Navigation – Plan du site
Revue des livres
Comptes rendus

Emmanuel Didier, En quoi consiste l’Amérique ? Les statistiques, le New Deal et la démocratie

Guillaume Yon
p. 268-272
Référence(s) :

Emmanuel Didier, En quoi consiste l’Amérique ? Les statistiques, le New Deal et la démocratie. Paris : Éditions La Découverte, 2009, 318 pages ISBN 978-270715708-9

Texte intégral

En quoi consiste l’AmériqueAfficher l’image
Crédits : Editions La Découverte

1En quoi consiste l’Amérique ? d’Emmanuel Didier porte sur l’apparition, contemporaine du New Deal, des sondages aux États-Unis. Dans la lignée d’Alain Desrosières, Didier s’efforce de réconcilier histoire cognitive et histoire politique des statistiques, mobilisant pour ce faire à la fois la sociologie des sciences de Bruno Latour et la sociologie politique et morale de Luc Boltanski et Laurent Thévenot.

2Il faut entendre par sondages quelque chose de plus vaste que les seuls sondages d’opinion auxquels on pense immédiatement et dont il ne sera que marginalement question dans l’ouvrage ; les sondages dont traite Didier sont définis comme, à la fois, une partie de la théorie des probabilités (la théorie de l’échantillonnage et des erreurs) et une technique statistique (l’enquête par sondage), permettant de recueillir des opinions certes, mais plus largement des faits. L’ouvrage avance la thèse suivante : les statistiques ne doivent pas être comprises comme le miroir d’une réalité extérieure qu’elles ne feraient que contempler passivement. Les statistiques participent activement à la « prise de consistance » d’un État, ou, pour suivre Emmanuel Didier jusqu’au bout, à la « prise de consistance » de « l’Amérique ». Cela signifie que les statistiques construisent une certaine population dans le but de mener une certaine action politique. Les statistiques produisent la description de la société américaine nécessaire à la mise en place d’une forme d’intervention gouvernementale. En faisant cela elles contribuent à forger une identité collective, une idée de l’État, une définition de la démocratie, une figure de l’objectivité ; bref elles forgent « l’Amérique », dans toute la singularité de son rapport à l’action politique, ou, plus fondamentalement, à elle-même. Et bien entendu, contre la théorie du miroir toujours, différents modes de gouvernement peuvent être conçus, chacun d’eux renvoyant à un mode de construction des statistiques et à la constitution de séries à chaque fois particulières. Le livre est construit autour de trois récits qui décrivent les opérations statistiques – souvent dans une veine proche des études de laboratoire – comme la construction d’aspects sociaux pertinents au regard d’une action politique précise.

3Avec le premier récit, Didier relate l’invention d’une méthode proche des sondages, utilisée dans les années 1920 par le ministère de l’Agriculture, donc avant la Grande Dépression. La narration fait de chacune des opérations qui forment la chaîne statistique une étape de la « consolidation » d’un mode d’intervention politique ; ce dernier consiste à « purifier » les marchés agricoles, nous dit l’auteur, c’est-à-dire à lutter contre la spéculation par la publication de chiffres sur l’état de la production, rendant ainsi impossible l’exploitation d’éventuelles asymétries d’information. Le récit donne un contenu empirique riche au concept de consolidation : les statisticiens du ministère de l’Agriculture commencent par établir une liste de correspondants volontaires qui, animés par l’esprit de service public, vont renseigner le ministère sur les surfaces cultivées et les rendements. Les enquêteurs élaborent des questionnaires susceptibles d’être bien compris par ces correspondants, tissent des relations de confiance, apurent et lissent les réponses en fonctions des informations qu’ils glanent ailleurs (par observation directe par exemple), inventent un code pour transmettre les informations à Washington en évitant toute fuite, s’enferment sans contact avec le monde extérieur pour calculer les chiffres finaux, enfin les révèlent à des journalistes qui attendent derrière une ligne pour se jeter sur les rapports et les diffuser au monde entier. Toutes ces opérations sont décrites non comme la saisie objective de l’état des marchés agricoles, mais comme la fabrique d’une politique ; la méthode des Correspondants réalise ce que Didier qualifie, avec un anachronisme assumé, d’empowerment : fournir aux individus les moyens de se prendre en main, de participer à la fabrication des données qui vont leur permettre d’éradiquer la spéculation, au sein d’une conception libérale de l’intervention politique où l’État se contente d’assurer le bon fonctionnement des marchés. Pour compléter son analyse Didier introduit le concept de « plasma », désignant par là l’ensemble des éléments qui se présentent au statisticien lorsque débute son activité. Le statisticien ne saisit que certains éléments du plasma, les articulant par la série d’opérations que nous venons brièvement de passer en revue, dans le but d’ « exprimer » une population qui rendra possible une politique. L’auteur comprend le concept d’expression dans son sens philosophique, deleuzien, celui d’une articulation produisant des propriétés inédites. « Consolidation », « expression », « plasma » : on a ici le cœur de l’élaboration conceptuelle proposée par Emmanuel Didier. Symétriquement, le récit s’achève sur la « décomposition » de cette méthode des Correspondants, décomposition d’un mode d’intervention gouvernemental, sous les coups de la crise.

4Le deuxième récit montre comment les sondages aléatoires ont permis à « l’Amérique » de reprendre consistance, c’est-à-dire de stabiliser une population pour permettre une action politique efficace. Didier relate brillamment la transformation radicale des États-Unis en une vaste urne dans laquelle on tire des échantillons. Il n’est plus question de correspondants volontaires avec leurs règles de sommations et de lissage, mais de la théorie des sondages aléatoires stratifiés et de la production d’un Échantillon maître (Master sample), trésor d’ingéniosité : partant du mythique découpage du territoire américain en parcelles datant de la conquête de l’Ouest, le croisant avec des photographies aériennes et avec les cartes routières de la société Rand MacNally pour n’oublier aucune de ces parcelles, on obtient des unités assez petites pour saisir les fermes individuelles et assez standard pour couvrir l’Amérique toute entière. La narration devient particulièrement percutante lorsque l’on comprend que cette nouvelle méthode est conçue pour rendre possible, entre autres choses, des enquêtes sur les revenus des fermes tout en créant des groupes de fermes à partir de l’Échantillon maître, autrement dit de relier la gestion des fermes à un certain nombre de variables. Cette méthode permet aussi, en fonction du sous-échantillon choisi, de mener des études plus proprement géographiques, ou démographiques. Elle permet enfin de scruter de grandes unités géographiques, où les zones de fermages sont similaires, pour regarder comment les fermiers s’ajustent à l’intervention de l’État. Changement de méthode statistique, basculement radical du mode de gouvernement : nous sommes loin des fermiers individuels décidant de participer à la production de statistiques pour lutter collectivement et de manière coordonnée contre les spéculateurs. Désormais, des administrateurs se sont donnés de nouveaux objets, des séries de variables qui vont influencer la gestion des fermes ou l’ajustement à l’action du gouvernement. Toute une ingénierie sociale se met en place, tendue vers une détermination toujours plus précise du point d’application de l’intervention publique.

5Le troisième et dernier récit nous apprend que les statistiques urbaines, celles du chômage, ont connu une mutation similaire. Didier décrit un premier agrégat, qui se met en place en 1933 ; fidèle à l’argument, il parle des méthodes statistiques en nous faisant entrer dans la fabrique d’une politique, un « participationnisme pragmatique » nous dit-il, où les chômeurs eux-mêmes, via la nouvelle Civil Work Administration, produisent les chiffres les concernant, ce qui n’est pas sans rappeler la méthode des Correspondants. L’auteur décrit l’embauche des cadres au chômage, la taylorisation du travail d’enquête, la redistribution du pouvoir qu’entraîne une telle méthode statistique : l’administration fédérale (et ses procédures standardisées) prend le pas sur le clientélisme local (qui s’exerçait notamment dans le choix des chômeurs promus enquêteurs), ainsi que la réalisation d’une philosophie sociale pour laquelle le chômeur n’est plus considéré comme responsable de sa situation, mais est employé, sans condescendance, sans maternalisme, pour un travail d’enquête normalement rémunéré et correspondant à ses qualifications. Les années 1935-1936 voient poindre une critique forte de cette méthode de production des statistiques du chômage ; il leur est reproché de manquer d’objectivité puisque ceux qui comptent sont aussi ceux qui profitent de mauvais chiffres du chômage. Didier montre que s’affrontent ici, autour d’une méthode, deux conceptions de l’objectivité et de la démocratie : être objectif, est-ce épouser les intérêts du public ou au contraire viser le désintéressement ? Comme pour les statistiques agricoles, c’est la fin d’un mode de gouvernement qui associe statisticiens, administrateurs et population concernée. Le passage aux sondages aléatoires consolide une politique d’ingénierie sociale, visant le contrôle des masses et la prédiction (si on découvre que A entraine B, alors on peut contrôler B) en lui fournissant « une population stable, immobile, objectivée et purifiée de toute volonté collective ».

6On est en droit de formuler quelques interrogations sur cette ligne d’argumentation. D’abord, pourquoi faire revenir épisodiquement, comme outil analytique, la définition par Alain Desrosières de la méthode statistique comme chaîne : caractéristiques de la société - méthode statistique - mode d’action politique ? Une telle description semble aller contre l’argument, en réintroduisant des distinctions (entre le contenu cognitif, la méthode, et l’usage, le mode de gouvernement) que le récit s’ingénie à briser, montrant comment la réflexion la plus « méthodologique » participe de la consolidation d’une action politique.

7Sur « l’Amérique » ensuite. L’idée selon laquelle les statistiques relèvent de la prise de consistance d’un État souligne l’influence assumée de la sociologie de Luc Boltanski et Laurent Thévenot et plus largement du Groupe de Sociologie Politique et Morale (GSMP), notamment lorsqu’elle s’intéresse à la production des « gros êtres » (et, il faut bien le reconnaître, « l’Amérique » en est un). L’idée est séduisante, mais un peu étrange. Les acteurs eux-mêmes (puisque l’on parle de sociologie pragmatique) ne semblent pas, de manière claire, faire référence à « l’Amérique », et parfois Didier doit amender son propos (alors il est seulement question de « l’Amérique rurale », du marché du blé ou du maïs). En outre, si l’objet est « l’Amérique », sa nature, sa production comme un tout, ne faudrait-il pas compléter largement l’enquête par d’autres terrains que la statistique ? Selon nous, la référence à ce « gros être » brouille quelque peu l’argument ; il aurait gagné en robustesse s’il avait été assorti d’une investigation sur les concepts de population, de description, de conception de la société, comme fondement ou condition de possibilité d’une politique, d’un mode de gouvernement ; on voit qu’il est difficile sur ce point de ramasser le vocabulaire de l’auteur.

8Enfin, les concepts de plasma et d’expression suscitent également des interrogations. Leur utilisation semble réintroduire un dualisme que l’argument, formulé contre la théorie du miroir, cherche à abolir. Sans doute l’auteur, en recourant à cette terminologie, souhaite-t-il se protéger contre toute accusation de constructivisme primaire. Il n’est pas question pour Didier d’affirmer que les statistiques permettent de construire n’importe quelle population pour soutenir n’importe quelle politique. Il y a bien des choses, le plasma, que les statistiques expriment ; ces statistiques ne sont pas pure fiction, elles ne tirent pas leur objet du néant. Fallait-il pour autant recourir à une telle sophistication conceptuelle ? Le concept d’épreuve, étonnamment absent de l’ouvrage, n’a-t-il pas été conçu en partie pour montrer que des objets sont en jeu et qu’ils peuvent être têtus, faisant exploser certains assemblages ? Pourquoi ne pas s’appuyer sur lui, sachant qu’il est bien assimilé par la sociologie des sciences ? Le concept de plasma, que Didier rapporte à son origine, Prométhée façonnant les humains, Héphaïstos modelant Pandore avec de la terre trempée d’eau, laisse le lecteur perplexe : « Le plasma est ce qui se trouve sous la main de qui modèle, façonne » nous dit l’auteur ; il convoque par là tout un ensemble de références, d’ordre métaphysique, sur la création du monde, qui obscurcissent le propos plus qu’elles n’aident pour traiter directement la question de l’émergence de ces nouveaux objets de gouvernement que constitue le travail statistique. Le lecteur ne peut s’empêcher de remarquer que le troisième récit, sur les statistiques du chômage, fait l’économie de ces concepts, entrant plutôt dans la description détaillée des modes de gouvernement et surtout des canaux par lesquels les opérations statistiques les assemblent ; ce troisième récit étant particulièrement clair et percutant. Autrement dit, les meilleurs développements sont ceux qui rendent visible la fabrique d’une politique, ceux qui nous parlent de la population, des manières de la construire, des manières de consolider des objets de gouvernement, bref qui nous donnent une vision extrêmement originale et décapante de ce sur quoi on croyait avoir déjà tout lu, tout vu, tout entendu : le New Deal. Quant aux concepts philosophiques relatifs au problème général de la production du nouveau, ils nous semblent beaucoup moins pertinents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Yon, « Emmanuel Didier, En quoi consiste l’Amérique ? Les statistiques, le New Deal et la démocratie », Œconomia, 2-2 | 2012, 268-272.

Référence électronique

Guillaume Yon, « Emmanuel Didier, En quoi consiste l’Amérique ? Les statistiques, le New Deal et la démocratie », Œconomia [En ligne], 2-2 | 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1603

Haut de page

Auteur

Guillaume Yon

Centre de Sociologie de l’Innovation

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org