Navigation – Plan du site
Revue des livres

David Stasavage, States of Credit: Size, Power and the Development of European Polities

Nicolas Barbaroux
p. 377-382
Référence(s) :

David Stasavage, States of Credit: Size, Power and the Development of European Polities, Princeton: Princeton University Press, 2011, 224 pages, ISBN 978-069114057-5

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Princeton University Press

1En cette période économique tumultueuse où la question des dettes publiques a effacé celle de la responsabilité supposée et partagée de la finance au sein de la crise, il n’est pas rare de chercher dans l’histoire économique des solutions à nos problèmes d’aujourd’hui (Krugman, 2011). L’ouvrage que nous propose David Stasavage ambitionne de replacer la question de la dette dans son contexte historique et surtout politique. Spécialiste de l’endettement public et de son rapport avec les systèmes de représentations politiques, le Professeur Stasavage n’en est pas à son premier essai. Déjà en 2003, Public Debt and the Birth of the Democratic State : France and Great Britain 1688–1789 défendait l’idée qu’une oligarchie politique est toujours plus favorable, en terme de crédibilité fiscale, qu’un système politique où les rapports de force entre les parties sont équilibrés. À ce titre, il opposait le cas anglais au cas français en présentant la prise de pouvoir du Whig Party en Angleterre comme l’origine de la meilleure crédibilité de celle-ci par rapport à la France. States of Credit, peut être lu dans la continuité de la thèse de 2003, mais couvrant cette fois-ci une période beaucoup plus longue (de 1250 à 1750) et surtout un nombre de pays plus importants (31 pays étudiés). Stasavage y établit l’impact des différences de crédibilité entre les États sur leurs facilité d’accès au crédit public et, surtout, sur leurs coûts de financement. Il va même plus loin que cela, en cherchant les causes de cette plus ou moins grande crédibilité dans la composition des institutions publiques et dans leurs prérogatives en matière de gestion des finances publiques.

2Dans ce nouvel opus, Stasavage se concentre toujours sur l’étude des États européens mais l’originalité – et la plus-value de sa démarche – consiste à endogénéiser le concept d’État à travers la distinction entre les cités-États (comme Gênes, Florence, Anvers ou Bruges) et les États territoriaux (France, Castille, Angleterre). La forme d’urbanisation adoptée est en soi un facteur endogène de la plus ou moins grande crédibilité d’un État et de son impact sur le coût du financement de la dette publique. À l’image de la démarche de Weber par idéaux-types, Stasavage construit deux morphotypes d’États. Les cités-États se présentent comme des « ville(s) exerçant un degré substantiel d’autonomie à l’égard des domaines économiques et judiciaires tout en jouant un rôle clé en matière de défense de [leur] territoire » (6). À l’inverse, les États-territoriaux désignent des villes ou des territoires au pouvoir politique plus centralisé, au sein desquelles les processus de décision – notamment en matière fiscale ou de dépenses publiques – sont contrôlés par des institutions ou des groupes très hiérarchisés.

3La thèse défendue par Stasavage est celle de la supériorité des cités-États sur les États-territoriaux notamment en matière de coût et d’accès au financement de la dette. La raison principale, selon Stasavage, tient à la présence d’une oligarchie marchande au sein des institutions publiques et municipales : « la meilleure recette pour avoir accès au crédit est de posséder une oligarchie marchande » (2). En effet, par le gage de crédibilité qu’elle confère, la surreprésentation de l’élite marchande au sein de ces institutions est vue comme un véritable avantage financier. L’explication à cela est que la classe marchande est à même d’exercer un pouvoir de contrôle et de gestion plus fort que dans des systèmes de représentation politique où le pouvoir est plus concentré.

4Pour étayer sa thèse, Stasavage a mené un important travail d’archives et de collecte d’indicateurs en vue de constituer une vaste base de données sur 31 États européens. La démarche combine tout à la fois l’analyse économique (essentiellement via l’usage de régressions économétriques), historique et politique. Sans pour autant nier l’ampleur des arguments économiques traditionnels tels que les innovations, l’importance des zones de développement économique, les niveaux de taux d’intérêts ou de rente des terres, Stasavage privilégie volontairement des indicateurs plus hétérogènes tels que le nombre et la fréquence des réunions des institutions publiques, le type de recrutement des représentants, la configuration géographique, la taille de la population, le degré d’urbanisation ou encore les domaines de compétences et d’intervention des institutions. À ce titre Stasavage s’éloigne de l’hypothèse « Rokkan-Tilly » (Rokkan, 1975 ; Tilly, 1990) qui conditionne le développement précoce des cités-États à la présence, ex-ante, de facteurs économiques tels que la situation géographique (carrefour commercial, rivières, routes, …) ou l’importance de la dotation en capital. C’est en ce sens que l’ouvrage prétend proposer une démarche non exclusivement économique. Les résultats obtenus par cette démarche sont assez convaincants. Grâce à un travail rigoureux de régressions économétriques, l’auteur parvient à quantifier la supériorité des cités-États sur les États-territoriaux : il estime à 2 % le différentiel d’intérêt en matière de coût du financement de la dette publique au cours de la période 1250-1750 (85). Le différentiel est encore plus marqué si on modifie le degré de représentation de l’élite marchande parmi les cités-États : lorsque l’oligarchie marchande – représentée par le nombre de sièges possédés dans les instances municipales – passe d’un tiers à trois-quarts, le différentiel d’intérêt s’élève à 2.6 % (91). Il y a donc un véritable avantage financier à la présence d’une élite marchande dans les instances politiques.

5L’ouvrage est divisé en deux grandes parties. La première partie (chapitres 1 à 5) relève davantage du champ de l’histoire économique et de la science politique. Il y est question des origines de la dette publique, de ses instruments de financement, des différents types de représentations politiques ou encore de la manière dont les royaumes ou les États se sont autonomisés à l’égard du pouvoir central en place (seigneur, prince, roi, …). L’ouvrage nous rappelle que la raison première qui a toujours conduit à un endettement massif est le besoin de financement de la guerre. C’est d’ailleurs par ce biais que les souverains et autres dirigeants se sont toujours rapprochés des élites marchandes. La question de fond soulevée par l’ouvrage réside dans l’existence ou non d’une corrélation entre les formes de gouvernance des États européens et leur système de crédits publics. Les cités-États se distinguent des États-territoriaux à un double niveau : non seulement elles s’endettent beaucoup plus tôt (dès le milieu du 13ème siècle), et surtout la durée de vie des titres de dettes est plus longue (32). En effet, dans un souci de crédibilité, les dettes de long terme nécessitent que les emprunteurs affectent, en amont, des ressources spécifiques à leur remboursement, pour gage de leur crédibilité.

6Cette lourde contrainte sur les finances publiques semble être une préoccupation précoce des cités-États du fait même de la forte présence d’une classe marchande habituée aux rouages de la gestion de la dette. La meilleure crédibilité des cités-États aux yeux des créanciers est renforcée par la présence d’un véritable marché secondaire de la dette qui rend ainsi ces titres plus liquides. Fort de ces premiers résultats, Stasavage pose la question des facteurs favorables à la crédibilité. Il y répond au chapitre trois, en montrant que la structure sociale des instances politiques est un facteur déterminant. Très tôt, les cités-États se distinguent des États-territoriaux par le fait que les institutions politiques y délèguent plus facilement leur autorité à un groupe réduit de représentants, l’élite marchande, qui jouit ainsi de prérogatives importantes, notamment en ce qui concerne le contrôle des finances publiques tant du côté des recettes que du côté des dépenses (on renvoie le lecteur aux tableaux page 58 de l’ouvrage).

7Le chapitre 4 propose une analyse plus formelle des résultats obtenus, notamment ceux qui portent sur la supériorité des cités-États sur les États-territoriaux. C’est sans aucun doute le chapitre le plus intéressant de l’ouvrage puisqu’il confirme, chiffres à l’appui, les arguments principaux de la thèse défendue par l’auteur. Grâce à diverses régressions, Stasavage réussit à démontrer que les institutions politiques et les formes d’endettement public sont les résultats d’une configuration spatiale et socio-politique reposant sur les coûts engendrés par le nécessaire contrôle de la dette. De façon générale, les cités-États ont une probabilité de 43 % de créer de la dette à long terme alors que les États-territoriaux n’ont que 5 % de chance de le faire. Conformément aux arguments déjà avancés, cette différence est à rechercher dans le coût d’accès au crédit – qui dépend du niveau initial de développement économique –, mais surtout dans la composition des institutions en place et dans leurs domaines d’interventions. En effet, au sein des cités-États, les institutions ont des prérogatives fortes sur les questions de fiscalité et de dépenses publiques ce qui explique leur plus grand accès au crédit et surtout à moindre coût que pour les États-territoriaux. À partir de ses régressions économétriques, Stasavage défend la thèse qui n’est pas si éloignée de celle défendue par Rokkan-Tilly que le degré d’urbanisation et de concentration du pouvoir sont des pré-conditions à un accès au crédit et à moindre coût. Les travaux de Rokkan (1973 ; 1975) et Tilly (1990) contribuèrent à démontrer que les villes qu’on qualifie de cités-Etats jouissaient en amont de dotations naturelles et économiques (rivières, carrefour de commerce, ponts, etc.) supérieures aux autres territoires ce qui explique leur émancipation et leur développement économique précoces.

8Cette idée est illustrée, dans les chapitres suivants, par l’histoire des cités-Etats telles que Cologne, Gênes ou Sienne. La plupart des cités-Etats ont vu le jour dès lors que les anciens empires royaux, notamment l’empire Carolingien en 843, éclatent. Qui plus est, le degré d’urbanisation des territoires va se traduire économiquement par de moindre frais de déplacement des représentants politiques réduisant ainsi les frais de fonctionnement et par la même le besoin de financement.

9Au final, un État aura une meilleure propension à créer de la dette à moindre coût et à long terme si : (1) il existe une oligarchie marchande au sein des institutions en place ; (2) le coût de surveillance (via les frais de déplacement des représentants politiques) est faible et si (3) les assemblées et institutions en place ont un véritable pouvoir en matière de questions fiscales et de finances publiques.

10L’objet de la seconde partie du livre est une étude détaillée de l’histoire des ces cités-États et des États-territoriaux. Dans cette partie, la dimension historique prend tout son sens. Le lecteur féru d’histoire médiévale y trouvera son compte à la différence de la première partie qui ravira davantage les économistes adeptes de cliométrie. Les chapitres 6 à 8 sont ainsi consacrés à l’histoire de villes (Sienne, Cologne) ou encore à l’histoire des Pays-Bas, de la Castille et de la France. Force est de reconnaître que les villes de Sienne, Cologne ou Gênes illustrent parfaitement l’influence extrême des élites marchandes au sein des institutions naissantes des les XIIIe et XIVe siècles. L’histoire de Gênes est la plus emblématique. En effet, la mise en place du système de la Casa de San Giorgio en 1407 – une institution privée en charge de la gestion collective de la dette de la République italienne et de ses recettes – a véritablement permis d’ancrer la crédibilité et la confiance des investisseurs vis à vis des émissions de titres de dette publique italienne tels que la compera (titre de dette publique rémunéré à 8 % émis par la République de Gênes). À l’inverse, l’histoire de Sienne fournit un autre exemple intéressant pour la thèse de Stasavage. En effet, Sienne va voir le coût de sa dette s’envoler et elle va connaître des difficultés pour la rembourser au moment où l’oligarchie marchande voit son pouvoir décliner lorsque le régime des Neufs s’effondre dès 1350. L’histoire des États-territoriaux (la France et la Castille) va également dans le sens de la thèse de Stasavage. Ces régions sont caractérisées par une influence encore prégnante de la royauté et une faiblesse des institutions représentatives au niveau national. La France demeure, à cette époque, un État au fonctionnement très territorialisé où les quelques institutions en place ont peu de pouvoir. Par exemple, l’Hôtel de ville de Paris qui avait la charge de contrôler l’émission des titres de rente n’a de représentations qu’à Paris même. Or, les émissions de titres de rentes concernent le pays tout entier. De plus, le roi possédait à cette époque (entre 1522 et 1551) encore quelques prérogatives pour intervenir sur les questions d’endettement et de dépenses. Tout ceci contribue, au final, à un déficit de crédibilité vis à vis des financeurs privés, qui rejaillit sur la capacité d‘émission de dette et surtout leurs coûts.

11On l’aura compris, l’ouvrage de Stasavage vaut tant par l’approfondissement des thèses développées dans ses écrits précédents que par l’ampleur des données et des territoires étudiés. Il nous rappelle qu’aucun agent économique – qu’il soit public ou privé – n’échappe au jugement des investisseurs, à l’évaluation de sa crédibilité. Pas moins hier qu’aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Krugman, Paul. 2011. The Profession and the Crisis, Eastern Economic Journal, 37(3) : 307-312.

Stasavage, David. 2003. Public Debt and the Birth of the Democratic State: France and Great Britain 1688–1789. Cambridge: Cambridge University Press.

Rokkan, Stein. 1973. Debt repudiation and Risk Premia: the North-Weingast Thesis Revisited, Mimeo, University of California, Berkeley.

Rokkan, Stein. 1975. Dimensions of State Formation and Nation Building: A Possible Paradigm for Research on Variations Within Europe. In The Formation of National States in Western Europe, Charles Tilly (eds). Princeton: Princeton University Press.

Tilly, Charles. 1990. Coercion, Capital and European States. Cambridge: Blackwell.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Barbaroux, « David Stasavage, States of Credit: Size, Power and the Development of European Polities », Œconomia, 2-3 | 2012, 377-382.

Référence électronique

Nicolas Barbaroux, « David Stasavage, States of Credit: Size, Power and the Development of European Polities », Œconomia [En ligne], 2-3 | 2012, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1346

Haut de page

Auteur

Nicolas Barbaroux

Université de Saint-Etienne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org