Navigation – Plan du site
De l'invidualisme institutionnel de Joseph Agassi à l'économie des conventions

L’ « individualisme institutionnel » de Joseph Agassi : une via media entre individualisme et holisme méthodologiques

Joseph Agassi’s “Institutional Individualism”: a via media between Methodological Individualism and Holism
Hervé Charmettant et Julien Reysz
p. 475-485

Résumés

Dans cet article, on présente l’article « Institutional individualism » (1975) de Joseph Agassi (traduit dans ce même numéro), en le resituant par rapport à d’autres travaux de l’auteur et à ceux de Popper. On y discute de l’influence d’Agassi sur les premiers travaux de l’école des conventions.

Haut de page

Texte intégral

1Pourquoi s’intéresser à un texte traitant d’un débat en sciences sociales, celui entre individualisme méthodologique et holisme méthodologique, dont on peut penser qu’il est « cuit et recuit » ? Voilà la question que l’on peut se poser au moment d’aborder cet article du philosophe israélien Joseph Agassi. Pourtant, on aurait tort de passer à côté de ce texte important sous prétexte que le débat évoqué est dépassé aujourd'hui dans les sciences sociales. Précisément, et c’est la position que nous défendons dans cette présentation : c’est grâce à Agassi, parmi d’autres au premier rang desquels se trouve Karl Popper qui fut son professeur, que ce débat n’a plus véritablement besoin d’être rouvert.

2 À ce titre, le texte dont la traduction française est publiée ici nous semble important et digne d’être mieux connu en France, alors même qu’il semble avoir été peu lu. Agassi lui-même est un auteur assez peu cité en sciences sociales et en économie, en dehors de références que l’on trouve dans les travaux de l’économie des conventions. Ce texte paru en 1975 dans The British Journal of Psychology fait suite à un article d’Agassi paru en 1960 dans la même revue, article repris dans l’ouvrage édité par John O’Neill (1973). Enfin, une version ultime parue en 1987 dans un ouvrage co-dirigé par Agassi et Jarvie, se présente comme un collage des deux articles précédents, le titre même « Methodological Individualism and Institutional Individualism » résultant de l’addition de leurs deux titres. L’annexe fait une analyse comparée de la composition de ces trois corps textuels. La particularité de l’article traduit ici est sa brièveté par rapport à celui de 1960 (trois fois plus long). Dans l’article de 1960, un grand nombre d’auteurs sont cités dont on ne trouve pas mention dans celui de 1975 : Durkheim, Marx, Hume, Mill, etc. Cette première présentation de la réflexion d’Agassi sur la méthodologie en sciences sociales est marquée par un effort de démonstration dont témoignent ces nombreuses références académiques. Cette application dans l’exposé des termes du débat s’explique sans nul doute par la jeunesse de l’auteur qui, né en 1927, était alors un jeune universitaire d’une trentaine d’années.

  • 1 La version de 1987 est anecdotique, n’étant d’ailleurs pas même citée dans la liste des publication (...)

3 Sur le fond, l’article de 1975 est dans la continuité de celui de 1960, Agassi renvoyant d’ailleurs explicitement aux réactions suscitées par cette publication initiale pour justifier l’introduction de précisions terminologiques. Il nous semble toutefois beaucoup plus abouti dans sa forme, en allégeant les références aux œuvres des auteurs classiques, raison pour laquelle il est beaucoup plus court. Surtout, Agassi y développe une argumentation plus systématique renforçant la logique de sa démonstration. Il centre également son propos sur son apport particulier au débat méthodologique, en exposant en toute clarté les prémisses d’une méthodologie combinant individualisme et holisme, ce qu’est précisément son « individualisme institutionnaliste ». C’est pour cet ensemble de raisons que nous avons choisi l’article de 1975 pour une publication en français1.

4 Afin de saisir la portée de ce texte, nous avancerons tout d’abord la thèse qu’il clôt le débat entre individualisme et holisme méthodologiques, du moins dans les termes anciens dans lesquels il se posait. On ne peut plus tenir des positions méthodologiques extrêmes, ou alors en toute connaissance de cause, après une telle lecture qui impose comme assez évident le choix d’une via media. Nous poursuivrons en montrant ensuite pourquoi l’« individualisme institutionnel » s’est imposé chez les auteurs ayant formé le courant de l’économie des conventions qui sont, parmi les auteurs de sciences sociales, ceux qui font explicitement référence à Agassi. L’évolution du positionnement de ce corpus nous renseigne par ailleurs sur les limites de la démarche d’Agassi, limites que nous aborderons dans la dernière partie de cette présentation. Nous étayerons ainsi l’affirmation selon laquelle les écrits d’Agassi n’épuisent pas les questionnements méthodologiques. Mais, s’ils subsistent, c’est bien en partant du point de départ fixé précisément par ce philosophe.

1. Une avancée déterminante dans la direction ouverte par Popper

5Le principe dit « de Popper-Agassi » associe pour la postérité ces deux auteurs, réunis dans l’affirmation que les collectifs humains n’ont pas de volonté, d’intérêts, d’objectifs, etc., propres et distincts des individus qui les composent. Cette dénonciation de la personnification des « touts », démarche qui caractérise un holisme méthodologique extrême, condense la filiation entre les deux penseurs. Agassi ne manque d’ailleurs pas de reconnaître sa dette vis-à-vis de son ancien professeur à plusieurs reprises dans cet article publié en 1975. On y retrouve également l’empreinte de Popper à travers la terminologie et les procédés d’exposition utilisés, comme par exemple la forme du dialogue imaginaire au cours duquel sont confrontés les arguments des deux camps.

6 Agassi s’inscrit bien dans la continuité de la démarche méthodologique en sciences sociales prônée par Popper dont l’originalité est de chercher à combiner deux orientations ; d’une part, l’individualisme méthodologique affirmé en contrepoint des théories « historicistes » dont Popper dénonce le holisme sous-jacent à la conception de collectifs humains agissants ; d’autre part, l’institutionnalisme dont Popper loue le plus grand pouvoir explicatif que le psychologisme qui, du fait de son recours exclusif à la psyché humaine pour expliquer les actions individuelles, est réductionniste. Si Agassi considère bien Popper comme le précurseur d’une voie médiane en sciences sociales entre individualisme et holisme, il s’en démarque quelque peu comme en témoigne la critique qui apparaît dans l’article pages 500-501. Effectivement, parmi les continuateurs de la voie ouverte par Popper, il se classe, du côté de ceux qui accordent plus d’importance aux institutions et aux collectifs, à l’instar de Jarvie avec qui Agassi a collaboré étroitement (cf. Agassi et Jarvie, 1987). Au contraire, Watkins, autre ancien élève de Popper, tend à tirer celui-ci vers un strict individualisme méthodologique. Il est vrai qu’après Misère de l’historicisme (1988) et La société ouverte et ses ennemis (1979), Popper s’est orienté vers une défense de la démarche hypothético-déductive – « zero-method » comme il l’appelle – qui, combinée à la référence à la rationalité utilitaire – « situational logic » dans ses termes –, corrobore une telle interprétation de son positionnement. On peut ainsi mieux comprendre qu’Agassi se soit montré progressivement plus dubitatif concernant la contribution de Popper. Il l’exprime clairement dans un article plus récent, écrivant à propos de la théorie de Popper de l’autonomie de la sociologie » [qu’]il n’a pas été clair sur ce point » et que « nous avons ainsi touché aux limites de la lecture de Popper sur l’individualisme » (Agassi, 1997, 510).

7 Údehn confirme qu’Agassi a dépassé les limites atteintes par Popper en écrivant, dans l’ouvrage qu’il consacre aux différents contributeurs de l’individualisme méthodologique, que « Popper […] a avancé deux méthodologies séparées, l’individualisme méthodologique et l’institutionnalisme, qu’il n’a jamais réunies. […] C’est ce qu’a réussi, au contraire, son élève, Joseph Agassi, qui a créé l’individualisme institutionnel » (Údehn, 2001, 162). La réussite d’Agassi repose d’abord sur un déploiement pointilleux de l’argumentation qui ne manque pas de faire penser aux procédés de la philosophie analytique. L’ajout de deux propositions aux propositions par lesquelles il caractérise chaque positionnement méthodologique lui permet de mener une quasi-démonstration des conditions d’incompatibilité au sein de la double dichotomie qu’il établit entre, d’une part, individualisme et holisme et, d’autre part, institutionnalisme et psychologisme. Concernant la première, c’est seulement en assimilant les collectifs à des personnes agissantes – et donc en contrevenant au fameux « principe de Popper-Agassi » –, que le holisme devient incompatible avec l’individualisme. Quant à la seconde, c’est à partir du moment où la psychologie de l’individu est posée comme la base première et exclusive de toute explication que le psychologisme s’oppose irrémédiablement à l’institutionnalisme.

8 En déniant la validité de ces deux propositions additionnelles, Agassi rejette l’alternative entre les deux grandes positions méthodologiques classiques en sciences sociales ; l’« individualisme psychologiste » d’un côté et le « holisme institutionnaliste » de l’autre. Au contraire, il aboutit à un positionnement combinant « individualisme » et « institutionnalisme » pour former un « individualisme institutionnel » que l’on peut ainsi résumer : les phénomènes sociaux sont réductibles en dernier lieu à des comportements individuels dont la compréhension nécessite toutefois de prendre en compte les institutions.

9 Il n’est nullement fortuit que cette position méthodologique développée par Agassi, originale surtout quant à son degré d’explicitation, ait connu un début de reconnaissance en France à travers la diffusion d’un courant en sciences sociales apparu à la fin des années 1980, l’économie des conventions.

2. Les affinités électives avec l’économie des conventions

  • 2 Dès l’introduction, la référence à Agassi apparaît à propos du « précepte de Popper et Agassi ». De (...)

10Il n’est effectivement pas anodin que la référence à Agassi apparaisse dans des textes conventionnalistes et en particulier, dans l’introduction au numéro spécial de la Revue économique (Dupuy et al, 1989) signée par l’ensemble des « pères fondateurs » de l’économie des conventions2. Ce corpus a d’abord comme originalité d’avoir réuni autour d’un projet commun des penseurs issus de différentes disciplines, en l’occurrence philosophie, sociologie et économie. Il n’est certes pas étonnant que la question du positionnement méthodologique ait été centrale lors de sa constitution, ce que nous a confirmé Olivier Favereau (cf. l’entretien avec Olivier Favereau dans ce même numéro). On peut remarquer que cette référence à Agassi, dont on ne trouve guère de traces – selon nos recherches, inévitablement incomplètes – chez d’autres auteurs français en sciences sociales, témoigne encore de l’originalité du projet conventionnaliste.

11 L’homologie entre l’« individualisme institutionnel » d’Agassi et la démarche de l’économie des conventions est flagrante dans ces propos de l’introduction de la Revue économique : « Le reconnaissance du rôle d’une convention commune remet en cause l’opposition simple entre individualisme et holisme. […] La convention doit être appréhendée à la fois comme le résultat d’actions individuelles et comme un cadre contraignant les sujets » (ibid., 143). Il s’agit bien d’introduire d’autres déterminants que les préférences propres à chaque individu dans la compréhension de leurs actions ; c’est ce que sont les « conventions » pour les conventionnalistes et les « institutions » pour Agassi à la suite de Popper. Nonobstant la différence conceptuelle, l’homologie provient d’une opacité du social qui caractérise l’une et l’autre de ces notions. Cette opacité, à relier à l’« autotranscendance » de la société selon l’expression de Jean-Pierre Dupuy (1992, 217 sqq.), s’oppose fondamentalement à la transparence que le psychologisme confère à toutes relations sociales.

12 La notion de « convention » telle qu’elle est mobilisée dans le courant éponyme est donc remarquablement en phase avec la méthodologie d’Agassi. P.-Y. Gomez (1995, 151-152) avait développé une belle image en faisant un parallèle entre les conventions et les cairns, ces petits tas de cailloux dans la montagne qui indiquent les sentiers. Ces cairns cristallisent un passé de décisions individuelles – tous ceux qui ont apporté leur pierre à l’édifice –, qui est oublié au moment où l’on cherche son chemin. Il subsiste ces repères collectifs à partir desquels les randonneurs s’orientent, la décision de suivre le sentier qu’ils balisent ou de s’en écarter restant individuelle. La conception de la rationalité des actions individuelles, sous-jacente à cette intégration des conventions, représentant l’extériorité du social, découle d’ailleurs de ce choix d’une voie médiane entre individualisme et holisme. Le fait de suivre les chemins déjà tracés et repérés par ces cairns illustre un type de rationalité, dite « procédurale » en rompant avec la » rationalité substantive » qui consisterait à considérer n'importe quel tracé afin de déterminer le plus rapide pour arriver à destination. L’économie des conventions aboutit ainsi à faire se rencontrer la démarche méthodologique prônée par Agassi et la conception de Simon (1976) de la rationalité.

  • 3 On trouve cette référence à Agassi encore dans le chapitre de Livet et Thévenot (1994, 148) ainsi q (...)

13 Ce positionnement initial de l’économie des conventions est toutefois entaché des mêmes ambiguïtés que celles dont on peut faire le reproche à l’« individualisme institutionnel » d’Agassi. Le type de déclaration que l’on retrouve par exemple dans ce texte programmatique que constitue l’introduction au numéro spécial de la Revue économique, a contribué à les créer : « Les auteurs du numéro s’accordent sur le fait que la place admise à une convention commune ne doit pas conduire à renoncer aux préceptes de l’individualisme méthodologique : les seuls acteurs sont les personnes » (Dupuy et al, ibid.), y est-il affirmé. Depuis, les conventionnalistes ont parcouru un chemin qui les a rapprochés conceptuellement et méthodologiquement de la tradition « institutionnaliste » en économie dont on ne peut pas dire qu’elle se rattache prioritairement à l’individualisme méthodologique. C’est sans doute la raison pour laquelle la référence à Agassi a disparu des textes de l’économie des conventions3. C’est aussi le signe du fait qu’Agassi a le mérite d’avoir apporté un éclaircissement important dans le débat des méthodes en sciences sociales sans toutefois qu’on puisse dire que cet apport constitue un aboutissement ultime.

3. La position méthodologique d’Agassi comme point de départ

  • 4 À l’instar d’ailleurs de Schelling, Schotter, Young, Sugden, etc., c’est-à-dire tous ceux qui ont m (...)

14Il est intéressant de suivre ce cheminement théorique de l’économie des conventions afin de mieux juger de l’apport réel d’Agassi aux sciences sociales. Incontestablement, l’économie des conventions a opté vers la fin des années 1990 « pour un programme d’économie institutionnaliste » (Eymard-Duvernay, 2002) visible au travers du glissement des références mobilisées. Alors que dans l’« introduction » de 1989 (op. cit., 143), des auteurs tels que Polanyi, Granovetter, etc, étaient explicitement écartés par les « pères fondateurs » de l’économie des conventions, les auteurs conventionnalistes ne rejettent plus aujourd'hui la tradition institutionnaliste, et Defalvard (2002) peut affirmer que l’économie des conventions s’est mise « à l’école des institutions ». C’est le destin inverse qu’a connu Lewis (1969) désigné initialement comme un des précurseurs de l’économie des conventions avant de disparaître des références bibliographiques4. En ce qui concerne la position d’Agassi, son « individualisme institutionnel » semble de fait bien plus proche de la convention au sens de Lewis que de la présentation des conventions dans le cadre des « économies de la grandeur » de Boltanski et Thévenot (1991). Dans les conditions posées par Lewis à l’existence d’une convention, telles que Dupuy les a exposées, une d’entre elles stipule que « cette croyance que les autres se conforment à R donne à chacun une bonne et définitive raison de se conformer lui-même à R » (Dupuy, 1989, 369). Cet énoncé peut effectivement être rapproché de l’illustration de sa démarche fournie par Agassi à travers la création d’un syndicat. Si un tel collectif apparaît selon lui, et se maintient également, c’est du fait de la « bonne raison » que chacun, salarié comme employeur a trouvé d’appartenir à un syndicat, « bonne raison » qui provient en fin de compte de l’observation d’un tel comportement chez les autres acteurs.

15 C’est exactement le sens de la critique formulée par Postel (1998) à l’encontre de la « rationalité instrumentale » qui est adressée à l’économie des conventions et que l’on peut reprendre à l’endroit de la position d’Agassi. C’est bien cette critique qui a amené les auteurs conventionnalistes à aborder les institutions selon un « programme hétérodoxe [qui] se rapproche de la tradition holiste sans s’y perdre, en donnant enfin à voir, derrière le choc des décisions, le poids des situations » selon les propos de Favereau (1998, 166-167).

16 L’évolution du positionnement méthodologique de l’économie des conventions renvoie ainsi aux insuffisances de l’« individualisme institutionnel » initié par Agassi. S’il « est véritablement une nouvelle version de l’individualisme méthodologique », Údehn (2001, 219) rajoute que « cependant, Agassi est resté emmêlé dans les mêmes contradictions que Popper lui-même avant de mener à bien son projet ». Une façon de surmonter cette contradiction est celle qui a été présentée par Defalvard (1992) en dissociant les deux temps de l’analyse qui peut être menée des phénomènes sociaux, le moment de l’« individualisme morphogénétique » étant distinct du moment du « holisme fonctionnel ». Mais, il existe beaucoup d’autres approches dont il ne nous appartient pas de montrer la diversité dans le cadre de cette présentation. Notons simplement que Dupuy est à l’origine d’une des versions les plus élaborées dans le dépassement de cette apparente contradiction avec un « individualisme méthodologique complexe [qui] insiste sur la boucle qui unit récursivement les niveaux individuel et collectif » (Defalvard, 1992, 19). Devant cet éventail d’alternatives méthodologiques, l’« individualisme institutionnel » d’Agassi se présente bien comme un « camp de base » pour les chercheurs en sciences sociales s’inscrivant en dehors des positions extrêmes de l’individualisme et du holisme méthodologiques, c'est-à-dire à peu près pour tous.

  • 5 Comme le suggère d’ailleurs Hodgson lui-même qui parle d’« institutionnalisme méthodologique » (ibi (...)
  • 6 Les rejetons actuels de la « théorie des choix rationnels », qu’il s’agisse d’une certaine économie (...)

17 Pour conclure, nous ferons nôtres ces propos de Hodgson qui condensent le jugement à porter sur ce qu’a réalisé Agassi ; « le terme d’ “individualisme institutionnel” d’Agassi (1960, 1975) est meilleur, mais remarquez qu’il donne un statut d’adjectif à un côté de la démarche tandis que l’autre côté a le prestige du substantif. Pourquoi ne pas parler d’ “institutionnalisme individualiste” ? » (Hodgson, 2007, 220). Nous aurions même envie de rajouter, pourquoi ne pas parler tout simplement d’« institutionnalisme »5 ? C’est la bannière sous laquelle peuvent être rassemblées l’ensemble des approches en sciences sociales dont le point commun est de s’opposer à une démarche rationaliste et réductrice telle qu’on la retrouve dans l’économie orthodoxe et ses prolongements actuels6. Au bout du compte, s’il faut retenir une chose de cet article d’Agassi, c’est le fait que l’on peut être « institutionnaliste » en sciences sociales sans tomber dans ce que Popper appelait une « pseudo-science » (Popper, 1979, tome 2, 185), c'est-à-dire sans recourir à des lois historiques et sans considérer les « touts » comme des êtres animés de volontés.

Nous sommes reconnaissants à Jean-Sébastien Lenfant de nous avoir donné l’occasion de mener jusqu’à son terme ce travail. Nous remercions également Jérôme Lallement pour ses commentaires qui ont permis d’améliorer un texte dont nous restons évidemment seuls responsables.

Haut de page

Bibliographie

Agassi, Joseph. 1973. Methodological Individualism. In J. O’Neill (ed.), Modes of Individualism and Collectivism. Londres : Heinemann.

Agassi, Joseph. 1975. Institutional Individualism. The British Journal of Sociology, 26(2) : 144-155.

Agassi, Joseph. 1987. Methodological Individualism and Institutional Individualism. In J. Agassi and I. Jarvie (eds), Rationality : The Critical View, 119-150.

Agassi, Joseph. 1997. Celebrating the Open Society. Philosophy of the Social Sciences, 27 : 486‑525.

Agassi, Joseph, et Ian Charles Jarvie (eds). 1987. Rationality: The Critical View. Dordrecht-Boston-Lancaster: Martinus Nijhoff Publishers.

Audard, Catherine, Jean-Pierre Dupuy et René Sève (éds). 1988. Individu et justice sociale. Autour de John Rawls. Paris : Seuil.

Boltanski, Luc, et Laurent Thévenot. 1991. De la justification. Paris : Gallimard.

Defalvard, Hervé. 1992. Critique de l’individualisme méthodologique revu par l’économie des conventions. Revue Économique, 43(1) : 127-143.

Defalvard, Hervé. 2002. L’économie des conventions à l’école des institutions. Économie appliquée, LV(4) : 7-33.

Dupuy, Jean-Pierre. 1988. L’individu libéral, cet inconnu : d’Adam Smith à Friedrich Hayek. In C. Audard, J-P. Dupuy, R. Sève (éds), Individu et justice sociale. Autour de John Rawls. Paris : Seuil, 73-125.

Dupuy, Jean-Pierre. 1989. Convention et common knowledge. Revue Économique, 40(2) : 361-400.

Dupuy, Jean-Pierre. 1992. Introduction aux sciences sociales. Logique des phénomènes collectifs. Paris : Ellipses.

Dupuy, Jean-Pierre, et al. 1989. Introduction. Revue Économique, 40(2) : 141-145.

Eymard-Duvernay, François. 2002. Pour un programme d’économie institutionnaliste. Revue Économique, 53(2) : 325-336.

Eymard-Duvernay, François (dir.). 2006. L’économie des conventions : méthodes et résultats. Paris : La Découverte.

Faverau, Olivier. 1989. Marchés internes, marchés externes. Revue Économique, 40(2) : 273-328.

Faverau, Olivier. 1998. Décisions, situations, institutions. In A. Vinokur (éd.), Décisions économiques. Paris : Economica, 153-168.

Gomez, Pierre-Yves. 1995. Des règles du jeu pour une modélisation conventionnaliste. Revue française d’économie, X(3): 137-171.

Hodgson, Geoffrey. 2007. Meanings of Methodological Individualism. Journal of Economic Methodology, 14(2) : 211-226.

Latsis, Spiros (ed.). 1976. Method and Appraisal in Economics. Cambridge : Cambridge university press.

Lewis, David. 1969. Convention : A Philosophical Study. Cambridge, MA : Harvard University Press.

Livet, Pierre, et Laurent Thévenot. 1994. Les catégories de l’action collective. In A. Orléan (dir.), Analyse économique des conventions. Paris : PUF : 139-168.

O’Neill, John. (ed). 1973. Modes of Individualism and Collectivism. London : Heinemann.

Orléan, André (dir.). 1994. Analyse économique des conventions. Paris : PUF.

Popper, Karl. 1979. La société ouverte et ses ennemis. Tome 1, L’ascendant de Platon. Tome 2, Hegel et Marx. Paris : Seuil.

Popper, Karl. 1988. Misère de l’historicisme. Paris : Pocket.

Postel, Nicolas. 1998. L’économie des conventions. Une approche instrumentale de la rationalité individuelle ? Revue Économique, 49(6) : 1473-1496.

Simon, Herbert. 1976. From Substantive to Procedural Rationality. In S. Latsis (ed.), Method and Appraisal in Economics. Cambridge : Cambridge University Press.

Údehn, Lars. 2001. Methodological Individualism. Background, History and Meaning, Col. Routledge Studies in Social and Political Thought. London and New York : Routledge.

Vinokur, Annie (éd.). 1987. Décisions économiques. Paris : Economica, 153-168.

Haut de page

Annexe

Image 10000000000004AD0000029F35050EC6.jpgAgassi, Joseph. 1960. Methodological Individualism. The British Journal of Sociology, 11(3) : 244-270.

Haut de page

Notes

1 La version de 1987 est anecdotique, n’étant d’ailleurs pas même citée dans la liste des publications qui apparaît sur la page personnelle d’Agassi. Il s’agit d’un simple collage des deux textes de 1960 et 1975 avec quelques ajouts mineurs (voir Annexe). Il est en tous cas remarquable de voir qu’Agassi considère que les réflexions qu’il a entamées dans les années 1950 au cours de ses études et de sa fréquentation de Karl Popper sont toujours valides à ses yeux plus de trente ans après.

2 Dès l’introduction, la référence à Agassi apparaît à propos du « précepte de Popper et Agassi ». De même pour Favereau (1989) qui inclut le texte d’Agassi (1973) dans sa bibliographie. Auparavant, et sans qu’il cite le nom d’Agassi, Dupuy (1988) avait développé une argumentation qui semble beaucoup s’en inspirer. Cette coïncidence témoigne bien d’une convergence entre ces différents auteurs dans leur quête de fondements méthodologiques adéquats que l’« individualisme institutionnel » d’Agassi a semblé être en mesure de leur procurer.

3 On trouve cette référence à Agassi encore dans le chapitre de Livet et Thévenot (1994, 148) ainsi que dans la contribution de Favereau à un ouvrage collectif (1998, 155). Mais elle est absente des deux introductions programmatiques du colloque « Conventions et Institutions » de 2003 (Eymard-Duvernay, 2006).

4 À l’instar d’ailleurs de Schelling, Schotter, Young, Sugden, etc., c’est-à-dire tous ceux qui ont mobilisé la notion de convention dans le cadre de la théorie des jeux.

5 Comme le suggère d’ailleurs Hodgson lui-même qui parle d’« institutionnalisme méthodologique » (ibid.).

6 Les rejetons actuels de la « théorie des choix rationnels », qu’il s’agisse d’une certaine économie expérimentale articulée à la théorie des jeux et plus encore de la neuro-économie, peuvent être aujourd'hui appréciés quant au réductionnisme extrême auquel ils aboutissent à travers les critiques qu’Agassi a dressées du psychologisme, critiques que l’on retrouve également chez Popper (1979 et 1988).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Charmettant et Julien Reysz, « L’ « individualisme institutionnel » de Joseph Agassi : une via media entre individualisme et holisme méthodologiques », Œconomia, 2-4 | 2012, 475-485.

Référence électronique

Hervé Charmettant et Julien Reysz, « L’ « individualisme institutionnel » de Joseph Agassi : une via media entre individualisme et holisme méthodologiques », Œconomia [En ligne], 2-4 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1214 ; DOI : 10.4000/oeconomia.1214

Haut de page

Auteurs

Hervé Charmettant

CREG-Université Grenoble 2. herve.charmettant@upmf-grenoble.fr

Articles du même auteur

Julien Reysz

CREG-Université Grenoble 2. julien.reysz@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org