Navigation – Plan du site
In Memoriam

À la mémoire de Gilles Dostaler (23 novembre 1946 - 26 février 2011) : Un témoignage

To the Memory of Gilles Dostaler (23 November 1946 – 26 February 2011): A Testimony
Robert Nadeau
p. 161-168

Texte intégral

1Gilles Dostaler fait partie des personnes qui ont énormément compté pour moi. Je le voyais souvent, nous déjeunions ensemble presque toutes les semaines, sauf les deux derniers mois, où il s’excusait de ne pouvoir m’accompagner parce qu’il ne s’en sentait pas la force. Je voudrais dire ici l’admiration que j’ai toujours eue et que j’ai encore plus que jamais pour lui qui a été à mes yeux l’image exemplaire de l’intellectuel organique au sens de Gramsci.

2Nos routes se sont croisées plus particulièrement au début des années 1990 tout simplement parce que lui faisait profession d’historien de la pensée économique et que, pour ma part, j’investiguais depuis une bonne décennie le domaine de la philosophie économique qui avait alors pris son envol.

3Il est remarquable, du reste, que l’ami Gilles ne se disait pratiquement jamais « économiste », car ce terme lui semblait suspect, en tout cas inadéquat pour décrire sa véritable compétence d’historien de la pensée économique. Il aimait, du reste, rappeler cette phrase de Keynes qui disait qu’un économiste ne connaissant et ne faisant appel qu’aux seuls concepts économiques était « mal barré » – et curieusement on peut trouver exactement la même réflexion sous la plume de Hayek, Keynes et Hayek étant sans contredit les deux figures de proue les plus imposantes de la pensée économique contemporaine, que Gilles a, pendant toute sa carrière, minutieusement étudiées en les comparant, les rapprochant, les contrastant pour mieux faire percevoir leur impossible réconciliation malgré l’amitié qu’ils avaient l’un pour l’autre. Gilles, tout historien des idées économiques qu’il fût, se voulait plus qu’un spécialiste de ce domaine : il voulait être suffisamment proche de la réflexion philosophique sur l’économique pour faire ressortir que, dans toute grande œuvre de pensée économique, il y a, de manière incontournable, une dimension sinon une composante fondamentalement philosophique.

4Qu’entendait-il par-là ? Il voulait insister d’abord sur la nécessité à ses yeux tout à fait essentielle pour tout économiste authentique de s’ouvrir à pratiquement tous les champs de l’activité humaine de manière à s’y ressourcer et à nourrir sa perspective spécifique. Pour lui, l’économiste devait s’intéresser à toutes les sciences sociales, voire à tous les savoirs en général. Il devait aussi s’intéresser à la situation politique, non seulement à celle de son propre pays mais encore davantage peut-être à celle des autres États de la planète. Son objectif d’ensemble était bien de prendre tous les moyens pour parvenir à comprendre l’évolution du monde politique et économique, et même pour l’anticiper si possible, mais comme intellectuel Gilles cherchait avant tout à comprendre l’origine des problèmes auxquels nos contemporains sont confrontés en société. Il avait l’intime conviction que l’histoire de la pensée économique était indispensable pour être en mesure de fournir une véritable explication des phénomènes politiques et sociaux.

5Pour Gilles Dostaler, l’économiste, mais aussi l’historien de la pensée économique, devait s’intéresser de très près à pratiquement toutes les manifestations de la culture. À ce sujet, Gilles avait un comportement paradigmatique et je voudrais l’illustrer rapidement. Il connaissait Mozart en profondeur, et comme nul autre tous ses opéras, et il projetait même d’écrire un livre sur « Mozart et l’argent » une fois à la retraite, ce qui devait venir dans quelques mois. Il s’intéressait énormément à la littérature, à tout ce qui s’écrivait – romans, essais, quotidiens, magazines et revues savantes. Gilles ne lisait pas : il dévorait les livres, et il n’était pas rare de découvrir, au hasard d’une seule et même conversation au bistro Le Café Cherrier que nous fréquentions assidûment à Montréal, qu’il venait de lire ou relire, méditativement, entre autres, L’Éthique à Nicomaque d’Aristote, Les Vagues de Virginia Woolf, Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar, Critique de la raison pure de Kant, Théorie de la justice de John Rawls, sans compter tout le matériel qu’il se mettait sous la dent pour préparer ses propres publications.

6Pour autant, et tous ses amis vraiment proches le savent, Gilles ne dédaignait pas les manifestations de la culture populaire. Il faisait annuellement son pèlerinage à Vicq pour vivre intensément quelques émotions tauromachiques. Quand l’occasion s’y prêtait, il rassemblait quelques copains aussi mordus que lui pour aller admirer le grand super-moyen Lucian Bute au Centre Bell de Montréal dans un combat de championnat. Chaque année en juillet il partait avec sa conjointe Marielle Cauchy agacer le saumon d’Atlantique à Matane en Gaspésie, où, incidemment, il amenait son gros matou noir Milou, qu’il n’aimait pas du tout laisser à Montréal. Par la même occasion, il en profitait pour remettre les pieds dans le Bas-Saint-Laurent, une région du Québec à laquelle il était resté tout particulièrement attaché, et notamment à Saint-Jean-Port-Joli d’où ses grands-parents étaient originaires. Il ne ratait jamais ses rendez-vous de chasse d’automne, d’abord avec l’oie blanche à l’Islet-sur-Mer ou à Montmagny, ensuite avec le chevreuil qu’il aimait chasser sur les terres boisées de Gilles Bourque à Richmond en Estrie, perché au petit matin sur un mirador de fortune – mais toujours avec quelque bouquin, question de ne pas perdre de temps. Il adorait voyager, aussi bien à Paris, où il comptait d’innombrables collègues avec lesquels il était en rapport de recherche ou simplement d’amitié, qu’à Toulouse, où il faisait cours comme professeur invité pendant quelques semaines chaque année, ou encore à la Barbade, un pays de mer qu’il avait découvert et où il avait décroché un emploi au tout début de la vingtaine, avant d’entreprendre ses études universitaires, et où il aimait de temps à autre séjourner pour se reposer tout de suite après le Temps des Fêtes. Gilles aimait aussi tous les gadgets électroniques : iPhone, iPod, iPad, GPS et Mac portable avaient harmonieusement intégré sa vie, pour que sa musique le suive partout, pour que ses photos de voyage soient toujours prêtes à exhiber à qui voudrait les voir pour rigoler, pour qu’il puisse trouver les routes les plus contournées et les moins directes en ville comme à la campagne, et enfin pour que ses matériaux de travail, voire le texte qu’il avait sur le métier à ce moment-là, soient toujours à portée de clavier, lui qui travaillait tout le temps, tous les jours, vacances ou pas.

7Qu’est-ce donc qui l’attirait le plus dans la philosophie économique, lui, le grand historien de la pensée? Sans doute, d’abord et avant tout, l’éthique. Pour lui, les considérations morales étaient partie prenante de toute théorisation économique, et il se donnait pour tâche de les mettre en relief, de les faire surgir dans les débats techniques où elles étaient moins apparentes. Il en avait pris son parti : aucun économiste n’était pour lui un pur économiste, si l’on entend par là quelqu’un qui pouvait se permettre de faire l’impasse sur toute forme d’engagement éthico-politique au point de s’abstenir de les faire explicitement entrer en ligne de compte dans son analyse technique d’économiste. Contre Weber et son fameux désir de neutralité axiologique comme savant, Gilles soutenait la thèse qu’il revenait à l’historien aussi bien qu’au philosophe de l’économique de faire ressortir l’inévitabilité des jugements de valeur aussi bien dans les analyses théoriques que dans les analyses conjoncturelles des économistes professionnels. La pratique de la neutralité était tenue par lui pour une chimère, voire un faux idéal : l’important, pour l’historien-philosophe de l’économique qu’il était, n’était alors pas de reprocher aux économistes de faire place à des propos de nature éthique, politique, voire idéologique; l’important était de faire voir l’incidence de telles considérations partout où elles étaient plus ou moins manifestes et encore plus dans les corpus de textes économiques où elles étaient, délibérément ou non, occultées. Cette préoccupation pour l’éthique s’articulait naturellement avec un intérêt poussé pour l’analyse épistémologique et méthodologique de la théorie économique : en particulier, la question de savoir si les théories les plus mathématisées et les plus formalisées du domaine de l’économique ont un sens et une réelle valeur cognitive, une question aujourd’hui à l’ordre du jour plus que jamais, lui semblait extrêmement pertinente. L’enjeu, pour lui, était de mettre en lumière les retombées des travaux hautement sophistiqués des économistes et de faire apercevoir que la légitimation de ces travaux intellectuels se faisaient de fait en très grande partie par référence à des objectifs de nature politique et sociale.

8 Gilles Dostaler avait du reste le souci d’instruire le grand public cultivé des développements qu’a connus la pensée économique au cours des temps : il n’ignorait aucune époque de la science économique et tous les penseurs ayant contribué depuis Aristote au façonnement de cette histoire lui semblaient dignes d’intérêt. C’est ainsi que parurent dans le mensuel Alternatives économiques plus de quatre-vingts articles se présentant comme autant de portraits singuliers, chacun destiné à synthétiser la perspective développée par un théoricien de l’économie, chacun bien replacé dans son contexte, le tout dernier (publié dans le n° 300 daté de mars 2011) portant sur Henry Thornton, financier, évangéliste et philanthrope.

9Il n’en était pas moins un savant, dans le sens le plus noble de l’expression. Peut-être me sera-t-il permis de mettre rapidement en lumière, ne serait-ce que schématiquement, les deux canons de sa méthode en histoire de la pensée économique, que l’on trouve à l’œuvre tout particulièrement dans Keynes et ses combats (2005) mais aussi dans Le Libéralisme de Hayek (2001) et dans de très nombreux articles parus au cours des quelque trente-cinq dernières années. Le premier de ces canons exige de l’historien de la pensée une reconstitution contextualisante des théories économiques : chaque économiste ayant contribué de manière un tant soit peu originale à l’évolution de la pensée économique ne peut être rendu pleinement intelligible selon lui que si le contexte social, politique et culturel – en un sens, le contexte global ou multidimensionnel – dans lequel l’économiste à l’étude a œuvré est minutieusement reconstruit. Ce qu’exige de recherches minutieuses et de curiosité intellectuelle la pratique d’une telle méthode ne peut passer inaperçu : la pensée d’un seul économiste ne peut être comprise que si l’on scrute son environnement mental (en s’intéressant, par exemple, à ses fréquentations intellectuelles, à ses goûts culturels, à ses liaisons politiques), que si l’on retrace méticuleusement son parcours (les questions qu’il s’est posées, les lectures qu’il a faites, les personnages marquants qu’il a rencontrés), que si l’on cherche à le comprendre globalement, c’est-à-dire non seulement comme un penseur mais avant tout comme un homme de son temps. C’est ainsi, par exemple, que, dans l’ouvrage qu’il consacre à l’analyse des « combats » de Keynes, Gilles Dostaler passe systématiquement en revue non seulement chacune des publications de ce géant de la pensée économique en en retraçant la genèse, mais également l’époque au cours de laquelle celui-ci a vécu de manière à mettre en relief ce que Keynes doit à son temps, aux milieux politiques avec lesquels il a frayé, aux philosophes qu’il a lus, notamment G.E. Moore, et aux divers intellectuels et en particulier aux écrivains avec lesquels il entretenait des relations étroites et des échanges constants, dont Virginia et Leonard Woolf et tout le groupe de Bloomsbury. C’est ainsi que, pour Gilles Dostaler, la pensée théorique d’un Keynes peut être le mieux mise en lumière : comprendre quels sont les liens entre ses théorisations et les questions morales que celui-ci se posait, par exemple, relativement à la vengeance exercée contre l’Allemagne à la suite de sa défaite lors de la première guerre mondiale, ou encore concernant le chômage effarant produit dans la foulée de la Grande Dépression de 1929 ; mais comprendre également, en quelque sorte d’un même tenant, son engagement envers les artistes de son temps, son goût pour la spéculation boursière, sa compréhension de la théorie des probabilités, mais néanmoins son dédain pour l’application des mathématiques en théorie économique. Voilà ce qu’une approche historiographique comme celle qu’il préconisait promettait de mettre au jour.

10La méthode d’analyse mise au point par Gilles Dostaler se conforme également à un second canon qui comporte ses propres exigences : l’historien de la pensée doit selon lui tirer rigoureusement parti des outils mis au point dans l’analyse épistémologique contemporaine, non seulement ceux de l’analyse conceptuelle mais également ceux qui permettent de rendre compte de la dynamique de la pensée dans le champ des sciences sociales. Par exemple, aussi bien dans l’étude qu’il a consacrée à la théorie de la valeur que dans l’ouvrage sur Friedrich Hayek, l’analyse des questions de nature proprement épistémologique est centrale. Suivant Gilles Dostaler, chacune des grandes étapes marquant l’évolution progressive de la pensée économique, que l’on pense à la révolution marginaliste ou à la révolution keynésienne, ne peut être expliquée que si l’on aperçoit qu’elle se produit avec en toile de fond une rupture épistémologique parfois fondamentale avec les modes de pensée antérieurs. L’enjeu devient alors de tenter de comprendre, par exemple, pourquoi et sur quelle base argumentative un économiste d’obédience autrichienne comme Hayek, préoccupé plus que tout autre par les limites cognitives de l’acteur économique, en vient à mettre en relief de manière quasi obsessionnelle « l’impraticabilité » d’une économie centralement planifiée par un pouvoir d’État qui a tendance à se comporter comme s’il était omniscient. Dans plusieurs des études comptant certainement parmi les plus importantes qu’ait produites Gilles Dostaler, la dimension épistémologique et méthodologique de la pensée économique acquiert ainsi une importance tout à fait cruciale : en effet, plusieurs de ces publications ont comme bénéfice, sinon comme objectif explicite, de faire voir précisément comment l’histoire de la pensée économique doit réorganiser son cadre conceptuel et son approche pour tenir compte du fait que les sciences sociales, et la science économique tout particulièrement, se développent par sauts qualitatifs et par coupures épistémologiques.

11Il est important de noter que Gilles Dostaler était lui-même un homme de son temps. Car la méthode de travail qu’il a mise au point est contemporaine du virage important opéré aussi bien dans l’histoire de la pensée économique que dans la philosophie économique à partir du milieu des années 1970. On ne le souligne pas assez, au cours des quarante dernières années, plusieurs nouveaux périodiques ont en effet vu le jour (entre autres les Cahiers d’économie politique, Economics and Philosophy, la Revue de philosophie économique, le Journal of the History of Economic Thought, le Journal of Economic Methodology, le European Journal of the History of Economic Thought) et plusieurs autres qui avaient déjà pignon sur rue ont réorienté leur politique éditoriale pour tenir compte des changements intervenus dans l’univers de la recherche en sciences sociales, permettant ainsi en particulier aux économistes et aux philosophes d’articuler leur point de vue disciplinaire respectif. Souvent flanqués de nouvelles sociétés savantes se réunissant annuellement en congrès (par exemple, l’Association Charles-Gide pour l’Étude de la Pensée économique, l’European Society for the History of Economic Thought, l’International Network for Economic Methodology, l’History of Economics Society, l’Association d’Économie Politique du Québec), ces périodiques et ces organisations ont procuré aux groupes d’économistes, d’historiens de la pensée économique et d’épistémologues de l’économique auxquels Gilles Dostaler s’identifiait lui-même de multiples occasions de présenter le résultat de leurs travaux et d’échanger sur des problématiques communes. Gilles Dostaler était d’ailleurs particulièrement bien placé pour apprécier ces développements disciplinaires, lui qui s’intéressait non seulement à la reconstitution narrative de la pensée économique mais également à l’analyse des problèmes éthiques, politiques, épistémologiques et méthodologiques posés par les diverses avancées de la théorie économique. Par sa participation continue à l’ensemble de ces instances, par ses nombreux essais publiés dans des revues de langue française ou anglaise, par ses communications et conférences aussi bien au Québec, au Canada, aux États-Unis qu’en France et dans de nombreux autres pays de l’Europe, par son rôle dans l’organisation de plusieurs rencontres locales ou internationales regroupant des spécialistes de disciplines aussi diverses que l’économique, la philosophie, l’histoire, la sociologie, la science politique, Gilles Dostaler a eu un impact majeur dans la constitution et dans l’évolution de ces divers milieux de recherche et de réflexion.

12Parmi ceux et celles qui auront lu ce texte, il se trouvera de nombreux collègues que Gilles Dostaler estimait à un très haut degré et qui le lui ont bien rendu au cours des années, des collègues qui ont apprécié ses travaux savants et son engagement militant. Je pense ici en particulier aux collègues de Charles-Gide, à ceux de PHARE, du GRESE et du Centre d'économie de la Sorbonne, à François Morin et ses collègues qu’il visitait annuellement à l’Université de Toulouse, à Bernard Maris et finalement à tous les collègues de l’ESHET auxquels il se joignait régulièrement. Je pense également aux collègues québécois de l’Association d’Économie Politique, à ceux de l’UQAM où il enseigna plus de trente-cinq ans, d’abord, pour quelques années, au département de sociologie puis, pour l’essentiel, au département des sciences économiques.

13Il s’en trouvera aussi un certain nombre qui furent des interlocuteurs de tous les instants, ou, mieux, des collaborateurs de longue haleine, et, au risque d’oublier des figures qui ont beaucoup compté pour lui, je nommerai en particulier le regretté Michel Rosier mais aussi Daniel Diatkine, Annie Cot, Ghislain Deleplace, Catherine Martin, Michel De Vrœy et bien sûr Michel Beaud. Côté québécois, je pense tout particulièrement à l’économiste-philosophe spécialiste de Myrdal Jacques Peltier, au sociologue spécialiste de l’histoire politique du Québec Gilles Bourque, au politologue spécialiste du syndicalisme québécois Jean-Marc Piotte, à l’économiste spécialiste de la théorie monétaire Bernard Élie, à la sociologue spécialiste du domaine de l’éducation Céline Saint-Pierre et enfin à Maurice Lagueux, spécialiste d’épistémologie économique.

14Parmi eux se trouvent des privilégiés qui purent compter Gilles parmi leurs amis les plus chers, et je m’inclus dans ce groupe. Gilles a participé activement entre 1980 et 2005 aux travaux du Groupe de Recherche en Épistémologie Comparée que j’ai dirigé au département de philosophie de l’UQAM, travaux qui portèrent centralement sur l’étude des problèmes posés par la théorie économique. L’interdisciplinarité étant la marque de fabrique principale de l’approche historiographique que Gilles Dostaler affectionnait, j’ai envers lui une dette toute particulière. Il affichait en permanence  une impeccable ouverture d’esprit – tout en ne faisant pas mystère que son cœur et sa tête penchaient à gauche –, une rigueur d’analyse à toute épreuve, un goût sans concessions pour le travail bien fait, une curiosité intellectuelle informée, active et sans bornes, ce dont au fil du temps il nous aura permis de profiter.

15Pour nous tous, Gilles Dostaler fut un être d’exception, et il n’y a rien d’inconvenant à témoigner que je l’aimais profondément. Il nous reste son œuvre, que nous pouvons, bien sûr, redécouvrir, mais, ô tristesse, Gilles lui-même n’est plus là avec nous pour rire et discuter. Nous manqueront à jamais sa vive intelligence, son esprit cinglant, son humour irrésistible et son inénarrable ironie socratique.

Haut de page

Bibliographie

Principales publications de Gilles Dostaler

2009, Keynes par-delà l’économie, Paris: Thierry Magnier.

2009, Capitalisme et pulsion de mort (en collab. avec Bernard Maris), Paris: Albin Michel.

2007, Keynes et ses combats, Pari : Albin Michel, 2005 (nouvelle édition revue et augmentée, 2009 ; version anglaise révisée et augmentée, Keynes and his Battles, Cheltenham, RU, et Northampton, Mass., EU: Edward Elgar, 2007).

2001, Le libéralisme de Hayek, Paris: La Découverte, 2001.

1993, La pensée économique depuis Keynes: historique et dictionnaire des principaux auteurs (en collab. avec Michel Beaud), Paris: Seuil, 1993 (édition révisée et abrégée, Points-économie, 1996 ; traduction anglaise augmentée, Aldershot, Hants: Edward Elgar, 1995 ; version paperback révisée, Londres: Routledge, 1997).

1980, Socialisme et indépendance (en collab. avec Gilles Bourque), Montréal : Boréal Express.

1978, Marx, la valeur, et l'économie politique, Paris: Anthropos, 1978.

1978, Valeur et prix: histoire d’un débat, Paris: François Maspero ; Grenoble, Presses universitaires de Grenoble ; Montréal: Presses de l’Université du Québec, 1978; nouvelle édition révisée et augmentée, Paris : L’Harmattan, 2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Nadeau, « À la mémoire de Gilles Dostaler (23 novembre 1946 - 26 février 2011) : Un témoignage », Œconomia, 1-2 | 2011, 161-168.

Référence électronique

Robert Nadeau, « À la mémoire de Gilles Dostaler (23 novembre 1946 - 26 février 2011) : Un témoignage », Œconomia [En ligne], 1-2 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1720

Haut de page

Auteur

Robert Nadeau

Département de philosophie - Université du Québec à Montréal, nadeau.robert@uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org