Navigation – Plan du site
Choix rationnel, préférences et contrat social

Arguments de choix rationnel et contractualisme : les cas symétriques de Rousseau et de Pareto

Rational Choice Arguments and Contractualism. The Symmetrical Cases of Rousseau and Pareto
Emmanuel Picavet
p. 215-237

Résumés

Dans cet article, l’enquête porte sur la démarche de Vilfredo Pareto en tant que théoricien du choix rationnel qui se refuse à en tirer des leçons contractualistes. On examine le cas symétrique d’un théoricien tel que Jean-Jacques Rousseau, habituellement donné (par David Gauthier en particulier) comme illustrant le contraire d’une approche contractualiste de type « choix rationnel », mais qui utilise en fait beaucoup d’arguments de type « choix rationnel » ou même « coût-efficacité » d’une manière qui est bien liée (d’une manière cruciale, ce que l’on tente de montrer) à son argumentation contractualiste.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur la structure générale des arguments contractualistes à cet égard, voir la très bonne synthèse d (...)

1Ce texte est consacré à l’ambivalence des principes du choix rationnel, qui appuient évidemment des raisonnements contractualistes, mais aussi, à l’occasion, certains arguments anticontractualistes. Dans les théories qui se réfèrent à l’accord individuel éclairé pour fonder la légitimité du pouvoir ou de son organisation (ou encore la légitimité d’une certaine structure de la société), on peut espérer trouver un champ d’investigation ou d’application ouvert de plein droit aux approches normatives de la rationalité des décisions, conformément aux thèses défendues par des auteurs contemporains tels que John Rawls (1971) et, dans une perspective bien différente, David Gauthier (1986). S’il y a un sens à dire que certaines décisions sont plus rationnelles que d’autres, on ne voit pas ce qui empêcherait d’aborder dans ces termes la question des formes sociales et politiques qui, comparées à d’autres (également possibles), pourraient être choisies rationnellement1.

  • 2 Concernant les motifs de l’acceptation, la tradition contractualiste abrite un débat important, don (...)

2Dans la pensée politique, cette approche est fortement liée au développement d’une perspective conventionnaliste sur les arrangements sociaux et politiques, qui communique naturellement avec ce que nous nous représentons aujourd’hui comme la théorie de l’émergence des normes. Il y a des rapports privilégiés entre la théorie politique (ou politico-économique) normative, qui s’intéresse aux arrangements acceptables ou que l’on devrait accepter, et la théorie du choix rationnel appliquée à l’émergence des normes et des institutions2. Cette conjonction n’est d’ailleurs pas nouvelle, bien que la manière de la décrire ait pu évoluer avec le temps. Elle apparaissait déjà, d’une certaine manière, dans l’argument de Glaucon au livre II de la République de Platon, concernant l’émergence justifiée des conventions de justice sur la base de l’intérêt bien compris, dans un registre hypothético-déductif.

  • 3 Cf. Gauthier (1990 et 2006). Cet auteur a précisé le contraste entre les approches contractualistes (...)

3Dès lors, le refus occasionnel d’entrer dans la logique du choix rationnel est à interroger pour savoir ce qu’il révèle sur la compréhension du choix rationnel. J’évoquerai la démarche de Pareto, qui offre l’exemple éminent d’un théoricien du choix rationnel qui se refuse à en tirer des leçons contractualistes (possibles, sinon nécessaires), alors même que cela a pu constituer – et constitue encore – un objectif en philosophie politique et en économie politique pour des théoriciens dont les outils d’analyse s’inscrivent dans l’héritage parétien. Cette configuration peut surprendre, compte tenu de ce que l’on sait des développements postérieurs, mais aussi pour des raisons qui tiennent à l’exigence de rationalité : si elle est mobilisée pour rendre compte de comportements économiques ou techniques, pourquoi n’interviendrait-elle pas dans l’accord sur les règles de l’organisation politique ? J’évoquerai le cas symétrique d’un penseur tel que Rousseau, habituellement donné (par David Gauthier en particulier3) comme illustrant le contraire d’une approche contractualiste de type « choix rationnel », mais qui utilise en fait de nombreux arguments de type « choix rationnel » ou même « coût-efficacité » d'une manière qui est bien liée à son argumentation contractualiste et qu’il importe, de ce fait, de mettre en relief.

4On traitera d’abord de l’attitude généralement critique de Pareto à l’égard des classiques de la philosophie politique moderne. Puis on illustrera la complexité de la tradition contractualiste en tâchant de mettre en relief, chez Rousseau, l’importance (quelque peu sous-estimée à mon sens) du thème de la division des intérêts, qui n’est en aucune façon relativisée par la critique radicale, chez cet auteur, de la doctrine de Hobbes. Dans un troisième temps, il s’agira d’examiner la portée, pour la conception des rapports entre individu et société, de la critique de la fiction contractualiste chez Pareto.

1. Pareto et la critique conjointe du contractualisme et de l’idée de loi naturelle

1.1. Pareto face à Hobbes : une attitude distanciée

5Dans la critique du contractualisme développée par Pareto dans le Traité de sociologie générale (1916), ce n’est pas le moindre des paradoxes que de voir ébranlées des théories qui, historiquement, sont à la racine de l’individualisme méthodologique étayé par les hypothèses de choix rationnel ; des théories s’inscrivant, donc, sur le chemin menant aux sciences économiques post-parétiennes et aux approches politiques fondées sur la théorie du choix rationnel, avec lesquelles elles se sont co-développées ; on pense en particulier à la théorie de Hobbes.

  • 4 Je renvoie sur ce point à mon étude antérieure (Picavet, 2005b).
  • 5 Ce modèle fondé sur l’avantage et réputé contraire à toute morale, malgré les propos explicites de (...)

6En effet, Hobbes prétendait fonder sa théorie politique sur une représentation « décomposée » (individualiste) du monde social, conformément aux indications de la préface du De Cive (1642) : il faut revenir aux éléments constituants (seulement par la pensée, bien sûr) pour aborder les rouages constitutifs de la construction politique4. Son anthropologie est individualiste en un sens radical, comme l’ont fait ressortir plusieurs commentateurs (notamment Oakeshott (1947), Watkins (1965) et Hampton (1986)). Bien plus, Hobbes retenait un modèle clairement optimisateur du comportement individuel, en l’orientant vers le plus grand bien de l’agent tel qu’il est subjectivement représenté5. Sur ce point comme sur d’autres, Hobbes se montrait fidèle à un certain héritage aristotélicien, représenté en l’occurrence par l’analyse de la délibération offerte par les livres d’éthique et par le modèle systématique de la justification ou de la défense des actions dans la Rhétorique.

7Or, Pareto est évidemment associé pour nous à la constitution de l’économie néo-classique et, par là, au modèle du choix rationnel tel qu’on le voit à l’œuvre dans certains secteurs des sciences sociales et dans une partie de la philosophie, aujourd’hui. N’y a-t-il pas là quelque étrangeté ? Chez Pareto, Hobbes est critiqué dans le même mouvement que les écoles modernes du « droit naturel » d’une manière générale. Cela veut dire qu’une théorie qui est à nos yeux tout à fait typique des approches individualistes des normes fondées sur les intérêts individuels se trouve mise à parité avec des constructions théologico-politiques que l’on s’attend davantage à voir figurer parmi les cibles de Pareto, engagé comme il l’était dans une dénonciation en règle des systèmes de légitimation à base religieuse qui paradent sous les atours d’une construction rationnelle déductive.

8En outre, Pareto ne paraît pas impressionné par la parenté – pour nous évidente – entre, d’une part, la condition de respect de l’unanimité que l’on appelle aujourd’hui le « principe de Pareto » (central dans l’économie normative post-parétienne et en théorie du choix social) et, d’autre part, le souci, constitutif du contractualisme, de caractériser rigoureusement les conditions de l’approbation unanime, pour mobiliser ensuite une présomption favorable concernant ce qui fait l’objet d’une telle approbation.

9Cela est quelque peu étonnant à première vue : pourquoi Pareto n’a-t-il pas voulu, dans le champ de l’analyse normative de l’organisation politique, prendre rang dans la série des auteurs qui, par des voies diverses, se rattachent à l’approche en termes de choix rationnel dont il a été par ailleurs l’un des principaux représentants en économie ? Pour y voir plus clair, il faut revenir à sa conception de l’individuel et du rapport de l’individuel au social. Pareto n’est pas seulement le promoteur d’un critère d’unanimité ; il a aussi été, d’une certaine façon, un penseur du consensus, ce que l’on a davantage perdu de vue aujourd’hui. Cela permettra aussi de mieux saisir les ressorts de ce qui reste sa contribution principale à la théorie politique fondée sur des hypothèses de choix rationnel, à savoir sa caractérisation claire de ce que l’on appelle, à la suite de Mancur Olson ([1965] 1971), le « problème de l’action collective ».

1.2. La critique des « classiques modernes » de la théorie politique : consensus, raisonnement, signification

10Dans le Traité de sociologie générale, l’attaque contre les théories politiques les plus prestigieuses est lancée au chap. IV sur « les théories qui dépassent l’expérience ». Comme cet intitulé le suggère, Pareto préfigure le type de critique que l’on associe spontanément, aujourd’hui, aux écoles néo-positivistes de l’entre-deux-guerres : la critique des prétentions à se détacher de l’expérience d’une manière qui risque de faire tomber tout simplement dans le non-sens. Les sections concernées (IV et V) viennent après l’explication fameuse de la différence entre les actions logiques et non logiques.

11Pareto développe en fait une théorie de la science qui se concentre sur le modèle logico-expérimental, envisagé comme variété unique du discours scientifique valide. Symétriquement, les théories insuffisamment rattachées à ce modèle sont identifiées et énumérées ; notamment, dans le champ politique, celles d’auteurs qui sont admirés, dit Pareto, de ceux qui ont la chance de les comprendre (tels Grotius, Selden, Pufendorf, Burlamaqui et Vatel, entre autres).

12Au-delà de l’ironie caractéristique qui affleure ici ou là, Pareto (1916, §428) a à cœur, à propos de Pufendorf (De jure naturæ et gentium, 1672) notamment, de cerner le point exact où l’on verse dans la métaphysique. Pufendorf offre un point de repère intéressant parce qu’il met en avant une conception de la loi naturelle qui comprend un versant normatif, mais aussi un versant positif, susceptible d’une enquête scientifique logico-expérimentale. D’un côté, la loi naturelle est une loi qui est en accord avec la nature rationnelle et sociable de l’homme. On est ici sur un versant à la fois ontologique et normatif de l’approche de Pufendorf. La nature de l’homme comprend une tendance à la rationalité et à la sociabilité, et ce sont des tendances qu’il ne faut pas contrarier. Par ailleurs, complète Pufendorf, cet accord entre la loi naturelle et la nature de l’homme est tellement invariable que si les normes de la loi naturelle ne sont pas respectées, alors la société honnête et pacifique ne peut pas exister. Voilà une affirmation qui pourrait motiver une enquête scientifique à propos de ce qui est viable et ce qui ne l’est pas, ainsi qu’une investigation du rôle causal de la mise en validité de certaines normes. Pareto, se référant à l’édition de Barbeyrac du Droit de la nature et des gens (II, 3, 7), observe que c’est justement sous l’influence d’arguments de Hobbes que Pufendorf a été dissuadé de se livrer à l’étude expérimentale des lois qui permettent aux sociétés de survivre. Le contractualisme de type hobbesien peut avoir une mauvaise influence, donc, et Pareto essayait de caractériser la situation théorique de Pufendorf à cet égard.

13Pufendorf ne pouvait s’en remettre au consensus et aux pratiques des nations, ni même au témoignage des philosophes, parce que, comme le note Burlamaqui (1783, 3e partie, chap. 13, sec. 1 ; cité par Pareto (1916, note 2, §428)), les nations les plus sages et les plus éclairées ont pu varier et s’égarer en ces matières. Pufendorf critiquait ceux qui prennent comme base du droit naturel le consensus de l’humanité à propos de ce qui est approprié ou non (ou, dans des versions plus ou moins affaiblies : le consensus de toutes les nations, ou de la plupart des nations, ou des nations les plus civilisées). Cette approche a posteriori est rejetée comme telle, comme il fallait s’y attendre de la part d’un esprit enclin à la métaphysique. Par ailleurs, certaines difficultés provenaient du De Cive de Hobbes (II, §1).

14Comme le montrait Hobbes, il suffirait de l’écart d’une personne par rapport à la loi naturelle pour que le consensus de l’humanité soit rompu. Donc on ne comprendrait pas la possibilité que la loi puisse à la fois être naturelle et, comme toute loi, susceptible d’être enfreinte par certaines personnes qui ne laissent pas d’employer leur raison. Cet argument, on le voit, repose sur une hypothèse de rationalité. On doit considérer des êtres qui sont supposés rationnels ; cela est nécessaire pour saisir la normativité de la loi naturelle, qui s’adresse en effet à des êtres rationnels, qui doit être reconnue d’eux et suivie par eux. Si le caractère « naturel » est identifié à la possibilité d’une reconnaissance unanime par les êtres rationnels auxquels la loi s’adresse, alors on ne peut négliger le fait que ces êtres sont rationnels dans la pratique : ils ne devraient pas dévier de la loi naturelle, donc. Or, à l’évidence, la loi que l’on veut caractériser comme naturelle doit pouvoir être enfreinte, comme n’importe quelle loi. Cela prive le consensus de toute force normative. À quoi bon, en effet, s’appuyer sur le consensus, autrement dit sur le jugement de tous, pour valider une loi que certains enfreignent justement de manière manifeste ? S’ils ne respectent pas eux-mêmes la loi, l’inclusion de leur avis dans la formation d’un consensus autour de la loi est de peu de poids. Pareto examine l’effet de cette critique du consensus. Il regrette que Hobbes ait pu, par de tels arguments, détourner Pufendorf d’une approche permettant de s’instruire de l’expérience.

15On peut remarquer que Hobbes privilégie le modèle d’une rationalité qui devrait se traduire par le respect, dans la pratique, de ce qui est dit conforme à la nature rationnelle de l’homme. C’est pourquoi le fait que la norme soit validée comme correcte par tout le monde devrait impliquer la conformité générale de l’action à la norme en question, si l’on était cohérent. Le « critère de Pareto », lui, ne renvoie pas à une conformité a priori exigible, mais plutôt à un accord simplement constatable, inévitablement contingent. Sa seule force de légitimation consiste dans le consensus : ce qui est désigné comme capable d’être approuvé, d’être présenté comme une « amélioration », c’est ce qui est préféré par au moins une personne sans faire l’objet pour personne d’une préférence de sens inverse (ou, dans la version « faible » du principe, ce qui est strictement préféré par chacun).

16Or, par quelque côté que l’on considère les choses, le consensus n’exprime nullement la conformité rationnelle à ce qui est intrinsèquement correct, et pas davantage ce qui est accordé à la nature de l’être raisonnable selon une conception a priori ou métaphysique de la raison. De fait, on comprend mieux, sur ce fondement, la concentration du propos parétien sur le simple accord dans les préférences ou dans les sentiments. Le « principe de Pareto » proprement dit ne renvoie pas au consensus à propos des raisons, mais plutôt à la convergence des préférences telles qu’elles sont données dans le monde empirique. On voit que cette approche est liée à un rejet de l’apriorisme en matière de consensus ou d’agrégation des jugements.

17En somme, Hobbes solliciterait la rationalité pratique de l’homme dans une direction a priori, en exigeant la conformité des actes à la loi pour tous ceux dont le jugement importerait pour caractériser la loi qui convient à l’être rationnel qu’est l’homme. C’est là ce qui rend impensable l’absence de conformité totale à une loi dont la validation proviendrait de la ratification unanime par les êtres rationnels. Par là, donc, Hobbes invitait à se défaire du modèle du consensus empirique pour ce qui est de la reconnaissance de la loi naturelle. Si l’on suit la critique de Pareto, l’approche logico-expérimentale ne s’en porte que plus mal ; on en arrive à bloquer la croissance du germe de science empirique qui aurait pu être sauvé dans l’approche de Pufendorf. Il est intéressant de voir Pareto (l’un des fondateurs d’une approche économique que nous nous représentons familièrement comme déductive et aprioriste) déployer ici une critique empiriste de la manière hobbesienne de solliciter le consensus dans le sens d’un accord nécessaire de toutes les conduites avec la loi prescrite aux êtres rationnels. Au total, Hobbes joue un rôle ancillaire dans la critique de la manière dont les métaphysiciens ­– ici, Pufendorf (Pareto, 1916, § 429) – repoussent le recours à l’expérience, à leurs risques et périls, d’une manière qui les pousse à essayer de discerner leur « loi » avec la seule aide de la raison naturelle, en contemplant la nature humaine en général.

18Sur un point, Pareto n’a pas tort : la loi naturelle telle que la conçoit Hobbes, c’est précisément un théorème de la raison, concernant la nature humaine et ce que la nature humaine nous apprend sur l’interaction humaine (il néglige cependant l’enracinement de la théorie politique de Hobbes dans l’observation et dans une anthropologie empirique marquée par les limites de la physiologie de l’époque, mais systématique). D’une manière assez frappante, ce qu’il reproche à Hobbes n’est guère éloigné de ce que l’on reproche couramment à l’approche de type « choix rationnel » dont il a été, pour l’économie, l’un des principaux pionniers et, à certains égards, le maître incontesté.

19L’unanimisme dans sa version aprioriste est encore critiqué par un autre biais : Pufendorf aurait le tort de postuler, au cœur de sa conception de la loi naturelle, que chaque individu doit faire ce qu’il peut pour promouvoir le bien de la société humaine en général. Pareto, lui, remarque que cette approche n’est pas d’un grand secours, parce que tout d’abord on ne sait pas ce que recouvre exactement le bien de l’humanité en général ; par exemple, certains vont chercher ce bien dans une aristocratie, d’autres dans la démocratie (Pareto, 1916, §429).

20D’autres approches du consensus sont mentionnées et rejetées tour à tour, dans la critique de Jean-Jacques Burlamaqui : le consensus autour de ce qui est donné par Dieu, le consensus autour de ce qui est connu par la raison (Pareto, 1916, §431), le consensus autour de ce qui est obtenu en considérant attentivement la nature de l’humanité. En bref, on peut faire dire à la nature ce que l’on veut (Pareto, 1916, §431). Ces approches nous laissent démunis en cas de désaccord (qui a raison ? qui a tort ? on ne pourra le dire) ; on risque de prendre à tort pour des convictions correctes ce qui relève seulement d’un accord dans les sentiments entre des personnes qui partagent ces sentiments. Au fond, on veut donner l’apparence de l’objectivité à ce qui est relatif et subjectif (Pareto, 1916, §447).

21La référence à Hobbes intervient encore au § 462 du Traité de sociologie générale (à propos de De Cive, ch. I-IV, et Leviathan, ch. XV) parce que l’auteur anglais refuse de formuler la loi naturelle en termes de reconnaissance universelle ou d’assentiment dans les nations les plus sages et les plus civilisées. Le risque est celui de la régression infinie : qui sera assez sage pour être le juge de la sagesse des nations ? À propos de Hobbes encore, de son identification de la loi de nature et des préceptes de la raison, de sa mise en relief à ce titre du précepte du maintien de la paix (ou, à défaut, de la protection de soi), Pareto récuse fermement la tendance à en appeler à la religion (pour l’origine divine) et à la morale (quant à ce que les hommes devraient faire) dans une entreprise qui se présente comme descriptive.

22D’un point de vue plus général, selon Pareto, il y aurait eu au fond bien peu de progrès dans les conceptions de la loi naturelle après Cicéron (Pareto, 1916, §417) : seulement un peu de « vernis scientifique », de la pseudo-observation et la substitution du Dieu chrétien aux dieux païens ; malgré leurs variations, et à la source de ces variations précisément, les « métaphysiciens » sont mal à l’aise avec l’expérience comme telle (Pareto, 1916, §450). Dans le champ de la loi naturelle et du contractualisme, où l’imprécision menace la signification, lorsqu’un accord existe, son origine serait à chercher dans les sentiments, non pas directement dans les raisonnements qui recouvrent les sentiments. C’est notamment à la différence des sentiments que l’on pourrait rapporter la vogue, tour à tour, de théories du type de celle de Hobbes (qui flattent les sentiments favorables à l’absolutisme) et des théories procédant du modèle rousseauiste (qui rencontrent les sentiments démocratiques).

1.3. Critique des modernes : la question de la rencontre des intérêts

23Au chap. IX du Traité de sociologie générale (« Dérivations »), Pareto développe une critique d’un autre type, centrée sur les reconstructions apparemment rationnelles d’un concours des intérêts (Pareto, 1916, §1495) : des auteurs tels que Pufendorf, Hobbes, Spinoza et Locke ont cru, et nous invitent à croire, en l’existence d’une sanction des lois de nature, consistant en ceci que les individus qui les violeraient, faisant du mal à la société, se feraient du mal à eux-mêmes de ce fait. Examinant à cette occasion le fameux sophisme de répartition qui lui permet de formuler en toute généralité ce que nous appelons aujourd’hui le « problème de l’action collective », Pareto ramène la question à une affaire quantitative : il faut comparer l’éventuel préjudice indirect transitant par un bien commun que protégeraient les lois en question et l’éventuel avantage direct retiré de la violation des lois. C’est donc à nouveau une idéologie consensualiste mal maîtrisée que l’on trouverait à la source d’un grand nombre de dérivations.

24Tel est le motif par exemple de la critique du scholie de la proposition 18 de l’Éthique, IV : Spinoza, comme tant d’autres, tente de montrer que l’intérêt égoïste et le principe altruiste peuvent être réconciliés, du fait que la rencontre des hommes donne lieu à un surcroît de puissance, en sorte que « rien n’est plus utile à l’homme que l’homme lui-même ». Tout se passe comme si Pareto étendait à une doctrine spéculative comme celle de Spinoza la critique, strictement fondée sur les intérêts au sens étroit, qu’il développe en termes identiques à propos de La morale et l’intérêt de Yakov Novikow (1912). Dans le cas de Hobbes, on voit mal quel passage pourrait prêter le flanc à la critique de Pareto.

25Lecteur de Hobbes, Pareto néglige curieusement un aspect qui aurait pu retenir son attention : le fait qu’il s’agisse du premier auteur qui établisse, d’une manière claire, comment l’élément stratégique dans l’interaction peut menacer l’agrégation des intérêts considérés comme des finalités, en montrant par quel canal les actions intentionnelles peuvent se composer en un résultat collectif qui aurait pu être meilleur au regard des intentions impliquées. Il néglige aussi un élément important, qui rapproche Rousseau (après la période du Premier Discours du moins) de Hobbes et qui enveloppe la reconnaissance de la divergence des intérêts, à savoir, le rejet d’une approche par la sociabilité naturelle. Au total, s’agissant des auteurs visés, la critique développée par Pareto apparaît injuste ; pourtant, c’est elle qui permet à Pareto de formuler en termes décisifs un problème qui est effectivement très important (et considérablement ramifié) pour la théorie politique et pour l’économie publique.

2. Complexité de l’entreprise contractualiste : la divergence des intérêts chez Rousseau

26Alors que Rousseau se trouve confondu avec les auteurs critiqués en nombre au titre des théories modernes du droit naturel ou du contractualisme, il y a des raisons d’estimer que l’approche contractualiste de Rousseau offre des exemples d’une prise en compte particulièrement sérieuse et approfondie de la divergence des intérêts à laquelle Pareto entend redonner son importance, contre les tendances unanimistes du contractualisme. Cela justifiera que l’on revienne ici sur ces aspects de l’approche de Rousseau, dont on peut remarquer par ailleurs qu’il fait grand usage, à des moments cruciaux des raisonnements, d’arguments qui s’inscrivent pour nous dans le paradigme de la rationalité stratégique ou du « choix rationnel ».

27Il en va ainsi du rejet, dans le Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes (1755 ; que j’appellerai Second Discours en abrégé) de l’hypothèse de la soumission naturelle par l’explication coût-bénéfice de l’irrationalité d’un effort permanent de surveillance et de contrainte exercé à l’encontre d’autrui (Rousseau, 1755, 161). De même, dans le Second Discours, Rousseau donne un rôle essentiel à l’analyse coût-bénéfice dans l’explication de l’émergence de la convention de respect réciproque des biens détenus : pour lors que les haches de pierre permettent de « couper du bois, creuser la terre, et faire des huttes de branchages […] » (Rousseau, 1755, 167), il en résulte une sorte de propriété et, par crainte des représailles (donc par un calcul de leurs intérêts), les plus faibles (qui n’ont pas encore de hutte) ont intérêt à imiter les plus forts (qui ont chacun une hutte) au lieu de tenter de s’emparer de la leur. Comme dans les descriptions naturalistes ultérieures des conflits dans un état de nature (Hirshleifer, 1995), Rousseau soupèse les avantages du travail et de la prédation et il va jusqu’à fonder là-dessus une explication de l’émergence de certaines normes de reconnaissance des titres.

28En outre, Rousseau admet bien, dans le Second Discours, que nous avons, outre une « répugnance naturelle à voir périr ou souffrir tout être sensible et principalement nos semblables » (Rousseau, 1755, 126), un intérêt pour notre bien-être et pour la conservation de nous-mêmes. On pourrait également souligner l’importance qui s’attache, pour Rousseau, à l’engendrement de l’amour-propre par la raison ; la raison replie l’homme sur lui-même, en étouffant la pitié et en étayant le sentiment de n’être pas concerné par le mal qui arrive à d’autres ; la raison, donc, ne va pas forcément dans le sens de la morale ; elle n’est pas non plus un instrument neutre, puisqu’elle favorise la poursuite d’une certaine forme (égoïste) d’intérêt.

29En sens contraire, on peut évidemment concéder à ceux qui veulent marquer la distance qui sépare Rousseau des approches ultérieures, en termes de choix rationnel, l’importance chez Rousseau d’une démarche qui ne prend pas les préférences comme des données. Cela vaut en bout de course, lorsqu’il s’agit pour les citoyens de prendre pour référence la volonté générale, mais aussi au commencement, lorsqu’il faut se déprendre de toute confusion rétrospective entre les intérêts de l’homme naturel (qui sont aussi les intérêts naturels aux hommes) et les intérêts de l’homme civilisé, qui sont ceux que nous connaissons le mieux, par la simple observation de nous-mêmes.

30Je n’évoquerai évidemment pas ici, fût-ce dans les grandes lignes, l’entreprise générale du Second Discours, consistant à « chercher la première origine des différences qui distinguent les hommes » (Rousseau, 1755, 123) (lesquels sont naturellement égaux). Mais j’illustrerai brièvement l’importance que peuvent avoir des formes de raisonnement relevant de la logique du choix rationnel dans son approche ainsi que l’intervention décisive pour son propos, quoique négligée par Pareto, de la divergence des intérêts.

31Partons de l’évocation de la chasse au lièvre et de la chasse au cerf dans le Second Discours :

S’agissoit il de prendre un Cerf, chacun sentoit bien qu’il devoit pour cela garder fidellement son poste ; mais si un lièvre venoit à passer à la portée de l’un d’eux, il ne faut pas douter qu’il ne le poursuivît sans scrupule, et qu’ayant atteint sa proye il ne se souciât fort peu de faire manquer la leur à ses compagnons.  (Rousseau, 1755, 166-167)

32Il faut remarquer que la caractérisation de cette situation problématique sert à faire ressortir le péril de la concentration sur le moment présent, qui empêche de faire fructifier des occasions de coopération par le moyen d’associations temporaires, volontaires, finalisées et non contraignantes. Il y a en effet dans l’économie du Second Discours un modèle dont des complications diverses nous éloignent, qui est celui d’une forme pure de coopération, dans laquelle il suffit de s’engager dans l’action conjointe pour que chacun puisse croire que l’on y tiendra son rôle, car c’est l’intérêt de chacun de participer, de faire en sorte que l’action conjointe soit menée à son terme.

33Il n’y a pas là une hypothèse arbitraire d’unanimisme des intérêts ; bien plutôt, un effort de caractérisation de certaines situations d’interaction privilégiées, illustrées par les rencontres temporaires mutuellement bénéfiques de l’état de nature. Et l’analyse n’a rien de lénifiant puisque, précisément, Rousseau se met systématiquement en quête de tout ce qui nous en éloigne. Bien entendu, les intérêts sont évolutifs, comme leur rencontre ou leur conflit, notamment sous la pression des innovations techniques : ainsi, les développements de l’agriculture et de la métallurgie sont décrits comme des occasions de coopération et, en même temps, d’approfondissement des conflits et de la nécessité du travail (« [D]ès qu’on s’aperçut qu’il était utile à un seul d’avoir des provisions pour deux, l’égalité disparut, la propriété s’introduisit, le travail devint nécessaire […] » (Rousseau, 1755, 171)).

  • 6 Pour les perspectives contemporaines sur la théorie de la menace de l’absence d’accord, et sa place (...)

34Le raisonnement coût-avantage prend toute sa puissance dans l’explication de l’émergence des normes, lorsqu’il s’allie le plus profondément avec la division des intérêts, en particulier avec la distinction schématique entre ceux des plus puissants et ceux des moins puissants, selon un schéma qui ne relève assurément d’aucune perspective abusivement unanimiste sur des intérêts partagés. Ainsi, décrivant le partage des terres dans un âge ancien de l’humanité, Rousseau insiste sur le fait que les plus puissants se font de leur force une sorte de droit au bien d’autrui, ce qui constitue une sorte d’équivalent du droit de propriété. Symétriquement, les plus misérables, à partir de leurs besoins, ont des prétentions semblables, ce qui est cause de violence. Mais les risques sont, eux, dissymétriques : les riches comprennent que, outre le risque partagé de perdre la vie, ils peuvent pâtir sélectivement de la précarité de leurs droits venus de la force (ils ne sont pas prémunis contre des mauvais coups venus eux aussi de la force, ce que Rousseau note en un passage qui sent le soufre)6.

35Dans ce cadre, la référence au consentement unanime joue, comme chez Kant, le rôle d’une norme de référence plus que celui d’une description d’un processus anthropologique. En effet, ceux qui tirent leur richesse de l’industrie voient bien qu’il aurait fallu un consentement unanime du genre humain pour les autoriser vraiment à s’approprier ce qui excède la garantie de leur propre subsistance. L’affirmation de la connexité des intérêts sert ici à donner un statut de norme à l’unanimité ; ce n’est évidemment pas d’une unanimité postulée et factuelle qu’il s’agit, une fois que l’on a quitté la phase heureuse des arrangements temporaires finalisés et spontanément respectés. Latéralement, la justification (lockéenne) des titres opposables aux autres par le travail déployé se trouve rapidement congédiée, dès lors que le travail n’a pas été demandé par autrui.

36C’est donc dans une situation où il est tout à la fois privé de raisons valables et de forces suffisantes que, pressé par la nécessité, le riche conçoit le projet génial d’employer en sa faveur les forces des pauvres, ses assaillants, en leur donnant des institutions pour lui aussi favorables que le droit naturel lui était contraire. En effet, le problème essentiel qui mène aux lois, c’est la précarité de la position des riches et l’impossibilité pour eux (à cause des jalousies) de faire vraiment alliance avec les pairs. C’est l’amorce des « raisons spécieuses » (Rousseau, 1755, 177), suggérées par la dissymétrie des positions et que l’on peut schématiquement décrire ainsi :

  • se prémunir collectivement contre les violences et l’insécurité ;

  • garantir les faibles de l’oppression, contenir les ambitieux, assurer à chacun la possession de ce qui lui appartient, quoi qu’il en soit de la disparité des possessions (ce qui n’est pas sans rappeler le motif habituel des « paciaires » dans les assemblées de la « paix de Dieu » au Moyen Âge, évoqués notamment par Georges Duby (1996)) ;

  • obliger les uns et les autres à respecter des règlements institués de paix et de justice.

37Ici encore, l’appel à l’intérêt est important. C’est une composante de la rhétorique du riche, résolu à s’assurer le concours des pauvres : les conventions de paix et de justice servent l’intérêt des uns et des autres, quoi qu’il en soit de l’inégalité dans le service des intérêts.

  • 7 C’est une logique que l’on retrouvera plus tard dans l’étude de la délégation d’autorité réelle dan (...)

38L’exercice consiste alors à expliquer comment les pauvres peuvent en venir à l’acceptation. La tâche est quelque peu facilitée, il est vrai, par l’hypothèse de la grossièreté du sens de ces hommes en des temps reculés. C’est à nouveau un bilan coût-avantage esquissé qui est décisif : ils « avoient trop d’affaires à démêler entre eux pour pouvoir se passer d’arbitres, et trop d’avarice et d’ambition, pour pouvoir longtemps se passer de Maîtres » (Rousseau, 1755, 177). En somme, dans un contexte de surcharge, il y a un besoin d’arbitrage qui permet au pouvoir de s’affermir7. D’autre part, le pouvoir s’affermit encore grâce aux espoirs matériels individuels consécutifs à des positions hiérarchisées (chacun espérant des avantages, jouant donc le jeu du pouvoir et participant de la sorte à sa consolidation, voire à son institution).

39C’est ainsi, explique Rousseau, que les sociétés se créent et se multiplient, tant et si bien qu’il devient impossible de demeurer où que ce soit sans avoir un glaive au-dessus de sa tête. Le schéma avancé est bien de l’ordre d’une convention d’où naît le droit : c’est ce qui le rend supérieur, soutient-il, aux explications fondées sur les conquêtes des plus puissants, lesquelles ne font au mieux que décrire le fait d’un différentiel de force, mais non pas la reconnaissance mutuelle de titres. On voit que l’entreprise contractualiste de Rousseau relève partiellement de la science positive : conjecturale, certes, mais « positive » dans l’effort résolu d’explication du réel existant. En outre, les raisonnements proposés sont structurés par une analyse décisionnelle clairement marquée par la disparité et la divergence partielle des intérêts.

40Rousseau maintient cependant qu’au total le processus peut être compté comme ayant fait du tort aux pauvres, ce pour quoi il juge son approche supérieure à celle qui procéderait de l’hypothèse d’une coalition des intérêts des pauvres pour subjuguer les puissants au moyen des lois. Il vaut mieux admettre que les choses sont inventées par ceux à qui elles profitent. C’est aux riches que l’on pouvait causer beaucoup de tort, affirme Rousseau ; ce sont certainement eux qui, dès lors, ont dû prendre des précautions. Sur ce point précis, évidemment, Rousseau tient un raisonnement qui peut être attaqué en se fondant sur la caractérisation, par Pareto, de ce que nous nommons le « problème de l’action collective ».

41Par ailleurs – et c’est en vérité un tout autre chapitre – Rousseau attire l’attention sur les intérêts afin de disposer de repères normatifs pour la validité des contrats. C’est tout le sens de la contestation de l’établissement volontaire de la tyrannie. Certes, Rousseau privilégie l’accord ou l’acceptation. Mais il y ajoute une clause spécifique de rapport avec les intérêts : il ne saurait y avoir de validité pour un contrat « qui ne tournerait qu’au préjudice de celui qui s’engage » ; la thématique de l’intérêt intervient ici, même si elle est clairement ancillaire par rapport à celle du concours des volontés. Cette association de la volonté et de l’intérêt est cruciale dans un registre normatif, lorsqu’il s’agit d’évaluer les états de fait ou arrangements existants. Évidemment, compte tenu du tort globalement imputé aux pauvres dans l’institution des titres de propriété et des règles communes, c’est un motif radical de critique des arrangements dont on a relaté conjecturalement le processus d’émergence et d’affermissement.

42Au total, si l’on se réfère à l’évocation du contrat fondateur de la société civile dans le Second Discours, le projet essentiel est l’explication d’une réalité sociale qui est d’emblée constituée par l’accord des volontés ou l’acceptation des arrangements. Ce qui est à expliquer, c’est un type de fait qui passe par la reconnaissance réciproque des titres – une réalité qui est donc de l’ordre de la convention et qui comporte de la « validité », comme l’ont souligné, malgré les disparités entre leurs interprétations respectives, Goldschmidt (1974) (qui y voyait un élément de positivité du pacte, aux antipodes de la lecture d’Althusser) et Beyssade (1978 et 1979) (qui soulignait que, de ce fait, l’origine historique ne pouvait être réputée complètement extérieure à la rationalité qui s’exprime dans un modèle idéal – dans les deux cas, on doit bien rencontrer un accord de volontés fondant la validité, ce qui fait que la réalité existante peut bien être examinée sous l’angle du Quid juris ?). Dans ce schéma, la référence aux intérêts divergents est centrale pour expliquer causalement la proposition des arrangements (et, d’une manière certainement moins réussie, l’acceptation de ces mêmes arrangements). Elle est par ailleurs capitale de manière liée, sur un versant que nous dirions évaluatif, pour dire qui est gagnant, qui est perdant. C’est de cette manière que l’on peut se prononcer sur un pacte qui est l’effet de l’art bien qu’on y soit conduit par la pression de nécessités, comme l’a souligné Goldschmidt.

43Ce dernier point joue un rôle important dans la recherche d’un arrangement meilleur, d’un véritable contrat social qui soit à l’avantage de tous – un idéal qui n’oblige aucunement à s’aveugler volontairement sur la disparité et les divergences entre les intérêts concrets tels qu’ils sont. Ce qui peut sembler soutenir la critique parétienne, c’est l’usage dans Du contrat social de la figure de l’échange profitable, dans le troc de la liberté naturelle contre la liberté civile. Mais en regard des comparaisons coût-avantage du Second Discours, cette référence à la transaction profitable paraît presque métaphorique. Comme l’a observé Beyssade, on quitte le registre du raisonnement pratique calculatoire imputé aux agents eux-mêmes.

3. La critique parétienne de la fiction contractualiste et la primauté du social

3.1. Au-delà de la critique traditionnelle du recours à la fiction

  • 8 Léon Bourgeois (1851-1925), homme politique et penseur social (La solidarité, (1896), Politique de (...)

44Se tournant vers Rousseau au § 1505 du Traité de sociologie générale (à l’occasion de la discussion du solidarisme de Léon Bourgeois8), Pareto observe que ses disciples lointains ont tendance à placer le contrat à la fin plutôt qu’au commencement, tout en préservant l’essentiel de l’inspiration du Contrat social. La critique se concentre d’abord (comme la critique que l’on trouvait chez Hume) sur l’absurdité manifeste d’un discours pseudo-historique, dans lequel on se réfère à une origine des choses (une convention, un pacte ou un contrat).

  • 9 On consultera à ce propos la thèse de doctorat de David Duhamel, Les nouvelles théories du contrat (...)

45Cela pose évidemment quelques problèmes de méthode. Peut-on reprocher aux théoriciens contractualistes, sur le versant le plus narratif et anthropologique de leurs contributions, d’avoir procédé en avançant des hypothèses conjecturales sur les débuts de la société hiérarchique9 ? Ne peut-on par ailleurs prendre appui, pour former ces reconstitutions, sur l’observation des raisons avancées (et corrélées avec certains effets) dans des situations historiques de convention visant à établir des règles de base de l’organisation de la société (par exemple, les assemblées de la paix de Dieu au début du deuxième millénaire, le pacte du Mayflower ou encore le travail des assemblées constituantes de Philadelphie et de Versailles à la fin du 18ème siècle) ?

  • 10 Dans Les vies des plus illustres philosophes de l’Antiquité, Diogène Laërce explique que, selon Épi (...)

46Au § 1504 du Traité de sociologie générale, Pareto se fait fort de montrer le ridicule de théories qui font provenir le pouvoir du rassemblement, un beau jour, de gens qui ne vivraient pas encore en société et qui auraient à cœur d’organiser la société, à la manière des personnes qui fondent une entreprise commerciale. La critique peut sembler excessive et même artificielle, puisque Pareto lui-même cite Diogène Laërce à propos d’Épicure : il sait donc que le recours à une convention reconstituée peut avoir pour motif la manifestation du caractère profitable de certains arrangements10. Il aurait pu vouloir contribuer à ce type d’entreprise avec les moyens intellectuels qu’il mettait par ailleurs à la disposition des économistes (et, pour l’avenir, des politologues). Bien sûr, il n’en a rien été.

47L’entreprise contractualiste intéresse notamment Pareto, dans la perspective de ce que l’on reconstitue aujourd’hui comme un programme scientifique de sociologie de l’argumentation (tel qu’il est étudié par Alban Bouvier (1995)), parce qu’elle donne un exemple de la manière dont l’introduction de raisonnements complexes peut servir à habiller des attitudes d’arrière-plan qui sont parfaitement arbitraires et injustifiables (ce dont l’absurdité foncière du propos au regard du sens commun est pour lui un indice, comme les contradictions sans arbitrage possible entre les auteurs). Si l’on suit l’auteur, ce dont il s’agit au fond est un effort pour donner à l’organisation sociale une apparence tant soit peu rationnelle, en désertant le terrain de l’histoire. Les solidaristes vont à cet égard un peu plus loin que leurs prédécesseurs (Pareto, 1916, § 1505) : ils ne recherchent pas la cause des relations sociales dans une constitution votée par des hommes qui n’auraient pas vécu antérieurement en société, mais dans un fait qui apparaît normatif (partiellement constitué par des normes) : le fait que ces relations auraient dû être conçues de la sorte si une telle constitution avait été votée.

48Les commentaires sur le solidarisme permettent donc de séparer différents motifs de critique, réunis ou non dans plusieurs approches contractualistes :

  1. l’invocation d’une situation de création radicale des règles de la vie sociale, comme si les hommes n’avaient pas été antérieurement socialisés ;

  2. l’appel à une situation fictive comme s’il s’agissait d’un fait pouvant expliquer l’émergence d’autres faits ;

  3. la recherche des causes des arrangements sociaux dans les raisons qui devraient les faire accepter dans une certaine situation de choix de référence.

49En réponse à (i), on va le voir, Pareto avance une thèse importante qui lui est personnelle, concernant la primauté du social sur l’individuel. Cette thèse permet de mieux comprendre, me semble-t-il, la portée et les fondements du « principe de Pareto » dans l’intention de son promoteur.

50Cela étant, si l’on songe aux approches contractualistes qui comportent un élément important de narration fictive (comme celles de Locke et de Rousseau), il est difficile de croire que ces approches reposent sur une vision désocialisée de l’homme. La fiction de la guerre de tous contre tous chez Hobbes lui-même fait intervenir des tendances (à la comparaison interpersonnelle, etc.) qui présupposent la socialisation. Une nouvelle fois, on peut dire que c’est à la faveur de critiques passablement injustes que Pareto précise très utilement ses propres vues.

51Sur le dernier point (iii), la critique de Pareto est encore une fois difficile à accepter, parce que les auteurs qui se réfèrent à de telles raisons, comme Hobbes, Rousseau (dans le Contrat social), Kant ou Rawls, séparent nettement cet exercice normatif de recherche des raisons de toute entreprise de narration historique des origines causales. Tout simplement, il ne s’agit pas alors d’enquête causale, ce que Pareto néglige.

3.2. La primauté du social

52Au § 1505 du Traité de sociologie générale, Pareto développe une critique fondamentale qui vise à la fois Rousseau et Bourgeois : dans les théories du contrat social, on fait comme si les hommes disposaient, en dehors de leur inclusion dans la société, de choses sur lesquelles ils n’ont pas, en réalité, de contrôle purement individuel concevable. L’homme est un animal social et il faut avouer d’emblée qu’il ne peut vivre seul, si l’on réserve quelques cas, dans lesquels il se trouve réduit à un extrême dénuement. En somme, il est toujours illusoire de parler des hommes comme s’ils pouvaient disposer à leur guise, dans un arrangement contractuel, de leur propre liberté et de biens ou services qui seraient purement et simplement « les leurs », abstraction faite de leur inclusion dans la société.

53C’est une thèse très affirmée : il n’y a rien de tel qu’un « homme de la nature » qui ne serait pas social ; l’élément social détermine toujours une large palette de propriétés des hommes. En outre, Pareto suggère qu’en toute logique la doctrine contractualiste devrait être appliquée aussi aux sociétés animales, comme celles des fourmis ou des abeilles : ce sont bien des sociétés dont la vie connaît une certaine continuité ; si cette continuité ne peut provenir que du raisonnement, comme le veulent les contractualistes, on ne voit pas pourquoi il n’en irait pas de même pour toutes les sociétés, y compris les sociétés animales. Et si l’on voulait s’en remettre à l’instinct dans le cas des sociétés animales, alors on ne voit pas pourquoi il ne faudrait pas en user de même s’agissant des sociétés humaines, ce qui serait derechef fatal à l’approche contractualiste.

  • 11 Actes du Congrès de philosophie de Genève (édit. E. Claparède, Genève, Kündig, 1905) ; article repr (...)

54On trouve des éclaircissements sur les conséquences de la primauté du social dans l’article « L’individuel et le social » du Congrès de philosophie de 1904, qui est suivi d’une discussion assez âpre avec Koslowski, Stein et Halévy11. Clarifier la relation de l’individuel et du social est capital, si l’on suit Pareto, pour éviter de tenir un discours de non-sens et pour se rapprocher de l’idéal scientifique de la correspondance stricte entre les termes théoriques et le langage de l’observation :

On tâchera de n’employer que des termes correspondant à des réalités concrètes bien définies. (Pareto, 1905, 263)

55Ce qui intéresse Pareto à titre premier, c’est la différence des sentiments respectivement éveillés par les éléments de l’ « individuel » et du « social ». On se réfère à ces termes comme à des parties distinctes de l’agrégat social. Il y aurait dans le tout social à la fois de l’individuel et du social. Or, il n’y a en dernière analyse que du social, puisque c’est une observation très courante que la société n’est pas la simple juxtaposition des individus et que les individus, de leur côté, acquièrent des caractéristiques qui sont d’emblée sociales. Seul le « social » nous est accessible, puisque nous ne pouvons comparer du « social » et du « non social ». Par ailleurs, le social est intégralement formé à partir de ce qui arrive aux individus ; on peut admettre à tout le moins qu’il n’y aurait pas de sens à envisager une opposition entre la société dans son ensemble et la totalité des individus qui composent cette société. On reconnaît là une exigence minimale formulée à propos de l’agrégation des jugements ou des volontés.

56C’est au fond une exigence de possession ou de garantie de signification pour des énoncés formulés à un échelon agrégé. Par là, Pareto situe son propos à un niveau procédural concernant l’agrégation des jugements et le maintien, à travers cette opération, de jugements sensés sur l’amélioration. S’il y a unanimité dans les jugements, il n’y aurait pas de sens à définir un intérêt de la société qui ne refléterait pas le contenu sur lequel tous les individus s’accordent. Ce transfert de l’amélioration n’existe que dans le cas de l’unanimité ; en dehors de ce cas, il n’y a simplement pas de sens à évoquer un intérêt de la société : ce serait tomber dans l’illusion d’un « social » qui serait une composante spécifique de la société. Rétrospectivement, on pourrait dire que l’analyse se situe ici au niveau même où Arrow devait mettre en forme le problème général du choix social : le niveau des conditions sur une opération d’agrégation.

57Mais tout cela nous est masqué presque irrésistiblement par des habitudes de langage et de représentation, en particulier la tendance « moderne » à rapporter au « social » ce qui est simplement perçu comme majoritaire, habituel dans la société – la valorisation du social pouvant alors être préjudiciable aux minorités, aux individualités exceptionnelles, etc. L’explication sociologique s’appuie donc sur la diversité des sentiments éveillés par les termes « individuel » et « social ».

3.3. Originalité du point de vue parétien

58D’une manière qui offre un grand contraste avec l’inspiration contractualiste d’autres économistes illustres (tels que John Harsanyi et James Buchanan), la méthodologie de Pareto conduit à privilégier les jugements et les préférences des individus tels qu’ils sont. Cela s’allie secondairement à une exigence relative au langage : ainsi, si l’on appelle liberté l’emprisonnement des autres à la manière des Jacobins (en suivant la manière dont les agents eux-mêmes se prononcent), on appelle liberté ce que les autres appellent privation de liberté et le maniement du langage est clairement incorrect dans la société où coexistent ces deux qualifications.

59Cette primauté reconnue aux jugements tels qu’ils sont donnés ou révélés, qui fait écho à la critique conservatrice classique (celle d’August Wilhelm Rehberg dans ses Recherches sur la Révolution française (1793) visant les tentatives désespérées pour hisser l’homme au-dessus de la réalité de ses passions) est compatible avec une vision holiste de l’individualité humaine, tributaire d’influences naturelles et sociales complexes. À l’opposé, si l’on suit Pareto, le contractualisme classique et les manières de parler habituelles ont le tort de mettre face à face l’individuel et le social, comme si le social pouvait avoir une consistance propre, ce qui amène en pratique à le confondre avec la majorité ou des visions arbitraires de la normalité sociale. C’est pourquoi il est essentiel, afin de clarifier le sens du « social », d’examiner la compatibilité entre le discours sur le social et le discours qui est tenu à propos des individus, ce qui amène Pareto dans le voisinage méthodologique de ce qui sera plus tard thématisé comme la théorie unifiée des choix sociaux (ou de l’agrégation sociale des jugements). La pertinence des exigences qu’il formule concerne précisément cet échelon de l’agrégation des jugements.

60Mais à la différence de certaines entreprises placées sous la bannière du « choix social » et héritières des ambitions contractualistes, il ne s’agit pas pour Pareto de chercher à clarifier, à partir de postulats sur l’agrégation des jugements ou des préférences, des références normatives non consensuelles mais qui pourraient appuyer une perspective normative ou prescriptive sur les choix sociaux corrects (acceptables pour des raisons procédurales convenables). Pareto, lui, s’en tient à l’unanimité : son principe de respect de l’unanimité apparaît alors comme un principe situé à la place qui est la sienne dans la théorie du choix social, mais sans cet aspect essentiellement partiel qu’on lui connaît dans la théorie du choix social (où il est en général complété par des principes permettant d’arbitrer entre différents optima parétiens, ou de se prononcer dans les cas d’absence d’unanimité, indécidables par le principe parétien).

61On est alors conduit à réaffirmer, contre les tendances que Pareto associe au contractualisme classique, la divergence réelle et habituelle des intérêts, que vient seule masquer la tendance sentimentale à prendre ses désirs pour des réalités (Pareto, 1905, 261). Les théoriciens sont prompts, à titre secondaire, à amplifier ce qu’induisent les sentiments.

62Ainsi, dans Pareto (1905), il est observé que les théoriciens ont toujours essayé, depuis Platon, de faire disparaître ou, à tout le moins, d’atténuer les intérêts opposés tels qu’on les trouve dans différentes parties de l’agrégat social. Pareto soutient que le raisonnement est habituellement circulaire : on décrit comme le « vrai bonheur » des individus ce qui est utile à la « société » ; on a beau jeu, alors, de soutenir que l’individu qui dévie de cette norme poursuit en fait un faux bonheur, en sorte que nous devrions l’empêcher de nuire aux autres et de se nuire à lui-même (une forme de raisonnement qui a évidemment des affinités avec la légitimation du pouvoir et de la contrainte, ce qui permet de s’expliquer son intervention dans le contractualisme).

63Quant à l’invocation de l’unité sociale (en matière morale, intellectuelle ou religieuse), elle renvoie au fond à certaines choses auxquelles certains individus prennent intérêt ; il se trouve qu’ils cherchent à imposer leurs vues à d’autres ; ces préoccupations devraient simplement prendre place dans la concurrence des intérêts au lieu d’être dépeintes à la manière d’un point de vue en surplomb qui exprimerait ce qui est correct et qui conduirait à identifier des « individus perturbateurs ». Fondamentalement, il en va de privilèges indus accordés aux majorités au détriment des minorités ; c’est à des majorités que l’on réserve le vocabulaire prestigieux du « social ». En outre, c’est seulement à l’intérieur des nations, typiquement, que l’on cherche à décrire les vrais intérêts comme des intérêts qui sont convergents ; on ne le fait pas à l’échelle des rapports entre nations, par exemple (Pareto, 1905, 261). Pour Pareto, c’est aberrant et il faut y voir en vérité un symptôme de l’arbitraire des doctrines dont l’origine est à chercher dans les sentiments.

64Enfin, Pareto attaque l’idée d’une fondation contractuelle originaire dans la mesure où elle reviendrait à transformer mystérieusement les personnes vivantes en héritières de droits et de devoirs envers la « société » contractés par des fondateurs (Pareto, 1905, 263). Cela est rendu possible par un modèle sous-jacent qui s’apparente à celui de la société commerciale et de ses actionnaires. Chacun serait en quelque manière actionnaire d’une grande entreprise collective, qui n’est autre que la société (un modèle effectivement influent, de Leibniz à Rawls). Pareto peut ici faire observer l’arbitraire des représentations courantes des rapports de l’individuel et du social : tantôt on renvoie au fait que chacun a part à l’intérêt commun (c’est le modèle des actionnaires), tantôt, plutôt à l’aptitude à entrer dans la composition de majorités (qui peuvent régner en vertu d’une sorte de droit divin des foules, qui a remplacé celui des monarques (Pareto, 1905, 262)) ou de minorités (qui doivent se soumettre).

Conclusion

65C’est à propos de la convergence des intérêts que Pareto formule un principe décisif, dont on a voulu souligner ici l’ancrage dans une philosophie des rapports entre l’individuel et le social. L’unanimité est saisie comme une condition d’intelligibilité des discours sur l’agrégat social. Or, l’insistance sur l’unanimité n’est que l’envers d’un travail de critique des doctrines unanimistes. C’est pourquoi le contractualisme joue un rôle rhétorique et heuristique de premier plan.

66Il s’en faut pourtant de beaucoup que la critique parétienne du contractualisme puisse être tenue pour convaincante. Ainsi, l’exemple de l’approche de Rousseau dans le Second Discours montre que la référence à la réalité des intérêts divergents joue un rôle décisif tout à la fois pour proposer une explication positive de l’émergence des arrangements normatifs et pour rendre manifeste le potentiel critique de la référence à l’accord contractuel.

67Pareto prétend trouver dans le contractualisme des contradictions et des contrastes arbitraires entre les doctrines, qui servent surtout à illustrer l’inadéquation méthodologique des entreprises qui offrent un développement aux sentiments. Il y cherche aussi des illustrations d’un usage inadéquat du vocabulaire du « social », qui ouvre la voie à l’oppression des minorités. On s’explique bien, dans ce contexte, que la théorie du choix rationnel naissante n’ait pas été sollicitée par Pareto pour constituer un modèle normatif permettant de trancher entre les intérêts des uns et ceux des autres.

Une première version de ce texte a été présentée lors d’un exposé à l’université de Lausanne, le 26 mai 2010 ; je remercie vivement Bianca Fontana et Pascal Bridel pour cette invitation dans le séminaire « Le contrat social : regards croisés de la théorie économique et de la philosophie politique ». Je remercie l’ensemble des participants, notamment Pierre Moor et Sandrine Baume, pour leurs questions et remarques, ainsi que les trois rapporteurs qui ont permis d’améliorer la version finale, établie dans le cadre du projet CEEI (PRES Bourgogne / Franche-Comté, université de Franche-Comté). Certains éléments relatifs à Pareto avaient été antérieurement présentés, dans une perspective différente, dans : « The significance of Pareto’s attack on Hobbes and natural-law theorists », Rechtsphilosophische Hefte, 11 (2005), p. 49-62.

Haut de page

Bibliographie

Aghion, Philippe et Jean Tirole. 1997. Formal and Real Authority in Organization. Journal of Political Economy, 105(1) : 1-29.

Beyssade, Jean-Marie. 1978. Du contrat social en général. Revue philosophique de la France et de l’étranger, 168(3) : 273-285.

Beyssade, Jean-Marie. 1979. État de guerre et pacte social selon Jean-Jacques Rousseau. Kant-Studien, vol. 70 : 162–178.

Bourgeois, Léon. 1896. La solidarité. Paris : Armand Colin.

Bourgeois, Léon. 1914. Politique de la prévoyance sociale. Paris : Eugène Fasquelle.

Bouvier, Alban. 1995. L’argumentation philosophique. Étude de sociologie cognitive. Paris : Presses universitaires de France.

Burlamaqui, Jean-Jacques. 1783. Éléments du droit naturel. Lausanne, repr. Paris : Vrin, 1981.

Chevalier, Ludovic. 2007. Le contractualisme international. Thèse de doctorat, Université de Rennes 1 et Université de Montréal.

Duby, Georges. 1996. Féodalité. Paris : Gallimard.

Duhamel, David. 2006. Les nouvelles théories du contrat social et la théorie du choix rationnel. Thèse de doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Freeman, Samuel. 2007. Justice and the Social Contract. Essays on Rawlsian Political Philosophy. Oxford: Oxford University Press.

Gauthier, David. [1986] 2000. Morals by Agreement. Oxford: Oxford University Press ; tr. fr. Morale et contrat, Liège : Mardaga.

Gauthier, David. 1990. Moral Dealing. Contract, Ethics and Reason. Ithaca et Londres : Cornell University Press.

Gauthier, David. 2006. Rousseau: The Sentiment of Existence. Cambridge : Cambridge University Press.

Goldschmidt, Victor. [1974] 1983. Anthropologie et politique. Les principes du système de Rousseau. 2e éd. Paris : Vrin.

Hampton, Jean. 1986. Hobbes and the Social Contract Tradition. Cambridge : Cambridge University Press.

Hirshleifer, Jack. 1995. Theorizing about Conflict. In K. Hartley et T. Sandler (eds), Handbook of Defense Economics, Amsterdam : Elsevier.

Hobbes, Thomas. 1642 [1983]. De Cive (Le citoyen). Paris : Ed. H. Warrender, Oxford : Clarendon Press.

Hobbes, Thomas. 1651. Leviathan. v. anglaise [1668, v. latine], édition de C.B. Macpherson, Londres : Pelican Classics, Penguin Books.

Kchaou, Mounir. 2006. Études rawlsiennes : contrat et justice. Tunis : Centre de publication universitaire.

Novikow, Yakov. 1912. La morale et l’intérêt dans les rapports individuels et internationaux. Paris : F. Alcan.

Oakeshott, Michael. 1947. Introduction. In édition du Leviathan de Hobbes, Oxford : Blackwell.

Olson, Mancur. [1965] 1971. Logic of Collective Action. Cambridge : Harvard University Press ; tr. fr. Logique de l’action collective, Paris : Presses universitaires de France, 1987.

Pareto, Vilfredo. 1905. L’individuel et le social. Actes du Congrès de philosophie de Genève (édit. E. Claparède), Genève : Kündig ; article repris dans Vilfredo Pareto, Mythes et idéologies, édité par G. Busino, Genève : Droz, 1966.

Pareto, Vilfredo. 1916. Trattato di sociologia generale. Florence : G. Barbera ; tr. fr. Traité de sociologie générale, édité par Pierre Boven, Lausanne et Paris : Payot, 1917 ; t. XII des Œuvres complètes, Genève : Librairie Droz, 1968.

Picavet, Emmanuel. 1996. Choix rationnel et vie publique. Paris : Presses universitaires de France

Picavet, Emmanuel. 2005a. The significance of Pareto’s attack on Hobbes and natural-law theorists. Rechtsphilosophische Hefte, 11 : 49-62

Picavet, Emmanuel. 2005b. L’intervention du raisonnement mathématique en philosophie politique. Mathématiques et sciences humaines / Mathematics and social sciences, 43(4) : 43-65

Picavet, Emmanuel. 2011. La Revendication des droits. Une étude de l’équilibre des raisons dans le libéralisme. Paris : Classiques Garnier.

Pufendorf, Samuel. [1672] 1987. De jure naturæ et gentium. Lund ; tr. fr. par J. Barbeyrac, Le droit de la nature et des gens, Caen : Presses universitaires de Caen.

Rawls, John. 1971. A Theory of Justice. 2e éd. 1999, Oxford : Oxford University Press ; tr. fr. (1re éd. revue et augm.) par C. Audard, Théorie de la Justice, Paris : Seuil, 1987.

Rehberg, August Wilhelm. 1793. Untersuchungen über die französische Revolution. Hanovre : Ritscher.

Rousseau, Jean-Jacques. [1755] 1964. Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes. Amsterdam ; Œuvres complètes, t. III, Paris : NRF-Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade ».

Rousseau, Jean-Jacques. [1762] 1964. Du contrat social ou Principes du droit politique. Amsterdam ; Œuvres complètes, t. III, Paris : NRF-Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade ».

Spinoza, Baruch. 1677. Ethica ordine geometrico demonstrata et in quinque partes distincta, Amsterdam

Watkins, John W.N. 1965. Hobbes’s System of Ideas. Londres : Hutchinson.

Haut de page

Notes

1 Sur la structure générale des arguments contractualistes à cet égard, voir la très bonne synthèse de Jean Hampton (Hampton, 1986, sec. 9.2).

2 Concernant les motifs de l’acceptation, la tradition contractualiste abrite un débat important, dont nous aurons ici l’occasion de croiser seulement quelques aspects latéraux, concernant les rapports entre motifs moraux du choix et motivation du choix rationnel ; voir à ce propos les analyses détaillées de Freeman (2007). J’ai, pour ma part, abordé ce thème dans Picavet (1996 et 2011).

3 Cf. Gauthier (1990 et 2006). Cet auteur a précisé le contraste entre les approches contractualistes qui visent à explorer les conséquences de la recherche rationnelle de valeurs données d’avance (comme c’est le cas chez Hobbes) et les théories qui, à l’instar de celle de Rousseau, peuvent contribuer à un changement dans le cœur des hommes. Si féconde soit-elle d’un point de vue heuristique, une telle opposition ne doit pas conduire à négliger l’importance des considérations d’intérêt ou d’avantage chez Rousseau, qui peut d’ailleurs être interprétée, avec une certaine vraisemblance, comme un témoignage de l’influence de Hobbes sur le philosophe genevois.

4 Je renvoie sur ce point à mon étude antérieure (Picavet, 2005b).

5 Ce modèle fondé sur l’avantage et réputé contraire à toute morale, malgré les propos explicites de Hobbes là-contre, avait frappé les contemporains de Hobbes.

6 Pour les perspectives contemporaines sur la théorie de la menace de l’absence d’accord, et sa place dans le contractualisme, on peut consulter (notamment à propos du contraste entre les idées d’auteurs tels que James Buchanan et David Gauthier) : Mounir Kchaou (2006, chap.1).

7 C’est une logique que l’on retrouvera plus tard dans l’étude de la délégation d’autorité réelle dans la relation principal-agent, dans la théorie développée par Aghion et Tirole (1997). La liaison entre les occasions d’arbitrage et l’affermissement de l’autorité est par ailleurs soulignée dans le contexte de la sociologie des normes, en particulier dans la filiation simmelienne.

8 Léon Bourgeois (1851-1925), homme politique et penseur social (La solidarité, (1896), Politique de la prévoyance sociale (1914), prix Nobel de la paix en 1920, fut une figure essentielle du courant solidariste, recherchant une alternative au libéralisme débridé comme au socialisme, cherchant à promouvoir une conception institutionnalisée du devoir social, la mutualité devant devenir, selon cette perspective, un principe essentiel de l’organisation sociale.

9 On consultera à ce propos la thèse de doctorat de David Duhamel, Les nouvelles théories du contrat social et la théorie du choix rationnel, université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, 2006.

10 Dans Les vies des plus illustres philosophes de l’Antiquité, Diogène Laërce explique que, selon Épicure, la justice naturelle répond à un besoin : elle tend à éviter que les hommes ne se nuisent mutuellement. Selon cette approche, la justice n’a de sens que dans les contrats qui prévoient que l’on évitera de se nuire mutuellement.

11 Actes du Congrès de philosophie de Genève (édit. E. Claparède, Genève, Kündig, 1905) ; article repris dans Pareto, Mythes et idéologies, éd. G. Busino, Genève, Droz, 1966.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Picavet, « Arguments de choix rationnel et contractualisme : les cas symétriques de Rousseau et de Pareto », Œconomia, 1-2 | 2011, 215-237.

Référence électronique

Emmanuel Picavet, « Arguments de choix rationnel et contractualisme : les cas symétriques de Rousseau et de Pareto », Œconomia [En ligne], 1-2 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 24 mai 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1745 ; DOI : 10.4000/oeconomia.1745

Haut de page

Auteur

Emmanuel Picavet

Université de Franche-Comté (Besançon, France), Laboratoire « Logiques de l’agir » (EA 2274) et Section de philosophie

Emmanuel.Picavet@univ-fcomte.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org