Navigation – Plan du site
Revue des livres

Karl Polanyi, La subsistance de l’Homme. La place de l’économie dans l’histoire et dans la société

Jean-Michel Servet
p. 538-543
Référence(s) :

Karl Polanyi, La subsistance de l’Homme. La place de l’économie dans l’histoire et dans la société, avec une préface de l’auteur [1954/1957], une présentation par Bernard Chavance (traducteur) : « Karl Polanyi, l’économie et la société », une « Note sur la vie de Karl Polanyi » [1970] de Ilona Ducyznska Polanyi et une note de l’éditeur Harry W. Pearson, [1977]. Paris : Flammarion, 2011, xxxvii + 425 pages, ISBN 978-208122910-5

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Flammarion

1Avec la traduction par Bernard Chavance de The Livelihood of Man, sous le titre La subsistance de l’Homme, auquel a été ajouté pour sous-titre La place de l’économie dans l’histoire et dans la société, les quatre ouvrages aujourd’hui les plus connus de Karl Polanyi (1886-1964) sont désormais accessibles en français. Deux autres traductions, celles de La Grande Transformation (1983) et d’Essais (2008) permettent d’avoir en français une vision étendue de son œuvre et de travailler à un transfert de ses concepts. La traduction par Claude et Anne Rivière de Trade and market in Early Empires. Economies in History and Theory (1957) parue chez Larousse en 1975 sous le titre Les systèmes économiques dans l’histoire et dans la théorie, avec une présentation de l’ouvrage par Maurice Godelier (9-32) est épuisée depuis plusieurs années, comme l’est en anglais l’édition originale de The livelihood of Man (1977). Les lecteurs allemands, italiens, hongrois et japonais possèdent aujourd’hui une palette plus large de traductions de ce travail fondateur de l’anthropologie économique, de l’histoire économique et de la socioéconomie. The livelihood of Man avait été traduit en japonais dès 1980 par Yoshiro Tamanoi et Shinichiro Kurimoto sous le titre Ningen no Keizai [L’économie de l’homme] et en italien en 1983 par Nanni Negro. La sussistenza dell’uomo comporte aussi un sous-titre : « Il ruolo dell'economia nelle società antiche » [le rôle de l’économie dans la société antique]. En comparaison, signalons que The Great Transformation est accessible à ce jour en au moins douze langues et, pour certaines, sous la forme de plusieurs traductions successives. C’est l’ouvrage le plus diffusé. L’avant-propos donné par Joseph Stiglitz à la réédition de l’ouvrage en 2001 en a considérablement renforcé la notoriété.

2L’accès à distance aux archives conservées à l’Institut Karl Polanyi de la Concordia University de Montréal peut donner aux spécialistes une plus large connaissance des inédits, notamment en allemand et en hongrois, ou de textes publiés en anglais dans des revues faiblement diffusées et dont l’accès est de ce fait aujourd’hui devenu particulièrement difficile. Ces textes largement méconnus apparaissent essentiels pour comprendre pleinement les diverses facettes de son œuvre depuis ses années de formation jusqu’à sa migration aux États-Unis : de ses débats avec l’austro-marxisme avant 1914 à Budapest et à Cluj Napoca, à son christianisme de gauche en Angleterre à partir de 1933 (Lewis, 1935) en passant par les essais autour du socialisme communal à Vienne après 1919 et les années de crise en Europe (Dale, 2010).

3La notoriété actuelle de cet auteur peut sembler paradoxale. Comme Schumpeter ou Keynes, Polanyi s’est-il trompé ? Il a imaginé une future régulation de l’économie capitaliste (dont il a vu l’épanouissement dans les années 1950 jusqu’à sa mort en 1964), avec l’espoir d’une coexistence entre capitalisme et socialisme, thèse au demeurant conforme à la prévision naguère répandue d’une prochaine convergence entre bureaucratie et technocratie. Après la crise de 1974 et l’effondrement du mur de Berlin, une nouvelle donne est apparue : le retour au centre de l’échiquier idéologique et politique des néo-libéraux en particulier à travers les thèses de Ludwig von Mises (économiste auquel Polanyi s’était fortement opposé à Vienne et dont il stigmatise l’insuffisance « de connaissances encyclopédiques » (50)). Le risque actuel de convergence entre un nouveau fascisme et le néolibéralisme pour faire face aux contradictions du système dominant de financement donne toute sa pertinence à une (re)lecture de son œuvre.

4Pendant les années 1960 et 1970, l’œuvre de Polanyi a essentiellement été reconnue par des anthropologues et des historiens, afin d’analyser des pratiques d’échange, de financement et de production exotiques ou passées, sans mobiliser les instruments de la science économique dominante héritée des néo-classiques (voir les nombreux travaux sur l’opposition entre économie dite « formaliste » et économie dite « substantive », celle héritée des classiques). On retrouve dans La subsistance de l’Homme beaucoup d’éléments et d’arguments, synthétisés avec brio, de cette opposition entre d’une part l’économie comme logique d’ajustement rationnel entre fins et moyens et d’autre part l’économie comme processus institutionnalisé d’interactions entre les humains et leur environnement, contribuant à leurs moyens d’existence. Par ses exemples, Polanyi a aussi pu nourrir la réflexion de mouvements issus des critiques post-1968 du capitalisme. Ceux-ci peuvent encore se nourrir ici de matières pour une approche critique de la rareté et de la gestion des ressources. Pendant longtemps peu d’économistes s’intéressaient à cet auteur, hormis ceux qui s’investissaient directement dans une discipline en formation : l’anthropologie économique, ou indirectement à travers l’institutionnalisme et le néo-institutionnalisme. Depuis, les arguments de Polanyi pour expliquer la crise de 1929 ont davantage servi d’instruments critiques de l’idéologie de l’auto-régulation des marchés – que les politiques néo-libérales ont à partir des années 1980 rendu quasi hégémonique.

5Aujourd’hui leur échec, qui constitue un nouveau grand renversement (Servet 2010), a engendré de nouveaux débats sur l’issue de la crise et ses alternatives. La pertinence de Polanyi tient notamment à ses mises en garde contre le retour de régimes autoritaires pour imposer les normes néo-libérales ou contre les risques de guerre aux frontières des nouveaux blocs qui se constituent. Sa (re)lecture est essentielle pour penser des issues « solidaires », et pas seulement étatiques à la crise, en particulier en s’appuyant sur son concept de principe d’intégration économique. Il propose une articulation de la réciprocité solidaire avec la lucrativité marchande et la redistribution, dans laquelle le principe de réciprocité occuperait une place hégémonique par rapport aux autres principes.

  • 1 Harry W. Pearson (1921-1998) fut professeur à Bennington College dans le Vermont de 1957 à 1980.

6À la différence des Essais (Saiag 2009) qui ont repris le sous-titre de l’ouvrage édité par Dalton en 1968 sous le titre Primitive, Archaic and Modern Economies, en en modifiant fortement la composition, il s’agit ici de l’intégralité du texte édité en 1977 par l’économiste Harry W. Pearson1. Kari Levitt-Polanyi relate que son père considérait Pearson comme son « favorite student at Columbia University » où se sont tenues les réunions entourant la publication de Trade and Market. Son rôle dans la constitution de La subsistance de l’Homme, alors qu’il était professeur là où Polanyi a rédigé entre 1940 et 1943 de nombreux passages de La Grande Transformation, a été essentiel. Il l’a fait en collaboration avec Ilona Ducyznska Polanyi, la veuve de Polanyi dont la note bibliographique qu’elle a consacrée en 1970 à son mari est aussi reproduite en début d’ouvrage. Pearson a donné une courte introduction (xxxv-xxxvii) à la publication, dans laquelle il présente les conditions de cette édition et le choix des extraits constituant l’ouvrage parmi 21 cartons « remplis à craquer de ses notes » (xxxvii). Polanyi en avait écrit l’introduction et les chapitres initiaux et donné le plan. Pearson a même réécrit, semble-t-il, certains passages pour favoriser leur lecture. Dalton (1968, ix) a souligné les difficultés du style de celui-ci :

The qualities that made him a brilliant lecturer also made him a difficult writer. His passionate commitment and enormous learning drew large number of students to his lectures, several of whom made his research interests their own. But what was forceful, lucid, and articulate in the lecture hall sometimes became hyperbole and polemic in print. A friend sympathetic to his work describes Polanyi’s writing style as a stiletto set in the far end of a battering ram. 

7La confrontation avec les originaux et les variantes aurait pu être très utile, compte tenu des divergences d’interprétation auxquelles, comme toute grande œuvre, ces textes peuvent aujourd’hui donner lieu. Cette réserve éditoriale mise à part, on ne peut que saluer l’excellent travail de traduction de Bernard Chavance. Elle donne un accès aisé à une œuvre complexe et il la contextualise, en particulier par quelques notes de bas de page. On doit regretter que les éditions Flammarion aient omis de publier une courte note technique préparée par le traducteur. Espérons qu’une réédition réparera cet oubli. Dans le document, que le traducteur m’a communiqué avec bienveillance, il explique notamment qu’il a rendu compte de la distinction essentielle chez Polanyi entre market et trade par « commerce de marché » et « commerce non fondé sur le marché ». Leur confusion courante par les économistes provient plus généralement d’une compréhension des pratiques anciennes ou exotiques à partir de la projection de représentations et pratiques actuelles. Le lexique français est beaucoup plus limité que l’anglais, car ce dernier peut jouer sur des termes d’origine allemande ou latine. En français, commerce et marché ont une même racine merx. Or, une langue ne peut jamais être traduite mot pour mot. Toute traduction nécessite des choix qui peuvent apparaître pour certains d’entre eux comme des … trahisons. Pour reprendre un exemple célèbre, il est impossible de trouver trois termes en français pour traduire stock, capital et funds chez Adam Smith, là où le français n’a que capital et fonds. Peut-être aurait-il été préférable ici de signaler entre crochets les termes trade ou market selon leur occurrence et d’indiquer en français le terme le plus courant dans le contexte. Cette distinction étant au cœur de l’apport théorique de Polanyi, cette seule insertion aurait pu parfaitement se justifier.

8L’ouvrage est construit en deux parties, d’abord un ensemble de textes théoriques puis l’application des concepts mis en avant à des sociétés dites anciennes ou archaïques, principalement de Grèce. En prenant pour base le texte initial, Chavance, pas plus que Pearson, ne s’est immiscé dans l’ordre des textes de Polanyi, à la différence des éditeurs traducteurs des Essais (2008). Ces derniers introduisent un préjugé évolutionniste en donnant un ordre supposé chronologique allant des sociétés dites « primitives » jusqu’à une ultime évolution socialiste. Il pourrait s’appliquer à toutes les sociétés et les institutions et à leurs logiques essentielles de fonctionnement. L’ordre adopté par Dalton (1968) avait principalement suivi dans chacune des deux parties de l’ouvrage celui de la chronologie d’écriture des textes et d’une présentation de textes d’abord théoriques, puis d’une analyse concrète d’exemples et de pratiques. C’est ce choix qui a été heureusement fait dans La subsistance de l’homme où est présenté d’abord « La place de l’économie dans la société » (32-222) puis « Commerce, marché et monnaie dans la Grèce antique » (223-400).

9Parmi les nombreux apports de l’ouvrage, et des comparaisons qu’il fait du fonctionnement des institutions relatives à la production et aux échanges, on peut retenir sa définition du concept de principe d’intégration économique. Celle-ci paraît aujourd’hui soit méconnue, soit donner lieu à des interprétations souvent erronées tant par ses critiques que ses épigones.

10Selon Polanyi, les « principes d’intégration économique » auxquels est consacré principalement le chapitre intitulé « Formes d’intégration et structures d’appui » (77-88) sont des logiques organisant les modalités de la production et de la consommation, ainsi que celles des transferts et du financement. Ils donnent unité et stabilité aux « économies empiriques ». Chacun d’eux, à savoir la réciprocité, le prélèvement-redistribution, le marché et le partage domestique, est caractérisé par un mode particulier d’interdépendance des activités et par conséquent d’usage des ressources physiques et humaines. Notons que selon ses textes le principe domestique est un principe en soi ou se confond avec ceux de réciprocité et de prélèvement-redistribution. L’analyse des principes permet de comprendre non seulement comment les forces productives matérielles et intellectuelles et les productions circulent et sont distribuées, mais aussi comment elles sont appropriées ou affectées et comment la production elle-même est organisée. Par conséquent, les principes d’intégration économique n’impliquent pas uniquement les échanges et les modes de transfert qui permettraient de caractériser des stades de progrès des sociétés. Tout en empruntant l’idée du principe de réciprocité par exemple à un auteur évolutionniste (Richard Thurnwald), Polanyi se détache ici de la croyance commune technico-déterministe en l’enchaînement de stades que de nombreux auteurs ont développé à partir d’une lecture de Marx. Contrairement à une idée répandue, les principes d’intégration économique ne sont pas assimilables aux modes de production chez Marx au sens où ils occuperaient une fonction symétrique à celle de la production des richesses, mais dans le domaine de la circulation. Ils doivent être compris comme organisant tant l’affectation des richesses crées que la production.

11L’ouvrage est resté inachevé, mais le lire et surtout … le relire, en particulier sa première partie, permet de saisir la dimension théorique d’une œuvre interdisciplinaire notamment pour comprendre les transformations en cours au-delà des indignations montantes contre la société de Marché.

Haut de page

Bibliographie

Dalton, George (ed.). 1968. Primitive, Archaic and Modern Economies. Essays of Karl Polanyi. New York : Anchor Books.

Gareth, Dale. 2010. Karl Polanyi. The Limits of the Market. Cambridge, Malden: Polity Press.

Lewis John, Karl Polanyi et Donald K. Kitchin (ed.). 1935. Christianity and the Social Revolution. London : Victor Gollancz.

Polanyi, Karl. [1944] 2001. The Great Transformation. Boston: Beacon Press. Trad. 1983, La Grande Transformation, Paris: Gallimard.

Polanyi, Karl. 2008, Essais de Karl Polanyi. Edition scientifique par M. Cangiani et J. Maucourant. Paris : Seuil.

Polanyi Karl, Conrad M. Arensberg and Harry W. Pearson (ed.). [1957] 1975. Trade and Market in the Early Empires. Economies in History and Theory. Trad. Les systèmes économiques dans l’histoire et dans la théorie, Paris: Larousse.

Saiag, Hadrien. 2009. Compte-rendu de Essais de Karl Polanyi. Revue de la régulation, 1er semestre 2009.

Servet, Jean-Michel. 2010. Le grand renversement. De la crise au renouveau solidaire. Paris : Desclée de Brouwer.

Haut de page

Notes

1 Harry W. Pearson (1921-1998) fut professeur à Bennington College dans le Vermont de 1957 à 1980.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Servet, « Karl Polanyi, La subsistance de l’Homme. La place de l’économie dans l’histoire et dans la société », Œconomia, 2-4 | 2012, 538-543.

Référence électronique

Jean-Michel Servet, « Karl Polanyi, La subsistance de l’Homme. La place de l’économie dans l’histoire et dans la société », Œconomia [En ligne], 2-4 | 2012, mis en ligne le 10 juillet 2015, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1276

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Servet

Institut des Hautes Études Internationales et du Développement (Genève)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org