Navigation – Plan du site
De l'invidualisme institutionnel de Joseph Agassi à l'économie des conventions

Un entretien avec Olivier Favereau

An interview with Olivier Favereau
Hervé Charmettant et Julien Reysz
p. 503-512

Résumés

Hervé Charmettant et Julien Reysz ont réalisé cet entretien avec Olivier Favereau le 3 février 2012 à Paris. Olivier Favereau y retrace l’importance de Joseph Agassi pour le courant de l’école des conventions et parle de son actualité dans les débats actuels entre orthodoxie et hétérodoxie.

Haut de page

Texte intégral

1Hervé Charmettant / Julien Reysz : En tant qu’un des « pères fondateurs » de l’économie des conventions, le courant qui a introduit la pensée de Joseph Agassi dans le champ des sciences sociales en France, pouvez-vous nous dire comment vous avez eu connaissance des travaux de cet auteur ?

  • 1 Le CREA (Centre de Recherche sur l’Epistémologie de l’Autonomie) est un Laboratoire de l’école Poly (...)

2Olivier Favereau : Par des discussions avec Philippe Mongin, et aussi avec Alain Boyer, un disciple français de Popper et qui a largement contribué à introduire sa pensée en France : ce dernier m’a dit que je devais absolument lire Agassi. J’étais parmi les conventionnalistes certainement le plus préoccupé par les questions de méthode, notamment celles relatives au débat individualisme méthodologique versus holisme méthodologique, et j’en ai parlé dans le groupe de travail ‘convention’ qui a préparé le numéro de la Revue économique de mars 1989 « L’économie des conventions ». Ultérieurement, nous avons eu une séance au CREA1 où nous avons travaillé le texte d’Agassi pendant un séminaire.

3Hervé Charmettant / Julien Reysz : D’après vous, pourquoi la pensée d’Agassi n’a-t-elle pas été davantage diffusée en dehors du monde anglo-saxon ?

4Olivier Favereau : Il me semble que, pour le cas français, trois explications sont possibles. La première est que peu d’économistes en France s’intéressent vraiment aux questions méthodologiques, de philosophie des sciences et a fortiori, de philosophie des sciences sociales. Dans notre inconscient collectif, il y a l’idée inavouable qu’il faut être capable de dire quelque chose sur l’économie comme réalité (ce qui, comme on sait, a une fâcheuse tendance à se confondre avec ses modélisations contemporaines) pour parler sérieusement de l’économie comme discipline. La seconde est que le terme d’individualisme méthodologique est un terme repoussoir au sein des courants critiques ou hétérodoxes ; il a tendance à être assimilé rapidement, en économie, au « mainstream », en tous cas à sa ligne de défense la plus nette. Rejeter sans nuance l’individualisme méthodologique est la façon la plus simple de signifier que l’on rejette la tradition néo-classique. Enfin, la dernière raison est liée à certaines prises de position méthodologiques de Popper et à leurs liens, pourtant complexes et sur certains points antagonistes, avec celles de Hayek. Tout cela peut expliquer que finalement, dans le milieu intellectuel français, en dehors d’un tout petit nombre de spécialistes (ou d’amateurs comme moi) Agassi n’a pas été sérieusement lu ni entendu. C’est dommage car avec Agassi, il y a une pensée substantielle de l’institution, inséparable d’une réflexion méthodologique aigüe sur la conduite de la recherche en sciences sociales – il est vrai dans une tradition philosophique anglo-saxonne, dont la culture professionnelle est (était ?) éloignée de la tradition philosophique continentale. De ce point de vue, Agassi a su donner un contenu analytique à certaines intuitions de Popper, ce qui aurait pu rendre possible un débat critique exigeant, loin des affrontements rituels.

5Hervé Charmettant / Julien Reysz : Sachant la proximité entre Agassi et Popper, Popper est-il un auteur dont vous vous réclamez et à quel titre ?

6Olivier Favereau : J’ai été d’emblée séduit par la métaphore qu’utilise Popper pour parler des « institutions » (par exemple au § 4 du chapitre 5 de La société ouverte): il faut les considérer « comme des outils ». Comme les outils, elles démultiplient notre capacité d’action sur le monde. Comme les outils, elles sont un composé indissociable de réalités matérielles et de règles normatives. Cette métaphore anticipe une autre métaphore, celle que Laurent Thévenot et François Eymard-Duvernay développeront beaucoup plus tard sur les « investissements de forme ». Votre question est l’occasion pour moi d’avouer mon admiration pour le style pédagogique de Popper : son souci extrême de la clarté dans le discours, qui le conduit à une mise à plat des thèses en présence, sous une forme presque scolaire, souvent provocante, à travers des formulations tranchées. Ce serait une erreur d’y voir du dogmatisme ; il me semble plutôt inspiré par le projet de faciliter le débat critique. Il accompagne naturellement sa conception du discours scientifique comme discours qui organise sa propre réfutabilité (la falsification). Je ne connais pas de caractérisation plus exigeante de l’esprit scientifique.

7 S’il s’agit de passer de l’admiration à l’adhésion, j’évoquerai seulement deux points. Je trouve extrêmement utile la distinction qu’il fait dans “Trois conceptions de la science”, (le chapitre 3 de Conjectures and Refutations), entre instrumentalisme, essentialisme et réalisme. Même si la construction poppérienne s’appuie sur la philosophie des sciences de la nature, je ne résiste pas à la tentation de la transposer à l’économie : le mainstream relève clairement de l’instrumentalisme et j’associerai l’économie des conventions au réalisme. Pour cette raison même, j’entends bien l’avertissement de Popper : le réalisme court toujours le risque de tomber dans l’essentialisme. Chercher à appréhender l’essence d’un phénomène est une exigence plus que légitime, mais c’est un danger mortel de croire que l’on y est parvenu. Il y a une autre idée de Popper (introduite dans La connaissance objective (1972)) que je trouve particulièrement puissante – et qui n’est guère exploitée. Il y aurait trois ordres de réalité : il y a le Monde 1, celui des objets matériels (l’économiste y logerait les biens, les prix, et toutes les données objectives) ; il y a le Monde 2, celui des états de conscience (l’économiste y logerait les préférences, les anticipations et toutes les données subjectives) ; et il y a le Monde 3, celui des « contenus objectifs de pensée » (celui-là est littéralement inconnu de l’économiste orthodoxe). Ce troisième ordre de réalité, que je qualifierai plus généralement d’intersubjectif, oblige à penser l’existence d’objets, ne relevant ni des réalités objectives, ni des réalités subjectives : précisément les conventions sont de cet ordre-là. Cela me fournit la matière d’une critique complémentaire de l’économie orthodoxe (avec la complicité de Tony Lawson) : l’équipement ontologique des économistes standard est trop léger, particulièrement pour traiter des institutions : le mainstream ne connaît que les Mondes 1 et 2. Or le propre des institutions, comme des outils, est de mêler réalités matérielles et règles normatives, sans s’y limiter. Ce surcroît de réalité, c’est l’intersubjectif.

8Hervé Charmettant / Julien Reysz : Quel a été l’apport d’Agassi à la constitution de l’Économie des conventions ?

9Olivier Favereau : Dans les années 1980, à une période où le débat méthodologique semblait imposer de choisir son camp : individualisme ou holisme, Agassi avait cet avantage de fonder un positionnement sur lequel nous, les conventionnalistes, pouvions tous tomber d’accord : il n’était pas question d’être individualiste à la façon de la théorie néoclassique – que nous critiquions très fortement sur ce terrain – mais, en même temps, nous faisions le reproche, aux régulationnistes, par exemple, d’une certaine incapacité à rendre compte de la façon dont les collectifs “tiennent”. Nous pensions en effet que l’on ne peut pas démarrer l’analyse avec des entités collectives : il faut savoir comment “cela tient debout”, comment un certain nombre d’individus font vivre l’institution, comment elle peut agir et être efficace ; et cela veut dire parler des individus, sauf à personnaliser les collectifs. En même temps, nous ne nous retrouvions absolument pas dans la théorie orthodoxe. Or Agassi suggérait un positionnement, qui, d’une part, ne renvoyait pas dos-à-dos individualisme et holisme (car on se situe clairement dans le champ de l’individualisme), et, d’autre part, réussissait à construire un individualisme élargi aux institutions. En ce sens, Agassi était une référence précieuse, qui ne pouvait que nous conforter dans notre entreprise.

10Hervé Charmettant / Julien Reysz : La référence à Agassi dans le numéro spécial de 1989 de la Revue économique consacrée à l’économie des conventions n’a-t-elle pas manqué pour clarifier le positionnement des conventionnalistes en faveur de l’individualisme méthodologique et ainsi éviter les ambiguïtés tant vis-à-vis de la théorie standard que de la sociologie critique à la Bourdieu ?

11Olivier Favereau : Rétrospectivement, oui. Il est indéniable que la pensée d’Agassi avait tout à fait sa place dans l’introduction du numéro spécial, et franchement je ne sais pas pourquoi il n’en a pas été fait mention à l’époque. Pour nous, malgré cette absence, il n’y avait toutefois aucune ambiguïté : nous n’étions pas dans le camp du mainstream et, en même temps, nous faisions une critique – classique mais sévère – vis-à-vis du holisme et du structuralisme. En revanche, je ne pense pas du tout qu’il y ait eu une volonté des conventionnalistes de s’opposer à la pensée de Bourdieu. À cette époque, dans toutes nos discussions, il n’a jamais été question de Bourdieu, ni même de la sociologie critique. Cela est venu après coup, à force de voir les réactions d’incompréhension et les salves de critiques, notamment de la part d’économistes hétérodoxes, se réclamant directement ou indirectement de Bourdieu.

12Hervé Charmettant / Julien Reysz : L’intérêt de la pensée d’Agassi n’est-il pas d’avoir ouvert des portes permettant à l’économie des conventions de s’engager dans le dépassement de l’opposition entre homo œconomicus et homo sociologicus ?

13Olivier Favereau : J’aurais envie de répondre oui, à beaucoup d’égards, mais avec peut-être une réserve : notre projet était, d’un certain point de vue, plus modeste. Premièrement, il était évident que cette volonté de dépasser l’opposition individualisme/holisme, en réalité, se retrouvait aussi chez la plupart des régulationnistes (comme chez Bourdieu). Ensuite, nous entrions dans l’espace le plus intéressant, intellectuellement et politiquement, qui emprunte simultanément à la tradition individualiste et à la tradition holiste. Enfin, nous considérions pragmatiquement que l’économie gagnerait beaucoup à s’ouvrir aux autres sciences sociales, notamment à la sociologie. Agassi incarnait une formulation particulière mais précise de ce projet, avec un tropisme plutôt individualiste.

14Hervé Charmettant / Julien Reysz : L’économie des conventions a connu des évolutions par rapport à son positionnement initial pour s’engager dans la voie d’une approche plus institutionnaliste. Pourquoi ce « tournant » institutionnaliste a-t-il eu lieu à partir de la fin des années 1990 et selon vous, celui-ci peut-il être considéré comme une réaction face aux critiques et aux incompréhensions subies par les auteurs conventionnalistes ?

15Olivier Favereau : Il fallait réfléchir aux critiques de lecteurs bienveillants, comme, par exemple, celles d’Hervé Defalvard ou encore de Nicolas Postel, critiques légitimes qui épinglaient certaines faiblesses ou lacunes de l’économie des conventions. En définissant le holisme comme l’existence d’entités collectives qui contraignent les comportements individuels, Defalvard (1992) donnait à penser que, chez les conventionnalistes, il n’y avait pas d’objets collectifs. Pour l’économie des conventions, il existe évidemment des objets collectifs, mais ils sont là comme des objets (des instruments ou des équipements, aurait dit Popper) au service d’individus, et non pas comme l’équivalent d’individus. Pour moi, le holisme apparaît quand on commence à traiter les collectifs comme des individus. Mais rejeter ce traitement-là des collectifs ne signifie pas rejeter leur existence. Peut-être le problème provient-il de ce que nous entrions dans l’analyse institutionnelle (ou institutionnaliste, si l’on préfère) par les conventions – plutôt que par les institutions ; or les conventions sont des choses très légères sur le plan institutionnel et donc la part du collectif n’est pas spectaculaire dans notre approche initiale. En somme, nous nous inscrivions dans la tradition institutionnaliste, avec ce paradoxe que nous disions peu de choses explicites sur les institutions. Après quelque temps, il est devenu indispensable d’aborder la question des institutions plus directement.

16 Nicolas Postel, quant à lui, relevait, en 1998, que l’introduction de la rationalité limitée ne saurait suffire, contrairement à certaines présentations initiales de l’économie des conventions, pour faire imploser le cadre d’analyse de la théorie standard, car la rationalité limitée, après tout, est un des trois postulats fondamentaux de … Williamson (avec l’opportunisme et la spécificité des actifs). La question se posait donc logiquement de savoir ce qui nous distinguait de l’approche williamsonienne en termes de coûts de transaction. La lecture que Postel avait faite de Polanyi l’aidait à distinguer une rationalité purement instrumentale – que j’appellerais calculatoire – et une rationalité interprétative. Prenant en compte cette remarque, j’ai alors rajouté la dimension interprétative à l’aspect calculatoire, dans une vision élargie de la rationalité limitée.

17 Si j’ajoute qu’en croisant institution et interprétation, on retrouve l’ordre de réalité intersubjectif et, de proche en proche, toute l’architecture méthodologique d’Agassi, force est d’admettre (avec reconnaissance) que ces critiques ont joué un rôle important dans la consolidation du programme de l’économie des conventions.

18Hervé Charmettant / Julien Reysz : Votre article « Les institutionnalistes : un courant éclaté ? ou “éclatant” ? », paru en 2011 dans les Cahiers français, semble dans sa conclusion redonner de la légitimité et de la validité à la théorie standard. Est-ce le cas ?

19Olivier Favereau : Non, il ne s’agit certainement pas de redonner du crédit à la Théorie Standard elle-même – mais d’en donner au fait empirique que celle-ci, aujourd’hui, s’intéresse au même objet – les institutions – que les différentes écoles de pensée institutionnalistes. Car cette proximité va pouvoir nous donner sur elle une prise que nous n’aurions pas eue avant, lorsqu’elle traitait de ses questions traditionnelles (songeons aux modèles marginalistes). Encore faut-il que soit organisée systématiquement la confrontation entre ces différents corpus sur les institutions et sur leur fonction dans l’économie. Cela implique trivialement de ne plus ignorer la présence de la théorie orthodoxe dans le champ institutionnel – car nous sommes désormais tous sur le même terrain : voilà la grande nouveauté.

20Hervé Charmettant / Julien Reysz : Dépasser la césure entre orthodoxie et hétérodoxie ne contredit-il pas le principe de neutralité axiologique de Weber ? Cela n’oblige-t-il pas dès lors à devoir expliciter le point de vue d’où l’on parle et la normativité sous-jacente à la théorie ?

21Olivier Favereau : Sur la question de la neutralité axiologique, j’essaie d’abord de préserver le principe wébérien. Sauf que je constate, précisément comme observateur scientifique neutre, que les agents économiques, eux, manipulent des valeurs, une pluralité de valeurs. Par conséquent, si je veux faire une “bonne” théorie économique, je dois intégrer le fait que les gens sont très sensibles aux questions de justice et d’injustice et qu’ils ont des conceptions diverses de la justice et de l’injustice. Les valeurs (et leur pluralisme) doivent donc trouver leur place dans le projet descriptif de la théorie. Mais cela ne suffit pas à régler tous les problèmes. Autant, dans un premier temps de l’analyse, la neutralité axiologique doit demeurer comme principe fondateur de la déontologie du chercheur économiste, autant, dans un deuxième temps, les choses se compliquent, dés lors qu’il opère dans un contexte où la théorie dominante sert certains intérêts et certaines valeurs qui ont des effets sur la réalité, que l’économiste hétérodoxe est en droit d’analyser comme désastreux, rendant alors très délicate la belle neutralité wébérienne. La sociologie des sciences contemporaine entend étudier cela « objectivement » à travers la performativité des énoncés « scientifiques », mais c’est une démarche qui risque l’auto-contradiction, puisqu’il s’avère que le système de pouvoir en place permet à un certain discours dominant sur la réalité de fabriquer la réalité qui lui correspond. Participer à ce travail théorique de compréhension du monde signifie alors prendre part à un certain travail politique de construction du monde. Le chercheur économiste a quitté, quoi qu’il en ait, la sphère de la neutralité wébérienne.

22 L’économie des conventions, quant à elle, s’inspirerait plutôt de la posture de Keynes : ayant découvert la prégnance cognitive des « idées » « orthodoxes » (deux termes auxquels Keynes a donné un contenu analytique dans sa Théorie Générale), il s’est ingénié à chercher les modifications du langage théorique de la discipline économique, qui le rendrait apte à intégrer une vision des problèmes économiques (en l’occurrence le chômage involontaire), en adéquation avec le jugement normatif de l’homme ordinaire. Dès lors, apparaît un moment militant dans la recherche scientifique de l’économiste hétérodoxe. Mais ce moment n’est ni le premier, ni, a fortiori, le seul. J’exprime ici un point de vue personnel, qui demanderait évidemment plus d’espace. Ce qui est sûr, et consensuel, c’est que pour ces deux raisons – le fait que les agents économiques se conforment à une pluralité de valeurs et le fait que les idées des économistes agissent sur la réalité dans un certain sens (et n’ont pas pour seul effet de la décrire) –, la neutralité axiologique devient une question beaucoup plus complexe que du temps de Max Weber.

23Hervé Charmettant / Julien Reysz : La Théorie Standard Étendue est aujourd’hui marquée par une « ambivalence » entre deux pôles, celui des approches infra-microéconomiques de la théorie des incitations et celui des approches plus holistes à la North ou à la Williamson. Cela signifie-t-il que le clivage entre individualisme et holisme méthodologiques se retrouve au sein de la Théorie Standard Étendue ?

24Olivier Favereau : Pour moi, je prends la Théorie Standard Étendue dans un sens plus étroit qui renvoie essentiellement à la théorie des incitations. North et Williamson sont difficiles à classer. Leur pensée correspondrait davantage à ce que j’appellerais aujourd’hui la Théorie Standard évolutionniste (pour remplir la case Sud-Est de mon diagramme de la Revue économique 1989), caractérisée par la rationalité procédurale et un seul mode de coordination qui est le marché, vu comme un espace de concurrence, de sélection – c’est-à-dire la conception hayékienne du marché. Cette dénomination est, je crois, assez juste pour une grande partie de l’évolutionnisme, sauf pour des auteurs authentiquement hétérodoxes comme Hodgson. Williamson, lui, est un « hybride » – car il n’optimise pas – et les orthodoxes sont plutôt condescendants à son égard, par exemple David Kreps ou Oliver Hart. Pour ce dernier, les seules idées intéressantes sont celles qu’il est possible de faire entrer dans les modèles formels de la Théorie Standard. Williamson a néanmoins un positionnement qui, sociologiquement et politiquement, conduit à stabiliser la théorie dominante, en offrant une version « light » de la très influente sous-discipline « Law and Economics ». Le cas de North est assez différent, spécial. En tant qu’historien, il critique la vision mainstream de Williamson selon laquelle les institutions qui passent l’épreuve du temps sont celles qui sont efficaces : lui préfère mettre le politique (la démocratie) et les modèles mentaux collectifs au centre de l’analyse de l’efficacité économique. On sort alors totalement du mainstream.

25Hervé Charmettant / Julien Reysz : Si le clivage entre individualisme et holisme méthodologique n’apparaît plus pertinent pour caractériser les écoles de pensée en économie, où se situe alors le clivage pour distinguer l’orthodoxie des approches hétérodoxes ?

26Olivier Favereau : Jamais la théorie orthodoxe n’a été aussi puissante institutionnellement en France, et ailleurs. Un fait étrange, c’est qu’on se trouve aussi dans une configuration inédite puisqu’il y a désormais un espace commun : presque tous ceux qui font de l’économie, qu’ils soient orthodoxes ou non, conviennent en effet que les institutions sont très importantes pour l’analyse économique, tant au niveau de la microéconomie qu’à celui des dynamiques macroéconomiques. D’un côté, il y a un durcissement des frontières et de l’autre, il y a cette configuration très spéciale – sans précédent dans l’histoire de la pensée économique – susceptible de déboucher sur la chute du mur entre orthodoxie et hétérodoxie : plus précisément, sur l’effondrement des protections dont bénéficie l’orthodoxie, par rapport à l’hétérodoxie – et/ou l’ostracisme dont pâtit cette dernière. Dans l’immédiat, le mur est là, apparemment indestructible. Mais déjà sa nature a changé. Les matériaux dont il est constitué sont moins idéo-logiques que méthodo-logiques : la thèse de Tony Lawson, par exemple, est que le clivage passe désormais par l’utilisation de méthodes quantitatives, le recours à un formalisme technique, soit mathématique, soit (de plus en plus souvent) économétrique, beaucoup plus que par la défense et illustration de telle ou telle idée substantielle. Le durcissement institutionnel dont j’ai parlé dissimule mal un singulier ramollissement intellectuel.

27Hervé Charmettant / Julien Reysz : Finalement, en quoi l’individualisme institutionnel d’Agassi, en tant que tentative de dépassement de l’opposition entre individualisme et holisme méthodologique, constitue-t-il une troisième voie, tant méthodologique que politique, dont peut se prévaloir l’économie des conventions ?

28Olivier Favereau : L’Économie des conventions pourrait reprendre à peu près tout ce que dit Agassi, à la condition de compléter la pensée de cet auteur par des éléments qui sont bien développés dans l’ouvrage de Luc Boltanski et Eve Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme. Ce qui manque chez Agassi, c’est la prise en compte de l’attitude des acteurs humains vis-à-vis des institutions. Les institutions font l’objet en permanence de jugements, de jugements critiques, au nom soit de l’efficacité, soit de la justice. Ici s’ouvre la voie conventionnaliste d’approche de la théorie du capitalisme. L’enjeu est de séparer (de libérer !) la notion d’exploitation (et la dénonciation des injustices corrélatives) du cadre de la valeur-travail, où elle a été forgée par Marx, faut-il le rappeler, en vue de parvenir à une mesure objective, scientifique, qui pourrait se passer de la dénonciation morale des socialistes français. Ce cadre, au-delà (ou en deçà) de sa fécondité historique, présente deux inconvénients majeurs : d’une part, il pose, pour une opérationnalisation effective, des problèmes techniques insurmontables, dont témoigne la dispersion séculaire des courants de pensée se rattachant au Marxisme ; d’autre part, il nous dispense artificiellement d’intégrer dans l’analyse les conceptions intersubjectives de la justice, qui sont à l’œuvre à un moment donné, dans toute société de type capitaliste – or elles seules confèrent du sens à notre histoire commune.

Nous remercions chaleureusement Olivier Favereau d'avoir accepté cet entretien et de s'être rendu disponible, d'abord pour nous recevoir et ensuite pour relire la transcription de ses propos.

Haut de page

Bibliographie

Boltanski, Luc, et Eve Chiapello. 1999. Le nouvel esprit du capitalisme. Paris: Gallimard.

Defalvard, Hervé. 1992. Critique de l’individualisme méthodologique revu par l’économie des conventions. Revue économique, 43(1): 127-142.

Popper, Karl. 1963. Conjectures and Refutations: The Growth of Scientific Knowledge. Londres et New York : Routledge.

Popper, Karl. [1972] 1991. La connaissance objective. Paris : Éditions Aubier.

Popper, Karl. 1979. La société ouverte et ses ennemis. Paris : Seuil.

Postel, Nicolas. 1998. L’économie des conventions : une approche instrumentale de la rationalité individuelle ? Revue Économique, 49(6): 147-195.

Haut de page

Notes

1 Le CREA (Centre de Recherche sur l’Epistémologie de l’Autonomie) est un Laboratoire de l’école Polytechnique, fondé, avec Jean-Marie Domenach, par Jean-Pierre Dupuy. Il a joué un rôle-clé (avec le centre d’étude de l’emploi, et la division de la recherche à l’INSEE) dans l’incubation des idées qui se sont condensées dans le programme de recherches de l’économie des conventions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Charmettant et Julien Reysz, « Un entretien avec Olivier Favereau », Œconomia, 2-4 | 2012, 503-512.

Référence électronique

Hervé Charmettant et Julien Reysz, « Un entretien avec Olivier Favereau », Œconomia [En ligne], 2-4 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1247 ; DOI : 10.4000/oeconomia.1247

Haut de page

Auteurs

Hervé Charmettant

CREG-Université Grenoble 2. herve.charmettant@upmf-grenoble.fr

Articles du même auteur

Julien Reysz

CREG-Université Grenoble 2. jullien.reysz@gmail.com.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org