Navigation – Plan du site
Revue des livres

Serge Audier, Néo-libéralisme(s)

Raphaël Fèvre
p. 517-522
Référence(s) :

Serge Audier, Néo-libéralisme(s), Paris : Grasset, 2012, 628 pages, ISBN 978-224673661-5

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Grasset

1Néo-libéralisme(s) est une contribution décisive à l’histoire des grandes idéologies du XXème siècle. C’est un travail de dés-homogénéisation qu’entreprend ici Serge Audier, philosophe politique, spécialiste des doctrines modernes (républicanisme, solidarisme, socialisme libertaire). Il nous livre une réflexion très érudite qui repose sur un immense travail de synthèse à partir d’archives et d’une littérature primaire abondante. Participant des travaux à la frontière des sciences humaines comme l’Histoire, l’Économie ou la Sociologie, l’auteur privilégie une perspective philosophique dont l’intérêt repose sur l’explicitation de ruptures historiques.

2Son ouvrage s’attache à souligner les désaccords et les querelles irréductibles entre un grand nombre d’auteurs, tous qualifiés de « néolibéraux », à tort ou à raison, qu’ils le revendiquent ou non. La thèse de Serge Audier est que, tant diachroniquement que synchroniquement, le terme unique de néolibéralisme ne peut être employé indistinctement pour qualifier l’appartenance idéologique de tous ces auteurs, sous peine de raccourcis et d’incompréhensions majeures. Il cherche ainsi à prendre le contre-pied d’un discours communément admis, autant dans les médias que dans la sphère politique, mais aussi chez certains universitaires à la recherche d’un programme indivisible et rationalisé.

3Pour ce faire, il délaisse une approche en termes de rapports de forces pour centrer son analyse sur la contribution théorique des auteurs, en prenant au sérieux les débats d’idées :

Dans la nébuleuse dite « néo-libérale », ce sont bien des modèles épistémologiques, des conceptions philosophiques ou encore des choix programmatiques qui se sont affrontés – et pas seulement des nuances d’appréciation. Sauf à céder aux amalgames polémiques, on ne peut les négliger. (507-508)

4Le choix du sous-titre de l’ouvrage – Une archéologie intellectuelle – souligne la méfiance constante de l’auteur vis-à-vis de la lecture rétrospective du néolibéralisme comme ultralibéralisme. Les développements théoriques et pratiques des années 70 dans le monde anglo-saxon, auxquels on associe la pensée ultralibérale, ont peu en commun avec une pensée plus mesurée et critique de l’ancien laissez-faire, qui prend racine dans les années 30 principalement chez des auteurs français et allemands ; « les mêmes mots ne désignent pas toujours les mêmes choses, en particulier dans le domaine doctrinal et idéologique » (56). En effet, cette imposante histoire des néolibéralismes cherche à souligner l’aporie consistant à traiter le paradigme néolibéral comme s’il était unique. C’est dans ce cadre que sont replacés les différents auteurs, doctrines et institutions qui participent à la genèse du néolibéralisme, ce « concept faussement transparent » (9).

5Cette ambition n’est pas neuve dans les travaux de Serge Audier : Le Colloque Lippmann. Aux origines du néo-libéralisme (2008) abordait déjà les thèmes développés dans le chapitre premier du présent ouvrage. Malgré une méthodologie analogue consistant à s’appuyer sur les débats qui ont accompagné les grandes rencontres internationales, l’auteur s’emploie ici à une analyse plus exhaustive relativement à la période et aux auteurs, ce qui le conduit à parcelliser encore davantage cette nébuleuse.

6Dans l’introduction, l’auteur pose la singularité de son travail par rapport aux quatre grilles de lectures dominantes dans les travaux académiques sur ce sujet. Ce faisant, il cherche à dépasser, mais surtout à compléter la grille de lecture du « néolibéralisme comme ultra-libéralisme guerrier, la grille néo-foucaldienne, la grille bourdieusienne, et enfin la grille individualiste et anti-68 de la fin du politique » (17).

7Mais de toutes ces lectures, c’est la pensée de Foucault et plus particulièrement les travaux des « exégètes foucaldiens », qui sont les plus durement critiqués. Serge Audier ne cesse de souligner – souvent de façon péremptoire – les mauvaises interprétations et raccourcis opérés par Dardot et Laval (2009) dans La nouvelle raison du monde : Essai sur la société néolibérale. On ne saurait assez souligner à quel point ce titre même suppose une matrice unitaire du concept de néolibéralisme, là où le projet d’Audier est au contraire de souligner la diversité des néolibéralismes.

8La thèse de l’auteur se déploie en quatre chapitres. Les deux premiers exposent en toile de fond les débats internes lors des grandes étapes institutionnelles que furent le Colloque Walter-Lippman tenu à Paris en 1938 – dont les analyses sont largement issues de son ouvrage précédemment cité – ou le colloque d’Ostende de 1957, plus confidentiel. Organisé à l’initiative du philosophe des sciences Louis Rougier, le colloque de 1938, baptisé du nom du journaliste et publiciste américain auteur de The Good Society, réunit nombre d’auteurs exilés inquiets à l’égard de la montée des totalitarismes (tels les autrichiens L. von Mises ou F. Hayek et les allemands W. Röpke ou A. Rüstow) ; ce colloque fonde le renouveau libéral.

9Le deuxième chapitre souligne les mésententes théoriques et personnelles au sein de la notoire Société du Mont Pèlerin (fondée en 1947). À chaque fois l’auteur s’emploie, avec une certaine réussite, à souligner la genèse de ces institutions, les débats internes ainsi que les implications théoriques et politiques engendrées par ces moments décisifs. Il s’appuie, tout particulièrement dans ce chapitre, sur une littérature secondaire riche, notamment sur les travaux d’Hartwell, Steiner, Rob von Horn, Mirowski et Plehwe.

10Les deux derniers chapitres sont consacrés, dans un premier temps, aux ressemblances, mais surtout aux distinctions doctrinales entre différentes écoles d’économie telles l’ordolibéralisme, l’austro-libéralisme et l’école de Chicago. Dans un second temps, l’auteur souligne les relations du libéralisme économique avec d’autres pensées politiques comme le libertarianisme et le conservatisme. Ici encore, Serge Audier souligne d’indépassables lignes de clivages.

11Revenons un moment sur le chapitre 3. Serge Audier pose cette question, emblématique des recherches de l’ouvrage :

Y a-t-il vraiment des différences substantielles entre l’école allemande, l’école autrichienne et l’école de Chicago ? Qu’est-ce qui, au fond, fait que ce qui les réunit est plus fort que ce qui les divise, ou inversement – et ce, en tenant compte d’un contexte historique, scientifique et idéologico-politique beaucoup plus large, lui-même évolutif, qui peut éclairer des alliances ou des séparations ? (400)

12La réponse apportée est largement affirmative puisque l’auteur va jusqu'à souligner les différences internes entre auteurs d’un même courant. Il détache ainsi l’ordolibéralisme – lui-même multiple – des autres écoles du fait des racines chrétiennes qui fondent cette doctrine et qui dépassent largement le cadre de l’économie. Wilhelm Röpke préfère même au concept d’homo œconomicus celui d’homo religiosus. Avec un véritable souci de justice sociale, légitimant l’impôt progressif et la redistribution, le libéralisme sociologique d’Alexander Rüstow prône une suppression de l’héritage. Dans ce cadre, l’État acquiert un rôle éminent en faveur d’un interventionnisme libéral, vecteur puissant et principal de ce constructivisme affiché, inspiré de la philosophie kantienne. Ces propositions seront d’ailleurs partiellement mises en œuvre en Allemagne à partir de 1948 au sein d’une économie sociale de marché dont Ludwig Erhard sera le leader politique.

13Il ne faut pas chercher longtemps pour trouver des abîmes entre ces conceptions et celles d’un Mises ou d’un Hayek. S’appuyant également sur les conceptions épistémologiques des différentes écoles, l’auteur souligne l’évolution spontanée du marché et de ses règles chez Hayek, là où le constructivisme rationnel des ordolibéraux confie ces mêmes règles au pouvoir créateur de l’État. Parler de rule of law a du sens pour ces deux doctrines, mais recoupe des préoccupations véritablement différentes. Au sein de ce clivage, on ne saurait assez souligner combien l’instrumentalisme de Friedman fait figure d’ovni et révulse les auteurs promoteurs de l’ordolibéralisme ou d’économie évolutionnaire. L’école de Chicago, si elle ne fait pas l’objet d’un exposé intensif, n’est pas présentée non plus comme une pensée unifiée :

Il y avait plus que des nuances, à tous égards, parmi ses grands protagonistes – entre, par exemple, d’un côté Knight et Simons, de l’autre Friedman ou Stigler. Il faut donc aussi, sans doute, « déshomogénéiser » l’école de Chicago, comme en témoigne sa relation ambivalente et évolutive à l’apport des ordo-libéraux allemands. (457)

14Cette place importante accordée à l’ordolibéralisme pourrait étonner tant l’existence intellectuelle de cette pensée semble aujourd’hui faible, voire nulle. Pourtant, elle répond à notre sens à deux objectifs : limiter et revisiter l’analyse foucaldienne du libéralisme, largement centrée sur ce mouvement (voir notamment Naissance de la biopolitique, 2004) ; et rappeler la fécondité de l’ordolibéralisme sur la société allemande d’après guerre dans le domaine économique comme politique, lui donnant une réalité pratique indéniable. Dardot et Laval (2008) avaient prolongé, voire accentué, l’interprétation foucaldienne de l’ordolibéralisme, en la ramenant essentiellement au concept de concurrence généralisée à toutes les sphères de la société, annonçant ainsi l’avènement du modèle de l’individu-entrepreneur. Serge Audier, dans son effort pour défaire l’ordolibéralisme de cette empreinte foucaldienne, insiste sur la dimension sociale et environnementaliste de l’ordolibéralisme, mais oublie de signaler l’antiparlementarisme de ce courant (Eucken, 1989) et sa méfiance vis-à-vis de la démocratie politique.

15La rigueur du travail de recherche mené dans cet ouvrage rend parfois fastidieuse et confuse la compréhension d’ensemble ou le cheminement intellectuel de l’auteur poursuivant cette sinueuse route des idées. N’en demeure pas moins qu’à notre sens c’est un mal nécessaire tant la période, les auteurs et les sources sont variés, complexes et prolifiques. Le style toujours clair tempère cette déconvenue. Serge Audier s’attache constamment à démontrer ses propos et à affronter l’ambigüité de la pensée d’auteurs souvent inclassables – les cas d’Hayek ou, dans une autre mesure, d’Aron en sont des exemples parfaits – loin de toute simplification et au bénéfice d’un travail qui dresse de nouvelles perspectives de recherches. Si la déconstruction de l’unité du néolibéralisme est achevée, force est de constater qu’il s’avère ensuite impossible de proposer une catégorisation ou un niveau d’analyse adéquat.

16Comme nous l’avons vu, l’auteur joue sur différents panoramas théoriques et s’expose ainsi aux critiques spécifiques de chacun des domaines académiques rencontrés. Reste que pour les économistes, ce travail semblera ne pas accorder assez d’importance à une discussion approfondie des systèmes, proposant une lecture assez superficielle de monstres théoriques tels Mises, Hayek, Friedman ou Allais. Pour autant, il en souligne les désaccords épistémologiques de façon judicieuse et propose une lecture d’ensemble refusant les séparations hermétiques entre pensée politique, économique et philosophique qui fait parfois défaut dans les travaux disciplinaires. Malgré un travail impressionnant sur les œuvres de tous les auteurs cités dans cet exposé, Néo-libéralisme(s) pâtit de l’absence de références aux travaux contemporains des historiens de la pensée économique. A ce titre, des analyses du même esprit comme celles de Lagueux (2004), pour ne citer que lui, ne sont étonnamment pas évoquées par l’auteur.

17Serge Audier, notoirement de gauche, réussit un travail salutaire d’empathie pour les idées et positions morales d’auteurs pluriels. Refusant les amalgames – encore une fois, on ne saurait assez souligner son effort d’honnêteté intellectuelle – il va à l’encontre des lectures académiques téléologiques, dominées par une pensée de combat. À ce titre, sont fréquentes les critiques à l’adresse des travaux de François Denord. Pour autant, certains ouvrages, comme par exemple Néo-libéralisme version française : Histoire d'une idéologie politique (Denord, 2007), participent à notre sens d’un travail semblable à celui de l’auteur et évoquent des points similaires de clivages entre néolibéraux.

18À la toute fin de l’ouvrage, le ton de l’auteur s’éloigne quelque peu du travail d’historien pour retrouver la philosophie politique et morale dans une adresse programmatique. Serge Audier souligne que, si l’unification de la nébuleuse néolibérale n’existe que dans sa position négative de rejet du collectivisme, elle ne repose aucunement sur un programme positif unifié. On peut regretter que malgré un travail d’histoire des idées de grande envergure et plus exhaustif que son ouvrage de 2008, Serge Audier se contente de rappeler une conclusion identique (Lenfant, 2009) qui a tout l’air du vœu pieux : pour combattre ce rejet politique, il conviendra à la « gauche rénovée » (616) d’abandonner cet item généraliste et caricatural qui mène la pensée critique dans une impasse, impropre à la lutte salutaire en faveur de changements réellement démocratiques. Toute l’ambigüité est de lutter contre un objet qui n’existe pas mais dont on ne saurait nier les impacts réels.

Haut de page

Bibliographie

Audier, Serge. 2008. Le Colloque Lippmann. Aux origines du néo-libéralisme. Latresne : Le bord de l'eau.

Dardot, Pierre et Christian Laval. 2009. La nouvelle raison du monde : Essai sur la société néolibérale. Paris : La Découverte.

Denord, François. 2007. Néo-libéralisme version française : Histoire d'une idéologie politique. Paris : Demopolis.

Eucken, Walter. 1989. What Kind of Economic and Social System ? In Germany’s Social Market Economy : Origins and Evolution. Alan Peacock et Hans Willgerodt (eds), London : Macmillan, 27-45.

Foucault, Michel. 2004. Naissance de la biopolitique. Paris : Seuil.

Lagueux, Maurice. 2004. Qu’est-ce que le néo-libéralisme ? Bibliothèque Paul-Émile Boulet de l’Université du Québec à Chicoutimi. Montréal : Les Cahiers Virtuels.

Lenfant, Jean-Sébastien. 2009. Aux sources du néolibéralisme. La Vie des idées, http://www.laviedesidees.fr/Aux-sources-du-neoliberalisme.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaël Fèvre, « Serge Audier, Néo-libéralisme(s) », Œconomia, 2-4 | 2012, 517-522.

Référence électronique

Raphaël Fèvre, « Serge Audier, Néo-libéralisme(s) », Œconomia [En ligne], 2-4 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1262

Haut de page

Auteur

Raphaël Fèvre

Université de Lausanne et Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org