Navigation – Plan du site
Varia

Le programme rawlsien apocryphe

The Apocryphal Rawlsian Program
David Duhamel
p. 151-177

Résumés

Avec Théorie de la justice, John Rawls (1971) influença durablement la philosophie politique, la théorie du choix social et l’économie normative. Il existe une interprétation particulière de l’œuvre de Rawls, fruit de la combinaison des ambiguïtés entretenues par Rawls lui-même et de la réaction initiale de ses lecteurs économistes les plus prestigieux tels, Arrow, Sen ou Harsanyi, prompts à attribuer à Rawls la volonté de créer une théorie économique de la justice. Cette interprétation fut suffisamment unanime et systémique pour fonder le programme rawlsien apocryphe : faire de la théorie du contrat social un exercice du choix rationnel, ce qu’on appellera plus tard le néo-contractualisme. S’il est aujourd’hui admis qu’un tel programme ne fut jamais celui de Rawls, ce texte a l’ambition de reconstituer ce malentendu et d’en souligner la fécondité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est le cas de Hayek (1976) dans le deuxième tome de Droit législation et liberté, sous-titré : Le (...)

1En matière de théorie de la justice et de théorie du contrat social, tout recommence avec Rawls (1971). Théorie de la justice, ouvrage séminal par excellence, ouvre dès sa publication les conditions d’un renouveau. Comme l’écrit Robert Nozick (1974), quiconque souhaite réfléchir sur la justice ou le contrat social doit confronter son point de vue à celui de Rawls ou, au minimum, s’expliquer sur ses raisons de ne pas le faire1. Philippe Van Parijs (2002), lors de la nécrologie qu’il publia dans Le Monde au lendemain de la mort de Rawls, donnera la mesure de ce que la théorie de la justice comme équité est venue à représenter : « […] le marxisme ne peut plus être ce qu’il a été pour beaucoup dans la génération qui a précédé la nôtre. C'est désormais l'œuvre de Rawls qui constitue le repère incontournable pour réfléchir à ce qu'exige le souci de rendre notre société et notre monde moins injustes. »

  • 2 La théorie du contrat social suppose que la société, les principes de justice qui la guident, ou l’ (...)

2Rawls défend des principes de justice garantissant le plus grand espace possible de libertés pour chacun, compatible avec celui des autres, et structurant les inégalités de manière à offrir aux plus défavorisés la meilleure position possible. Unanimement reconnu comme un ouvrage phare, Théorie de la justice est d’emblée l’objet d’une multitude de critiques dont on ne donnera ici qu’un aperçu. Cette multitude de critique est aussi le signe d’un pluralisme d’interprétations et Rawls lui-même, à travers les nombreuses mises au point et modifications qu’il ne cessa de produire, donne le sentiment que plusieurs versions de la théorie rawlsienne se sont succédées, qu’il existe plusieurs Rawls. Le premier est l’auteur de Théorie de la justice, adversaire résolu de l’utilitarisme. Le second serait le Rawls kantien de la seconde moitié des années soixante-dix, une époque où il appuie sa théorie moins sur la théorie du choix rationnel que sur le concept de personne morale (Rawls, 1975 et 1980). Enfin, il existerait un troisième Rawls plus politique, soucieux d’ancrer sa réflexion dans l’univers culturel dont elle est issue, à savoir les démocraties occidentales modernes (Rawls, 1985, 1993a et 1999, Guillarme 1999). L’idée principale soutenue ici est qu’il existe un quatrième Rawls : un Rawls virtuel, fruit des équivoques entretenues par Rawls lui-même et de la réaction initiale de ses lecteurs économistes, enclins à lui attribuer le dessein de créer une théorie économique de la justice. Ainsi il existerait, à côté de la théorie de la justice comme équité, un programme rawlsien apocryphe (à partir de maintenant PRA) qui donna naissance à un courant – le néo-contractualisme – caractérisé par la reprise de la problématique centrale de la théorie du contrat social de la première génération2 (Hobbes, Locke et Rousseau) sur la base de la théorie du choix rationnel.

3Aujourd’hui, personne n’impute plus à Rawls un tel programme et les économistes au début des années soixante-dix furent les artisans, mais aussi les victimes, de ce malentendu. C’est l’objet de ce texte que de reconstituer cette incompréhension et de montrer comment l’aspect systémique de cette erreur d’interprétation fut à l’origine d’un programme de recherche fécond : réduire le choix des principes de justice ou du contrat social qui les exprime à un choix rationnel.

4La première partie de mon analyse (1. L’arme et la cible) détaillera la responsabilité de Rawls dans ce malentendu et montrera comment certaines de ses positions initiales favorisèrent la venue d’un programme apocryphe. La deuxième partie (2. « L’erreur » des économistes) insistera sur la façon dont, dans les années soixante-dix, certains économistes prestigieux (Arrow, Sen, Buchanan, Harsanyi) liront Rawls de manière similaire, et comment leurs analyses convergentes de Théorie de la justice sont l’indice d’une lecture systémique privilégiant l’hypothèse d’un Rawls virtuel échafaudant une théorie économique de la justice. Ils contribuèrent ainsi à fonder un programme à la fois rawlsien et apocryphe. Enfin, la troisième partie (3. Le débat Rawls - Harsanyi) soulignera comment la question du critère de décision en position originelle cimenta le PRA.

1. L’arme et la cible

5Aux yeux des économistes, Théorie de la justice est au mieux un défi, au pire une provocation. En effet, Rawls présente son ouvrage comme une tentative de « généraliser et de porter à un plus haut niveau d’abstraction la théorie traditionnelle du contrat social telle qu’elle se trouve chez Locke, Rousseau et Kant. » (Rawls, 1971, 20). Or, tout porte à croire que cette recherche d’un plus haut niveau d’abstraction se fera au moyen de la théorie du choix rationnel à propos de laquelle Rawls déclare : « La théorie de la justice est une partie, peut-être même la partie la plus importante, de la théorie du choix rationnel. » (Rawls, 1971, 43). Ainsi, l’appel à la théorie du choix rationnel remplace le recours à la recta ratio de ses prédécesseurs (Hobbes, Locke et Rousseau). Raison et rationalité sont des concepts proches. Mais là où la première était classiquement opposée aux passions, la seconde se définit contre l’irrationalité. Cette mutation importante accrédite l’idée que la rationalité est une notion positive ou technique, et non plus normative. Avec le néo-contractualisme, le contrat social devient l’objet d’un choix rationnel.

6La théorie du choix rationnel s’inscrit dans la lignée de la rationalité instrumentale et lui emprunte l’idée profondément humienne que le choix des fins de l’action humaine n’offre pas de prise à une analyse rationnelle. Elle conserve l’opposition à une définition substantielle du bien et au paternalisme en général. La théorie du choix rationnel apparaît aux auteurs néo-contractualistes, comme le moyen le plus rigoureux d’aboutir à un résultat, « à un plus haut niveau d’abstraction ». C’est en ce sens que la théorie du choix rationnel doit être entendue : elle est un moyen, un instrument au service d’une théorie politique désireuse de surmonter les apories du passé. Toutefois, entre Rawls, ses critiques et ceux qui après lui tenteront de fonder une théorie contractualiste de la justice, il n’y a pas d’accord véritable sur ce qui constitue un principe de rationalité. La théorie du choix rationnel « à la Savage » demeure la « formulation canonique » (Mongin, 1995, 387) du principe de rationalité économique. Au-delà, une action est jugée rationnelle si elle respecte un certain nombre d’axiomes donnant corps à l’idée de cohérence et fondant un modèle générique de rationalité qui utilise des principes quasi-logiques afin de filtrer l’action rationnelle de toute incohérence. Rawls lui-même ne se départ pas d’un certain flou dans sa définition :

En outre, le concept de rationalité doit être interprété, dans la mesure du possible au sens étroit, courant dans la théorie économique, c’est-à-dire comme la capacité d’employer les moyens les plus efficaces pour atteindre des fins données. (Rawls 1971, 40)

7Un point commun de départ subsiste, résumé par la définition harsanyienne de la théorie du choix rationnel : une théorie générale du comportement rationnel divisée en deux sous disciplines :

A. Théorie de la décision individuelle (théorie de l’utilité)

Traite du comportement rationnel d’un individu isolé en situation de …

A1. Certitude

Le résultat d’une action, quelle qu’elle soit, est totalement prévisible.

A2. Risque

La probabilité objective de chacun des résultats de l’action est connue.

A3. Incertitude

Certaines ou toutes ces probabilités objectives sont inconnues ou même non définies.

B. Théorie du comportement rationnel en environnement social

B1. Théorie des jeux

La recherche rationnelle de l’intérêt individuel et de la valeur personnelle contre d’autres individus recherchant leur intérêt individuel et leur valeur propre

B.2 Ethique

Recherche rationnelle de l’intérêt de la société comprise comme un tout. (Harsanyi 1977a, 11)

  • 3 Une opinion partagée : Kolm, (1996, 3), Höffe, (1991, 8) et Barry, (1989, 8). Il s’agit toujours d’ (...)

8Loin d’être une définition monolithique, il s’agit donc d’une « famille de définitions » (Harsanyi, 1977a, 289) du comportement rationnel, couvrant à la fois les environnements paramétriques et stratégiques et les dimensions individuelles et collectives. Rawls et Harsanyi fondent leurs raisonnements sur le terrain de la décision individuelle en incertitude quand d’autres utilisent la théorie des jeux, mais dans tous les cas, l’utilisation de la théorie du choix rationnel en lieu et place d’un appel imprécis à la Raison est perçue comme un progrès. Ainsi que l’exprime par exemple David Gauthier : « Le déploiement des techniques du choix rationnel illumine les questions de morale et de philosophie politique. » (Gauthier, 1987, 282)3. L’importation du formalisme de la théorie du choix rationnel semble alors le garant de résultats mieux déterminés.

  • 4 Voir le chapitre 7 de Théorie de la justice, « le Bien comme rationalité ».

9Une précision liminaire s’impose. Est-il certain que Rawls réserve un tel rôle à la théorie du choix rationnel ? Ici la réponse est ambivalente. Oui, car Théorie de la justice est truffée de passages où Rawls dit s’appuyer sur la théorie du choix rationnel4 et, fondamentalement non, ce n’est pas ce qu’il fait. Dès 1971, ou déjà en 1951, la théorie rawlsienne contient trop d’éléments rétifs à la théorie du choix rationnel pour lui être congruente. Mais, et c’est là le point de départ de mon propos, Rawls est suffisamment ambigu pour que ses lecteurs, particulièrement ses lecteurs économistes, lui attribuent le projet de fonder la justice sur la théorie du choix rationnel. C’est là un programme que Rawls n’accomplira pas, ce qui n’enlève rien à sa responsabilité dans ce quiproquo. La preuve la plus manifeste de l’existence de ce programme apocryphe est la constance avec laquelle Rawls ne cessera de clamer par la suite que cela n’est pas son projet :

  • 5 Rawls réitère ici une objection déjà formulée mais sans que Hobbes soit cité (Rawls, 1985 et 1987).

Je corrige ici une remarque faite dans La Théorie (de la justice), où il est dit que la théorie de la justice est une partie de la théorie du choix rationnel. […] C’est tout simplement une erreur, cela impliquerait que la justice comme équité soit fondamentalement hobbesienne (ainsi que Hobbes est souvent interprété) plutôt que kantienne. (Rawls, 2001, 82) 5

10Quelle est donc cette théorie de la justice hobbesienne que Rawls se défend de promouvoir ? Elle est la théorie rawlsienne apocryphe par excellence, celle qui prétend faire de la justice et du contrat social un exercice du choix rationnel sans jamais céder à la tentation de puiser aux sources exogènes de la morale transcendante. Son instrument unique serait donc une partie du cœur analytique de la théorie économique : la théorie du choix rationnel. Après Rawls, James Buchanan (1975), Robert Axelrod (1984) et David Gauthier (1986) tenteront d’accomplir ce programme précisément sous l’égide de Hobbes. Cette accusation d’hobbésianisme, car sous la plume de Rawls c’est bien une accusation, évoque une célèbre citation d’Edmund Burke : « Mais l’âge de la chevalerie est passé. Celui des sophistes, des économistes et des calculateurs lui a succédé ; et la gloire de l’Europe est éteinte à jamais. » (Burke, 1790, 96). Rawls rejoint Burke dans son refus des économistes et des calculateurs, son ADN est kantien et en ce sens, il attribue une large place dans sa théorie à ce qui se refuse au calcul. Le fait que trente ans plus tard il ressente encore le besoin de dire qu’il ne s’appuie pas sur la théorie du choix rationnel prouve la prospérité de cette interprétation erronée. Dans le PRA, la théorie du choix rationnel est le levier archimédien qui soulèvera le monde, l’arme avec laquelle attaquer le problème. Il reste alors à déterminer la cible, et là, dès la première page de Théorie de la justice, Rawls fait preuve d’une grande clarté :

La meilleure façon d’expliquer le but de ce livre est peut-être la suivante. L’utilitarisme, sous une forme ou une autre, a été la théorie dominante de la philosophie morale moderne, du moins d’une partie d’entre elle. Une des raisons en est qu’il a été adopté par une longue lignée d’écrivains brillants et ceux-ci ont élaboré un corps de doctrine tout à fait impressionnant par son étendue et sa subtilité. Nous avons tendance à oublier que les grands utilitaristes, Hume et Adam Smith, Bentham et Mill, étaient des théoriciens de la société et des économistes de premier ordre et que la doctrine morale qu’ils élaboraient devait satisfaire leurs autres intérêts et constituer une conception globale. Leurs critiques, par contre, adoptaient des points de vue beaucoup plus étroits. (Rawls, 1971, 19, c’est moi qui souligne)

11Comment ne pas comprendre que Rawls souhaite remédier à cette lacune et combattre l’utilitarisme sur son terrain ? Rawls s’appuierait donc sur la théorie économique et plus précisément sur un élément de son cœur analytique, à savoir la théorie du choix rationnel, et cela dans l’unique but de lutter contre l’utilitarisme. Mais une lutte menée de l’intérieur. Or, l’utilitarisme a partie liée, historiquement et logiquement, avec la théorie du choix rationnel. Dès lors, le contractualisme rawlsien semble retourner contre l’utilitarisme, les armes que ce dernier a contribué à forger. Est-ce seulement possible ?

  • 6 Je ne distinguerai pas ici entre plaisir, bonheur, satisfaction des préférences ou bien-être.

12L’utilitarisme oscille sur une ambivalence. « Le plus grand bonheur du plus grand nombre est une devise contenant son propre dilemme » (Mongin, 1995, 378). S’agit-il d’un principe recommandant la maximisation d’une certaine quantité représentative de la satisfaction collective, ou une maxime individuelle ? Doit-il être entendu comme le constat positif de ce qui est, ou la devise normative de ce qui doit être ? L’utilitarisme postule comme théorie de l’action que, soumis à ses deux maîtres que sont la peine et le plaisir, l’individu cherche (et ne peut faire autrement que chercher) à maximiser la quantité de plaisir dont il jouit6. En tant que théorie éthique, l’utilitarisme suppose que les utilités individuelles (ou les préférences individuelles) sont susceptibles d’être agrégées en une grandeur collective et, qu’en conséquence, l’allocation la plus désirable est celle qui maximise cette grandeur collective. Cette scission organiserait la coexistence d’une théorie de l’action individuelle et positive et d’une éthique collective et normative. Je suivrai ici Harsanyi lorsqu’il juge que seule la doctrine du bonheur du plus grand nombre mérite le nom d’utilitarisme et que la théorie de l’utilité, progressivement rebaptisée théorie du choix rationnel, devint une méthode, une technique, en bref un instrument susceptible d’être brandi par des théories normatives différentes. Armé de cette dernière, Rawls prend pour cible l’utilitarisme, c’est-à-dire le compagnon de route de la théorie économique. Dès lors, des économistes prestigieux (Arrow, Sen, Buchanan et Harsanyi) réagirent en gardiens du temple, en défenseurs des canons de la théorie économique qu’ils croyaient au cœur du sujet de Théorie de la Justice.

  • 7 L’individu rawlsien est soumis à d’exigeantes lois de la nature humaine (Rawls, 1971, chapitre 8) e (...)

13La philosophie rawlsienne n’est pas prisonnière du carcan de la théorie du choix rationnel. C’est évidemment son droit, et pour certains la marque de sa dignité (Ricœur, 1988). En effet, le contrat rawlsien s’appuie sur une anthropologie politique beaucoup plus complexe que la simple mise en œuvre de la théorie de l’utilité. La théorie rawlsienne suppose une conception de l’individu en tant que personne morale, porteur d’une conception du bien (la théorie étroite du bien, Rawls, 1971, 473) et d’un sens de la justice (les jugements bien pesés) antérieurs au passage sous le voile d’ignorance. En opposition à l’individu rationnel standard, l’individu rawlsien est à la fois rationnel, au sens classique, et raisonnable : il est, par exemple, capable de coopérer lors d’un dilemme du prisonnier. Rawls parle d’un désir d’une coopération équitable, d’une volonté de faire des revendications qu’il est raisonnable d’espérer, voire d’accepter (Rawls, 1982, 165) et du rôle implicite de la réciprocité dans une société bien ordonnée (Rawls 1971, 41). Il rejette en conséquence l’individu type de la théorie du choix rationnel en général, et de l’utilitarisme en particulier. Par ailleurs, fidèle en cela aux canons de la théorie du contrat social, Rawls réserve son critère de justice à la circonstance unique et irrévocable du choix des principes de justice. Enfin, en plus d’une conception de la personne trop riche pour le néo-contractualisme7, Rawls emploie également une définition de la liberté aux accents kantiens rétive aux schèmes de la théorie du choix rationnel. Pensée dans la lignée des conceptions rousseauiste et kantienne, la liberté chez Rawls est autonomie, elle est la capacité d’obéir à la loi que l’on s’est prescrite. Ces conceptions de la liberté et de la personne sont à relier avec ce que Rawls écrit à propos des talents et du mérite. L’individu rawlsien n’est pas le propriétaire unique des ses talents. Autant de points saillants qui soulignent la distance entre le Rawls entrevu par ses lecteurs économistes et l’auteur de Théorie de la justice.

14Il existe toutefois une interprétation concurrente que je me dois d’évoquer : Rawls aurait véritablement tenté de produire une théorie économique de la justice où la théorie du choix rationnel serait le principe directeur en dernière instance, et aurait changé de cap après avoir été châtié pour ses erreurs par ses lecteurs économistes. Un sentiment résumé par Kenneth Binmore: « Il doit être dorénavant clair que c’est au jeune Rawls que je fais allusion quand je me réfère à ses travaux. » (Binmore, 1994, 9). Après avoir cherché en vain dans les premiers écrits de Rawls (Rawls 1951, 1958, et 1967) des preuves ou des indices à charge, je suis convaincu que depuis le début Rawls enchâssa la théorie du choix rationnel dans une architecture plus complexe où l’idée du raisonnable a toujours le dernier mot. Ce jugement est cohérent avec la distinction souvent effectuée par Rawls entre, d’une part, la façon hobbesienne ou huméenne de représenter la justice, une tradition inaugurée en amont par Glaucon et les Sophistes et liée en aval à la théorie des jeux et, d’autre part, la version kantienne qui est sienne de justifier de principes de justice. Certes, l’usage que Rawls semble réserver à la théorie du choix rationnel a pu donner le sentiment qu’il tentait de fonder rationnellement les principes de justice. Mais une lecture attentive révèle que, si un plus haut niveau d’abstraction est atteint, ce n’est pas au sein de la théorie de la décision rationnelle, mais plus sûrement dans la fortification de jugements philosophiques au moyen d’un traitement analytique, riche d’instruments novateurs tels la position originelle, le voile d’ignorance, l’ordre lexicographique ou l’équilibre réfléchi. Autrement dit, le jeune Rawls auquel pense Binmore n’a sans doute jamais existé et le programme qui lui est attribué est un programme apocryphe.

2. « L’erreur » des économistes

  • 8 Sen réagissait à « Justice as fairness » un article de 1958 dans lequel Rawls développait certains (...)

15Il est impossible d’évoquer ici l’ensemble des réactions que suscita la théorie rawlsienne. Cependant, une première liste, non exhaustive et limitée aux années soixante-dix et débuts des années quatre-vingt, donne la mesure du retentissement de la théorie rawlsienne et de la multiplicité des thèmes retenus. Certaines réactions se sont concentrées sur le principe de différence, et plus précisément sur l’usage du maximin en son sein (Runciman et Sen, 19658, Harsanyi, 1975a, 1977a et 1977b), sur la nature des comparaisons interpersonnelles employées par Rawls (Arrow, 1973 et Sen, 1975), sur la priorité accordée à la liberté (Hart, 1973), sur la nature ce qui est à distribuer (Sen 1980), sur la structure de la justification du choix des individus représentatifs en position originelle (Nagel, 1973 et Hampton, 1980), sur la nature des individus sous voile d’ignorance (Walzer, 1983, le courant communautariste en général), sur la « socialisation » des handicaps et des talents (Gauthier, 1974, Nozick, 1974, les libertariens), et enfin, sur l’oubli de la question de l’engagement (commitment) (Dworkin, 1973, Lyons, 1975 et Buchanan, 1975 et 1976).

16Il est instructif d’exposer les critiques issues d’auteurs prêtant à Rawls la volonté de produire une théorie économique de la justice. Pensant être face à une théorie économique de la justice, de nombreux économistes vont viser les points « posant problèmes » dans la théorie rawlsienne, peu compatibles avec la théorie du choix rationnel. Guidés par cette interprétation erronée, ils donnent au contraire la mesure de la distance séparant le Rawls « authentique » (c’est-à-dire kantien et anti-utilitariste) du Rawls apocryphe.

17Je n’ai choisi de développer que deux faiblesses supposées dans la démonstration rawlsienne : le refus de l’agrégation (sur les personnes ou les biens) et la controverse sur le critère de décision approprié en position originelle sous voile d’ignorance. Je passe donc sous silence, d’une part, les difficultés soulevées par l’ordre de la démonstration rawlsienne – la fameuse circularité où le résultat de la délibération semble précéder plus que suivre la démonstration (Ricœur, 1988 et Guillarme, 1999) –, et d’autre part, la conception de la personne chez Rawls, son anthropologie politique. J’insisterai sur les problèmes soulignés par les économistes, liés à la volonté chez Rawls de garder l’aspect multidimensionnel de ses biens premiers afin surtout de ne pas être confondu avec l’utilitarisme.

18Rawls soumet ses principes de justice à un ordre lexicographique afin de garantir la priorité de la liberté sur des considérations de bien-être et de ressources. C’est à ses yeux un des aspects assurant la supériorité de sa théorie sur l’utilitarisme coupable de tolérer des situations sacrificielles par définition irrespectueuses de la liberté individuelle. L’idée d’une priorité de la liberté est l’objet de critiques d’auteurs que la charge rawlsienne contre l’utilitarisme n’a pas convaincus. Arrow (1973) remarque qu’il s’agit d’un jugement empirique dont la validité est laissée à l’approbation du lecteur. Est-il certain que les individus choisissent toujours plus de liberté avant toute considération matérielle ? Mais la critique arrovienne va plus loin : Rawls propose le principe de liberté comme une alternative à l’utilitarisme. Le premier principe est censé offrir des garanties en termes de préservation des droits individuels que l’utilitarisme ne possède pas. Cependant, remarque Arrow, si les individus ont effectivement une préférence pour la sauvegarde d’un ensemble de libertés aussi grand que possible dans le respect des libertés d’autrui, alors cette préférence se reflétera dans la fonction d’utilité individuelle et, par agrégation, dans la fonction collective. Sur le point précis de la priorité accordée à la liberté, Arrow estime que Rawls ne parvient pas à se distancier de l’utilitarisme :

Si vraiment chaque individu assigne une priorité lexicale à la liberté, alors le plus classique des utilitarismes considérant la somme des utilités fera de même pour le choix social ; la règle sera pour la société de maximiser la somme des libertés individuelles, puis, parmi les états qui accomplissent cette tâche de choisir celui qui maximise la somme de satisfaction issue des autres biens. (Arrow, 1973, 250)

  • 9 La conception publique de la justice renvoie au critère d’universalisation kantien intégré à l’impé (...)

19Arrow ne poursuit pas plus loin sur cette voie. Il se borne à souligner ce qui lui semble être une faille dans la démonstration rawlsienne. Menée à son terme, la critique arrovienne postule qu’un principe lexical ne devient nécessaire que si l’individu ne préfère pas absolument la liberté. Mais si les individus ne préfèrent pas la liberté, pourquoi la leur imposer ? Envisagé dans un cadre préférentialiste, le principe de liberté est donc superflu ou paternaliste. Arrow n’a pas perçu l’importance dans la théorie rawlsienne de « la conception publique de la justice »9, un oubli symptomatique de la promptitude des économistes à recevoir la théorie rawlsienne comme une théorie économique de la justice.  

  • 10 A deux exceptions près (1) si le niveau de bien-être minimum n’est pas atteint, Rawls ne prétend pa (...)
  • 11 Bentham et Harsanyi (son plus grand représentant au vingtième siècle) militaient pour un usage des (...)

20De son côté, Herbert Hart (1973) remarque que dans la construction rawlsienne, seule la liberté peut limiter la liberté, sans qu’aucune autre considération n’entre en jeu10. Mais il n’existe pas selon lui de critère quantitatif de la liberté, seulement des conséquences avantageuses ou désavantageuses de ces libertés. Lors d’un arbitrage entre deux types de libertés, il est nécessaire de peser les coûts et les gains, et donc de disposer d’une mesure s’appuyant sur une unité, une représentation du bien-être. Comment Rawls parvient-il à choisir une liberté plutôt qu’une autre sans leur attribuer une mesurabilité, ce qui annihilerait la frontière qualitative instituée entre la liberté et les autres biens premiers ? Bien que concentrée sur un autre aspect, la critique de Hart fait écho à celle de Arrow. Elle vise la difficulté pour Rawls de concilier le discrédit qu’il souhaite jeter sur l’utilitarisme et l’usage des comparaisons interpersonnelles que son concept de biens premiers ne permet pas d’éviter totalement. Afin d’instituer une société où le plus mal loti est dans la meilleure position possible, il faut être en mesure de l’identifier. Autrement dit, effectuer des comparaisons de niveaux entre les individus. L’un des points essentiels, sous-estimé parfois par ceux qui ont trop vite imputé à Rawls la volonté d’imposer le maximin comme substitut à la maximisation de l’utilité espérée, est qu’il ne s’agit pas de niveaux d’utilité, mais de biens premiers. Si Rawls a pris le soin de ne pas utiliser la métrique utilitariste, c’est qu’il conçoit les biens premiers comme des biens multidimensionnels. Parmi les biens premiers sociaux susceptibles d’être distribués, certains sont de l’ordre des ressources (la richesse, le revenu), mais d’autres ne se prêtent pas aisément à une quantification (opportunités, respect de soi même). D’une manière générale, l’interprétation économique de la théorie de la justice comme équité a fait preuve d’une singulière myopie quant à la nature des biens premiers. Elle était confortée, il est vrai, par Rawls lui même lorsqu’il déclare que : « …tout homme rationnel est supposé les désirer. » (Rawls, 1971, 93). Les biens premiers rawlsiens ne peuvent être conçus indépendamment de l’architecture globale, particulièrement de la conception de la personne. Rawls n’aura de cesse de clamer que chacun de ses concepts est solidaire du tout. Mais il faudra du temps pour qu’il soit entendu. Ainsi Amartya Sen (1974) dans un article intitulé « Rawls versus Bentham » réduit la théorie de la justice comme équité à un épisode supplémentaire dans la réhabilitation de l’ordinalisme11. La critique senienne des biens premiers rawlsiens est tangente à l’argument de Arrow évoqué plus haut. Afin d’éviter le problème de la comparaison interpersonnelle d’utilité, Rawls, on l’a vu, met en scène une maximisation de la dotation en biens premiers. Mais, comme le remarque Arrow, ce problème ressurgit à travers l’agrégation des différentes composantes du panier des biens premiers :

Dès lors qu’il y a plus d’un bien premier, il existe un problème d’indexation afin de rendre commensurables les différents biens, qui est en principe aussi difficile que le problème de la comparaison interpersonnelle d’utilité que nous rencontrions au début. (Arrow, 1973, 254)

21De plus, le plus mal loti, qui est l’individu crucial dans l’architecture rawlsienne, ne sera pas toujours le même suivant les biens premiers considérés. Si bien que son identification ramène la réflexion sur le terrain d’une agrégation et réduit à nouveau la distance que Rawls souhaite placer entre ses biens premiers et l’utilité espérée. Toutes ces critiques sont convaincantes mais elles visent un Rawls virtuel dont la théorie serait libérée d’un certain nombre de conditions exogènes à la théorie économique. Rawls ne dira pas autre chose dans sa mise au point de 1982 intitulée Social Unity and Primary Goods :

Pour un économiste soucieux de justice sociale et de politique publique, un index de biens premiers peut simplement sembler un patchwork ad hoc et non une véritable théorie. C’est pour cette raison que j’ai tenté d’expliquer l’arrière-plan philosophique d’un tel index. Car la réaction de l’économiste est en partie juste : un index de biens premiers n’a pas sa place dans une théorie au sens où l’entend un économiste. Il a plutôt sa place dans une conception de la justice placée au sein de l’alternative libérale à la tradition du bien rationnel unique. Ainsi, le problème n’est pas de spécifier une mesure adéquate d’une caractéristique psychologique ou autre, que seule la science pourrait révéler. Il s’agit plutôt d’un problème moral et pratique. (Rawls, 1982, 184)

22Dans les années quatre-vingt, Rawls se défend de faire de la théorie économique, mais il est trop tard. Car avec John Harsanyi, la question d’une interprétation économique de Théorie de la justice a pris une autre ampleur.

3. Le débat avec Harsanyi

  • 12 « …l’utilitarisme de la règle suppose que le critère utilitariste doit être appliqué en première in (...)
  • 13 Par souci de célérité, je passe sur les nombreuses hypothèses explicites ou cachées du raisonnement (...)

23Deux siècles après que Bentham eut critiqué, de manière selon lui définitive, la théorie du contrat social de la première génération, le débat entre l’utilitarisme et le contractualisme renaît de ses cendres. Avec Rawls, Harsanyi fournira à toute une génération d’auteurs le contexte théorique et les outils analytiques propres au néo-contractualisme. En proposant une théorie adverse fondée sur une utilisation plus orthodoxe de la théorie du choix rationnel, Harsanyi s’inscrit de plain-pied dans le programme rawlsien apocryphe (PRA), fût-ce au nom de l’utilitarisme. Il n’y a rien d’apocryphe dans le programme harsanyien, et bien que ses articles séminaux précèdent Théorie de la justice de bien des années, son travail synthétisé en 1977 peut être entendu comme une réponse utilitariste au contractualisme rawlsien. Harsanyi (1953) expose dans un court article son théorème de l’observateur impartial, ainsi nommé en hommage au spectateur impartial de Smith, et renouvelle l’utilitarisme de la règle12 inauguré par Mill (1861). Le théorème de l’observateur impartial postule que les contractants sont capables d’impartialité s’ils élaborent la société future sans savoir la position qu’ils y occuperont. On le voit, la similitude avec la théorie rawlsienne est frappante, seuls manquent les mots de position originelle et de voile d’ignorance. Il existe pourtant d’importantes différences. L’individu harsanyien assigne une équiprobabilité à chacune des places de la société, se conformant ainsi à la théorie bayésienne de la rationalité que Rawls rejette. De plus, il ne soumet pas la maximisation de son utilité à une règle de priorité suivant en cela la critique arrovienne adressée à Rawls. Une société juste selon les critères de l’utilitarisme harsanyien serait celle qui maximise l’espérance d’utilité de ses membres, cela sans se préoccuper de la distribution des utilités particulières, c’est-à-dire sans souci de limiter les inégalités13. Rawls reconnaîtra la similarité en 1971 :

Ainsi, si nous admettons qu’il n’y a pas de problèmes de comparaisons d’utilité entre les personnes, et si les partenaires sont considérés comme des individus rationnels qui ne craignent pas de prendre des risques et qui suivent le principe de la raison insuffisante dans leurs calculs de probabilités (principe sous-jacent dans les calculs de probabilité que l’on vient de voir), alors l’idée de la situation initiale conduit tout naturellement au principe d’utilité moyenne. En le choisissant, les partenaires maximisent le bien-être qu’ils attendent de ce point de vue. Il y a donc une forme de la théorie du contrat qui fournit un raisonnement en faveur du principe d’utilité moyenne plutôt que du principe classique. (Rawls, 1971, 196)

24La publication de Théorie de la justice a sans doute résonné comme un défi aux oreilles d’Harsanyi. Rawls y accuse l’utilitarisme de tous les maux : ce dernier ne garantit pas le respect des droits individuels puisqu’il laisse une place à un principe sacrificiel, il ne respecte pas la pluralité des personnes et de leurs désirs en faisant l’hypothèse de comparabilité et de mesurabilité des utilités individuelles. Enfin, il s’appuie sur un usage inapproprié des probabilités dans un contexte où celles-ci ne s’appliquent pas. Le gant est jeté.

  • 14 Les hasards des publications ont fait que la réponse de Rawls fut publiée avant l’article de Harsan (...)

25Rawls (1974) et Harsanyi (1975) s’affrontent à travers deux articles, véritable passe d’arme, à propos du critère de décision en incertitude14. L’article de Harsanyi est une critique cinglante de Théorie de la justice. Sur le fond, le critère de décision rawlsien ne se voit attribuer de la pertinence que lorsqu’il mène aux mêmes conclusions que l’utilitarisme. Indépendamment des cas où le maximin est redondant, Harsanyi lui concède de l’intérêt dans de rares occurrences de politiques fiscales. Pour le reste, le maximin « a des implications absurdes, hautement paradoxales » … et « quelqu’un qui règlerait sa vie selon ce principe finirait à l’hôpital psychiatrique » (Harsanyi, 1975a, 594 et 595). Dans la forme, Harsanyi renoue avec la virulence benthamienne. Il est remarquable que ce débat se déroule autour de la question du critère de décision et, plus précisément, sur ce qui distingue le maximin du principe de différence. L’aveuglement des économistes à percevoir cette différence est la raison principale pour laquelle il est possible de parler de PRA Le maximin est un critère de décision qui consiste à évaluer une alternative uniquement en fonction de sa situation potentielle la moins favorable, à donner à la position la plus défavorisée un poids absolu dans la procédure de choix (Rawls, 1971, 185). Le principe de différence rawlsien est une notion plus complexe. En effet, il ne s’applique que lors du choix des principes de justice de la structure de base de la société qui est, rappelons-le, un acte fondateur irrévocable (Rawls,1971, 38). De surcroît, le principe de différence suppose un ordre lexical bien défini où la question de l’allocation matérielle des biens premiers vient après le premier principe (le principe de liberté égale pour tous), sous la condition d’égale opportunité et dans la limite d’un juste principe d’épargne. Enchâssé dans le principe de différence, le maximin ne s’applique qu’à l’occurrence unique des choix des principes fondateurs de justice. Il est donc une partie, et une partie seulement, du principe de différence. Et de son côté, le principe de différence est une application particulière – sous des contraintes spécifiques – du maximin. Ainsi, le principe de différence ne doit être en aucun cas réduit au maximin, un point que Rawls soulignera avec soin dans ses écrits plus récents (Rawls, 2001, 61), mais qui était déjà présent en toutes lettres en 1971 :

Pour finir, un commentaire sur la terminologie. Il se peut que les économistes souhaitent appeler le principe de différence le critère du « maximin », mais j’ai évité soigneusement ce terme pour plusieurs raisons ; le critère du « maximin » est généralement compris comme étant une règle de choix dans des conditions de grande incertitude, tandis que le principe de différence est un principe de justice. Il n’est pas souhaitable d’utiliser le même terme pour deux choses si différentes. Le principe de différence est un critère très particulier : il s’applique, en premier, à la structure de base de la société via les individus représentatifs dont les attentes ont été mesurées par un indice de biens premiers. De plus, si on appelle critère du « maximin » le principe de différence, ceci suggère à tort que l’argument principal en faveur de ce principe dérive d’une hypothèse de très forte aversion pour le risque. Il y a, en effet, une relation entre le principe de différence et une telle hypothèse, mais je ne postule pas des attitudes extrêmes vis à vis du risque. […] Il est donc préférable d’utiliser critère du « maximin » seulement pour la règle de choix dans l’incertain. (Rawls, 1971, 115)

26Cela n’empêchera pas Rawls, trente ans plus tard, de se blâmer pour une confusion contre laquelle il s’était pourtant prémuni : « La ressemblance formelle (entre le maximin et le principe de différence) est une source d’erreur. (…) L’incapacité à expliquer ce point est un défaut sérieux dans Théorie de la justice. » (Rawls, 2001, 95). Encore une fois, pourquoi Rawls ressentirait-il le besoin de revenir sur ce point s’il n’avait la conviction de ne pas avoir été compris ? La réponse de Jean Pierre Dupuy est éclairante :

Se croyant en terrain connu, les économistes lecteurs de Rawls en ont conclu qu’il s’agissait d’un problème de décision classique, celui du choix rationnel d’un individu isolé en situation d’incertitude non probabilisable. L’auteur de Théorie de la justice, dont les formulations parfois imprécises ou ambiguës ne sont pas étrangères à cette interprétation, a eu depuis plusieurs fois l’occasion de la dénoncer comme contresens. (Dupuy, 2002, 120)

  • 15 Une telle réduction est à la fois une hérésie et quelque chose de totalement banal en théorie du ch (...)

27Harsanyi céda à la tentation de l’amalgame. Rawls lui-même n’est pas exempt de tout reproche puisqu’il intitule sa réponse à Harsanyi : « Some Reasons for the Maximin Criterion » proposant, du moins dans son titre, une défense du maximin et non du principe de différence. Nul doute que cette confusion contribua aux incompréhensions répétées entre Rawls et Harsanyi. Ce dernier critiquant la théorie de la justice comme équité sur la base du maximin, le premier répondant invariablement sur le terrain du principe de différence. Afin d’illustrer cette équivoque qui s’avérera féconde, je réduis les positions de Rawls et d’Harsanyi à deux fonctions de bien-être social15. Dans ce cas simplifié à l’extrême, la fonction de bien-être social à maximiser a pour Harsanyi la forme suivante : Wh, où, dans le cas d’une société à deux membres, Ua et Ue sont respectivement les niveaux d’utilité espérés d’Adam et d’Ève et où Ui représente la fonction d’utilité de l’individu i associée à ses préférences étendues personnelles, soit dans le cas à deux membres Wh(Ua,Ue) =  ½ (Ua+Ue), et dans le cas général

Image 10000000000000DA0000003ED4D29297.jpg

  • 16X représente une dotation en biens premiers.

28Cette fonction de bien-être social doit être mise en relation avec celle qui est attribuée à Rawls, par ceux qui confondent, chez Rawls, programme authentique et programme apocryphe : Wr (X) = min (Xa, Xe) 16, et dans le cas général, Wr (X) = min (X1, X2, …Xn)

  • 17 Parmi cinq, cf. Harsanyi 1975a et 1975b.

29Dans le premier cas, la quantité à maximiser est la somme des espérances d’utilités individuelles ; dans le second, il s’agit de rendre maximum la dotation minimale en biens premiers. Il est essentiel de comprendre que réduire la théorie rawlsienne à une fonction de bien-être social, c’est déjà accepter le PRA. Or, c’est avec cette simplification en tête qu’Harsanyi attaquera la théorie rawlsienne à partir d’exemples afin de critiquer, et même ridiculiser, la position rawlsienne. Celui que j’ai choisi17 illustre l’impossibilité pour une pensée utilitariste de reconnaître la spécificité du choix du contrat social et souligne la façon dont Harsanyi refuse de prendre en considération toute caractéristique chez Rawls qui dépasserait du cadre de la théorie du choix rationnel.

  • 18 Harsanyi précise que l’emploi doit être accepté ou refusé le lendemain. Il n’est pas possible d’acc (...)

30Harsanyi considère un individu vivant à New York qui a le choix entre deux propositions d’emploi. La première concerne un emploi passionnant et bien payé à Chicago, la seconde un emploi ennuyeux et mal rémunéré à New York. Dans le cas où l’individu déciderait d’aller à Chicago (ce qui semble la meilleure idée) il doit prendre l’avion18 et donc s’exposer à la probabilité faible mais non nulle de s’écraser au sol. Si l’individu suit la règle utilitariste, il pondèrera chacune des alternatives par la probabilité de réalisation qui lui est associée. La probabilité d’un crash étant minime, il est probable qu’il choisira d’aller vivre au bord des grands lacs. Toutes choses égales par ailleurs (qu’il n’ait pas d’attachements indéfectibles à New York, que l’on considère que la probabilité de succomber à un accident à Manhattan est nulle etc.,) cet individu semble, au regard du sens commun, bien inspiré. Pourtant, la règle rawlsienne commande d’ignorer tout calcul de probabilité, le voile d’ignorance étant plus épais chez Rawls que chez Harsanyi, et donc d’éviter le risque non-probabilisable de mort violente suite au crash de l’avion. Selon Harsanyi cette décision est irrationnelle :

A prendre le principe du maximin au sérieux, vous ne pourriez jamais traverser une rue (après tout vous pourriez vous faire écraser) ; vous ne conduiriez jamais sur un pont (il pourrait s’effondrer) ; vous ne vous marieriez jamais (cela pourrait se terminer par un désastre), etc. Si quelqu’un agissait vraiment ainsi, il est probable qu’il finirait vite dans un hôpital psychiatrique. (Harsanyi, 1975a, 595)

31Harsanyi choisit d’ignorer les circonstances spécifiques du critère de décision propre à la théorie de la justice comme équité. C’est pourtant une différence fondamentale entre utilitarisme et contractualisme. Le premier propose une règle de décision applicable à tous les choix, le second ne traite que de la fondation de l’état de société, ce qui en langage rawlsien s’appelle aussi la recherche des principes de justices qui régissent les institutions de la structure de base de la société. Rawls le lui rappellera :

Le critère du maximin n’est pas conçu pour s’appliquer à des situations locales ou individuelles, comme par exemple, comment un médecin devrait traiter ses patients ou une université ses étudiants. Pour ces situations, d’autres principes seront probablement nécessaires. Le maximin est un principe macro, pas micro. […] Ainsi le sujet de l’accord originel est une conception de la justice sociale. De plus, cette conception doit être entendue comme s’appliquant à la structure de base de la société, c’est-à-dire, à ses institutions majeures – la constitution politique et les principales dispositions économiques et sociales – ainsi que la manière dont elles se combinent ensemble pour former un système. (Rawls, 1974, 225-226)

  • 19 Pour mémoire la théorie de l’acte fondateur est un trait commun à toutes les théories du contrat so (...)
  • 20 Une doctrine compréhensive englobe la quasi-totalité des activités humaines.

32La réponse rawlsienne semble sans appel. Pourtant, Harsanyi est convaincant lorsqu’il indique que l’on ne perçoit pas comment pourraient coexister deux principes de rationalité concurrents, l’un pour les situations locales et l’autre pour la grande occasion de la fondation de la société. Ici, les deux arguments ne se rencontrent pas, mais cette non-rencontre est instructive. La théorie rawlsienne n’est pas intégralement immergée dans le monde de la théorie du choix rationnel, loin s’en faut. Rawls s’appuie sur les ressources de la théorie du choix rationnel, mais ne les applique qu’à la circonstance de l’acte fondateur19 et conçoit cette restriction comme ce qui distingue sa théorie d’une « doctrine compréhensive »20 comme peut l’être l’utilitarisme. Dès lors, il devient rationnel selon Rawls, d’amender la théorie du choix rationnel et de l’adapter à la circonstance de l’acte fondateur. Parce que l’on choisit pour toujours – c’est-à-dire aussi pour ses descendants –, parce que la stabilité et la pérennité entrent en ligne de compte, le maximin tel qu’il est encastré dans le socle de la théorie est un critère de choix rationnel. En tant que théorie du contrat social, la théorie rawlsienne s’adresse à la fondation de la société (ou des principes de justice qui la régissent). Un argument déjà présent dans Théorie de la justice (Rawls, 1971, 29, 33, 126, et 300, et réitéré trois décennies plus tard, Rawls, 2001, 12) et magistralement asséné dans Libéralisme Politique : « Je ne peux répondre ici aux objections très fortes d’Harsanyi, mais je noterai que le principe du maximin n’a jamais été proposé comme base pour la moralité ; sous la forme du principe de différence, c’est un principe soumis à d’autres principes et s’appliquant à la structure de base… » (Rawls, 1993a, 313). Harsanyi n’entend pas la spécificité du contractualisme. Ainsi le débat Rawls - Harsanyi paraît pauvre. Harsanyi ne peut accepter l’idée d’un critère de décision enchâssé dans une toile de conditions exogènes. Or, il ne faut pas considérer le principe de différence comme un critère de décision classique. Chez Rawls, l’usage du maximin est validé par un ensemble de circonstances et de conditions. Il faut qu’il n’y ait pas de bases solides pour probabiliser les alternatives possibles, que les individus soient peu concernés par des gains au-dessus du minimum, que les autres critères de décision risquent de mener à des alternatives désastreuses et que le choix soit irrévocable. À quoi il convient d’ajouter les liens que Rawls a tissés entre le maximin et les problèmes de stabilité et de respect de soi-même. Ce sont là des aspects exogènes au projet rationnel attribué à Rawls. Les flèches harsanyiennes ayant systématiquement pour cible le maximin, elles ne pouvaient que manquer le principe de différence.

33Rawls a cependant sa part de responsabilité dans ce malentendu. Ses ambigüités ont été discutées plus haut. Parmi elles, le rôle dévolu au maximin est un cas particulier. Il y aurait, d’une part, un rôle explicite (un critère de décision en incertitude) niché dans le principe de différence, lui-même inséré dans l’ensemble plus large des principes de justice destinés à régler la structure de base de la société. Et il y aurait d’autre part, un rôle implicite :

Il est utile, en tant que méthode heuristique, de traiter les deux principes de justice comme la solution du « maximin » au problème de la justice sociale. Il y a une relation entre les deux principes et la règle du « maximin » pour des choix dans l’incertain. Ceci est évident du fait que les deux principes sont ceux que choisirait une personne pour planifier une société dans laquelle son ennemi lui assignerait sa place. (Rawls, 1971, 184)

34Ici, le maximin s’échappe de la tutelle des principes de différence et de liberté. Loin d’être un critère encastré, il surplombe l’architecture rawlsienne et rend des couleurs à la critique harsanyienne lorsqu’elle parle de préoccupation immorale pour le plus défavorisé et d’aversion irrationnelle pour le risque :

L’hypothèse de Rawls est que chaque participant en position originelle choisira entre des conceptions alternatives de justice sur la base du principe extrêmement irrationnel du maximin, qui requiert que chacun agisse, comme s’il était absolument certain que, quoiqu’il ait fait, advienne la pire conséquence possible de ses actes. C’est une hypothèse très surprenante parce que Rawls est supposément à la recherche d’une conception de la justice que choisiraient des individus rationnels en position originelle. (Harsanyi, 1993, 695)

  • 21 Ainsi le désir d’un parieur d’attribuer plus d’utilité à un gain α que de désutilité à une perte du (...)

35Selon Harsanyi, il est irrationnel d’être risk-averse dans la mesure où l’attitude de chacun face à l’incertain est déjà prise en compte par les fonctions Von Neumann Morgenstern21. Au-delà de la question concernant la mesure de l’intensité des préférences, Harsanyi passe sous silence le fait que Rawls utilise des biens premiers et non des évaluations en termes d’utilité. Rawls est loin de ces préoccupations, le choix du maximin est notamment justifié par l’exigence de ne pas faire dépendre le choix fondateur des attitudes particulières faces au risque (Rawls, 1971, 201). Le commentaire ultime de Rawls sur cette question est fidèle au mouvement d’ensemble de sa théorie qui, de 1971 à 2001, s’éloigne par étapes du PRA :

Ce qu’il faut montrer, c’est qu’il est rationnel de se mettre d’accord sur ces principes plutôt que sur le principe d’utilité, étant donné le caractère unique de cette situation, et ceci est vrai pour tous ceux dont l’aversion pour l’incertitude, en ce qui concerne la capacité à garantir leurs intérêts, rentre dans le cadre normal. (Rawls, 1971, 202)

36Et trente ans plus tard :

Ce n’est pas l’aversion pour l’incertitude comme psychologie particulière, mais la nature fondamentale des intérêts qu’ils doivent protéger, et les caractéristiques particulières de la position originelle qui justifient leur usage de la règle du maximin comme méthode de décision. (Rawls, 2001, 107)

37Mais, à nouveau, il admet que sa présentation initiale ait pu être trompeuse :

En contraste avec ce que peut suggérer l’exposé dans Théorie de la justice, ce partage de l’argument montre que les raisons pour le principe de différence ne reposent pas (comme l’ont pensé, non sans quelques raisons, K. J. Arrow, J. C. Harsanyi et d’autres) sur une grande aversion à l’incertain, entendue comme attitude psychologique. Cela serait un argument très faible. Au contraire, les raisons appropriées reposent sur des idées telles la publicité et la réciprocité. (Rawls, 2001, xvii)

38Harsanyi n’entendra pas la réponse de Rawls. Il n’accordera pas au choix de la structure de base un statut particulier, demeurant en ce sens fidèle à la tradition utilitariste. Dès lors, le débat ne peut tenir toutes ses promesses. Ainsi, l’accusation d’irrationalité portée par Harsanyi à l’encontre de Rawls est davantage un contrepoint au PRA qu’à la théorie de la justice comme équité. La meilleure preuve de l’existence du PRA, cela a été dit, est l’insistance avec laquelle Rawls se défend trente ans après la publication de Théorie de la justice de proposer une théorie économique de la justice. Mais j’estime que la position harsanyienne, et surtout la façon dont elle évolua, est un autre indice de poids. Au début des années 1970, Harsanyi porte le fer sur le critère de décision rawlsien, une « erreur technique » fondamentale :

Mais la différence principale réside en ce que Rawls commet une erreur technique en basant son analyse sur une règle décisionnelle hautement irrationnelle, le principe du maximin, qui était plus ou moins à la mode il y a trente ans, mais qui perdit son attrait quelques années plus tard quand on se rendit compte des implications pratiques absurdes qu’elle entraînait. (Harsanyi, 1977b, 50, c’est moi qui souligne)

39Or Harsanyi changera son fusil d’épaule vingt ans plus tard, lors d’une interview accordée à Peter Hammond et Claude d’Aspremont. À la question : « Si Rawls venait à abandonner son hypothèse (du maximin) et proposait à la place une théorie fondée sur le principe de l’utilité espérée, la plupart de vos désaccords seraient-ils réglés ? » Harsanyi répond :

Non, je ne crois pas. […] Je pense qu’il s’agit d’une erreur technique [le maximin], si c’est bien une erreur, dans la théorie de la décision rationnelle. Je m’oppose bien plus vigoureusement à ses jugements moraux fondamentaux [ceux de Rawls] qu’à ses points de vue relatifs à la théorie de la décision rationnelle. (Harsanyi, 1996, 394)

  • 22 Un article écrit en 1998 mais publié à titre posthume en 2008.
  • 23 Rawls est même le premier remercié, Sen (2009, xxi).

40En près de trois décennies, le débat a changé avec ses auteurs. À partir de la fin des années 1990, Harsanyi (2008)22 reproche à Rawls ses positions sur le mérite et la responsabilité individuelle. Amartya Sen effectua un déplacement comparable. Ayant eu accès à une première version de Théorie de la justice dès la fin des années soixante, il concentra d’abord ses critiques sur le critère de décision en position originelle (Runciman et Sen 1965) et sur la méthode d’agrégation et de comparaison (Sen, 1974). En 2009 dans The Idea of Justice, Sen parle désormais de son immense dette vis-à-vis de Rawls23 pour ensuite dédier un chapitre entier à la discussion critique de la théorie rawlsienne, une œuvre envisagée comme un monument de philosophie politique, une étape décisive pour le courant contractualiste, définie par Sen comme « institutionnalisme transcendantal ». Les désaccords sur le critère de décision sont à peine évoqués. Quant à Rawls, les précisions apportées à Théorie de la justice en 2001 masquent mal le fait que sa théorie s’est progressivement détournée de son but originel : la lutte contre l’utilitarisme.

41Bien qu’il s’agisse davantage d’une méprise que d’un véritable débat, Rawls et Harsanyi ont déterminé pour longtemps la façon dont on a discuté tant d’une fonction de bien-être social que d’une théorie du contrat social (ou d’une doctrine morale compréhensive). À bien des égards, ils semblent constituer les extrémités du spectre des possibles en matière de philosophie économique. Une conclusion confortée par un résultat célèbre de la théorie du choix social qui fait du leximin et de la maximisation de l’utilité la seule alternative possible en matière de critère de distribution pour une fonction de bien-être social (Deschamps et Gevers, 1978). Ainsi, la ligne de démarcation entre les théories rawlsienne et harsanyienne est accentuée par le statut qu’elles trouvent dans la théorie du choix social.

Conclusion

42J’ai tenté de dresser le portrait d’un Rawls qui n’a jamais existé. Débusquer un programme fantôme nécessite d’isoler les preuves ou les conséquences de son passage. Mon point de départ fut les formulations ambiguës de Rawls dans Théorie de la justice, le rôle qu’il attribua à la théorie du choix rationnel et son insistance à lutter de l’intérieur (en économiste) contre l’utilitarisme. Ensuite, la lecture quasi unanime, voire systémique, de ses lecteurs économistes au début des années 1970 renforça le sentiment qu’il existait une interprétation erronée mais robuste de Théorie de la justice, l’assimilant à une théorie économique de la justice. À cela s’ajoute la constance avec laquelle Rawls ne cessa de se démarquer de cette interprétation, clamant encore en 2001 qu’il ne réduisait pas sa théorie du contrat social à un exercice du choix rationnel. Enfin, le débat central avec Harsanyi, à la fois décevant et structurant pour la théorie du contrat social, transforma ce qui était encore une erreur d’interprétation en un incontournable point de départ pour qui souhaite travailler sur les théories contemporaines de la justice.

  • 24 Aux yeux du P.R.A.

43Il manque le point final de ce programme qui le fait passer d’une simple erreur d’interprétation à un programme de recherche : le fait que des décennies plus tard l’on trouve de nombreux auteurs prêts à accomplir précisément ce que j’ai appelé le PRA en se référant explicitement à Rawls et à Harsanyi. En effet, ramené à un problème de décision individuelle en incertitude, le programme rawlsien et son rival harsanyien souffrent d’un défaut majeur. Comme Buchanan (1976) le souligne, pourquoi serait-il rationnel de respecter un accord passé sous voile d’ignorance si, une fois le voile levé, la situation proposée n’est pas une amélioration au sens de Pareto ? Rawls suppose que le principe de différence garantit que l’individu le plus mal loti ne souhaitera pas renégocier. Mais cela ne prend pas en compte comment d’autres contractants pourraient désirer un autre contrat social. Rawls et Harsanyi éludent cette question et recouvrent le principe de rationalité d’un appel à un sens moral, à une disposition éthique irréductible à la théorie du choix rationnel, un appel explicite à Kant (Harsanyi, 1958, 28 ; Rawls, 1971, 153). Or une théorie de la justice ne peut satisfaire les canons du PRA si elle évite la question du respect des engagements (Barry, 1989) et suppose, comme le fait Rawls sous l’égide de Kant, qu’une promesse est nécessairement respectée. Rawls et Harsanyi ne démontrent pas qu’il est rationnel d’être moral, mais bien qu’il est moral d’être rationnel. La justice n’est alors plus fondée sur un principe de raison, mais sur la conjugaison de la théorie du choix rationnel et d’une morale préexistante. Une réponse à cette faiblesse24 sera d’utiliser les ressources de la théorie des jeux en lieu et place de la théorie du choix rationnel individuel en incertitude.

  • 25 Rawls s’est toujours démarqué des travaux de Hobbes. Par exemple, lorsqu’il revendique son apparten (...)

44Dans cette optique, Gauthier (1986) développera une théorie néo-contractualiste hobbesienne autour du dilemme du prisonnier et, après son échec, Binmore (1994, 1998 et 2005) proposera une théorie humienne du contrat social qui mobilise les ressources de la théorie évolutionniste des jeux, et même des théories de l’évolution biologique et culturelle. Il est remarquable de lire que tous deux envisagent leurs travaux, pourtant menés sous l’égide de Hobbes pour le premier et de Hume pour le second, comme l’aboutissement voire le perfectionnement des tentatives rawlsienne et harsanyienne25 :

John Rawls, en effet, a insisté sur l’idée selon laquelle la théorie de la justice est « une partie, peut-être même la plus importante, de la théorie du choix rationnel. » et John Harsanyi considère explicitement l’éthique comme une partie de la théorie du comportement rationnel. Mais les résultats auxquels ils sont parvenus justifient difficilement ces déclarations. La relation entre la morale et le choix rationnel, chez Rawls et Harsanyi, n’est pas aussi profonde que celle que nous cherchons à établir ici. (Gauthier, 1986, 36)

45Et Binmore, précisant sa méthode, dira faire du « Rawls à la Harsanyi » ou du « Harsanyi à la Rawls » (Binmore, 1994, 54). Or, cette théorie du contrat social qui se pense « …comme une synthèse des approches de Rawls et Harsanyi » (Binmore, 1998, 376) est très précisément une tentative de résolution du PRA sur une base humienne. Binmore puise dans la théorie biologique de l’évolution et dans la théorie évolutionnistes des jeux, les justifications de la coopération sociale. Ce faisant, il modifie drastiquement la nature du PRA qui au lieu d’être une théorie de l’édification rationnelle des règles de la société, devient une théorie de la rationalisation du statu quo et de la convention en cours. Autrement dit, la pensée constructiviste du rationnel et de l’engagement volontaire, c’est-à-dire du contrat, est supplantée progressivement par une théorie de l’adhésion raisonnée aux lois historiques et biologiques, c’est-à-dire à la tradition et aux conventions. On ne peut concevoir une plus grande contradiction interne (Duhamel, 2006).

46Mais c’est bien la critique externe qui achèvera le PRA et peut-être le contractualisme avec lui. Au début du XXIe siècle les questions cruciales dépassent les frontières tant géographiques que générationnelles. Si bien que la théorie du contrat social et son exigence d’universalisme, semble mal armé pour penser les défis contemporains. À l’inverse, Sen (2009) défend une position pragmatique et comparatiste, certes moins ambitieuse que la théorie de la justice comme équité, mais peut-être plus adaptée à un monde qui est, et se pense, comme profondément pluraliste.

Ce travail a été réalisé avec le soutien du séminaire Hirschman du GRESE – CES. Je tiens particulièrement à remercier Annie L. Cot, Jérôme Lallement, Samuel Ferey ainsi que deux rapporteurs anonymes.

Haut de page

Bibliographie

Arrow, Kenneth J. 1973. Some Ordinalist-Utilitarian Notes on Rawls’ Theory of Justice. Journal of Philosophy, 70(9): 245-263.

Audard, Catherine (dir.). 1999. Anthologie historique et critique de l’utilitarisme. Tome III : L’utilitarisme contemporain. Paris : Presses Universitaires de France.

Audard, Catherine, Jean-Pierre Dupuy et René Sève (dir.). 1988. Individu et Justice sociale. Autour de John Rawls. Paris : Le Seuil.

Barry, Brian. 1989. Theories of Justice. Berkeley : University of California Press.

Axelrod, Robert. 1984. The Evolution of Cooperation. New York : Basic Books.

Binmore, Kenneth (dir.). 1993. Frontiers of Game Theory. Cambridge : M.I.T. Press.

Binmore, Kenneth. 1994. Playing Fair. In vol. 1 of Game Theory and the Social Contract. Cambridge : M.I.T. Press.

Binmore, Kenneth. 1998. Just Playing. In vol. 2 of Game Theory and the Social Contract. Cambridge : M.I.T. Press.

Binmore, Kenneth. 2005. Natural Justice. Oxford : Oxford University Press.

Buchanan, James M. [1974] 1992. The Limits of Liberty. Chicago : Chicago University Press ; tr. fr. Les Limites de la liberté. Paris : Litec.

Buchanan, James M. 1976. A Hobbesian Interpretation of the Rawlsian Difference Principle, Kyklos, 29(1): 5-25.

Burke, Edmund. [1790] 1974. Réflexions sur la révolution de France. Paris : Hachette.

Daniels, Norman. [1975] 1989. Reading Rawls. Stanford : Stanford University Press.

Deschamps, Robert et Louis Gevers. 1978. Leximin and Utilitarian Rules: A Joint Characterization. Journal of Economic Theory, 17(2): 143-163.

Duhamel, David. 2006. Les nouvelles théories du contrat social et la théorie du choix rationnel. Thèse de doctorat, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Dupuy, Jean-Pierre. 2002. Pour un catastrophisme éclairé. Paris : Le Seuil.

Dworkin, Ronald. 1973. The Original Position. University of Chicago Law Review, 4(3): 500-533. In Daniels (1975), 16-53.

Elster, Jon et John Roemer (dir.). 1991. Interpersonal Comparisons of Well-Being. Cambridge : Cambridge University Press.

Fleurbaey, Marc. 1996. Théories économiques de la justice. Paris : Economica.

Fleurbaey, Marc, Maurice Salles et John A. Weymark (eds). 2008, Justice, Political Liberalism and Utilitarianism. New York : Cambridge University Press.

Freeman, Samuel (dir.). 1999, John Rawls, Collected Papers. Cambridge : Harvard University Press.

Gauthier, David. 1974. Justice and Natural Endowment: Toward a Critique of Rawls’ Ideological Framework. Social Practice and Theory, 3(1): 3-26.

Gauthier, David. [1986] 2001. Morals by Agreement. Oxford : Oxford University Press ; tr. fr. Morale et Contrat. Liège : Mardaga.

Gauthier, David. 1987. Taming Leviathan. Philosophy and Public affairs. 16(3): 280-298.

Guillarme, Bertrand. 1999. Rawls et l’égalité démocratique. Paris : Presses Universitaires de France.

Halévy, Elie. [1901-1904] 1995. La formation du radicalisme philosophique. Paris : Presses Universitaires de France.

Hampton, Jean E. 1980. Contracts and Choices: Does Rawls have a Social Contract Theory? The Journal of Philosophy. 77(6): 315-338.

Harsanyi, John C. 1953. Cardinal Utility in Welfare Economics and in the Theory of Risk Taking. Journal of Political Economy, 61(5): 434-435.

Harsanyi, John C. 1955. Cardinal Welfare, Individualistic Ethics, and Interpersonal Comparisons of Utility. Journal of Political Economy, 63(4): 309-321.

Harsanyi, John C. 1958. Ethics in Terms of Hypothetical Imperatives. Mind, LXVII(267): 305-316. In Harsanyi (1976), Essays on Ethics, Social Behavior, and Social Explanation, 24-36.

Harsanyi, John C. 1975a. Can the Maximin Principle Serve as a Basis for Morality? A Critique of John Rawls’s Theory. American Political Science Review, 69(2): 594-606.

Harsanyi, John C. 1975b. Nonlinear Social Welfare Functions: Do Welfare Economists Have a Special Exemption from Bayesian Rationality? In Harsanyi (1976), Essays on Ethics, Social Behavior, and Social Explanation, 64-85.

Harsanyi, John C. 1976. Essays on Ethics, Social Behavior, and Social Explanation. Dordrecht : D. Reidel.

Harsanyi, John C. 1977a. Rational Behavior and Bargaining Equilibrium in Games and Social Situations. Cambridge : Cambridge University Press.

Harsanyi, John C. 1977b. Morality and the Theory of Rational Behaviour. In Sen et Williams (1982), Utilitarianism and Beyond, 39-62. Traduit partiellement in Audard (1999), Anthologie historique et critique de l’utilitarisme. Tome III : L’Utilitarisme contemporain, 42-65.

Harsanyi, John C. 1993. Normative validity and meaning of von Neumann and Morgenstern utilities. In Binmore (1993), Frontiers of Game Theory, 307-320.

Harsanyi, John C. 1996. Interview. Social Choice and Welfare, 18(3): 398-401.

Harsanyi, John C. 2008. John Rawls’s Theory of Justice: Some Critical Comments. In Fleurbaey, Marc, Maurice Salles et John A. Weymark (2008), Justice, Political Liberalism and Utilitarianism, 71-79.

Hart, Herbert L. A. 1973. Rawls on Liberty and its Priority. University of Chicago Law Review, 40(3): 534-555. In Daniels (1975), Reading Rawls, 230-252.

Hayek, Friedrich A. [1976] 1995. Droit, Législation et Liberté. Tome 2 : Le Mirage de la justice sociale. Paris : Presses universitaires de France.

Höffe, Otfried. 1991. La justice politique. Paris : Presses Universitaires de France.

Kant, Immanuel. [1785] 1997. Fondements de la métaphysique des mœurs. Paris : Vrin.

Kolm, Serge-Christophe. 1996. Modern Theories of Justice. Cambridge. Cambridge : M.I.T. Press.

Lyons, David. 1975. Nature and Soundness of the Contract and Coherence Arguments. In Daniels (1975), Reading Rawls, 141-167.

Laslett, Peter et W.G. Runciman. 1965. Philosophy, Politics and Society. Oxford : Blackwell.

Mill, John Stuart. [1861] 1996. L’utilitarisme. Essai sur Bentham. Paris : Presses Universitaires de France.

Mongin, Philippe. 1995. Postface, L’utilitarisme originel et le développement de la théorie économique. In Halévy (1901-1904), La formation du radicalisme philosophique, 369-394.

Nagel, Thomas. 1973. Rawls on Justice. Philosophical Review, LXXXII(2): 220-234. In Daniels (1975), Reading Rawls, 1-6.

Nozick, Robert. [1974] 1988. Anarchie, État et utopie. Paris : Presses Universitaires de France.

Pattanaik, Prasanta K. 1968. Risk, Impersonality, and the Social Welfare Function. The Journal of Political Economy, 7(6): 1152-1169.

Rawls, John. 1951. Outline of a Decision Procedure for Ethics. The Philosophical Review, 60(2): 177-197.

Rawls, John. 1958. Justice as Fairness. The Philosophical Review, 67(2): 164-194.

Rawls, John. 1967. Distributive Justice. In Peter Laslett et W.G. Runciman, Philosophy, Politics and Society, 58-82. Reprinted in Freeman (1999), John Rawls, Collected Papers, 130-153.

Rawls, John. [1971] 1997. A Theory of Justice. 2nd ed. 1999, Oxford : Oxford University Press ; tr. fr. par C. Audard, Théorie de la justice. Paris : Le Seuil.

Rawls, John. 1974. Some Reasons for the Maximin Criterion. American Economic Review, 64(2): 141-146. In Freeman (1999), John Rawls, Collected Papers, 225-231.

Rawls, John. 1975. A Kantian Conception of Equality. Cambridge Review, 96(2225): 94-99. In Freeman (1999), John Rawls, Collected Papers, 254-266.

Rawls, John. 1980. Kantian Constructivism in Moral Theory. Journal of Philosophy, 77(9): 515-572. Tr. fr. Le constructivisme kantien dans la théorie morale. In Rawls (1993b), Justice et démocratie, 73-152.

Rawls, John. 1982. Social Unity and Primary Goods. In Sen et Williams (1982), Utilitarianism and Beyond, 159-185.

Rawls, John. 1985. Justice as Fairness: Political not Metaphysical. Philosophy & Public Affairs, 14(3): 223-251. Tr. fr. La théorie de la justice comme équité : une théorie politique et non pas métaphysique. In Audard, Dupuy et Sève (1988), Individu et justice sociale. Autour de John Rawls, 279-317.

Rawls, John. 1987. Préface à l’édition française de Théorie de la Justice. In Rawls ([1971] 1997), Théorie de la justice, 9-15.

Rawls, John. 1993a. Libéralisme politique. Paris : Presses Universitaires de France.

Rawls, John. 1993b. Justice et Démocratie. Paris : Le Seuil.

Rawls, John. 1999. The Law of Peoples. Cambridge : Harvard University Press.

Rawls, John. 2001. Justice as Fairness A Restatement. Cambridge : Belknap Press of Harvard University Press.

Ricoeur, Paul. 1988. Le cercle de la démonstration. In Audard, Dupuy et Sève (1988), Individu et justice sociale. Autour de John Rawls, 129-144.

Runciman, Garry et Amartya Sen. 1965. Games, Justice and the General Will. Mind, LXXIV (296), 554-562.

Sen, Amartya K. 1974. Rawls versus Bentham: An Axiomatic Examination of the Pure Distribution Problem. Theory and Decision, 4(3): 301-309. In Daniels (1975), Reading Rawls, 283-292.

Sen, Amartya K. 1980. Quelle égalité ?. In Sen (1987), Ethique et économie, 189-213.

Sen, Amartya K. 1987. Ethique et économie. Paris : Presses Universitaires de France.

Sen, Amartya K. 2009. The Idea of Justice. Londres : Allen Lane.

Sen, Amartya K. et Bernard Williams (eds). 1982. Utilitarianism and Beyond Cambridge : Cambridge University Press.

Van Parijs, Philippe. 2002. John Rawls, l’exigence de justice. Le Monde daté du 26-11-2002.

Walzer, Michael. 1983. Spheres of Justice : A defence of Pluralism and Equality. Basic Books ; tr. fr. Sphères de justice. Une défense du pluralisme et de l’égalité. Paris : Le Seuil.

Weymark, John. 1991. A Reconsideration of the Harsanyi-Sen Debate on Utilitarianism. In Elster et Roemer (1991), Interpersonal Comparisons of Well-Being, 255-320.

Haut de page

Notes

1 C’est le cas de Hayek (1976) dans le deuxième tome de Droit législation et liberté, sous-titré : Le mirage de la justice sociale.

2 La théorie du contrat social suppose que la société, les principes de justice qui la guident, ou l’État, soient fondés sur le consentement réciproque, rationnel et mutuellement avantageux des individus qui la composent. Elle repose sur l’idée, un temps révolutionnaire, que le pouvoir légitime réside originellement dans l’individu ; et que cet individu, à la fois matière et artisan de la mécanique sociale, utilise ses facultés de raisonnement pour trouver une solution au problème de l’autorité légitime. Ici contractualisme et théorie du contrat social sont employés comme synonymes.

3 Une opinion partagée : Kolm, (1996, 3), Höffe, (1991, 8) et Barry, (1989, 8). Il s’agit toujours d’un point de départ presque définitionnel de la méthode employée.

4 Voir le chapitre 7 de Théorie de la justice, « le Bien comme rationalité ».

5 Rawls réitère ici une objection déjà formulée mais sans que Hobbes soit cité (Rawls, 1985 et 1987).

6 Je ne distinguerai pas ici entre plaisir, bonheur, satisfaction des préférences ou bien-être.

7 L’individu rawlsien est soumis à d’exigeantes lois de la nature humaine (Rawls, 1971, chapitre 8) et à un principe aristotélicien profondément paternaliste (Rawls, 1971, 455 et suiv.).

8 Sen réagissait à « Justice as fairness » un article de 1958 dans lequel Rawls développait certains des schèmes de Théorie de la justice. Par ailleurs, à la fin des années soixante, une première version de Théorie de la justice circulait à Harvard où Sen dirigeait un séminaire avec Rawls et Arrow.

9 La conception publique de la justice renvoie au critère d’universalisation kantien intégré à l’impératif catégorique : « L’impératif catégorique est donc unique, et c’est celui-ci : Agis uniquement d’après la maxime qui fait que tu peux vouloir en même temps qu’elle devienne une loi universelle. » (I. Kant, 1785, 94). Rawls insiste tout au long de Théorie de la justice sur le kantisme de sa démarche : « Or, nous dirons qu’une société est bien ordonnée lorsqu’elle n’est pas seulement conçue pour favoriser le bien de ses membres, mais lorsqu’elle est aussi déterminée par une conception publique de la justice. C’est à dire qu’il s’agit d’une société où, chacun accepte et sait que les autres acceptent les mêmes principes de la justice… » (Rawls, 1971, 31). Ou encore : « Les principes de justice sont analogues à des impératifs catégoriques au sens kantien. » (Rawls, 1971, 289)

10 A deux exceptions près (1) si le niveau de bien-être minimum n’est pas atteint, Rawls ne prétend pas qu’un individu choisirait la liberté plutôt que la misère et (2) lors d’une limitation provisoire en vue de sauvegarder les libertés fondamentales (Rawls, 1971, 184).

11 Bentham et Harsanyi (son plus grand représentant au vingtième siècle) militaient pour un usage des comparaisons interpersonnelles d’utilité cardinale. Tout en reconnaissant les difficultés inhérentes à un tel exercice, ils soutenaient qu’empiriquement nous ne pouvions de toute façon pas faire autrement que d’en effectuer. En isolant l’échelon inférieur des répartitions de biens premiers dans la société, Rawls se place du côté de l’ordinalisme.

12 « …l’utilitarisme de la règle suppose que le critère utilitariste doit être appliqué en première instance, non pas à l’acte individuel mais plutôt aux règles générales de bases régissant ces actes. Ainsi, un acte moralement correct est tel qu’il se conforme à la règle morale appropriée qui s’applique à ce type de situation. » (Harsanyi, 1977b, 41)

13 Par souci de célérité, je passe sur les nombreuses hypothèses explicites ou cachées du raisonnement harsanyien, comme, par exemple, le blanchiment des préférences via les préférences éthiques ou étendues, le postulat de similarité (Weymark, 1991), l’hypothèse d’égales attitudes face au risque (Pattanaik, 1968 et Fleurbaey, 1996), ainsi que sur son théorème d’agrégation (Harsanyi, 1955).

14 Les hasards des publications ont fait que la réponse de Rawls fut publiée avant l’article de Harsanyi auquel il répondait et qui avait été écrit en 1973.

15 Une telle réduction est à la fois une hérésie et quelque chose de totalement banal en théorie du choix social où la position rawlsienne est systématiquement réduite à sa version apocryphe, où la théorie de la justice comme équité réduite à un maximin égalitariste s’oppose à l’utilitarisme harsanyien.

16X représente une dotation en biens premiers.

17 Parmi cinq, cf. Harsanyi 1975a et 1975b.

18 Harsanyi précise que l’emploi doit être accepté ou refusé le lendemain. Il n’est pas possible d’accepter l’emploi de Chicago et de s’y rendre en train ou à pied.

19 Pour mémoire la théorie de l’acte fondateur est un trait commun à toutes les théories du contrat social de la première génération et suppose que le contrat social est un choix irrévocable porté sur les institutions.

20 Une doctrine compréhensive englobe la quasi-totalité des activités humaines.

21 Ainsi le désir d’un parieur d’attribuer plus d’utilité à un gain α que de désutilité à une perte du même montant se reflète dans sa fonction d’utilité (Harsanyi, 1975a, 600 et Arrow, 1973, 251). Harsanyi (1975b) remarque qu’il ne peut y avoir de décroissance marginale de l’utilité, uniquement de la satisfaction que l’utilité représente (100 utils ne valent pas moins pour un riche que pour un pauvre).

22 Un article écrit en 1998 mais publié à titre posthume en 2008.

23 Rawls est même le premier remercié, Sen (2009, xxi).

24 Aux yeux du P.R.A.

25 Rawls s’est toujours démarqué des travaux de Hobbes. Par exemple, lorsqu’il revendique son appartenance à la théorie du contrat social, Rawls cite Locke, Rousseau et Kant et prend bien soin de laisser Hobbes, pourtant véritable fondateur de cette tradition. Quant à Hume, adversaire majeur des premiers théoriciens du contrat social, son nom est associé au vingtième siècle au conventionnalisme. Pour mémoire, la convention peut être envisagée comme l’anti-contrat. Elle n’est pas choisie parce qu’elle est rationnelle. Elle est rationnelle parce qu’elle est choisie. L’idée d’un contrat social humien est presque un oxymore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Duhamel, « Le programme rawlsien apocryphe », Œconomia, 2-2 | 2012, 151-177.

Référence électronique

David Duhamel, « Le programme rawlsien apocryphe », Œconomia [En ligne], 2-2 | 2012, mis en ligne le 10 juillet 2015, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1382 ; DOI : 10.4000/oeconomia.1382

Haut de page

Auteur

David Duhamel

Grese – CES, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, david.duhamel89@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org