Navigation – Plan du site
Revue des livres
Comptes rendus

Christian Schmidt, Neuroéconomie. Comment les neurosciences transforment l’analyse économique

Nicolas Vallois
p. 481-485
Référence(s) :

Christian Schmidt, Neuroéconomie. Comment les neurosciences transforment l’analyse économique, Paris : Odile Jacob, 2010, 321 pages, ISBN 978-273812444-9

Texte intégral

Neuroéconomie. Comment les neurosciences transforment l’analyse économiqueAfficher l’image
Crédits : Editions Odile Jacob

1En 2007, Vernon Smith écrivait à propos de la neuroéconomie : «initialement, les nouveaux outils tendent à être appliqués à de vieux problèmes, mais […] leur importance ultime apparait lorsque ces outils changent la manière avec laquelle les gens pensent les problèmes de leur discipline, posent de nouvelles question, et développent des réponses qui n'auraient pas pu être pensables sans cette innovation technique» (Smith, 2007, 313). A terme donc, l'utilisation, en économie expérimentale, d'instruments empruntés à la neurobiologie devrait entraîner une modification radicale de la théorie économique. En 2011, Christian Schmidt juge sans doute que cette rupture s'est effectivement produite puisqu'il veut montrer dans son dernier ouvrage «comment les neurosciences transforment l'analyse économique».

2Quoique récente, la neuroéconomie est pourtant une discipline qui a déjà fait l'objet de plusieurs ouvrages d'introduction et de synthèse. Cependant, ces ouvrages sont le fait de chercheurs chercheurs qui n'ont pas, ou très peu, été formés à l'économie. C'est le cas notamment du livre pionnier en la matière, The Science of Neuroeconomics (2003) : son auteur, Paul Glimcher, n'est pas économiste mais spécialiste des neurosciences. En France, on peut également signaler la parution en 2008 par le philosophe Sacha Bourgeois-Gironde d'un ouvrage de vulgarisation intitulé Neuroéconomie: Comment le cerveau gère mes intérêts. Exception notable, le livre collectif de Glimcher et al. (2008) contient des articles écrits par des économistes mais il s'agit à chaque fois de contributions spécialisées sur une question méthodologique particulière ou sur un sous-programme de recherche au sein de la neuroéconomie.

3Les analyses de la neuroéconomie par des économistes sont donc assez rares. Elles donnent lieu le plus souvent à des études non-exhaustives, publiées sous la forme d'articles. Le livre de Christian Schmidt, intitulé sobrement Neuroéconomie - Comment les neurosciences transforment l’analyse économique, comble ainsi une lacune au sein de la littérature en analysant l'ensemble des résultats fournis par la neurobiologie du point de vue critique de l'économiste. Même si le livre vise également à séduire les économistes les plus sceptiques à l'égard de l'utilisation des scanners en économie expérimentale, l'auteur n'hésite pas à mettre en question la validité théorique des résultats obtenus et leur intérêt pour l'économie. Un certain nombre d'insuffisances méthodologiques sont pointées du doigt, notamment celles qui concernent l'analyse des données fournies par la neuroimagerie.

4Le livre intéressera aussi sans doute l'historien de la pensée économique. En effet, Christian Schmidt s'attache à comprendre les apports contemporains des neurosciences comme autant de réponses à des problèmes soulevés dans la théorie économique du choix rationnel au cours des 50 dernières années. Cet éclairage historique permet en retour d'expliquer et de justifier l'intérêt méthodologique des recherches actuellement entreprises. Par ailleurs, Christian Schmidt établit des liens entre la neuroéconomie et le passé plus lointain de la science économique. Certains de ces rapprochements sont assez connus – notamment avec Hume, ou avec The Sensory Order de Hayek –, mais Christian Schmidt met aussi en avant le rôle pionnier de contributions largement sous-estimées, comme celles du mathématicien Claude Berge par exemple.

5La première partie, introductive, traite de problèmes méthodologiques. Les approches de la décision par l'économie et la neurobiologie y sont distinguées. L'économie propose des modèles déductifs, conséquentialistes; tandis que les neurosciences sont adossées à des schémas d'explication en termes de modularité et de connexionisme. L'économiste s'intéresse au résultat final auquel aboutit un décideur confronté à un problème décisionnel, et, éventuellement, au raisonnement logique qui peut en rendre raison. Les neurobiologistes étudient quant à eux la manière avec laquelle une même tâche décisionnelle donne lieu à différents traitements cognitifs par des sous-systèmes cérébraux spécialisés. La transposition directe de problématiques spécifiques à l'économie en neurosciences est donc impossible. Ceci explique l'échec de tentatives naïves de synthèse entre économie et neurosciences, qui se contentent simplement de «superposer» les approches de la neurobiologie et celles de la théorie économique du choix en incertitude, dans le cas de Paul Glimcher, ou à celles de l'économie comportementale dans le cas de Colin Camerer. Cette partie du livre décrit donc l'élimination progressive de paradigmes méthodologiques inadéquats; elle peut se comprendre comme une première et intéressante contribution à l'histoire d'une discipline en cours d'émergence. A inverse de ces tentatives de synthèse réductionnistes, Christian Schmidt propose d'explorer de manière indirecte les articulations possibles entre la logique (économique) du choix rationnel et les mécanismes cognitifs qui guident ces choix, à l'appui notamment de la notion de «modèle mental» de Johnson-Laird (1983).

6La deuxième partie est consacrée au choix. Christian Schmidt introduit à ce propos un «paradigme Hume-Damasio» pour faire référence à l'importance des émotions dans l'approche du choix par les neuroéconomistes. L'étude de patients atteints de lésions du cortex préfrontal par Damasio notamment montre qu'un déficit «affectif» entraine une inaptitude généralisée à prendre des décision adaptées. Les émotions ne sont pas pour autant constitutives du choix rationnel, mais plutôt des prérequis ou conditions de la rationalité. Elles permettent notamment à l'individu de corriger ses erreurs d'anticipations et de jugement. Prenant l'exemple du regret, Christian Schmidt montre bien comment la dimension émotive constitue un apport des neurosciences. Plus généralement, la mise en évidence de l'importance des émotions conduit à mettre en avant le caractère temporel du processus de prise de décision. Le choix doit être compris en effet comme la projection d'expériences affectives passées dans l'avenir, pour anticiper les conséquences d'une action présente. La capacité de délibération en environnement incertain implique ou suppose donc celle de planifier les décisions dans le temps: le «temps des émotions» permet ainsi à la neuroéconomie de traiter de manière originale le problème du choix inter-temporel en économie à l'intérieur de la catégorie plus large de choix risqué.

7Dans la troisième partie, Christian Schmidt plaide en faveur d'un élargissement de la notion de «risque» en théorie de la décision, à l'appui des travaux récents en neurosciences. Les études expérimentales montrent en effet que le risque ne porte pas seulement sur l'incertitude qui accompagne les conséquences directes des choix, mais, sur «le fait même de choisir», sur le processus de prise de décision, qui implique en amont un choix entre plusieurs critères de rationalité. L'étude du risque en neuroéconomie approfondit ainsi des problématiques soulevées par la théorie de la décision depuis les années 1950. Elle permet en particulier de donner un éclairage original à toute une série d'anomalies expérimentales célèbres: paradoxe d'Allais, d'Ellsberg, etc.

8La dernière partie est consacrée au jeu et aux décisions interpersonnelles. À rebours d'une interprétation récente qui exclue la neurobiologie dite «sociale» de la neuroéconomie, Christian Schmidt veut montrer l'importance de ce champ de recherche pour l'économie, tout en soulignant de manière lucide les progrès restant à accomplir. L'hypothèse convaincante d'un «autre moi-même» suggère que la capacité à prévoir les intentions des autres joueurs repose sur une aptitude cognitive tout à fait particulière sur le plan cérébral. Il en résulte un enrichissement des interprétations possibles des jeux de coopération, et, plus généralement de tous les jeux impliquant une forme de coordination interindividuelle puisque les joueurs doivent être distingués suivant les «modèles mentaux» qu'ils utilisent pour comprendre les règles formelles des expériences.

9Le livre s'achève sur un épilogue, dans lequel l'auteur en appelle à une « neuroéconomie politique ». C'est la partie de l'ouvrage qui soulève le plus d'interrogations. Quelle leçon retenir, en effet, de l'ensemble des expériences de neuroéconomie ? L'unité thématique de l'ouvrage semble reposer sur la notion d'émotion. Or, comme le remarque lui-même Christian Schmidt, le concept d'émotion en neurosciences est en fait mal défini et peu opérationnel, et les travaux de Damasio sont aujourd'hui assez contestés. L'histoire de la neuroéconomie montre que les travaux fondateurs de la neuroéconomie portaient plutôt sur la notion de motivation. Comme le suggèrent certains rapprochements avec la phénoménologie esquissés dans le livre, c'est surtout le caractère intentionnel et délibératif du choix rationnel qui est susceptible de susciter l'intérêt conjoint des économistes et des neurobiologistes. L'ouvrage de Christian Schmidt pourrait donc être critiqué pour son insistance générale sur la dimension affective du choix, qui est parfois justifiée mais rend parfois les choses confuses. On peut regretter par exemple le traitement trop rapide du choix inter-temporel. Plutôt que de faire référence aux émotions, le problème de l’actualisation temporelle (temporal discounting) en neuroéconomie renvoie d'abord et surtout à l'idée d'une monnaie neuronale commune (common neural currency) (cf. Montague, 2002), c'est à dire à l'idée d'un module cérébral spécialisé dans l'évaluation des récompenses incertaines. La temporalité des décisions aurait donc pu être abordée pour elle-même, sans être incluse dans une référence plus large aux émotions.

10Même si certains auteurs, comme Vernon Smith, pourraient estimer qu'il est sans doute trop tôt pour juger du potentiel «révolutionnaire» des neurosciences en économie, il est pourtant légitime de chercher à déterminer l'apport spécifique des neurosciences à la théorie économique. Selon Christian Schmidt, deux dimensions fondamentales restent inexplorées par la neuroéconomie: l'individu et le collectif. Au niveau individuel, la neurobiologie doit en effet pouvoir proposer des modèles délibératifs qui autorisent un degré minimal de prédiction des choix. Ce problème n'est peut être pas le plus décisif car le classement des sujets selon le processus de prise de décision, en neuroéconomie comme en économie comportementale, permet bien d'introduire une certaine prédictibilité des comportements individuels. En revanche, est-ce que les modèles des neurosciences ont des conséquences pour la théorie économique au niveau agrégé ? Les liens avec une échelle «macro» apparaissent plus ténus. Cependant, certains auteurs ont récemment proposé d'articuler neuroéconomie et économie publique (Bernheim et Rangel, 2005), à partir de l'idée de paternalisme asymétrique (asymmetrical paternalism ou soft paternalism) empruntée à Colin Camerer et al. (2003). La régulation publique des comportements à partir des informations individuelles fournies par les neurosciences pourrait ainsi jeter les bases de cette «neuroéconomie politique».

Haut de page

Bibliographie

Gironde, Sacha. 2008. La neuroéconomie : Comment le cerveau gère mes intérêts. Paris : Plon.

Bernheim, Douglas B., et Antonio Rangel. 2005. From Neuroscience to Public Policy: A New Economic View of Addiction. Swedish Economic Policy Review, 12: 11-46.

Camerer, Colin, Samuel Issacharoff, George Loewenstein, Ted O’Donoghue, et Matthew Rabin. 2003. Regulation for Conservatives: Behavioral Economics and the Case for “Asymmetric Paternalism”. University of Pennsylvania Law Review, 151(3): 1211-1254.

Glimcher, Paul W. 2003. Decisions, Uncertainty, and the Brain: The Science of Neuroeconomics. Cambridge : The MIT Press.

Glimcher, Paul W., Colin F. Camerer, Russell A. Poldrack, et Ernst Fehr. 2008. Neuroeconomics: Decision Making and the Brain. Londres : Academic Press.

Johnson-Laird, Philip N. 1983. Mental Models: Towards a Cognitive Science of Language, Inference and Consciousness. Cambridge : Cambridge University Press.

Montague, P. Read. 2002. Neural Economics and the Biological Substrates of Valuation. Neuron, 36(2): 265-284.

Smith, Vernon L. 2007. Rationality in Economics: Constructivist and Ecological Forms. Cambridge : Cambridge University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Vallois, « Christian Schmidt, Neuroéconomie. Comment les neurosciences transforment l’analyse économique », Œconomia, 1-3 | 2011, 481-485.

Référence électronique

Nicolas Vallois, « Christian Schmidt, Neuroéconomie. Comment les neurosciences transforment l’analyse économique », Œconomia [En ligne], 1-3 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1558

Haut de page

Auteur

Nicolas Vallois

Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org