escompte ; […] elles amènent une certaine contraction de crédit […] et un malaise se manifeste. Au moment où les banques élèvent leur escompte, ceux qui ont encore un peu d’argent refusent de le prêter, parce que la hausse de l’intérêt et la diminution persistante de l’encaisse des banques sont un signe précurseur qui les avertit suffisamment des embarras qui existent92. Aussi, la crise éclate, d’autant plus terrible que les producteurs ont plus emprunté pour arriver à une production excessive […] La fuite de l’or, la raréfaction de l’argent métallique de la circulation, ni même l’altération générale du crédit, ne sont pour rien dans l’explosion de la crise. Elles ne sont point la cause déterminante du mal ; elles en sont la conséquence. (Petit, 1868, 324-325)

  • 93 Cette politique de la Banque de France est très controversée au cours des années 1860 (Vuillaume, 2 (...)

70Petit s’intéresse enfin à divers problèmes monétaires. Il explique d’abord que l’augmentation du taux d’intérêt ne permet pas la reconstitution de l’encaisse des banques car la quantité de métaux précieux est trop faible par rapport à la masse de la production. Il estime ensuite que les crises ne proviennent pas de l’exportation de numéraire, car lorsque la crise est imminente, « partout on voit l’escompte s’élever ; les banques de chaque pays défendent leur encaisse par l’augmentation de l’intérêt. Le capital peut se placer partout avec le même avantage ; il n’a aucun profit à émigrer » (Petit, 1868, 346) : en 1857, « le cataclysme fut général, et pas un pays ne fut assez heureux pour s’y soustraire » (Petit, 1868, 348). Il précise que les limitations imposées aux banques d’émission, telles que celles de l’Acte de Peel de 1844, ont été incapables d’empêcher les crises car la plus grande partie du crédit est consenti entre les producteurs. Enfin, il développe l’idée, exprimée aussi dans ses textes de 1867 et 1869, selon laquelle la Banque de France, en augmentant son taux d’escompte pour défendre son encaisse, est à l’origine de crises monétaires factices. Cette politique a en fait du mal à reconstituer cette encaisse et ne le fait qu’en provoquant une baisse de l’activité économique93.

5. Le libre-échange

71D’entrée, Petit pose que « le libre échange est une erreur grave en économie politique, et son application est contraire aux intérêts de la majorité des peuples, sinon même aux intérêts de tous les peuples » (Petit, 1868, 395), à l’exception peut-être de l’Angleterre :

Le libre échange est une erreur, parce qu’il procède de principes économiques qui sont eux-mêmes erronés. Comme il est une déduction, une conséquence d’erreurs graves, il ne saurait être autre chose qu’une erreur grave lui-même ; il doit nécessairement procéder de la nature des principes qui l’ont engendré. (Petit, 1868, 395-396)

  • 94 Les économistes français raisonnent en termes d’avantages absolus et, à l’exception de Cournot (186 (...)

72Petit rappelle que les libéraux assimilent le commerce international à un échange de produits contre des produits. Il prend l’exemple de l’échange du blé et du vin d’Espagne contre du fer, des cotonnades et du charbon anglais. Par ailleurs, il existe des aptitudes inégales entre les pays et les pays les moins favorisés ne seront pas aidés par les autres dans leur développement. Mais les libéraux estiment qu’ils produiront à meilleur marché qu’ailleurs ce qui leur convient le mieux : les produits seront alors obtenus partout à plus bas prix94. Pour Petit, en fait, une grande partie des produits sont échangés contre des métaux précieux au niveau interne et au niveau international. Ainsi l’Angleterre exporte en grande partie pour acquérir de l’or. Inversement, l’Espagne dont la vente de blé et de vin ne permet pas d’acquérir tous les produits anglais dont elle a besoin, paie le reste avec des métaux précieux. Elle s’appauvrit au profit de l’Angleterre et le libre échange lui est défavorable.

  • 95 Petit introduit certains éléments de ce qui sera la théorie moderne du commerce international de pr (...)
  • 96 À l’opposé de la thèse de Petit, Le Hardy de Beaulieu (1840) affirme que les crises commerciales di (...)

73Le libre échange serait intéressant si tous les peuples s’adonnaient à des industries spéciales. Mais celles-ci sont peu nombreuses et les pays se livrent de plus en plus à des industries semblables. Or, avec des produits similaires et en utilisant des machines à la puissance sans limite, un seul pays peut alimenter tous les autres en produits manufacturés95 : « L’abondance et le bon marché de la production anglaise ; voilà les deux dangers pour tous les peuples, et même pour la France (Petit, 1868, 434). Ceci conduit à la surproduction chronique96. Celle-ci va d’abord être provoquée par la concurrence entre deux industries de même force :

Admettons […] que la France puisse produire à aussi bon marché que l’Angleterre […] une lutte énergique s’engagera entre les deux nations ; chacune cherchera à étendre sa production […]. En présence de cette production effrénée, il arrivera bientôt un engorgement […] et nous affirmons qu’il sera plus funeste que ceux qui apparaissaient à l’époque du régime protecteur. (Petit, 1868, 434-435)

  • 97 Il est difficile de concilier ce point avec le passage dans lequel Petit explique que ce sont les c (...)

74En effet, à la surabondance des produits locaux viendront s’ajouter les produits étrangers97. Plus loin, Petit introduit un cas intermédiaire en faisant jouer un rôle aux économies d’échelle. En effet, si les coûts étaient plus élevés en France qu’en Angleterre :

La France […] ne pourra soutenir la lutte qu’en produisant davantage pour abaisser ses prix de revient au niveau de ceux de l’Angleterre. […] Nous supposons donc qu’elle fabriquera à aussi bon marché que l’Angleterre, en augmentant sa production. Mais ici apparaîtra la pierre d’achoppement. Que fera la France de produits plus abondants auxquels viendront se joindre encore les produits étrangers ? La science économique dit que la consommation les absorbera. La raison, en cela d’accord avec les faits, proclame hautement que la science se trompe et qu’il y aura de toute nécessité un engorgement d’autant plus redoutable qu’il aura une double cause. (Petit, 1868, 448)

75Ce mécanisme sera d’autant plus puissant que :

La liberté commerciale amène une concurrence universelle. Sous l’action de cette concurrence le grand travail s’exécute de plus en plus par les machines qui deviennent chaque jour plus puissantes. Par suite, les ouvriers travailleront moins. S’ils travaillent moins, ils consommeront moins aussi, et les débouchés se restreindront forcément. (Petit, 1868, 451)

76De plus, le libre échange empêche toute possibilité de reprise de l’économie nationale après une crise, car la reprise de la consommation risque d’être satisfaite par des produits étrangers.

  • 98 Cette affirmation est longuement contestée par Lestiboudois (1847).
  • 99 Comme Morogues [1833], Petit se pose la question : « Quel avantage le bon marché procure-t-il à l’o (...)
  • 100 Le fait que le libre-échange conduit à la multiplication des crises et à la suprématie de l’industr (...)

77Par ailleurs, si les produits étrangers sont moins chers que les produits nationaux, on assistera à la disparition des industries nationales et des emplois correspondants. La vie à bon marché résultant du libre échange ne profitera pas à ces ouvriers. Les libre-échangistes affirment que ces ouvriers trouveront d’autres travaux qui vont se multiplier dans les « industries spéciales » avec le libre échange98. Petit répond que celles-ci ont déjà leurs ouvriers qui, avec la mécanisation, suffiront aux besoins de la production. Les ouvriers privés d’emploi ne pourront pas consommer99, d’où une baisse de la consommation source d’engorgement100.

78Petit achève son livre en décrivant longuement les effets néfastes du libre échange sur l’économie française et en contestant les positions exprimées par les ministres Rouher et Forcade de la Roquette lors des débats au Corps Législatif de mai 1868 sur les traités de libre échange. A Rouher qui affirme : « La crise a été universelle. Quelle en a été la cause ? Deux faits concomitants : un entraînement vers une production exagérée, une réduction considérable dans la consommation » (cité par Petit, 1868, 536), Petit répond :

Vous avez dit : Pour soutenir la concurrence étrangère, produisez sur une vaste échelle, diminuez vos frais généraux, abaissez vos prix. On a suivi vos conseils. Maintenant vous déclarez qu’on produit trop, que la production dépasse les besoins de la consommation. […]

Si nous produisons moins, nous produisons plus chèrement, et nous succombons sous les effets de la concurrence étrangère. Si nous produisons beaucoup, nous sommes atteints par un trop-plein qui ne peut trouver aucun écoulement.

[…] Il y a bien réellement diminution de consommation. […] La principale cause de cette réduction dans la consommation vient des souffrances que l’agriculture, le commerce et l’industrie éprouvent par suite de l’établissement des nouvelles lois économiques. (Petit, 1868, 538)

Conclusion

  • 101 À son époque, Petit fut-il victime de « la conspiration du silence » organisée par les « libre-écha (...)

79Quelle que soit la réticence que l’on peut exprimer à l’égard des hypothèses fondamentales de Petit ou l’irritation que provoque le ressassement de ses arguments, on doit reconnaître que ses livres ne méritent pas l’ignorance totale qui les concerne101.

80Sa place par rapport aux travaux de Juglar est difficile à apprécier. La théorie des crises est absente du livre de 1857 de Petit qui est contemporain des premiers articles de Juglar sur les crises. Elle n’est pas explicitée dans son projet de 1865. Petit a lu Juglar, même s’il évite de citer son nom, et c’est peut être la combinaison de la première réflexion de Petit sur les métaux précieux avec l’apport de Juglar qui pourrait être à l’origine de sa construction de 1868. Malgré cela, les approches de ces deux auteurs sont différentes. Si Juglar privilégie l’analyse statistique, Petit se situe avant tout au niveau des débats théoriques qu’il se contente d’illustrer par des données empiriques peu élaborées.

81La confrontation de la pensée de Petit à celle des autres économistes hétérodoxes français de son temps est aussi intéressante. Comme eux, Petit conteste la loi de Say et s’inscrit dans une optique de détermination de l’activité économique par la demande et s’affirme comme un opposant au libre échange. Cependant, il apparaît comme l’opposant le plus radical à l’orthodoxie libérale et le seul à oser s’affirmer comme un néo-mercantiliste.

82Enfin, le livre de 1868 annonce des aspects de la pensée de Keynes. Comme lui, il fonde son approche sur un rejet de la loi de Say et sur une analyse de la demande de monnaie qui ne se réduit pas à une seule encaisse de circulation. Comme lui aussi, il se livre à une réhabilitation de la pensée mercantiliste et de la balance du commerce. Son analyse du comportement de consommation n’est pas sans préfigurer celle de Keynes. Enfin, on peut rapprocher son analyse globale de la surproduction générale de celles d’auteurs que Keynes en 1936 a nommé parmi ses précurseurs, Hobson et Mummery (1889) qui écrivaient dans leur Physiology of industry :

L’épargne tout en accroissant l’ensemble du capital existant réduit simultanément la quantité de marchandises et de services consommés ; la pratique exagérée de l’épargne entraîne donc nécessairement une accumulation de capital supérieure à la quantité dont l’emploi est nécessaire ; la différence se manifeste par la surproduction générale. (Cité par Keynes, 1969, 362)

L’auteur remercie Daniele Besomi, Jean-Marie Le Page, François Vatin et les rapporteurs de la revue pour leurs remarques.

Haut de page

Bibliographie

Aftalion Albert. 1909. Essai d’une théorie des crises périodiques. La réalité des surproductions générales. Revue d’économie politique, 23, (février) : 81-117 ; (mars) : 201-229 ; (avril) : 241-259.

Aftalion Albert. 1910. La réalité des surproductions générales. Réponse à quelques objections. Revue d’économie politique, 24 (avril) : 283-302.

Andrew, A. Piatt. 1906. The influence of the crops upon business of America, Quarterly Journal of Economics, 20(3) : 323-352.

Bastiat Frédéric. 1854. Balance du commerce. In Sophismes économiques. Œuvres complètes, tome IV. Paris : Guillaumin, 52-57.

Baudrillart, Henri. 1864. Erreurs et préjugés économiques. Journal des économistes, 2e série, tome XLII, 15 juin : 329-353.

Béraud, Alain. 1992. Ricardo, Malthus, Say et les controverses de la “seconde génération”. In Alain Béraud et Gilbert Faccarello (éds), Nouvelle histoire de la pensée économique, Paris : La Découverte, 365-508.

Béraud, Alain. 2003. Jean-Baptiste Say et la théorie quantitative de la monnaie. In Jean-Pierre Potier et André Tiran (éds), Jean-Baptiste Say. Nouveaux regards sur son œuvre. Paris : Economica, 447-470.

Besomi, Daniele. 2009. Clément Juglar and his contemporaries on the causes of commercial crises. Revue européenne des sciences sociales, XLVII (143) : 17-47.

Besomi, Daniele. 2010a. ‘Periodic crises’: Clément Juglar between theories of crises and theories of business cycles. Research in the History of Economic Thought and Methodology, 28A : 159-283.

Besomi, Daniele. 2010b. The periodicity of crises. A survey of the literature before 1850. Journal of the History of Economic Thought, 32(1) : 85-132.

Besomi, Daniele. 2011. Expectations and crises in Auguste Ott’s Dictionnaire des Sciences politiques et sociales. In Daniele Besomi (ed.), Crises and cycles in Economic dictionnaries and encyclopedies. Londres : Routledge, 233-241.

Besomi, Daniele, et Giorgio Colacchio. 2010. Auguste Ott on commercial crises and distributive justice: an early input – output scheme. Review of Political Economy, 22(1) : 75-96.

Bigot de Morogues, Pierre Marie Sébastien. 1833. De l’utilité des machines, de leurs inconvénients et des moyens d’y remédier en assurant l’extension et les progrès de notre agriculture. Paris : Imprimerie Royale.

Briaune, Jean Edmond. 1840. Des crises commerciales, de leurs causes et de leurs remèdes. Paris : Librairie Bouchard-Huzard.

Chalmers, Thomas. 1832. On Political Economy in connexion with the moral state and moral prospects of Society. Glasgow : William Collins.

Chevalier, Michel. 1851. La monnaie, Bruxelles : Méline, Cans et comp.

Chevalier, Michel. 1854. Métaux précieux. In Charles Coquelin et Urbain Guillaumin (éds), Dictionnaire de l’économie politique, Paris : Guillaumin, II, 159-174.

Clément, Ambroise. 1858. Des crises commerciales. Journal des économistes, 2e série, XVII, (février) : 161-191.

Clément, Ambroise. 1865. Enquête sur la circulation monétaire et fiduciaire. Journal des économistes, 2e série, XLVII, (septembre) : 321-340.

Cournot, Antoine Augustin. [1863] 1981. Principes de la théorie des richesses. Œuvres complètes, tome IX. Paris : Vrin.

Du Mesnil-Marigny, Jules. 1866. Les céréales et la douane. Paris : Librairie agricole de la Maison Rustique.

Du Mesnil-Marigny, Jules. 1868. Le râle de l’industrie française et les interpellations qu’il a provoquées au Corps Législatif. Paris : Eugène Lacroix éditeur.

Du Mesnil-Marigny, Jules. 1873. L’économie politique devenue science exacte ou les libre échangistes et les protectionnistes conciliés. 3e édition, Paris : E. Plon.

Dupuit, Jules. 2009. Œuvres économiques complètes, deux tomes, Yves Breton et Gérard Klotz (éds). Paris : Economica.

Evans, David Morier. 1848. The Commercial Crisis 1847-1848. Londres : Letts, Son and Steer.

Fazy, Jean-Jacob. 1830. Principes d’organisation industrielle pour le développement des richesses en France. Explication du malaise de la classe productive et des moyens d’y porter remède. Paris : Mahler et compagnie.

Fischer, David Hackett. 1996. The great wave. Oxford : Oxford University Press.

Fontenay, Roger de. 1864. Principes de la théorie des richesses par M. Cournot. Journal des économistes, 2e série, 43(128) : 231-251.

Frisch, Ragnar. 1934. Circulation planning: proposal for a national organization of a commodity and service exchange. Econometrica, 2(3) : 258-336.

Garnier, Joseph. 1850. Petites épîtres à Messieurs les protectionnistes. Journal des économistes, t. 26, (juin) : 282-285.

Garnier, Joseph. 1860. Traité d’économie politique. 4e édition, Paris : Guilllaumin.

Hagemann, Harald. 1995. Roscher and the theory of crisis. Journal of Economic Studies, 22 (3/4/5) : 171-186.

Juglar, Clément. 1857. Des crises commerciales et monétaires de 1800 à 1857. Journal des économistes, 2e série, 14(40) : 35-60 ; 14(41) : 255-267.

Juglar, Clément. 1862. Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux Etats-Unis. Paris : Guillaumin.

Juglar, Clément. 1866. Comptes rendus comparés de la Banque de France après les crises de 1839, 1847, 1857, 1864. Journal des économistes, 3e série, 1(4) (avril): 60-72.

Juglar, Clément. 1867. Comptes rendus comparés de la Banque de France après les crises de 1839, 1847, 1857, 1864, Journal des économistes, 3e série, 2(17) (mai) : 252-268.

Juglar Clément. 1868. Compte rendu des opérations de la Banque de France en 1867, comparé aux exercices antérieurs. Journal des économistes, 3e série, 3(30) (juin) : 394-406.

Keynes, John Maynard. [1936] 1969. Théorie générale de l‘emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Paris : Payot.

Laveleye, Émile de. 1865a. Les crises commerciales et monétaires. Revue des deux mondes, LV, 1er janvier : 207-233, 15 janvier : 432-460.

Laveleye, Émile de. 1865b. Le marché monétaire et ses crises depuis cinquante ans. Paris : Guillaumin.

Laveleye, Émile de. 1882. Éléments d’économie politique. Paris : Hachette

Lavergne, Léonce de. 1866. L’enquête agricole. Revue des deux mondes, LVIII, 15 avril : 1039-1055.

Le Hardy de Beaulieu, Adolphe. 1840. Des causes des crises commerciales et industrielles. Charleroi : Alphonse Deghistelle.

Le Mercier de La Rivière, Pierre Paul. 1767. L’ordre naturel et essentiel des Sociétés politiques. Paris : Desaint.

Lescure, Jean. 1910. Surproduction générale ou surproduction généralisée. Revue d’économie politique, 24 : 156-162.

Leslie, Thomas Edward Cliffe (« A political economist »). 1864. Alleged commercial decade or cycles, The Economist, 19 November: 1428-1429 ; 24 December : 1577-1578, traduction française dans Émile de Laveleye (1865b) : 291-301.

Lestiboudois, Thémistocle. 1847. Économie pratique des nations ou système économique applicable aux différentes contrées et spécialement à la France. Paris : Louis Colas.

Malthus, Thomas Robert. [1820] 1969. Principes d’économie politique. Paris : Calmann-Lévy.

Mathieu de Dombasle, Christophe Joseph Alexandre. 1829. Des impôts dans leur rapport avec la production agricole. Paris : Mme Huzard.

Mill, John Stuart. 1844. Essays on some unsettled questions of Political Economy. Londres : John W. Parker.

Mill, John Stuart. 1848. Principles of Political Economy. Boston, 2 volumes.

Ott, Auguste. 1851. Traité d’économie sociale, Paris : F. Renou

Ott, Auguste. 1854a. Crise. In Auguste Ott (dir.), Dictionnaire des sciences politiques et sociales. Petit-Montrouge : J.-P. Migne éditeur, tome 1 : 1387-1392.

Ott, Auguste. 1854b. Débouchés, in Auguste Ott, Dictionnaire des sciences politiques et sociales. Petit-Montrouge : J.-P. Migne éditeur, tome 2 : 46-54.

Petit, Louis Amable.1853. Considérations sur le crédit foncier et projet de banque foncière. Rouen : impr. de Lecointe frères.

Petit, Louis Amable. 1857. Monnaie et métaux précieux, de la fixité de leur valeur. Par X., Rouen : impr. de Lecointe frères.

Petit, Louis Amable. 1865. Programme à l’appui de la demande faite par M. Petit à l’effet d’obtenir l’autorisation de créer un journal d’économie politique et sociale. Texte manuscrit non paginé, 12 p., Paris : Archives nationales, F/18/285.

Petit, Louis Amable. 1866. Enquête agricole, blé, ouvriers, industrie, négoce, protection, libre échange, balance du commerce. Rouen : impr. de Lecointe frères.

Petit, Louis Amable. 1867. La Banque de France ne remplit plus la mission qu’elle a reçue de son fondateur. Paris : Douniol.

Petit, Louis Amable. 1868. Richesse par excellence ; balance commerciale ; crises commerciales ; libre - échange, réfutation de la doctrine des économistes et des arguments présentés en faveur du libre – échange par MM. Rouher et Forcade La Roquette, lors de la discussion sur les traités de commerce. Écretteville-les-Baons : chez l’auteur.

Petit, Louis Amable. 1869a. La Banque de France, ses actionnaires et le public. Extrait de l’Indépendant français. Paris : Saillant.

Petit, Louis Amable. 1869b. Simples vœux économiques et politiques. Rouen : impr. de Lecointe frères.

Renaud, Jean François. 2003. Une relecture de la loi des débouchés dans les écrits de Jean-Baptiste Say : le primat de l’identité dans les temps de la synchronie et de la diachronie. In Jean-Pierre Potier et André Tiran (éds), Jean-Baptiste Say. Nouveaux regards sur son œuvre. Paris : Economica, 503-532.

Roscher, Wilhelm. 1849. Die Produktionskrisen mit besonderer Rücksicht auf die letzten Jahrzehnte, Die Gegenwart, Eine encyklopadische Darstellung der neuesten Zeitgeschichte für alle Stände, vol. III. Leipzig : Brockauss, 721-758.

Rossi, Pellegrino. 1854. Cours d’économie politique. 3e édition, tome 2, Paris : Guillaumin.

Saint-Chamans, Auguste de. 1820. Du système d’impôt fondé sur l’économie politique. Paris : Le Normant.

Saint-Chamans, Auguste de. 1824. Nouvel essai sur la richesse des nations. Paris : Le Normant.

Saint-Chamans, Auguste de. 1852. Traité d’économie publique. Paris : Dentu et Ledoyen.

Say, Jean-Baptiste. 1828. Cours complet d’économie politique pratique. Paris : Rapilly.

Schumpeter, Joseph Aloïs. 1983. Histoire de l’analyse économique. 3 tomes, traduction française, Paris : Gallimard.

Simonin, Jean-Pascal. 2001. Jules Dupuit et la défense du libre échange. In LARGO-GEAPE (coll.), Aspects économiques et managériaux de la mondialisation. Actes de la journée d’étude du 28 septembre 2000, Angers : Presses Universitaires d’Angers : 85-97.

Simonin, Jean-Pascal. 2002. La théorie de la spécialisation internationale de Jules Dupuit : Formalisation et évaluation critique. In Jean-Pascal Simonin et François Vatin (dir.), L’œuvre multiple de Jules Dupuit (1804-1866). Calcul d’ingénieur, analyse économique et pensée sociale, Angers : Presses Universitaires d’Angers : 181-202.

Simonin, Jean-Pascal. 2006. La théorie des crises commerciales de Briaune et sa place dans la théorie française des crises au xixe siècle. In Jean-Pascal Simonin (éd.), Jean Edmond Briaune (1798-1885). Cultivateur, agronome, économiste, Angers : Presses universitaires d’Angers : 301-327.

Simonin, Jean-Pascal. 2008a. Les mouvements de prix relatifs et absolus dans les économies préindustrielles européennes : une approche en termes d’équilibre général calculable. Économies et Sociétés, AF, 39 : 1685-1727.

Simonin, Jean-Pascal. 2008b. De l’utilité et de l’inconvénient des machines. Les analyses de Bigot de Morogues (1831), Fix (1844) et Proudhon (1846). Contribution au colloque Pauvreté et misère dans l’histoire de la pensée économique, Lille, novembre 2008.

Société d’économie politique. 1857. Origine et causes de la crise actuelle. Journal des économistes, 2e série, XVII, 15 décembre : 465-473.

Société d’économie politique. 1861. Richesse des nations. Paris, E. Briève. Tiré à part corrigé et complété par Du Mesnil-Marigny du débat sur l’appréciation de la richesse d’un pays. Journal des économistes, 2e Série, XXIX, 15 janvier : 146-153.

Société d’économie politique. 1864. Sur les causes qui nuisent à l’autorité de la science économique. Journal des économistes, 2e Série, XLII (avril) : 131-148 ; (mai) : 295-299.

Vatin, François. 1998. Économie politique et économie naturelle chez Antoine Augustin Cournot, Paris : Presses universitaires de France.

Vatin, François. 2000. Cournot et les Principes de 1863 : des Recherches sans mathématiques ? In Pierre Dockès, Ludovic Frobert, Gérard Klotz, Jean-Pierre Potier et André Tiran (dir.), Les traditions économiques françaises 1848-1939. Paris : CNRS Éditions : 305-321.

Vatin, François. 2002. La morale utilitaire de Jules Dupuit. In Jean-Pascal Simonin et François Vatin (dir.) L’œuvre multiple de Jules Dupuit (1804-1866). Calcul d’ingénieur, analyse économique et pensée sociale, Angers : Presses universitaires d’Angers : 91-116.

Vuillaume, Hervé. 2007. La politique d’escompte de la Banque de France et ses permanences 1857-1870. Cahiers d’économie politique, 52 : 135-156.

Wilson, James. 1840. Fluctuations of currency, commerce and manufactures referable to the Corn Laws. Londres : Longman, Orme, Brown, Green and Lonmans.

Wolowski, Louis. 1865a. La Banque de France et la circulation fiduciaire. Revue des Deux Mondes, LV, 1er février : 664-697.

Wolowski, Louis. 1865b. Les métaux précieux et la circulation fiduciaire. Journal des économistes, 2e Série, tome XLVIII, 15 novembre : 161-196.

Haut de page

Notes

1 Respectivement ministre d’État et ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics à cette date.

2 Un de ses cousins aurait servi de modèle à Flaubert pour un personnage de Bouvard et Pécuchet.

3 Pour les documents relatifs aux fonctions de maire de Petit, voir Archives départementales de Seine-Maritime, 3M938 et 3M584.

4 L’ensemble du dossier est consultable aux Archives nationales (F/18/285).

5 Petit est membre de l’Association normande pour les progrès de l’agriculture, de l’industrie et des arts, société savante fondée en 1834 qui publie l’Annuaire des cinq départements de l’ancienne Normandie. Il s’intéresse aux monuments de sa région car son nom figure sur les listes des souscripteurs aux livres qu’un érudit local, Jean Benoît Désiré Cochet, publie à leur sujet.

6 Sa réponse (Petit, 1866) est signalée mais non insérée dans le volume de l’Enquête concernant la Seine-Inférieure.

7 Signé X. et signalé comme tel dans le catalogue de la B.N.F., ce livre est revendiqué par Petit (1865,1868) qui en reprend des passages dans son livre de 1868.

8 Un chroniqueur anonyme du Bulletin bibliographique de la Revue contemporaine du 15 avril 1858 écrit à propos du livre de 1857 : « Qu’est-ce que tout ceci prouve ? Que l’économie politique a besoin d’être enseignée en France » (51). En revanche, Petit (1865) signale que ce livre lui a valu les encouragements d’un « membre éminent de l’Institut appartenant à l’Académie des sciences morales et politiques », qu’il ne nomme pas.

9 À la même époque, Roger de Fontenay écrit à l’adresse de Cournot, en raison de son protectionnisme : « Un économiste qui ne croit pas à l’économie politique, c’est un prêtre athée. Nous aurions le droit de vous dire : Que venez vous faire dans notre temple ? » (Fontenay, 1864, 250) ; Sur ce point, voir Vatin (1998, 172 ; 2000, 315).

10 Rappelons que Baudrillart a fait l’objet de nombreuses railleries, notamment de la part de Marx et de Walras.

11 Aussi Petit (1868, 135) le qualifie de « célèbre procureur général ». Le texte de Dupuit cité par Petit (1868, 130-131), qui est aussi au centre de son projet de 1865, figure dans un débat de la Société d’économie politique (1864, 132-133) provoqué par Dupuit au sujet d’une phrase du sénateur André Dupin pour qui l’économie politique n’était pas une science mais une étude. Cette phrase avait déjà provoqué dans le Journal des économistes en 1863 un vif échange entre Dupuit et Baudrillart (Dupuit 2009, II, 135-161). Sur les conflits entre Dupuit et ses collègues de la Société d’économie politique, voir Vatin (2002).

12 Position exprimée par Laveleye (1865a, 446) à propos du rôle de la monnaie dans l’économie (infra).

13 Keynes écrit en 1936 : « Depuis Malthus les économistes professionnels paraissent avoir été insensibles au désaccord entre les conclusions de leur théorie et les faits d’observation. » (Keynes, 1969, 57)

14 Ce passage commente la formule de Denis Benoist d’Azy, parlementaire et industriel protectionniste, qui, lors du Congrès général de l’agriculture, des manufactures et du commerce de 1850, déclare que l’économie politique n’est pas « une science » mais « une opinion », en s’attirant la riposte des économistes dont Garnier (1850).

15 Petit (1868, 138) rappelle qu’il a déjà exposé cette thèse dans son livre de 1857, mais ce premier exposé, qui vise à démontrer la fixité de la valeur des métaux précieux, a une portée plus réduite que celui de 1868.

16 Ce terme est utilisé par les économistes libéraux lorsqu’ils dénoncent les thèses mercantilistes. En 1865, Petit écrit que la monnaie et les métaux précieux sont la richesse par excellence, « la terre et le travail exceptés », mentionnant ainsi les trois sources de richesse qui, selon Saint-Chamans (1852), sont privilégiées successivement par les mercantilistes, les physiocrates et Smith.

17 Sur ce point, Petit est proche de Mathieu de Dombasle pour qui « de toutes les valeurs ou objets qui peuvent former la matière des échanges, les métaux précieux ou le numéraire, sont la seule qui puisse par l’accumulation, former ce qu’on appelle communément des capitaux (Mathieu de Dombasle, 1829, 101). Mais Petit (1857, 100) précise que l’or n’est richesse que s’il n’est pas gaspillé et s’il est associé au travail « pour l’entretenir et le renouveler ».

18 Pour Chevalier (1854, 173) par exemple, les produits divers seraient de la richesse au même titre que les métaux précieux et même plus, car on peut vivre sans métaux précieux alors qu’on ne peut pas vivre sans blé, sans fer, etc.

19 Petit reproche à Quesnay de poser que les métaux précieux ne sont pas de la richesse, car celle-ci n’est composée que des produits « qui servent directement à la consommation et à la satisfaction des divers appétits de l’homme » (Petit, 1868, 116). Or, si l’on a en vue, comme Petit, les richesses qu’on économise pour l’avenir, ces produits non durables ne peuvent en faire partie.

20 Cette idée d’achat et de vente de la monnaie dans l’échange est récusée par Ott (1851, 427).

21 Cet argument est exprimé par Saint-Chamans pour qui « la monnaie vous débarrasse du fardeau des autres marchandises » (1852, I, 285).

22 Cette définition peut différer de la précédente en raison du jeu de la loi de King.

23 Cet argument l’amène surtout à condamner la définition de la richesse reposant sur l’abondance des produits qui, à la suite de Say et Bastiat, est généralement admise par les libéraux : en cas de surproduction généralisée, les produits surabondants n’ont aucune valeur.

24 Pour Du Mesnil-Marigny ce concept est plus favorable aux thèses protectionnistes, alors que celui de « richesse d’usage » est favorable aux thèses libre-échangistes.

25 Cette précision essentielle, absente dans le texte original du débat de la Société d’économie politique, l’est aussi dans la plupart des ouvrages de Du Mesnil-Marigny.

26 Clément écrit en fait « capitaux », au sens de capitaux matériels, et non « richesse » comme le transcrit Petit.

27 Petit est de mauvaise foi, car Clément admet que l’épargne prend la forme de monnaie avant d’être transformée en accumulation de capital et l’épargne n’est pas pour lui l’accumulation de stocks d’invendus. Petit lui-même admet qu’on épargne en produisant plus qu’on consomme (infra). En revanche, pour Saint-Chamans (1852, I, 378-387), au niveau d’une nation, l’épargne ne peut pas être à l’origine de l’accumulation du capital, car elle réduit la consommation et par là la production, ce qui décourage l’accumulation.

28 Il prend, entre autres, l’exemple du blé dont la pléthore diminue la valeur mais élimine la famine (alors que pour Saint-Chamans (1852, II, 83) la cherté du blé est préférable à la pléthore). Il répond ainsi à Clément (1865, 335) pour qui les capitaux (matériels) servent à la production en fonction de leur quantité alors que la monnaie ne sert qu’en fonction de sa valeur et non de sa quantité.

29 Petit (1868, 338-342) revient en détail sur ce point qui fait l’objet de son livre de 1857. Petit (1857, 124), comme Saint-Chamans estime que la loi de l’offre et de la demande ne s’applique pas aux métaux précieux. En termes modernes, on peut dire qu’ils considèrent leur demande comme infiniment élastique. Par ailleurs Petit (1857, 160-162) estime que le coût de production ne détermine pas la valeur d’un bien.

30 Ce terme n’est pas utilisé par Petit qui n’explicite pas l’équation des échanges.

31 Ce sont des capitaux monétaires, alors que pour Clément ce terme ne peut désigner que des biens matériels.

32 Selon l’équation des échanges, non écrite par Petit, MV = PT, T étant constant, P ne reste constant que si MV est constant : l’augmentation de M (monnaie) est complètement compensée par la diminution de V en raison de l’essor des placements financiers.

33 La même position est exprimée par Saint-Chamans (1852, I, 266) qui par ailleurs argumente longuement contre la théorie quantitative et estime (263) que la hausse des prix résulte de la pression de la demande découlant de la croissance de la population, idée qui deviendra populaire chez les historiens modernes (Fischer, 1996). Petit (1857, 123) récuse l’explication démographique puisque c’est l’augmentation de la quantité de métaux précieux qui détermine la hausse de la consommation et la hausse des prix si la production ne réagit pas. Pour une modélisation de cette question, voir Simonin (2008a).

34 Au même endroit, Petit précise que, si l’afflux de métaux précieux est économisé et placé, il ne provoque pas de hausse des prix mais une baisse du taux d’intérêt.

35 La fixité de la valeur des métaux précieux est aussi posée par Chitti (1840, 14) qui, à la différence de Petit, est opposé au mercantilisme. Cette fixité avait été rejetée par Say (1828, II, 373-374).

36 Ceci évoque la position de Malthus en 1820 selon laquelle « sans un agent de circulation, il est absolument impossible de faire des économies un peu considérables » (1969, 263).

37 Comme Petit plus tard (infra), Chalmers y voit la cause d’une surproduction généralisée (1832, 166), ce que Mill (1848, II, 91) rejette. On ne sait pas si Petit connaissait le livre de Chalmers.

38 Petit cite aussi le cas des rentiers qui ne produisent rien et qui consomment, dérogeant ainsi à la loi de Say. On peut répondre qu’il y a alors échange de produits fabriqués dans le passé contre des produits actuels.

39 Sur ce point et la théorie des crises de Roscher, voir Hagemann (1995).

40 Cela invalide la remarque de Schumpeter : « Say, comme pratiquement tous les théoriciens de cette époque, a négligé la fonction de réserve de valeur de la monnaie. » (Schumpeter, 1983, II, 329) Le rôle de réserve de valeur de la monnaie est noté par Say (1828, I, 445, II, 385) sans remettre en cause la loi des débouchés car les comportements de thésaurisation seraient peu importants, provisoires et compensés par des déthésaurisations de la part d’autres agents. Sur ce point, voir Béraud (1992, 475 ; 2003, 449-450) et Renaud (2003).

41 Sur la pensée de Ott sur les crises et les débouchés, voir Besomi et Colacchio (2010) et Besomi (2011).

42 Cette idée est déjà exprimée par Saint-Chamans (1852, I, 100-103).

43 Sur ce point Ott diffère de Saint-Chamans (1852, II, 310-311) pour qui les besoins essentiels sont déjà satisfaits d’où la nécessité de développer le luxe pour accroître la demande de produits et l’emploi.

44 Ce point renvoie à sa théorie des crises (infra).

45 À ce propos Ott (1851, 514) se réfère à la situation créée en France par la révolution de 1848. Une opinion voisine est exprimée par Saint-Chamans (1852, I, 101-102).

46 De son côté, Mill (1848, II, 93-94) envisage que, si les riches n’ont pas l’envie de consommer alors que les autres n’en ont pas les moyens, une surproduction est envisageable. Il objecte cependant qu’il ne voit pas pourquoi les riches produiraient s’ils ne veulent pas demander de biens en contrepartie. Les conceptions de Chalmers et de Petit permettent de répondre à ce point.

47 Passages non cités par Petit qui reproduit pourtant des pages entières de cet article.

48 À l’encontre de cette thèse, Petit (1865) argumente à partir du texte déjà mentionné de Dupuit dans lequel celui-ci reproche aux libéraux d’apprécier les effets du libre-échange à partir de la balance du commerce.

49 Plus loin, Petit critique de la même manière des exposés de Bastiat et du Dictionnaire de l’économie politique qui décrivent le commerce international comme un échange de produits contre produits dans lequel la monnaie n’est qu’un intermédiaire des échanges.

50 On trouve un exemple peu différent dans Bastiat (1854, 55). Un exemple aboutissant à une perte du négociant présenté par Garnier (1860, 419-420) est critiqué par Petit (1868, 237-242) qui distingue le cas où le négociant est français (l’opération est neutre) de celui où il est étranger (l’opération est bénéficiaire pour la France).

51 Une critique identique est exprimée par Saint-Chamans (1852, 316-319).

52 Pour Saint-Chamans (1852, I, 275-276) l’Espagne n’a pas été ruinée par l’afflux de l’or du Nouveau Monde.

53 Petit critique de la même manière des exposés de Bastiat et du Dictionnaire de l’économie politique qui décrivent le commerce international comme un échange de produits contre produits dans lequel la monnaie n’est qu’un intermédiaire des échanges.

54 Thémistocle Lestiboudois (1797-1876), médecin, député de Lille, botaniste et économiste.

55 Comme le signale Lestiboudois, ce n’est pas le cas si le pays est producteur de métaux précieux.

56 On peut souligner l’emploi de ce terme au lieu de celui de « capital ».

57 Présentes dans tous ses livres, ces thèses sont notamment exposées lors de l’Enquête agricole de 1866 (Du Mesnil-Marigny, 1866).

58 Cette thèse avait déjà été contestée par Bigot de Morogues (1833).

59 En 1865, Petit se contente de rejeter les explications monétaires des crises sans proposer de théorie alternative. Sa pensée sur ce sujet s’est donc élaborée entre 1865 et 1868.

60 On note que Petit utilise ici les expressions qu’il reproche à Clément (supra).

61 Pour Petit, si les produits s’échangeaient contre les produits, un trop-plein se ferait sentir en permanence si la production des grandes entreprises ne s’alignait pas sur celle de la masse des individus qui ont une production très faible à offrir : « Chaque producteur limiterait sa production à la quantité de produits qu’il pourrait produire en échange des siens » (Petit, 1868, 268).

62 À l’époque, si la périodicité stricte des crises est posée par certains économistes dont le plus connu est Jevons, elle est remise en cause par d’autres tels que Leslie (1864), Laveleye (1865b) ou Juglar (1862). Sur cette question, voir Besomi (2010a et 2010b).

63 Cette relation n’apparaît pas chez Saint-Chamans qui attribue la « cause du désastre général, dans une crise, à l’affaiblissement de la confiance ; […] le défaut de confiance amène la ruine de tous […] parce qu’elle arrête les dépenses et la consommation » (Saint-Chamans, 1852), I, 347).

64 Petit ne cite que les auteurs qu’il critique et ne cite pas plus Juglar que Briaune, Morogues ou Saint-Chamans qui ont parfois des positions voisines des siennes. Il a lu Juglar, car il se réfère (Petit, 1868, 513) à des textes de Juglar (1866, 1867, 1868) sans toutefois citer le nom de leur auteur !

65 Petit n’accorde pas de place aux bulles spéculatives auxquelles Mill (1848, II, 53-56) attribue un rôle important dans l’apparition des crises commerciales.

66 Petit (1857, 16) utilise ce mot. Il écrit aussi que : « La soif de l’or […] n’est point encore éteinte […]. Les hommes d’aujourd’hui ont plus que la soif de l’or, ils en ont la fièvre » (Petit, 1857, 217) et que « Dieu, en créant les métaux précieux a voulu donner à l’homme un stimulant pour l’exciter au travail » (218).

67 À l’opposé d’Ott, Chitti estime que la loi de l’offre et de la demande « met la production en rapport avec les besoins, […] harmonise […] les volontés individuelles et les amène à diriger, comme si elles agissaient de concert, la production selon les besoins et les ressources de la société » (Chitti, 1840, 7).

68 Ce sera l’hypothèse posée par Frisch (1934) pour justifier l’organisation de la production et de l’échange.

69 Comme Petit, Ott estime, en dehors de son explication générale, qu’une mauvaise récolte de céréales est « une cause qui suffit presque toujours à elle seule pour produire des crises très intenses et très générales » (Ott, 1854a, 1391). Il admet aussi comme cause de crise les déplacements brutaux de capitaux financiers d’une activité à l’autre (ce que Petit et Wilson associent à la cherté des grains) liés aux inventions ou aux spéculations.

70 On peut considérer que l’analyse de Petit se réfère à deux fonctions de consommation : une fonction de long terme qui relie la consommation normale au revenu et une fonction de court terme qui décrit le comportement de la consommation au cours des périodes de liquidation et de reprise (infra).

71 Ce en quoi il se différencie de Briaune (1840, 5-6), qui explique la crise par la seule pénurie alimentaire en excluant la surproduction générale, ce que lui reproche Ott (1851, 576), et de Juglar qui l’explique par les seules exagérations de la prospérité, la cherté alimentaire n’étant qu’une occasion de déclenchement parmi d’autres et qui ne peut pas à elle seule expliquer la crise.

72 Petit (1857, 185-186, n. 1) explique cette expansion des travaux et la hausse des salaires par l’afflux de l’or d’Australie et de Californie.

73 On peut comparer avec Juglar : « Si la disette se rencontre avec le trop-plein des portefeuilles, la crise sera plus grave sans doute, mais ce ne sera toujours qu’un accident » (Juglar, 1862, X).

74 L’explication alternative, souvent présentée, serait l’éclatement de la bulle spéculative ferroviaire. Sur les rôles respectifs de cet éclatement, de la cherté et de la crise monétaire, voir Evans (1848). Mill (1848, II, 57) minimise le rôle de la spéculation ferroviaire et insiste sur les sorties de numéraire liées aux importations de grains.

75 Pour défendre ce point, Petit (1868, 314-316) présente des données sur l’activité économique avant 1857.

76 Petit (1868, 281-282) est ici proche de celle de James Wilson (1840, 21-22) qui estime en plus que la monnaie ainsi détournée était investie dans la production agricole au lieu d’être affectée à la demande de produits manufacturiers par les agriculteurs

77 Petit note que dans ce type de crise, comme dans le cas des crises liées aux pénuries alimentaires, on assiste à une baisse de l’emploi, mais l’ouvrier souffre moins en raison du bon marché du pain.

78 La durée de la liquidation est plus courte que pour Juglar qui l’estime de 18 mois à deux ans.

79 Ceci ressemble à ce passage de Juglar : « Tout à coup tous les canaux paraissent remplis, il n’y a plus d’écoulement possible, toute circulation cesse et une crise éclate. » (Juglar, 1862, 7).

80 Cet argument est déjà énoncé par Morogues (1833, 10) (voir Simonin, 2008b). On retrouve la même analyse des machines dans Petit (1869b, 5-7).

81 Petit (1857, 75, 84, 86-87) note que la crise, quelle que soit son origine, provoque la baisse des prix manufacturiers en raison de l’excès de l’offre sur la demande des biens. Cette baisse des prix provoque un accroissement des demandes de crédit et, par là, la hausse du taux d’escompte (Petit, 1857, 173-194).

82 Max Wirth, Geschichte der Handelskrisen, 1858. Cependant, en général, Wirth explique les crises par des engorgements partiels qui créent un malaise qui se propage dans toute l’économie, thèse condamnée par Laveleye (1865a, 436).

83 Laveleye (1865a, art. cité) poursuit ce passage ainsi : « Ces affirmations constituent ce que l’on appelle les saines doctrines ; elles forment l’un des articles du credo économique, et qui les met en doute est par le fait même convaincu d’hérésie », ce qui confirme le statut d’hétérodoxe de Petit.

84 Petit (1868, 308) reconnaît que l’inégalité dans la distribution des moyens d’échange joue un rôle dans l’apparition de la surproduction. Elle joue aussi un rôle essentiel dans la pensée de Ott (1851 et 1854b).

85 Cette phrase de Baudrillart est aussi attaquée par Du Mesnil-Marigny (1868, 101-102).

86 Par exemple, Fazy (1830, 9), Chitti (1840, 7-8), Rossi (1854, 214-229), Clément (1858, 162) et Garnier (1860, 257-258). Les libéraux expliquent souvent ces déséquilibres par des entraves administratives telles que le protectionnisme, d’où un appel au libre échange qui supprimerait les déséquilibres et empêcherait l’occurrence des crises (Le Hardy de Beaulieu, 1840).

87 Ainsi, on retrouve chez Petit, à la fois la crise de surproduction générale et la crise de surproduction généralisée. Sur leur opposition, voir le débat entre Aftalion (1909, 1910) et Lescure (1910).

88 Cette idée est développée dans Laveleye (1865b) qui la maintiendra par la suite (Laveleye, 1882, 243).

89 Pour Juglar, ce terme désigne le choc accidentel qui déclenche la crise, alors que celle-ci s’explique par les exagérations de la prospérité que Juglar (1862, 2) qualifie du terme médical de « prédisposition ».

90 L’exportation de métaux précieux peut venir d’une importation de grains consécutive à une mauvaise récolte, ce qui constitue le mécanisme liant mauvaise récolte et crise pour nombre d’auteurs de l’époque et même plus tard (Andrews, 1906, 326-327). Pour Briaune (1840, 7-11), ces importations expliquent seulement pourquoi, dans un pays, les pertes de consommateurs de grains ne sont pas compensées par les gains des producteurs (Simonin, 2006).

91 Petit vise ici la thèse défendue par Laveleye et non les autres théories monétaires des crises (Chitti, Coquelin, Bonnet) qu’il ne signale pas.

92 Cette analyse du relèvement du taux d’escompte diffère de celle que Petit avait présentée en 1857.

93 Cette politique de la Banque de France est très controversée au cours des années 1860 (Vuillaume, 2007).

94 Les économistes français raisonnent en termes d’avantages absolus et, à l’exception de Cournot (1863, 223), ne semblent pas avoir utilisé la notion d’avantages comparatifs (Simonin, 2001, 2002).

95 Petit introduit certains éléments de ce qui sera la théorie moderne du commerce international de produits similaires en présence d’économies d’échelle. Dans cette théorie, il y a maintien de la production de chaque bien dans chaque pays en raison de la différenciation des produits. Mais, l’analyse de Petit concerne des produits de masse non différenciés, ce qui implique la suprématie du pays au coût le plus faible.

96 À l’opposé de la thèse de Petit, Le Hardy de Beaulieu (1840) affirme que les crises commerciales disparaîtront avec la mise en place du libre échange. Pour sa part, Juglar estime que dans les crises « les traités de commerce n’ont […] qu’une action secondaire » (Juglar, 1862, XI), car la crise apparaît partout en même temps. Ott (1851, 651) estime que l’échange international est perturbateur, la crise pouvant se propager à partir des pays importateurs ou à partir des pays exportateurs.

97 Il est difficile de concilier ce point avec le passage dans lequel Petit explique que ce sont les commerçants qui importent les produits étrangers pour gagner plus d’argent : si les produits français sont aussi bon marché que les produits anglais et s’il y a surproduction nationale, on voit mal ces commerçants acheter des produits anglais.

98 Cette affirmation est longuement contestée par Lestiboudois (1847).

99 Comme Morogues [1833], Petit se pose la question : « Quel avantage le bon marché procure-t-il à l’ouvrier, quand celui-ci est privé de travail, ou quand il obtient un salaire insuffisant ? » (Petit, 1868, 445)

100 Le fait que le libre-échange conduit à la multiplication des crises et à la suprématie de l’industrie anglaise est affirmé au même moment par Du Mesnil-Marigny (1868). Lestiboudois (1847, 152-153) décrit la transmission internationale des crises par les stratégies de « dumping » des producteurs des grands pays industriels dans lesquels apparaissent les « encombrements ».

101 À son époque, Petit fut-il victime de « la conspiration du silence » organisée par les « libre-échangistes » ? (Du Mesnil-Marigny, 1868, 214)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pascal Simonin, « Un économiste hétérodoxe, théoricien des crises : Louis Amable Petit (1819-1871) », Œconomia, 1-2 | 2011, 259-298.

Référence électronique

Jean-Pascal Simonin, « Un économiste hétérodoxe, théoricien des crises : Louis Amable Petit (1819-1871) », Œconomia [En ligne], 1-2 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1760 ; DOI : 10.4000/oeconomia.1760

Haut de page

Auteur

Jean-Pascal Simonin

Université d’Angers, GRANEM, Faculté de Droit, Économie et Gestion, 13 Allée François Mitterrand, BP 13633, 49100 ANGERS Cedex 01

jean-pascal.simonin@univ-angers.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org