Navigation – Plan du site
Walras et l’intervention publique

Présentation : Walras et l’intervention publique

Jean-Pierre Potier
p. 347-350

Texte intégral

  • 1 Léon Walras, Studies in Applied Economics, 2 vols., Routledge, 2005, et Studies in Social Economics(...)

1Au mois de septembre 2010, l’Association internationale Walras célébrait, sous la double présidence de Pascal Bridel (université de Lausanne) et de Jean-Pierre Potier (université Lumière Lyon 2), le centenaire de la mort de Léon Walras (1834-1910). Cette double présidence tient d’abord au symbole car Walras, s’il est né français, a rédigé l’essentiel de son œuvre en Suisse, à Lausanne. En effet, recruté en 1870 par la faculté de droit de l’université de Lausanne à la chaire d’économie politique, il restera en Suisse jusqu’à sa mort, survenue à Clarens, sur les bords du lac Léman. Les successeurs de Walras, à commencer par Vilfredo Pareto, ont poursuivi l’œuvre du ‘maître de Lausanne’ perpétuant une tradition aujourd’hui vivante grâce notamment au Centre interdisciplinaire Walras-Pareto (université de Lausanne) et au laboratoire Triangle (E.N.S. de Lyon - université Lumière-Lyon 2). Les membres de ce dernier ont largement contribué à l’avancée des études walrassiennes en préparant et amenant à son aboutissement la publication des œuvres complètes d’Auguste et de Léon Walras. Signalons d’ailleurs la traduction en anglais, en 2005, des Etudes d’économie appliquée, par Jan van Daal, et, en 2010, des Etudes d’économie sociale, par Jan Van Daal et Donald A. Walker, sous les titres respectifs de Studies in Applied Economics et Studies in Social Economics1.

  • 2 Une première version de ces articles a été présentée au 7e Colloque de l’Association internationale (...)

2La revue Œconomia – Histoire / Epistémologie / Philosophie a souhaité participer à la célébration de ce centenaire en proposant de publier un dossier rassemblant des contributions originales sur un thème peu traité dans les études walrassiennes2.

3Les trois articles de ce dossier consacré à Léon Walras abordent un thème relativement négligé des études walrassiennes : la question de l’intervention publique – sa légitimité, son efficacité, ses modalités – lorsque le marché walrassien, pour des raisons diverses, ne peut faire aller de pair l’efficacité et la justice. La question est d’autant moins marginale pour Walras que celui-ci l’a traitée sous des angles divers, souvent au travers de sujets polémiques bien délimités, presque appliqués (sur la propriété intellectuelle ou sur le travail, par exemple), parfois aussi dans des termes théoriques généraux s’inscrivant dans une théorie générale du fonctionnement – et du dysfonctionnement – des marchés, une approche que l’on qualifierait aujourd’hui d’économie publique, faisant place aux différentes notions de monopoles et aux fondements de l’intervention de l’Etat. Qu’il s’agisse d’économie pure, d’économie appliquée ou d’économie sociale, l’unité d’ensemble de la démarche walrassienne tient au fait que Walras y articule les critères de l’intérêt (ou de l’utilité) et de la justice. Outre l’unité d’ensemble qui traverse les différentes contributions de ce dossier, leur lecture montre que, sur certains aspects, il reste des éléments à redécouvrir dans l’œuvre du maître de Lausanne. 

4Dans son article « Walras et l’économie publique », Alain Béraud nous rappelle que Léon Walras tire de ses théorèmes de satisfaction maxima la conclusion qu’il existe des exceptions à la libre concurrence au moins dans deux cas de figure : le premier cas renvoie à des conditions techniques de production rendant impossible son fonctionnement (« monopoles économiques ») ; le second cas renvoie aux caractéristiques de certains biens ne permettant pas aux individus d’en évaluer l’utilité sociale : ici l’État serait fondé en droit naturel à les produire (« monopoles moraux »). Prédécesseurs et contemporains de Walras étudient le premier cas sous le nom de monopoles naturels et le second sous le nom de biens et services publics. En particulier, l’article montre la distance entre l’analyse des biens publics d’Ugo Mazzola et celle de Léon Walras, compte tenu de l’approche anti-individualiste de l’État défendue par ce dernier. Alain Béraud revient aussi sur le cas des chemins de fer au double statut, monopole économique et service public. Si le maître de Lausanne rédige l’étude « L’État et les chemins de fer » en 1875, il ne parvient à le publier que plus de vingt ans après, mais sans y apporter de changements substantiels alors que le contexte français, à la fois politique et économique, a notablement changé. Alain Béraud se penche sur l’évolution du contexte historique et confronte les arguments de Walras qui justifient l’intervention de l’État et ses critères de tarification à ceux défendus par les ingénieurs français des Ponts et Chaussées (Jules Dupuit, Clément Colson, Armand Considère).

5L’article de Jérôme Lallement, « La propriété intellectuelle selon Walras : entre monautopole et majorat littéraire », nous plonge dans l’intense débat qui s’est développé en France essentiellement autour du milieu du xixe siècle, dans lequel interviennent, outre quelques écrivains célèbres, des auteurs tels que Louis Blanc, Frédéric Bastiat, Pierre-Joseph Proudhon et Jules Dupuit. Sur la question de la propriété intellectuelle, deux conceptions radicalement opposées s’affrontent régulièrement : une conception issue de la tradition lockienne selon laquelle cette propriété constitue un droit naturel inaliénable (par exemple, Bastiat et Jean-Baptiste Jobard, défenseurs du « monautopole ») et une conception qui soumet ce droit de propriété à l’utilité sociale (par exemple, Dupuit, qui se réclame d’une tradition remontant notamment à Pascal, Montesquieu, Mirabeau et Bentham). La contribution de Walras à ce débat reste largement méconnue dans la littérature secondaire. En 1859, Léon Walras consacre à cette question sa première contribution au Journal des économistes en rendant compte du livre De la propriété intellectuelle de Victor Modeste, Frédéric Passy et Prosper Paillottet. Reformulant les conclusions des auteurs, il défend du point de vue de la justice un droit de propriété intellectuel naturel, illimité et perpétuel des auteurs sur leurs œuvres. Or, plus de vingt ans plus tard, en 1880, dans un autre article portant sur la même question, Walras conclut désormais qu’il ne faut pas trancher dans un sens exclusif et que le droit de propriété intellectuel doit découler d’un monopole privé temporaire créé par la loi (propriété littéraire et artistique et brevets) pour des motifs à la fois d’utilité sociale et de justice. Or, entre 1859 et 1880, le cadre général walrassien de l’analyse de la richesse sociale et de la théorie de la propriété demeure identique. Dans ses écrits ou dans sa correspondance, Walras ne s’est jamais expliqué sur cette volte-face. Jérôme Lallement cherche à en comprendre les motifs. Finalement, il suggère une autre piste pour comprendre l’attitude de Walras : déjà en 1859, il ne semblait pas adhérer au droit de propriété perpétuel, défendu par les disciples de Bastiat. Un curieux passage à la fin de son article suggérant que le droit d’auteur devrait être limité dans le temps laisserait entrevoir son double jeu !

6On sait combien Léon Walras s’était préoccupé durant toute sa vie de la « question sociale », niée ou sous-estimée d’après lui par les libéraux et très mal résolue dans les projets des socialistes, quelles que soient leurs orientations théoriques. On sait moins que Walras s’intéressait au fonctionnement du marché du travail, au rôle des syndicats ouvriers, à la législation sociale que l’État devrait mettre en place. Jean-Pierre Potier examine ces questions dans « Marché du travail et législation sociale dans la pensée de Léon Walras ». En 1859, le jeune Walras défend une approche optimiste « à la Bastiat » du fonctionnement du marché du travail qui serait spontanément organisé et il répond point par point aux attaques de Louis Blanc exposées dans sa brochure Organisation du travail. Toutefois, dans les écrits rédigés durant les années 1866-1868, durant lesquelles il est engagé théoriquement et pratiquement dans le mouvement de la coopération, Walras modifie déjà son analyse et utilise une distinction entre un fonctionnement « normal » et un fonctionnement « anormal » du marché du travail. Après son installation à Lausanne en 1870, ses idées évoluent encore, en particulier sur la nécessaire organisation par l’État de ce marché. L’étude synthétise aussi les principales idées de Walras sur les coalitions ouvrières, sur les grèves et les moyens de résoudre les conflits sociaux, compte tenu de l’évolution du cadre institutionnel français. Walras juge nécessaire l’instauration d’une législation étatique sur les conditions de travail qui pourrait même faire l’objet d’une « entente internationale », évitant par là tout « dumping social ». Bien éloigné de la perspective de l’État providence, de l’« État nourrice », Walras critique les systèmes d’assurances obligatoires instaurés sous l’égide de l’État, comme par exemple en Allemagne sous Bismarck durant les années 1880. Selon lui, l’assurance, tout comme la coopération, relève de l’initiative individuelle et non de l’initiative collective ; les travailleurs doivent pouvoir librement s’assurer, s’ils le souhaitent, contre le chômage, la maladie, les accidents, la vieillesse et ils doivent préférer l’assurance mutuelle. Trois perspectives lui paraissent importantes pour l’amélioration du revenu des travailleurs : la limitation de la hausse de la population ouvrière, l’éducation et le développement des coopératives. Mais au-delà de ces moyens, Walras en revient toujours à la solution pratique de la « question sociale » : sur le terrain de l’économie appliquée, organiser les monopoles économiques (mines, chemins de fer…) et, sur le terrain de l’économie sociale, viser à la disparition des impôts (qui grèvent directement ou indirectement les salaires des travailleurs) au moyen du rachat des terres par l’État.

Haut de page

Notes

1 Léon Walras, Studies in Applied Economics, 2 vols., Routledge, 2005, et Studies in Social Economics, Routledge, 2010.

2 Une première version de ces articles a été présentée au 7e Colloque de l’Association internationale Walras, intitulé Léon Walras (1834-1910). Colloque du Centenaire, organisé par le Laboratoire Triangle à l’université Lumière-Lyon 2, les 9-11 septembre 2010. Notons ici qu’une sélection des communications à ce colloque sera publiée dans un ouvrage en préparation sous la responsabilité de Pascal Bridel, Arnaud Diemer et Jean-Pierre Potier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Potier, « Présentation : Walras et l’intervention publique », Œconomia, 1-3 | 2011, 347-350.

Référence électronique

Jean-Pierre Potier, « Présentation : Walras et l’intervention publique », Œconomia [En ligne], 1-3 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 22 juin 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1503

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Potier

Université Lumière-Lyon 2 - Triangle – UMR 5206 du CNRS. Jean-Pierre.Potier@ish-lyon.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org