Navigation – Plan du site
Revue des livres

Cyril Hedoin, L’institutionnalisme historique et la relation entre théorie et histoire en économie

Jean-Jacques Gislain
p. 253-257
Référence(s) :

Cyril Hedoin, L’institutionnalisme historique et la relation entre théorie et histoire en économie, Paris, Classiques Garnier (Bibliothèque de l’économiste), 2013, 236 pages, ISBN 978-2-8124-1416-9.

Texte intégral

L’institutionnalisme historique et la relation entre théorie et histoire en économieAfficher l’image
Crédits : éditions Classiques Garnier

1Professeur de sciences économiques à l’Université de Reims-Champagne-Ardennes, Gyril Hedoin présente dans cet ouvrage une version actualisée de sa thèse de doctorat en histoire de la pensée économique soutenue en 2009. Il s’agit bien effectivement d’une « thèse » et elle est assez forte et originale. Entre les programmes de recherche de l’économie marginaliste néoclassique et de l’économie marxiste, il y aurait une « troisième voie », celle de l’économie l’institutionnalise historique (15; 397-398) dont l’auteur se propose de retracer les contributions majeures des pères fondateurs.

2Pour regrouper ces derniers en une « troupe », pour utiliser l’expression fameuse de J. A. Schumperter, Hédoin mobilise l’épistémologie du mathématicien Imre Lakatos mais il avertit le lecteur que « la présente étude n’est pas une application de la méthodologie des programmes de recherche scientifique définie par Lakatos mais s’en approprie deux idées fondamentales : la notion de reconstruction rationnelle et le postulat que l’on peut caractériser un programme de recherche par un noyau dur, c’est-à-dire un ensemble de principes » (15).

3La reconstruction rationnelle dont il est question repose sur la relation théorie-histoire et se décline selon le double mouvement de l’historicisation de la théorie et de la théorisation de l’histoire. Le premier consiste à considérer que la théorisation économique ne peut pas échapper au fait que l’économie est un fait historique contingent et donc changeant. Le second est que l’histoire est un objet incontournable au centre de la théorie économique et que cette dernière, en conséquence, ne peut échapper à la nécessité de théoriser l’histoire. Chacun de ces mouvements se caractérise par trois principes irréfutables, donc six au total, constitutifs du noyau dur du programme de recherche de l’institutionnalisme historique.

4Dans le premier mouvement, lié à l’historicisation de la théorie, l’auteur propose les trois principes suivants:

  1. La prise en compte et le traitement par la théorie économique du problème de la spécificité historique. Ce principe interdit donc l’universalisme à la théorie économique.

  2. L’adoption de l’institutionnalisme méthodologique et donc le rejet du clivage individualisme-holisme méthodologiques. Ce principe établit un continuum méthodologique entre les théories de l’action et de l’institution économiques.

  3. L’utilisation d’une méthodologie liant construction idéal-typique et inférence abductive. Ce principe permet de rendre compréhensible la réalité grâce à des interprétants et il conduit à ce que les résultats théoriques soient toujours plus ou moins contingents.

5Pour le second mouvement, lié à la théorisation de l’histoire, ce sont les trois principes suivants qui sont retenus:

  1. Le principe d’économie substantive qui s’oppose à celui d’économie formelle. Ce principe signifie que l’économie est essentiellement orientée vers la satisfaction des besoins matériels et qu’elle s’inscrit dans une réalité matérielle ou le cadre institutionnel joue un rôle fondamental dans l’activité économique.

  2. Une perspective évolutionnaire sur le caractère perpétuellement changeant des institutions économiques. Dans une optique darwinienne, ce principe implique que la théorie économique a un objet soumis à une évolution indéterminée et contingente. En conséquence, la méthode d’analyse économique doit elle-même être évolutionnaire.

  3. Le capitalisme est un système économique historique et spécifique. Ce principe signifie que le capitalisme doit être théorisé dans sa spécificité par rapport à d’autres systèmes économiques historiques, en particulier concernant son cadre institutionnel.

6La troupe réunie par C. Hédoin, car censée partager ces principes, se compose de deux allemands, le chef de file de la toute jeunes école historique allemande, Gustav von Schmoller (1838-1917) et l’un des deux fondateurs de la sociologie moderne Max Weber (1864-1920); de deux économistes états-uniens initiateurs de l’institutionnalisme, Thorstein Veblen (1857-1929) et John Commons (1862-1945); et d’un économiste hongrois émigré Karl Polanyi (1886-1964).

7C’est sur la base du double mouvement de l’historicisation de la théorie (première partie) et de la théorisation de l’histoire (seconde partie) et de ces six principes (un par chapitre) que se structure le plan d’exposition de l’ouvrage, la première partie faisant un peu exception.

8En effet, le premier des six chapitres est consacré aux deux fondements philosophiques, le néokantisme allemand et le pragmatisme américain, de l’institutionnalisme historique. Ce chapitre est sans doute le plus hétérodoxe et original de l’ouvrage. Contrairement à l’opinion de J. Schumpeter, s’étant imposée à de nombreux historiens de la pensée économique et selon laquelle l’histoire de l’analyse économique n’est en rien redevable à la philosophie de l’époque contemporaine, Hédoin défend la conception selon laquelle ces philosophies ont un impact significatif sur les théories économiques contemporaines appartenant au programme de recherche institutionnaliste historique. L’auteur ne nous dit pas si cela s’applique à tous les programmes de recherche en économie mais concernant celui qui l’intéresse il tente une démonstration. Le néokantisme allemand, en particulier celui qui s’exprime chez Wilhelm Dilthey, aurait eu une influence décisive sur Gustav von Schmoller et Max Weber, en particulier concernant les idées selon lesquelles les sciences historiques et de la culture, dont fait partie l’économie, ont pour but non l’explication causale mais la compréhension et doivent s’attacher à la spécificité historique de leur objet. De son côté, le pragmatisme américain, celui de Charles Sanders Peirce, William James et John Dewey, aurait eu une influence décisive sur Thorstein Veblen et John Commons, en particulier concernant les théories de la connaissance et de l’action pragmatistes. Ce chapitre est bien documenté et argumenté et prépare les suivants où sont examinés en détails ces influences; dans le second, l’influence du néokantisme sur Schmoller et Weber et dans le troisième, celle du pragmatisme sur Veblen et Commons. Ces deux chapitres ont aussi pour vocation de montrer comment les cinq auteurs choisis adhèrent aux trois premiers principes, ceux de l’historicisation de la théorie. L’exercice n’est qu’en partie réussi car tous les auteurs choisis ne sont pas aussi facilement rattachables à chacun des trois premiers principes. Par exemple, Karl Polanyi, avec son approche structuraliste des systèmes économiques, se range assez mal sous le premier principe de la spécificité historique, le capitalisme n’étant pour lui qu’une des variétés de sa typologie des systèmes économiques. On peut difficilement soutenir, comme le fait l’auteur, que, concernant le second principe, Max Weber soit un institutionnaliste méthodologique et non un individualiste méthodologique. Il serait aussi difficilement soutenable, ce que n’ose pas faire l’auteur, que Schmoller utilise, selon le troisième principe, une méthodologie liant construction idéal-typique et inférence abductive. Dès que l’on approfondit un petit peu la correspondance entre les trois premiers principes et les cinq auteurs, les difficultés commencent et l’auteur a parfois l’honnêteté de reconnaitre ces difficultés.

9Ces difficultés se retrouvent aussi dans la seconde partie de la thèse concernant la théorisation de l’histoire. En effet, Veblen, qui n’est pas abordé dans le quatrième chapitre, se prêterait mal à une interprétation en termes d’économie substantive. Chez Veblen ce sont les relations de pouvoir et non des préoccupations de satisfaction des besoins qui guident l’activité économique propriétarienne. Dans le chapitre suivant, qui concerne le principe d’analyse évolutionnaire, Schmoller et surtout Weber n’y sont pas intégrés car il serait effectivement bien difficile de trouver chez ces auteurs quelques traces d’une telle analyse. Enfin, c’est dans le dernier chapitre, dans lequel étrangement Schmoller n’est pas abordé et qui a trait au dernier principe, celui de la spécificité historique du capitalisme, que les auteurs choisis peuvent être le mieux fédérés.

10C’est donc bien la thèse centrale qui pose problème et ceci à plusieurs égards. Tout d’abord, on comprend mal le choix partiel du cadre épistémologique lakatossien. Ce dernier est d’autant plus paradoxal qu’il s’agit d’une épistémologie des sciences, donc à prétention universaliste, alors que Cyril Hédoin nous explique très bien – notamment lorsqu’il présente la philosophie néokantienne dans le premier chapitre –, que les approches qui retiennent son attention sont culturelles et historiques. De plus, recourir à un telle « méta » épistémologie est totalement contraire au contenu même des principes présentés comme le « noyau dur » de l’approche institutionnaliste historique (historisme, optique évolutionnaire, abduction, etc.). De même, la méthode de « rationalisation » pour construire ce noyau dur est totalement contraire à ces principes. Ces interrogations sur la pertinence d’un tel cadre épistémologique nous conduisent alors à nous questionner sur la solidité de la thèse principale : l’existence d’un « programme de recherche » institutionnaliste historique composé des œuvres de ces cinq économistes.

11Nous avons déjà noté combien il était difficile de faire « entrer » tous ces économistes dans chacune des « cases » correspondant aux six principes. Nous pensons que cela est fondamentalement dû à la volonté de Hédoin d’accoler « institutionnalisme » et « historique » pour caractériser les contributions de sa troupe. Si on conserve uniquement le caractère « institutionnaliste », on n’obtient stricto sensu que deux auteurs mentionnés, Veblen et Commons, auxquels il faudrait ajouter, au moins, Wesley Clair Mitchell (1874-1948), Clarence Edwin Ayres (1891-1972) et John Kenneth Galbraith (1908-2006). En revanche, si on retient comme Hédoin une conception large de l’ « institutionnalisme » en rapport avec une définition étendue des institutions comme «  des systèmes de règles et de normes sociales structurant les interactions sociales » (19), alors de très nombreux auteurs entrent dans cette catégorie, y compris les néo-institutionnalistes actuels.

12Si maintenant on s’attache au caractère historiciste des auteurs choisis, on n’obtient stricto sensu qu’un seul auteur mentionné, Schmoller. Veblen et Commons ont des approches évolutionnaires, comme le montre d’ailleurs très bien Hédoin, ce qui est somme toute assez différent de l’approche historiciste défendant une théorie de l’histoire. L’approche évolutionnaire n’est pas un déterminisme historique. De leur côté, Max Weber et Karl Polanyi ont certes une approche historique (le premier mouvement de l’historicisation de la théorie) mais pas à proprement parler une approche historiciste (le second mouvement de théorisation de l’histoire). S’il fallait recenser les grands économistes historicistes, il est clair que Marx (1818-1883) serait incontournable. Concernant les économistes historistes (premier mouvement de l’historicisation de la théorie), pour ne prendre que les plus emblématiques, Sismondi (1773-1842), Spiethoff (1873-1957), Sombart (1863-1941) et Schumpeter (1883-1950) devraient figurer dans cette catégorie.

13En somme, les ensembles d’économistes « institutionnalistes », « historistes » et « historicistes » ont certes des intersections, dont on pourrait faire de multiples combinaisons, mais ne se recoupent pas exactement. La tentative d’Hédoin pour proposer l’une de ces combinaisons comme « troisième voie » à la théorie économique est louable mais supporte difficilement la critique.

14Malgré ces difficultés concernant la thèse centrale, Hédoin livre la marchandise concernant l’étude spécifique de chacun des auteurs choisis. Ses argumentaires sont le plus souvent solides et bien documentés. Certaines prises de risque sont totalement assumées comme, par exemple, l’intégration de Max Weber dans la troupe des économistes institutionnalistes historiques ou encore la lecture bien particulière de l’embeddeness polanyien. Tout lecteur intéressé à l’histoire de la pensée économique hétérodoxe y trouvera sans conteste du grain à moudre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Jacques Gislain, « Cyril Hedoin, L’institutionnalisme historique et la relation entre théorie et histoire en économie », Œconomia, 5-2 | 2015, 253-257.

Référence électronique

Jean-Jacques Gislain, « Cyril Hedoin, L’institutionnalisme historique et la relation entre théorie et histoire en économie », Œconomia [En ligne], 5-2 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1490

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Gislain

Crises, Québec, Jean-Jacques.Gislain@rlt.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org