Navigation – Plan du site
Revue des livres
Notes de lecture

Daniel K. Finn (ed.), Distant markets, distant harms. Economic complicity and Christian Ethics

Cécile Renouard
p. 115-119
Référence(s) :

Daniel K. Finn (ed.), Distant markets, distant harms. Economic complicity and Christian Ethics, Oxford, Oxford University Press, 2014, 288 pages, ISBN 978-0-19-937100-6

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Oxford University Press

1L’ouvrage dirigé par Daniel Finn est issu de communications présentées par dix auteurs, sociologues et théologiens, lors d’une conférence organisée en juin 2012 par le projet ‘True Wealth of Nations” de l’Institut pour les études catholiques avancées (Institute of Advanced Catholic Studies). Il est notable que les auteurs aient retravaillé leur texte à l’issue de la conférence et fassent mention des infléchissements ou enrichissements de leur position initiale grâce aux échanges. Cet ouvrage n’est donc pas seulement une succession de contributions autour du thème de la responsabilité individuelle et collective vis-à-vis des maux subis par des ‘prochains éloignés’, maux engendrés par le fonctionnement des marchés. Il est aussi l’expression d’une intelligence collective à l’œuvre.

2Cette approche collaborative est tout à fait cohérente avec les thèses présentées par plusieurs contributeurs : il s’agit d’étudier si et comment les rationalités qui sous-tendent l’analyse et les choix des acteurs permettent – ou pas – une analyse critique des institutions et des effets des structures sociales sur les sujets et sur les relations entre personnes et groupes, fussent-ils éloignés dans l’espace et dans le temps. Pierpaolo Donati insiste particulièrement sur ce point, qui est abondamment repris par d’autres auteurs : au-delà des débats entre individualisme et holisme méthodologique, les structures sociales sont le résultat de décisions et d’actions engagées par des individus et des groupes, et elles ont des conséquences sur les relations des individus entre eux et à l’égard d’autres, par leur intermédiaire.

3Les contributions de l’ouvrage dessinent un itinéraire qui, au fond, constitue un questionnement sur les conditions de transformations structurelles de nos économies, en offrant des critères de discernement individuels et collectifs.

4Le point de départ (Douglas Porpora) concerne l’identification de la responsabilité, individuelle et collective, à l’égard des maux qu’il s’agit précisément de désigner comme tels : le premier jalon de la démarche consiste à caractériser les ‘maux éloignés’ liés au fonctionnement des marchés, à désigner les liens de causalité, et les responsabilités des acteurs vis-à-vis des effets négatifs des règles établies. Margaret Archer présente ensuite une typologie des différentes formes de réflexivité, qui rejoignent différentes formes de rationalité pratique, pour indiquer comment le libéralisme contemporain, en promouvant une rationalité de la personne autonome, légitime des pratiques économiques concurrentielles aux effets pervers pour certains, alors que la rationalité communicative traditionnelle au sein d’un groupe peut également engendrer des phénomènes identitaires sources d’exclusion. Ce qu’elle dénomme la rationalité méta-réflexive (que l’on pourrait appeler une approche critique) permet un discernement partagé avec d’autres, au sujet des conditionnements structurels qui sont sources des dommages qu’il s’agit d’empêcher ou de réduire. Pierpaolo Donati insiste, dans la même ligne, sur la dimension relationnelle de l’agir et propose une définition relationnelle du bien commun, comme l’effet émergent d’actions qui se cumulent pour former une structure, par différenciation d’une approche agrégative totalisante : en effet, « les structures de la société sont des relations sociales institutionnalisées qui sont le produit de réseaux de relations » (58). Dès lors, il existe une responsabilité à la fois individuelle et collective à l’égard des effets, même non voulus, des transformations économiques et sociales. Il faut, dans cette perspective, assumer une responsabilité vis-à-vis du bien comme bien relationnel. Le mal envers des prochains éloignés est lié à un déficit relationnel. La responsabilité envers un réseau est d’autant plus importante que la personne occupe une place centrale dans le réseau. Les agents peuvent être considérés comme parties d’un sujet relationnel ; ainsi peut-on apprécier la responsabilité de l’entreprise vis-à-vis de la famille des salariés ou des habitants d’un territoire.

5Dès lors, il est important de ne pas se centrer uniquement sur les biens fabriqués mais sur les relations qui les produisent, tout au long de la chaine de valeur. Par exemple, cette approche permet de réfléchir au dumping social ou à l’évasion fiscale en termes de défaut relationnel, et invite les acteurs concernés (hommes d’affaire, pouvoirs publics) à définir des stratégies coopératives destinées à favoriser les conditions de travail et de vie digne pour les populations concernées par l’activité économique. Une telle perspective relationnelle peut également s’appliquer à l’analyse des responsabilités collectives vis-à-vis du changement climatique, comme le détaille John Coleman.

6La deuxième partie de l’ouvrage fait appel à des ressources historiques qui mettent en lumière les rapports entre modèles économiques et structures sociales. Brian Matz décrit les pratiques philanthropiques des chrétiens des premiers siècles comme l’expression d’un marché soumis à certaines règles : chez Saint Paul, les collectes sont liées à la diaconie, au souci pour les personnes dans le besoin. Avec Constantin, des exemptions fiscales pour le clergé voient le jour, avec l’idée que les ressources ainsi dégagées doivent être utilisées pour aider les pauvres. L’évaluation des motivations des acteurs dans les échanges économiques vis-à-vis des profits financiers est importante. Un autre critère concerne le rapport au temps : les commerçants sont invités à ne pas ‘acheter le temps’ en retardant les ventes pour accroitre leur profit en favorisant une hausse des prix (ce qui était une pratique fréquente).

7Mary Hirschfeld interprète la position thomiste en accentuant le caractère conventionnel de la propriété privée, qui n’est pas directement enracinée dans une nature humaine figée. Saint Thomas considère la propriété individuelle non pas comme un absolu mais comme orientée à la fois vers des finalités privées et vers le bien commun. Il montre que les individus bénéficient de leurs efforts directs mais aussi des propriétés émergentes du système économique dans son ensemble. Cette perspective est bien différente de la conception moderne du marché comme le lieu par excellence de l’activité individuelle. L’auteure fait une analyse des interdépendances inhérentes à la production économique, et des dividendes sociaux issus de la division du travail. Le marché est une institution sociale. Notre responsabilité pour le marché est sociale. Comme citoyens nous avons dès lors le devoir de promouvoir des règles qui diminuent les maux produits par le marché.

8La troisième partie revient sur des ressources d’analyse qui permettent d’approfondir nos responsabilités vis-à-vis des effets négatifs de nos modèles économiques. Cristina Traina explique comment la théorie féministe du care permet une attention aux situations d’injustices passées et présentes, et favorise une analyse des moyens critiques en vue d’une transformation institutionnelle. Elle prend l’exemple des chaines mondiales du care pour dénoncer les ‘choix impossibles’, parce que contraints, des travailleurs du care comme les employés philippins, acculés soit à la misère dans leur pays, soit à la migration et au travail dans des conditions difficiles voire indécentes. Cette perspective invite à passer moins de temps à blâmer l’agent contraint et plus de temps à s’efforcer de changer les forces et les structures qui produisent les choix impossibles. Paul Appiah souligne, à partir des traditions africaines et en particulier des Akan au Ghana, que le mot communauté prend différents sens selon les cultures parce qu’il désigne un système social toujours singulier. Les individus, dans les sociétés africaines, sont appelés à être relationnels et socio-centriques. Dès lors, l’idée que l’économie de marché va avec le rejet de la tradition doit être critiquée. Une certaine attention anthropologique et culturelle permet d’envisager une activité économique orientée à la fois vers le bien individuel et le bien commun.

9Albino Barrera revient sur l’articulation entre responsabilité individuelle et responsabilité collective et défend la nécessité d’individualiser la responsabilité collective. Il s’agit en effet d’insister sur l’identification, par chaque agent, de la manière dont il est solidaire ou complice de structures injustes, et de la façon dont il peut y résister ou travailler à leur transformation. L’individualisation de la responsabilité collective va de pair avec l’engagement des individus à participer à des actions collectives.

10L’auteur donne 5 critères d’analyse afin de préciser ces responsabilités collectives individualisées :

  • Le type et la gravité du mal sont déterminés notamment au miroir de l’accès des populations à des besoins humains fondamentaux (nourriture, habitat, éducation, repos, santé…)

  • La nature de l’économie désigne la façon dont le marché fonctionne, avec ses externalités, et les conséquences pour les personnes (salariés, consommateurs, etc.) 

  • La causalité (en référence aux analyses proposées par Donati et Porpora) doit être soigneusement analysée : des transactions individuelles sur le marché ont des effets sur le fonctionnement des marchés, sur les règles et les pratiques, qui elles-mêmes ont des effets sur les vies des participants au marché, maintenant et demain.

  • Les capacités et connaissances des agents moraux importent : ceux qui sont plus capables ont plus de responsabilités que ceux qui le sont moins.

  • L’ethos public ou l’engagement philosophique de l’évaluateur est décisif dans l’appréciation du mal, du seuil au-delà duquel il faut une action correctrice, des responsabilités individuelles et collectives, de la force et la durée des obligations, … Les réponses ne sont pas les mêmes selon qu’on adopte une perspective libertarienne (accordant le primat à l’autonomie individuelle), rawlsienne, féministe, ou selon la pensée sociale de l’Eglise catholique.

11Cet ouvrage présente plusieurs forces : il indique comment la détermination des responsabilités morales des acteurs dépend d’une analyse précise du fonctionnement de l’économie de marché, qui suppose non seulement des connaissances économiques mais aussi des ressources sociologiques et historiques, afin de comprendre les référents sociaux et culturels des acteurs, la constitution des institutions économiques et politiques, et des ressources philosophiques et critiques, afin de se livrer à une identification des chaines de causalité, des phénomènes émergents, et à une interprétation des faits à partir de critères éthiques.

12L’ouvrage démontre donc l’importance d’une approche pluridisciplinaire des problèmes économiques mondiaux – ce qui est bienvenu dans des sociétés où une certaine doxa économique néoclassique et libertarienne fait office de prêt-à-penser et de prêt-à-agir. Partant non pas d’une analyse abstraite mais du constat des effets négatifs des structures économiques et sociales de marché sur des personnes et des populations entières, il ne donne pas de solutions théoriques ou techniques, mais renvoie toutes les parties prenantes des échanges globaux à leurs responsabilités, en leur offrant des outils de discernement.

13Puisque l’ouvrage puise notamment aux sources de la théologie chrétienne, il aurait été intéressant d’analyser plus précisément la notion de mal structurel telle qu’elle a été élaborée par Jean-Paul II (Jean-Paul II, 1987) et a été utilisée dans la théologie morale pour voir comment elle est complétée par les analyses pluridisciplinaires présentées ici. Notamment il serait sans doute fructueux de reprendre la typologie proposée par le théologien Mathias Nebel (Nebel, 2006) afin d’identifier les différents aspects de la participation individuelle à des maux structurels, par omission, collusion, coopération ou instigation. Ceci permettrait de prolonger le questionnement ouvert par Albino Barrera concernant l’individualisation des responsabilités collectives et de réfléchir aux conséquences à en tirer en matière organisationnelle, et en matière de justice (au civil et au pénal). Par exemple, afin de favoriser la mise en œuvre par les entreprises d’une responsabilité fiscale, ne faut-il envisager les moyens de rendre les directeurs fiscaux garants d’une conformité à des enjeux d’intérêt général qui dépassent la simple conformité à la lettre de la loi, par exemple en leur assurant le statut de salarié protégé (Renouard, 2015) ? Par ailleurs, l’analyse de la notion de bien commun comme bien relationnel offre des pistes extrêmement stimulantes pour éviter une conception communautarienne fixiste, tout en articulant la question des relations interpersonnelles et celle des relations des individus et des groupes aux structures dont ils héritent et qu’ils contribuent – ou pas – à faire évoluer.

Haut de page

Bibliographie

Jean-Paul II. 1987. Lettre encyclique Sollicitudo Rei Socialis. http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_30121987_sollicitudo-rei-socialis_fr.html

Nebel, Mathias. 2006. La catégorie morale de péché structurel. Paris : Cerf.

Renouard, Cécile. 2015. Ethique et entreprise. Ivry-sur-Seine : Editions de l’Atelier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Renouard, « Daniel K. Finn (ed.), Distant markets, distant harms. Economic complicity and Christian Ethics », Œconomia, 5-1 | 2015, 115-119.

Référence électronique

Cécile Renouard, « Daniel K. Finn (ed.), Distant markets, distant harms. Economic complicity and Christian Ethics », Œconomia [En ligne], 5-1 | 2015, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://oeconomia.revues.org/1095

Haut de page

Auteur

Cécile Renouard

Centre Sèvres et ESSEC Business School, renouard@essec.edu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus d’Œconomia sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Association Œconomia
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org