Navigation – Plan du site
Contributions à l’histoire de l’utilitarisme

« Une triste fin pour un si grand travail » ? La révision de l’utilitarisme par Henry Sidgwick

A Sad Ending to a Great Work”?  Henry Sidgwick’s Revision of Utilitarianism
Rozenn Martinoia
p. 171-193

Résumés

Cet article souligne la singularité de l’éthique utilitariste de Henry Sidgwick, en confrontant ses vues à celles de Jeremy Bentham. Il met en lumière sous un angle nouveau les insatisfactions du premier à l’égard de la pensée du second, les considérant comme l’une des raisons de son entreprise de révision de la doctrine dans The Methods of Ethics. Cette perspective permet d’expliquer l’herméticité des approches de ces deux auteurs, pourtant réunis par l’histoire des idées au sein d’un même courant de pensée. L’article rend compte et discute des traits saillants de l’utilitarisme révisé de Sidgwick : ses fondements intuitionnistes, son rejet de l’hédonisme psychologique et son acception intergénérationnelle du principe d’utilité, posant de manière incidente quelques jalons dans l’histoire de l’économie du bien-être d’Alfred Marshall et Arthur C. Pigou.

Haut de page

Texte intégral

1Particulièrement absent de la littérature contemporaine en histoire de la pensée économique, au moins en langue française, Henry Sidgwick (1838-1900) fut pourtant un acteur essentiel dans le développement des idées à l’université de Cambridge (Leavis, 1947 ; Rothblatt, 1968 ; Soffer, 1978, 125 ; Schultz, 2004). Dans un hommage académique posthume, qui passe certes sous silence une émancipation intellectuelle et des différends institutionnels (Groenewegen, 1988), Alfred Marshall témoignait ainsi de l’influence initiatrice de Sidgwick, estimant que ce dernier avait été à la fois « [son] père et [sa] mère spirituels » (cité par Keynes, 1924, 7). De même, les nombreuses références d’Arthur C. Pigou à Sidgwick et à Marshall inclinent à inscrire, avec précaution cependant (Bharadwaj, 1972), son économie du bien-être dans la filiation de ses prédécesseurs (Myint, 1948 ; O’Donnell, 1979 ; Collard, 1996 ; Backhouse, 2006). Toutefois, ce n’est pas une réflexion en aval de l’œuvre de Sidgwick que nous proposons ici d’entreprendre mais un détour nouveau et d’une autre nature, renvoyant aux versions antérieures de l’utilitarisme et à sa dimension individuelle plutôt que collective. Celui-ci met en lumière la singularité de Sidgwick dans l’utilitarisme classique, en déconstruisant sa lecture de Jeremy Bentham (section 1) et en explorant sa reconstruction de la doctrine (Section 2). En d’autres mots, avant de rendre compte de la révision de l’utilitarisme par Sidgwick, cet article cherche à en cerner des – si ce n’est les – raisons.

  • 1 Pour faciliter la lecture, les références à la dernière édition de The Methods of Ethics sont notée (...)
  • 2 Havard (1959) présente l’utilitarisme de Bentham dans l’intention de mettre en évidence les princip (...)
  • 3 Par « principe d’utilité », on désigne le principe normatif définissant comme juste l’action qui ré (...)

2L’œuvre éthique de Sidgwick (MOE, xvii)1, de son propre aveu, se structure en grande partie dans un double mouvement d’attraction et de réaction vis-à-vis de la pensée de John S. Mill. Elle répond cependant aussi en creux aux conceptions de Bentham, dans un contraste encore plus saisissant dont on ne trouve pas de systématisation dans la littérature secondaire2. A la différence de Bentham. Sidgwick se focalise sur la construction du principe d’utilité3, cherchant à justifier, mais aussi à déduire d’un point de vue individuel, une proposition normative essentiellement utilisée pour résoudre des problèmes de choix collectif. Cet article identifie et analyse les insatisfactions, doutes ou malentendus de Sidgwick à l’égard de la pensée de Bentham, qui, en filigrane, jouent un rôle structurant dans sa révision de l’utilitarisme. Il met également en évidence des postures heuristique et méthodologique résolument hermétiques. Ainsi, tandis que l’utilitarisme de Bentham se rattache avant tout à la réalisation artificielle du plus grand bonheur du plus grand nombre, l’utilitarisme de Sidgwick constitue d’abord une théorie de l’action individuelle indissociable de la réalisation volontaire de son devoir moral. Sidgwick offre à la doctrine utilitariste des fondements épistémologiques et psychologiques nouveaux, ainsi qu’une acception intergénérationnelle qui sont autant d’invitations à revisiter l’histoire des représentations de l’agent économique ou à mettre en perspective les débats contemporains relatifs à la justice intergénérationnelle – suggestions qui dépassent toutefois le champ du présent article.

1. Le procès de l’utilitarisme benthamien par Henry Sidgwick

  • 4 Par principe explicatif on entend la proposition positive qui désigne le(s) mobile(s) d’action des (...)

3L’insatisfaction de Sidgwick à l’égard de l’utilitarisme réside selon nous dans trois impossibilités relatives au principe explicatif de l’action, ainsi que dans son articulation avec le principe justificatif de l’action4 (1.1). La confrontation des vues de Sidgwick et de Bentham met au jour non seulement des divergences, mais aussi, plus radicalement, l’étanchéité de leurs discours. Sidgwick envisage en effet l’utilitarisme avant tout sous l’angle du gouvernement de soi, c’est-à-dire de l’éthique, tandis que Bentham l’inscrit d’abord dans le cadre du gouvernement de la collectivité, c’est-à-dire de la législation ; de sorte que même si le principe d’utilité est identique dans son libellé, son élaboration ne requiert pas les mêmes exigences (1.2). La révision de l’utilitarisme par Sidgwick est également animée par la volonté de lever une ambiguïté décelée sous la plume de Bentham, dont les conceptions éthiques lui semblent relever tantôt de l’utilitarisme, tantôt de l’égoïsme. Dans une perspective génétique (Dockès et Servet, 1992), nous ne trancherons pas ici la question de savoir s’il y a malentendu ou trop bien entendu. Légitime ou non, l’interprétation de Sidgwick constitue pour lui une raison supplémentaire et impérieuse de rectifier la doctrine et de lever toute équivoque, dans la mesure où la coexistence de ces deux principes justificatifs n’est pas soutenable sur le plan logique (1.3).

1.1. Hédonisme psychologique et hédonisme universaliste : trois impossibilités

4Le système benthamien est fondé sur la prémisse psychologique selon laquelle la recherche de son propre bonheur est l’unique mobile explicatif de l’action humaine. Ce postulat, dénommé « hédonisme psychologique » par Sidgwick (MOE, xvii), exclut tout geste sacrificiel (Bentham, 1834, 11). Il ne nie certes pas la possibilité d’action bienveillante, mais dénote qu’il n’existe pas de don pur. En ce sens, il n’y a jamais « aucun acte, à proprement parler, désintéressé » (Bentham, 1815, 211) : mon propre bonheur, tel est mon unique intérêt (Bentham, 1815, 207). Bentham associe à ce jugement de fait un jugement de valeur par lequel sont désignés le bien et le critère de justice : dans une perspective téléologique, « l’hédonisme universaliste » (MOE, 411) – ou « utilitarisme » – considère le bien comme le bonheur et le juste comme la réalisation du plus grand bonheur du plus grand nombre.

La nature a placé l’humanité sous le gouvernement de deux maîtres souverains, la peine et le plaisir. C’est à eux seuls de nous montrer ce que nous devons faire, aussi bien que ce que nous ferons. Le critère du juste et de l’injuste, d’une part, et l’enchaînement des causes et des effets, d’autre part, sont attachés à leur trône [...] Le principe d’utilité constate cette sujétion et la prend pour fondement de ce système dont l’objet est d’ériger l’édifice de la félicité par les mains de la raison et de la loi.  (Bentham, 1789, 1)

5Là où Bentham considère « d’une part » le principe justificatif de l’action et « d’autre part » son principe explicatif, Sidgwick recherche une cohérence entre les deux éléments du propos – non sans concéder le caractère totalement étranger de cette exigence à la logique du père de l’utilitarisme, qui estimait que « donner une telle preuve est aussi impossible qu’inutile » (Bentham, 1789, 2).

Il n’y a pas de transition rationnelle possible entre cette théorie psychologique [l’hédonisme psychologique] et le principe éthique selon lequel ‘la norme de rectitude de toute action’ est l’utilité publique [l’utilitarisme]. Bentham ne maintient pas non plus qu’il y en a une : lorsqu’on le presse, il explique en toute franchise que son principe premier est vraiment son sentiment personnel ; qu’il poursuit le bonheur général parce qu’il s’avère qu’il le préfère. (Sidgwick, 1877, 648)

6Sidgwick est très certainement inspiré par la tentative de Mill (1861, 85) d’apporter la « preuve » du principe d’utilité. La démonstration de ce dernier, échafaudée sur des bases benthamiennes, ne remporte toutefois pas son adhésion : il y a selon Sidgwick (MOE, 387) entre l’hédonisme psychologique et l’utilitarisme, « entre l’Intérêt et le Devoir », une « incohérence » voire un « conflit » (MOE, xvii) qu’il ambitionne de dépasser.

7L’insatisfaction de Sidgwick à l’égard de la construction du principe d’utilité se double d’une insatisfaction dans sa mise en œuvre, qui renvoie directement à la représentation benthamienne du comportement individuel.

Partant de la doctrine psychologique de Bentham selon laquelle chaque être humain poursuit réellement son propre plus grand bonheur apparent, il semble s’ensuivre qu’il est inutile d’indiquer à un homme la conduite qui pourrait conduire au bonheur général à moins que vous ne le convainquiez en même temps qu’elle conduit au sien. (MOE, 84-5)

  • 5 Pour une mise en perspective du débat interprétatif du calcul des plaisirs et des peines chez Benth (...)

8L’individu benthamien n’est effectivement jamais motivé en dernière instance par le désir de réaliser le plus grand bonheur du plus grand nombre, mais par celui de maximiser le sien. La conformité d’une action individuelle guidée par l’hédonisme psychologique au principe d’utilité est le résultat d’un artifice social et/ou le moyen de réaliser son intérêt. Dans le premier cas, le plus fréquent, il s’agit d’une coïncidence heureuse, fruit du travail du législateur qui, par le biais d’un système pénal établi sur la base du calcul des plaisirs et des peines5, canalise les « mobiles dyssociaux » néfastes pour le bonheur collectif. Dans le second cas, il s’agit de l’expression plus intentionnelle de « mobiles sociaux », tels que les plaisirs de la bienveillance « dont les dictats sont les plus certains de coïncider avec ceux du principe d’utilité » (Bentham, 1789, 56, nous soulignons). Néanmoins, ces mobiles s’expriment toujours dans le périmètre de l’intérêt, animé par la quête du plaisir personnel dont le bienveillant jouira en retour (Bentham, 1789,18).

  • 6 « Pourquoi personne n’écoute [le moraliste] ? Parce que tandis qu’il parle de devoirs, chacun pense (...)
  • 7 L’utilitarisme de Sidgwick (MOE, 385) n’implique en pratique ni la bienveillance généralisée ni le (...)

9Les individus benthamiens ne réalisent donc pas délibérément leur devoir6 (défini relativement à ce qu’il est juste de faire, c’est-à-dire réaliser le plus grand bonheur du plus grand nombre), mais se contentent d’agir selon leur intérêt (leur bonheur personnel) : « Le devoir d’un homme ne saurait consister à faire ce qu’il est dans son intérêt de ne pas faire » (Bentham, 1834, 11). Un tel cadre ne permet pas à Sidgwick de penser pleinement l’utilitarisme, en tant que principe éthique (infra section 1.2), et la « perfection morale » (Terestchenko, 2004, 114) qui à ses yeux l’accompagne, figurée non seulement dans la réalisation volontaire par l’individu de son devoir, mais surtout dans le sacrifice possible7 et délibéré de son propre bonheur au profit de celui d’autrui. Chez Bentham (1834, 11), le sacrifice est définitivement aussi indésirable qu’impossible.

10La pensée de Bentham enceint donc trois impossibilités : l’impossibilité de déduire logiquement le principe justificatif de l’action de son principe explicatif, l’impossibilité d’envisager des individus mus par la volonté de réaliser leur devoir pour lui-même et enfin l’impossibilité de concevoir rationnellement le sacrifice de son propre bonheur. Sans doute résident ici les principales divergences entre Sidgwick et Bentham et l’imperméabilité de leurs discours. C’est dans les champs distincts dans lesquels se développent leurs pensées et en particulier dans la conception même de l’éthique qu’en réside une explication plus complète.

1.2. Éthique versus Législation

  • 8 Sidgwick n’explicite pas ces divergences. Gomberg (1986), à l’instar d’autres commentateurs, note l (...)
  • 9 Voir Mill (1838, 208) ; Halévy (1901, vol. 1, v ) ; Halévy (1901, vol. 3, 178).
  • 10 Il suffit pour s’en convaincre de lire le projet intellectuel et politique que Sidgwick s’était a (...)
  • 11 Aux questions d’ordre individuel (The Methods of Ethics, 1re édition en 1874), succède une réflex (...)
  • 12 Sidgwick (MOE, vii) délaisse la question de l’origine du sens moral.

11Si Bentham et Sidgwick se déclarent tous deux utilitaristes, la genèse de leurs investigations ainsi que leur posture heuristique et méthodologique diffèrent8. Tandis que le projet du premier s’inscrit dans le cadre de la législation9 et a pour objet de déterminer les artifices permettant de réaliser le plus grand bonheur du plus grand nombre, celui du second se fonde dans le cadre de l’éthique, à laquelle il a assigné des exigences spécifiques, et vise à démontrer l’existence d’une obligation morale catégorique susceptible d’inciter les individus à agir volontairement au profit du plus grand bonheur du plus grand nombre. Que l’on ne se méprenne cependant pas : Sidgwick n’est sans doute pas moins que Bentham un penseur du social10. Toutefois, à la différence de son prédécesseur, la matrice de sa pensée, d’un point de vue simultanément chronologique et intellectuel11, est la sphère individuelle, celle de l’éthique. C’est en tant que « méthode de l’éthique », c’est-à-dire en tant que « procédure rationnelle par laquelle nous déterminons ce que les êtres humains en tant qu’individus doivent faire ou chercher à réaliser – ou ce qui est ‘juste’ [right] pour eux – par une action volontaire » (MOE, 1)12, que Sidgwick examine et refonde l’utilitarisme. Or de ce point de vue, personne au sein de l’école utilitariste n’est parvenu selon lui à apporter de justification rationnellement satisfaisante ni du principe d’utilité, ni du sacrifice de son propre bonheur (MOE, xviii).

  • 13 Deigh (1992, 242) signale cette dualité, mais poursuit son analyse sur le seul plan méthodologiqu (...)
  • 14 La raison, chez Sidgwick, formule des impératifs hypothétiques et catégoriques qui peuvent chacun (...)

12Il convient, pour saisir la pensée de Sidgwick, d’expliciter le double rôle joué par un principe éthique13. D’une part, dans la sphère du jugement moral, un principe éthique permet de qualifier de juste ou d’injuste, de bonne ou de mauvaise, toute action volontaire et intentionnelle (MOE, 61). Il est un objet de connaissance accessible à la raison humaine, indépendamment de l’expérience des sens et de toute idiosyncrasie (MOE, 33). D’autre part, dans la sphère de l’action un principe éthique peut constituer, à côté d’autres désirs, un dictat motivationnel rationnel14 (infra 2.2) : « Lorsque je parle de la cognition ou du jugement selon lequel ‘X doit être fait’ […] comme d’un ‘dictat’ ou d’un ‘précepte’ de la raison […], je signifie que chez les êtres humains en tant que tels cette cognition fournit une pulsion ou un mobile à l’action : étant bien entendu que chez les êtres humains ceci n’est qu’un mobile parmi d’autres » (MOE, 34). Dans l’éthique utilitariste, telle qu’envisagée par Sidgwick, cette motivation à réaliser son devoir est indépendante de la crainte de sanction pénale, morale ou autre (MOE, 29). Elle se différencie donc du système benthamien dans lequel, comme le rappelle Sidgwick (1877, 650), pour « la partie la plus importante de la coïncidence entre intérêt et devoir, il appartient au législateur d’exécuter et de contraindre ».

  • 15 L’ouvrage Deontology est une édition posthume réalisée par Bowring avec à l’évidence une certaine l (...)

13L’œuvre de Bentham n’ignore certes pas la sphère individuelle : « Déontologie » (Bentham, 1834)15,« éthique privée », « art du gouvernement de soi » (Bentham, 1789, 142) viennent compléter l’art de la législation organisant la sphère collective. Cependant, quand Sidgwick pense l’éthique utilitariste dans le champ de l’obligation morale et du potentiel sacrifice délibéré de son bonheur personnel, Bentham la confine irrémédiablement dans celui de l’éducation à la réalisation éclairée d’un intérêt irrémédiablement personnel. Examinant son « devoir envers les autres », explique-t-il, quels

  • 16 Ce passage est également cité par Sidgwick (1877, 650) dans l’article qu’il consacre à Bentham.

mobiles (indépendamment de ceux que la législation et la religion peuvent avoir l’occasion de fournir) un homme peut-il avoir à consulter le bonheur d’un autre ? [P]ar quels mobiles ou, ce qui revient au même, par quelles obligations peut-il être contraint à obéir aux dictats de la probité et de la bienveillance ? En réponse à cela on ne peut qu’admettre que, en tout temps et en toute occasion, les seuls intérêts qu’un homme est certain de trouver comme mobiles appropriés [adequate] à consulter sont les siens16. (Bentham, 1789, 143-4)

  • 17 En français dans le texte.
  • 18 La même idée est présente dans Sidgwick (1902, x).

14Le plus grand bonheur du plus grand nombre n’est donc pas la fin ultime à laquelle adhère l’individu, mais simplement « un moyen [d’atteindre] la fin qu’est son propre bonheur » (MOE, 420) et l’injonction catégorique du devoir utilitariste, dans son acception sacrificielle, n’est pas chez Bentham un dictat motivationnel possible. Par ailleurs, l’éthique utilitariste benthamienne développée sur cette base intéressée ne constitue nullement une étude théorique de la procédure rationnelle soutenant le principe de jugement moral et l’action, telle que la conçoit Sidgwick, mais plutôt un enseignement pratique du devoir social et de sa coïncidence avec l’intérêt privé – une « petite morale »17 qui déçut profondément Mill (1838, 209) auquel Sidgwick rétorqua, non sans sarcasme : « Que la Déontologie corresponde à cette description est indéniable18 ; la seule question est de savoir si un disciple de Bentham aurait dû en être surpris. » (Sidgwick, 1877, 648)

1.3. Égoïsme versus utilitarisme

15La révision critique de l’utilitarisme entreprise par Sidgwick semble également animée par un doute sur la nature réelle des prémisses de Bentham. En effet, lorsqu’il démêle les relations entretenues par les principes explicatif et justificatif de l’action chez ce dernier, Sidgwick souligne que l’hédonisme psychologique n’induit pas le passage à « l’hédonisme égoïste » ou « égoïsme », en tant que principe éthique, critère du juste et obligation morale. « Il n’y a pas de connexion nécessaire entre la proposition selon laquelle le plaisir ou l’absence de peine est toujours la fin ultime de mon action, et la proposition selon laquelle mon propre bonheur est pour moi la fin ultime juste » (MOE, 41). En l’occurrence, rappelle Sidgwick en citant un extrait des mémoires de Bentham, ce dernier, quoiqu’il adhère à l’hédonisme psychologique, considère que « le bonheur général doit être ‘le véritable critère du juste [right] et du mal [wrong], dans le champ de la morale’ pas moins que dans celui de la politique » (MOE, 10). Pourtant… Sidgwick semble ne pas se départir complètement d’un doute.

Il me semble clair que Bentham adopta explicitement cette doctrine [l’utilitarisme], […] je ne pense pas non plus qu’il l’abandonna ou la tempéra jamais consciemment […] En même temps, je dois admettre que dans d’autres passages, Bentham semble adopter non moins explicitement l’Hédonisme égoïste comme la méthode de ‘l’Éthique privée’, contrairement à la Législation.  (MOE, 88)

16La perplexité cède le pas à l’affirmation quelques pages plus loin dans le même ouvrage :

Bentham, bien qu’il avance le plus grand bonheur du plus grand nombre comme le ‘véritable critère du juste et du mal’, considère malgré tout comme juste [right and proper] que chaque homme devrait poursuivre son propre plus grand bonheur.  (MOE, 119)

17Le principe de jugement moral de l’individu benthamien est-il utilitariste ou égoïste ? Nous ne statuerons pas ici sur la pertinence ou non du doute de Sidgwick. Pour l’histoire des idées, l’alternative mérite d’être explicitée avant même d’être tranchée. En effet, si Sidgwick se méprend, alors le malentendu est intéressant en ce qu’il reflète les raisons pour lesquelles l’utilitarisme dans l’Angleterre victorienne est condamné en tant que morale de l’intérêt alors qu’il vise à réaliser le bonheur universel. Si, à l’inverse, Sidgwick interprète pertinemment Bentham, c’est-à-dire si les individus décrits par ce dernier sont mus par l’hédonisme psychologique et adhèrent à l’éthique égoïste, alors le sentiment de Sidgwick, selon lequel la conformité de l’action individuelle au principe d’utilité est une coïncidence artificielle, est consolidé car doublé. Dans les deux cas, on comprend le rôle que cette interprétation – ou difficulté d’interprétation – des propos de Bentham joue dans le projet intellectuel de Sidgwick et, par suite, dans sa réalisation.

  • 19 « Nous ne pouvons pas, bien entendu, considérer comme valides des raisonnements qui conduisent à de (...)

18La pensée de Bentham demeure donc opaque pour Sidgwick qui y entrevoit la cohabitation de deux principes de justice concurrents : l’utilitarisme, principe recteur de l’organisation sociale, et l’égoïsme, principe de jugement moral individuel. Si une telle hypothèse n’est logiquement pas impossible dans le cadre benthamien, elle l’est pour Sidgwick qui considère utilitarisme et égoïsme comme deux principes éthiques. Or le « postulat fondamental de l’Éthique »19 exclut a priori la coexistence de deux principes justificatifs opposés. Il enjoint par conséquent Sidgwick de réviser la doctrine utilitariste – révision qu’il va opérer tant dans ses prémisses psychologiques que dans sa « preuve » et dans l’acception consécutive du principe d’utilité.

2. L’utilitarisme intuitionniste de Sidgwick

  • 20 L’École écossaise, cible de Bentham, rassemble initialement des doctrines transcendantales de la ju (...)

19Le trait sans doute le plus saillant du cloisonnement entre l’utilitarisme de Bentham et celui de Sidgwick touche à la constitution même de la doctrine. Là où le premier cherche à émanciper sa réflexion des doctrines immanentes20 de la justice (Bentham, 1789, 8), le second offre à l’utilitarisme un fondement intuitionniste (2.1). Sidgwick redessine également la figure du sujet agissant en récusant l’hédonisme psychologique (2.2) et retient une acception intergénérationnelle du principe d’utilité (2.3). Ses vues contribuent, à Cambridge, à la formation de celles de Marshall puis de Pigou, qui reconnaissent la possibilité que certains choix s’appuient sur la dimension morale de l’individu et non sur un calcul hédoniste, et adoptent une conception intergénérationnelle du bien.

2.1. Le détour intuitionniste

  • 21 Un principe est pour Sidgwick (MOE, 338-342) évident en soi s’il satisfait trois critères : la clar (...)

20L’invocation, à la manière de Bentham (1815, 211), de « l’expérience universelle et constante » des plaisirs et des peines ne peut, aux yeux de Sidgwick, légitimer le principe d’utilité. Ce dernier, en tant que principe éthique, doit pouvoir trouver une justification en raison, indépendamment de toute expérience des sens. Il doit reposer sur une intuition préalable, un « jugement immédiat sur ce que l’on doit faire ou ce que l’on doit poursuivre » (MOE, 97), reconnu de manière inconditionnelle par tous. Précisément, deux principes « évidents »21 vont former la matrice de l’utilitarisme révisé de Sidgwick – une fois qu’il aura été démontré que le bien auquel ils se réfèrent ne peut être que le bonheur – : le « précepte d’impartialité » ou de « justice » et la « maxime de bienveillance ».

21La reconstruction du principe éthique utilitariste examine tout d’abord la morale du sens commun. De la « Règle d’or de l’Évangile », Sidgwick dérive une première intuition fondamentale selon laquelle « il ne peut être juste pour A de traiter B d’une façon qui pour B serait injuste de traiter A, simplement du fait qu’il s’agit de deux individus différents et sans qu’il y ait des différences entre leurs natures ou les circonstances qui puissent être établies comme des motifs raisonnables de traitement différent » (MOE, 380). Ce précepte impose donc de traiter de manière identique des cas semblables (MOE, 379-380) et exclut toute « inégalité arbitraire » (MOE, 441). En considérant le « Bien universel » comme l’ensemble des biens de tous les individus – le bien demeurant pour l’instant indéfini – Sidgwick fait également émerger la « maxime de bienveillance ».

  • 22 C’est-à-dire en tenant compte des différences de certitude.

Le bien de n’importe quel individu n’est pas, du point de vue (si je puis m’exprimer ainsi) de l’Univers, d’une plus grande importance que le bien de n’importe quel autre ; à moins qu’il n’y ait des raisons spéciales de croire que plus de bien sera vraisemblablement réalisé dans un cas plutôt que dans l’autre22. Et il est évident à mes yeux qu’en tant qu’être rationnel, je suis tenu de viser au bien en général – dans la mesure où celui-ci peut être atteint par mes efforts –, pas seulement à une partie particulière de celui-ci.  (MOE, 382)

22Cet axiome de bienveillance rationnelle contient la possibilité du sacrifice de son propre bien, puisque l’un de ses corollaires prescrits de ne pas préférer un moindre bien pour soi-même à un plus grand bien pour autrui (MOE, 383).

  • 23 Si tel n’était pas le cas, alors, d’« un point de vue universel», déclare Sidgwick, « il ne fait au (...)

23Le second moment de la justification rationnelle de l’utilitarisme consiste à démontrer que le bien auquel se réfèrent les intuitions qui précèdent est le bonheur. Contre le bonheur, Sidgwick estime que seule la vertu peut prétendre être un bien ultime concurrent. Néanmoins, si la vertu « est la qualité présente dans la juste conduite » (MOE, 219) et si le juste est ce qui réalise le bien, alors affirmer que le bien est la vertu revient à être pris dans un cercle logique : « Nous sommes dans l’impossibilité d’identifier le Bien ultime à la conduite vertueuse car nos conceptions de la conduite vertueuse (…) s’avèrent présupposer la détermination préalable du Bien » (MOE, 395). La vertu étant une qualité que Sidgwick présume contribuer au bonheur de l’individu ou d’autrui23, il en découle selon lui que le bonheur est le bien ultime auquel se réfèrent le précepte d’impartialité ou de justice et la maxime de bienveillance (MOE, 430-1) qui fondent désormais l’utilitarisme en raison.

2.2. La figure de l’individu selon Sidgwick

  • 24 La conception utilitariste de la vertu renvoie indirectement au plus grand bonheur du plus grand no (...)

24Parallèlement aux fondations du principe éthique utilitariste, Sidgwick rectifie la figure de l’individu héritée de Bentham. Le calcul n’est plus l’unique procédure délibérative à laquelle recourt l’individu, dont le choix peut aussi reposer sur des injonctions de sa conscience. Inspiré par B.J. Butler (MOE, 44 ; Schneewind, 1977, 7), Sidgwick abandonne l’hédonisme psychologique en tant qu’explication unique et exclusive de l’action (MOE, 53) et lui substitue une typologie duale des mobiles de l’action humaine, tantôt intéressés, tantôt désintéressés. Dans le premier cas, les motivations sont qualifiées de self-regarding ; elles correspondent à la recherche du bonheur pour soi-même, conformément à la logique hédoniste. Dans le second cas, les motivations sont qualifiées d’extra-regarding ; dans la mesure où elles sont tournées vers autrui et/ou visent autre chose que le bonheur (MOE, 136), par exemple « l’amour de la vertu pour elle-même ou le désir de faire ce qui est juste en tant que tel [what is right as such] » (MOE, 62)24. Dans ce contexte, Sidgwick peut alors envisager des comportements sacrificiels. L’individu sidgwickien, acceptant les impératifs catégoriques de sa raison, est en effet susceptible d’endurer une peine au profit du bonheur général – quoique Sidgwick (1907, 432) estime que l’écart entre l’intensité de la peine pour soi-même et celle du plaisir procuré à autrui dépasse rarement certaines limites.

Pour résumer : nos impulsions actives conscientes sont si loin d’être toujours dirigées vers l’obtention de plaisir ou l’évitement de peine pour nous-mêmes, que nous pouvons trouver partout dans la conscience des impulsions extra-regarding, dirigées vers quelque chose qui n’est ni le plaisir, ni le soulagement de la peine ; et, à dire vrai, une grande partie de notre plaisir dépend de l’existence de telles impulsions : bien que d’un autre côté, elles sont dans bien des cas tellement incompatibles avec le désir de notre propre plaisir que les deux sortes d’impulsions ne coexistent pas facilement à un même moment de conscience. (MOE, 52)

  • 25 Le « paradoxe fondamental de l’Hédonisme » est « que la pulsion pour le plaisir, si elle est trop p (...)

25Sidgwick rectifie les relations causales entre sensations éprouvées ex post et intentions ex ante. Le préordre des désirs peut différer du préordre des plaisirs ressentis, du fait que nombre de ces derniers ne peuvent survenir qu’à la condition de ne pas les poursuivre consciemment. Ainsi, l’intensité d’un plaisir peut en partie résulter de l’attitude mentale de l’individu au moment du désir à l’égard de son objet, et non pas de la poursuite et de l’obtention de l’objet en tant que tel25. Si la satisfaction des désirs procure du plaisir, ceux-ci n’ont donc pas nécessairement un contenu exclusivement et consciemment hédoniste et égoïste.

26En récusant l’hédonisme psychologique, Sidgwick ouvre la voie en économie à des représentations singulières de l’agent, sans toutefois leur donner corps. Bien qu’il signale dans ses Principles of Political Economy l’existence de mobiles désintéressés (Sidgwick, 1901, 581), il ne leur octroie qu’un rôle « périphérique » (Burrow, Collini, Winch, 1983, 284). L’espace économique demeure celui dans lequel « le mobile de l’intérêt personnel est puissamment et continuellement à l’œuvre » (Sidgwick, 1901, 402). Certaines conceptions de l’individu marshallien, en particulier la dimension morale de l’action et le contenu non exclusivement hédoniste des préférences – soulignés également par Pigou (1903, 67) ; (1906, 373) ; (1951, 288) –, peuvent être éclairées par celles de Sidgwick, bien qu’elles ne s’y réduisent pas. Elles occasionnent toutefois des difficultés analytiques que Marshall peine à surmonter. D’un côté, il rejette « ‘l’homme économique’ qui n’est soumis à aucune influence éthique et qui poursuit le gain monétaire prudemment et énergiquement, mais mécaniquement et égoïstement » (Marshall, 1920, vi) et rappelle à l’envi que l’hédonisme psychologique n’est jamais qu’un principe explicatif de l’action humaine (Marshall, 1920, 92-93). De l’autre côté, Marshall se trouve contraint de simplifier ses conceptions au risque de ne pouvoir s’extraire des difficultés théoriques qu’elles occasionnent dans son économie du bien-être et accorde finalement la majeure partie de son attention aux mobiles hédonistes. Ceux-ci ont l’avantage d’être suffisamment stables pour être réduits à des lois et mesurables, et évitent de se heurter au changement entre le préordre des désirs ex ante et celui des satisfactions ex-post, qui constitue pour Marshall, échouant à concevoir la notion de préférence, un obstacle important (Martinoia, 2003).

2.3. L’acception intergénérationnelle du principe d’utilité

  • 26 « Le P[lus] G[rand] B[onheur] du P[lus] G[rand] N[ombre] et l’Évolution ne sont compatibles qu’à co (...)

27Sidgwick expose un utilitarisme renouvelé, à travers l’introduction d’intuitions rationnelles et une autre peinture de la nature humaine. La doctrine n’en est pas pour autant modifiée dans son principe recteur : est juste la conduite qui « dans des circonstances données (…) produira la plus grande quantité de bonheur dans l’ensemble, c’est-à-dire en prenant en compte tous ceux dont le bonheur est affecté par la conduite » (MOE, 411). À cet égard, Sidgwick demeure utilitariste. L’interprétation de la maxime est cependant ouverte. Sidgwick en explore différentes facettes et en retient une acception intergénérationnelle. Celle-ci influencera, à Cambridge, Marshall puis Pigou26 – bien que ces derniers aient pris des distances vis-à-vis de la doctrine utilitariste et aient substitué, dans leur conception du bien, le bien-être au bonheur.

[L]’époque à laquelle un homme vit ne peut pas, d’un point de vue universel, affecter la valeur de son bonheur […] donc les intérêts de la postérité doivent concerner un Utilitariste autant que ceux de ses contemporains, hormis dans la mesure où l’effet de ses actions sur la postérité – et même l’existence d’êtres humains susceptibles à l’avenir d’être affectés – reste nécessairement plus incertain. (MOE, 414)

  • 27 Voir Sidgwick (MOE, 382) et Griffin-Collart (1974, 273-274).

28L’utilitarisme impose donc en théorie une égale considération du bonheur de chacun et, par conséquent, induit un sacrifice intra et intergénérationnel. Il autorise cependant en pratique, eu égard à l’imperfection de l’information et à la rationalité limitée des individus, une inégalité de traitement27 qui prémunit les générations présentes d’une responsabilité infinie à l’égard des générations futures. Sans y faire explicitement référence, mais en des termes très similaires à l’extrait précité, Sidgwick décalque ce point de vue éthique sur la sphère collective, dans les champs économique (Sidgwick, 1901, 412) et politique (Sidgwick, 1908, 38).

  • 28 Non sans souligner le « caractère quelque peu absurde » de la « prétention à l’exactitude » de ces (...)

29La prise en considération des générations futures questionne cependant l’interprétation algébrique28 du principe d’utilité. Certaines décisions peuvent en effet influencer non seulement la quantité de bonheur des générations présentes et à venir, mais également la taille de ces populations futures. Le critère consistant à préférer la situation qui réalisera le plus grand bonheur du plus grand nombre s’avère alors équivoque. Sidgwick semble être le premier (Birnbacher, 1994, 54) à avoir établi clairement la distinction entre ce que l’on nomme aujourd’hui utilitarisme de la somme et utilitarisme moyen.

Il semble clair, à supposer que le bonheur moyen ne diminue pas, que l’Utilitarisme nous enjoint de rendre aussi grand que possible le nombre de ceux qui en jouissent. Mais si nous envisageons la possibilité qu’une augmentation de ce nombre sera accompagnée d’une diminution du bonheur moyen ou vice versa, se pose alors une question qui, non seulement n’a jamais été formellement remarquée, mais semble avoir été en grande partie négligée par beaucoup d’Utilitaristes. […] en toute rigueur, le point jusqu’où, selon des principes Utilitaristes, on doit encourager la population à s’accroître n’est pas celui où le bonheur moyen est le plus grand possible – comme semblent souvent le supposer les économistes politiques de l’école de Malthus –, mais celui où le produit formé en multipliant le nombre de personnes vivantes par la quantité de bonheur moyen atteint son maximum. (MOE, 415-6)

  • 29 L’hypothèse posée par Sidgwick, à savoir que « la vie en moyenne procure un excédent de plaisir sur (...)

30Suivant cette dernière interprétation, la taille de la population et la quantité de bonheur moyen, dont le produit forme le bonheur total, sont des variables interchangeables. Envisagé de la sorte, le principe d’utilité peut aboutir à la « conclusion répugnante » dénoncée par Parfit (1984, 381) : une situation dans laquelle une population très nombreuse jouit d’un très faible bonheur moyen sera préférée à une situation dans laquelle le bonheur moyen serait plus élevé, mais le nombre de personnes en bénéficiant plus faible, dès lors que le bonheur total est plus élevé dans le premier cas que dans le second. Sidgwick, dans l’extrait précité, distingue cette interprétation de celle qui viserait plutôt à maximiser le bonheur moyen, indépendamment de la taille de la population29 – qui évite la « conclusion répugnante ».

  • 30 Sidgwick nuance donc l’hypothèse posée dans Methods of Ethics (supra note ) sans pour autant la con (...)
  • 31 Les notes privées de Marshall sur l’interprétation de la maxime utilitariste laissent penser qu’il (...)

31Sidgwick ne poursuit pas davantage la réflexion dans The Methods of Ethics. La fin de l’extrait cité laisse entendre qu’en tant qu’utilitariste, il se range à la première interprétation. C’est la conclusion que soutiennent Rawls (1971, 184) ou Singer (2000, xxxvi), se référant aux seules Methods of Ethics. L’éclairage apporté par d’autres textes dépeint cependant un tableau plus nuancé. S’interrogeant en effet dans Principles of Political Economy sur l’opportunité d’une redistribution plus égalitaire des richesses, Sidgwick lui donne sa faveur sous couvert qu’elle n’augmente pas la croissance démographique, au motif qu’« il semble pour le moins extrêmement douteux qu’un simple accroissement du nombre d’êtres vivants, comme vit la moitié des travailleurs non qualifiés en Angleterre, puisse être regardé comme entraînant une hausse importante du quantum de bonheur humain30 » (Sidgwick, 1901, 522). La réticence de Sidgwick suggère que la hausse du bonheur total serait si faible qu’elle s’accompagnerait d’une diminution du bonheur moyen et laisse donc penser que ce critère n’est pas neutre. Les propos tenus par Sidgwick, dans un article consacré à la sociologie évolutionniste de H. Spencer, ne détonent pas avec cette interprétation : à la question de savoir si nous pouvons « considérer la seule préservation de la vie d’un être humain, ou de n’importe quel nombre d’êtres humains réunis dans une société, comme une fin ultime et prédominante et un critère de l’action juste, indépendamment de la qualité de la vie préservée » (Sidgwick, 1899, 15), Sidgwick répond « en tant qu’utilitariste » par la négative (ibid., 18). Dans la même veine, dans The Elements of Politics, Sidgwick qualifie de « danger » « la diminution de la qualité de vie moyenne » qui résulterait d’un accroissement démographique dans un pays déjà fortement peuplé tel que l’Angleterre ou la France (Sidgwick, 1908, 317). Le recours à la notion de « qualité de vie » dans l’évaluation de situations sociales peut, en raison de sa connotation perfectionniste, paraître « déroutant » dans la pensée d’un utilitariste (Schultz, 2004, 631). N’est-il pas une façon de signifier, si ce n’est le primat du bonheur moyen, la nécessité d’introduire un seuil minimum de bonheur moyen31 – une perspective qui entrerait dans la famille de principes identifiée aujourd’hui par l’éthique de la population sous le nom d’ « utilitarisme avec niveau critique » (Blackorby, Bossert, Donaldson, 2005, 137) ?

Conclusion

32Tout en considérant courants et traditions, l’histoire de la pensée invite à s’interroger sur la nature des filiations établies, les transformations qui s’opèrent et les singularités qui se constituent au sein de ces catégories trompeusement uniformes. En explorant la pensée de Sidgwick, la présente recherche s’est inscrite dans cette perspective suivant deux dimensions, l’une analytique, l’autre heuristique et plus précisément génétique. L’intention n’était en effet pas seulement de pointer la singularité de l’éthique utilitariste de Sidgwick et de l’outillage analytique qui l’accompagne, mais, pour mieux en comprendre le sens, d’en restituer la genèse. À cet égard, les doutes interprétatifs et les insatisfactions de Sidgwick vis-à-vis de la pensée de Bentham jouent un rôle moteur dans le projet intellectuel de ses jeunes années, rôle jusqu’à présent négligé par la littérature secondaire. En s’attelant aux Methods of Ethics, Sidgwick escomptait lever des impossibilités et des ambiguïtés de la doctrine utilitariste, particulièrement prégnantes dans leur version benthamienne, en l’amendant et en lui offrant une base intuitionniste. S’il parvient effectivement à démontrer la rationalité du principe d’utilité, sa réflexion, chemin faisant, fait toutefois sourdre une autre intuition fondamentale qui, estime-t-il, l’engouffre dans un abysse intellectuel. Tandis qu’il suspectait la pensée de Bentham d’être ambiguë, Sidgwick aboutit en effet à une théorie éthique explicitement ambivalente dans laquelle égoïsme et utilitarisme renvoient à deux injonctions irréductibles du devoir et s’avèrent autant fondées en raison l’une que l’autre. « Une triste fin pour un si grand travail ! » commentera A. Bain (1876, 195). La formule ne constitue nullement un jugement de valeur sur une œuvre dont il loue par ailleurs la profondeur et l’intérêt, mais évoque l’explicite « expression de désespoir » (Deigh, 2007, 437) confinant à la « tragédie » (Schultz, 2004, 209) qui imprègne l’épilogue de la première édition des Methods of Ethics.

  • 32 La volonté de fonder la morale sans référence à la religion témoigne du caractère indissociable du (...)
  • 33 L’ “échec” cède la place à un “scepticisme universel” (MOE, 506) : « Il semblerait nécessaire d’aba (...)

33« Je devais voir d’une façon ou d’autre autre qu’il était juste pour moi de sacrifier mon bonheur pour le bien de l’ensemble dont je suis une partie », relate Sidgwick (MOE, xviii). « [J]’étais forcé de reconnaître la nécessité d’une intuition éthique fondamentale » – en l’occurrence le « précepte d’impartialité » et la « maxime de bienveillance ». Toutefois, en mettant également au jour une « maxime de l’Amour-Propre rationnel ou de prudence » (MOE, 381), le détour intuitionniste fonde du même coup l’égoïsme en raison. La « rationalité du souci de soi-même [self-regard] » s’avère « aussi indéniable que la rationalité du sacrifice de soi » (MOE, xx). Or le « postulat fondamental de l’Éthique » (MOE, 6) récuse la coexistence de deux principes éthiques menant à des conclusions opposées, tels que l’égoïsme et l’utilitarisme. Aux yeux de Sidgwick, la contradiction contenue dans le « Dualisme de la raison pratique » (MOE, xxi) constitue une véritable « aporie » (Terestchenko, 2004, 112) : elle ne peut trouver selon lui de solution sans altérer sa conception de l’éthique en tant que connaissance autonome. Seule une perspective hétéronome, précisément une explication théologique de la morale, pourrait permettre en pratique de contourner, et non de résoudre (Broad, 1930, 253), le dualisme – si le principe d’utilité est l’expression de la Loi de Dieu, alors l’égoïste, par prudence, obéira à ses injonctions. Sidgwick (1874, 468-47 ; MOE, 502-505) n’envisage toutefois cette idée qu’avec scepticisme32. La première édition des Methods of Ethics est donc, sous sa plume le constat d’un « échec » – s’il en modifie quelque peu la forme au cours des rééditions33, Sidgwick en conserve néanmoins l’esprit (Sosoe, 1992, 6 ; Schultz, 2004, 211) : « Le Cosmos du Devoir est ainsi véritablement réduit au chaos, et l’effort prolongé de l’esprit humain pour élaborer un idéal parfait de conduite rationnelle est voué à un échec inévitable. » (Sidgwick, 1874, 473, nous soulignons.)

  • 34 Sur le rôle du sens commun, voir également Sidgwick (1889, 474).
  • 35 Voir également Schneewind (1977, 116-117).

34Du point de vue de l’histoire des idées, l’éthique de Sidgwick ne saurait être qualifiée d’échec. En témoigne, outre certains prolongements à Cambridge dans les conceptions économiques de Marshall et Pigou, le regain d’intérêt qu’elle suscite auprès des philosophes depuis une vingtaine d’années. Sur la thématique du dualisme de la raison pratique, les recherches s’orientent dans trois directions, celle de la généralisation, de la tempérance ou de dépassement du résultat de Sidgwick. La première consiste à étendre la force de la conclusion de Sidgwick en montrant que le dualisme ne concerne pas seulement l’égoïsme et l’utilitarisme (Hills, 2003). La deuxième tempère le dualisme au sein du cadre heuristique sidgwickien. Sidgwick aurait ainsi, au moment de sa conclusion, omis ou modifié certaines de ses conceptions qui, réactivées, permettraient de faire disparaître le dualisme. Singer (1974, 446) juge par exemple surprenant que Sidgwick persiste à considérer l’égoïsme comme un principe éthique acceptable au même titre que l’utilitarisme alors qu’il heurte le sens commun (MOE, 199) et que cette confrontation semblait constituer dans son système le test ultime de l’acceptabilité d’un principe éthique (MOE, 373)34. La cohérence interne de la pensée de Sidgwick est également pointée dans la mesure où celui-ci paraît se ranger à la considération éthique selon laquelle « un acte, pour être vertueux au sens le plus élevé, ne doit pas être réalisé uniquement pour le plaisir que l’on en attend, même s’il s’agit du plaisir du sens moral » (MOE, 42). Sa conception du devoir semble donc renvoyer à un impératif catégorique. Or l’égoïsme constitue un impératif hypothétique, de sorte que pour Terestchenko (2004, 126)35 « il n’y a pas véritablement de conflit […] entre la moralité et diverses formes de rationalités morales contradictoires (égoïstes et utilitaristes). Seul l’utilitarisme est à proprement parler une doctrine morale ». Enfin une troisième catégorie de recherches rassemble des tentatives de dépassement du dualisme qui revisitent le cadre heuristique sidgwickien dans une perspective plus kantienne (Frankena, 1992, 191 ; Schultz, 1992, 27 ; Sosoe, 1992, 20 ; Orsi, 2008). Ces auteurs s’accordent en effet à penser que, en dépit de ses revendications d’emprunts à Kant, la lecture que Sidgwick a de celui-ci est très, voire trop, étroite.

  • 36 Voir par exemple (MOE, 471-2) ; Sidgwick (1908, 202-216).

35Quoi qu’il en soit, la sensation d’échec qu’éprouve Sidgwick dans le champ de la morale ne se répercute pas dans sa pensée économique ou politique. Le principe d’utilité y apparaît comme le critère de choix social et le mode de rationalisation des institutions. Sidgwick ne s’est probablement jamais départi de ses intentions premières alors qu’il était encore étudiant. Son objectif, confie-t-il dans ses mémoires, « était une révision complète des relations humaines, politiques, morales et économiques, à la lumière de la science gouvernée par une sympathie compréhensive et impartiale, et une réforme sans ménagement de tout ce qui était déclaré selon la science ne pas conduire au bonheur général. » (Sidgwick, 1906, 39-40). Toutefois, ses conclusions l’éloignent du radicalisme d’un Bentham. La morale positive constitue chez Sidgwick une limite importante à la réforme sociale36. Le principe d’utilité lui permet ainsi d’expliquer « tout à la fois pourquoi une certaine manière d’agir serait la meilleure et pourquoi l’intention d’agir ainsi n’est pas nécessairement celle qu’il faut mettre à exécution dans la pratique » (Picavet, 2005, 340), eu égard aux conséquences probablement pénibles d’une modification des règles existantes (déception des attentes, perturbation dans la coordination des individus). Sidgwick apparaît alors sous cet angle comme un penseur de la voie moyenne (Kloppenberg, 1986, 3 ; Burrow, Collini, Winch, 1983, 306), si ce n’est un conservateur (Ritchie, 1892 ; Broad, 1930, 157) dont la gouverne se limite à « adhérer en général, dévier et tenter de réformer seulement dans des cas exceptionnels » (MOE, xx).

Haut de page

Bibliographie

Anquetil, Alain. 2004. Agir intentionnellement à l’encontre de ses valeurs. Gérer et Comprendre 78 (décembre) : 4-17.

Bain, Alexander. 1876. Mr. Sidgwick’s Methods of Ethics. Mind 1(2) : 179-197.

Baujard, Antoinette. 2009. From Moral Welfarism to Technical Non-Welfarism. A Step back to Bentham’s Felicific Calculus. European Journal of the History of Economic Thought 16(3) : 431-453.

Backhouse, Roger E. 2006. Sidgwick, Marshall and the Cambridge School of Economics. History of Political Economy 38(1) : 15-44.

Bentham, Jeremy. [1789] 1962. An Introduction to the Principles of Morals and Legislation. In John Bowring (ed.), Vol. 1 of The Works of Jeremy Bentham, New York : Russel & Russel.

Bentham, Jeremy. [1815] 1962. A Table of the Springs of Action. In John Bowring (ed.), Vol. 1 of The Works of Jeremy Bentham, New York : Russel & Russel.

Bentham, Jeremy. 1834. Deontology. John. Arrangé et édité par John Bowring, Edimbourg : William Tait.

Bharadwaj, Krishna. 1972. Marshall on Pigou’s Wealth and Welfare. Economica 19(153) : 32-46.

Birnbacher, Dieter. 1994. La Responsabilité envers les générations futures. Paris : Presses universitaires de France.

Blackorby, Charles, Walter Bossert et Donald Donaldson. 2005. Population Issues in Social Choice Theory, Welfare Economics, and Ethics. New York : Cambridge University Press.

Broad, Charlie Dunbar. 1930. Five Types of Ethical Theories. Londres : Routledge & Kegan Paul.

Burrow, John, Stefan Collini et Donald Winch. 1983. That Noble Science of Politics. Cambridge : Cambridge University Press.

Canto-Sperber, Monique. 1994. La Philosophie morale britannique. Paris : Presses universitaires de France.

Collard, David. 1996. Pigou and Future Generations: A Cambridge Tradition. Cambridge Journal of Economics 20(5) : 585-597.

Collini, Stefan. 1991. Public Moralists. Political Thought and Intellectual Life in Britain 1850-1930. Oxford : The Clarendon Press.

Deigh, John 1992. Sidgwick and Ethical Judgment. In Bart Schultz (ed.), Essays on Henry Sidgwick, Cambridge : Cambridge University Press, 241-258.

Dockès, Pierre et Jean-Michel Servet. 1992. Les Lecteurs de l’armée morte. Note sur les méthodes en histoire de la pensée économique. Revue européenne des sciences sociales 30(92) : 341-64.

Gomberg, Paul. 1986. Self and others in Bentham and Sidgwick. History of Philosophy Quarterly, 3(4) : 437-448.

Griffin-Collart, Evelyne. 1974. Egalité et justice dans l’utilitarisme. Travaux du centre de philosophie du droit de l’université de Bruxelles.

Groenewegen, Peter. 1988. Alfred Marshall and the Establishment of the Cambridge Economic Tripos. History of Political Economy, 20(4) : 627-667.

Guidi, Marco. 2007. Jeremy Bentham’s Quantitative Analysis of Happiness and its Asymmetries. In Luigino Bruni et Pier Luigi Porta (eds), Handbook on the Economics of Happiness, Cheltenham : Edward Elgar : 68-94.

Hara, Chiaki, Tomoichi Shinotsuka, Kotaro Suzumura, et Yongsheng Xu. 2008. Continuity and Egalitarianism in the Evaluation of Infinite Utility Streams. Social Choice and Welfare 31(2) : 179-91.

Harrison, Ross. 1983. Bentham., Londres : Routledge & Kegan Paul.

Havard, William C. 1959. Henry Sidgwick and Later Utilitarian Political Philosophy. Gainesville : University of Florida Press.

Hills, Alison. 2003. The Significance of the Dualism of Practical Reason. Utilitas 15(3) : 315-329.

James, David. 1970. Henry Sidgwick. Science and Faith in Victorian England. Londres : Oxford University Press.

Keynes, John Maynard. [1924] 1925. Alfred Marshall: 1842-1924. Economic Journal. In Arthur Cecil Pigou (ed.), Memorials of Alfred Marshall, Londres : Macmillan : 1-65.

Kloppenberg, James T. 1986. Uncertain Victory. Social Democracy and Progressivism in European and American Thought 1870-1920. New York : Oxford University Press.

Leavis Q. D. 1947. Henry Sidgwick’s Cambridge. Scrutiny 15(1) : 2-11.

Marshall, Alfred. 1906. Introductory Lectures. Manuscrit autographe inédit (ancienne cote 5/F)/ 2 feuillets. Cambridge : Marshall Library.

Marshall, Alfred. [1884] 1977. On Utilitarianism: A Summum Bonum. In John K. Whitaker (ed.), vol.2 of The Early Economic Writings of Alfred Marshall 1867-1890, Londres : Macmillan. 317-319.

Marshall, Alfred. 1907. Interpretation of Equation for Greatest Welfare of Greatest Number. Manuscrit autographe inédit (nouvelle cote 5/ 6 : 1 feuillet). Cambridge : Marshall Library.

Marshall, Alfred. [1920] 1961. Principles of Economics. Guillebaud (ed.), Londres : Macmillan.

Martinoia, Rozenn. 2003. That which is Desired, which Pleases and which Satisfies: Utility according to Alfred Marshall. Journal of the History of Economic Thought 25(3) : 349-364.

Medema, Steven. 2008. ‘Losing my Religion’: Sidgwick, Theism and the Struggle for Utilitarian Ethics. History of Political Economy 40(5) : 189-211.

Mill, John Stuart. [1838] 1998. Bentham. London and Westminster Review. In L’utilitarisme. Paris : Presses universitaires de France : 163-244.

Mill, John Stuart. [1861] 1998. L’Utilitarisme. Paris : Presses universitaires de France.

Myint, Hla. [1948] 1965. Theories of Welfare Economics. New York : August M. Kelley.

O’Donnell, Margaret G. 1979. Pigou: an Extension of Sidgwickian Thought. History of Political Economy 11(4) : 588-605.

Orsi, Francesco. 2008. The Dualism of Practical Reason: Some Interpretations and Responses. Ethics and Politics, 10(2) : 19-41.

Parfit, Derek. 1984. Reasons and Persons. Oxford : Clarendon Press.

Picavet, Emmanuel. 2005. Sidgwick, Moore et l’approche économique de l’utilité des règles ordinaires. Revue de métaphysique et de morale, 47(3) : 333-347.

Pigou, Arthur Cecil. 1903. Some Remarks on Utility. Economic Journal, 13(49) : 58-68.

Pigou, Arthur Cecil. 1906. The Unity of Political and Economic Science. Economic Journal, 16(63) : 372-80.

Pigou, Arthur Cecil. [1932] 1952. The Economics of Welfare. 4e edition, Londres : Macmillan.

Pigou, Arthur Cecil. 1951. Some Aspects of Welfare Economics. The American Economic Review 41(3) : 287-302.

Rawls, John. [1971] 2005. A Theory of Justice. Cambridge : Harvard University Press .

Ritchie, David G. 1892. Review of Elements of Politics. International Journal of Ethics, 2(2) : 254-255.

Rothblatt, Sheldon. [1968] 1981. The Revolution of the Dons. Cambridge and Society in Victorian England. Cambridge : Cambridge University Press.

Schneewind, Jerome B. 1977. Sidgwick’s Ethics and Victorian Moral Philosophy. Oxford : The Clarendon Press.

Schultz, Bart. [1996] 2004. Henry Sidgwick. In M. Canto-Sperber (ed.), Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, Paris : Presses Universitaires de France : 1782-1790.

Schultz, Bart. 2004. Henry Sidgwick: Eye of the Universe. Cambridge : Cambridge University Press.

Sidgwick, Arthur, Eleanor M. Sidgwick. 1906. Henry Sidgwick: A Memoir. Londres : Macmillan.

Sidgwick, Henry. 1874. The Methods of Ethics. 1re édition. Londres : Macmillan.

Sidgwick, Henry. 1877. Bentham and Benthamism in Politics and Ethics. Fortnightly Review, May : 628-652.

Sidgwick, Henry. 1889. Some Fundamental Ethical Controversies. Mind 14(56) : 473-487.

Sidgwick, Henry. 1893. Unreasonable Action. Mind 2(6) : 174-187.

Sidgwick, Henry. 1899. The Relation of Ethics to Sociology. International Journal of Ethics 10(1) : 1-21.

Sidgwick, Henry. 1901. Principles of Political Economy. 3e edition, Londres : Macmillan.

Sidgwick, Henry. 1902. Outlines of the History of Ethics for English Readers. 5e edition, Londres : Macmillan.

Sidgwick, Henry. [1907] 1981. The Methods of Ethics. 7e edition, Indianapolis : Hackett Publishing Company.

Sidgwick, Henry. 1908. Elements of Politics. 3e edition, Londres : Macmillan.

Singer, Marcus. 1992. Sidgwick and Nineteenth Century British Ethical Thought. In Bart Schultz (ed.), Essays on Henry Sidgwick, Cambridge : Cambridge University Press : 65-91.

Singer, Marcus. 2000. The Philosophy of Henry Sidgwick. In M. G. Singer (ed.), Essays on Ethics and Methods, Henry Sidgwick, Oxford : Oxford University Press.

Skidelsky, Robert. 1983. John Maynard Keynes. Vol.1. Londres : Macmillan.

Soffer, Reba N. 1978. Ethics and Society in England. The Revolution in Social Sciences 1870-1914. Berkeley, Los Angeles : University of California Press.

Sosoe, Lucas. 1992. Henry Sidgwick et les fondements de l’éthique. Cahiers d’épistémologie, 136. Montréal : Université du Québec.

Terestchenko, Michel. 2004. Henry Sidgwick. Le cosmos de la moralité réduit au chaos. Revue de métaphysique et de morale 41(1) : 101-128.

Whitaker, John K. 1975. The Early Economic Writings of Alfred Marshall. Vol.1, Londres : Macmillan.

Haut de page

Notes

1 Pour faciliter la lecture, les références à la dernière édition de The Methods of Ethics sont notées de manière abrégée MOE.

2 Havard (1959) présente l’utilitarisme de Bentham dans l’intention de mettre en évidence les principaux points d’achoppement des conceptions de ce dernier avec celles de Sidgwick, mais n’effectue finalement pas d’analyse comparative. Gomberg (1986) étudie la pensée de Sidgwick et celle de Bentham relativement à la question de l’harmonisation des intérêts. Il ne s’intéresse pas à la façon dont Sidgwick interprète Bentham et n’approfondit guère leurs conceptions respectives de l’éthique. La majeure partie de la littérature secondaire délaisse également ces perspectives. Voir par exemple Broad (1930), James (1970), Schneewind (1977), Singer (1992), Canto-Sperber (1994).

3 Par « principe d’utilité », on désigne le principe normatif définissant comme juste l’action qui réalise le plus grand bonheur du plus grand nombre (Bentham 1789, 1 ; Mill, 1861, 25).

4 Par principe explicatif on entend la proposition positive qui désigne le(s) mobile(s) d’action des individus. Par principe justificatif, on entend le critère normatif de jugement moral permettant d’évaluer le caractère juste ou injuste d’une action (MOE, 2).

5 Pour une mise en perspective du débat interprétatif du calcul des plaisirs et des peines chez Bentham, voir Guidi (2007) et Baujard (2009).

6 « Pourquoi personne n’écoute [le moraliste] ? Parce que tandis qu’il parle de devoirs, chacun pense aux intérêts. C’est une part de la nature de l’homme que de penser avant tout à ses intérêts (…) le devoir doit et sera mis au service de l’intérêt » (Bentham, 1834, 10-11) ; « devoir (…) ce mot (…) ‘doit’ être banni du vocabulaire de la morale » (Bentham, 1834, 32).

7 L’utilitarisme de Sidgwick (MOE, 385) n’implique en pratique ni la bienveillance généralisée ni le sacrifice systématique de son propre bonheur.

8 Sidgwick n’explicite pas ces divergences. Gomberg (1986), à l’instar d’autres commentateurs, note la différence de champ d’investigation, mais l’explore en termes de conception d’harmonisation des intérêts et non d’un point de vue épistémologique.

9 Voir Mill (1838, 208) ; Halévy (1901, vol. 1, v ) ; Halévy (1901, vol. 3, 178).

10 Il suffit pour s’en convaincre de lire le projet intellectuel et politique que Sidgwick s’était assigné. Voir infra, conclusion.

11 Aux questions d’ordre individuel (The Methods of Ethics, 1re édition en 1874), succède une réflexion sociale, d’abord en économie (The Principles of Political Economy, 1re édition en 1883), puis en science politique (The Elements of Politics, 1re édition en 1891). Sidgwick ne cessera toutefois de revenir, jusqu’à la fin de sa vie sur son œuvre philosophique majeure, The Methods of Ethics, qu’il révisera à six reprises.

12 Sidgwick (MOE, vii) délaisse la question de l’origine du sens moral.

13 Deigh (1992, 242) signale cette dualité, mais poursuit son analyse sur le seul plan méthodologique.

14 La raison, chez Sidgwick, formule des impératifs hypothétiques et catégoriques qui peuvent chacun avoir une force motivationnelle potentielle (Deigh, 1992, 251). Prescrits par la raison, ces mobiles et les actions qui en découlent sont rationnels (MOE, 23). Les volitions (non impulsives) contraires à nos jugements réfléchis sont a contrario irrationnelles. Phénomènes jugés rares, ils sont néanmoins possibles (Sidgwick, 1893) – cette perspective n’est pas sans rappeler l’akrasia ; voir Anquetil (2004).

15 L’ouvrage Deontology est une édition posthume réalisée par Bowring avec à l’évidence une certaine liberté (Mill, 1838, 209 ; Harrison, 1983, x ; Singer, 1992, 67). Pour Sidgwick, « il ne fait pas de doute que Bowring nous a donné le véritable Bentham, et que l’historien fidèle doit refuser de suivre Mill rejetant la Déontologie » (MOE, 650).

16 Ce passage est également cité par Sidgwick (1877, 650) dans l’article qu’il consacre à Bentham.

17 En français dans le texte.

18 La même idée est présente dans Sidgwick (1902, x).

19 « Nous ne pouvons pas, bien entendu, considérer comme valides des raisonnements qui conduisent à des conclusions contradictoires, et j’admets comme postulat fondamental de l’Éthique que, pour autant que deux méthodes de l’éthique s’opposent, l’une ou l’autre doit être modifiée ou rejetée. » (MOE, 6)

20 L’École écossaise, cible de Bentham, rassemble initialement des doctrines transcendantales de la justice qui estiment que seul l’homme chrétien est doté d’un sens moral, c’est-à-dire d’une capacité à définir le juste. Sous le poids de l’affaiblissement de la doctrine religieuse, le sens moral est progressivement reconnu par les philosophes comme une qualité universelle. Ne retenant que l’attribut, la capacité innée à juger le bien et le mal, et reléguant au dernier plan le fait qu’il s’agit d’une dotation divine, ces théories de la justice ne sont dès lors plus qualifiées de transcendantales, mais d’immanentes. On distingue la perspective de l’École écossaise, qui soutient l’universalité du principe de jugement moral, et celle de Kant ou de Rousseau qui soutiennent l’universalité de la capacité au jugement moral, laquelle autorise une diversité de principes de jugement moral. Kant est à plusieurs reprises évoqué dans les Methods of Ethics, toutefois c’est principalement Whewell qui, dans une posture critique, inspire Sidgwick dans son détour intuitionniste (Terestchenko, 2004, 107).

21 Un principe est pour Sidgwick (MOE, 338-342) évident en soi s’il satisfait trois critères : la clarté, la cohérence et le consensus. Voir Schultz (1996, 1788). L’intuitionnisme ne peut constituer à lui seul une méthode de l’éthique en raison du caractère trop abstrait de ses principes (MOE, 379).

22 C’est-à-dire en tenant compte des différences de certitude.

23 Si tel n’était pas le cas, alors, d’« un point de vue universel», déclare Sidgwick, « il ne fait aucun doute que je préfère moralement le [bonheur] ; je ne penserais pas qu’il est juste de chercher à rendre mes semblables plus moraux, si j’anticipais clairement comme conséquence qu’ils deviendraient moins heureux. » (Sidgwick, 1889, 487)

24 La conception utilitariste de la vertu renvoie indirectement au plus grand bonheur du plus grand nombre (supra, section 2 .1). Mais si ces injonctions sont rattachées au bonheur, il ne s’agit pas de celui du sujet agissant. Il s’agit donc bien d’un type d’« action strictement désintéressée, c.-à-d. sans égard au solde de plaisirs pour nous-mêmes » (MOE, 57).

25 Le « paradoxe fondamental de l’Hédonisme » est « que la pulsion pour le plaisir, si elle est trop prédominante, échoue à son propre but » (MOE, 48).

26 « Le P[lus] G[rand] B[onheur] du P[lus] G[rand] N[ombre] et l’Évolution ne sont compatibles qu’à condition que le P[lus] G[rand] N[ombre] ne soit pas celui de la génération présente, mais aussi celui de la race humaine à venir. » (Marshall, manuscrit autographe, 1906.) Voir également à titre d’illustration Marshall (1920, 243) ; Pigou (1932, 29) ; Collard (1996). La littérature contemporaine en choix social recourt à un « axiome d’anonymat », exprimant une équité entre les générations, explicitement inspiré de Sidgwick (Hara et al., 2008, 180).

27 Voir Sidgwick (MOE, 382) et Griffin-Collart (1974, 273-274).

28 Non sans souligner le « caractère quelque peu absurde » de la « prétention à l’exactitude » de ces calculs théoriques, Sidgwick (MOE, 416) ne les estime pas moins comme des procédures idéales devant guider la pratique réelle.

29 L’hypothèse posée par Sidgwick, à savoir que « la vie en moyenne procure un excédent de plaisir sur les peines » (MOE, 414 ; infra note ), conduit à la possibilité de l’inexistence d’un tel optimum. Mathématiquement, l’optimum démographique est conditionné par l’hypothèse selon laquelle le bonheur moyen est une fonction décroissante de la taille de la population – outre par la forme de cette même fonction.

30 Sidgwick nuance donc l’hypothèse posée dans Methods of Ethics (supra note ) sans pour autant la contredire : si la croissance démographique n’augmente pas le bonheur total de manière « importante », il n’est toutefois pas allégué qu’elle le réduit. Voir également le traitement de ces questions démographiques par Pigou (1932, 99), se référant à Sidgwick et Marshall.

31 Les notes privées de Marshall sur l’interprétation de la maxime utilitariste laissent penser qu’il accorde un poids relatif plus important au niveau du bien-être moyen qu’à la taille de la population. Voir par exemple Marshall (1884) et Marshall (1907), où le plus grand bonheur du plus grand nombre est conçu mathématiquement non pas comme la maximisation du produit du bonheur moyen par la taille de la population, mais du produit du carré du bonheur moyen par la taille de la population.

32 La volonté de fonder la morale sans référence à la religion témoigne du caractère indissociable du projet intellectuel et scientifique de Sidgwick, d’une part, et de ses interrogations personnelles d’autre part (Sidgwick (1906, 36 et 347) ; Keynes (1906) cité par Schultz (2004, 4) ; Skidelsky (1983, 37) ; Schultz (1996 ; 1786 ; 1789) ; Terestchenko (2004, 110-113) ; Medema (2008)). Sidgwick fut le premier à Cambridge à assumer son scepticisme religieux en démissionnant de son professorat, alors soumis à la déclaration solennelle de souscription aux Trente-neuf Articles de l’Église d’Angleterre. Sa décision cristallisa une crise morale qui orienta les programmes de recherche de toute une génération d’universitaires. Sur le contexte de la crise religieuse dans la vie intellectuelle de Cambridge, voir Schneewind (1977, 20), Collini (1991, 84), Whitaker (1975, 13).

33 L’ “échec” cède la place à un “scepticisme universel” (MOE, 506) : « Il semblerait nécessaire d’abandonner l’idée de rationnaliser complètement la morale. » (MOE, 508)

34 Sur le rôle du sens commun, voir également Sidgwick (1889, 474).

35 Voir également Schneewind (1977, 116-117).

36 Voir par exemple (MOE, 471-2) ; Sidgwick (1908, 202-216).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rozenn Martinoia, « « Une triste fin pour un si grand travail » ? La révision de l’utilitarisme par Henry Sidgwick », Œconomia, 1-2 | 2011, 171-193.

Référence électronique

Rozenn Martinoia, « « Une triste fin pour un si grand travail » ? La révision de l’utilitarisme par Henry Sidgwick », Œconomia [En ligne], 1-2 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 22 juin 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1722 ; DOI : 10.4000/oeconomia.1722

Haut de page

Auteur

Rozenn Martinoia

Université Paris-Est Créteil (UPEC), Pôle d’Histoire et d’Analyse des Représentations Economiques (PHARE), rozenn.martinoia@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org