Navigation – Plan du site
Varia

Veblen et son actualité : sélection multi-niveaux et darwinisme généralisé

Veblen's contemporary relevance: Multilevel selection and generalized Darwinism
Cyril Hédoin
p. 179-207

Résumés

Cet article montre comment Thorstein Veblen a mobilisé les principes darwiniens pour étudier les mécanismes d’évolution socioéconomiques. On souligne notamment le rôle dual que Veblen fait jouer aux institutions, à la fois facteurs et unités de sélection, ce qui le conduit à mettre en avant un processus de coévolution entre institutions et habitudes. On montre alors que l’économie évolutionnaire de Veblen est porteuse d’idées concernant la sélection multi-niveaux, c’est à dire la possibilité que la sélection naturelle opère à d’autres niveaux que celui de l’individu, ainsi que concernant la généralisation du darwinisme. Ces deux thèmes sont centraux dans les débats contemporains en économie et en anthropologie évolutionnaires.

Haut de page

Texte intégral

1Economiste iconoclaste critique féroce de l’économie néoclassique alors naissante à la fin du XIXème siècle, Thorstein Veblen (1857-1929) est aussi l’un des fondateurs de l’institutionnalisme américain. Ce courant de pensée, qui a constitué l’approche dominante aux Etats-Unis dans les années 1920 et 1930, se singularise à l’époque par la mise en avant systématique du rôle et de l’importance des institutions dans les phénomènes socioéconomiques. Au-delà de cet intérêt pour l’objet « institution », alors totalement négligé par la théorie économique, l’institutionnalisme américain se distingue aussi par ses présupposés philosophiques et méthodologiques, en partie hérités de la philosophie pragmatiste américaine (Hodgson, 2004), qui conduisent ses représentants à se positionner à l’encontre de toute entreprise théorique à visée universaliste et axiomatique.

  • 1 On peut notamment penser ici à John R. Commons (1934) avec toutefois comme différence fondamentale (...)

2 Bien qu’il ait été à bien des égards l’initiateur de l’institutionnalisme avec son article « Why is Economics Not an Evolutionary Science » (Veblen, 1898), Thorstein Veblen occupe une place à part au sein de ce courant. On peut ainsi remarquer que Veblen ne s’est jamais revendiqué comme « institutionnaliste », ou même qu’il n’a jamais utilisé le terme « d’institutionnalisme ». Plus fondamentalement, l’approche de Veblen se distingue au sein de l’institutionnalisme par son usage récurrent de la perspective et des concepts darwiniens. Il s’agit d’ailleurs du message central de son article programmatique de 1898 : la science économique n’est pas une « science évolutionnaire » car elle n’a pas encore pris la mesure de la révolution darwinienne inaugurée par les travaux du naturaliste britannique sur l’évolution des espèces. Même si l’objectif réel poursuivi par Veblen par le biais de cet article reste incertain (voir, pour comparaison, Lawson, 2002 et Samuels, 1990), il en ressort malgré tout une idée force : l’économie comme science doit viser à l’explication de l’évolution et de la croissance des institutions socioéconomiques ; la réalisation de cet objectif passe par l’utilisation des catégories de pensée darwiniennes, selon lesquelles il existe un réel processus de « sélection naturelle » opérant au niveau culturel et économique. Si quelques autres institutionnalistes ont par la suite incorporé certains principes darwiniens dans leurs analyses1, Veblen reste le seul à avoir procédé à une incorporation systématique des catégories darwiniennes.

3 C’est cette singularité des travaux de Veblen qui nous intéresse ici. Nous ne chercherons toutefois pas à savoir en quoi l’importation du darwinisme en économie par l’économiste américain se distingue de celle proposée par d’autres auteurs, économistes ou sociologues, qui lui sont contemporains. On ne cherchera pas non plus à déterminer pour quelle(s) raison(s) le programme de recherche de Veblen a été si peu suivi, y compris par les économistes se revendiquant de son héritage intellectuel. Cet article vise deux autres points complémentaires. Il s’agit d’abord de préciser la manière dont Veblen conçoit l’évolution des institutions et comment il utilise dans ce cadre les catégories darwiniennes. On va notamment s’attacher à souligner le rôle dual que Veblen fait jouer aux institutions, à la fois comme facteur et comme unité de sélection. Ce sera l’objet de la première partie de l’article. Dans une seconde partie, on cherchera à déterminer dans quelle mesure la perspective évolutionnaire de Veblen constitue une première tentative de généralisation du darwinisme telle qu’elle est proposée aujourd’hui par certains économistes et philosophes (cf. Aldrich et al., 2008). De ce point de vue, la contribution de Veblen est de nature à éclairer un certain nombre de débats contemporains en économie évolutionnaire,

4Si nous insistons sur le lien entre les travaux de Veblen et les développements contemporains en économie et en philosophie sur la nature et les mécanismes de l’évolution socioculturelle, c’est parce qu’elle nous semble justifiée au moins à deux titres. D’une part, au regard de l’importance des débats ontologiques et méthodologiques contemporains en économie évolutionnaire Ces débats, qui renvoient notamment à l’opposition entre « l’hypothèse de continuité » et le « darwinisme généralisé » semblent indiquer un manque d’unité au sein du programme de recherche de l’économie évolutionnaire. Revenir aux travaux de Veblen permet de relativiser cette opposition. D’autre part, il faut noter que l’attention croissante portée aux mécanismes de l’évolution économique ou socioculturelle ne concerne pas que l’économie évolutionnaire « hétérodoxe ». Les importants développements théoriques dans le cadre de la théorie des jeux évolutionnaires depuis près de 30 ans attestent que de plus en plus d’économistes « standards » (et plus particulièrement les théoriciens des jeux) voient dans l’approche évolutionnaire un moyen de dépasser les apories du concept de rationalité. Dans une autre contribution (Hédoin, 2010), nous avons montré que l’économie évolutionnaire de Veblen pouvait au moins partiellement être reformulée à l’aide de jeux évolutionnaires. Le présent article vise ainsi à apporter des éléments supplémentaires à l’idée que l’œuvre de Veblen peut relier toutes les pensées évolutionnaires en économie.

1. La théorie de l’évolution culturelle de Veblen : classe de loisir et processus des machines

  • 2 Voir Hodgson (2008) pour une analyse exhaustive du vocabulaire darwinien mobilisé par Veblen. Il y (...)

5 Les travaux de Veblen datant de la période 1898-1914, de loin la plus prolifique intellectuellement pour cet auteur (Hodgson, 2004), aboutissent à ce que l’on peut appeler une théorie de l’évolution culturelle. Autrement dit, on discerne dans les écrits de Veblen une tentative de restituer les processus sous-jacents à l’évolution des institutions des sociétés occidentales. D’une certaine manière, on peut même arguer que le projet de Veblen était similaire à celui d’un autre socio-économiste qui lui était contemporain, l’allemand Max Weber : comme pour ce dernier, il s’agit pour Veblen de mettre en avant l’existence d’un processus de rationalisation des comportements et des institutions, , certes très différent de celui dont rend compte Weber, et qui surtout ne trouve pas son apogée dans le système capitaliste (Hédoin, 2009). A la différence de Weber, l’explication causale chez Veblen est authentiquement « darwinienne », ou à tout le moins repose explicitement sur un ensemble de concepts darwiniens tels que ceux de « sélection », « adaptation » ou « hérédité »2. De ce point de vue, trois points doivent être mis en avant : la coexistence de la nature et de la culture dans la théorie de l’évolution culturelle de Veblen (1.1), le rôle dual joué par les institutions dans l’évolution socioéconomique (1.2), rôle qui débouche sur l’existence d’une coévolution institutions/habitudes (1.3).

1.1 Nature et culture dans la théorie de l’évolution culturelle de Veblen

6Les premières incursions du darwinisme dans les sciences sociales n’ont pas été heureuses, puisqu’ayant abouti au courant du darwinisme social, dont un contemporain de Veblen, Herbert Spencer, a été l’une des figures de proue. Le darwinisme social est une interprétation réductionniste – et, au final, erronée – du darwinisme consistant à réduire les différences socioculturelles séparant les différentes communautés humaines à la dotation génétique des individus les composants. Les thèses du darwinisme social ont été très diffusées durant la seconde moitié du XIXème siècle, et ont constitué un support à des idées xénophobes et racistes. Dans la mesure où Veblen élabore sa théorie à une époque où les écrits de Darwin sont encore largement méconnus et le darwinisme social largement populaire, il est important de souligner que la perspective évolutionnaire de l’économiste américain s’écarte de tout réductionnisme biologique.

  • 3 Toutes les citations des travaux de Veblen sont traduites par l’auteur, à l’exception de celles iss (...)

7 Il est maintenant relativement bien établi qu’en mobilisant le vocabulaire darwinien, Veblen n’a pas entendu procéder à une quelconque forme de réductionnisme biologique (Hodgson, 1998, 2004 ; Rutherford, 1998 ; Tilman, 1996). Dans le premier chapitre de l’ouvrage The Instinct of Workmanship and the States of the Industrial Arts , Veblen (1914) tente le plus explicitement de proposer une articulation entre les déterminants biologiques et les déterminants culturels de l’évolution socioéconomique. La relation entre nature et culture y est précisée au travers des concepts clés d’instinct, d’habitude et d’institution. Veblen indique ainsi que les instincts déterminent les objectifs poursuivis par les individus et constituent par conséquent des contraintes au comportement humain : « Une enquête génétique sur les institutions va s’intéresser à la croissance des habitudes et des conventions en tant qu’elles sont conditionnées par l’environnement matériel et les propensions innées de la nature humaine ; ces propensions innées, qui ont un effet sur la croissance culturelle, peuvent avantageusement être qualifiées  ‘d’instincts’. » (Veblen, 1914, 2-3)3 En tant que « propensions innées », les instincts sont le résultat de la dotation génétique de l’espèce humaine, laquelle est le produit de millions d’années d’évolution au travers du mécanisme de la sélection naturelle. Pour autant, les comportements humains ne se réduisent pas à ces déterminants génétiques. Ainsi que Veblen l’indique, l’accumulation de connaissances au sein d’une communauté tend en effet à rendre les comportements de plus en plus indépendants de leurs fondements biologiques. Plus précisément, à côté des instincts, les habitudes de pensée (habits of thought) jouent un rôle de plus en plus crucial au fur et à mesure que le stock de connaissances s’accroît :

Plus le degré d’intelligence est élevé et plus le stock de connaissances disponibles est important dans une communauté donnée, plus la relation entre ces impulsions et leur réalisation sera élaborée et complexe, et plus l’appareil des expédients et les ressources utilisés pour atteindre ces fins instinctivement recherchées seront diversifiés et compliqués. Cet ensemble de moyens disponibles pour poursuivre tout ce qui peut en valoir la peine est en substance uniquement une affaire de tradition provenant du passé, un héritage des habitudes de pensée accumulées au travers de l’expérience des générations passées. (Veblen, 1914, 6-7)

8Très marqué sur ce point par la philosophie pragmatiste (Dewey, 1922) et la psychologie des habitudes et des instincts développée notamment par William James et William McDougall (voir Twomey, 1998), Veblen défend ainsi l’idée que dans sa quête de satisfaction de ses besoins innés, l’Homme s’appuie très largement sur un ensemble d’habitudes de pensée et d’action qui sont autant de prédispositions comportementales à adopter un certain comportement dans une situation donnée. Si ces habitudes ont une origine biologique – la capacité cognitive de formation d’habitudes est elle-même le résultat de l’évolution génétique et les habitudes sont formées dans le but d’atteindre des objectifs fixés par les instincts, elles possèdent néanmoins une relative indépendance dans la mesure où elles tendent à se réifier sous la forme d’institutions sociales. En acquérant une forme d’objectivité, les normes et conventions sociales amènent les individus à adopter des comportements dont on ne peut trouver une explication dans leur dotation génétique. Les institutions, que Veblen définit comme des habitudes de pensée dominantes au sein d’une société (Veblen, 1899a, 125), constituent ainsi la matrice culturelle d’une société. Une institution est ainsi un effet émergent des instincts et des habitudes et acquiert une existence propre, partiellement indépendante des comportements et de leurs déterminants qui lui ont donné naissance (Veblen, 1914, 7 et 39).

9Il apparait que la distinction entre institutions et habitudes n’a rien d’évident et, de fait, une certaine confusion traverse les écrits de Veblen sur ce point. Veblen ne définit ainsi à aucun moment de manière précise le concept d’habitude. Toutefois, si l’on en retient la définition pragmatiste telle qu’on la trouve notamment chez Dewey (1922), alors l’habitude est une prédisposition psychologique à agir d’une manière donnée dans une situation donnée. Les institutions, à l’inverse, se matérialisent sous la forme d’une répétition de comportements qui acquièrent ainsi un pouvoir auto-renforçant. Comme on l’a indiqué, les institutions sont pour Veblen des « habitudes de pensée dominantes ». Il semble donc difficile de distinguer précisément habitude et institution. Toutefois, pour exister, une institution ne peut être seulement une habitude. Elle doit également générer des comportements. En suivant Veblen, on pourrait donc dire que les institutions sont issues des comportements générés par les habitudes dominantes. Ainsi, la prédominance de telle ou telle habitude à un moment donné favorise la formation (ou le renforcement) de certaines institutions au détriment d’autres, ces institutions induisant à leur tour des modifications dans l’environnement, comme par exemple le développement de la technologie.

10 Il y a ainsi chez Veblen l’idée d’une continuité ontologique entre la nature et la culture qui débouche, comme on le développera plus bas, sur une approche en termes de sélection multi-niveaux. La continuité ontologique indique que les propriétés à un niveau ontologique donné (le niveau culturel ou socioéconomique) sont en partie dépendantes, mais ne se réduisent pas, aux propriétés relevant d’un niveau ontologique inférieur (le niveau biologique ou génétique). Pour autant, et précisément parce que les différents niveaux ontologiques restent indépendants, le processus d’évolution au travers notamment du mécanisme de sélection opère simultanément à ces différents niveaux. Il faut alors déterminer dans quelle mesure ces différents processus d’évolution partagent certains mécanismes en commun. On examinera cette question dans la deuxième partie de cet article, mais on précise auparavant la place particulière des institutions dans le schéma évolutionnaire véblénien.

1.2 Les institutions comme facteurs et comme unités de sélection

11Hodgson (2008) donne plusieurs preuves textuelles de l’utilisation récurrente par Veblen d’un certain nombre de concepts darwiniens tels ceux de « sélection », « hérédité », « adaptation », « persistance », etc. Ainsi, Veblen indique que l’économie doit être la science étudiant la croissance et l’évolution des institutions et de la culture :

Il apparait que l’économie évolutionnaire doit être une théorie du processus de croissance culturelle déterminé par les intérêts économiques, prenant la forme d’une théorie de l’enchaînement cumulatif des institutions économiques retranscrite dans les termes du processus lui-même. (Veblen, 1898, 77, notre traduction)

12Pour Veblen, la vie économique est ainsi « un processus cumulatif d’adaptation de moyens à des fins qui elles-mêmes changent cumulativement au fur et à mesure que le processus se déroule, l’agent et son environnement étant simultanément et à tout moment les résultats de ce processus » (Veblen, 1898, 74-75, notre traduction). De nombreux passages de Théorie de la classe de loisir (Veblen, 1899a) sont également particulièrement non équivoques. Par exemple :

L’évolution de la société, c’est en réalité un processus où les individus s’adaptent mentalement sous la pression des circonstances. Les conditions nouvelles ne tolèrent plus les habitudes de pensée formées dans d’autres conditions, conformées à ces autres conditions. (Veblen, 1899a, 127)

13Ou encore :

L’évolution sociale est un processus d’adaptation sélective du tempérament et des façons de penser ; ce sont les conditions de vie en société qui poussent les hommes à s’adapter. L’adaptation des façons de penser, c’est le développement même des institutions. Mais il se produit en même temps une modification d’un tout autre caractère. Non seulement les hommes ont changé d’habitudes selon les nécessités du moment ; mais ces nécessités changeantes ont, elles aussi, provoqué un changement corrélatif de la nature humaine. (Veblen, 1899a, 140)

14Ces passages, ainsi que de nombreux autres, indiquent bien que Veblen considérait les modes de vie des Hommes et notamment les pratiques économiques comme étant le résultat d’un processus de sélection et d’adaptation des individus et des communautés à un ensemble de pressions et de circonstances. Cette évolution a pu se faire en partie au niveau génétique, mais il ressort nettement des écrits de Veblen que c’est d’abord au niveau culturel qu’elle s’est produite. Un passage en particulier permet de mieux comprendre le schéma décrit par Veblen :

« La vie de l’homme en société, tout comme celle des autres espèces, est une lutte pour l’existence, et donc un processus d’adaptation sélective. L’évolution de la structure sociale a été un processus de sélection naturelle des institutions. Les institutions humaines ont fait et font encore des progrès qui se réduisent en gros à une sélection naturelle des habitudes mentales les plus recevables, et à un processus d’adaptation forcée des individus à leur milieu, un milieu qui a changé au fur et à mesure que la société se développait, et que changeaient aussi les institutions sous lesquelles les hommes ont vécu. Les institutions elles-mêmes ne sont pas seulement les résultats d’un processus sélectif et adaptatif, qui façonne les types prédominants d’attitude et d’aptitude spirituelle ; elles sont en même temps des méthodes particulières de vie et de relations humaines, et à ce titre elles sont à leur tour de puissants facteurs de sélection. En sorte que les institutions, quand elles changent, favorisent une nouvelle sélection des individus doués du tempérament le plus approprié ; elles aident le tempérament et les habitudes à se plier au milieu transformé, grâce à la formation d’institutions nouvelles. » (Veblen, 1899a, 124)

  • 4 Le terme « d’unité » de sélection n’est pas nécessairement adéquat. En effet, un vaste débat en bio (...)
  • 5 « Les forces qui ont orienté l’évolution de la vie humaine et de la structure sociale peuvent à cou (...)

15Ce passage est particulièrement important car il indique d’une part que l’« évolution de la structure sociale a été un processus de sélection naturelle des institutions » mais que d’autre part ces mêmes institutions « ne sont pas seulement les résultats d’un processus sélectif et adaptatif, qui façonne les types prédominants d’attitude et d’aptitude spirituelle ; elles sont en même temps des méthodes particulières de vie et de relations humaines, et à ce titre elles sont à leur tour de puissants facteurs de sélection » (Veblen, 1899a, 124). D’après Veblen, il y aurait donc un processus darwinien de sélection naturelle des institutions. De ce point de vue, les institutions seraient une « unité » de sélection4 subissant la pression de l’environnement matériel5. En parallèle, toutefois, les institutions elles-mêmes agissent comme des instances de sélection en favorisant la reproduction de certains comportements ou de certaines habitudes de pensée. Autrement dit, en tant que règles et normes dominantes et même « axiomatisées » (Veblen, 1923, 101), les institutions contribuent à éliminer certains comportements inadaptés et au contraire à favoriser la diffusion de certaines attitudes et pratiques. Il s’agit probablement là de la colonne vertébrale de la théorie de l’évolution culturelle de Veblen qui traverse l’ensemble de son œuvre.

  • 6 Nous ne donnons ici qu’un bref aperçu de ces deux processus. Voir Hédoin (2010) et Rutherford (1998 (...)
  • 7 Dans sa « phylogénie » du capitalisme américain (Gislain, 2000), Veblen relie d’ailleurs explicitem (...)

16 En effet, ainsi que le note Malcolm Rutherford (1998), il y a dans les écrits de Veblen deux processus évolutionnaires (si l’on fait abstraction du processus purement biologique) qui sont mis en avant et étudiés : d’une part, un processus de sélection par les institutions de formes stables de comportement ; d’autre part, un lent processus d’adaptation des habitudes et institutions aux contraintes émanant de l’environnement, Veblen mettant particulièrement en avant l’importance des contraintes technologiques. On peut clairement distinguer ces deux processus dans la théorie véblénienne6. Ainsi, la célèbre étude que propose Veblen sur la classe de loisir (Veblen, 1899a) relève essentiellement du processus de sélection des habitudes par les institutions. Veblen considère en effet la classe de loisir comme une institution (Veblen, 1899a, 17 et 139). Celle-ci agit « sur le caractère des individus. Aussitôt qu’une tendance se fait usage, étalon de vie, norme contraignante, elle réagit sur le caractère des membres de la société. Elle modèle peu ou prou leur façon de penser, elle exerce son contrôle sélectif sur le développement des aptitudes et des inclinations. Ce résultat s’obtient en partie par l’éducation et la contrainte, qui adaptent les habitudes de tous les individus ; et en partie par l’élimination sélective des individus et lignages inadaptés » (Veblen, 1899a, 139). La consommation et le loisir ostentatoires sont de ce point de vue des comportements découlant de certaines habitudes dont la prolifération est favorisée par l’existence même de la classe de loisir. Il importe ici de voir que ce sont bien les institutions qui sélectionnent les comportements : la classe de loisir, mais plus fondamentalement encore la propriété privée sans laquelle la formation des classes sociales favorisant la « comparaison provocante » serait impossible7. Comme le souligne largement Veblen, dans le cadre de leur statut de « facteurs » de sélection, les institutions favorisent le conservatisme et la reproduction sociale. Dans un vocabulaire moderne, les institutions sont par nature self-enforcing : elles favorisent la reproduction des comportements qui permettent leur propre préservation. Veblen note d’ailleurs l’inefficience sociale que cette inertie institutionnelle engendre :

L’état des choses d’aujourd’hui donne forme aux institutions de demain, par un processus sélectif et coercitif : il agit sur la façon habituelle de voir les choses, et ce faisant, il modifie ou renforce un point de vue ou une attitude mentale hérités du passé. Ainsi les hommes reçoivent d’une époque antérieure les institutions – c'est-à-dire les habitudes de pensée – qui gouvernent leur vie, d’une époque plus ou moins reculée, sans doute ; en tout cas, les institutions ont été élaborées dans le passé avant d’être transmises. Ce sont des produits du processus écoulé, adaptés aux conditions passées ; aussi ne sont-elles jamais pleinement accordées aux exigences du présent. En tout état de cause, ce processus d’adaptation sélective ne peut jamais rattraper la situation perpétuellement mouvante où la société se trouve à tout moment. (Veblen, 1899a, 126)

17Pour autant la société évolue et se transforme, ce qui indique qu’il en va de même pour les institutions. Il y a chez Veblen deux sources autonomes du changement institutionnel : l’instinct de « curiosité gratuite » (idle curiosity) qui dote les individus d’une propension innée à l’innovation et à l’ingéniosité (Veblen, 1899a, 100) et l’environnement matériel, plus précisément la technologie. Si l’origine et le fonctionnement de l’instinct de curiosité gratuite ne sont pas vraiment étudiés par Veblen mais plutôt postulés, il en va différemment du rôle de la technologie dans l’évolution institutionnelle. Cela conduit Veblen à proposer une conception de l’évolution socioéconomique que l’on peut reformuler en termes de coévolution institutions/habitudes.

1.3 Une coévolution institutions/habitudes

  • 8 Dans ses trois articles sur les préconceptions de la science économique (Veblen, 1899b, 1900a et 19 (...)
  • 9 Il faut insister sur le fait que le processus des machines favorise la sélection d’habitudes de pen (...)

18 L’analyse par Veblen de l’effet de la technologie sur l’évolution des institutions se retrouve notamment dans le dernier chapitre de The Theory of Business Enterprise (Veblen, 1904) et constitue le thème majeur notamment de The Instinct of Workmanship and the State of the Industrial Arts (Veblen, 1914) et de Imperial Germany and the Industrial Revolution (1915). Ici, les institutions deviennent un objet de sélection soumis à la pression adaptative de l’environnement, essentiellement la technologie. C’est dans ces ouvrages que Veblen développe le plus clairement l’idée d’un mouvement de rationalisation des habitudes de pensée détenues par les individus, impulsé par ce qu’il nomme le « processus des machines ». Ce processus de rationalisation se traduirait par une progressive substitution des habitudes « animistes » par des habitudes « qui s’en tiennent aux faits » (matter-of-fact). Si les premières, dominantes durant l’essentiel de l’histoire des sociétés humaines, conduisent les individus à adopter des comportements fondés sur des superstitions et des croyances métaphysiques, les secondes sous-tendent au contraire des attitudes rationalistes et scientifiques8, fondées sur le calcul et la précision quantitative. Le processus des machines induit ainsi la propagation d’une logique quantitative et mécanique, d’abord au sein de la communauté des travailleurs, puis au reste de la société9 :

Tant par son impact sur le travailleur que sur le reste des membres de la communauté, l’apprentissage induit par l’état actuel des arts industriels est donc un apprentissage d’une appréhension impersonnelle et quantitative des choses, de telle sorte qu’il tend à fortement inhiber et discréditer toute forme d’imputation des faits, tels qu’ils sont observés, à des forces spirituelles. C’est un apprentissage à ne s’en tenir qu’aux faits ; plus spécifiquement, c’est un apprentissage de la logique du processus des machines. (Veblen, 1914, 318, notre traduction)

  • 10 Sur ce dernier point, voir notamment Veblen (1923).
  • 11 Notons ici que les interprétations respectives de Veblen et de Weber du processus de rationalisatio (...)

19Cette observation conduit Veblen à défendre la thèse suivant laquelle le processus de rationalisation impulsé par le développement de la technologie doit à terme rendre obsolète les « institutions imbéciles » qu’il dénonce largement dans Théorie de la classe de loisir et d’autres travaux, telles que la propriété privée ou les structures de gouvernance d’entreprise déconnectant la propriété et la direction10. La propriété privée est en effet, du point de vue de Veblen, un des derniers résidus émanant des habitudes animistes ; en favorisant le développement des habitudes « qui s’en tiennent aux faits », les machines contribueraient ainsi à révéler aux individus l’obsolescence de cette institution et de celles qui lui sont liées. À terme, Veblen entrevoit – même si sa concrétisation reste à ses yeux peu probable – la possibilité de l’émergence d’une « république industrielle » fondée sur la solidarité communautaire et la planification scientifique mise en œuvre par une classe d’ingénieurs (Gislain, 2000 ; Hédoin, 2009 ; Tilman, 2004)11.

  • 12 Par exemple : «  Par conséquent, ce que la discipline des machines inculque dans les habitudes de v (...)
  • 13 Hédoin (2010) présente une version formalisée de cet argument dans le cadre d’un jeu évolutionnaire (...)
  • 14 Notre reconstruction de cet aspect de l’œuvre de Veblen peut être avantageusement complétée par la (...)

20 Au-delà de la question de la pertinence de la thèse de Veblen concernant la viabilité de la république des ingénieurs, l’argument selon lequel la technologie induirait un changement dans les habitudes de pensée des individus a été critiqué par certains commentateurs. Hodgson (2004, chap. 10) indique ainsi que Veblen ne spécifie jamais le mécanisme causal par lequel la technologie influerait sur la cognition humaine jusqu’au point de modifier les modes de pensée. Il apparait en effet à plusieurs endroits que Veblen postule plus qu’il ne démontre une telle influence causale12. On peut toutefois considérer que se trouve chez Veblen, souvent implicitement et parfois plus explicitement, l’idée selon laquelle la technologie modifie les habitudes de pensée des individus en engendrant une sélection des institutions les plus à même d’exploiter les opportunités offertes pour le nouvel état des arts industriels. On serait alors en présence d’une causalité reconstitutive descendante (reconstitutive downward causation)(Hodgson, 2004) au travers de laquelle l’environnement matériel modifierait les habitudes mentales. Toutefois, dans la mesure où Veblen semble tantôt parler d’une sélection directe des institutions par l’environnement, tantôt d’une sélection indirecte où ce sont les habitudes qui sont directement sélectionnées et font évoluer en retour les institutions en place, il nous semble plus précis de parler de coévolution entre institutions et habitudes. Autrement dit, le pool des habitudes contribuent à déterminer le taux de réplication des différentes institutions, et réciproquement, induisant ainsi un authentique processus darwinien de sélection (c’est-à-dire de réplication différenciée). La technologie peut alors s’interpréter comme un paramètre contribuant à moduler le taux de réplication des habitudes et des institutions13. Si la « république industrielle » (ou un état du système pouvant s’y apparenté) imaginée par Veblen n’émerge pas nécessairement du système ainsi décrit, sauf à le calibrer de manière adéquate, en revanche le mécanisme causal de type darwinien mis en avant s’avère plausible. Il y a donc bien, dans les analyses de Veblen, un double statut prêté aux institutions – facteurs et unités de sélection, et Veblen les mets en jeu dans un mécanisme darwinien.14.

2. Sélection multi-niveaux et généralisation du darwinisme

21Ainsi restituée, l’intégration par Veblen des concepts darwiniens au sein de son approche économique évolutionnaire semble originale pour son époque. Cette section montre qu’elle est également porteuse d’intuitions que des travaux contemporains en philosophie, biologie, anthropologie et économie semblent confirmer.

22L’approche évolutionnaire de Veblen peut par ailleurs permettre de clarifier certains débats actuels en économie évolutionnaire. Il convient ici de bien distinguer les deux perspectives qui peuvent être celles d’une analyse évolutionnaire (Hodgson, 2009, xiv) : d’abord, une réflexion sur les mécanismes d’évolution consistant à interroger les interdépendances entre les différents niveaux ontologiques où des processus d’évolution se développent. Elle peut, par ailleurs, viser à étudier les caractéristiques ontologiques communes à ces différents processus d’évolution. L’économie évolutionnaire de Veblen présente un intérêt actuel dans ces deux perspectives.

2.1 Sélection multi-niveaux et interdépendances des processus d’évolution

23 La théorie de l’évolution culturelle de Veblen repose sur une double relation ascendante et descendante reliant instincts, habitudes, institutions et environnement matériel. Il est possible de la schématiser ainsi (voir figure 1 ci-dessous) :

Figure 1 : La théorie de l’évolution culturelle de Veblen

Figure 1 : La théorie de l’évolution culturelle de Veblen
  • 15 Veblen ne précise pas explicitement ces deux éléments. Ils sont toutefois une conséquence logique d (...)

24Cette double causalité repose en elle-même nécessairement sur deux éléments qui apparaissent en filigrane chez Veblen15 : d’une part, la coexistence de plusieurs niveaux ontologiques partiellement indépendants les uns des autres et au sein desquels se déroulent des processus d’évolution autonomes ; d’autre part une efficacité causale des processus d’évolution à un niveau ontologique donné sur les processus d’évolution aux autres niveaux ontologiques. Si la première condition n’était pas satisfaite, alors on serait en présence d’une conception évolutionnaire réductionniste ramenant l’ensemble de l’évolution à un déterminant ultime. La non satisfaction de la seconde condition aurait pour effet d’ouvrir la possibilité à l’existence de différents processus d’évolution indépendants les uns envers les autres à chaque niveau ontologique (biologique, psychologique, culturel) mais ne reconnaîtrait pas l’existence de relations causales entre ces différents processus. Comme on l’a montré dans la première partie et comme l’illustre le schéma ci-dessus, la théorie de l’évolution culturelle de Veblen satisfait ces deux conditions, de sorte que ce dernier développe bien une explication à la fois en termes de sélection multi-niveaux et de coévolution gènes/culture. Ces deux dimensions sont caractéristiques des travaux récents en anthropologie évolutionnaire, en biologie évolutionnaire et en sociobiologie. Il convient ici de les traiter de manière séparée.

De la sélection de groupe à la sélection multi-niveaux

  • 16 Nous ne faisons qu’indiquer les grandes lignes de ce débat. Le lecteur intéressé peut se référer no (...)

25La biologie évolutionnaire est traversée depuis les années 1960 par un débat théorique et empirique relatif au niveau auquel opère le processus de sélection naturelle16. En 1962, le biologiste V.C. Wynne-Edwards avance l’argument selon lequel la plupart des espèces animales maintiennent la densité de leur population à un niveau optimal compte tenu de leur habitat. L’explication de ce phénomène proposée par Wynne-Edwards est une variante de la sélection par le groupe : les ressources à disposition étant disponibles en quantité limitée, chaque individu régulerait sa consommation individuelle de manière à permettre la survie du groupe. Cette version naïve de la thèse de la sélection par le groupe va être fortement attaquée dès 1966 par George Williams qui dans son ouvrage Adaptation and Natural Selection lui oppose une explication individualiste selon laquelle ce qui semble être un processus de sélection au niveau du groupe s’avère en fait pouvoir se réduire à des comportements optimisateurs des individus, la sélection n’opérant alors qu’à l’échelle individuelle. La controverse est lancée mais ne va toutefois connaitre qu’une durée de vie éphémère puisque va s’établir un solide consensus au sein de la communauté des biologistes : si la sélection de groupe (le fait que c’est sur le groupe et non sur l’individu que s’exerce le processus de sélection naturelle) est une possibilité théorique, les conditions pour qu’elle se produise sur le plan empirique sont particulièrement contraignantes. De plus, il semble possible de pouvoir expliquer toutes les occurrences de la sélection de groupe via la théorie de la sélection individuelle. Invoquant le critère de la parcimonie et de la simplicité théorique (Wilson et Wilson, 2007), la grande majorité des biologistes évolutionnaires a abandonné à cette époque l’idée que la sélection naturelle puisse opérer à un autre niveau que celui de l’individu. Une étape fût encore franchie avec la thèse de Richard Dawkins (1976) sur le « gène égoïste » où l’auteur défend la thèse que ce n’est pas l’individu mais le gène qui est sélectionné, le premier n’étant qu’un « véhicule » du second.

  • 17 Le débat autour de la sélection de groupe est particulièrement important du point de vue des scienc (...)

26La controverse renait cependant dans les années 1980 où de nouvelles réflexions en philosophie de la biologie, associées au développement des techniques de simulation informatique permettant de modéliser les phénomènes émergents et les effets systémiques engendrés par des interactions individuelles, ont de nouveau souligné l’importance théorique et empirique plausible du mécanisme de sélection par le groupe (Wilson et Wilson, 2007). La thèse de la sélection par le groupe est notamment mobilisée pour expliquer l’évolution de traits altruistes au sein de populations, qu’elles soient génétiquement reliées ou non (Wilson et Sober, 1998), comme alternative aux traditionnelles explications de la sélection de parentèle (Hamilton, 1964) et de la réciprocité altruiste (Trivers, 1971, Axelrod et Hamilton, 1981). Si le débat relatif à la sélection par le groupe n’est pas achevé, la possibilité que la sélection puisse opérer à un autre niveau que le seul niveau individuel (ou au niveau du gène) est de nouveau sérieusement considérée en biologie évolutionnaire (Wilson et Wilson, 2007)17.

  • 18 C’est par exemple le cas pour l’évolution de certains traits altruistes : un comportement altruiste (...)
  • 19 Hodgson et Knudsen (2007) défendent cette position sur un plan philosophique et conceptuel en faisa (...)

27La sélection de groupe n’est toutefois qu’un cas particulier de sélection multi-niveaux (ou hiérarchique). En effet, cette hypothèse indique que la sélection peut opérer simultanément au niveau individuel et au niveau du groupe, les effets de cette sélection pouvant être contradictoires entre ces deux niveaux18. On peut alors généraliser ce raisonnement et postuler qu’il existe une multitude de niveaux ontologiques dans lesquels opère un processus de sélection, quelque soit la nature précise de ce dernier. Ce point de vue est pertinent tant dans le cadre de la biologie où la sélection peut notamment être d’ordre génétique, individuelle ou de groupe, que dans celui des sciences sociales. On peut ainsi estimer que l’existence de la firme est de nature à engendrer une sélection de groupe au sein d’une économie donnée19, un processus de sélection pouvant par ailleurs éventuellement agir entre diverses économies. Comme on l’a souligné dans la première partie, Veblen, notamment dans le cadre du premier chapitre de The Instinct of Workmanship, présuppose l’existence d’une telle évolution hiérarchique. La distinction sélection des institutions/sélection par les institutions renforce encore cet argument. On notera à ce stade à quel point la perspective de Veblen, comme toutes les approches en termes de sélection multi-niveaux, reposent sur le concept de propriétés émergentes (Hodgson, 2004) : les propriétés d’un niveau ontologique donné (et donc de son évolution) émergent mais ne se réduisent pas à celles du niveau ontologique inférieur.

Coévolution gènes/culture et institutions/habitudes

  • 20 Voir notamment Boyd et Richerson (1985), Cavalli-Sforza et Feldman (1981), Durham (1991), Lumsden e (...)
  • 21 Boyd et Richerson définissent le concept de culture de la manière suivante : « La culture est l’ens (...)
  • 22 La sélection naturelle de la culture n’est ni plus ni moins que le résultat d’une réplication diffé (...)

28La mise en avant de l’existence de processus de sélection opérant aux différents niveaux ontologiques n’est qu’un aspect du problème de l’interaction évolutionnaire. Les théories de l’interaction vont en effet plus loin et s’intéressent aux mécanismes par lesquels les processus d’évolution aux différents niveaux ontologiques interagissent les uns sur les autres. Sur ce plan, un certain nombre de travaux relevant de l’anthropologie évolutionnaire et de la sociobiologie ont proposé une explication en termes de coévolution gènes/culture20. L’essentiel de cette thèse consiste à montrer que l’évolution culturelle dépend de mécanismes qui sont pour une part le résultat de l’évolution génétique. Robert Boyd et Peter Richerson (1985 ; voir aussi Richerson et Boyd, 2005, 69) considèrent ainsi que l’évolution culturelle21 procède de trois mécanismes généraux : une sélection naturelle de la culture qui résulte du fait que la détention de certaines variantes culturelles par un individu favorise plus ou moins sa capacité à les transmettre, des phénomènes de mutation et de « dérive » culturelles et enfin des biais de transmission qui affectent la transmission des variantes culturelles d’un individu à un autre. Si les deux premiers mécanismes ont une autonomie ontologique propre22, il en va différemment des biais de transmission. Ces derniers sont au nombre de trois : un biais « direct » qui fait que certaines variantes culturelles sont intrinsèquement préférées à d’autres, un biais conformiste qui traduit la tendance des individus à adopter les pratiques dominantes au sein d’un groupe et un biais de prestige qui désigne la propension des individus à imiter les individus considérés comme « prestigieux ». Boyd et Richerson soulignent que ces biais sont essentiellement le produit de l’évolution biologique, dans la mesure où la tendance à imiter les individus ayant le plus de succès ou la majorité est souvent la stratégie la plus efficace dans un contexte d’incertitude et de pressions sélectives élevées. Par conséquent, on ne peut comprendre l’évolution culturelle en faisant abstraction des prédispositions génétiques dont l’évolution biologique a doté l’espèce humaine. Cette relation causale n’est toutefois pas à sens unique. Il est en effet tout à fait raisonnable de supposer que l’évolution culturelle puisse à son tour influer sur l’évolution génétique, en contribuant à modeler l’environnement sélectionnant les traits génétiques au sein d’une population. L’exemple de la tolérance au lactose après le sevrage chez les humains, cas unique parmi les mammifères, et qui serait le résultat du développement de l’élevage et de la production de lait au sein de certaines populations humaines, est une illustration parmi d’autres (Richerson et Boyd, 2005, 191 et suiv.). Les habitudes de consommation de lactose, trait culturel dont l’évolution a été favorisé par l’élevage et la production de lait, auraient ainsi elles-mêmes favorisé l’évolution de certains traits génétiques.

29On retrouve cette « continuité ontologique » dans la théorie de l’évolution culturelle de Veblen. Cette dernière est en effet construite en partie sur le concept d’instinct, dont Veblen repère l’existence de plusieurs types génériques (instinct de travail efficace, instinct de curiosité gratuite, instinct grégaire, mais aussi instinct de prédation). Ces instincts contribuent à orienter le comportement humain de par leur nature téléologique (Veblen, 1914, 4) et donc guident la formation des habitudes de pensée qui, elles-mêmes, font émerger les institutions. Rien n’exclut, chez Veblen, la possibilité d’une relation causale inverse, même s’il ne s’agit pas d’un aspect que ce dernier développe. Chez Veblen, la coévolution ne concerne toutefois pas uniquement le biologique et le culturel. Comme on l’a indiqué dans la première section, on trouve également la présence d’une coévolution entre habitudes et institutions au niveau culturel. Il s’agit là très largement d’une originalité de Veblen qui conduit à considérer les préférences ou les habitudes des individus comme étant déterminées de manière endogène par le processus d’évolution socioéconomique. Notons que ce n’est que relativement récemment que l’analyse économique a commencé à s’intéresser à cette dimension endogène des préférences, notamment au travers des développements de l’économie comportementale (Camerer et al., 2004, dir.) et de la microéconomie évolutionnaire (Bowles, 2006 ; 2009).

2.2 Une généralisation du darwinisme ?

  • 23 Notons qu’en dépit de sa théorie réductionniste du gène égoïste, Dawkins (1976) a parallèlement dév (...)

30La théorie de l’évolution culturelle de Veblen est également source d’enseignements dans le cadre des réflexions sur les caractéristiques ontologiques communes aux processus d’évolution se développant aux différents niveaux ontologiques. C’est Darwin lui-même qui, le premier, a suggéré que les mécanismes qu’il avait découvert concernant l’évolution des espèces animales pouvaient également s’appliquer à l’évolution de la culture humaine (Darwin, 1871). Il faut toutefois attendre les travaux précurseurs de l’épistémologue Donald T. Campbell (1965 ; 1974) pour avoir un premier développement systématique de cette intuition. Campbell suggère alors en effet que les principes darwiniens de la sélection, de la rétention et de la variation gouvernent l’ensemble des processus évolutionnaires, que ceux-ci se déroulent au niveau biologique ou au niveau culturel. Richard Dawkins23 (1983) a proposé le terme de « darwinisme universel » pour qualifier cette approche. Importée récemment en économie sous le nom de darwinisme généralisé, cette perspective de nature d’abord ontologique et philosophique semble correspondre au projet évolutionnaire de Veblen.

Le darwinisme généralisé : concepts et objectifs

  • 24 Nous procédons ici à une présentation synthétique du darwinisme généralisé. Nous renvoyons le lecte (...)

31Le darwinisme généralisé relève d’une perspective interdisciplinaire récemment importée en économie par plusieurs auteurs tels que Geoffrey Hodgson, Thorbjorn Knudsen ou Viktor Vanberg24. D’une manière concise, on peut résumer la thèse du darwinisme généralisé ainsi : on peut trouver à tous les niveaux ontologiques des systèmes de population complexes définis comme des populations d’entités partiellement similaires et évoluant dans un contexte de rareté relative. Ces entités ont besoin d’accéder à des ressources pour survivre et se reproduire et, du fait du contexte de rareté, doivent résoudre des problèmes d’adaptation. Plus une entité est efficace dans la résolution de ces problèmes, plus ces taux de survie et de reproduction seront élevés, engendrant l’apparition de nouvelles entités qui lui sont relativement similaires. La thèse centrale du darwinisme généralisée est que tous ces systèmes de population complexes évoluent à partir d’un processus fondé sur les trois principes darwiniens de la variation, de la réplication et de la sélection.

  • 25 Une littérature technique récente a permis de préciser formellement le contenu du principe de sélec (...)

32La variation est le principe selon lequel les entités composant un système de population complexe ne doivent pas toutes être entièrement identiques, l’hypothèse inverse empêchant alors tout processus de sélection de se mettre en place (Knudsen, 2002). Il doit donc exister un ou plusieurs mécanismes générant de la variété au sein de la population. En parallèle, il doit exister un ou plusieurs mécanismes de réplications (ou de rétentions) permettant la transmission de certaines propriétés ou traits permettant aux individus de résoudre les problèmes d’adaptation. Si les principes de variation et de réplication sont vérifiés, alors il peut se mettre en place un processus de sélection. Formulé de manière discursive25, le principe de sélection implique qu’il existe deux ensembles d’entités, un ensemble antérieur et un ensemble postérieur ; l’ensemble antérieur doit d’une manière ou d’une autre être transformé en l’ensemble postérieur, avec comme condition le fait que la totalité des entités de l’ensemble postérieur soit suffisamment similaire à une partie des entités de l’ensemble antérieur. Il faut enfin que la distribution statistique des entités suivant leurs caractéristiques dans l’ensemble postérieur dépende d’une manière ou d’une autre de leurs propriétés par rapport à un certain environnement. Les partisans du darwinisme généralisé considèrent qu’il est non seulement possible d’étudier l’évolution de tous les systèmes de population complexes à partir de ces trois principes mais même, au-delà, que toutes les explications évolutionnaires doivent incorporer des mécanismes répondants à ces trois principes. De ce point de vue, on peut considérer que le darwinisme généralisé vise à proposer des principes d’explication évolutionnaires.

33Ce principe d’explication repose sur un raisonnement fondamentalement ontologique. Les partisans du darwinisme généralisé indiquent ne pas procéder par analogie ou métaphore, mais bien viser à identifier des propriétés ontologiques communes à l’évolution de l’ensemble des systèmes de population complexes (Aldrich et al., 2008 ; Hodgson, 2002 et 2007). Ainsi, l’évolution génétique et l’évolution socioéconomique, mais aussi les processus régissant l’évolution, par exemple, des bactéries ou des virus, partageraient tous en commun certaines propriétés ontologiques répondant aux principes de variation, réplication et sélection. Une conséquence induite est que tous les systèmes de population complexes seraient peuplés de réplicateurs et d’interacteurs. Ces deux concepts sont une version généralisée des notions de génotype et de phénotype connues en biologie depuis l’émergence de la génétique mendélienne. Un réplicateur est un ensemble d’informations qui a la capacité de se répliquer de manière quasi-identique pour être transmis d’une entité à une autre. L’archétype du réplicateur au niveau biologique est le gène, tandis qu’au niveau socioéconomique les routines et les habitudes sont supposées pouvoir tenir ce rôle (Aldrich et al., 2008). Un interacteur est une entité qui interagit en tant qu’ensemble cohérent avec son environnement, de telle manière que cette interaction induit une réplication différenciée des divers éléments composant cette entité au sein de la population dans son ensemble (Hull, 1989, 408). Autrement dit, un interacteur est l’entité qui porte les divers réplicateurs et qui rentre en interaction avec les autres interacteurs et l’environnement. Si ce point est encore relativement peu stabilisé dans le cadre du darwinisme généralisé (voir cependant Hodgson et Knudsen, 2007), l’individu en tant que porteur des habitudes de pensée, et la firme en tant que porteuse des routines organisationnelles, semblent pouvoir être considérés comme les principaux interacteurs au niveau socioéconomique.

  • 26 Remarquons à cet égard que la distinction réplicateur/intéracteur est totalement absente de la litt (...)

34L’identification des réplicateurs et des interacteurs pertinents constitue ainsi un autre impératif méthodologique dans le cadre de l’explication évolutionnaire. Outre le fait que ces deux concepts sont une généralisation de la distinction entre génotype et phénotype – distinction fondamentale dans la théorie darwinienne moderne, de telle sorte qu’une généralisation du darwinisme l’ignorant paraitrait suspecte – elle a une portée analytique. Comme le montre bien Sober (1984), les discussions philosophiques et scientifiques en biologie souffrent souvent d’une ambiguïté relative à l’identification de la cible réelle du processus de sélection. On peut ainsi identifier une confusion latente chez Dawkins (1976) lorsque ce dernier présente le gène comme une « unité de sélection », alors qu’il est tout au plus une unité de réplication. L’ambiguïté est décuplée en ce qui concerne l’évolution socioculturelle dans la mesure où les mécanismes de réplication sont encore aujourd’hui peu compris. En incitant le chercheur à identifier précisément les réplicateurs socioculturels (quitte finalement à conclure que de tels réplicateurs n’existent pas), le darwinisme généralisé formule une exigence de clarté sur la nature des mécanismes de réplication qui sont postulés26.

35On achèvera cette rapide présentation du darwinisme généralisé en notant que les trois principes darwiniens ne sauraient en eux-mêmes suffire à la production d’une explication évolutionnaire complète. Comme l’indiquent les partisans du darwinisme généralisé, chaque système de population complexe voit sa dynamique d’évolution reposer sur des mécanismes spécifiques s’ajoutant aux trois principes ontologiques généralisés. Une identification de ces principes spécifiques est donc nécessaire.

Veblen et le darwinisme généralisé

  • 27 Pour une perspective détaillée sur ce débat, voir Vromen (2008).

36En s’appuyant sur les écrits de Veblen, Hodgson (2008) montre que ce dernier a probablement entendu généraliser le darwinisme dans le cadre de sa théorie de l’évolution culturelle. Cette thèse est toutefois contestée par certains auteurs s’inscrivant dans le cadre de « l’hypothèse de continuité » (Continuity Hypothesis) développée notamment par Ulrich Witt (2003) et Christian Cordes (2006 ; 2007 et 2009). L’hypothèse de continuité repose sur le postulat qu’il n’y a pas de rupture ontologique dans le cadre du passage de l’évolution biologique à l’évolution socioculturelle. Cela implique que l’évolution socioculturelle est soumise à des contraintes biologiques et plus largement naturelles qui déterminent partiellement son déroulement. Cependant, les mécanismes de l’évolution culturelle restent spécifiques et ne partagent pas nécessairement une quelconque propriété avec ceux de l’évolution biologique. Cordes (2006 et 2009) considère notamment que si Veblen a bien souligné la subordination de l’évolution culturelle à l’évolution biologique, la manière dont il a conceptualisé l’évolution culturelle s’écarterait de toute tentative de généralisation du darwinisme. Plus généralement, si l’hypothèse de continuité s’accorde avec le darwinisme généralisé sur le fait qu’il existe une interdépendance entre l’évolution biologique et l’évolution culturelle, ses partisans nient le fait qu’il y aurait une quelconque identité ontologique dans les mécanismes qui leurs sont sous-jacents. Ce débat met en jeu la question même des modalités de conceptualisation en économie évolutionnaire et est à ce titre essentiel. Sans pour autant tenter de le résoudre, on peut toutefois montrer que la théorie de l’évolution culturelle de Veblen permet de clarifier certains points27.

  • 28 Lorsqu’elle est appliquée à un contexte biologique, la théorie des jeux évolutionnaire fait implici (...)

37D’un certain point de vue, la question de savoir si Veblen, dans le cadre de sa théorie de l’évolution culturelle, a mobilisé les concepts darwiniens de manière purement métaphorique (Cordes, 2006 ; 2007) ou dans le cadre d’une généralisation ontologique (Hodgson, 2008) importe peu. Comme on a tenté de le montrer dans la première partie, il s’avère qu’il est possible de reconstituer le propos de Veblen dans le cadre d’une coévolution habitudes/institutions. Ceci tend à confirmer le fait que Veblen a fait reposer son analyse sur des principes d’explication authentiquement darwiniens. Le fait qu’il soit possible de transcrire la thèse de Veblen sur le processus des machines dans un modèle de jeu évolutionnaire (Hédoin, 2010) est un argument supplémentaire dans ce sens. La raison en est que la théorie des jeux évolutionnaires formalise un mécanisme de sélection et un mécanisme de mutation/variation, respectivement via l’équation de dynamique de réplication et le concept de stabilité évolutionnaire (Hargreaves-Heap et Varoufakis, 2004). Ces mécanismes sont authentiquement darwiniens et reposent implicitement, par ailleurs, sur un mécanisme de réplication28. Dans la mesure où il est possible d’exprimer partiellement sa théorie de l’évolution culturelle à l’aide de la réplication dynamique et d’un concept de stabilité évolutionnaire, on est donc amené à conclure que Veblen a bien généralisé certains mécanismes darwiniens.

38Cet argument a une implication plus large pour le débat autour du darwinisme généralisé. Pour Witt (2003, chap. 1), il serait plus judicieux de considérer que les deux mécanismes génériques de tout processus d’évolution sont ceux d’émergence et de dissémination de la nouveauté. Pour autant, il semble que l’on puisse exprimer formellement ces deux principes de manière identique à ceux de sélection et de variation (Geisendorf, 2009), ici encore via notamment l’équation de dynamique de réplication. De ce point de vue, il n’est pas évident que les cadres métathéoriques respectifs du darwinisme généralisé et de l’hypothèse de continuité amènent à des différences substantives sur les plans méthodologiques et théoriques. Dans les deux cas, ces perspectives ontologiques amènent, comme cela est le cas dans la théorie évolutionnaire de Veblen, à adopter une perspective matérialiste et naturaliste indiquant qu’il y a une coévolution entre différents niveaux ontologiques et que les processus évolutionnaires génériques sont de nature darwinienne. Qui plus est, darwinisme généralisé et hypothèse de continuité se rejoignent dans leur souci – caractéristique de l’économie institutionnelle et évolutionnaire dont Veblen est l’un des précurseurs – d’inscrire leurs conceptualisations dans une perspective empirique et historique.

Conclusion

39Précurseur de l’approche institutionnaliste et évolutionnaire en économie, Thorstein Veblen a élaboré une théorie de l’évolution culturelle fondée sur des principes d’explication darwiniens. Le concept clé de cette théorie est celui d’institution, jouant à la fois le rôle de facteur et d’unités de sélection. Si l’on peut s’interroger sur la pertinence de certaines thèses défendues par l’économiste américain, notamment celle relative à la « république industrielle », on a en revanche souligné la modernité de sa perspective évolutionnaire.

40Cette modernité se manifeste tout d’abord dans le fait que Veblen propose une conception de l’évolution comme opérant simultanément à différents niveaux ontologiques. Au-delà de cette approche en termes de sélection multi-niveaux dont on a pu indiquer qu’elle est aujourd’hui largement adoptée en biologie évolutionnaire et en sociobiologie, on a surtout montré qu’elle prend la forme d’une conceptualisation de la coévolution entre gènes et culture d’une part, institutions et habitudes d’autre part. La théorie de l’évolution culturelle de Veblen s’avère enfin utile pour évaluer le débat contemporain sur la généralisation des principes darwiniens à l’évolution socioéconomique. Nous avons argué que Veblen a bien procédé à une telle généralisation du darwinisme, tout en relativisant l’importance réelle des divergences entre les différents points de vue ontologiques au sein de l’économie évolutionnaire contemporaine. Il apparait notamment que les réflexions de Veblen, tout en trouvant leur prolongement dans les développements contemporains en termes de sélection multi-niveaux, s’avèrent parfaitement compatibles avec les présupposés ontologiques respectifs du darwinisme généralisé et de l’hypothèse de continuité.

Une version préliminaire de cet article a été présentée lors du XIIIème colloque Charles Gide, « Les institutions dans la pensée économique » (Paris, 27-29 mai 2010). Je remercie les participants à ce colloque, deux rapporteurs anonymes ainsi que les éditeurs de la revue pour leurs remarques constructives sur ce texte. Les erreurs et omissions restantes sont entièrement le fait de l’auteur.

Haut de page

Bibliographie

Aldrich, Howard E., et al. 2008. In Defence of Generalized Darwinism. Journal of Evolutionary Economics, 18(5): 577-596.

Axelrod, Robert et William Hamilton. 1981. The Evolution of Cooperation. Science, 211: 1390-1396.

Bowles, Samuel. 2006. Microeconomics: Behavior, Institutions, and Evolution. Princeton: Princeton University Press.

Bowles, Samuel. 2009. The Coevolution of Institutions and Preferences: History and Theory. Working paper, Santa Fe Institute.

Boyd, Robert et al. 2005. The Evolution of Altruistic Punishment. In Herbert Gintis et al. (ed.), 2005, 215-227.

Boyd, Robert et Peter Richerson. 1985. Culture and the Evolutionary Process. Chicago et Londres: The University of Chicago Press.

Brette, Olivier. 2004. Un réexamen de l’économie “évolutionniste” de Thorstein Veblen. Théorie de la connaissance, comportements humains et dynamique des institutions. Thèse de doctorat en sciences économiques, Université de Lyon 2.

Brette, Olivier. 2005. Connaissances technologiques, institutions et droits de propriété dans la pensée de Thorstein Veblen. Cahiers d’économie politique, 48: 111-146.

Brette, Olivier. 2006. Expanding the Dialogue Between Institutional Economics and Contemporary Evolutionary Economics: Veblen’s Methodology as a Framework. Journal of Economic Issues, 40(2): 493-500.

Camerer, Colin F., George Loeweinstein et Matthew Rabin (eds.). 2004. Advances in Behavioral Economics. Princeton: Russel Sage Foundation.

Campbell, Donald T. 1965. Variation and Selective Retention in Socio-Cultural Evolution. In Herbert R. Barringer, George I. Blanksten et Raymond W. Mack (eds). 1965. Social Changes in Developing Areas: A Reinterpretation of Evolutionary Theory. Cambridge, Mass.: Schenkman, 19-49.

Campbell, Donald T. 1974. Evolutionary Epistemology. In Paul Arthur Schlipp (ed.). 1974. The Philosophy of Karl Popper, vol. I. La Salle: Open Court, 413-463.

Cavalli-Sforza, Luigi Luca, Marcus W. Feldman. 1981. Cultural Transmission and Evolution: A Quantitative Approach. Princeton: Princeton University Press.

Commons, John R. [1990] 1934. Institutional Economics. Its place in Political Economy. New Brunswick and London: Transaction Publishers.

Cordes, Christian. 2006. Darwinism in Economics: From Analogy to Continuity. Journal of Evolutionary Economics, 16(5): 529-541.

Cordes, Christian. 2007. Turning Economics into an Evolutionary Science: Veblen, the Selection Metaphor, and Analogical Thinking. Journal of Economic Issues, 41(1): 135-153.

Cordes, Christian. 2009. The Role of Biology and Culture in Veblenian Consumption Dynamic. Journal of Economic Issues, 43(1): 115-141.

Darwin, Charles. 1871. The Descent of Man, and Selection in Relation to Sex. Londres: John Murray, Albemable Street.

Dawkins, Richard. [2003] 1976. Le gène égoïste. Paris: Odile Jacob.

Dawkins, Richard. 1983. Universal Darwinism. In D.S. Bendall (ed.). 1983. Evolution : From Molecules to Men. Cambridge: Cambridge University Press, 403-425.

Dewey, John. [2002] 1922. Human Nature and Conduct: an Introduction to Social Psychology. Amherst, NY: Prometheus Books.

Dugger, William M. 2006. Veblen’s Radical Theory of Social Evolution. Journal of Economic Issues, 40(3): 651-672.

Durham, William. 1991. Genes, Culture and Human Diversity. Stanford: Stanford University Press.

Gintis, Herbert et al. (ed.). 2005. Moral Sentiments and Material Interests. Cambridge, Mass: MIT Press.

Geisendorf, Sylvie. 2008. The Economic Concept of Evolution: Self-Organization or Universal Darwinism? Journal of Economic Methodology, 16(4): 377-391.

Gislain, Jean-Jacques. 2000. La naissance de l’institutionnalisme : Thorstein Veblen. In Alain Béraud et Gilbert Facarello (eds.). 2000. Nouvelle Histoire de la Pensée Economique. Des institutionnalistes à la période contemporaine, Tome III. Paris: La Découverte, 74-115.

Grüne-Yanoff, Till. 2011. Evolutionary Game Theory, Interpersonal Comparisons and Natural Selection: a Dilemma. Biology and Philosophy, 26(5): 637-654.

Hamilton, William. 1964. The Genetical Evolution of Social Evolution. Journal of Theoretical Biology, 7(1): 1-52.

Hargreaves-Heap, Shaun et Yanis Varoufakis. 2004. Game Theory: A Critical Introduction. Londres: Routledge.

Hédoin, Cyril. 2009. Weber and Veblen on the Rationalization Process. Journal of Economic Issues, 43(1): 167-187.

Hédoin, Cyril. 2010. Did Veblen Generalize Darwinism (and Why Does it Matter)? Journal of Economic Issues, 44(4): 963-990.

Hodgson, Geoffrey M. 2002. Darwinism in Economics: From Analogy to Ontology. Journal of Evolutionary Economics, 12(2): 259-281.

Hodgson, Geoffrey M. 2004. The Evolution of Institutional Economics. Agency, Structure and Darwinism in American Institutionalism. Londres: Routledge.

Hodgson, Geoffrey M. 2007. A Response to Christian Cordes and Clifford Poirot. Journal of Economic Issues, 41(1): 265-276.

Hodgson, Geoffrey M. 2008. How Veblen Generalized Darwinism. Journal of Economic Issues, 2(2): 399-405.

Hodgson, Geoffrey M. 2009. Introduction. In Geoffrey M. Hodgson (ed.), 2009, xi-xxxvi.

Hodgson, Geoffrey M. et Thorbjorn Knudsen. 2004. The firm as an Interactor: Firms as Vehicles for Habits and Routines. Journal of Evolutionary Economics, 14(3): 281-307.

Hodgson, Geoffrey M. et Thorbjorn Knudsen. 2006a. Why we Need a Generalized Darwinism, and why Generalized Darwinism is not Enough. Journal of Economic Behavior & Organization, 61(1): 1-19.

Hodgson, Geoffrey M. et Thorbjorn Knudsen. 2006b. The Nature and Units of social Selection. Journal of Evolutionary Economics, 16(5): 477-489.

Hodgson, Geoffrey M. et Thorbjorn Knudsen. 2007. From Group Selection to Organizational Interactors. Papers on Economics and Evolution, Max Plank Institute of Economics, n° 0716.

Hodgson, Geoffrey M. (ed.). 2009. Darwinism and Economics. Cheltenham: Edward Elgar.

Hull, David. 1989. Science as a Process. An Evolutionary Account of the Social and Conceptual Development of Science. Chicago: University of Chicago Press.

Knudsen, Thorbjorn. 2002. Economic Selection Theory. Journal of Evolutionary Economics, 12(4): 443-470.

Knudsen, Thorbjorn. 2004. General Selection Theory and Economic Evolution: The Price Equation and the Replicator/Interactor Distinction. Journal of Economic Methodology, 11(2): 147-173.

Lawson, Tony. 2002. Should Economics Be an Evolutionary Science? Veblen’s Concern and Philosophical Legacy. Journal of Economic Issues, 36(2): 279-292.

Lumsden, Charles J. et Edward O. Wilson. [2005] 1980. Genes, Mind, and Culture: The Coevolutionary Process. World Scientific Publishing Company.

Metcalfe, John S. 1994. Competition, Fisher’s Principle and Increasing Returns in the Selection Process. Journal of Evolutionary Economics, 4(4): 327-346.

Richerson, Peter J. et Robert Boyd. 2005. Not by Genes Alone. How Culture Transformed Human Evolution. Chicago: The University of Chicago Press.

Price, George. 1995. The Nature of Selection. Journal of Theoretical Biology, 175: 389-396.

Rutherford, Malcolm. 1998. Veblen’s Evolutionary Program: a Promise Unfulfilled. Cambridge Journal of Economics, 22(4): 463-477.

Samuels, Warren J. 1990. The Self Referentiability of Thorstein Veblen’s Theory of the Preconceptions of Economic Science. Journal of Economic Issues, 24(3): 823-832.

Skyrms, Brian. 1996. Evolution of the Social Contract. Cambridge: Cambridge University Press.

Sober, Elliot. 1984. The Nature of Selection: Evolutionary Theory in Philosophical Focus. Cambridge, Mass.: MIT Press.

Sugden, Robert. [2005] 1986. The Economics of Right, Cooperation and Welfare. New York: Palgrave MacMillan.

Sugden, Robert. 2002. The Evolutionary Turn of Game Theory. Journal of Economic Methodology, 8(1): 113-130.

Tilman, Rick. 2004. Ferdinand Tonnies, Thorstein Veblen and Karl Marx: From Community to Society and Back. European Journal of History of Economic Thought, 11(4): 579-606.

Trivers, Robert L. 1971. The Evolution of Reciprocal Altruism. Quarterly Review of Biology, 46(1): 35-57.

Twomey, Paul. 1998. Reviving Veblenian economic psychology. Cambridge Journal of Economics, 22(4): 433-448.

Veblen, Thorstein. 1898. Why is Economics Not an Evolutionary Science? In Thorstein Veblen. 1919, 56-81.

Veblen, Thorstein. [1978] 1899a. Théorie de la classe de loisirs. Paris: Gallimard.

Veblen, Thorstein. 1899b. The Preconceptions of Economic Science, Part I. In Thorstein Veblen. 1919, 82-113.

Veblen, Thorstein. 1899c. The Preconceptions of Economic Science, Part II. In Thorstein Veblen. 1919, 114-147.

Veblen, Thorstein. 1900. The Preconceptions of Economic Science, Part III. In Thorstein Veblen. 1919, 148-179.

Veblen, Thorstein. [2005] 1904. The Theory of Business Enterprise. New York: Cosimo Classic.

Veblen, Thorstein. 1906a. The Place of Science in Modern Civilisation. In Thorstein Veblen. 1919, 1-31.

Veblen, Thorstein. 1908. The Evolution of the Scientific Point of View. In T. Veblen. 1919, 32-55.

Veblen, Thorstein. [2006] 1914. The Instinct of Workmanship, and the State of the Industrial Arts. New York: Cosimo Classic.

Veblen, Thorstein. [2006] 1919. The Place of Science in Modern Civilization. New Brunswick: Transactions Publishers.

Veblen, Thorstein. [1997] 1923. Absentee Ownership. Business Enterprise in Recent Times: The Case of America. New Brunswick: Transaction publishers.

Vega-Redondo, Fernando. 1996. Evolution, Games and Economic Behaviour. Oxford: Oxford University Press.

Vromen, Jack. 2008. Ontological Issues in Evolutionary Economics: The Debate Between Generalized Darwinism and the Continuity Hypothesis. Papers on Economics and Evolution, Max Planck Institute of Economics.

Williams, George C. 1966. Adaptation and Natural Selection: A Critique of Some Current Evolutionary Thought. Princeton: Princeton University Press.

Wilson, David S. et Elliot Sober. 1998. Unto Others: The Evolution and Psychology of Unselfish Behavior. Cambridge, Mass.: Harvard University Press.

Wilson, David S. et Edward O. Wilson. 2007. Rethinking the Theoretical Foundation of Sociobiology. The Quaterly Review of Biology, 82(4): 327-348.

Witt, Ulrich. 2003. The Evolving Economy. Essays on the Evolutionary Approach to Economics, Cheltenham: Edward Elgar.

Haut de page

Notes

1 On peut notamment penser ici à John R. Commons (1934) avec toutefois comme différence fondamentale le fait que ce dernier rejette l’usage de la métaphore de la sélection naturelle. Commons lui substitue celle de la sélection artificielle sensée davantage correspondre à la manière dont les normes et institutions sociales sont sélectionnées.

2 Voir Hodgson (2008) pour une analyse exhaustive du vocabulaire darwinien mobilisé par Veblen. Il y apparait clairement que, outre le concept de sélection, Veblen transpose les concepts d’hérédité et de mutation au niveau culturel. On retrouve ainsi chez Veblen le triptyque darwinien variation-hérédité-sélection qui est lui-même constitutif du darwinisme généralisé.

3 Toutes les citations des travaux de Veblen sont traduites par l’auteur, à l’exception de celles issues de Théorie de la classe de loisir (Veblen 1899a).

4 Le terme « d’unité » de sélection n’est pas nécessairement adéquat. En effet, un vaste débat en biologie et en philosophie de la biologie a porté sur le problème de la détermination de cette unité. Bien que les discussions soient loin d’être closes, il en ressort que la sélection naturelle porte simultanément, au niveau biologique, sur le génotype et le phénotype. Sur ce point, voir notamment l’œuvre de clarification essentielle d’Elliott Sober (1984). Pour le point de vue « réductionniste » selon lequel le gène est la seule unité de sélection (et de réplication), on peut se référer à Dawkins (1976).

5 « Les forces qui ont orienté l’évolution de la vie humaine et de la structure sociale peuvent à coup sûr se réduire à deux données élémentaires, le tissu vivant et le milieu matériel » (Veblen, 1899a, 124).

6 Nous ne donnons ici qu’un bref aperçu de ces deux processus. Voir Hédoin (2010) et Rutherford (1998) pour des développements plus conséquents.

7 Dans sa « phylogénie » du capitalisme américain (Gislain, 2000), Veblen relie d’ailleurs explicitement l’existence de la classe de loisir à l’institution de la propriété privée : « Dans le cours de l’évolution culturelle, l’émergence d’une classe oisive coïncide avec les débuts de la propriété. Il en va nécessairement ainsi, du fait que ces deux institutions résultent d’une même série de forces économiques. Dans la phase initiale de leur développement, ce ne sont que deux aspects différents des mêmes faits généraux de la structure sociale. » (Veblen, 1899a, 17)

8 Dans ses trois articles sur les préconceptions de la science économique (Veblen, 1899b, 1900a et 1900b), Veblen souligne une évolution dans les présupposés épistémologiques et métaphysiques de la théorie économique. Veblen observe une tendance à la substitution des préconceptions factuelles à des préconceptions animistes au sein même de la science économique et indique que ce mouvement n’est qu’un aspect d’un processus culturel plus global. Veblen développe cette thèse également dans d’autres textes (voir notamment Veblen, 1906 et 1908).

9 Il faut insister sur le fait que le processus des machines favorise la sélection d’habitudes de pensée qui ne sont pas pour autant supérieures aux habitudes animistes. Dans une pure logique darwinienne, Veblen suggère uniquement que ces habitudes sont mieux adaptées à l’environnement industriel.

10 Sur ce dernier point, voir notamment Veblen (1923).

11 Notons ici que les interprétations respectives de Veblen et de Weber du processus de rationalisation divergent considérablement : si pour le second, le capitalisme constitue l’aboutissement du processus de rationalisation, pour le meilleur mais aussi pour le pire comme l’atteste la fameuse métaphore de la cage d’acier, pour le premier il s’agit davantage d’un système transitoire instable probablement voué à disparaitre. On peut supposer qu’il s’agit de la principale raison faisant que Veblen utilise très rarement dans ses écrits le terme de capitalisme (Dugger, 2006).

12 Par exemple : «  Par conséquent, ce que la discipline des machines inculque dans les habitudes de vie et de pensée des travailleurs est la précision mécanique et la régularité des processus ; le résultat sur le plan intellectuel consiste alors dans l’utilisation récurrente des notions de cause et d’effet. (...) Ce processus inculque un mode de pensée en termes de relations de causes à effets opaques et impersonnelles » (Veblen, 1904, 147-148).

13 Hédoin (2010) présente une version formalisée de cet argument dans le cadre d’un jeu évolutionnaire asymétrique s’appuyant sur le modèle générique de coévolution institutions/préférences proposé par Bowles (2006 ; 2009). Dans ce modèle, la technologie est représentée au travers de deux paramètres, l’un formalisant la plus grande efficacité d’une technologie complexe lorsqu’elle est associée à des travailleurs appliqués, l’autre l’asymétrie d’information croissante que la technologie induit entre l’employeur et l’employé lorsqu’elle se complexifie. Une définition adéquate du jeu permet de retrouver la thèse de Veblen sur la rationalisation lorsque la technologie se complexifie. Ce modèle formalise un processus de coévolution dans la mesure où la réplication des habitudes de pensée des travailleurs (appliqués ou opportunistes) et celle des institutions (formes de gouvernance des entreprises) sont mutuellement dépendantes l’une de l’autre.

14 Notre reconstruction de cet aspect de l’œuvre de Veblen peut être avantageusement complétée par la l’analyse qu’a proposé Olivier Brette (2004 ; 2005 ; 2006) de la relation entre technologie et formation des habitudes chez Veblen. Cet auteur souligne l’importance que Veblen accorde à la formation cumulative d’un stock de connaissances technologiques dans le temps au sein d’une communauté. Ces connaissances (de nature éminemment collective) et leur accumulation contribuent de manière décisive à favoriser l’institutionnalisation de certaines habitudes, notamment en déterminant les capacités de production d’une société (et donc en façonnant l’environnement industriel). Cette lecture est totalement compatible avec la reconstruction plus « formelle » de la coévolution habitudes/institutions que nous proposons dans cet article.

15 Veblen ne précise pas explicitement ces deux éléments. Ils sont toutefois une conséquence logique de cette perspective en termes de double causalité.

16 Nous ne faisons qu’indiquer les grandes lignes de ce débat. Le lecteur intéressé peut se référer notamment à Hodgson et Knudsen (2007), Sober (1984), Wilson et Sober (1998) et Wilson et Wilson (2007).

17 Le débat autour de la sélection de groupe est particulièrement important du point de vue des sciences sociales dans la mesure où il est vraisemblable que l’évolution culturelle soit bien plus concernée par ce type de sélection que l’évolution génétique. La raison principale en est la capacité des sociétés humaines à maintenir une forte cohésion interne, précisément par le biais de la culture, cohésion interne qui favorise la variance inter-groupes et in fine un processus de sélection s’exerçant sur les groupes (Boyd et al., 2005).

18 C’est par exemple le cas pour l’évolution de certains traits altruistes : un comportement altruiste est par définition coûteux pour celui qui l’adopte et bénéfique aux autres membres du groupe. Par conséquent, les individus altruistes doivent théoriquement être désavantagés dans le cadre du processus de sélection individuelle au sein du groupe. Toutefois, si les groupes qui comportent plus d’individus altruistes croissent ou essaiment plus rapidement que les autres, alors la sélection inter-groupes peut plus que compenser ce désavantage et permettre à l’altruisme de proliférer.

19 Hodgson et Knudsen (2007) défendent cette position sur un plan philosophique et conceptuel en faisant de la firme un « interacteur ». Vega-Redondo (1996, 121-126) présente un modèle de sélection hiérarchique où la sélection opère à la fois sur les salariés suivant leur niveau d’effort et sur les entreprises suivant leur efficacité. Enfin, l’hypothèse de sélection par le groupe est implicite chez Metcalfe (1994) puisque chez ce dernier le processus de sélection, via l’équation de réplication dynamique, est directement appliqué aux entreprises.

20 Voir notamment Boyd et Richerson (1985), Cavalli-Sforza et Feldman (1981), Durham (1991), Lumsden et Wilson (1980) et Richerson et Boyd (2005).

21 Boyd et Richerson définissent le concept de culture de la manière suivante : « La culture est l’ensemble de l’information affectant le comportement de l’individu qui est acquise par l’intermédiaire des autres membres de son espèce au travers de l’enseignement, de l’imitation, ainsi que d’autres formes de transmission sociale » (Richerson et Boyd, 2005, 5, notre traduction). Le concept d’information doit quant à lui s’entendre comme l’ensemble des états intentionnels conscients ou non (notamment les croyances et les désires) qui sont acquis ou modifiés par la transmission sociale.

22 La sélection naturelle de la culture n’est ni plus ni moins que le résultat d’une réplication différenciée des variantes culturelles. La mutation culturelle est le fait de modifications aléatoires dans les variantes culturelles transmises tandis que la dérive culturelle est simplement le résultat d’anomalies statistiques au sein de petites populations, au même titre que la dérive génétique.

23 Notons qu’en dépit de sa théorie réductionniste du gène égoïste, Dawkins (1976) a parallèlement développé une thèse relevant du darwinisme universel en proposant le concept de mème. Dawkins définit un mème comme un ensemble d’idées pouvant se répliquer et se transmettre d’individu à individu, de manière analogue à un gène.

24 Nous procédons ici à une présentation synthétique du darwinisme généralisé. Nous renvoyons le lecteur à Aldrich et al. (2008) pour une défense du darwinisme généralisé en économie. Voir aussi Hodgson (2002) et Hodgson et Knudsen (2004 ; 2006a et 2006b) pour des développements. Bien qu’il n’utilise pas cette appellation, on peut trouver également des développements conséquents appliqués à l’évolution des idées scientifiques dans Hull (1989).

25 Une littérature technique récente a permis de préciser formellement le contenu du principe de sélection (voir notamment Knudsen, 2004). L’équation de Price (Price, 1995) sert de formulation de base et fait de la sélection la somme d’une covariance entre un trait phénotypique et la valeur sélective (fitness) qui lui est associée et d’un effet de transmission qui décrit l’écart moyen entre un « parent » et un « enfant » concernant la valeur de ce même trait phénotypique.

26 Remarquons à cet égard que la distinction réplicateur/intéracteur est totalement absente de la littérature en théorie des jeux évolutionnaires. Cette absence contribue à donner du sens aux critiques récentes formulées par des philosophes et économistes, parfois utilisateurs de cette approche, à l’utilisation des jeux évolutionnaires en économie. Ces critiques soulignent notamment que les théoriciens des jeux évolutionnaires ont tendance à s’appuyer implicitement sur des présupposés ontologiques concernant les mécanismes de transmission qui sont problématiques. Voir par exemple Sugden (2002) et Grüne-Yanoff (2011).

27 Pour une perspective détaillée sur ce débat, voir Vromen (2008).

28 Lorsqu’elle est appliquée à un contexte biologique, la théorie des jeux évolutionnaire fait implicitement reposer le principe de réplication sur la génétique mendélienne. Dans un contexte socioéconomique, la réplication est souvent supposée passer par l’imitation. Voir par exemple l’interprétation donnée à l’équation de réplication dynamique dans Sugden (1986) et dans Skyrms (1996). L’imitation est un mécanisme important dans la théorie de Veblen, notamment au travers de la notion de conservatisme qu’il développe particulièrement dans Théorie de la classe de loisir.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La théorie de l’évolution culturelle de Veblen
URL http://oeconomia.revues.org/docannexe/image/1394/img-1.png
Fichier image/png, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyril Hédoin, « Veblen et son actualité : sélection multi-niveaux et darwinisme généralisé », Œconomia, 2-2 | 2012, 179-207.

Référence électronique

Cyril Hédoin, « Veblen et son actualité : sélection multi-niveaux et darwinisme généralisé », Œconomia [En ligne], 2-2 | 2012, mis en ligne le 07 juillet 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1394 ; DOI : 10.4000/oeconomia.1394

Haut de page

Auteur

Cyril Hédoin

Laboratoire Regards, Université Reims Champagne-Ardenne, cyril.hedoin@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org